Séminaire “Les SHS face à la mondialisation” avec Romain Lecler (NYU)

Romain Lecler ouvrira le séminaire “Sciences humaines et sociales face à la mondialisation”, dont Olivier Roueff et Lamia Missaoui animeront les six séances de ce vendredi 13 janvier jusqu’au 25 mai 2012. Romain Lecler est professeur assistant à l’Institute of French Studies de l’Université de New York. Après avoir travaillé sur le cinéma militant des années 1970, il réalise une thèse en sociologie politique consacrée au marché international de l’audiovisuel. Il a récemment publié : « Le succès d’Histoires d’A, “film sur l’avortement” », Terrains & travaux (13, 2007) et “La mue des “gaspilleurs de pellicule”“, Raisons politiques (39, 2010/3). Il vient présenter un ouvrage à paraître dans la collection Repères sur La sociologie de la mondialisation.

Le séminaire porte sur la question des Sciences humaines face à la mondialisation. D’une part, nous désirons engager un dialogue interdisciplinaire à l’uvsq sur les démarches d’enquête situées à l’échelle internationale  et d’autre part, l’intention générale est de susciter une réflexion sur les outils méthodologiques, conceptuels, problématiques que les différentes disciplines mettent en œuvre pour traiter d’objets à dimension inter ou transnationales.

Nous partons de l’idée que la prégnance implicite des traditions nationales constitue un point aveugle de la sociologie, des sciences humaines, et des schèmes de pensée en général. Notre désir est de provoquer ce débat qui fait défaut en sociologie, alors qu’il est déjà bien avancé en anthropologie et en histoire. Pour notre discipline, il semble impossible de quitter la trilogie fondatrice : espace réifié dans l’ici, temps unidimensionnel de notre unique histoire sociale, identité résultant exclusivement des deux premiers. Or, le propre de la mondialisation-globalisation est de mettre désormais le lointain ici, à notre immédiate portée : il y a là des contractions, des subversions de l’espace et du temps qui imposent de nouvelles analyses, de nouvelles méthodes, de nouveaux concepts.

Comment peut-on faire une sociologie/histoire/anthropologie de la mondialisation ? Comment peut-on dire ces nouvelles formes sociales émergentes provoquées par les circulations et les interdépendances transversales à nos États-nations, et que disent-elles de nos frontières sociales et idéologiques ? En quoi notre intérêt pour ces nouvelles formes nous permet-il de mieux analyser les autres sociétés, mais aussi de réinterpréter notre propre histoire ?

Commentaires et lancements de débat : Lamia Missaoui , Olivier Roueff  avec la collaboration de Blandine Barlet, Isabelle Lacroix, Sbeih Sbeih.

13 janvier 2012

Romain Lecler  (Institute of French Studies, New York)   « A propos de sociologie de la mondialisation»

3 février 2012

Séminaire Commun Printemps/Cemotev

« Economie et mondialisation » titre provisoire

9 mars 2012

Séminaire commun Printemps/Suds

Jacques Pothier(Professeur Suds, UVSQ) «  Mondialisation et interculturalité » titre provisoire

6 avril 2012

Didier Demazière ( Dir. De recherche (CSO)

“comparaison internationale et globalisation. Le cas du chômage”

4 mai 2012

Chloé Maurel et Jean-Yves Mollier (UVSQ) « l’histoire Mondiale »

25 mai 2012

Lamia Missaoui et Olivier Roueff : synthèse du séminaire et point sur le colloque.

Proposition pour séminaire 2012-2013

Guide de survie du doctorant à la télévision

Un marronnier

À l’occasion d’un colloque organisé à Metz sur la thématique « Enfance et genre », j’ai présenté une conférence-cadre intitulée «Du jeu dans les catégories de genre ? Le jouet et ses espaces de commercialisation comme vecteurs de diffusion de normes sexuées » le 22 novembre dernier. Des journalistes du Républicain Lorrain, présents dans l’amphithéâtre, sont venus à ma rencontre à la suite des débats pour m’interviewer et ont publié un article dans l’édition du jour suivant. Le jouet fait l’objet de toutes les attentions à la veille de Noël et le questionnement autour d’un « sexisme dans les jouets » refait surface périodiquement, tel un véritable marronnier. Des journalistes de la chaîne de télévision locale Mirabelle TV, ayant pris connaissance de cet article, m’ont ainsi contactée pour une interview télévisée en direct à ce sujet. Ce fut mon premier plateau TV et une expérience enrichissante, à quatre niveaux principalement.

1. J’ai tout d’abord découvert la difficulté pour le chercheur d’exposer ses recherches dans un format peu adapté à la tâche (voir à ce propos les écrits de Bourdieu, notamment Sur la télévision et son intervention dans l’émission « Arrêt sur images », reproduite ci-dessous ; je note tout de même que les journalistes de Mirabelle TV m’ont pas mal laissé m’étendre !).
2. J’ai ensuite pu me rentre compte, une nouvelle fois, de la distance plus ou moins importante qui s’esquisse souvent entre mon questionnement scientifique et les points d’intérêt du « grand public ».
3. Par ailleurs, en revisionnant l’émission, j’ai pris conscience de mes forces et de mes faiblesses dans une argumentation et à l’oral (par exemple, point négatif : j’emploie trop le terme « effectivement » ; point positif : je l’emploie pour montrer mon accord dans une discussion ou comme concession dans mon argumentation avant de présenter un raisonnement contradictoire).
4. Enfin, et c’est chose intéressante, j’ai remarqué que mes recherches se faisaient connaître dans le milieu scientifique dans une sorte de va et vient avec les espaces de vulgarisation de la pensée scientifique : si mes articles ne sont pas forcément lus dans les revues où j’ai publié, mes interviews dans la presse généralistes sont plus souvent lues, vues ou entendues, ce qui amène ensuite les chercheurs à se rediriger vers un contenu scientifique (Cairn par exemple).

Mona Zegaï

Mona Zegaï est doctorante en sociologie au Centre de recherches sociologiques et politiques (Cresppa) de l’université Paris 8 et membre associé du laboratoire Printemps. Elle prépare une thèse sur “La performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre”, sous la direction d’Anne-Marie Devreux (CSU-CRESPPA) et de François Leimdorfer (Printemps). Elle a notamment publié « La fabrique du genre à travers le jouet », dans la revue de l’ENS, Chantiers politiques, ENS, n°6 « Enfances », premier semestre 2008, et « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Les Cahiers du genre, n°49, 2010.

