D’un congrès à l’autre (1) : comment on commence une recherche…

armand colin 1
Elodie Béthoux, Guillaume Desage, Arnaud Mias, Jérôme Pélisse, Sociologie d’un syndicalisme catégoriel – La CFE-CGC ou la fin d’une exception ? Paris, Armand Colin, avril 2013.

Au moment où une recherche collective à laquelle j’ai participé se termine par la publication d’un ouvrage (Sociologie d’un syndicalisme catégoriel. La CFE-CGC ou la fin d’une exception ? coll. Recherche, Armand Colin, avril 2013, avec Élodie Béthoux, Guillaume Desage et Arnaud Mias), voici une série de billets réflexifs sur d’où part une recherche (billet 1), comment elle démarre concrètement (billet 2), et comment elle se clôt (billet 3). Il s’agit d’évoquer, à partir d’un terrain singulier, les manières dont on s’intéresse à un objet, comment on le construit et comment on en finance l’étude, quelles relations on peut entretenir avec lui, quand il en est le commanditaire notamment, comment aussi une recherche se mène à plusieurs. Bref, de donner à voir les « cuisines », les manières de faire, les choix et les interrogations qui ont présidé à une recherche en théorie terminée, d’une manière qui se fait rarement sinon jamais – ce qui est, au fond, l’une des intentions initiales de ce carnet de recherche collectif. Et si cela suscite réactions, critiques ou débats, tant mieux !

Le choix d’un objet : une question d’opportunités

Insister sur le fait qu’on ne décide pas toujours, ou pas uniquement, de choisir un sujet ou une question de recherche pour des intérêts scientifiques n’est pas très académiquement correct. Cela a été pourtant le cas à plusieurs reprises me concernant, ce qui n’empêche pas, bien entendu, le fait que les chercheurs construisent ensuite scientifiquement leurs objets, ni qu’ils ne soient mus habituellement par des rapports aux valeurs qui leur font s’intéresser à certaines questions ou certains terrains plutôt qu’à d’autres pour des raisons personnelles. Ce ne sont pas ces raisons personnelles qu’il s’agit d’analyser ici, mais plutôt le fait que le démarrage d’une recherche, la décision de se lancer sur tel terrain et/ou avec telle question en tête, se fait aussi en raison d’opportunités, parce qu’il y a une possibilité soudaine et imprévue, un « coup à jouer », sans que la chose ait été vraiment et mûrement réfléchie[1].

Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pélisse, La Lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Editions du Croquant, 2009.
Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pélisse, La Lutte continue ?
Les conflits du travail dans la France contemporaine, Editions du Croquant, 2009.

Quelques éléments de contexte

En novembre 2009, je suis Maître de conférences à l’IUT et à l’UFR de sciences économiques, de gestion et de sciences sociales de l’Université de Reims. J’ai publié un an avant avec 4 autres collègues les résultats d’une recherche menée pour la DARES (le service des études du Ministère du travail) entre 2005 et 2007 portant sur les conflits du travail en France. Je me suis pas mal investi dans la diffusion de l’ouvrage, co-écrivant un article à ce sujet dans le Monde diplomatique, acceptant des invitations dans des séminaires organisés par des collègues mais aussi auprès de médias (interviews dans plusieurs quotidiens de presse, des blogs, des émissions de radios, et à deux reprises à la télévision).

Les journalistes ont en effet été intéressés par l’ouvrage en raison d’une actualité qui remettait sur le devant de la scène les conflits sociaux, suite aux séquestrations de cadres au printemps 2009 (Sony, Caterpillar, 3M…) et aux menaces d’explosion d’usines pendant l’été (New Fabris, Nortel). La crise de 2008 s’accompagne de nombreux plans sociaux, de conflits difficiles, de manifestations syndicales unitaires aussi, qui rappellent que, contrairement à ce que disait le président Nicolas Sarkozy en juillet 2008, les conflits sociaux se voient encore en France.

Une demande d’expertise

C’est dans ce cadre que je suis contacté par la responsable communication d’une centrale syndicale pour participer, comme « expert » et « fil rouge », à deux tables rondes du prochain congrès de cette confédération en février 2010… à Reims. Interrogeant cette communicante sur les raisons qui l’ont poussée à me faire cette proposition, elle explique qu’elle a lu des interviews dans la presse, m’a vu ou entendu dans les médias et que la proposition n’est pas liée au lieu du congrès, bien qu’il soit le même que celui de mon université d’appartenance.

