”Ce que la violence politique fait aux carrières militantes (France, 1962-2012)”, compte rendu de la journée d’étude – Science Po Bordeaux, 7 février 2014

Soutenue par le Centre Émile Durkheim, Sciences-Po Bordeaux et le laboratoire Printemps, cette journée d’étude avait pour point de départ un constat commun à nos recherches respectives (nationalisme basque et violence révolutionnaire) : celui du faible nombre de travaux et surtout de la relative absence de mise en récit de la violence politique qu’a connue la France depuis la fin de la guerre d’Algérie. Pourtant, il nous semblait non seulement pertinent mais nécessaire de penser un phénomène qui interroge doublement la France, comme espace géographique – c’est-à-dire du point de vue de ses frontières – et comme espace politique – celui d’une démocratie pacifiée – dont la violence vient bousculer la routine démocratique. Cette double dimension nous paraissait justement intéressante pour cerner les conditions d’existence de la violence politique en France dans le paysage académique, et notamment les difficultés observées pour penser la violence politique comme phénomène endogène. Pour cela, il nous a semblé fécond de l’envisager à partir d’approches théoriques et disciplinaires croisées pour contribuer à un état des lieux critique permettant d’envisager, à terme, une cartographie du phénomène.Après avoir présenté la genèse de cette journée d’étude, le propos introductif s’est articulé autour de 3 pistes pour comprendre le relatif délaissement de la violence politique en France depuis 1962 : les obstacles méthodologiques, les mises en silence et dénis d’antériorité et la construction de l’altérité. Ces trois pistes conduisent à interroger la notion de carrière militante. Travailler la violence politique en France à partir des carrières militantes est apparu en effet particulièrement heuristique pour éclairer les différentes dimensions de cet objet. Refusant les approches essentialisantes ou pathologisantes, la notion de « carrière » militante invite à penser « la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contextes ». Comme le souligne Isabelle Sommier, « les engagements radicaux ont été soumis bien davantage que les engagements ordinaires au prisme de l’exceptionnalité, voire du pathologique, en vertu d’une coupure dommageable entre le domaine d’études des mouvements sociaux et de la violence ». En ce sens, la journée d’étude visait ainsi à considérer l’engagement dans la violence comme un engagement ordinaire.

Attentat du 11 septembre 1984 contre la gendarmerie de Lecumberry. ©Daniel Velez

Programme JE Bugnon-Lacroix

 Au programme de cette journée, sept interventions, dont quatre présentées par des chercheurs d’universités étrangères (Argentine, Grande-Bretagne, Italie, Canada), ce qui a confirmé ce délaissement par les chercheurs de l’Hexagone de la question de la violence politique sur le territoire national.

Trois temps de réflexion ont jalonné cette journée : le premier a rassemblé des interventions interrogeant la temporalité dans la violence, les cycles de mobilisation, le deuxième s’est intéressé à la mise en scène de la violence au prisme de la médiatisation, et le troisième et dernier temps a appréhendé la violence et son rapport au territoire national.

Affiches d'AF ©Humberto Cucchetti

Affiches d’AF ©Humberto Cucchetti

Continue la lecture

S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Introduction

La scène se déroule lors d’un cours de « Théorie et Méthode » dispensé par un professeur d’Université à des étudiants en Master 2 « Recherche » en sociologie. La dernière séance de ce cours porte sur l’analyse, et notamment sur la phase d’interprétation consistant à passer du matériau brut à ce que l’on veut en dire. Le professeur enseigne donc des recettes concrètes pour mener à bien cette analyse, pour séparer, interpréter et connecter les données à des formes plus conceptualisées. Nous reconstituons ici l’échange selon les souvenirs qui nous restent de cette interaction :

« – Imprimez et centralisez sur une grande table vide l’ensemble de vos notes. Puis prenez des ciseaux et découpez tous les bouts de textes qui se rapportent à une même idée. Regroupez ensuite ces bouts de papiers selon la catégorie à laquelle ils se réfèrent et collez-les entre eux.
Un élève lève la main. Le professeur lui donne la parole. - Il existe des logiciels permettant d’automatiser ces opérations concrètes, et qui fonctionne exactement comme la trousse que vous décrivez : ils découpent les éléments textuels d’un même document qui sont suffisamment différents, puis les collent au sein d’autres documents regroupant tous les extraits décrétés similaires par le chercheur.
- Je ne connais pas ces logiciels, mais je vous les déconseille, parce que les logiciels font des choses sans que le chercheur puisse les contrôler. Une paire de ciseaux et un tube de colle font amplement l’affaire. »

Cet extrait témoigne de deux choses : 1) De la même façon que les sociologues quantitatifs disposent de bases de données et de logiciels d’analyse, la sociologie qualitative a aussi ses outils informatiques permettant de regrouper des matériaux et d’épauler le chercheur dans son analyse 2) De même que pour les logiciels d’analyse quantitative, les logiciels d’analyse qualitative sont critiqués par ceux qui ne les utilisent pas (le professeur ici) et par ceux qui les mobilisent (nous, deux doctorants, dans la dernière partie de ce billet). Ce sont ces deux éléments – le potentiel que l’on peut tirer de ces logiciels et les résistances qu’ils produisent, soit a priori par leur méconnaissance soit a posteriori, par leur usage – qui ont incité les doctorants du Printemps et du CESDIP à consacrer une séance de leur séminaire commun à l’enquête qualitative et à une présentation à deux voix des logiciels Atlas.ti (logiciel payant, http://www.atlasti.com/index.html) et Sonal (logiciel gratuit, téléchargeable ici : http://www.sonal-info.com/fr).

Si ces logiciels sont potentiellement méconnus et critiqués, c’est qu’il y a effectivement un paradoxe à outiller par l’informatique l’analyse de données qualitatives, que l’on renvoie spontanément à l’écriture littéraire, au regard de l’anthropologue et à son sens de l’observation concrétisé par et dans son journal de terrain. Néanmoins, sur le plan analytique, ces logiciels ne font que très peu de choses par eux-mêmes ce qui les rapproche davantage d’outils pour organiser son travail de façon efficace. Leur usage ne se laisse toutefois pas rabattre sur ce seul plan instrumental puisqu’il implique des prises de positions théoriques sur ce que faire du terrain veut dire et sur le sens à donner aux différentes opérations de recherche, qui vont de la réalisation d’entretiens, du stockage et de l’analyse du matériau, à l’écriture finale d’une recherche (article, rapport, thèse).

De la trousse à la souris

De la trousse à la souris : le chercheur équipé pour l’analyse (http://m.koreus.com/image/ctrl-v-ctrl-x-ctrl-z.html)

Continue la lecture

Rendez-vous en terrains connus. Effets de présentation de soi dans la recherche ethnographique

Prolongeant la dynamique de confrontation des expériences de recherche des doctorants impulsée au sein du séminaire qu’ils animent, l’idée de ce billet est née du rapprochement de deux enquêtes similaires à certains égards mais aussi et surtout de la convergence de deux parcours[1]. En effet, tous deux doctorants au laboratoire PRINTEMPS, nous avons pour point commun d’avoir suivi, préalablement à notre entrée en doctorat, des études au sein d’écoles de travail social dont nous sommes sortis titulaires d’un Diplôme d’Etat d’Assistant de Service Social. Après cette formation, et en même temps que quelques expériences professionnelles (pour Rémi), nous avons intégré l’université pour poursuivre un cursus de sociologie jusqu’à entrer en double master recherche et professionnel, ce dernier dans la spécialité Développement Social Urbain. Outre cette trajectoire de formation analogue, notre expérience de recherche est aussi marquée par l’emploi commun de la méthode ethnographique comme mode principal de recueil de données et par le fait que nous enquêtons tous deux sur des terrains qui mobilisent des professionnels engagés sur des postes sur lesquels nous aurions pu être recrutés : dans l’accompagnement des personnes sans abri et plus précisément au sein des maraudes (Caroline) et dans la mise en œuvre d’un projet de rénovation urbaine entraînant des opérations de suivi pré et post-relogement (Rémi). Nous avons chacun fait de l’immersion de longue durée une condition de réussite de nos enquêtes respectives souhaitant observer (en participant pour Caroline, et à découvert pour nous deux) des espaces, des situations dans lesquelles des acteurs sociaux (sans-abri/maraudeurs, habitants/professionnels) sont amenés à interagir quotidiennement. L’ethnographie, en provoquant une rencontre prolongée entre un-e chercheur-e et des personnes enquêtées, impose d’interroger les façons qu’a l’ethnographe de se présenter et d’en apprécier les effets sur les données produites. Partant de ces points communs, nous proposons dans ce billet de mener conjointement un retour réflexif sur les conséquences de la divulgation de nos éléments de parcours sur nos expériences de recherche et plus particulièrement sur la relation d’enquête. En quoi la mobilisation de ces éléments biographiques pour la réalisation d’une enquête ethnographique se révèle-t-elle une stratégie à double tranchant ? Par cette interrogation, nous nous inscrivons dans la lignée des travaux questionnant les facteurs de distance et plus encore de proximité du chercheur avec le milieu étudié (Brocqua, 2009 ; Havard-Duclos, 2007 ; Bizeul, 1998).

Des jeux de rôles au service de l’accès au terrain

Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)

Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)

L’enquête ethnographique est une mise en jeu de soi. Si certains éléments comme l’âge, le sexe ou – bien que dans une moindre mesure – l’appartenance sociale se donnent à voir directement, d’autres relèvent d’un choix (plus ou moins contraint) de dévoilement. C’est le cas notamment de la possession d’un diplôme, des expériences professionnelles antérieures ainsi que des engagements politiques ou militants. Si nous abordons certains aspects d’homologie générationnelle et sociale dans d’autres productions[2], notre partage d’une trajectoire de formation commune nous a fait orienter notre analyse sur les effets spécifiques de la révélation de cet élément dans la rencontre avec ceux, maraudeurs et professionnels de la rénovation urbaine, lesquels agissent au quotidien dans des mondes sociaux qui nous étaient relativement familiers. En effet, si par nos formations ou la réalisation de travaux antérieurs (pour Rémi), nous avions accumulé des connaissances sur les univers désormais « enquêtés », les terrains choisis gardaient néanmoins une part d’étrangeté et d’inconnu qui justifiait le fait même d’y enquêter. Il convient d’analyser dès lors comment, dans la relation d’enquête, notre connaissance partielle de l’univers investi s’est révélée être un levier facilitant aussi bien notre accès au terrain que notre légitimité auprès des acteurs. Continue la lecture

Regards croisés sur l’expertise et les experts

Compte rendu de la deuxième journée d’études (20 mars 2013), par Romain Juston, avec l’aide de chacun des intervenants de la journée.

Le premier billet de cette série consacrée à l’expertise judiciaire, et aux travaux des chercheurs réunis sur ce sujet dans le cadre d’ISIS, l’a montré : quand il s’agit d’expertise judiciaire, il y a tout intérêt à faire rencontrer et dialoguer des chercheurs aux ancrages disciplinaires différents. Si ce constat s’applique à tous les objets de sciences sociales, il est d’une acuité particulière dans le cas de l’expertise judiciaire, en tant qu’objet à la marge de la science, du droit et des professions[1].

Au-delà de cet intérêt scientifique qui a présidé à la constitution de notre groupe, cette deuxième journée avait comme objectif de mieux connaître la façon dont chacun se saisit de la question des experts et des expertises selon les multiples regards de sa discipline ou de ses questionnements théoriques. Pour permettre à chacun de présenter ses travaux et poursuivre un travail collectif sur l’expertise judiciaire, la formule suivante a été proposée : quatre regards ont été retenus qui ont chacun donné lieu à une présentation des enjeux qui s’y rattachent par deux ou trois intervenants s’appuyant sur la littérature existante et sur leurs propres travaux de recherche. Ces présentations ont été suivies de discussions collectives pour lesquelles chacun était invité à présenter la façon dont il mobilise, ou pourrait mobiliser, ces différents regards.

Quatre approches sur l’expertise ont ainsi été retenues. Celles-ci n’épuisent évidemment pas les façons de travailler cet objet, mais rendent assez bien compte des intérêts et des travaux de chacun des membres du groupe. Pour dire vite ce que ce billet dira plus précisément, on peut regarder l’expertise comme une profession, une procédure, une activité, et un outil de preuve.

https://flic.kr/p/7TiMQg

Chaos of perspectives (source : Flickr, https://flic.kr/p/7TiMQg)

Continue la lecture

L’atelier « Institutions et professionnels du “social” » : premiers bilans, réflexions épistémologiques et programmatiques

À la suite de l’atelier « Acteurs et professionnels du social », organisé entre autres par Sandrine Nicourd et Laurent Willemez pendant l’année 2011-2012, et suite à plusieurs discussions autour de nos objets de recherche et nos terrains, nous avons décidé d’organiser pendant l’année 2012-2013 un atelier qui interroge les champs professionnels du « social » dans ses multiples formes, en particulier les terrains italien et français. La comparaison internationale est ici appréhendée comme objet et outil de réflexion sociologique : réfléchir sur la France et l’Italie permet de donner un objet concret à la comparaison en contextualisant cette réflexion dans le champ de l’intervention sociale (travail social, secteur médico-social…) et ainsi éviter des considérations trop généralisantes et vagues sur ce vaste sujet qu’est la « comparaison internationale ». Tout au long de séminaires de l’année 2012-2013, nous avons cherché à rendre compte des différentes sources de contraintes qui s’exercent sur les pratiques ainsi que des marges de manœuvre dont disposent les professionnels dans chacun des deux pays. Nous nous sommes penchés en particulier sur trois aspects qui ont été alimentés par un regard comparé : les caractéristiques de l’organisation institutionnelle, les référentiels idéologiques dominants dans l’action sociale, les capacités d’encadrement de ces professionnels.

Notre première séance en février 2013 a été l’occasion d’une réflexion sur l’ouvrage dirigé par Jacques Lagroye et Michel Offerlé, Sociologie de l’institution (Paris, Belin, 2011), notamment les chapitres dédiés à la redécouverte de l’institution par les sociologues (par Nicolas Freymond) et à l’intériorisation institutionnelle dans la conformation à un rôle (par Rémi Lefèbvre). Nous avons réinterrogé cette approche sociologique dans la comparaison internationale (notamment en Italie où les courants néo-institutionnalistes en sciences sociales sont largement développés). Mener des enquêtes sur les « professionnels » du social invite également à se pencher aussi sur le rapport qu’ils entretiennent aux institutions qui les portent tout au long de leurs parcours de socialisation professionnelle. Enquêter au croisement de deux pays invite à resituer les institutions au sein de leur histoire particulière ainsi qu’à interroger comment se fabrique un tissu institutionnel aux niveaux national et international.

Les séances suivantes ont permis de travailler plus avant ce dernier point. Tout d’abord Fabio Marcodoppido (PRINTEMPS/La Sapienza) a présenté la genèse de la notion de secteur dans le champ de la santé mentale. Son intervention nous a montré comment, au cours des années 1960-1970, les politiques publiques, d’un côté et de l’autre des Alpes, entreprennent un long travail de catégorisation afin de renouveler la prise en charge des troubles mentaux. Cette notion de secteur est le « point d’intersection » (Werner et Zimmermann, 2003 : 15) des cas italien et français. Conçue en France, présentée et discutée également par les professionnels de la psychiatrie en Italie, cette notion permet de comprendre comment la critique adressée à une institution telle que l’hôpital psychiatrique a contribué au partage d’un même univers cognitif et à la délimitation de nouveaux espaces de l’action publique. De même la notion de secteur ne conduit pas seulement à l’étude des croisements entre les cas étudiés, mais elle suggère aussi de se tourner vers les points de divergences. Le suivi de la trajectoire de cette notion permet alors de mieux comprendre pourquoi le secteur désigne, en France, un dispositif thérapeutique à mettre en place et, en Italie, une idéologie à combattre (celle de la médicalisation des troubles mentaux).

La séance suivante a permis de nous interroger autour du rapport entre Église et politiques sociales dans les deux pays. Cette question est particulièrement légitime dans les pays où des « institutions catholiques » occupent une place centrale tant au niveau des référentiels idéologiques qu’au niveau de délégation des politiques sociales (biens immobiliers, bénévoles, financement) d’autant plus dans un contexte sociopolitique où le rôle des institutions religieuses est interpellé par le désengagement de l’État de ses missions, tant au niveau local que national. Lors de cette séance, l’intervention d’Étienne Pellet-Recht (IRIS/EHESS, CMH/ENS), travaillant sur l’héritage laïque des patronages catholiques en France (sous la direction de Gérard Noiriel) a enrichi le débat. Son intervention a permis de revenir sur la professionnalisation de l’action bénévole en France et sur le déclin du modèle paternaliste catholique régissant la prise en charge et le contrôle du temps libéré des « masses laborieuses » ainsi que sur l’action caritative dans les années 1960. Il a plus particulièrement mis l’accent sur une approche sociohistorique du déclin du patronage, en s’attachant plus à une histoire des pratiques et des sociabilités des individus, qu’à une histoire des idées ou des « idéologies »… Cette séance a donc permis de revenir plus centralement sur la distinction laïc/catholique en lien avec divers aspects : les racines de l’éducation populaire, la socialisation des jeunes au sein des structures du clergé et la rupture avec les classes populaires. Continue la lecture

Médecine et savoirs psychiatriques dans la Justice : quelles expertises ?

Compte rendu de la première journée d’études (5 décembre 2013), par Amel Gozia et Aude Leroy, avec l’aide de Jérôme Pélisse.

Parce que l’expertise semble être « l’une des obsessions de la modernité et pas seulement l’un de ses traits caractéristiques » (Trépos, 2010), des chercheurs de différentes disciplines, issus en particulier des laboratoires Printemps et Dante ainsi que du Cesdip et de l’ISP Cachan ont décidé d’unir leurs forces afin de l’affronter ! C’est ainsi que notre odyssée à travers l’expertise judiciaire est lancée, grâce au projet Interactions Sciences Innovations et Sociétés (ISIS) qui a permis de réunir des chercheurs, y compris extérieurs, désireux de mener cette aventure ensemble.

La première journée d’études a été organisée par le laboratoire Printemps le 5 décembre 2013. La présence en France de deux chercheurs nord-américains – Pierre Deschamps, professeur de droit à l’Université de McGill et Robin Stryker, professeure de sociologie à l’Université d’Arizona – nous a incités à mettre le cap en direction d’une réflexion sur l’expertise médicale judiciaire. « Médecine et savoirs psychiatriques dans la justice : quelles expertises ? » était l’intitulé de cette journée dont le programme a permis de bénéficier de regards variés et complémentaires sur la théorie et la pratique, en France et en Amérique du Nord, d’une expertise susceptible, pour les besoins de la justice, de convoquer des savoirs controversés. Interventions individuelles, débats, table ronde et même « table buffet » – des discussions plus informelles s’étant poursuivies au cours du déjeuner – ont permis un véritable échange entre les intervenants et les participants faisant de cette journée d’études un moment que notre carnet de bord ne pouvait manquer de relater.

Jérôme Pelisse (MCF sociologie, Printemps-UVSQ) et Laurence Dumoulin (CR-CNRS, science politique, ISP Cachan) ont, après les remerciements d’usage – et néanmoins sincères –, introduit cette journée en rappelant la genèse du groupe, l’intérêt des chercheurs qui le compose pour l’expertise (thèses, ouvrage collectif, articles), objet « non identifié » – en raison de la variété de ses définitions – traversé par différentes normes juridiques, économiques, sociales. Laurence Dumoulin a d’ailleurs insisté sur l’intérêt de l’interdisciplinarité du groupe (droit, sociologie, science politique, sciences de gestion, etc.) et aussi sur l’importance du lien que celui-ci entretient avec les praticiens. Cette recherche collective autour de l’expertise judiciaire devrait durer environ un an et aboutir à l’élaboration d’un programme de recherche commun susceptible d’être présenté à un organisme public (ANR par exemple).

Crédit photo : Pierre-Luc Daoust

Crédit photo : Pierre-Luc Daoust

Continue la lecture

L’UVSQ : les paradoxes des injonctions à l’« excellence » dans une université dite « autonome »

Dans le contexte d’ébranlement du service public de l’enseignement supérieur, notre carnet relaie deux tribunes récemment publiées dans la presse nationale par des membres du laboratoire Printemps. La première, rédigée par un collectif de chercheurs et d’enseignants-chercheurs de l’UVSQ (dont des membres du Printemps), a été publiée dans Libération le 17 décembre 2013 sous le titre « Faillite silencieuse de la fac de Saint-Quentin ». Elle propose une analyse serrée et à vif de la crise traversée par l’UVSQ, en la replaçant dans la problématique nationale des effets désormais tangibles de la LRU. Nous reproduisons ici la version initiale non coupée. La seconde, parue le même jour dans les colonnes de L’Humanité, propose un aperçu succinct de L’université n’est pas en crise, de Romuald Bodin 
(en séjour au Printemps cette année) et Sophie Orange, livre indispensable pour prendre du recul par rapport à nombre de poncifs et d’idées reçues. Nous reproduisons également la version originale.

L’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines : les paradoxes de « l’excellence » dans une université « autonome »

En quasi cessation de paiement, l’UVSQ connait aujourd’hui de grandes difficultés pour assurer sa mission d’enseignement et de recherche. Pourtant, il y a quelques mois, tous les voyants étaient au vert dans cette université louée pour la qualité de son service et ses choix d’avenir. Parmi les premières universités à accéder aux compétences élargies et à « l’autonomie financière », dès 2010 ; signant les premiers « Partenariats Public-Privé » (les fameux PPP) de l’enseignement supérieur et de la recherche ; développant des coopérations avec des entreprises et des fondations, s’engageant dans les projets d’investissements d’avenir mis en avant par le Ministère, l’UVSQ, qui entrait dans le classement de Shanghai des 500 premières universités mondiales en 2010, était saluée comme la « bonne élève » de la LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilité des Universités, votée en 2007). En janvier 2012, sa présidente déclarait lors de ses vœux : « nous sommes parmi les rares universités françaises à ne pas avoir eu de difficultés à boucler notre budget 2012 et à ne pas geler de postes, nous en ouvrirons même plus de 60 cette année ». Un an plus tard, l’UVSQ était distinguée pour son excellence en matière d’insertion des étudiants et le niveau élevé de son taux de réussite en licence, classée première en France avec la plus forte « valeur ajoutée » de ses équipes pédagogiques dans une note du Ministère de la recherche.

Campus de l'UVSQ, université d'"excellence" classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)

Campus de l’UVSQ, université classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)

Aujourd’hui, la situation est tout autre : début novembre, il manque plus de 4 millions d’euros à l’université pour assurer ses dépenses courantes (salaires, loyers des PPP, fonctionnement) d’ici fin décembre 2013. Après avoir déjà découvert l’existence d’un « trou » de plusieurs millions d’euros au printemps, et malgré l’adoption d’un plan d’économies drastiques (gel des deux tiers des recrutements prévus, économies de fonctionnement de 1,8 million d’euros…), l’UVSQ est contrainte d’appeler l’Etat au secours. Le ministère accepte de lui octroyer une « avance » (et non une « subvention », est-il sèchement précisé) et bloque en contrepartie toutes les dépenses courantes. Ce qui signifie par exemple, la fermeture du service de reprographie, l’impossibilité  d’acheter du matériel de base (stylos, livres,…) ou le non paiement des factures en cours. Comment en est-on arrivé là ? La réponse à cette question est d’autant moins anodine que le cas particulier de l’UVSQ constitue l’illustration d’une situation qui tend à se banaliser aujourd’hui en France : celle d’une « faillite silencieuse » de l’université française évoquée récemment par T. Piketty. Continue la lecture

Le cinéma, terrain de choix pour la sociologie ? Clap… action !

Le cinéma, comme forme d’activité collective, constitue un terrain d’exploration sociologique très étendu et finalement assez méconnu. C’est ce que montre l’ouvrage collectif Le Cinéma qu’ont coordonné  Gwenaële Rot (maître de conférences à l’Université de Paris 10, chercheuse à l’IDHE et chercheuse associée au CSO-Sciences Po) et Laure de Verdalle (chargée de recherche, membre du laboratoire Printemps). Dans cet entretien, elles reviennent sur ce travail et mettent en perspective leurs hypothèses et résultats. Un compte rendu de l’ouvrage paru dans L’Humanité le 24 septembre 2013 complète la présentation. 

Pourriez-vous nous rappeler quelle a été la genèse de ce projet collectif ?

Le cinéma

Le Cinéma. Travail et organisation, sous la direction de Gwenaële Rot et Laure de Verdalle. Éditions la Dispute, 2013, 240 pages, 17 euros

Tout a commencé par un projet d’ANR jeunes chercheurs… que nous n’avons pas obtenu ! Mais nous avions alors commencé à réfléchir aux enjeux du travail cinématographique et, progressivement, un petit groupe s’est constitué composé de nous deux et de jeunes chercheurs en thèse. Chacun d’entre nous était engagé de son côté dans une enquête sur le milieu de la production cinématographique et audiovisuelle. Nous avons eu envie d’avancer ensemble sur ces différents terrains, en comparant nos données et nos expériences. Nous avons donc commencé à nous réunir régulièrement, à échanger sur des textes, à mettre parfois en commun des matériaux empiriques. D’autres collègues qui travaillaient sur ces questions sont venus par la suite nous rejoindre. C’est ainsi que le projet du livre s’est dessiné, sur la base de ces échanges.

Dans l’introduction, vous faites état d’un relatif manque d’intérêt des sociologues pour le thème du cinéma comme organisation. Comment l’expliquez-vous ?

C’est effectivement assez paradoxal, quand on connaît l’essor de la sociologie du travail artistique en France depuis une vingtaine d’années. Mais celle-ci s’est principalement déployée sur les terrains du spectacle vivant, beaucoup moins du côté des industries culturelles, telles que le cinéma. Peut-être parce que les industries culturelles sont, depuis longtemps, observées du côté de leur réception beaucoup plus que par leurs conditions de fabrication. Pourtant, l’étude du travail cinématographique, comme nous le montrons dans le livre, joue comme un révélateur, un miroir grossissant, de dynamiques importantes — et plus générales — en matière d’évolution du travail et des relations professionnelles.

Comment observe-t-on le cinéma « en action », sur un plateau par exemple ? Comment se placer en tant qu’observateur, et que voit-on principalement ?

Gwenaële Rot : Il est assez compliqué d’observer ce qui se « joue » sur un plateau de tournage en raison de la pluralité et de la complexité des actions en cours, devant et derrière la caméra, « à la face » et à la périphérie du plateau. Par ailleurs, le plateau de tournage étant un espace ouvert, assez étroit, beaucoup d’échanges se font dans la discrétion, à voix basse ou par le simple jeu des regards si bien qu’écouter ce qui se dit n’est pas évident. L’observation est dès lors nécessairement fragmentée et partielle. Elle implique pour l’observateur de trouver sa place et de se faire le plus discret possible. Cela suppose évidemment de comprendre très vite comment se font les placements d’axe de caméra, pour éviter de se retrouver dans le champ lors des changements de plans ! Il y a plusieurs lieux d’observation possible, par exemple au plus près de la caméra, derrière le combo (écran du retour vidéo) à côté de la scripte. Mais d’autres points d’observation sont intéressants, par exemple en se tenant à proximité des personnes chargées de garder le plateau, ou à proximité des camions là où les techniciens viennent charger et prendre le matériel. Autre place stratégique : la table régie, point de ralliement le matin ou lors de pauses entre deux prises. Les « points de vue » de l’observateur doivent être démultipliés, en fonction aussi des questions de recherche que l’on se pose ou des métiers que l’on étudie. Pour ma part l’observation est une méthode parmi d’autres qui aide à élaborer les entretiens. Continue la lecture

Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Saclay, c'est ça... ©Synchrotron Soleil

Saclay, c’est ça… ©Synchrotron Soleil

 

Il faut être allé un jour à Saclay pour comprendre le problème. Saclay, c’est un vaste plateau au sud-ouest de Paris. Quelques petites routes départementales, des champs, un arrêt de bus par-ci par-là, des airs de fin fond de nulle part. C’est pourtant là que se déroule 15 % de la recherche scientifique française, au Commissariat à l’énergie atomique, autour du gigantesque Synchrotron, dans des laboratoires de pointe rassemblant des chercheurs du CNRS, de l’Inra, de l’université Paris-Sud et de celle de Versailles Saint-Quentin, toutes proches. Il y a aussi les campus de HEC, de Polytechnique, Bouygues et Renault à Guyancourt tout près, Thalès, Danone, EDF et j’oublie bien du monde.

On est à 19 kilomètres de Paris. Pourtant, se rendre là-bas en voiture aux heures de pointe ou en transports en commun est un parcours du combattant qui pourrait faire préférer d’aller à Mirandol en trottinette : RER B et une demi-heure de quelques vagues autobus qui passent d’une heure sur l’autre, de la varape sur des bas-côtés routiers frôlés par les poids lourds… Le bout du monde, on vous dit.

... mais c'est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.

… mais c’est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.

Tout ce dynamisme économique et scientifique a donc un sacré besoin d’organisation et d’infrastructures. La bonne nouvelle, c’est que c’est en route. La mauvaise, c’est que ça va être compliqué. Deux grandes structures se mettent en place pour rassembler tout ça : la Fondation de coopération scientifique, destinée à devenir la future université Paris-Saclay et l’Etablissement public Paris-Saclay, chargé de superviser la construction des infrastructures, des logements, des routes, de la future ligne 18 du métro, un projet pharaonique à trois milliards d’euros, que Pierre Veltz a eu la grande obligeance de venir jusqu’à Mirandol pour nous présenter. Continue la lecture

Mirandol (4/5) : de l’intérêt du satellite pour la cueillette des champignons

Zoom arrière, et pas des moindres. On quitte le niveau microscopique des connexions neuronales du Human Brain Project pour se placer à celui d’un cerveau entier, puis à l’ensemble des cerveaux en ébullition dans le salon de Mirandol, avant de continuer de monter au-dessus du château, au-dessus de la région entière, de la France bientôt qui ne devient qu’un caillou parmi les autres avant de voir la Terre dans son ensemble. A 800 km d’altitude, orbitent les satellites utilisés pour le Programme d’observation de la Terre Copernicus, autrefois connu sous le nom du GMES (Global Monitoring for Environment and Security).

Copernicus, dès l’introduction de son site Internet, se présente comme une combinaison de moyens d’observation, satellites mais aussi au sol, qui permettront de construire une connaissance très précise des évolutions de notre environnement. Ce service entre en phase opérationnelle avec un budget global de 3,8 milliards d’euros jusqu’en 2020, ce qui fait passer le Human Brain Project pour une élégante broutille.

« Mirandol était déjà un poste d’observation. Prendre de la hauteur, c’est une idée vieille comme l’humanité » remarque Philippe Escudier, ingénieur au Centre national d’études spatiales, qui a bien voulu présenter Copernicus, auquel le CNES participe, à l’implacable jury de Mirandol et en profiter pour prendre le temps de discuter le projet et le mettre en perspective. Il revient sur l’histoire de l’observation en altitude, depuis la montgolfière à l’invention de la photo, vue d’avion, vue de satellites… dont il fallait aller récupérer les pellicules ! « L’originalité du satellite, ce n’est pas la photo, c’est le changement de point de vue. » On capte les rayonnements, la gravité, les signaux magnétiques… Et surtout la fragilité de notre petite planète.

Si l’image ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Mais il n’y a rien de bien neuf à cela, pas depuis Spoutnik en 1957. L’innovation majeure de Copernicus n’est pas de réinventer un nouveau satellite ultraperformant, mais de combiner toutes les informations issues de satellites existants avec de nombreuses mesures in situ. Comme le Human Brain Project, on ne crée pas tant de nouveaux éléments de connaissances qu’on les assemble et les intègre afin d’obtenir des informations les plus complètes possibles : sur les sols, la nature des forêts… « Ca peut nous dire où aller cueillir des champignons ? » s’interroge un sociologue qui a déjà faim. Pourquoi pas, répond un ingénieur surpris, avant de poursuivre sur la structuration des systèmes météorologiques qui vont gagner en stabilité, en précision et en durabilité.

Big, big data. Tout cela fait un sacré paquet de données. 50 téraoctets par jour, pour être précis, soit cinq fois la quantité de données chargées sur Facebook. L’autre grande innovation de ce projet est l’accès libre et gratuit des utilisateurs à ces données. Copernicus a donc deux grands volets : des services de base d’intérêt public, financés par des fonds européens, seront à la disposition de tous. Ensuite, aux sociétés d’investir si elles le souhaitent pour créer des services dérivés finalisés… Un système d’observation spécifique des champignons du Périgord, si la clientèle existe, suggère Philippe avec un regard en coin.

Mais Google est arrivé et a proposé à l’Agence spatiale européenne de stocker ces quantités de données et de les gérer gratuitement. Des coûts réduits, une mise à disposition facilitée pour les utilisateurs, c’est tentant n’est-ce pas ? Oui, mais. Mais pourquoi l’Europe vient-elle de dépenser près de quatre milliards d’euros si c’est pour que les données se retrouvent sur des serveurs privés américains ? Mais la mise à disposition par Google revient-elle réellement à du libre accès, ou à une précieuse manne offerte à une entreprise ? « Cette offre a bouleversé tout l’écosystème et nous a obligés à changer de paradigme », poursuit Michel Delanoue, ingénieur au CNES, à la grande joie des sociologues qui adorent le mot paradigme.

IMG_0440

En effet, ces données ne sont pas un fardeau : elles sont une mine d’or et surtout, un outil de pouvoir au potentiel immense. Si les données d’observation, conçues pour améliorer les politiques environnementales, étaient utilisées à d’autres fins politiques, et pourquoi pas militaires ? On retrouve ici tout le débat de la libre information. Les données risquent-elles d’aider un pays à en envahir un autre ? Ou plutôt, suggère Philippe, de donner des informations objectives pour résoudre un conflit sur l’eau, par exemple, et ainsi mettre tout le monde d’accord ? Depuis le balcon, clope à la main, un observateur grommelle : « je ne sais pas ce que c’est, moi, des données objectives ».

La grande question est de définir l’utilisateur final de ces données. Quels sont les objectifs de Copernicus ? La gestion de l’eau ? Dans ce cas, partez des besoins pour construire votre offre, suggère Yannick Magnien, le génial (co-)inventeur de Gallica et Isidore. Sinon, Google s’occupera très bien de l’utilisateur final. » Il y a un utilisateur final très bien défini, répond Philippe, c’est le scientifique. C’est pour ça que vous n’avez pas fait un film super branché, demande Gérard Escher ? (dans une allusion souriante à notre épisode 3) Non, nous avons essayé de trouver l’équilibre entre les autres utilisateurs. Si on parle trop de l’utilité agricole de notre service, les marins risquent de se trouver mis à l’écart. Nos systèmes d’observations permettent des économies d’échelle qui rendent le service utile à tous.

Morgan Jouvenet, lui, voit dans Copernicus un objet d’étude passionnant pour le sociologue des sciences qu’il est : présenté par ses promoteurs comme un outil à la fois utile aux pouvoirs publics et à l’avancée des connaissances, Copernicus est l’incarnation massive du contrat “science-société” tel qu’il se peut s’élaborer aujourd’hui. Et surtout, poursuit Ivan Sainsaulieu, c’est un acteur de repositionnement institutionnel qui place l’Europe dans un rôle nouveau, à l’interface entre les connaissances, le service public et les entreprises. Elle est peut-être là, la très grande innovation de Copernicus.

Et vous savez le plus beau ? Il existe, le film super branché… Avec des levers de soleil, des fleurs et des poissons. Mais pas de champignons.

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : Qu’entendez-vous au juste par colbertisme high-tech ?

Mirandol (3/5) Réalités virtuelles et vrais problèmes

Je suis sûre qu’il l’a fait exprès. Quand on montre une vidéo comme ça à des sociologues, ces sceptiques professionnels, ces passionnés du désossage des certitudes et des normes qui tombent sous le sens, on risque assez peu de déclencher un enthousiasme débridé. Pourtant, pour les petits profanes comme vous et moi, le Human Brain Project fait plutôt rêver :

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez mettre à jour votre lecteur Flash ou cliquer ici pour la regarder sur le site de Youtube.

« Le cerveau est toujours une grande inconnue » rappelle Gérard Escher, conseiller auprès du président de la prestigieuse école polytechnique fédérale de Lausanne. Pour sa première rencontre avec des sociologues vivants, il est venu jusqu’à Mirandol (rappel pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents : on est à des heures de route au travers de la France profonde) pour présenter le Human Brain Project, aux ambitions colossales. Dix ans de travail divisé en 150 work packages, un milliard d’euros de budget, des centaines de chercheurs européens impliqués dans le projet, dans le but de remédier à notre ignorance encore crasse du fonctionnement réel du cerveau humain.

IMG_0387Mais pourquoi dépenser autant d’argent ? Parce que trente millions d’articles scientifiques ont déjà été publiés en neurosciences ; parce que l’Union européenne estime qu’on a déjà dépensé cent milliards d’euros sur les maladies neurologiques sans rien résoudre définitivement, et que ça ne risque pas de s’arranger avec une population qui vieillit. Parce que si on comprend enfin comment fonctionnent les milliards de neurones de notre cerveau, on pourra concevoir des ordinateurs plus efficaces et plus puissants.

Alors, vous êtes convaincus ? L’assemblée de Mirandol, elle, non. Les questions fusent. Vous croyez vraiment que c’est à coup de budgets mirobolants que vous arriverez à résoudre un problème aussi complexe (alors que moi, dans mon université, on n’arrive pas à payer le remplacement des fenêtres cassées) ? N’est-il pas dangereux de faire de telles promesses, au risque de décevoir tout le monde si on ne les tient pas ? Comment rester dans les délais tout en vérifiant à la perfection toute la rigueur des travaux ? Comment organiser cent cinquante directeurs de laboratoires sans que tout le monde ne se tape dessus ? Certains chercheurs ont quitté le projet en signe de protestation parce qu’il ne tenait pas compte de toutes les théories de l’esprit et du cerveau.

   IMG_0417

Il ne se demandera jamais Où est ma bien-aimée, où est ma Dordogne, ce cerveau modélisé. C’est dommage, parce que c’est beau, la Dordogne. Mais après tout, Mirandol voit mal les beautés du modèle. « Nous ne répondrons pas à la question de ce que le moi vient faire dans ce projet » précise Gérard Escher, qui a assisté à quatre ans de travail pour organiser tout ce monde.  Regardez le GIEC, répond Cathy Dubois, eux y arrivent plutôt bien… Même si les chercheurs du GIEC sont encore plus brutalement attaqués.

IMG_0399Pendant ce temps, à Aix-en-Provence, Daniel Mestre mène un projet de recherche beaucoup plus modeste. Plus appliqué, aussi. Il plonge des volontaires dans des environnements virtuels. A l’Institut des sciences du mouvement, Daniel étudie comment l’homme contrôle son comportement dans l’environnement. « J’étais à Seattle en 2005, raconte Daniel.  Pour soigner des grands brûlés qui revenaient d’Irak dans un état de souffrance intolérable, la Nasa faisait jouer les patients en réalité virtuelle pendant que les infirmiers s’occupaient d’eux. Les résultats de traitement de la douleur étaient spectaculaires. » Il est revenu en France avec cette idée qui pourrait faire penser à un gadget, si… si ça ne marchait pas. Il travaille maintenant dans le cadre de la mission interdisciplinaire Innovations thérapeutiques pour les maladies mentales du CNRS, qui cherche à lever des verrous méthodologiques et thérapeutiques.

Prenez un patient acrophobe, terrifié à l’idée de marcher dans le vide. Proposez-lui de mettre un casque de réalité virtuelle et de marcher au-dessus d’une piscine pleine. Accompagnez-le. Au fond, il sait que ce n’est pas une vraie piscine. Il déploie les outils pour vaincre sa peur. D’un clic, enlevez l’eau dans la piscine… « On sait que ça marche. Mais on ne sait pas encore pourquoi ça marche », rappelle Daniel, toujours intrigué. Cette discipline ne peut pas être réduite à la biologie. Il y a beaucoup de psychiatrie, de la médecine, de la physique, de la chimie… et même du théâtre, puisque le patient doit accepter d’y croire et comment disait Shakespeare, « Piece out our imperfections with your thoughts (…) And make imaginary puissance »…

En somme, le patient doit se prendre au jeu. Le jeu, c’est la spécialité de Manuel Boutet, un sociologue passionné de ces créatures étonnantes que sont les gamers de tout poil. « La réalité augmentée est une nouvelle forme d’immersion », remarque-t-il. On est dans une sorte de troisième voie entre imagination et réalité, une troisième voie qui s’appellerait la virtualité. Peut-être que dans ce cas précis, le principe actif qui permet de guérir est dans l’esprit du patient lui-même, qui peut se ressaisir de son propre corps parce qu’il se laisse convaincre. Plus que la qualité de la réalité virtuelle, du moindre détail technique, c’est l’histoire qui va fonctionner, que la technique soit parfaite ou pas. La même histoire qui permet à des joueurs de se passionner autant pour un vieux Zelda tout pixellisé que pour un somptueux Assassin’s Creed IV. Et l’histoire, toujours, qui fait bouder un tas de sociologues devant un somptueux projet de recherche, parce qu’il est beaucoup trop bien raconté.

IMG_0374

J’ai retrouvé Gérard Escher en train de prendre le frais sur la terrasse. Alors, lui ai-je demandé, vous avez fait exprès de passer une vidéo pleine de paillettes à cette assemblée de sociologues ? « Bien sûr. Si on ne peut pas s’amuser un peu… »

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : On ne va quand même pas vendre la planète à Google ?

Partager un terrain : d’une coprésence imposée à une coopération raisonnée

Depuis la rentrée, les doctorants du CESDIP et du Printemps partagent leurs séminaires des doctorants. Au-delà d’une logique instrumentale de mise en commun des lieux, des dates et des effectifs, il s’agit de réfléchir aux proximités, autres que géographiques, entre des travaux de doctorants sur des thèmes, des questions, des lectures, et parfois des terrains proches. La deuxième séance a alors été l’occasion pour nous, deux doctorants issus de ces laboratoires, de revenir sur une expérience d’enquête originale où nous nous sommes retrouvés à deux dans un même service de médecine pour y accomplir, en coprésence, nos enquêtes de terrains respectives*.

Sans trop insister sur le cœur de nos recherches, nous voudrions revenir ici sur les coulisses de ces enquêtes pour rendre visibles les investissements opérés sur cette coprésence et leurs rendements en termes de rapport aux terrains et de production de résultats. Mais d’abord, quel est l’intérêt de ce service de médecine pour nos recherches ?

L’Unité médico-judiciaire : un service de médecine à l’interface du soin et de la justice

Nous avons tous deux enquêté dans un service qui avait subi d’importantes modifications suite à la réforme de la médecine légale en 2011. Cette réforme a implanté au sein des hôpitaux des structures dédiées à la médecine légale, que sont les Instituts médico-légaux et les Unités Médico-Judiciaires (UMJ). Les premières sont consacrées à la thanatologie, c’est-à-dire principalement à la réalisation d’autopsies. Les secondes relèvent à l’inverse de la médecine légale du vivant, et c’est sur elles que nous allons nous attarder à présent.

Une salle de consultation à l'UMJ occupée par Océane pour traiter les dossiers archivés

Une salle de consultation à l’UMJ occupée par Océane pour traiter les dossiers archivés

Les Unités Médico-Judiciaires reçoivent des victimes d’actes variés : accidents de la voie publique, violences volontaires, et violences sexuelles. Ces services reçoivent également les agresseurs de ces mêmes victimes (parfois dans la même journée). Durant les consultations, les médecins travaillant dans une UMJ recueillent des récits de la violence subie, décrivent et photographient des lésions, réalisent des prélèvements en vue de retrouver les traces physiques d’un agresseur sur le corps d’une victime, pratiquent des examens gynécologiques. Lorsqu’ils reçoivent une personne impliquée dans une affaire de violence sexuelle, auteur ou victime, les médecins procèdent également à des bilans sanguins, dans le but de détecter la présence de maladies sexuellement transmissibles (VIH, hépatites, syphilis, chlamydia), ou bien de confirmer une éventuelle grossesse. Enfin, toujours dans le cadre de ces affaires particulières, ils peuvent prescrire une trithérapie préventive en cas de risque de contamination par le VIH. A l’issue de la consultation, ils rédigent un certificat décrivant minutieusement les blessures observées, et les douleurs révélées, qui sera transmis à la justice, afin de servir de preuve lors d’un éventuel procès. Ce certificat doit par ailleurs permettre au juge de mesurer la violence subie, au moyen du nombre de jours d’Incapacité Totale de Travail que le médecin détermine en fonction des conséquences physiques de l’agression. La durée de cette ITT peut avoir un réel impact sur les suites judiciaires données à l’affaire, puisqu’au-delà de huit jours, les violences volontaires ne sont plus considérées comme des contraventions mais comme des délits, et sont donc jugées devant le Tribunal Correctionnel.

Il faut également signaler que les médecins qui travaillent au sein des UMJ ont un statut particulier : tous ne sont pas des experts, au sens juridique du terme. En effet, ces praticiens ne sont pas forcément inscrits sur les listes auprès de la Cour d’Appel. De plus, ils travaillent surtout sur réquisition des Officiers de Police Judiciaire (article 60 §1 du Code de Procédure Pénale), et éventuellement du Parquet. Contrairement aux experts auxquels le juge peut faire appel en cours d’instruction, les médecins de l’UMJ interviennent plutôt en amont de la procédure, avant même que le dossier ne soit transmis au Parquet.

Enfin, les conditions de travail des médecins ne sont pas les mêmes dans toutes les UMJ. Alors que dans certaines structures, comme à l’Hôtel Dieu, les praticiens n’exercent leur métier qu’entre les murs de l’hôpital, dans d’autres ils vont examiner les gardés à vue à l’intérieur même des commissariats. Cette seconde configuration était celle de l’UMJ dans laquelle nous avons enquêté. Cette mobilité des médecins hors de leur service a d’ailleurs constitué un point majeur de discorde au moment de la réforme de la médecine légale en 2011 sur notre terrain. Les déplacements dans les commissariats, notamment de nuit, étaient considérés comme pénibles par les médecins, et devaient alors donner lieu à une compensation financière. Jusqu’en 2011, celle-ci était considérée comme satisfaisante : les examens réalisés en dehors des heures d’ouverture du service (9h-18h) étaient rémunérés à l’acte. Or la réforme a mis fin à cette possibilité pour les médecins de conserver une tarification libérale pour les actes de nuit, en les faisant basculer dans le régime de la garde : les médecins sont devenus des salariés de l’hôpital. Cette réforme a été particulièrement mal acceptée sur notre terrain, puisqu’elle a causé le départ de 13 des 15 médecins du service.

Nous avons donc enquêté dans un service à l’interface entre la médecine et la justice, relativement éloigné du soin, et suffisamment riche pour que des apprentis chercheurs équipés de méthodes différentes, orientés vers des problématiques diverses s’y rendent pour faire du terrain.

Océane : L’UMJ m’a intéressée parce qu’elle me permettait d’appréhender la manière dont les violences sexuelles sont traitées par le système judiciaire. Je m’y suis donc rendue de manière régulière durant toute l’année de Master 2, principalement afin de travailler sur les archives du service, et de réaliser des entretiens avec les médecins. Mon but était à la fois de saisir la manière dont la collaboration entre médecins et policiers s’organisait, dans le cadre de la prise en charge de ces victimes particulières, mais également d’apprécier le rôle joué par la preuve médico-légale dans le traitement judiciaire de ces violences. Ce mémoire de Master a constitué le prélude à mon travail de thèse, dans lequel je m’intéresse à l’intégralité de la chaîne pénale, et non plus à un moment particulier de la procédure.

Romain : Je me suis rendu à l’Unité médico-judiciaire pendant un mois pour y faire une ethnographie centrée à la fois sur l’activité des médecins en consultations et sur la circulation des avis d’ITT qu’ils rendent dans d’autres arènes (Dodier 1993), judiciaires ici. J’ai également tenté de suivre une perspective de sociologie du travail médical sur ce service relativement loin du soin et proche de la justice. Le suivi des médecins et de leurs expertises s’intègre à mon travail de thèse sur l’expertise judiciaire à partir de l’étude de différents services de médecine légale dont l’UMJ constitue un cas d’espèce.

On peut en venir à ce dispositif d’enquête particulier où nous avons évolués en enquêteurs, ni tout à fait isolés, ni complètement en tandem (de Galembert et Belbah 2004), ce qui a permis de tirer profit d’une coopération qui a dû être construite au fil de l’année.

D’une coprésence imposée source d’inquiétudes…

Pour Romain, l’unité médico-judiciaire est donc un terrain de thèse parmi d’autres qui permet notamment de reproduire un dispositif d’enquête déjà éprouvé en médecine légale thanatologique pour le mettre en œuvre en médecine légale du vivant.

Romain : A la sortie de mon année de Master où mon travail de terrain avait principalement porté sur un Institut médico-légal (cf. billet sur le carnet de recherche pour une présentation du M2 : http://printemps.hypotheses.org/612), j’étais intéressé par l’UMJ parce qu’il me permettait de symétriser les questionnements, les méthodes ethnographiques, et le protocole de suivi des expertises que j’avais adopté pour l’étude des autopsies médico-légales à la médecine légale du vivant. L’UMJ relevant de la même structure que l’institut médico-légal, l’idée d’aller y enquêter faisait complètement sens mais se heurtait potentiellement au fait qu’une étudiante en M2 était déjà sur le terrain, et avait commencé à mener une campagne d’entretiens avec les acteurs du service.

Le premier réflexe quand on apprend qu’un étudiant de la même université « occupe le terrain » que l’on convoite est donc une certaine inquiétude portant sur des problèmes pratiques. Allons-nous nous gêner pour trouver notre place sur le terrain ? Allons-nous solliciter simultanément les mêmes personnes ?

Le registre de la contrainte est donc celui qui accompagne nos attitudes spontanées lors de l’apprentissage de cette coprésence imposée. Il prend sa forme la plus inquiétante quand à la peur de se gêner succède celle de gêner nos enquêtés que nous suivons, interrogeons et mobilisons sur leur lieu de travail. Allons-nous sur-mobiliser des professionnels qui ne comprendraient pas l’intérêt soudain que l’on porte à leurs façons de travailler ? Ces médecins, qui passent pour leur grande majorité une ou deux journées par semaines dans le service, ne risquent-ils pas de confondre les enquêtes et les enquêteurs ? Notre crainte, à un moment où l’on ne savait que peu de choses de la recherche du second chercheur était d’autant plus grande que le service est extrêmement pris entre son activité de consultation à l’hôpital, et celle dans les commissariats. Ici, la temporalité d’un service de médecine nous semblait difficilement conciliable avec les exigences de l’entretien sociologique en particulier et de la démarche de l’enquête en général, laquelle incompatibilité ne pouvant être qu’accrue quand le nombre d’enquêteurs et celui de leurs demandes doublent.

Pourtant, de fait, ces contraintes ont toutes été levées.

Océane : Dans un premier temps, je n’ai pas eu trop l’impression de « partager un terrain. » D’abord, parce que j’étais la première à être en contact avec le personnel de l’UMJ au mois de janvier. Ils n’avaient pas encore rencontré Romain. Ensuite, parce que si j’ai pu enquêter dans le même service que Romain, je n’y ai pas du tout fait la même chose. Mon terrain était principalement constitué de cartons remplis d’archives qu’il me fallait transformer en fichier Excel. Mes contacts avec le personnel de l’UMJ étaient en outre extrêmement ponctuels, puisque leurs archives ne se trouvaient pas dans leurs locaux, mais dans ceux de l’IML, autrement dit la morgue. J’ai donc travaillé sur des examens de victimes bien vivantes dans un service chargé de certifier des morts.

Une salle de consultation vue depuis le poste du médecin de l'UMJ

Une salle de consultation vue depuis le poste du médecin de l’UMJ

Ainsi, nous ne nous sommes jamais véritablement croisés sur ce terrain quand nous allions y récolter notre matériau. La raison ne tient pas à la taille du terrain, mais à nos pratiques de recherches respectives qui s’opposent également quant aux temporalités dans lesquelles elles se sont déployées. L’an dernier, l’UMJ était pour l’une un terrain de Master 2 qui réclamait une présence étalée sur l’année à des moments déterminés, tandis que pour l’autre, il s’agissait d’un terrain parmi d’autres dans le cadre de la thèse où le choix avait été fait de vivre au rythme du service pendant environ trois semaines. De plus, les terrains relevant dans un cas d’un corpus de certificats qu’il s’agissait de coder et dans l’autre de l’observation de leurs productions dans le cabinet du médecin, la seule véritable intersection de notre travail se trouvait dans les entretiens que nous avons réalisés. Ensuite, la deuxième contrainte que nous avions anticipée à propos de la gêne causée pour les enquêtés, qui se verraient alors mobilisés deux fois plus, ne s’est pas du tout manifestée. Il semble plutôt que nous ayons évolué l’un et l’autre dans l’indifférence des enquêtés sur cette question de la « double enquête ». Sur ce terrain spécifique, cela s’explique par le fait qu’un certain nombre de médecins ne passent qu’un jour par semaine au service, et que l’ensemble des acteurs étant pris dans un cours d’action rapide lié à la charge de travail, ceux-ci n’ont jamais pointé la présence d’un autre chercheur en sociologie s’intéressant à l’activité de ce service[1].Ce constat d’une mauvaise anticipation des effets de l’enquête sur un terrain est certainement un cas particulier d’un résultat plus général où il nous semble que les sociologues surestiment parfois les réactions de leurs enquêtés[2].

Si ce qui avait pu donner lieu à des craintes a finalement été levé par le terrain lui-même et la façon dont il a été digéré par ses enquêteurs, d’autres montages méthodologiques relèvent d’une coopération active entre nous deux et ont permis de faire de cette coprésence une ressource précieuse pour nos recherches.

…à une coopération raisonnée et habilitante

Océane a commencé ses investigation à l’UMJ la première et nous nous sommes rencontrés assez rapidement pour échanger sur ce terrain. Ce premier rendez-se déroule donc quand Océane a déjà avancé son travail de terrain et maîtrise assez bien les données de cadrage de ce service de médecine particulier qui sont encore totalement étrangères à Romain.

Romain : Notre premier échange prend alors l’allure d’un véritable entretien exploratoire riche en informations me permettant de mettre au clair ce que ce terrain pouvait apporter à ma recherche sur la médecine légale. De plus, les données de cadrage ainsi obtenues ont grandement facilité l’accès au terrain. Pour ne prendre qu’un exemple, l’idée que ce service pratique une « médecine de certificat » m’a permis de fabriquer les premiers guides d’entretiens et les premières grilles d’observation de sorte à noter systématiquement les séquences dans lesquelles une médecine de soin était néanmoins présente et par suite, de les rattacher à des phénomènes sociaux, comme des luttes de juridictions professionnelles entre médecins et personnels paramédicaux. Me rendre sur ce terrain avec cette première information selon laquelle la production de certificat d’ITT est au cœur du quotidien professionnel a également permis de prêter une attention toute particulière aux rapports au droit de ces acteurs qui n’effectuent pas stricto sensu de l’ « expertise judiciaire ». Effectivement, une des pistes qui sera lancée par la suite de cette enquête sera de réfléchir aux points de contacts, mais aussi aux différences, entre la médecine légale en général et l’expertise judiciaire médico-légale en particulier. 

On pourrait cependant considérer que cette discussion préliminaire avec Océane a introduit un biais dans le travail de Romain. En effet, elle a contribué à l’orienter vers un service qu’il ne pensait pas observer initialement. De plus, elle l’a incité à être attentif au rapport que les médecins de l’UMJ entretiennent avec le soin : si le geste thérapeutique peut sembler minoritaire, il occupe pourtant une grande place dans les discours que tiennent les acteurs sur leurs pratiques professionnelles, notamment à l’occasion de la prise en charge des violences sexuelles. Il nous semble pourtant exagéré de parler de biais dans la recherche, et ceci pour deux raisons. D’une part, il est illusoire de penser qu’on peut aborder un terrain en étant totalement dépourvu d’idée sur ce qu’il sera et ce qu’on devra ou pourra en retirer. Surtout, le premier biais dans la recherche de Romain provenait de son travail antérieur sur l’Institut médico-légal. Pour reprendre une métaphore bien connue, les « lunettes » dont il s’était équipé pour observer le service de thanatologie lui floutaient certains détails dès lors qu’il les portait à l’UMJ. Par exemple, Romain ne s’attendait pas à devoir réfléchir à la question du rapport au soin des médecins, parce que le geste soignant est absent de la thanatologie. Pour continuer de filer la métaphore publicitaire, Océane a simplement proposé à Romain d’essayer une seconde paire de lunettes, plus qu’elle ne l’a incité à abandonner les premières.

Au-delà de ces premiers échanges, et au fur-et-à-mesure que les enquêtes de l’un et de l’autre avançaient, comme on l’a vu sans interférences, c’est donc sur un mode plus institué, qui nous fait parler d’une coopération raisonnée, que nos échanges ont produit des bénéfices divers et inattendus.

Océane : Le fait que nous enquêtions sur le même terrain, bien que nous ne nous y soyons jamais croisés, m’a été d’une grande aide. Lorsque j’ai commencé mon travail de recherche, j’étais une novice en matière de sociologie des sciences et des techniques, de sociologie des professions, et de sociologie de l’expertise. J’ai pu bénéficier dans un premier temps des conseils de Romain en matière de bibliographie. J’ai trouvé une oreille attentive à mes questions et un regard informé sur mes écrits, puisque Romain a accepté de relire l’introduction de mon mémoire. De plus, j’ai par la suite profité du fait que Romain avait effectué trois semaines d’observation dans l’UMJ. Le compte-rendu de celui qui était devenu la « mascotte du service» selon l’expression d’un des médecins du service récemment rencontré, m’a permis de confirmer ce qui ressortait des entretiens que j’avais conduits auprès du personnel. Enfin, au-delà des échanges académiques, ce partage de terrain a permis de tisser des liens de camaraderie permettant d’égayer un peu nos pesantes recherches respectives.

A ce stade, il est important de comprendre combien notre terrain pouvait être qualifié de « sensible ». Nous avons été tous deux confrontés à une violence inhabituelle et à des situations humainement difficiles. Les consultations durant lesquelles les victimes livrent le récit de la violence subie et en exposent les marques au médecin et au sociologue en blouse blanche peuvent être particulièrement éprouvante pour le chercheur. « Bien réagir » aux chairs meurtries, et parfois aux pleurs, des personnes examinées n’est pas toujours à la portée de l’ethnographe, quand bien même celui-ci dispose déjà d’une expérience de terrain sensible au sein d’un de service de thanatologie. De même, le dépouillement de 271 dossiers médicaux de victimes d’agressions sexuelles a usé le moral de la masterante. La froide description médicale et extrêmement précise des lésions physiques et génitales, les centaines de récits qui sont autant de déclinaisons de la « violence de notre temps » (Vigarello 1998), les photos de l’intimité profanée des personnes auxquelles il n’est pas toujours possible de se soustraire, ont failli par moments avoir raison de l’enthousiasme de l’apprentie chercheuse pour son sujet. Pour reprendre les termes de Georges Devereux, chacun de nous a dû faire face à « l’angoisse de l’observateur » (Devereux et La Barre 1980), qui a constitué la toile de fond de nos réactions face à ce que nous observions. Dans ce contexte, les échanges que nous avons eus nous ont permis de partager le désarroi et l’émotion que pouvait parfois susciter en nous ce terrain, dont la violence est manifeste aussi bien lors des consultations de victimes que dans les cartons d’archives de certificats.

C’est finalement moins sur le terrain comme territoire qu’en dehors de celui-ci que nos échanges ont été les plus fructueux. Au terme de cette expérience, il nous semble donc nécessaire de revenir sur la notion de « coprésence », ainsi que sur l’intitulé de ce billet, à savoir « partager un terrain ». Que désignons-nous par le terme « terrain » ?

Si l’on se restreint à une définition du terrain comme territoire géographique, il n’y a pas eu à proprement parler de partage, puisque nous ne nous y sommes presque pas croisés. Dans cette acception, la coprésence ne doit surtout pas être comprise au sens de la présence simultanée de deux enquêteurs dans le même espace, mais plutôt comme le fait, pour chacun de nous, d’avoir eu conscience du passage passé ou à venir de l’autre à l’UMJ. Mieux, nous concevons alors le terrain comme un espace plus large occupé ici par nos échanges ayant produit de façon réflexive des manières de travailler à l’UMJ. Notre terrain est à la fois une UMJ géographiquement située, mais également une construction faite de nos réflexions mutuelles sur ce que nous avons vu, lu et entendu dans et en dehors du service. Notre terrain, c’est nos rendez-vous de travail, nos relectures mutuelles, nos recommandations bibliographiques. Notre terrain, c’est la manière dont chacun de nous comprend ce que l’autre vit et voit à l’UMJ. Ainsi, notre terrain dépasse largement le service observé en tant qu’unité géographique, et ne le recouvre que très partiellement.

Conclusion : Partager un terrain par la mise en commun des expériences

Nous voudrions, pour conclure ce billet, défendre une idée à partir de cette expérience de recherche particulière, tout en étant conscients du rôle que les singularités de nos terrains ont joué dans les formes qu’a pris notre coprésence à l’UMJ. En plus d’avoir été écartées par une coopération sur ce terrain, nos prénotions ont été en fait complètement renversées. Premièrement, nous pensions spontanément gêner les enquêtés, et la quasi indifférence dans laquelle nous avons accompli notre travail de terrain nous a conduits à grandement relativiser cette idée. Deuxièmement, la crainte de nous gêner sur le terrain a été levée par les discussions que nous avons eues en dehors de celui-ci qui nous ont au contraire habilités, en nous équipant de grilles d’observation et de guides d’entretien affinées, en partageant le contenu de nos découvertes ou en discutant des situations d’enquête sensibles dans un service qui constitue un observatoire de la violence.

Ce récit d’apprentissage nous permet ainsi de mettre à distance l’idée qu’un sociologue occupe un terrain, voire une problématique ou un champ, en insistant sur les riches possibilités d’échanges constitutives de ce que partager un terrain veut dire. En déclinant ces mises en communs sur d’autres dimensions du travail en sciences sociales, le séminaire des doctorants du Printemps et du CESDIP permettra, peut-être, d’approfondir cette idée.

Romain Juston (doctorant, Printemps), Océane Pérona (doctorante, CESDIP)

 

* L’idée de ce billet a donné lieu à une présentation au séminaire des doctorants du Printemps et du CESDIP. Nous remercions l’ensemble des doctorants, ainsi qu’Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques qui ont permis d’améliorer ce texte.

Bibliographie

De Galembert Claire et Mustapha Belbah, 2004, « Vertus heuristiques d’une recherche en tandem », Terrains & travaux n° 7 (2) (septembre 1): 127‑145.

Devereux Georges et Weston La Barre, 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Nouvelle bibliothèque scientifique, Paris,  Flammarion.

Dodier Nicolas, 1993, L’expertise médicale: essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Editions Métailié.

Vigarello Georges, 1998, Histoire du viol, Paris, Le Seuil.

 


[1] L’ignorance de nos recherches est parfois allé jusqu’à un cas limite où, au terme d’une matinée lors de laquelle Romain avait suivi un médecin pendant 5 consultations de victimes, ce dernier lui demande s’il était externe ou interne en médecine.

[2] Dans le dernier billet de ce même carnet de recherche [http://printemps.hypotheses.org/1614], Jérôme Pélisse décrit une autre modalité de ce résultat quand il présente les « attentes déçues » de réaction de la part des enquêtés au moment de la restitution d’une enquête.

Mirandol (2/5) : libre, open, gratuit, mais à quel prix ?

IMG_0355Tout cela a peut-être commencé par un malentendu. Non pas sur les vrais bénéfices pour la santé d’aller faire du jogging avant l’aube dans des chemins caillouteux alors qu’il fait cinq degrés, mais un malentendu bien plus grave, linguistique : freeware en anglais, ça veut dire libre, mais ça veut aussi dire gratuit.

Claude Gomez le sait bien, puisque son entreprise part d’un logiciel en open source de calcul numérique, Scilab, pour en faire un produit à la fois socialement utile et commercialement intéressant. La cheminée de Mirandol se convertit de bonne grâce en écran pour PowerPoint (après tout, elle a dû en voir d’autres). Scilab offre un outil de calcul ouvert à tous, que chacun peut adapter aux besoins de son entreprise : statistiques, visualisation de données, modélisation 2D et 3D, recherche de situations optimales, etc. Son logiciel est téléchargé 80 000 fois par mois, dans 150 pays du monde.

C’est très bien tout ça, mais si c’est gratuit, ils vivent d’amour du libre accès et d’eau fraîche ? Non répond Claude Gomez, on le fait parce que c’est un très bon modèle économique. On se retrouve en effet dans la logique du freemium : on vous donne la main gratuitement, mais si vous voulez le bras, il va falloir payer. C’est la même logique qu’Open Edition essaie d’adopter (avec un succès relatif, tant le gratuit est déjà satisfaisant) en éditions de sciences humaines et sociales. Scilab, fortement financée au départ par l’INRIA et d’autres fonds publics, organise des formations et vend des modules externes adaptés aux besoin de leurs clients.

Le premier malentendu du terme free, c’est que gratuit au départ, cela ne veut pas dire qu’un logiciel n’a pas un coût. Il a fallu des années de travail pour rendre le logiciel le plus souple et le plus efficace possible et pour travailler l’ergonomie de l’objet afin que chacun puisse se l’approprier. Free, dans le sens de libre, cela veut également dire qu’on ne peut pas compter exclusivement sur la communauté des utilisateurs pour l’améliorer. Certains travaux ne peuvent être faits qu’en interne. Et une communauté, ça se gère et ça s’anime.mirandol3

Un peu gratuit, un peu payant, un peu libre et un peu propriétaire : on est devant un objet légal non identifié, constate Mélanie Clément-Fontaine, chercheuse en droit privé. La Commission européenne voit d’un mauvais œil la subvention d’un produit devenu commercial… et pourtant, il n’y a rien de tel que le gratuit pour atteindre une masse critique d’utilisateurs et former un marché.

C’est là que le sociologue entre en scène. (Mon pari : c’est lui qu’on va retrouver à la fin du cinquième chapitre ; le coupable sera le sociologue, avec le chandelier, dans la salle de billard.) Ce chercheur-là doit s’y retrouver au milieu d’une multiplicité d’acteurs, ceux du public et du privé, les bénévoles et les commerciaux, ceux qui paient et ceux qui ne paient pas. Mais à observer les relations de Scilab avec sa communauté d’organisateurs, on se rend compte que le libre peut être très organisé. Tout en gardant des communautés poreuses et la possibilité d’entrer et de sortir, car le geek est une créature sensible.

Le gratuit ne l’est jamais pour tout le monde, rappelle Yannick Magnien, l’un des hommes derrière la merveilleuse bibliothèque en ligne Gallica et le précieux outil de recherche Isidore (Monsieur, j’aime beaucoup ce que vous faites). Des outils que l’utilisateur ne paie pas mais qui ont bien eu besoin de nos impôts pour être développés et maintenus. Transparent ? La publication sur Revues.org n’implique pas automatiquement la transparence parfaite du processus de sélection des articles. Internet a fait surgir de nouvelles définitions de la transparence.

Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander "Galliquoi ?"

Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander “Galliquoi ?”

Pour remédier aux malentendus, il faut peut-être donc changer de catégories et arrêter d’opposer le gratuit au payant, le format libre au format propriétaire. Si des gens font leur beurre de l’économie de la contribution, faut-il les en empêcher ou tracer les contours d’une tierce économie de la contribution ? Yannick ose même reprendre de « vieux concepts marxisants » et parler de « socialisation du capital fixe » pour concevoir un nouveau moteur d’innovation, plus créateur que destructeur. Marx au service de l’open access, celle-là, on aurait eu du mal à la voir venir.

cover_naturePendant ce temps, le big data rebat les cartes. Le big data ? Ce sont ces montagnes de données, de plusieurs pétaoctets de haut, qui nécessitent de nouveaux logiciels plus puissants pour parvenir à des bases de données d’une richesse inouïe pour les chercheurs… ou à un retraçage de vos activités sur le Net qui riment très fort avec Big brother. Et revoilà le spectre de Google, ses knowledge graphs inaccessibles au public et le retour des données pas si gratuites que ça, sur des millions de serveurs bien réels et bien énergivores.

Le big data formalise la production intellectuelle en rendant les mots commensurables, remarque Guillaume Carnino, l’historien de service et spécialiste des prétendues questions naïves qui retournent le cerveau de l’assistance. Une fois que les mots deviennent commensurables, ils peuvent entrer sur un marché et devenir des biens échangeables, brevetables. Exploitables, jusqu’à quel point ? Quelles décisions politiques et économiques faut-il prendre, faire un Google européen ou surfer sur les nuages des projets existants ? Plutôt que de prendre une position politique, les sociologues font leur travail : ils sortent leurs jumelles et ils observent. C’est encore le meilleur moyen d’éviter les malentendus.

IMG_0415

Clara Tomasini

scribe non-officielle
et seule personne sans doctorat de cette savante assemblée,
ce qui explique sans doute certains raccourcis.

Pour en savoir plus sur le big data, vous pouvez lire ceci.

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : modéliser le cerveau humain, est-ce bien raisonnable ?

Innovation, innovation (1/5) : à Mirandol, on scrute l’horizon

MirandolLa voiture, cahotante, grimpe le chemin creux et dérape dans la boue. Tout en haut, le château de Mirandol, forteresse du XIe siècle perchée sur son piton rocheux. La cheminée de la salle des gardes est assez grande pour y faire rentrer trois hommes et des fumets de cailles rôties s’échappent des cuisines. C’est ici, au fin fond du Quercy, un plaid sur les genoux, qu’une vingtaine de chercheurs sont venus causer neurosciences, big data, calculateurs en libre accès et politiques d’innovation en tous genres. Les vieilles pierres et l’horizon lointain se prêtent bien à des réflexions d’avenir. Après tout, ce château était un poste d’observation.

Sociologues, historiens, ingénieurs, économistes, géographes, juristes, psychologues, neurophysiciens… Ils ont tous laissé de côté pour trois jours leurs articles en souffrance, les mails des étudiants et thésards et leurs dossiers de l’Agence nationale de la recherche pour se pencher sur cette notion galvaudée, empreinte de storytelling politique et économique : l’innovation.

« L’innovant ou l’improbable ? » se demande Arnaud Saint-Martin, chercheur au Printemps qui organise ce colloque avec Ivan Sainsaulieu, sociologue au Clersé. Au-delà des modes langagières et des manipulations politiques, comment faire de l’innovation une question de recherche ? Pour ne pas tomber dans le conceptuel éthéré, Arnaud et Ivan ont prévu de partir de cas bien concrets : l’entreprise Scilab, qui développe un logiciel libre de calcul assortis d’offres payantes ; des projets sur le cerveau, pharaoniques comme le Human Brain Project ou à plus petite échelle, comme les travaux sur la réalité virtuelle à l’université d’Aix-Marseille ; des innovations qui vont plus haut que notre atmosphère, comme les satellites du programme européen Copernicus, ou bien terre-à-terre, comme le gigantesque établissement public dont l’installation est prévue sur le plateau de Saclay.

mirandol2

Qu’est-ce que ces grands projets ont en commun ?  Peut-être de l’audace. Une audace qui peut parfois confiner au « colbertisme high-tech », comme on l’a suggéré au sujet de Saclay, au pharaonoique, au fou, au massif… Mais après tout, avant de piloter des projets, il faut les vendre. Eveiller l’enthousiasme pour sortir de l’ordinaire. Gérard Escher, venu présenter le Human brain project, s’en est bien rendu compte en passant son film de présentation, plein de belle musique et d’effets spectaculaires : ça passe moins bien devant un public de chercheurs dont le scepticisme est l’une des premières qualités professionnelles. Les chercheurs ne sont pas les seuls à contenir leur enthousiasme, à une époque tristement pragmatique où on retourne les satellites vers la Terre et où on demande aux astronautes à quoi ça peut bien servir d’aller se balader sur Mars.

Sceptiques, notamment devant le coût de projets pharaoniques. Est-ce que c’est avec des budgets à dix chiffres qu’on innove le mieux ? « Freud n’a pas coûté un sou d’argent public pour inventer la psychanalyse ! » proteste le mathématicien et psychanalyste de service. « En revanche, il a inventé une mine d’or », ricane un voisin de fauteuil dont on taira le nom. Frais de départ pour débloquer une situation, ou investissements à long terme en partant du gratuit, tandis que plane le spectre de Google au-dessus d’un open access parfois gratuit, parfois complètement utopique.

Aujourd’hui pourtant, l’innovation est un mot de passe politique et une clé de la relance économique, qui fait apparaître comme par magie des fonds dans les ministères les plus sinistrés. Il est loin le temps où Adolphe Thiers écrivait « En bonne politique, toute innovation est dangereuse ». Maintenant, on a des rapports Lauvergeon. Mais pour le chercheur, une fois qu’on a déconstruit les enjeux politiques et économiques, analysé le fantasme de l’innovateur, du saint Pasteur au saint Steve Jobs, qu’est-ce qu’on fait ? On identifie les acteurs, les étapes, les récurrences et on fait la différence entre la vraie nouveauté et le réemballage des activités déjà existantes, les gadgets court-termistes et les vrais projets d’envergure. On analyse les initiatives, on s’analyse soi-même et on regarde loin à l’horizon, comme le faisaient déjà au XIe siècle les guetteurs de Mirandol.

Clara Tomasini, scribe non-officielle

Premier épisode : le logiciel libre et gratuit, mais pas pour tout le monde

De l'innovation partout.

D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche…

Après deux mois silencieux, voici la fin du billet promis, centré sur une autre dimension pratique et peu explicitée de l’activité de recherche en sociologie : la fin de la recherche, la clôture du terrain… toujours provisoire, en réalité. Quelques manuels formulent bien quelques conseils à ce sujet – bien moins qu’en matière de commencement d’une recherche néanmoins – et ce dernier billet ne vise pas tant à donner des conseils qu’à raconter et réfléchir sur comment se termine toujours provisoirement une recherche. Et si j’insiste autant sur cette dimension provisoire, c’est bien parce que, comme on le verra, à l’image du sparadrap collé à un doigt, on ne se débarrasse pas comme cela d’un sujet, d’un terrain, d’une question, surtout si la recherche a fait l’objet d’une publication.

Mais revenons à la CFE-CGC pour aborder, finalement, trois questions entremêlées mais que je vais distinguer : celle de la restitution de la recherche d’une part – surprenante dans notre cas, on va le voir – ; celle de l’instrumentalisation dont elle peut faire l’objet et du jeu qui peut s’instaurer entre les chercheurs et les commanditaires ou les sujets et personnes rencontrés sur le terrain d’enquête, ensuite ; celle de valorisation de la recherche enfin, et du souhait d’en diffuser les résultats, sinon d’en faire un objet de débat. Ces trois dimensions permettent en effet d’expliquer pourquoi, à mes yeux, la clôture est toujours provisoire et on ne termine jamais complètement une recherche.

Restituer la recherche : un horizon déçu

La restitution de notre recherche – indissociablement liée au fait qu’il s’agit d’une recherche sur contrat, avec un commanditaire qui finance et attend donc un retour – était prévue dès le départ et a toujours été l’esprit de ce que nous écrivions. Non pas que cet horizon ait limité l’écriture mais il s’agissait aussi, dans le rapport que nous avons remis, de développer des éléments qui allaient, selon nous, intéresser nos commanditaires. Cette préoccupation, présente dès la conception du questionnaire, a conduit par exemple à tout un développement sur les structures organisationnelles du syndicat et l’articulation entre niveaux territoriaux, professionnels, confédéraux. Nous n’aurions sans doute pas détaillé autant cette partie dans notre rapport si nous n’avions pas en tête que nous écrivions pour un commanditaire d’abord, des pairs ensuite, voire des militants syndicaux ou le grand public – car assez vite a émergé l’idée que nous pourrions faire de ce rapport un ouvrage. Cette dimension – anticiper pour qui on écrit – est en réalité toujours présente dans le travail de présentation d’une recherche. L’anticipation d’une restitution orale et écrite à un commanditaire rend plus saillante cette dimension, permettant peut-être paradoxalement davantage de réflexivité sur la manière dont on écrit, ce qu’on dit et ne dit pas dans un tel rapport. Nos réunions avec les commanditaires, qui ont constitué un matériau à part entière comme on l’a dit dans le billet précédent, n’ont ainsi pas été exploitées directement dans le rapport. Mais si nous avons fait attention à comment nous formulions les choses (et l’écriture à huit mains est ici précieuse), il ne me semble pas que nous nous soyons spécialement censurés, pas plus ni moins, en tout cas, que dans d’autres études que j’ai pu réaliser et qui impliquaient également des restitutions (auprès de la DARES ou de l’ANPE notamment).

Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Cette anticipation a, en outre, toutes les chances d’être déçue : les lecteurs du rapport ne relèvent pas forcément des choses, ou pas celles attendues par les auteurs. De manière générale, un grand respect pour les écrits du chercheur se manifeste : son extériorité face aux enjeux de l’organisation étudiée ou à la nature des interactions auxquelles il assiste, ou l’idée qu’il n’est là qu’un temps permettent sans doute d’accepter plus facilement d’entendre (ou de lire) certaines choses du côté des commanditaires. Dans le cas de la recherche sur la CFE-CGC, la réception a été une grande déception. Nous n’avons en effet eu aucun retour, ni écrit, ni oral sur notre rapport. Une restitution orale était pourtant bien prévue et qui plus est au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) en juin 2012. Le rapport (sans doute plutôt son résumé) avait été envoyé à tous et nous étions attendus pour exposer en une vingtaine de minutes les principaux résultats de l’étude, une trentaine de minutes d’échanges étant prévues ensuite. Or cette réunion ne s’est pas déroulée comme l’avaient prévu ses organisateurs. Les membres du comité confédéral ont en effet bousculé l’ordre du jour, exigeant que soient traités et débattus d’autres points, remettant en cause certaines décisions prises par… nos commanditaires. Après 1 h 30 d’attente, notre interlocutrice, désolée, a convenu qu’elle ne réussirait pas nous « faire passer » avant un temps indéterminé mais potentiellement long ; nous sommes donc partis, pensant qu’une autre occasion, même en plus petit comité, se présenterait plus tard. Car jusqu’ici, et malgré l’envoi du rapport sept mois plus tôt, aucun retour ne nous avait été fait, interlocuteurs à la confédération compris. Et il n’en a rien été jusqu’au congrès de Saint-Malo en avril dernier, bien qu’un article dans une revue scientifique (mais qu’on imagine lue par un certain nombre de syndicalistes puisqu’il s’agit de la revue de la DARES, Travail et Emploi) soit sorti en juillet 2012, quelques jours après cette restitution ratée. Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » l’article appelait a priori des réactions… qui ne sont jamais venues.

Les usages de la recherche

C’est donc un « non-usage » de notre étude, par ses propres commanditaires, que nous avons en quelque sorte constaté. Cette situation n’est pas si exceptionnelle : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique, pertinent, intéressant peut-être, ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert et violent entre la numéro 2 (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes ouverts est sans doute cette réunion du comité confédéral de juin 2012, explique manifestement cette absence de retour de nos commanditaires, passés à d’autres dossiers plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques informations « chocs » présentées lors du rapport intermédiaire (comme les moyennes d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, ou encore l’objectivation d’une césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel »)… qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

Mesures et démesures du travail, 2012.

Mesures et démesures du travail, 2012.

Cet échec/absence de retour a toutefois facilité la transformation du rapport en ouvrage. Recontactant un éditeur avec qui j’avais travaillé l’année précédente, nous proposons dès le printemps 2012 un synopsis et un projet d’ouvrage, rapidement accepté[1]. Publier un ouvrage tiré de ce rapport résultait d’une triple volonté : il s’agissait d’abord de valoriser cette recherche en n’en restant pas à un article ou à une communication dans un ou deux colloques (au congrès de l’AFS à Grenoble en juillet 2011 et aux Journées internationales de sociologie du travail à Bruxelles en janvier 2012, où nous avions présenté une réflexion sur les processus et les effets de la mesure de la représentativité pour ce syndicat[2]).

Nous étant plus investis que nous ne l’avions imaginé (plus d’entretiens, de temps et de pages que prévu), il nous paraissait possible – et sans trop de difficultés – de transformer le rapport en ouvrage. Deuxièmement, ayant confirmé l’absence d’ouvrages de référence sur cette organisation syndicale, nous pensions pouvoir, justement, écrire un tel ouvrage de référence, ce qui garantissait en quelque sorte un lectorat minimum, à la fois scientifique et militant. Enfin, sachant que le prochain congrès de la CFE-CGC aurait lieu en avril 2013 à Saint Malo,  publier cet ouvrage juste avant ce futur congrès était une occasion de mettre en débat nos hypothèses, de poursuivre la restitution imaginée et, au vu des événements, de finalement contourner cette restitution manquée. L’idée revenait en quelque sorte, inversant ce qu’il se passe d’habitude, à « forcer » les responsables et militants de ce syndicat à faire usage de cette recherche… En annonçant que l’équipe ou au moins deux de ses membres se rendrait au congrès de Saint Malo muni de l’ouvrage — si ce dernier était imprimé à temps —, il s’agissait enfin de convaincre l’éditeur qu’un lectorat potentiel existait et que l’ouvrage allait se vendre – une question aujourd’hui prégnante dans l’édition en sciences sociales.

Le temps de l’écriture était donc contraint par une date impérative. Ce stimulant a été puissant, en particulier pour Arnaud qui s’est plongé dans la littérature historique et a produit une contextualisation historique riche et indispensable de la CGC, largement absente dans le rapport. Et à nouveau, la cohésion de l’équipe a fait merveille pour que nous réécrivions en bonne part le rapport en tenant (cette fois) les délais ! Négociant une place sur le stand de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), organisme de recherche « au service des organisations représentatives de travailleurs » présent à tous les congrès confédéraux des différentes organisations syndicales, je me rends ainsi au congrès de Saint-Malo avec Guillaume muni d’une trentaine d’exemplaires de l’ouvrage reçu une semaine avant, pour le diffuser et avoir, peut-être enfin, quelques retours sur notre recherche.

Valoriser et/ou instrumentaliser la recherche ? D’un congrès à l’autre…

Saint Malo : prêt et badgé.

Saint Malo : prêt et badgé.

La recherche s’est donc terminée par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral. Nous ne sommes cependant pas invités au congrès, mais je m’y suis invité avec Guillaume.

Un coup de fil à l’un de nos interlocuteurs, même non contactés depuis neuf mois et qui a en charge l’organisation matérielle du congrès, puis le relais du responsable de l’IRES en charge de son stand sur le lieu et le temps du colloque nous ont permis d’avoir un badge pour participer au congrès.

Centré sur « l’innovation », le congrès s’organise de la même manière qu’à Reims (voir billet 1), l’animateur venant cette fois de la télévision plutôt que de la radio, la salle étant plus encore décorée par un jeu de lumières et le congrès s’ouvrant cette fois sur une « prouesse technologique ».

Une plénière bien animée.

Une plénière bien animée.

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, j’en ai envoyé quatre exemplaires aux membres de la confédération avec qui nous avons échangé pendant la recherche (dont la numéro 2, candidate en 2013 pour la présidence de la confédération). J’en ai aussi envoyé un exemplaire au toujours président, en conflit violent avec sa numéro 2… espérant et redoutant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage.

Car l’horizon du congrès se déroule dans un climat autrement plus conflictuel qu’en 2010. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté depuis quelques mois. Pris de court par l’annonce de la candidature de sa numéro 2, Bernard Van Craeynest renonce à se représenter mais indique publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite donc en partie. Mais ce conflit dépasse une querelle de personnes : l’analyse des candidatures (elles se font par listes de trois personnes : président, secrétaire général, trésorier, puis un ensemble de candidatures de secrétaires confédéraux se présentent, soutenant et soutenu par telle ou telle liste) valide en effet notre constat et la thèse exposée dans l’ouvrage d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le terme, le statut, le sens de « cadre » et d’« encadrant » se différencient, sinon s’opposent de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, industries électriques et gazières, fonctions publiques, etc. et de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Et alors que notre enquête met en évidence un attachement mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, soulignant combien aujourd’hui les cadres et encadrants sont avant tout des salariés comme les autres (même s’ils peuvent rester un peu différents des autres) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception du cadre et de l’encadrement qui les démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’exception catégorielle dont jouit la CFE-CGC.

De l'innovation partout.

De l’innovation partout.

Les résultats du congrès, avec l’élection de l’ancienne numéro 2 avec 59 % des voix, consacre la victoire d’un camp sur l’autre : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et pas juste réduite aux trois dirigeants) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques »… et plus les seuls ni même les cadres.

Ce contexte explique donc le souhait et la crainte entremêlés d’être instrumentalisé par l’une ou l’autre partie – notre ouvrage s’intitulant : « Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la fin d’une exception ? ». Il s’agit bien d’un souhait car l’instrumentalisation est presque provoquée par l’envoi de l’ouvrage aux responsables « en guerre » ; et d’une crainte – mais elle est inhérente à toute diffusion et publication –, d’un usage non contrôlé ou partisan d’un ouvrage qui revendique une posture scientifique et neutre dans cet affrontement à la fois stratégique et identitaire.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

À nouveau, nous allons être surpris : car en effet, si, lors de la visite des stands, avant l’ouverture du congrès, nous croisons quelques visages connus – dont la candidate qui nous lâche ses constats quant au climat lourd qui entoure ce congrès et ses craintes concernant d’éventuels « dérapages », aucune réaction ne s’exprime à nouveau quant à notre ouvrage, aux constats et aux thèses qui y sont présentés et défendues.

La surprise vient après : pendant le discours d’ouverture du congrès par son président sur le départ, et dans une ambiance de défiance à son égard palpable dans la salle et les allées du congrès, Bernard Van Craeynest sort en effet un papier de sa poche au milieu de son discours et cite nos quatre noms, évoquant « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Et l’encore actuel président d’inciter les congressistes à aller lire « cette monographie sur notre propre organisation » et d’insister sur la nécessaire unité qui préside à sa destinée, avant d’aborder, dans une dernière partie de son discours, des sujets d’actualité où il fait résonner une voix revendicatrice plutôt inhabituelle dans sa bouche et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Enfin, nous tenons une réaction ! On ne pouvait rêver mieux ou presque comme publicité et nous filons à la pause au stand de l’IRES pour y évoquer l’ouvrage avec les militants, qui en ont maintenant entendu parler. Guillaume croise deux enquêtés et s’entretient avec eux et nous tentons d’expliquer, non sans mal, aux militants qu’ils ne peuvent acheter l’ouvrage en direct mais doivent remplir un bon de commande ou envoyer un chèque à l’éditeur.

 

 

 

 

 

Conclusion : une clôture provisoire ?

Le « succès » de notre présence à Saint-Malo – le fait qu’on parle de l’ouvrage, qu’il se diffuse auprès des militants – est cependant bien relatif. Sans grande surprise, le nombre d’ouvrages vendus (150 environ), deux mois après, n’atteste pas d’achats massifs par les 500 congressistes présents ni les milliers de militants de la CFE-CGC. Surtout, aucune réaction ne nous est parvenue depuis[3]. La mise en débat que nous proposions et incitions par nos constats concernant le clivage de l’organisation n’a pas vraiment pris, semble-t-il. Semble-t-il car, l’enquête étant close, nous n’avons plus de visibilité sur les usages éventuels de l’ouvrage, tant à la tête de l’organisation que dans les sections syndicales d’entreprise (ne serait-ce que dans celles qui ont participé à l’enquête).

La valorisation de la science en action.

La valorisation de la science en action.

La valorisation de la recherche et sa diffusion dans le milieu académique et dans celui, plus large, des observateurs des relations professionnelles et du syndicalisme, sont par contre plus réussies : au moment du congrès, nous sommes contactés pour en expliciter les enjeux et deux interviews paraissent dans l’Humanité Dimanche et sur le site économique de 20 minutes. Surtout, un journaliste du site spécialisé Miroir social me contacte lors et après le congrès pour faire une interview à propos du syndicalisme catégoriel et notamment de la CFE-CGC, donnant l’occasion d’une interview sur ce site, tandis que plusieurs chercheurs à qui nous avons envoyé l’ouvrage nous font des retours positifs. Nous présentons enfin, quelques semaines plus tard, certains résultats de cette recherche lors d’une journée d’étude organisée autour du syndicalisme catégoriel par le réseau thématique « sociologie des relations professionnelles » de l’AFS et le laboratoire PRINTEMPS.

Mais au-delà de ces questions de diffusion des résultats d’une étude et des discussions scientifiques qu’elle fait naître, c’est sur la dimension provisoire de la clôture de cette recherche – et sans doute de toute recherche – qu’on peut conclure. En effet, toutes ces occasions de diffusion et de valorisation (via notre présence sur un stand du congrès en avril, interviews ou communication) sont autant de moments où l’enquête peut se poursuivre : les réactions engendrées par l’ouvrage ou le fait d’en parler appartiennent à l’objet d’étude, autant que la manière dont se déroule le congrès de Saint-Malo ou ses résultats. Et il en est de même de la (non) réception du rapport initial ou de tous les usages dont ces productions scientifiques font l’objet par les acteurs. C’est pourquoi, en réalité, les fins de terrain ou de recherche sont toujours provisoires, comme j’ai pu le constater sur tous les autres terrains que j’ai analysés, de ma thèse (qui suscite encore, presque dix ans après, des invitations à parler du temps de travail) à toutes les autres recherches, ou presque, que j’ai pu mener, si, du moins, un travail de valorisation minimum était effectué. Mais c’est aussi l’attitude des chercheurs – en acceptant ou en refusant ces sollicitations, qu’elles viennent du monde académique ou d’ailleurs, si ces dernières portent bien sur l’objet de la recherche bien entendu – qui explique pourquoi (et comment) les recherches ne se terminent jamais vraiment…

 

 


[1] Il s’agit toutefois d’un second essai car nous avons contacté un autre éditeur dans un premier temps qui nous a également rapidement répondu… qu’une étude sur les syndicats, cela ne se vendait pas !

[2] Le thème du colloque portait en effet sur « Mesures et démesures du travail ». Cette communication a d’ailleurs été sélectionnée par les organisateurs des JIST pour figurer dans un ouvrage en publiant une partie des actes, voir « Quand mesurer la représentativité interroge les pratiques et les identités syndicales. Les militants de la CFE-CGC face à la loi du 20 août 2008 », in M. Alaluf, P. Desmarez, M. Stroobants, Mesures et démesures du travail, Coll. Sociologie et anthropologie, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 143-157.

[3] Quelques exemplaires de l’ouvrage ont été envoyés à des enquêtés, lorsque nous nous étions engagés à le faire. Aucun ne nous a fait de retour non plus, mais les militants ou responsables l’ont peut-être gardé pour leurs vacances d’été !

Carnet de recherches du laboratoire Professions, Institutions, Temporalités


Carnets de recherche