Ci-dessous, quatre vidéos successives de l’intervention de Pierre Bourdieu dans Arrêts sur image, l’émission d’analyse des médias de Daniel Schneidermann. Enregistrée en 1996, cette émission présente un débat entre Pierre Bourdieu et les journalistes Jean-Marie Cavada et Guillaume Durand.

En 1999, Daniel Schneidermann a publié Du journalisme après Bourdieu.

Le sexisme dans le commerce des jouets : Mona Zegaï sur France Culture

Mona Zegaï est doctorante en sociologie au Centre de recherches sociologiques et politiques (Cresppa) de l’université Paris 8 et membre associé du laboratoire Printemps. Elle prépare une thèse sur “La performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre”, sous la direction d’Anne-Marie Devreux (CSU-CRESPPA) et de François Leimdorfer (Printemps). Elle a notamment publié « La fabrique du genre à travers le jouet », dans la revue de l’ENS, Chantiers politiques, ENS, n°6 « Enfances », premier semestre 2008, et « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Les Cahiers du genre, n°49, 2010. Elle était l’invitée de Julie Gacon dans l’émission de France Culture Du grain à moudre, le 22 décembre 2011. Cliquez sur l’image pour écouter l’émission.

La mucoviscidose expliquée par les ancêtres

Pourquoi la Bretagne, et tout particulièrement le Finistère nord, sont-ils particulièrement touchés par la mucoviscidose ? Nadine Pellen s’est demandé s’il fallait y voir un hasard, une coïncidence… ou plutôt une particularité sociodémographique. Elle soutient sa thèse au laboratoire Printemps le 13 janvier 2012, sous la direction de l’historienne et démographe Catherine Rollet (Printemps/UVSQ) et du démographe Gil Bellis (Ined).

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à la mucoviscidose en Bretagne ?

Après mon DEA de sociologie, j’ai été embauchée par un centre de soins pour organiser la scolarité des enfants. Un certain nombre d’entre eux avaient la mucoviscidose, et cette prévalence a commencé à m’intriguer. Des études épidémiologiques ont montré qu’en France, un enfant sur 4 400 avait cette maladie. Mais ils sont un sur 2 928 en Bretagne, et un sur 2 410 dans le Finistère. Finalement, la fondation du centre et le ministère de la Recherche ont financé ma recherche sur ce sujet par le biais d’un CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche).

Prévalence de la mucoviscidose en 2008 par département (patients pour 100 000 habitants). Source :  Bellis G., et al. (2011). Registre français de la mucoviscidose 2008, Paris, Vaincre la Mucoviscidose et Ined.
Prévalence de la mucoviscidose en 2008 par département (patients pour 100 000 habitants). Source : Bellis G., et al. (2011). Registre français de la mucoviscidose 2008, Paris, Vaincre la Mucoviscidose et Ined.

Comment fait-on pour retrouver les origines génétiques de la mucoviscidose ?

Je ne cherche pas les raisons médicales, mais les raisons sociodémographiques d’une telle maladie. Mon travail a duré près de cinq ans, pendant lesquels j’ai pris les dossiers médicaux des patients atteints de mucoviscidose, et remonté, avec l’aide de plus de 250 bénévoles, leur arbre généalogique pour trouver des points communs. Grâce à ça, j’ai établi des cartographies.

Qu’est-ce que des raisons sociodémographiques ?

Il s’agit des comportements de personnes données. Je me suis demandé si les comportements sociodémographiques de nos ancêtres, soit leurs mariages, la consanguinité, les apparentements… pouvaient expliquer la fréquence et la répartition de la mucoviscidose en Bretagne. Je me suis principalement posé des questions sur le mariage, l’âge du mariage, tout ce qui a des conséquences sur la naissance des enfants en somme.

Et ça, c’est de la sociologie ?

Pas vraiment. Il s’agit essentiellement de démographie, mais nous sommes au carrefour de l’histoire, de la sociologie, de l’épidémiologie, de la génétique… Ma thèse est vraiment pluridisciplinaire, je crains qu’on ne me le reproche à la soutenance ! Cela dit, mon jury est également pluridisciplinaire : quatre démographes, un sociologue, un généticien et un pédiatre. J’ai travaillé en collaboration avec des généticiens, des historiens et des généalogistes.

Qu’avez-vous découvert ?

La première chose intéressante, c’est qu’en remontant les arbres généalogiques, on trouve que les ancêtres des malades actuels, selon leurs mutations, venaient de régions différentes (nord-Finistère, pays bigouden..) mais toutes littorales. Cela pose des questions sur l’origine même des Bretons et leur mode de vie. Auraient-ils trois types d’origines différentes, avec la Cornouaille britannique, l’Écosse, l’Irlande ? En tous cas, les personnes originaires des mêmes bassins démographiques portent les mêmes mutations génétiques.

Je me suis notamment intéressée aux unions des ancêtres des malades. Je n’ai trouvé que très peu de consanguinité proche, avec un ancêtre commun à trois générations. En revanche, beaucoup de consanguinité éloignée, à partir de la 7e génération, ce qui n’a rien d’exceptionnel dans la France rurale. C’est beaucoup moins fort qu’au Québec, par exemple.

En revanche, l’âge au mariage des femmes est plus précoce que dans le reste de la France. Ce critère, ajouté à un fort taux de remariage chez les hommes, donne à ces bassins une capacité à procréer plus importante. Si les deux parents sont porteurs sains de la mucoviscidose et qu’ils font beaucoup d’enfants, les risques d’avoir un enfant atteint et d’autres porteurs sont plus importants. D’autant que l’espérance de vie tend à être plus élevée chez les porteurs sains de la maladie que dans le reste de la population.

Mais pourquoi la maladie se transmet-elle tant si les mariages ne sont pas plus consanguins qu’ailleurs ?

Cela tient sans doute à l’endogamie (mariage au sein du même groupe), à cause de contraintes culturelles mais aussi physiques : on est à la pointe de la Bretagne et les marchés matrimoniaux sont vraiment restreints. Le gène s’est développé dans des territoires très limités, ce qui augmente les risques par rapport aux autres régions. De plus, les personnes concernées avaient tendance à demeurer très stables géographiquement, ce qui n’encourage pas la diversité génétique.

Photo Franck Betermin pour les Archives départementales du Finistère, 2007

Et cela, les épidémiologistes l’ignoraient ?

Ce travail les a éclairés sur les origines et la diffusion de la maladie. On ne savait pas comment le gène s’était développé en Bretagne. On ne savait pas pourquoi il y avait plus de cas de mucoviscidose en Bretagne. Par cette étude j’ai montré que les comportements démographiques, sociaux et culturels de nos ancêtres ont encouragé le développement du gène à certains endroits plus qu’à d’autres, et plus fréquemment qu’ailleurs.

Mais ce travail éclaire aussi les familles touchées par la maladie. Il permet de resituer les histoires individuelles dans le cadre plus large de l’histoire d’une population. Cette connaissance permettra peut-être à l’avenir de mettre en place des stratégies de prévention.

Entretien réalisé au laboratoire Printemps le 6 janvier 2012.

Sociohistoire des jeunesses populaires dans une petite ville de la Lorraine du fer (1970-201…?)

Vincent Burckel vient de rejoindre le laboratoire Printemps, où il prépare une thèse sous la direction de Marnix Dressen, professeur à l’UVSQ et de Stéphane Beaud (ENS). Après une licence d’histoire à Metz et un M1 d’histoire sociale à Paris, il arrive du master 2 “Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales” de l’ENS-EHESS. Il présente son sujet avant de partir pour plusieurs mois d’enquêtes de terrain.

Image Flickr.

Mon enquête se déroule à « Hagoncourt » (nom imaginaire pour préserver l’anonymat des personnes interrogées), dans l’ancienne Lorraine du fer. C’est une région ouvrière de longue date, éloignée des métropoles mondialisées, située dans une France périphérique, anciennement industrielle, et en situation de relégation à la fois spatiale, économique et symbolique. On s’intéresse peu à ces classes populaires devenues « invisibles », sauf lors des poussées électorales du Front national. Les observateurs se focalisent généralement sur les questions des violences urbaines des « cités » et sur les difficultés d’intégration de l’immigration.

Pourtant, aujourd’hui, comme le montre la nouvelle géographie des inégalités et de la pauvreté en France, les classes populaires les plus fragilisées, contrairement aux idées reçues, sont avant tout dans les campagnes et dans les petites villes des anciennes régions industrielles. C’est pourquoi je m’intéresse à cette petite ville de Lorraine à la population massivement populaire, qui était structurée jusqu’aux années 1970 autour de ses mines et de ses usines. La décennie 1970 est celle de la crise de son industrie.

Cette période marque le passage d’une génération à l’autre. Ce sont les jeunes des années de l’après-fer qui subissent le plus les effets de cette crise, mais les « vieux » ne sont pas non plus à l’abri du déclassement. Il en résulte des tensions intergénérationnelles particulièrement vives et très significatives.

Les jeunes et les vieux

En effet, je m’intéresse à la question de la stratification sociale. Contre l’idée d’une « moyennisation » de la société française, il me semble qu’on assiste au contraire à une persistance des inégalités sociales. Mais les nouvelles formes de hiérarchies sont encore mal connues et c’est pourquoi je pense qu’il est important d’étudier les élites, mais de ne pas perdre de vue les catégories sociales dominées, si du moins, l’on se souvient que les classes populaires représentent toujours une nette majorité de la population française.

Dans le cadre de ma future thèse, je souhaite donc mener une enquête sociohistorique sur les transformations contemporaines des classes populaires, en privilégiant une approche générationnelle. Il s’agira d’analyser les différences générationnelles qui clivent les classes populaires, entre, d’un côté, les générations de l’ancien monde ouvrier, qu’on appellera, en reprenant la terminologie indigène les « vieux », et de l’autre côté les générations de la « crise », c’est-à-dire « les « jeunes ». Et parce que le passé s’imbrique dans le présent, il me semble nécessaire d’entreprendre un voyage dans l’histoire sociale depuis le début des années 1970, pour comprendre comment cette rupture générationnelle a pu se produire. Il faudra pour cela entreprendre une comparaison historique des modes de socialisation et des systèmes de représentation des jeunesses populaires.

Schématiquement, entre les années 1970 et aujourd’hui, on peut distinguer deux pôles générationnels, qui correspondent à deux « âges » des classes populaires. Je souhaiterais m’intéresse également à la question complexe mais passionnante de la « génération intermédiaire », en position « d’entre-deux ». Mais dans un souci de concision je me contente ici de parler, entre guillemets,  des « vieux » et des « jeunes ».

Les « vieux » font partie des cohortes plutôt nées avant les années 1960, ils ont plus de 50 ans. Ils ont connu une socialisation précoce dans un monde industriel, où la vulnérabilité des classes populaires était partiellement compensée par un statut social dominé mais relativement honorable, grâce à une forte identité de groupe et à un mouvement ouvrier puissant dans une période d’importante croissance économique.

De l’autre côté, il y a les jeunes, nés avec la crise, qui n’ont connu que la nouvelle condition populaire, transformée par la désindustrialisation, la précarisation, le chômage, la dégradation réelle et symbolique de la condition ouvrière et la fin des espoirs politiques d’émancipation collective. Malgré la prolongation générale de la scolarité, la tertiarisation de l’économie, la diffusion d’une culture de masse, et celle de l’idéologie libérale fondée sur l’espoir d’émancipation individuelle, ces jeunes reproduisent massivement la position objective de leurs parents, mais de manière différente. Je pense qu’il est légitime de parler d’une « désouvriérisation » plus subjective qu’objective.

C’est cette évolution qu‘on se propose de décrire et d’interpréter.

La déviance juvénile, révélatrice d’une rupture

Chez les jeunes, les pratiques délinquantes ont en effet connu une forte croissance, au cours des trente dernières années. La délinquance est aussi devenue une préoccupation majeure chez les anciens. Située dans une perspective de sociologie de la déviance, c’est-à-dire d’écart à la norme d’un groupe, cette question locale de la délinquance permet d’entrer dans le cœur de ma thèse, c’est-à-dire la description de deux générations populaires successives, définies par des manières différentes de vivre, d’être et de penser. L’approche de la  déviance juvénile révèle des traits culturels antagonistes. Le rapport à la virilité et le rapport au collectif distinguent les deux générations.

Pour les anciens, la virilité est associée à la force physique. Ils voient les jeunes les plus proches du monde scolaire et éloignés de la « rue » comme dévirilisés. Quant aux jeunes les plus éloignés du pôle de l’école et de l’emploi en général, les « vieux » les perçoivent également de façon négative. Ces jeunes sont perçus comme virils mais trop déconnectés du travail ouvrier et trop familier de la « culture de rue ». L’individualisme des uns s’oppose à la conscience collective des autres.

Histoire, sociologie… et réflexivité

Je propose d’associer approches sociologique et historiques, dans l’idée que, pour comprendre le monde présent, il faut en reconstituer la genèse. En cela, je me situe résolument dans une démarche interdisciplinaire. L’hypothèse des  deux générations sera mise à l’épreuve empiriquement grâce à la poursuite d’une enquête sur un terrain « exploré » depuis deux ans. Fort de ces enquêtes préliminaires, ce projet de thèse vise à poursuivre, approfondir et, éventuellement, corriger, rectifier les hypothèses déjà esquissées. Pour cela, ma recherche s’appuiera sur une immersion longue sur un terrain d’enquête.

J’ai grandi dans cette ville, ma famille y réside toujours et j’y connais un grand nombre de personnes. C’est pourquoi je bénéficie de conditions privilégiées d’accès.

Je suis aussi conscient des travers possibles de cette familiarité, c’est pourquoi je compte exercer un contrôle réflexif rigoureux de mon rapport à l’objet : prendre du recul sur ma place face aux groupes que j’étudie. Je souhaite également explorer un second terrain d’enquête, qui pourrait être situé en région parisienne, dans un souci supplémentaire de distanciation.

Je compte observer les pratiques de ces personnes, et mener des entretiens avec elles afin d’analyser les rapports entre discours et pratiques. Je réaliserai des entretiens biographiques pour faire la sociogenèse des jeunesses populaires locales.

Pour mener ces entretiens, je dispose d’ores et déjà  de contacts dans les deux générations. Mon enquête s’appuiera également sur un dépouillement d’archives. Ici, j’utiliserai les compétences acquises lors de ma formation initiale d’historien : elles m’ont donné les clés pour m’orienter dans cet univers. J’ai obtenu des dérogations et des autorisations pour consulter des archives, judicaires, journalistiques, professionnelle, scolaires et communales, et même policières.

Vincent Burckel

Temps de l’art et des artistes

Nous sommes fiers de vous annoncer la sortie du numéro 14 de la revue Temporalités : Temps de l’art et des artistes.

Comment les artistes perçoivent-ils le temps et en rendent-ils comptent dans leurs oeuvres ? Quelles sont les temporalités propres de leurs carrières ? Comment appréhende-t-on les oeuvres du passé ? Et comment les sociologues tentent-ils de résoudre ces questions ?
Mais surtout, quel est le point commun entre le rap et la musique baroque, Monet et les étudiants d’écoles d’histoires de l’art, l’audience de concerts de jazz expérimental et les conservateurs de musées, Rimbaud et les planches contact ?

Ce numéro, coordonné par Morgan Jouvenet et Christiane Rolle, tous deux membres du laboratoire Printemps (UMR Université de Versailles – Saint Quentin en Yvelines/CNRS), vous donne la réponse par huit sociologues et une historienne, présentés ainsi en introduction :

« Les articles proposent chacun une façon d’interroger le rapport au(x) temps – celui de l’enquêteur ou des acteurs qu’il rencontre –, qu’ils mettent plutôt l’accent sur l’art comme histoire (A. Hennion, P. Ughetto), comme travail (K. Hammou, J. Vandendunder, N. Heinich), comme expression (J. Noirot, J.-M. Ramos) ou comme support de pratiques culturelles (O. Roueff, A. Djakouane). Centrés sur « l’art en train de se faire », ils révèlent aussi l’action de ceux qui soutiennent le travail des créateurs. Plusieurs articles portent ainsi plus particulièrement sur ceux qui regardent, écoutent, présentent, évaluent et diffusent leurs œuvres, et révèlent comment ces acteurs peuvent exercer une influence sur ces derniers (et ce notamment lorsque ces réseaux peuvent devenir assez puissants pour déclencher des actions institutionnelles de la part de diverses administrations publiques, d’institutions et d’associations). Leurs analyses s’appuient ou portent sur les découpages séquentiels caractéristiques des mondes de l’art, ou bien sur la grammaire qui mobilise les repères temporels dans certains d’entre eux. « L’essence est exprimée dans la grammaire » (L. Wittgenstein) et cette grammaire repose sur des formes de vie, des pratiques observables suivant des points de vue très divers. En effet, le seul moyen de restituer le sens du temps dans l’art est d’étudier les jeux de langage et les dispositifs matériels, comme le font les auteurs rassemblés ici : ce que les artistes font du temps et ce que le temps fait aux artistes. »

La revue Temporalités est disponible en accès libre et gratuit sur la plateforme Revues.org du Cléo (CNRS) : http://temporalites.revues.org
La revue Temporalités a pris le relais du bulletin – créé en 1984 par William Grossin (†). Elle est désormais présidée par Claude Dubar, et animée par un comité de rédaction et un comité scientifique pluridisciplinaires. Elle s’efforce de rassembler des articles, des travaux et des productions en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, démographie, économie, anthropologie, psychologie, linguistique, droit…) qui incluent des analyses de données temporelles, confrontent des conceptions, des usages, des pratiques du temps et des réflexions sur la pluralité des temporalités socio-historiques.

L’occasion de ce numéro était trop belle : Temporalités est désormais une revue illustrée.

Nous serions très heureux que vous diffusiez cette annonce le plus largement possible autour de vous.

Pour toute information sur ce numéro, ses auteurs, les numéros à venir (Temporalités du monde arabe et Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations, n’hésitez pas à contacter Clara Tomasini, secrétaire de rédaction de la revue.

« Devenus adultes, les enfants placés s’en sortent mieux qu’on ne le pense » Isabelle Fréchon dans La Croix

Isabelle Fréchon est chercheuse CNRS en sociodémographie, membre du laboratoire Printemps et de l’INED (Institut national d’études démographiques). Elle concentre ses recherches sur la protection de l’enfance, le passage à l’âge adulte en l’absence ou faiblesse des solidarités familiales, et sur les enfants placés. Elle touche également à la question du genre dans une étude de la perception sexuée de la maltraitance. Elle a été interrogée par Marine Lamoureux, journaliste au quotidien catholique La Croix, dans le cadre d’un dossier sur les Placements et la protection de l’enfance en France, à lire en entier en cliquant ici.
La Croix  : Les Assises de la protection de l’enfance se penchent cette année sur le devenir des enfants placés. Quel est-il ?

Isabelle Frechon :  Les études menées en France depuis les années 1980 montrent que les enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) s’en sortent mieux qu’on ne le pense. Ainsi, cinq à dix ans après la fin du placement, ils sont autant à travailler, en proportion, que le reste de la population à la même tranche d’âge, 25-35 ans, voire jusqu’à la trentaine. Ils se sont souvent installés en couple et forment une famille. Ils sont moins souvent propriétaires de leur logement, mais les chiffres sont comparables à ceux des jeunes de milieux modestes. Il y a malgré tout quelques bémols.

Lesquels ?

Parmi les jeunes qui s’en sortent le moins bien, on trouve des problèmes de santé mentale souvent liés à leur vie avant le placement, en particulier lorsqu’ils ont été victimes de maltraitances. En outre, les études sont très factuelles, elles nous renseignent sur l’emploi, le logement, la situation matrimoniale de ces jeunes, mais pas sur leur ressenti et leur bien-être. J’ajoute, enfin, que si la plupart s’en sortent, c’est à un prix élevé. En général, ils ont traversé des périodes très difficiles et ont dû se débrouiller seuls.

Quels sont les moments les plus délicats à traverser ?

Tout d’abord, la sortie de placement. Un grand nombre de jeunes nous disent qu’ils se sont sentis « lâchés » par l’institution, livrés à eux-mêmes. En temps normal, le passage à l’âge adulte se fait avec le soutien familial ; les enfants de l’ASE, eux, ne peuvent pas, ou peu, compter sur l’entourage et n’ont pas toujours la possibilité d’être suivis jusqu’à 21 ans, car ils doivent être scolarisés ou dans une démarche d’insertion pour cela. On voit des jeunes filles se mettre très vite en ménage et avoir un enfant (14 % sont enceintes au moment où elles sortent de l’ASE). Ensuite, chaque période de rupture est délicate. Garçons et filles se retrouvent, par exemple, très démunis lorsque leur couple bat de l’aile. Cependant, une étude menée sur des jeunes femmes montre que, quelques années plus tard, elles ont retrouvé une situation stable, avec un compagnon plus aidant et une belle-famille sur laquelle compter.

Que faudrait-il améliorer ?

Il est essentiel de préparer en amont la sortie de placement, dès les 14 ou 16 ans de l’enfant, et d’éviter les ruptures de parcours. Lorsque le jeune n’est pas bringuebalé de foyers en familles d’accueil, il noue des liens, se construit un entourage qui lui sera précieux toute sa vie. Il faut aussi permettre aux jeunes qui quittent l’ASE de conserver des liens avec l’institution.

Propos recueillis par Marine Lamoureux pour La Croix

Philip Milburn : « la sanction comme principe majeur de la justice des mineurs »

Philip Milburn, professeur à l’université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines et membre du laboratoire, est spécialiste des pratiques et politiques judiciaires. Il a récemment publié, avec Denis Salas et Katia Kostulski, Les procureurs de la République : entre vocation judiciaire et fonctions politiques (PUF 2010) et Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante (Erès, 2009).

Philip a été invité par Florian Delorme, animateur de l’émission Cultures Mondes sur France Culture, notamment pour présenter les évolutions historiques du traitement de la délinquance juvénile, et comparer différents systèmes et modes d’action européens. Il explique pourquoi « la loi Perben 1 [votée en 2002] qui a créé les centres éducatifs fermés, crée la contrainte et la sanction comme principe majeur de la justice des mineurs».

Pour écouter et/ou télécharger l’émission, cliquer sur l’image pour rejoindre le site de France Culture.

Lire la fiche d’activité de Philip Milburn sur le site officiel du laboratoire Printemps.

 

 

Ce que comparer veut dire : appel à communications

Laure de Verdalle est sociologue et chercheuse CNRS au laboratoire Printemps. Outre son programme de recherche actuel sur l’entrepreneuriat artistique, elle est membre du comité de rédaction de la revue Terrains et travaux. Elle en coordonne le prochain numéro, sur la comparaison en sciences sociales. Voici une version abrégée de son appel à communications, qu’on peut lire en entier ici : T&T21 Appel à contributions

La question de la comparaison traverse l’histoire des sciences sociales. L’un des pères de la sociologie, Émile Durkheim, considérait par exemple qu’ « on n’explique qu’en comparant ». La démarche comparative est donc bien au coeur de nos recherches, souvent de manière explicite : c’est le cas quand on compare directement plusieurs objets entre eux ou qu’on observe de façon croisée différentes situations nationales. On essaie alors de pallier l’une des principales difficultés de nos disciplines : l’absence d’expérimentation au sens où l’entendent les sciences de la nature. Mais nous faisons aussi parfois de la comparaison « sans le savoir », de façon plus implicite, quand nous raisonnons par rapport à ce que nous connaissons le mieux… sans toujours être conscient du biais ethnocentrique que cela peut impliquer.

À cela s’ajoute aujourd’hui une injonction croissante à la comparaison, portée par les différents interlocuteurs du monde de la recherche, qu’ils soient privés ou publics. Pour autant, à l’épreuve de ses terrains, le chercheur se trouve parfois un peu démuni, ne sachant trop comment outiller son regard ou organiser la confrontation entre les objets ou situations qu’il étudie. Partant de ce constat, nous avions mis en en place en juin 2009 une école thématique sur la comparaison, soutenue par le CNRS, qui avait rassemblé à Biarritz pendant une semaine une quarantaine de chercheurs confirmés et de jeunes doctorants autour des enjeux pratiques des démarches comparatives. Nous souhaitons aujourd’hui prolonger ces échanges dans le cadre d’un numéro de la revue Terrains et travaux qui cherchera à mettre en lumière « ce que comparer veut dire » pour les sciences sociales.

Comment mettre en œuvre un travail de généralisation tout en rendant compte des spécificités de chaque cas ? Quelles échelles de comparaison privilégier ? Quelles catégories mobiliser et sous quelle forme ? Quelle place accorder à des typologies qui ont le mérite de caractériser les faits, même si elles en proposent parfois une vision trop statique ? Telles sont les questions auxquelles les articles proposés devront tenter d’apporter leurs propres réponses, sur la base d’enquêtes empiriques solidement documentées. Ce numéro de la revue Terrains et Travaux entend ainsi revenir de manière large sur les enjeux de la comparaison en sciences sociales, en les déclinant sur des terrains variés et en faisant appel à des échelles d’analyse contrastées, spatiales ou temporelles (comparaisons entre pays, mais aussi entre régions ou villes ; entre groupes sociaux au niveau macro ou entre organisations à un niveau plus micro, etc.).
Les articles, de 40 000 signes maximum devront parvenir sous forme électronique aux coordonnateurs du numéro le 5 mars 2012 au plus tard : Cécile Vigour, Laure de Verdalle et Thomas Le Bianic.

L’utilité sociale des satellites en pratiques. Retour sur enquête et chantiers pour une sociologie des usages des technologies spatiales.

Arnaud Saint-Martin, chargé de recherche CNRS, vient d’intégrer le laboratoire PRINTEMPS. Spécialisé dans l’étude des sciences et techniques, il a notamment publié « Pratiques et collectifs de la science en régimes » avec Jérôme Lamy dans la Revue d’histoire des sciences (2011, n°64-2), « L’astronomie française à la Belle Époque. Professionnalisation d’une activité scientifique », dans Sociologie du travail (2011, n°53-2), et « S(t)imuler l’esprit de Vincennes : l’histoire universitaire au miroir de la pensée critique »,  dans les Cahiers d’histoire (2009, n°107). Il revient sur une enquête récente, dans laquelle il explorait la façon dont les satellites sont mobilisés dans la société. Parce que le terrain est presque vierge pour la sociologie, elle devrait embrayer sur de nouvelles enquêtes les prochaines années.

Les satellites, partout et nulle part

Que se passerait-il si, ne serait-ce qu’une journée, le millier de satellites orbitant autour de la Terre tombait en panne et n’opérait plus ? Plus de signal, silence complet. Les faits s’accumuleraient pêle-mêle pour dramatiser un tel scénario : feu les prévisions météorologiques de Météo-France, les données GPS utiles à divers secteurs pour « naviguer » et se géolocaliser (transports aériens, maritimes, routiers, agriculture, armée, etc.), les télécommunications (téléphonie portable, télévision, internet), les flux bancaires et la spéculation boursière ou encore l’acquisition des images et des données numériques pour une gamme étendue d’usages (recherches scientifiques, « gestion » quotidienne des ressources naturelles, des forêts, des océans, etc. mais aussi des catastrophes majeures tels les inondations et les séismes…). L’inventaire a de quoi inquiéter. « À cette occasion, renchérissent des porte-parole du Centre National d’Études Spatiales (CNES), nous découvririons que nous ferions une marche arrière de quinze voire trente ans. Si pour le particulier la conséquence serait que nous repartirions en vacances avec notre carte routière à la main, quantité de professions seraient amputées d’une source d’information dont elles peineraient à se passer. »[1] C’est dit : nous sommes fortement dépendants de la technologie satellitaire. « Une journée sans satellite », c’est d’abord un concept de communication publique[2]. Une parodie de journal télévisé catastrophé par l’événement, en ligne sur le site public du CNES, révèle à grand renfort d’images choc combien la maîtrise de l’espace est un enjeu stratégique décisif. Il insiste sur l’omniprésence et l’irréversibilité des usages des applications spatiales dans la vie quotidienne. L’imaginaire de la conquête spatiale, timidement réactivé par la Station spatiale internationale, semble avoir fait long feu : nous serions désormais dans l’ère de « l’Espace pour la Terre » — slogan attaché au CNES depuis 2004 —, du spatial « au bénéfice de la société », conquête en définitive plus terre-à-terre.

Les satellites Giove A et Giove B du système Galileo et quelques applications courantes. Crédits : ESA/ ZigZag-DR/ 2005.

Ces initiatives mettent en avant les « apports »[3] du secteur spatial à la société. Avec d’autant plus d’insistance que les acteurs de la « communauté spatiale » sont nombreux pour déplorer l’invisibilité de la filière. Les lanceurs de Kourou seraient l’arbre qui cache la forêt. Aussi, tous les moyens communicationnels sont bons pour démontrer, preuves à l’appui, les bienfaits de la technologie. Au-delà des usages les plus directement tangibles pour les populations, les satellites seraient aujourd’hui des « outils » indispensables pour documenter objectivement des phénomènes aussi globaux que le changement climatique et accompagner les politiques d’« adaptation ». Ils rendent manifeste l’efficace d’un point de vue surplombant procuré par leur simple position orbitale ; ils sont en quelque sorte des méta-énonciateurs de vérités sur la Terre, planète dont ils ont contribué à façonner l’image depuis les premiers clichés des missions Apollo. En d’autres termes, la technologie satellite est une « infrastructure du savoir » comprenant des « réseaux robustes de gens, d’artefacts et d’institutions qui génèrent, partagent et entretiennent des connaissances spécifiques au sujet des mondes humain et naturel » (Edwards, 2010 : 17). Cette infrastructure globalisée — et le type d’expertise qu’elle reconduit, représentée par exemple par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) — participe de l’émergence d’un nouveau régime de sciences du système Terre, régime particulièrement exposé publiquement parce qu’il contribue de façon active à la « gouvernance » de la planète (Pestre, 2010).

La côte brésilienne vue par satellite (image ESA)
La côte brésilienne vue par satellite (image ESA)

Pourtant, que le spatial se capilarise dans nos sociétés n’est en rien une nouveauté. Les États en ont pris acte depuis la Guerre froide. On le sait, du simple point de vue géostratégique, c’est un enjeu massif. Mais l’espace ne se réduit plus aux seuls usages militaires. Depuis les années 1980, l’observation de la Terre à des fins civiles s’est développée progressivement. L’intensification des usages la décennie suivante justifie à l’orée du 21e siècle une politique de l’« espace utile » reprise de concert par les États (en France spécialement), laquelle politique présente l’avantage d’orienter une space policy alors cacophonique (elle l’est toujours). L’idée d’« espace utile » est devenue une référence indépassable et il n’est pas de discours de stratégie spatiale qui n’en fasse l’économie. Reste, néanmoins, à savoir ce que recouvre cette utilité. En attendant d’en résoudre la signification, il est aisé de repérer des indices d’engagement gouvernemental en faveur de la filière spatiale « utile ». Mentionnons, par exemple, la « vision spatiale » de Nicolas Sarkozy dévoilée à Kourou en février 2008, qui reconnaît des orientations clés pour la France et l’Europe spatiales (géopositionnement via Galileo, observation de la Terre, changement climatique et surveillance de l’espace). Plus récemment, on peut citer en outre la conférence « Une politique spatiale pour la société et les citoyens » tenue au Parlement européen, à Bruxelles, les 8 et 9 novembre 2011. Le lancement réussi et l’opération future des premiers satellites Galileo — le GPS européen, donc — et la mise en œuvre progressive du Programme européen d’observation de la Terre (GMES) sont supposés matérialiser l’avènement d’une gouvernance du spatial « au service des citoyens » dans le cadre de l’Union européenne.

On le voit, déjà une affaire d’État, le spatial est aussi peu à peu constitué en problème public. Il mobilise une multiplicité d’acteurs, d’organisations et d’institutions  (i.e. agences spatiales nationales, laboratoires d’essai, groupes industriels, sociétés privées exploitant des applications, associations, établissements de formation, structures de diffusion, etc.) qui tous ont intérêt à en faire un « point de passage obligé ». Si, comme le souligne Patrice Flichy au sujet de l’étude des usages des technologies de l’information et de la communication, l’enjeu — pour le sociologue — « est moins d’observer ce que chacun fait avec un objet technique, que d’examiner comment les interactions sociales se construisent à travers la technique aussi bien pour s’en emparer que pour agir dans nos sociétés » (Flichy, 2008), nul doute que la domestication du spatial constitue un terrain de choix.

Une enquête exploratoire sur les usages des technologies spatiales

Le spatial est donc omniprésent et omniabsent, tellement utilisé qu’il en devient invisible. Fin 2010, le CNES a chargé le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR, EHESS) d’explorer ces réalités sur lesquelles la sociologie est longtemps restée muette. L’enquête a commencé en janvier 2011 et j’y ai pris une part active, en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz[4]. Le travail consistait (en théorie) à étudier la « faisabilité » d’un programme de recherche de sociologie des mobilisations publiques du spatial, programme qu’il s’agirait de développer à moyen terme. Des thèmes ont été désignés en première intention : la prévention et la gestion des événements climatiques, la controverse climatique (« l’affaire Allègre » était alors encore d’actualité), enfin la gestion à long terme d’une ressource naturelle, par exemple l’eau. Ainsi, il nous fallait prendre le spatial par un bout et se donner immédiatement des « chantiers » viables. Après une prospection tâtonnante qui m’a amené à analyser les registres d’utilisation des images satellites dans la presse quotidienne, j’ai proposé d’observer la mise en œuvre concrète d’un « service spatial ». Pourquoi ? D’abord, parce qu’en dehors des ingénieurs et des techniciens, la réalité de ces dispositifs est peu connue. La description des pratiques et l’entrée par les objets, mises à l’épreuve par la sociologie pragmatique dans les années 1990 (par exemple, Chateauraynaud, 1997), permettent de resituer des configurations d’acteurs en prise avec des systèmes techniques. Ensuite, c’est là une façon de mettre à distance et de contourner les discours techniques et le prêt-à-penser managérial ayant cours dans les mondes du spatial. La description ancrée, donc, n’était pas sans arrière-pensée.

Ceci dit, quelle application étudier ? Là encore, les possibilités de terrain sont illimitées. Sans entrer dans le détail des recherches préparatoires, j’ai repéré un dispositif satellitaire d’aide à la « gestion » des catastrophes naturelles, la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures ». À l’occasion du tremblement de terre japonais de mars 2011, la Charte fut « activée » pour assister les secours sur place ; les cartes produites les jours suivant le séisme furent d’une grande utilité pour déployer les forces sur le terrain et évaluer l’étendue du désastre. Heureux hasards de la sérendipité : je tenais un terrain.

Evaluation de la densité des dégâts à Port-au-Prince, Haïti, après le séisme. Image Sertit, 13 janvier 2010.
Évaluation de la densité des dégâts à Port-au-Prince, Haïti, après le séisme. Image Sertit, 13 janvier 2010.

Pour ne pas encombrer ce billet, je ne donnerai qu’un aperçu très ciblé de l’enquête. Créé en 1999 à l’initiative du CNES et de l’Agence spatiale européenne (ESA), le programme visait à l’origine à tester l’« utilité » de l’outil spatial dans le management des « catastrophes majeures » (quel que soit le nombre estimé de victimes) en fournissant gratuitement des données (des cartes satellites travaillées géographiquement, i.e. des « spatio-cartes ») à un pays affecté par une crise d’ampleur d’origine environnementale (séisme, éruption volcanique, inondation, tsunami, cyclone, incendie) ou industrielle (déversement d’hydrocarbure). Le dispositif s’est enrichi les années suivantes d’autres participants[5]. La constitution juridique est originale : ce ne sont pas les États qui adhèrent, mais les agences. Chacune d’entre elles met à disposition et en partage ses propres moyens spatiaux dans l’urgence de la crise, soit environ une vingtaine de satellites optique et radar — par exemple, pour ce qui concerne la contribution du CNES, les données optiques SPOT 5 commercialisées par Astrium GEO-Information Services/Spot Image. Les agences et les opérateurs de services spatiaux commerciaux (Spot Image, GeoEye, Digital Globe) adhérents s’engagent à fournir gratuitement et dans des délais très courts — en best effort — des données spatiales susceptibles d’aider à l’anticipation et/ou à la gestion au sol des crises. Les opérations les plus visibles ont été le tsunami indonésien de 2004, Katrina, Haïti, en mars dernier le séisme de la côte Pacifique du Japon. Pour les utilisateurs autorisés, c’est-à-dire les services de protection nationale ou des ONG, les cartes démontrent leur pertinence : avec une résolution de plus en plus élevée, les images couvrent de très grandes zones et, agencées les unes avec les autres, permettent d’obtenir une vue synoptique.