Mon étonnement est donc grand, car ce syndicat est loin d’être un syndicat tourné vers la lutte sociale et soutenant les conflits. La CFE-CGC a plutôt l’image d’un syndicat réformiste et très modéré, considéré par certains comme proche des employeurs, étiquetés « plutôt à droite » et qui n’appelle jamais à la grève. Si Reims n’est pas une raison de faire appel à moi, les justifications scientifiques ne sont pas plus évidentes : je ne suis pas repéré comme spécialiste des syndicats ni des cadres (qui constituent pourtant un objet d’études largement étudié dans le cadre notamment d’un GDR, entre 2001 et 2009, qui a été particulièrement actif et a réuni de nombreux chercheurs) et mes recherches sur les conflits sociaux ne font pas de moi une cible idéale a priori. Ma (relative) jeunesse (j’ai alors 36 ans) a manifestement été recherchée : les dirigeants de la CFE-CGC voulaient faire de ce congrès celui d’un renouveau (son slogan est « Notre histoire a de l’avenir » et la numéro 2 qui sera élue au congrès est une jeune femme de 37 ans). Mais je ne suis pas le seul dans ce cas et je n’ai toujours pas compris pourquoi un spécialiste des cadres, voire du syndicalisme cadre comme certains collègues le sont (même si aucun ne l’était de ce syndicat-là), n’a pas été sollicité.

Renverser la demande : une proposition d’étude

Surprenante, cette proposition attise ma curiosité. La CFE-CGC est un syndicat peu connu, bien qu’il soit l’un des cinq syndicats représentatifs et je ne connais pas de travaux qui ont porté sur son rôle, son histoire, ses positionnements, alors même qu’il existe bien des images qui entourent ce syndicat (cf. plus haut). M’interrogeant sur l’opportunité ou non de demander un défraiement pour une éventuelle participation comme expert, et constatant l’absence d’étude sociologique ou historique sur cette organisation (après une rapide recherche bibliographique), me vient alors l’idée de proposer une sorte d’échange : ma participation à ce congrès contre l’acceptation et le financement d’une étude sur les militants de ce syndicat. Trois idées motivent cette proposition : ma curiosité tout d’abord à l’égard d’un objet à la fois éloigné (un syndicat supposé « de droite », de cadres, qui refuse le conflit, etc.) et proche de mes centres d’intérêt (l’engagement militant, le rôle des syndicats dans les négociations, l’évolution du droit du travail ou les politiques de l’emploi) ; le constat d’un « trou » dans la littérature qui rend pertinent et intéressant l’idée d’étudier cette organisation ; le souhait d’aider un collègue « jeune précaire de la recherche » et alors sans emploi, et disposant de compétences statistiques qui pourraient être utilement mobilisées pour cette étude[2].

Affiche du congrès de Reims, février 2010.
Affiche du congrès de Reims, février 2010.

C’est donc en bonne part en pensant à lui que je réponds positivement à la demande, acceptant une réunion à la confédération en novembre 2009… et y arrivant muni d’une contre-proposition : un projet d’étude sur les participants au congrès de Reims de février 2010, reposant sur un questionnaire. L’accueil est favorable, et je précise très rapidement ma proposition. D’une part, en sollicitant deux autres jeunes collègues de mon laboratoire qui étudient également le syndicalisme et avec qui j’avais envie de travailler ; d’autre part, en élaborant deux projets, l’un de 6 mois ne se proposant que de faire passer et d’exploiter un questionnaire auprès des congressistes, et l’autre, de 1 an, proposant de compléter cette focale quantitative par des entretiens auprès de responsables de l’organisation. Lors d’une seconde réunion, où nous commençons à préparer ma participation aux deux tables rondes du congrès, les responsables présents (deux personnes du service communication, la directrice de cabinet du président de la CFE-CGC et la future numéro 2, alors secrétaire nationale chargée de la cohésion interne, de l’égalité professionnelle et la conciliation des temps de vie et de famille) choisissent la seconde option.