La boucle opérationnelle (CNES)

J’ai donc étudié la « boucle opérationnelle » réglant le dispositif, depuis l’acquisition des données par les satellites au retraitement par les géographes, jusqu’à l’utilisation « finale ». Je me suis rendu plusieurs fois à Toulouse, au centre spatial et chez Spot Image ; puis à Strasbourg, dans un service de traitement de l’image et de télédétection qui a la charge de travailler les « images brutes » acquises par les satellites pour les rendre lisibles sur le terrain ; enfin en bout de chaîne de l’« utilisation autorisée », j’ai interviewé les responsables des Systèmes d’Information Géographique (SIG) du Centre Opérationnel de Gestion Interministériel des Crises, à Asnières (ministère de l’Intérieur). Au total, j’ai réalisé une quinzaine d’entretiens et, dans le service de cartographie en particulier, j’ai eu l’occasion d’observer la fabrique des spatiocartes de crise. C’est une chaîne de coopération et les ressorts d’une activité collective qu’il s’est donc agi de mettre en lumière.

La liste des problématiques couvertes sur ce terrain est longue : qui participe à cette activité distribuée et multi-sites ? Comment les acteurs coopèrent-ils ? Comment un dispositif technique complexe et distant est-il « conduit » concrètement ? Comment travaille-t-on dans l’urgence d’une catastrophe ? Quelles significations les acteurs/opérateurs confèrent-ils à cette activité embryonnaire appelée à se développer de plus en plus ? Comment rendre compte des usages des « produits cartographiques » sur le terrain ? À partir des entretiens et des données relatives à des opérations passées (séismes d’Haïti et du Japon), des éléments de réponse ont été avancés. Ils seront présentés dans un rapport bientôt disponible sur le site du GSPR, qui devrait embrayer sur de nouvelles publications. Sans trop en dire sur les conclusions (provisoires) du rapport, il nous apparaît clair que le spatial est peu à peu domestiqué à la faveur d’usages toujours plus contrastés et qu’il est en passe de s’imposer comme un point d’appui majeur dans les processus décisionnels. Au gré d’expérimentations socio-techniques, le satellite génère une objectivité régulatoire de première utilité équipant la décision ; faisant souche, il est configuré comme un « instrument de l’action publique » (Lascoumes, Le Galès, 2004). Qu’il soit acclimaté à la « gestion de crise » et à la « sécurité globale » par le truchement des SIG est une tendance conséquente dont il faut prendre la mesure. Dans un contexte d’internationalisation du management des désastres et de la « culture du risque », la Charte internationale — carotte parmi tant d’autres possibles — est un système d’action réalisant le concept de la « capacité de réponse » opérationnelle en situation de crise majeure (Revet, 2009). Son étude permet de traquer empiriquement la dissémination sociale du spatial.

Évidemment, ces pistes appellent des approfondissements et de nouveaux défrichements sur le terrain. Dans les prochains mois, je suivrai la mise en place de services spatiaux environnementaux (GMES, Galileo…). Outre la mise en intelligibilité de phénomènes peu connus en dehors de la « communauté spatiale », ces recherches présentent également l’intérêt de faire converger plusieurs champs sociologiques (travail, groupes professionnels, action publique, sciences et techniques, etc.) et, last, but not least, de donner du grain à moudre à une sociologie de l’écologie spatiale.

Arnaud Saint-Martin

Références citées

Chateauraynaud (F.), « Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques », Réseaux, vol. 15, 1997, p. 101-127.

Edwards (P.), A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT Press, 2010.

Flichy (P.), « Technique, usage et représentations », Réseaux, no. 148-149, 2008, p. 147-174.

Lascoumes (P.), Le Galès (P.) (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

Dominique Pestre (D.), « Des sciences et des productions techniques depuis trente ans. Chronique d’une mutation », Le Débat, no. 160, 2010, p. 115-131.

Revet (S.), « “Vivre dans un monde plus sûr”. Catastrophes “naturelles” et sécurité “globale” », Cultures et Conflits, no. 75, 2009, p. 33-51.


[1] « Sans les télécoms, on “cale” », supplément CNES MAG, n° 45, avril 2010, p. 2.

[2] Autre initiative en cours à l’occasion d’une cinquantenaire du CNES : l’exposition « L’espace pour la Terre » au Forum des Halles, à Paris, à deux pas du siège de l’agence, place Maurice Quentin.

[3] Ici et dans la suite du billet, l’usage des guillemets souligne l’instabilité sémantique des mots ayant cours dans les mondes du spatial. Ils sont autant de boîtes noires qu’il s’agit de mettre en perspective, voire de déconstruire.

[4] « Les données satellitaires au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse », recherche exploratoire financée par le CNES, GSPR, EHESS, janvier-septembre 2011.

[5] En l’occurrence, l’agence canadienne, le National Oceanic and Atmospheric Administration et l’United States Geological Survey américains, les agences indienne, argentine, japonaise, britannique, chinoise et suivis plus récemment du Centre National des Techniques Spatiales algérien, l’agence nigérienne, le centre aérospatial allemand (DLR), l’Institut de recherche aérospatiale coréen et le Tübitak Uzay turc. Voir le site du programme : http://www.disasterscharter.org/home.

Printemps

Nous souhaiterions utiliser ce carnet comme une présentation des travaux du laboratoire Printemps et de mise en commun des recherches de chacun. Sociologie du travail essentiellement, et notamment questions de carrière, de définitions de professions, de souffrance au travail, de formation…

Carnet de recherches du laboratoire Professions, Institutions, Temporalités

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search