Une opportunité inattendue fonde donc ici l’idée de se lancer dans cette recherche. Le choix de son objet procède d’une demande d’expertise fondée sur un malentendu partiel[3], dans un contexte où se mêle intérêts scientifiques (il n’y a rien ou presque sur cette organisation) et souhait d’aider un collègue et de lui fournir la possibilité d’un salaire pendant quelques mois. Gageons que cette manière de choisir un objet n’est pas courante : elle ne peut être empruntée par les doctorants, étudiants néophytes qui se lancent sur une thématique, un terrain ou une question de recherche où ils ne sont pas connus. Mais d’une part, comme cela a été mon cas, on peut être « connu » pour autre chose que ce pour quoi on fait appel à vous et d’autre part, on peut être connu sur un terrain en tant qu’acteur (par exemple, comme professionnel, militant, bénévoles, voisins, etc.), lorsque, notamment, on ne rompt pas totalement avec ce terrain en décidant de faire une thèse. Quant aux collègues, même jeunes, ils peuvent se trouver étiquetés en qualité de reconnu docteur, « expert » et/ou « spécialiste » de tel ou tel domaine, question ou terrain, et ainsi, être sollicité pour des événements de cette nature.

Conclusion (provisoire) : faire l’expert pour ouvrir un terrain

Pour conclure ce premier billet sur d’où partent parfois les recherches et avant d’ouvrir sur un deuxième billet qui proposera de rentrer dans ses « cuisines », quelques mots sur ma participation au congrès et la posture d’expert invité à deux tables rondes que j’y ai adoptée. La première table ronde, en ouverture, portait sur « l’engagement syndical » et la seconde, en clôture du congrès, sur « quel syndicalisme pour demain ? ». J’y voyais d’abord l’opportunité de présenter la recherche et d’inciter les congressistes à remplir le questionnaire glissé dans leur sacoche, ce dont je ne me suis pas privé de la tribune d’où j’étais et avec le micro que j’avais entre les mains. Mais j’y ai aussi expérimenté une posture — celle de « l’expert » —, qui n’a pas été si malaisée que cela malgré mes craintes, principalement parce que le déroulé des tables rondes avait été minutieusement préparé. C’est un véritable script qui a ainsi été construit collectivement à partir des questions posées par l’animateur et des réponses écrites que les uns et les autres avons envoyées, permettant de respecter le temps et de cadrer les échanges. Plus précis dans la première table ronde, qui réunissait un délégué syndical de base (des casinos Barrière), un chargé d’étude d’un institut de sondage et moi-même, que dans la seconde (qui comportait davantage d’interlocuteurs, dont une collègue spécialiste des militants cadres à la CFDT), la préparation de ce script était rassurante, au point que lors des deux tables rondes, j’ai pu improviser et développer un ou deux arguments non prévus… non sans emprunter un « tunnel » qui m’a fait transpirer lors de la seconde table ronde. Mais l’essentiel était là : expérimenter une posture, assurer un bon taux de retour au questionnaire et lancer une recherche, avec des collègues bienveillants dans le public que j’ai retrouvés dès la fin de mon intervention pour collecter les questionnaires…

Jérôme Pélisse

 


[1] Pour faire écho à un billet récent sur le carnet de recherche, on aura reconnu ici des idées très mertonniennes que captent les notions développées par cet auteur de structure d’opportunité ou de serendipity.

[2] J’avais déjà eu l’occasion de travailler avec lui à l’occasion de la recherche sur les conflits du travail.

[3] Je ne me considère en effet pas comme un expert du syndicalisme, par rapport à des collègues ou d’autres connaisseurs, bien plus avertis que moi et habitués à ce type d’exercice et à cette posture (donner un point de vue sur le syndicalisme en général). Me positionner comme expert était aussi une posture nouvelle (et donc  intéressante), même si, chargé d’un cours sur l’expertise en M2 à l’Université de Reims les années précédentes, j’avais pu la travailler via des lectures.


2 réflexions sur « D’un congrès à l’autre (1) : comment on commence une recherche… »

  1. Merci pour votre avis et content d’avoir fait tomber des a priori. Il y a une suite (deux billets ont ensuite été publiés sur ce même blog) et n’hésitez pas à faire un retour, même plus critique !
    bien à vous
    J.Pélisse

  2. J’ai commencé la lecture de cet article syndicaliste avec beaucoup d’a prioris, mais je dois avouer que votre point de vue est intéressant. Merci.
    Antoine de forex-pro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *