Colloque ARSS/CNRS : Bourdieu et le travail

Les 13 et 14 décembre 2012. CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet, Paris 17e

En janvier 2002, Pierre Bourdieu disparaissait, laissant derrière lui une oeuvre majeure. Multipliant les enquêtes d’où sont issus ou ont été mis à l’épreuve les concepts d’habitus, de capital culturel, de violence symbolique, de champ, etc., son influence tient en grande partie à la capacité d’exploration de cette « boîte à outils » conceptuelle dans de multiples domaines d’investigation. Du système scolaire au champ littéraire, de la distinction à la domination masculine, des classes sociales à l’État, de Heidegger à Manet, etc., Bourdieu a mené des enquêtes qui, chacune dans leur domaine, sont depuis lors autant de références.

Pourtant, un domaine d’investigation essentiel semble être resté à l’écart de ses recherches : celui du travail qui était pourtant un objet central des enquêtes menées en Kabylie. Bourdieu y décrivait notamment les effets de l’imposition violente d’une culture coloniale productiviste sur une société paysanne «déracinée» (Bourdieu P., Esquisses algériennes, Paris, Seuil, 2008). Mais, de retour d’Algérie, Bourdieu semble avoir délaissé durablement la question.

Près de quarante ans après Travail et Travailleurs en Algérie, il semble pourtant que la sociologie de Bourdieu exerce une influence indéniable dans le domaine. Depuis sa création en 1975, la revue Actes de la recherche en sciences sociales s’est, en effet, régulièrement distinguée en proposant de nouvelles analyses des transformations du monde du travail : d’abord au cours des années 1980 avec les chroniques de Corouge et Pialoux, puis, quelques mois après les grèves de 1995, avec deux numéros successifs consacrés aux « nouvelles formes de domination dans le travail » (accéder au numéro 114 et au numéro 115 sur Persée), la revue provoquant même alors, selon certains, « un basculement » dans les analyses du travail (Bouquin S., « La question des résistances au travail dans la sociologie du travail française », Actuel Marx, 2011, accès payant sur Cairn). Poursuivant l’analyse de la « crise de reproduction » du groupe et de «l’habitus ouvrier » (Beaud S., « Les « bacs pro », n°114 ; Duroy L. « Embauché dans une usine », ARSS n°115), la revue publie des travaux empiriques nord-américains (Fournier P., « Deux regards sur le travail ouvrier » et Hugues E., « Le drame social du travail », ARSS, n°115) et des analyses pionnières du «néolibéralisme ». Bourdieu lui-même contribue au dossier en insistant sur « la double vérité » – objective et subjective – du travail (n°114).

Dans la continuité des deux numéros de 1996, certains anciens collaborateurs de Bourdieu ont non seulement soulevé de nouvelles questions sur l’entreprise en tant qu’objet d’étude, mais ils ont également prolongé et diversifié les analyses des formes contemporaines de domination au travail (nouvelles cultures managériales, conditions de travail ou santé des travailleurs, voir les numéros 163 et 165 de 2006 sur « Santé et travail » et le n° 175 de 2008/5 sur «L’insécurité comme condition de travail ».  Le dixième anniversaire de la disparition de Pierre Bourdieu est une occasion de revenir sur ses contributions et celles de son équipe à la sociologie du travail. Le CESSP, le LEST et SOPHIAPOL organisent un colloque au cours duquel nous interrogerons deux dimensions de cet héritage dans ce domaine :

Bourdieu, sociologue du travail ?

On sait l’importance qu’ont eue les enquêtes algériennes de Bourdieu dans l’élaboration de son œuvre scientifique, où s’enracinent des concepts comme celui d’« habitus » ou, ultérieurement, de « domination masculine ». En revanche, ces mêmes travaux sont moins connus pour leurs apports à la sociologie du travail, alors même que l’enquête sur l’emploi et le travail y tient une grande place.
Ce premier axe souhaite mettre en lumière cet apport méconnu de Bourdieu aux sciences sociales. On interrogera donc ici ces travaux algériens, en particulier dans leur legs à la sociologie du travail et à la sociologie économique (contexte, méthodes de travail, apports empiriques et théoriques, etc.). Mais cet axe entend également éclairer la place du travail dans l’ensemble de son oeuvre : que ce soit dans ses enquêtes sur l’école, l’université ou le monde de l’art, ou encore sur l’immobilier et, au-delà, sur les « structures sociales de l’économie ».

Usages de la sociologie de Bourdieu en sociologie du travail (en France et dans le monde)

Bourdieu a considérablement influencé les sociologues du travail en France, mais il a également contribué à faire connaître des enquêtes européennes, anglo-saxonnes, latino-américaines, etc., en les publiant dans Actes de la recherche en Science Sociales. Ce deuxième axe se propose de réfléchir à l’usage passé, présent et virtuel, de la sociologie de Bourdieu dans les travaux menés dans ce domaine, tant dans l’hexagone qu’au niveau mondial : dans quelle mesure les concepts développés par Pierre Bourdieu’ (habitus, capital, champ, trajectoire, violence symbolique, dispositions, dominations, etc.), sont-ils utilisés ou pourraient-ils l’être dans les recherches sur le travail dans l’entreprise ou dans les institutions publiques, dans les analyses de l’évolution contemporaine des formes d’emploi ? Dans quelle mesure ce paradigme (et, en particulier, le concept de « champ ») contribue-t-il à la sociologie des professions ? Sans nécessairement se limiter à ces questions et en privilégiant des réflexions issues principalement d’enquêtes, il s’agira d’interroger les forces et limites de cette « boîte à outils » dans sa capacité à analyser le monde du travail d’hier et d’aujourd’hui, en France comme à l’étranger.
Lors du dixième anniversaire de sa disparition, il s’agira donc, au cours de ces deux journées, de mieux cerner l’héritage laissé par le sociologue, dans un domaine où on a pu le croire moins présent.

Les propositions de communication ne devront pas dépasser 3000 signes et sont attendues pour le 1er mai 2012 au plus tard. Les communications (entre 35 000 et 50 000 signes, espaces, biblio et notes de bas de pages compris) sont attendues au plus tard pour le 1er octobre 2012. Propositions et communications à envoyer à Maxime Quijoux.
Comité Scientifique : Osvaldo Battistini (UBA-Piette Conicet), Stéphane Beaud (ENS-EHESS), Michael Burawoy (Université de Berkeley), Paul Bouffartigue (LEST), Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam), Jean-Pierre Faguer (CESSP-EHESS), Pierre Fournier (LAMES-Aix-Marseille 1), Michel Gollac (CREST), Nicolas Hatzfeld (Université d’Evry), Annie Lamanthe (LEST), Cédric Lomba (CSU), Gérard Mauger (CESSP), Michel Pialoux (CESSP), Gwenaële Rot(IDHE-Paris Ouest), Delphine Serre (CESSP-Paris 1), Yasmine Siblot (CESSP-Paris 1).
Comité d’organisation : Paul Bouffartigue (LEST, Aix-en-Provence), Gérard Mauger (CESSP, EHESS), Maxime Quijoux (SOPHIAPOL, Paris Ouest)

Des associations palestiniennes professionalisées, un enjeu de la “paix économique”

Qu’est-ce que les accords d’Oslo ont changé au statut professionnel des militants associatifs en Palestine, et quelles conséquences plus profondes cette évolution a-t-elle eue sur la “société civile” (avec beaucoup de guillemets) palestinienne ? Sbeih Sbeih, né près de Bethléem en Palestine, est doctorant au laboratoire Printemps ; il a prévu de soutenir, courant 2012, sa thèse provisoirement intitulée “La professionnalisation des ONG en Palestine : entre pression des bailleurs de fonds et logique d’engagement”, sous la codirection d’Elisabeth Longuenesse, sociologue spécialiste du Proche-Orient et de Riccardo Bocco de l’IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement) de Genève. Il participe au séminaire “National et subjectivités : interrogations sur le cas palestiniens” de l’EHESS. Il a notamment participé à l’émission Cultures Mondes de Florian Delorme, sur France Culture, le 20 mai 2011 (cliquer ici pour écouter l’émission). Sa thèse n’étant pas financée, il vit de traductions et de métiers alimentaires.

Graff de Banksy sur le mur de Bethléem, 2005

Sbeih, comment avez-vous commencé à vous intéresser aux ONG en Palestine ?

Par la pratique ! Au départ, j’étais diplômé en comptabilité. J’ai été embauché dans une ONG de développement, où j’ai travaillé sur un projet d’analyse de politiques urbaines sur la gestion des déchets. En 2001, c’était la deuxième intifada. Dans les territoires palestiniens occupés, on ne pouvait pas se déplacer d’une ville à l’autre, voire à l’intérieur du même village. Al Khader, mon petit village près de Bethléem, était divisé en trois zones. Il y avait des morts tous les jours. Et nous, avec notre projet, on allait de maison en maison demander aux gens s’ils préféreraient recycler ou incinérer leurs déchets… Alors que même le ramassage des ordures n’était pas une possibilité du fait du morcellement des territoires ou à cause de la destruction des poubelles d’extérieur d’usage collectif pendant les invasions ! L’US Aid dépensait beaucoup d’argent pour ce projet d’analyse, complètement déconnecté de la réalité.

Alors j’ai proposé de nouvelles approches dans mon association : un système de compostage local dans le village local d’Artas, près de Bethléem. J’ai rencontré le conseil du village, qui s’est montré très enthousiaste, j’ai contacté des gens pour fabriquer des containers. Cela devait coûter 15 à 20 000 dollars, soit le budget café de l’autre projet. On a déposé le projet et l’US Aid a dit non.

Pourquoi vous ont-ils dit non ?

Parce que non, c’est tout. C’est ce qui m’a poussé à m’interroger sur la définition du développement, car je n’avais aucune connaissance de ce concept. Le PNUD était ma première source de littérature scientifique et rhétorique : si l’homme n’est pas même libre de se déplacer, de quel développement parle-t-on ? On est dans une situation de blocus, d’invasion militaire, et on pose des questions sur le recyclage ! J’ai voulu creuser plus loin dans la logique de ces associations.

En 2003, on était en pleine intervention américaine en Irak. Je ne voulais pas aller aux États-Unis, donc j’ai demandé une bourse au consulat général de France. C’est comme ça que je suis arrivé à Grenoble, où j’ai appris le français, avant d’aller faire un DESS d’intelligence économique à Strasbourg, puis un autre DESS de développement local et un DEA en politique économique et sociale à Grenoble. J’ai envoyé mon mémoire de fin d’études à Elisabeth Longuenesse, où je parlais un peu de la professionnalisation des ONG. Elle m’a conseillé de faire ma thèse sur le sujet. Pourtant, elle m’avait prévenu qu’avec elle ça serait une thèse de sociologie : j’avais plein de diplômes, mais pas celui-là !

Ce n’était pas un champ de sociologues ?

Des gens travaillaient déjà sur la professionnalisation, mais avec une autre manière de voir : ils avaient une interprétation plus politique de ce processus. On est dans un contexte d’échec des accords d’Oslo : cinq ans plus tard, il n’y a pas d’État palestinien. Tout le monde cherche les raisons de l’échec, le manque de professionnalisation des politiques, la corruption… mais personne ne veut voir que sur le terrain l’occupation continue.

Pour autant, l’enjeu de la professionnalisation est réel : elle donne de la légitimité à intervenir dans la sphère publique, de la légitimité auprès des bailleurs de fonds pour le développement de la Palestine… alors que ce n’est pas un État ! Mais moi, je parle de la professionnalisation des acteurs associatifs, c’est-à-dire la façon dont ces personnes sont tiraillées entre deux logiques : la pression internationale qui pousse à la gestion, à la salarisation et à la dépolitisation d’une part, et l’engagement interne (avec le bénévolat comme indicateur).

Graff de Banksy, Bethleem, 2005

Pourquoi est-il si important de se montrer légitime envers les bailleurs de fond ?

Parce que les accords d’Oslo ont permis de débloquer des fonds importants, afin de créer une “paix économique” faute de régler directement la question politique et celle de l’occupation. Il est plus simple de parler du chômage, de la pauvreté, du marché du travail, de politiques sociales… que d’occupation. Ces fonds ont permis de créer de nouvelles classes d’acteurs associatifs, salariés, et cela change les choses sous trois aspects :

– l’organisation : la structure, la hiérarchie, et une certaine bureaucratisation pour répondre aux exigences de transparence des bailleurs de fonds ;

– la façon de travailler, par projets qui fédèrent plusieurs associations. Avant Oslo, les gens travaillaient dans des comités, où chaque parti politique est représenté. Maintenant, on travaille par projet, où chaque ONG est représentée. On commence à constater, par exemple, des logiques plus gestionnaires : au lieu d’œuvrer à “aider les Palestiniens à rester sur leurs terres”, ce qui était le discours politique, on parle de “développement agricole”…

– l’individu : on parle de salarisation, de compétences, de milieu social, plus que d’activités politiques ou de séjours en prison…

C’est donc le vocabulaire qui a changé, plus que les faits ?

Concrètement, c’est la même chose… Mais ce n’est pas le même esprit. On formate les gens à parler autrement, mais il ne s’agit pas que d’un discours. Comme Boltanski et Chiapello l’expliquent dans le Nouvel esprit du capitalisme (1999, cliquer sur l’image), un esprit managérial a fait son chemin, et le réseau associatif qui s’est formé après Oslo n’y a pas échappé.

Luc Boltanski, Eve Chiapello, "Le nouvel esprit du capitalisme", Gallimard : 1999. Cliquer sur l'image pour lire le compte-rendu de Boris Gobille dans Genèses

On commence donc à voir des liens différents avec la société, notamment par la dépolitisation des associations : elles s’éloignent petit à petit de “leur” parti politique, auquel elles étaient très affiliées au départ. Par exemple, un comité d’agronomes membres du Parti du peuple travaillait avant Oslo dans le cadre du projet  Sümüd (qui signifie “ténacité”). À l’époque de l’Autorité palestinienne, il est devenu une ONG travaillant dans le cadre du projet de développement et de « construction étatique ». Avant Oslo, des comités populaires étaient composés de représentants de factions politiques de l’OLP, qui faisaient du travail social (généralement bénévole), pour avoir une présence sans action militaire. Israël a toléré, puis interdit le travail des comités populaires pendant la première Intifada (1987). Ces comités ont disparu ou sont devenus des ONG comme l’association PARC (Palestinian agricultural relief committees). Enfin, “devenus”… Je suis contre cette idée de continuité qui impliquerait une rupture nette dans le temps (avant et après), parce que l’identité même du groupe a changé.

Et c’est le fait d’avoir des salariés qui conduit à cette dépolitisation ?

Comme tout phénomène social, en Palestine ou ailleurs… Ce n’est pas si simple ! La salarisation joue un rôle bien sûr, mais aussi le projet dans lequel l’association s’inscrit : si son projet est universel, déraciné de sa configuration nationale ou locale, et dicté par les bailleurs de fonds, un projet de « développement » en général, l’association se dépolitise plus que si elle fait de l’aide sociale à partir d’une démarche endogène à l’échelle locale ou nationale. Cela dépend aussi du parti politique avec lequel l’association est en lien : si, comme le Hamas, il est monté en puissance dans les années 1990, la relation avec l’association tend à se renforcer. Alors que dans le cas du PARC, les bailleurs de fond ont pris plus d’importance et ont conduit l’association à s’éloigner plus du parti du peuple qui s’était bien affaibli dans les années 1990.

Mais le fait de faire des associations des acteurs bien à part, avec leurs principes, leurs logiques et leurs réseaux distincts de l’activité politique, a également des conséquences sur la trajectoire professionnelle du salarié. Si cette personne quitte le champ associatif pour le champ politique ou le secteur privé, elle se retrouve souvent en situation d’échec. Elle aura plutôt intérêt à créer sa propre ONG : il n’est pas simple de sortir du champ associatif. Les coûts de sortie sont très élevés.

Mais il peut être intéressant de rester dans le champ des associations, puisqu’elles rassemblent tant de compétences ?

Oui, faute d’État, les ONG détiennent de nombreux pouvoirs… notamment en matière d’emploi. Certaines d’entre elles ont un budget plus élevé que certains ministères ou acteurs politiques. Il ne faut pas oublier que le président palestinien lui-même a besoin d’une autorisation des Israéliens pour se déplacer en Palestine. Il n’a aucune souveraineté ; la Palestine n’a pas de monnaie… Les ONG, au nom de services publics tels que l’éducation, le développement, la santé… obtiennent leur financement par l’aide internationale.. Mais leurs dirigeants ne sont pas élus par le peuple palestinien ! Et de toutes façons, c’est toujours Israël qui dirige la Palestine.

J’analyse donc l’aide internationale comme un mécanisme de domination. C’est la communauté internationale qui paie les charges de l’occupation à la place d’Israël, dans l’objectif de pacifier la population (objectif qui renvoie à la supériorité de celui qui donne l’argent). Le danger est de légitimer l’occupation en rendant invisible la question du conflit, alors que les check points et les soldats sont partout. Je n’évalue pas leur travail (il est important, et sur quelles bases pourrais-je les évaluer ?) mais j’essaie d’en comprendre la logique. Les salariés d’associations que j’ai interrogés ont conscience de ce côté pervers, mais ils ont besoin de leur salaire. Certaines associations essaient de gagner de l’argent par ailleurs pour réduire leur dépendance à l’égard des bailleurs de fond… Mais ça ne fait qu’augmenter l’aide qu’ils reçoivent ! C’est un dilemme, même pour ceux qui veulent mettre fin à cette dépendance.

Dans ce cas, les accords d’Oslo ont quand même permis la création d’une société civile ?

Non. La plupart des études traitent la période post-Oslo comme une période post-conflit. Mais à mes yeux, la rupture est continuelle. Il y a deux conditions pour parler de société civile : il faut une société politique reconnue par la société civile, et qui reconnaisse celle-ci, et il faut que la société civile ne s’intéresse pas au pouvoir. Ces deux conditions manquent, ce qui fait que le concept n’est pas pertinent dans le cas palestinien et que son usage impliquerait une construction très normative de la réalité. C’est pour cela que je ne parle que du champ associatif, qui lui est en train de se construire, avec sa hiérarchie, sa relative autonomie et une valorisation de compétences qui n’existe pas ailleurs.

Graff de Banksy sur le mur de Bethléem, 2005

J’analyse la professionnalisation, ici, comme un processus de lutte entre des agents, dotés de différents types de capitaux. Celui qui a un capital militant sera moins valorisé dans un champ associatif très professionnalisé, au profit de celui qui a un capital gestionnaire ou de développement de réseau auprès des bailleurs de fond.

Propos recueillis par Clara Tomasini

Pour aller plus loin :

Interview de Sbeih Sbeih et Jean-Paul Chagollaud sur France Culture

Sbeih Sbeih, (en arabe). Résumé en anglais : Problematic of Development Proponents: Between Mythical Application and Discourses’ Dogmatic Illustration

Caroline Abu-Sada, “ONG Palestiniennes et construction étatique”
(texte intégral sur le site de l’IFPO)

Benoît Challand, “Palestinian society : Foreign donors and the power to promote and exclude” (Routledge). Compte-rendu sur le site de la REMMM

Khalil Nakhleh, The Myth of Palestinian Development. Political Aid and Sustainable Deceit.

Adel Samara, Palestinian Capitalists, NGOs, and USA Coup (PDF)

 

 

Journée doctorale au Clersé “marchés, organisations et institutions : un regard croisé de la sociologie et de l’économie”

Clersé / Université Lille 1, mardi 05 juin 2012

Pour clôturer le séminaire animé par les doctorants du Clersé, nous organisons cette année une journée d’études. L’objectif de cette journée est de permettre aux doctorants intéressés par des thématiques communes à la sociologie et à l’économie de se rencontrer et d’échanger sur leurs travaux de thèse. La journée d’études propose une réflexion générale sur “les marchés”, “les organisations” et “les institutions”, avec une volonté de déborder les champs et les frontières disciplinaires.

Les thématiques
Nous attendons des communications traitant de thématiques aussi variées que : les effets de la science économique sur l’économie et la société (performativité), le rôle des normes, des conventions et des rapports sociaux dans les échanges économiques, les contributions de la socio-économie et de la sociologie économique aux problématiques environnementales, le prisme de l’histoire de la pensée pour étudier les questions de marchés, d’organisations et d’institutions, les questions de travail et d’emploi, l’effet des réseaux sociaux sur le fonctionnement des activités économiques. Les thématiques proposées ne sont évidemment pas restrictives.

Organisation de la journée
Cette journée est ouverte à la communication à tous les doctorants dont le travail de thèse s’inscrit dans une ou plusieurs de ces thématiques et sera organisée autour d’une dizaine d’interventions d’environ 40 minutes (20 min de présentation, 20 min de questions/réponses). Il est prévu que les communications soient diffusées à l’ensemble des participants sous formes de “cahiers”. Par ailleurs, cette journée est ouverte et gratuite (sous réserve d’inscription) à l’ensemble des personnes intéressées par les thématiques abordées.

Dates importantes
Jeudi 1er mars : date limite d’envoi d’une proposition de 5000 caractères maximum à cette adresse.
Jeudi 15 mars : réponse pour acceptation
Lundi 14 mai : envoi d’une version définitive de la communication d’une longueur de 40 000 caractères maximum (au format indiqué par les organisateurs pour faciliter leur publication dans les actes de la journée).
Mardi 05 juin : journée d’études à l’Université Lille 1 dans les locaux du Clersé (métro ligne 1, station Cité scientifique) de 10h à 18h.

Coordinateurs
Clément Bert-Erboul (doctorant en sociologie, Clersé)
Leslie Carnoye (doctorante en économie, Clersé)
Jean Finez (doctorant en sociologie, Clersé)

Comment sont produites les données scientifiques sur l’environnement : séminaire-atelier au Printemps

Séminaire-atelier
« Sociologie des sciences de l’environnement » (2SE)
Laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ), second semestre 2012
Organisateurs : M. Jouvenet & A. Saint-Martin

Les disciplines scientifiques consacrées à l’étude de l’environnement naturel (espace, atmosphère, climat, océans…) se sont développées spectaculairement ces dernières années, et sont désormais reconnues sous une appellation commune. Si ces « sciences de l’environnement » bénéficient d’un soutien politique important et se pratiquent souvent désormais dans des centres dédiés (comme l’OVSQ à l’UVSQ), elles sont aussi prises dans des controverses de grande envergure, notamment à travers les débats portant sur le réchauffement climatique de la planète.

Les travaux sociologiques portant sur ces débats commencent à être nombreux. Peu d’enquêtes permettent en revanche d’éclairer le processus concrets de production des données scientifiques environnementales. Autrement dit, la dynamique et les pratiques de recherche qui animent les laboratoires des sciences de l’environnement (et les rapprochements disciplinaires qu’ils opèrent) ne sont pas encore très bien connues. L’objectif de ce séminaire est d’impulser une réflexion et des enquêtes sur cette dynamique et ces pratiques, en s’appuyant à la fois sur les acquis et les outils des sciences studies et sur ceux – mieux connus au Printemps – de la sociologie du travail et des professions. Pour cela, le voisinage de notre laboratoire avec les équipes mondialement reconnues qui travaillent à l’UVSQ dans ce domaine des sciences de la nature est un atout qu’il convient d’exploiter avec méthode et de manière collectivement réfléchie. Mais au-delà des objets et projets locaux, l’interrogation pourra aussi porter sur les controverses qui visent la production de données scientifiques et leurs usages, sur les relations entre scientifiques, experts, acteurs économiques et politiques.

L’enquête sur les acteurs et pratiques des sciences de l’environnement, sur leur articulation avec les mondes politiques, économiques, juridiques, etc. est un chantier passionnant, permettant de mobiliser différentes ressources des sciences humaines et sociales. Elle fournit un observatoire de la reconfiguration des rapports entre sciences et société, savant et profane (« Qu’un prix Nobel de la Paix vienne récompenser le GIEC prouve assez que c’est bien toute la géopolitique qui se trouve agitée par une question de modélisation mathématique du climat de la Terre », comme l’a récemment écrit B. Latour). C’est aussi un moyen d’affirmer la présence du laboratoire Printemps dans la dynamique de rapprochement entre sciences et entre organisations à l’UVSQ, et plus largement sur le plateau de Saclay. C’est en outre un terrain sur lequel certaines de ses interrogations centrales (sur des thématiques comme l’action publique, l’engagement, les carrières, l’expertise professionnelle, le langage, les temporalités…), ou des outils familiers peuvent être réinvestis.

Ouvert à tous, le séminaire est cette année conçu comme un espace d’échanges visant à construire et démarrer un programme de recherche collectif. Plutôt que de présenter et commenter des résultats déjà produits, il s’agira donc d’abord, lors de ce second semestre 2012, de définir des axes communs à partir d’une étude documentaire et bibliographique, voire d’identifier des collègues français ou étrangers avec qui collaborer. Il aura lieu, sous forme d’atelier, au laboratoire Printemps (UMR 8085, CNRS/Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), un vendredi par mois, de février à mai.
La première séance — programmée le vendredi 10 février, de 10 à 12h — consistera en une réflexion collective sur les formes et enjeux d’une sociologie des sciences de l’environnement, à partir notamment d’une série de références bibliographiques et d’une enquête en cours d’A. Saint-Martin portant sur l’utilisation des technologies satellitaires dans l’observation et la surveillance du « système-Terre » (pour une rapide présentation, cf. http://printemps.hypotheses.org/30).

Bibliographie indicative :
Dahan Dalmedico Amy, Guillemot H, 2006, « Climatic Change: Scientific Dynamics, Expert Evaluation, and Geopolitical Stakes », Sociologie du Travail, 48/3, pp. 412-432. (télécharger le document en PDF en cliquant ici)
Doing Park (2009), Velvet Revolution at the Synchrotron: Biology, Physics, and Change in Science, Cambridge, The MIT Press.
Edwards Paul (2010), A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, The MIT Press.
Fabiani Jean-Louis (2006), « À quoi sert la notion de discipline ? », in Boutier Jean, Passeron Jean-Claude, Revel Jacques (éd.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 11-34.
Fourcade Marion (2009), Economists and societies. Discipline and profession in the United States, Britain & France, 1890s to 1990s, Princeton & Oxford, Princeton University Press.
Hackett Edward J., Amsterdamska Olga, Lynch Michael, Wajcman Judy (dir.) (2008), The Handbook of Science and Technology Studies. Third Edition. Cambridge & London, The MIT Press.
Krige John, Pestre Dominique (dir.) (2003), Companion to science in the twentieth century. London & New York, Routledge.
Marcovich Anne, Shinn Terry (2011), « Where is Disciplinarity Going? Meeting on the Borderland », Social Science Information, 50/3-4, pp. 582-606. (lien refdoc)

Pestre Dominique (2006), Introduction aux science studies, Paris, La Découverte.
Vinck Dominique (2007), Sciences et société. Sociologie du travail scientifique, Paris, Armand Colin, 2e éd.

Appel : politiques familiales et égalité de genre en Europe centrale et orientale

Nu de Gheorghe Anghel, Bucarest. Photo Flickr CC/Panoramas

Alors que les études à la croisée des politiques familiales et du genre sont assez abondantes en Europe occidentale, les travaux qui prennent pour le terrain d’investigation la « nouvelle » Europe, surtout en langue française, semblent insuffisants. Autant que les échanges entre les chercheurs qui s’intéressent aux différents pays de cette zone. À partir de ce constat est née l’initiative des journées d’études Politiques familiales et égalité de genre en Europe centrale et orientale entre de jeunes chercheuses qui se sont croisées lors des manifestations scientifiques.

Bénéficiant d’une bourse post-doctorale à l’Université de Cluj (Roumanie), offrant une possibilité d’organisation d’événement scientifique, Anca Dohotariu a lancé l’idée qui nous a immédiatement séduites. Ainsi, j’ai rejoint le comité d’organisation de cet événement aux côtés d’Aleksandra Pawlowska (CERLIS) et Ionela Baluta (Université de Bucarest). Soucieuse d’associer davantage notre laboratoire, le Printemps, j’ai invité Olivia Samuel à renforcer notre comité scientifique et Heini Martiskainen à animer un atelier. L’appel à communication ci-présent constitue le premier fruit de cette collaboration. Nous vous saurions gré de le diffuser dans vos réseaux.

Monika Wator est docteure en sociologie et membre associée au laboratoire Printemps. Elle est également membre du Gepem (Groupe d’études pluridisciplinaires sur l’Europe centrale et orientale et ses marges). Elle a soutenu en 2009 une thèse intitulée : Crèches, genre et société : les aléas de la politique familiale en Pologne postcommuniste.

Journées d’étude internationales
Politiques familiales et égalité de genre en Europe centrale et orientale
27 et 28 septembre 2012, Bucarest (Roumanie)
Appel à communications

L’ambition de ces journées d’étude est de rouvrir les débats sur un chantier de recherche encore peu approché sous l’angle comparatif : les politiques familiales et l’égalité de genre en Europe centrale et orientale. Plus précisément, il s’agit de replacer au coeur des débats épistémologiques et méthodologiques actuels la relation entre, d’une part, les mutations d’une intervention publique en matière de vie familiale qui privilégie de manière plus ou moins prononcée le principe d’égalité entre femmes et hommes et, d’autre part, les métamorphoses actuelles de l’institution familiale et des rapports sociaux de sexe dans les pays de l’Europe centrale et orientale.

Au-delà des barrières linguistiques locales, cet appel à communications propose une ouverture transnationale et vise non seulement la confrontation d’approches et de terrains multiples, mais aussi la rencontre entre chercheurs et la construction de réseaux scientifiques. Pour ne pas isoler les travaux régionaux du contexte européen, des analyses de cette problématique au niveau de l’Union européenne seront encouragées. Cependant, les propositions s’appuyant sur des recherches empiriques seront privilégiées, l’objectif principal étant de développer une approche comparative des transformations récentes des politiques familiales et des « régimes de genre » dans l’Europe centrale et orientale.

Comité scientifique

Ionela Băluţă (maître de conférences à l’Université de Bucarest) Sandrine Dauphin (rédactrice en chef, CNAF) ; Anca Dohotariu (docteure EHESS 2010, post-doctorante CNCSIS) ; Maxime Forest (Enseignant à Paris III, chercheur associé à l’Université Complutense de Madrid) ; Georgeta Ghebrea (professeur à l’Université de Bucarest) ; Marie-Thérèse Letablier (directrice de recherches au CNRS) ; Cornelia Mureşan (maître de conférences à l’Université Babes Bolyai) ; Aleksandra Pawlowska (docteure, CERLIS-Paris Descartes) ; Olivia Samuel (maître de conférences à l’Université Versailles-Saint-Quentin, laboratoire Printemps) ; Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) ; Monika Wator (docteure, laboratoire Printemps, Université Versailles-Saint- Quentin).

Comité d’organisation

Anca Dohotariu (post-doctorante CNCSIS), organisatrice principale1 ; Ionela Băluţă, (maître de conférences à l’Université de Bucarest) ; Aleksandra Pawlowska (docteure, CERLIS-Paris Descartes) ; Monika Wator (docteure, laboratoire Printemps, Université Versailles- Saint-Quentin).

Les propositions de communication, de 300 mots environ, sont à adresser à Anca Dohotariu. La langue des journées sera le français, mais les propositions en anglais seront aussi acceptées. Elles devront parvenir avant le 1er mars 2012 et seront accompagnées d’une courte présentation de l’auteur (nom, prénom, statut, institution de rattachement, coordonnées), d’un titre provisoire et de mots clés (cinq au minimum). Leur sélection interviendra au mois de mars. Ces journées d’étude seront suivies par la publication des actes.

Les politiques familiales désignent un champ d’action publique vu, d’une part, la grande variété historique, politique et géographique des politiques visant la famille et, d’autre part, la diversité actuelle des structures familiales. Si les mesures en faveur de la famille peuvent être repérées dès le XIXe siècle, les politiques familiales prennent explicitement forme après la Seconde Guerre mondiale, marquée par une transition démographique précoce. Quelques décennies plus tard, à l’époque du démariage, on observe dans tous les pays industrialisés, bien qu’à des degrés divers, des changements profonds dans la structure et les dynamiques familiales — baisse de la fécondité et de la nuptialité, augmentation des divorces, des recompositions familiales et des cohabitations hors mariage, etc. Les politiques familiales sont alors confrontées à de nouveaux défis politiques et sociaux qui les font évoluer et changer de façon significative à partir des années 70. La recherche sur la famille et les politiques familiales se situe au carrefour de plusieurs problématiques scientifiques et politiques dont nous retenons pour cette rencontre la réflexion sur la variété émergente des régimes de genre. Partout dans l’Union européenne les politiques mettent l’accent sur un respect accru des droits fondamentaux (des droits de valeur constitutionnelle à caractère général et hiérarchiquement supérieur) dont l’« égalité de traitement entre hommes et femmes ». L’égalité entre hommes et femmes est une question transversale qui se traite à la fois au niveau des normes politiques et juridiques européennes aussi bien que nationales, et au niveau de la vie des familles. Avec des différences de calendrier d’un pays à l’autre, partout en Europe la diversité croissante des familles contemporaines témoigne de l’essor de la valeur démocratique d’égalité de sexe.

Dans le paysage complexe des politiques familiales européennes, qu’en est-il de la situation des politiques familiales des pays de l’Europe centrale et orientale ? Depuis 1990, tous les pays postcommunistes ont connu une période de profonds changements politiques, économiques et sociaux. Les relations et rapports de genre en sont une dimension centrale. Pourtant, les politiques familiales sont rarement envisagées dans les recherches sur les réformes autochtones de protection sociale. Parmi ces recherches, les rapports de l’UNICEF2 soulignent que les politiques familiales à l’Est ont été redéfinies de fait, sans pourtant traduire l’existence d’une politique familiale développée et explicitée en tant que telle. Du point de vue des trois dispositifs de politique familiale — allocations familiales, services d’accueil des enfants en bas âge et congés parentaux —, il existe une forte hétérogénéité entre pays en Europe de l’Est après 1990, quoi que l’accent soit en général mis sur les aides financières accordées aux familles.
Trois axes de réflexion sont envisagés pour ces journées d’études pluridisciplinaires. Néanmoins, étant donné l’éventail très large des possibilités, les thèmes des sessions des journées d’étude seront définis en fonction des propositions de communication retenues.

Axe 1.  Tout d’abord, la problématique du gender mainstreaming promue par les instances européennes, de même que les différents actes communautaires adoptés par le Conseil européen ont abouti à renforcer la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes. Cependant, quels sont les « effets » des normes européennes sur les systèmes de protection sociale et familiale des pays de l’Europe centrale et orientale ? Quel est leur impact sur les différentes configurations nationales ? Qu’il s’agisse de « politiques familiales du social » ou de « politiques sociales de la famille », la Commission européenne a montré qu’un des moyens pour rendre plus visible l’égalité de genre dans le champ de la protection sociale pourrait être l’individualisation des droits sociaux, dans le sens d’un passage de droits familialisés fondés sur la relation de famille à des droits individualisés, attribués à la personne. Néanmoins, quelles sont les limites de cette individualisation, et dans quelle mesure peut-on parler d’individualisation des droits sociaux dans les différentes pays de l’« autre » Europe ? Ou encore, quel est le contenu juridique et social des droits dérivés dans ces pays ?

Axe 2. Deuxièmement, un autre aspect essentiel de l’affirmation du principe égalitaire est lié à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle dont la problématique renvoie à la disponibilité des politiques nationales de créer une nouvelle articulation entre la marchandisation de tout un ensemble d’activités domestiques (nounous, femmes de ménage, etc.) et les activités qui restent non marchandes. Dans quelle mesure les différents dispositifs nationaux de protection sociale et familiale postcommunistes favorisent-ils la conciliation entre travail et famille, et comment ? Et quelle est la distance entre les normes politiques et juridiques en place et la vie concrète des familles ellesmêmes ? Analysées à travers le prisme des politiques familiales et de l’égalité de genre, que nous disent les données démographiques autochtones ? De quels terrains qualitatifs dispose-t-on pour nuancer les hypothèses de recherche et forger une approche comparative des mesures politiques en direction des familles à l’Est ?

Axe 3.  Enfin, peut-on vraiment parler de « politiques familiales » dans les différents pays de l’Europe centrale et orientale ? Quels sont leurs objectifs, leurs moyens et leurs instruments ? Derrière les normes postcommunistes concernant la famille, s’agit-il d’un retour des valeurs familiales traditionnelles, d’une modernisation de l’idée de « cellule de base de la société » ou bien d’une prise en compte des métamorphoses de la conjugalité contemporaine ? Plus encore, dans l’esprit des directives européennes, dans quelle mesure l’élaboration des politiques familiales postcommunistes adopte-t-elle l’idéologie qui sous-tend l’élaboration des directives européennes ou bien essaie-t-elle d’adapter ces directives aux différents contextes sociaux ?

« Tu es sociologue ? Ah, tu fais des sauces ! » La socialisation à la cantine, par Géraldine Comoretto

Il n’est pas toujours facile d’expliquer son métier aux personnes qu’on observe, notamment quand ces personnes ont six ans et demi et qu’elles sont en train de transformer leur déjeuner en œuvre d’art. Géraldine Comoretto le sait bien, elle qui est actuellement en train de rédiger une thèse provisoirement intitulée « La socialisation alimentaire enfantine. Entre famille, école et groupe de pairs », sous la codirection de Catherine Rollet, historienne, démographe, professeur émérite à l’UVSQ et membre associé au Printemps, et de Séverine Gojard, chargée de recherche à l’unité Aliss (Alimentation et sciences sociales) de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique).

Oeuvre d'art alimentaire. Artiste anonyme.

Géraldine, sur quoi travaillez-vous ?

Je travaille sur l’alimentation des enfants à l’école primaire. En fait, je dis ça pour faire simple : plus précisément, il s’agit des processus de socialisation alimentaire chez les enfants de 6 à 10 ans en milieu scolaire. Je viens de passer deux ans à observer des enfants, à la cantine (officiellement, au “restaurant scolaire”) et après l’école, pendant le goûter de l’étude du soir.

Comment avez-vous atterri à la cantine scolaire ?

Par un petit boulot d’étudiante ! En première année d’université, j’ai travaillé comme animatrice dans la cantine d’une école. J’aimais côtoyer les enfants, et j’avais envie de travailler auprès d’eux. Dès ma troisième année de sociologie, je me suis intéressée aux rapports de domination à l’école primaire. En master 1, j’ai travaillé avec  Jean-Pierre Terrail sur les normes et les valeurs transmises à l’école. C’est également lui qui m’a poussée à écrire une thèse. Catherine Rollet a pris le relais ; elle m’a alors encouragée à prendre contact avec Séverine Gojard à l’Inra. Elles forment un très bon duo depuis trois ans. Après un master 2 sur l’alimentation à l’école, j’ai décroché une allocation de recherche du ministère de l’Enseignement supérieur.

Mais l’alimentation des enfants, ce n’est pas plutôt un sujet de nutritionniste ?

Non, parce que je ne regarde pas le contenu de leurs assiettes mais plutôt les aspects sociaux des repas. Les repas sont des vecteurs de relations sociales très importants; ils jouent un rôle particulier, différent de ce qui se passe dans la cour de récréation ou dans la salle de classe, deux espaces qui ont été beaucoup plus étudiés. On est à la fois dans l’école, mais hors cadre scolaire direct : c’est un entre-deux hybride, où les influences sociales sont différentes.

C’est donc votre expérience de surveillante qui vous a mis la puce à l’oreille…

J’ai été effarée par la quantité de gâteaux que les enfants apportaient pour leur goûter, et j’ai remarqué qu’ils les échangeaient beaucoup. Leurs échanges étaient très structurés : les filles n’échangent pas avec n’importe qui, pas avec les garçons déjà, et même parmi les filles, elles n’échangent qu’avec des copines bien précises ; elles s’installent au même endroit, et échangent des quantités bien mesurées : deux morceaux de clémentine contre un Kinder… Les garçons sont moins organisés, ils jouent au foot en même temps… Ils n’ont pas la même logique de don/contre-don que les filles. Il y a donc un clivage sexué, mais aussi un clivage d’âge et de fratrie. J’ai eu envie de comprendre les relations sociales qui se jouaient autour de la nourriture à l’école.

Je compare trois écoles des Yvelines, au recrutement social très différent : une école de ZEP, une école d’un quartier très favorisé, et une école de milieu social intermédiaire. Mon hypothèse de départ était que selon les milieux sociaux, les repas se déroulaient différemment : les prises alimentaires auraient un rôle différent selon les normes transmises par la famille. Pendant mon master 2 de recherche, j’avais comparé trois écoles de milieux très favorisés. Là, j’ai voulu faire jouer la variable de l’origine sociale.

Alors, les déterminants sociaux sont-ils si essentiels ?

Oui, mais ce n’est pas ça qui prime. Je me suis retrouvée face à ce que j’aime appeler un “microcosme enfantin”, un univers qui se développe par des relations insoupçonnées de socialisation horizontale de pair à pair, entre les enfants, et de socialisation verticale, entre enfants et adultes encadrants. Les déterminants sociaux, l’éducation transmise par les parents, restent en trame de fond, mais les enfants construisent par-dessus. Ils se construisent une sociabilité d’enfants, qui n’appartient qu’à eux en détournant ce que les adultes ont mis à leur disposition.

Rappel à l'ordre

Qu’est-ce qu’ils détournent ?

Bien sûr, ils transgressent les règles : elles sont là pour ça. Mais ils détournent aussi le cadre, les objets. Des jeux se transmettent de générations en générations : les enfants continuent de chercher leur “âge” au fond de leur verre. On retrouve dans plusieurs cantines le jeu du broc d’eau : le dernier qui pose la main dessus doit aller chercher de l’eau ; et ils détournent le jeu de la bouteille, non pas pour s’embrasser comme les adolescents, mais pour déterminer “celui qui”… est le plus beau, le plus intelligent…

Comment déterminer ce qui façonne le comportement d’un enfant à la cantine ?

Il est plus facile de repérer les ressemblances que les divergences, évidemment. Si un enfant se comporte d’une certaine manière dans telle école, est-ce que c’est parce qu’on est dans l’école “favorisée” ou simplement est-ce la culture de cette école particulière ? Il y a des effets établissement, des effets encadrants, la personnalité des enfants, la culture, l’éducation familiale… Je viens de finir mon terrain, et maintenant il faut que je fasse la part des choses entre les différents effets en analysant mes matériaux de façon très poussée.

Quels matériaux avez-vous rassemblés ?

J’ai cinq carnets de terrain sur deux cents heures d’observation… Je n’avais pas le droit de filmer, donc j’ai pris beaucoup de notes : assise dans un coin de la cantine, mais aussi des discussions avec les enfants, les encadrants, la famille… Les enfants m’ont demandé : “donc si tu as 400 pages de notes, tu écris tout et ça fait une thèse ?” Si seulement ! Ma problématique a évolué avec le temps, à tel point qu’il va falloir que je la reformule complètement. J’étudie un processus complexe de socialisation, qui croise trois grandes instances de socialisation primaire : la famille, les pairs et l’école. Mais une autre socialisation est également en jeu : celle, secondaire, des adultes qui interagissent avec les enfants à la cantine.

Leur relation aux enfants est différente de celle des enseignants ?

Oui, ces adultes sont moins professionnalisés. Ils travaillent avec les enfants pour être reconnus comme professionnels. Et c’est compliqué, pour des adultes, de dépendre d’enfants, d’autant que leur travail auprès d’eux est beaucoup moins reconnu que celui des enseignants. On ne se rend pas bien compte de l’importance des animateurs et de celles que tout le monde appelle encore “les dames de cantine”. Comme elles ne cuisinent pas, qu’elles ne font que réchauffer des plats livrés par une société de restauration, elles sont dépossédées de leur fonction première. Elles cherchent donc à se valoriser dans la relation de service. Leur bonheur est souvent d’être au plus près au contact des enfants, qu’elles le disent positivement “Alors c’est bon ma puce ?” ou plus négativement “Vous pourriez me dire que c’est bon quand même, j’y ai passé du temps !” J’ai recueilli des discours de dames de service qui souffrent du fait que leur rôle d’éducation, au goût, aux manières de table, aux relations sociales, auprès des enfants ne soit pas suffisamment pris en compte.

 Propos de Géraldine Comoretto recueillis par Clara Tomasini

Lectures conseillées :

DELALANDE Julie, La cour de récréation, pour une anthropologie de l’enfance, PUR, Rennes, 2001
SIROTA Régine (dir.), Eléments pour une sociologie de l’enfance, PUR, Rennes, 2006
REGNIER Faustine, LHUISSIER Anne, GOJARD Séverine, Sociologie de l’alimentation, La Découverte (collection Repères), Paris, 2006
CORSARO William, The sociology of childhood, Pine Forge Press, 2004

“S’engager pour la Hongrie” : un combat de Paul Wald, aujourd’hui une pétition

François Leimdorfer a transmis à l’ensemble du laboratoire la pétition suivante, pour la défense des droits de l’homme en Hongrie, contre la politique menée par le gouvernement de Viktor Orban. Cette première prise de position politique dans la (courte) histoire de notre carnet de recherches est un héritage de l’un de nos membres, qui nous a quittés le 28 juin dernier : Paul Wald.

 « Né en Hongrie il y a 75 ans, il a traversé les douleurs de l’histoire du XXe siècle : le nazisme hongrois, le régime stalinien, l’arrivée en France en 1956. Il a d’abord travaillé au CNRS comme documentaliste, puis comme chercheur. Un des tout premiers membres de notre laboratoire Printemps, il a créé et animé l’atelier “discours en sociologie” étant, tout comme les fondateurs du labo et moi-même, soucieux d’intégrer pleinement la dimension langagière à la sociologie », se souvient François Leimdorfer, son ami et collègue, dans l’hommage qu’il lui a consacré dans le bulletin n°9 du laboratoire.

« La situation en Hongrie le préoccupait beaucoup et il lisait les journaux hongrois sur Internet. Je rappelle que le gouvernement actuel, à droite et allié à l’extrême droite, a pris des mesures liberticides (fonctionnement des institutions, presse, liberté d’expression), alors que Bruxelles réagit peu. Il faut également savoir que des groupes d’extrême droite se réclamant de l’idéologie des “croix fléchées” (nazis hongrois pendant la 2è guerre mondiale), défilent en uniforme, qu’il y a eu des pogroms de Tziganes, et que des discours antisémites s’expriment très librement dans la presse », a rappelé François dans un email qu’il nous a envoyé peu après la mort de Paul Wald.

Fontaine du parc du Théâtre national de Hongrie. (Image Wikimedia Creative commons)

En 1994, Paul Wald a publié “Juifs et Hongrois. Constitution discursive des catégories sociales dans un corpus de courrier des lecteurs (Budapest, 1990)” dans la revue Sociétés contemporaines (cliquer ici pour lire l’article sur Persée.fr). Comme le remarque François Leimdorfer, cet article  «est parfaitement d’actualité, quand on sait l’antisémitisme croissant en Hongrie (signalé justement dans l’article du Monde) et le fait que celui qui a lancé le débat en 1990 sur juifs et hongrois est un poête d’extrême droite, Csoori, qui vient d’être nommé par Orban directeur du théâtre national de Hongrie !!! ». Sur le même sujet, un article de Joëlle Stolz dans le Monde du 14 janvier, réservé aux abonnés, et une matinale de France Culture avec Paul Gradvohl, maître de conférences à l’Université de Lorraine.

Paul Gradvohl a lancé la pétition suivante le 13 janvier 2012 avec Ildikó Szabó, ami de Paul Wald et professeur retraité de sociologie à l’Université de Debrecen et Jean-Michel De Waele, professeur de sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles (cliquer ici pour lire une interview sur le site de Touteleurope.eu) « Devant la gravité des événements en Hongrie, j’ai accepté de cosigner un appel avec une courageuse chercheuse de Budapest et un collègue français. Je fais cela fort rarement mais j’ai estimé que nous ne pouvions pas nous taire devant la grave détérioration de la situation en Hongrie », a précisé Jean-Michel de Waele en nous envoyant le texte.

Le texte de la pétition

En des temps où, face à un endettement largement hérité et des craintes existentielles partagées par une population de plus en plus pessimiste, le gouvernement de Viktor Orbán présente des remises en causes patentes des droits fondamentaux comme les armes nécessaires au maintien de la souveraineté nationale, tous les Européens, Hongrois compris, sont mis en demeure de sortir de la logique de la peur et de l’enfermement « entre soi ».

Si le respect de la séparation des pouvoirs dans le domaine économique est un point sensible aujourd’hui pour les élites européennes, c’est l’élan de solidarité civique européenne qui seul peut sortir l’Union de l’impasse. Il se doit de regrouper toutes les forces du spectre politique et culturel européen qui acceptent de ne pas recourir à la peur de l’Autre pour se légitimer. Les Hongrois et tous les Européens doivent savoir que l’Europe n’est pas une machine à éradiquer les minorités, à briser les solidarités, à détruire les « petites » langues et cultures.

Au contraire, après une phase de construction où les élites ont longtemps prétendu faire l’Europe par contrainte économique, mais en revenant toujours au graal national pour se légitimer, il est maintenant l’heure de passer à la solidarité sociale et à la solidarité civique.

La presse hongroise se faisait l’écho, début janvier, de positions qui justifiaient le gouvernement en place au nom de la défense de la souveraineté nationale et du droit de chaque État à stigmatiser les menaces étrangères, à limiter l’espace de la critique dans les médias publics et autres. Et l’argumentaire très officiel de défense de la loi sur les médias relève tous les cas douteux d’empiètements des exécutifs sur la liberté des médias (France, Portugal, Italie, contrôle accru de la BBC, et autres) pour justifier les choix officiels hongrois.

L’enjeu hongrois est donc bien européen. Nous appelons, en tant que citoyens européens, les lecteurs de cet appel pour une Europe de la concitoyenneté, à le signer afin de manifester clairement leur soutien à une Europe fondée sur une perspective de solidarité citoyenne, à l’heure où le Parlement, la Commission et le Conseil (en dernier lieu) européens entament l’étude des mesures prises par le gouvernement hongrois. Il s’agit d’encourager tous ceux qui le désirent à montrer aux autorités européennes et hongroises que le désir de vivre ensemble harmonieusement est bien le plus fort.

Actuellement, la poussée des extrêmes-droites dont la Hongrie fournit un exemple frappant, repose sur les angoisses liées à la sécurité de la famille et du pays et sur le refus d’un monde de paix, d’égalité et d’absence de préjugés.

Il est important que toutes les autres forces de la société européenne aient le courage d’affirmer qu’il est possible de vivre ensemble, de coopérer, de s’appuyer sur les droits fondamentaux formulés dans la Charte entrée en vigueur en décembre 2009, et de poursuivre des débats politiques en acceptant alternance, critique, transparence à l’échelle de toute l’Union européenne. Le test hongrois des mois à venir sera très important. Il porte sur toutes les lois liberticides de l’Union, mais aussi sur l’horizon européen d’après la guerre froide, autrement dit sur la possibilité d’une nouvelle culture politique européenne. Le choix est simple, égoïsme nationaux et disparition économique et culturelle d’un côté, création d’un nouvel espace politique et culturel de l’autre. La peur du changement est bien sûr fort présente, surtout chez les élites en place et chez tous ceux qui craignent pour leur sécurité personnelle. Sachons la surmonter ! À tous les concitoyens de l’Union de se manifester maintenant.

Cette pétition a été lancée le 13 janvier 2012 de Bruxelles, Budapest, et Paris par Jean-Michel De Waele, professeur de sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles, Ildikó Szabó, Professeur retraité de sociologie à l’Université de Debrecen, et Paul Gradvohl, maître de conférences à l’Université de Lorraine. Elle sera remise aux représentants des trois institutions européennes mentionnées : Parlement, Commission et Conseil.

Cliquer ici pour signer la pétition.

Cliquer ici pour lire le communiqué de l’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme, ainsi que de nombreux autres documents.

Les nomades oubliés : lectures de Pierre Tripier

Je me rends compte sur le tard ( les loisirs de la retraite permettent ce genre de pas de côté) que nos institutions, notre philosophie politique, nos lois, nos actions bienveillantes ont négligé ou combattu, ou délibérément ou inconsciemment ignoré les nomades. Or l’histoire nous apprend que les antagonismes perpétuels entre sédentaires et nomades ont façonné et, probablement, façonnent encore de larges parties de la chronologie de l’Occident. Mais ces faits sont invisibles puisque ces philosophies, institutions, dispositifs, lois, etc. sont le fait de sédentaires pour les sédentaires. La démocratie, l’école, la citoyenneté se sont organisés par et pour les sédentaires.

Cette réflexion (que l’on a le droit de trouver délirante) m’a poussé à lire des sociologues contemporains qui mettent en scène et analysent les comportements nomades. D’où l’insistance à lire au moins trois sociologues français, ainsi que ceux dont ils sont les mentors :
Alain Tarrius, qui s’est interessé depuis longtemps aux migrants (Les fourmis de l’Europe, chez l’Harmattan en 1992, Les Nouveaux Cosmopolitismes (avec la chère Lamia Missaoui), L’Aube 2001, La Mondialisation par le bas, Balland 2003, Migrants internationaux et nouveau réseaux criminels, Perpignan, Trabucaire, 2010, entre autres titres) En fait, il a fait des travaux de terrain et des entretiens impeccables. Dans ses livres, il déploie des méthodes de recherche multiples et souvent innovantes, et les résultats sont à la fois narrés de façon vivante et conceptualisés de manière astucieuse. Malheureusement presque tous ces livres sont épuisés, sauf à l’Harmattan et chez Trabucaire.

Alain Tarrius, qui a aussi étudié la citadinité, a rencontré sur son chemin Michel Peraldi qui est venu à s’intéresser aux nomades en suivant une autre piste : celle du commerce et des commerçants. Ici encore, les références ne manquent pas (je les aligne bientôt). Avec Tarrius, ils ont étudié le rôle du port de Marseille et du quartier de Belzunce dans les déplacements de personnes et les échanges commerçants entre la rive nord et la rive sud de la méditerrannée. La fermeture des frontières par les gouvernements nationalistes d’Alger et Tripoli ont permis de développer toute une économie d’échanges fondée sur le hors-la-loi, principalement la contrebande (le Trabendo en franco-algérien) qui incite à transporter de façon clandestine et/ou de “payer la route” (corrompre transporteurs, douaniers et policiers). Il s’agit là d’échanges “de pauvre à pauvre” mais qui peuvent très bien se transformer en entreprises de grande dimension, mais restant complètement informelle. Sur ce point, les travaux de Péraldi sont multiples, mais ceux qui m’ont le plus interessé sont :

“Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar” in Cultures et Conflits n° 33-34 1999 [NDLR : cliquer sur le titre pour lire l’intégralité du texte sur Revues.org].

“Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile” in Adelkah F. et Bayart J.F. (2007), Voyages du développement. Emigration, commerce, exil, Paris Khartala  pp. 73-114 [ NDLR : cliquer sur le titre pour télécharger l’article en PDF sur le site du FASOPO]

et un livre qu’il a co-coordonné : Mermier F. & Peraldi M. (2010) Mondes et places du marché en Méditerranée, Paris, Khartala [voir site de l’éditeur].

Enfin, un troisième larron, économiste, a dressé un très joli bilan de toutes les tracasseries et avanies que la loi et la bureaucratie administrative ont inventées pour empêcher les nomades d’être nomades. Il s’agit d’Enclaves Nomades. Habitat et travail mobiles d’Arnaud Le Marchand, Clamecy, Éditions du Croquant, 2011 [cliquer sur l’image]. S’il fallait avoir un résumé de la preuve que notre démocratie est faite par les sédentaires pour les sédentaires, on la trouverait dans les pages de ce livre.

Pierre Tripier

Pierre Tripier est professeur émérite de sociologie à l’UVSQ et membre associé au laboratoire Printemps. Professeur invité aux universités de Sao Paulo, Lima et Montevideo, Pierre est aussi vice-président de l’Institut de recherches et de développement de la qualité. Entre nombreuses autres publications, il est notamment l’auteur, avec Claude Dubar, du manuel fondateur de Sociologie des professions (Armand Colin, réédité en 2011)

“Décrypteur du réel” à l’accent béarnais

Cliquer sur l'image pour accéder au site de France Culture et réécouter les épisodes

L’émission Hors-champs de Laure Adler sur France Culture, en soirée, consacre depuis le début de la semaine une série de 5 fois 44 minutes à Pierre Bourdieu. Pour les étudiants comme pour les chercheurs, cette émission est tout à fait intéressante et on y entend des extraits d’entretiens de Pierre Bourdieu, qui dans ses propos est tout à fait limpide. Ces extraits pourraient utilement servir de support pédagogique pour la formation des étudiants car, mis en perspective par les commentateurs de Bourdieu invités (Roger Charlier, Luc Boltanski etc.), ils donnent à entendre les influences théoriques et la généalogie conceptuelle de ce sociologue.

Je trouve cette série très stimulante et, pourquoi ne pas le dire, un peu émouvante lorsque Bourdieu nous parle de lui, de sa théorie et plus largement de la sociologie, tout cela avec un accent béarnais qui aura été un marqueur originel dont il ne  sera pas parvenu à se défaire, à mon grand plaisir.

Agnès Pélage

Agnès Pélage est sociologue, maître de conférences à l’IUFM de Créteil, membre du laboratoire Printemps. Elle siège au comité de rédaction de la revue Temporalités. Elle poursuit actuellement un projet de recherche sur les chefs d’établissements scolaires.

Bobos et frontières de classes à Boston : Arnaud Saint-Martin dans L’Humanité

L’embourgeoisement des quartiers populaires (la « gentrification ») est l’objet d’une littérature sociologique déjà abondante. Ce livre y contribue de façon originale. L’auteure, Sylvie Tissot, y décrit le processus long par lequel le South End de Boston aux États-Unis, autrefois mal famé et réputé dangereux, a été peu à peu approprié par les classes supérieures à partir des années 1970. Les « communautés » déshéritées, les Noirs pauvres ou encore les gays ont appris à cohabiter, bon gré, mal gré, avec les cadres fortunés et autres « yuppies » (les « bobos » états-uniens). Tout un petit monde assigné à résidence, désirant manifestement mettre à l’épreuve un vivre ensemble justifié par une morale de la « diversité ».

L’ouvrage est d’abord une passionnante enquête de terrain. Le premier chapitre décrit par le menu l’insertion de l’auteure, alors en séjour à Harvard et logeant dans ce quartier chic. Elle ne cache rien des interactions concrètes avec les résidents favorisés qu’elle fréquente sur place. Elle assiste par exemple aux réunions des associations de quartier où les « gentrifieurs » s’épanchent sur les problématiques locales, telle la gestion de la « mixité sociale ». Le tissu socio-associatif local surgit dans toute sa complexité. La sociologue explore toutes les facettes des styles de vie : des restaurants français à la promenade des chiens dans les parcs, les pratiques culturelles distinguent les nantis et reconduisent les frontières symboliques entre les groupes. La description, très riche, met en cohérence des extraits d’entretiens, des trajectoires en encadré, des statistiques démographiques, des éléments d’histoire de la ville et des États-Unis, et s’appuie sur une bibliographie dense. L’ethnographe découvre ainsi que les rapports de forces intercommunautaires sont euphémisés et que les stigmatisations sont sublimées dans des attitudes morales se voulant bienveillantes. Elle montre comment les clivages socio-économiques et ethniques persévèrent, de façon implicite et insidieuse.

C’est tout l’art de Tissot de savoir naviguer dans les eaux troubles des discours « progressistes », et sans ironie aucune. Mais si elle sait se mettre à l’écoute de ces « bons voisins », elle ne s’en laisse pas conter. D’autant que les discours consensuels sont ambigus. Par exemple, les gays et les lesbiennes ont peut-être droit de cité, le South End se prévalant d’une ouverture « gay friendly », ils n’en sont pas moins tenus à une certaine décence et se gardent bien de s’embrasser dans la rue. De même, les relents de racisme pointent-ils au détour d’entretiens lorsque les conditions concrètes de la coexistence des communautés sont abordées. Sans compter la gestion ambivalente de la présence des déviants et des pauvres, tolérés à la marge, diversité oblige. Cela dit, comme l’auteure l’indique, ces processus ne sont ni linéaires ni irréversibles. Les différends et les luttes d’appropriation continuent de strier l’espace urbain. Ce livre initie à la nuance dans l’interprétation – le South End, en définitive, est une zone grise.

Arnaud Saint-Martin

Article reproduit avec l’aimable autorisation de L’Humanité, où Arnaud Saint-Martin, chercheur CNRS au laboratoire, tient une chronique de lectures en sociologie. Vous pouvez retrouver l’article dans son contexte, ainsi que des archives des articles précédents, en cliquant ici. Pour une bonne définition du phénomène hipster, lire l’article de Marc Kreif dans Courrier International, en cliquant ici.

Lire le CV d’Arnaud

Lire un compte-rendu de De bons voisins, par Lilian Mathieu dans Lectures

Lire son premier article sur le carnet : L’utilité sociale des satellites en pratique

Norbert Elias ou le refus du sujet : une lecture de François Leimdorfer

François Leimdorfer est sociologue du langage, avec deux orientations principales : l’analyse du discours, un champ dont il a récemment fait le bilan dans Les sociologues et le langage (MSH 2011) ; et le lien entre sociologie du langage et processus urbains. Il a notamment codirigé L’Afrique des individus en 2002 (cliquer sur l’image ci-dessous pour les informations bibliographiques), et avec Paul Wald en 2004 Parler en ville, parler de la ville. Chargé de recherche CNRS à la retraite, François continue d’animer le séminaire “Discours et lien social” au laboratoire Printemps.

La question du “sujet” en sociologie a fait l’objet d’un débat important au laboratoire Printemps au début des années 2000. Claude Dubar a initié un cours sur la question (avec Arpad Ajtony) et plusieurs séances du groupe discours y ont été consacrées (avec Max Reinert, Monique Sassier, Gabrielle Varro, Paul Wald et moi même). D’où le texte qui suit, écrit en 2003. Et le débat reste ouvert, notamment sur les différences entre “sujet” et “individu” et la place de ces questions en sociologie.
Mais ma lecture d’Elias est plus ancienne, lorsqu’avec quelques amis et collègues africanistes (dont Alain Marie et Robert Vuarin) nous avons entrepris une recherche sur le processus d’individualisation en Afrique au début des années 90 : la doxa anthropologique présentait en effet les “Africains” comme des “sujets communautaires”. Aujourd’hui, et après la parution de notre ouvrage collectif L’Afrique des individus, il semble que cette idée d'”individualisation africaine” soit complètement admise dans le milieu.

 

“ L’homme n’est pas soumis à un processus, il est un processus… ”

Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? p. 144 (1970)

La pensée d’Elias (1897-1990) s’organise autour de quelques idées fortes, qui s’enrichiront et seront récurrentes dans toutes ses publications. Le principe qui dirige sa réflexion est la relativisation historique et sociologique d’un certain nombre de concepts philosophiques (les processus de connaissance) et sociologiques (société et individu) et son opposition à toute conception universelle a priori. Ainsi, ce que nous entendons par “ société ” et “ individu ” et leur rapport mutuel (leur opposition) sont à considérer comme les produits d’une évolution historique et sociologique. Il réfléchit en termes de processus historiques et sociaux, de configurations sociales, d’interrelations et d’interdépendances entre individus.

La question du “ sujet ” ne fait pas partie de son dispositif, sauf lorsqu’il aborde, pour la critiquer, la notion de “ sujet de connaissance ” (La société des individus, pp. 158 et suivantes) : il n’y a pas de sujet pour soi, d’homme clos sur lui-même (homo clausus), de “ statue pensante ” (p. 160), que ce soit dans ses activités ou dans sa pensée.

 

 

 

En revanche, il définit et commente la notion d’“ individu ” dont il décrit l’émergence et celle de l’opposition à “ société ”. Il en analyse les transformations internes au cours du processus d’individualisation qui est une des formes principales du “ procès de civilisation ”. Cette opposition, au centre des sociologies de Durkheim et de Weber selon Elias (Qu’est-ce que la sociologie ? pp. 143-145) est construite par ce processus. Car il faut concevoir les faits sociaux dans leurs relations, et l’“ individu ” comme un être relationnel, en élaboration permanente dans son rapport aux autres.

Individu et autocontrôle

La conscience moderne de l’individualité, d’un “ moi ” exacerbé et de sa clôture sur lui-même, le sentiment de la séparation des “ autres ”, d’un “ gouffre intérieur ” et de son antagonisme à la société sont, dans la perspective d’Elias, les produits de l’évolution historique des rapports sociaux et du développement de l’autocontrôle des individus sur leurs pulsions, du Moyen Âge à nos jours. Cette conscience est aussi produite par les transformations du rapport aux autres de l’enfant à l’adulte.

“ L’expérience de soi en tant qu’être auquel s’opposent les autres hommes, la “société” aussi bien que les “objets”, car ils sont extérieurs et séparés par un mur invisible de son propre “intérieur”, cette conscience de soi, donc, est si profondément ancrée dans nos sociétés très individualisées et accoutumées à la réflexion intellectuelle personnelle qu’il faut faire un effort supplémentaire d’auto-distanciation avant que de pouvoir comprendre dans toutes ses conséquences cette idée apparemment simple : l’homme est un homme parmi d’autres. […] ce qui apparaît comme barrière entre le “moi” et les “autres”, entre “l’individu” et la “société”, entre le “sujet” et “l’objet” a été réifié par des actes de distanciations personnels ou sociaux. ” (Qu’est-ce que la sociologie ? pp. 145-146).

Un langage quotidien inadéquat

Elias critique l’usage du langage quotidien que font les sociologues comme inadéquat à conceptualiser la réalité sociale, dans la mesure où les mots utilisés donnent un caractère réifié et statique aux relations sociales. Ainsi le “ je ” est trop vite assimilé au “ moi ” : “ le concept de “l’Ego”, tel que Freud ou Parsons l’utilise, est un bon exemple de la transformation d’un concept relationnel en une sorte de concept réifiant ” (Qu’est-ce que la sociologie ? p. 147). Dans ces même pages, Elias décrit les pronoms personnels comme série relationnelle, dans des termes proches de ceux de la linguistique :

“ la fonction que le pronom “je” remplit dans la communication humaine ne peut se comprendre qu’en liaison avec toutes les autres positions auxquelles renvoient les autres membres de la série. Les sept positions sont tout à fait indissociables, on ne peut se représenter un “je” sans un “tu”, un “il” ou “elle”, sans un “nous”, sans un “vous”, ou un “ils” ou “elles”. ”

Mais la réflexion d’Elias sur les pronoms personnels est avant tout sociologique et notamment sur les rapports entre le “ je ” et le “ nous ” et leur évolution. Pour Elias, il n’y a pas de distinction de soi sans les autres “ il n’y a pas d’identité du je sans identité du nous ” (La société des individus, p. 241). Or, la pondération du rapport “ je-nous ” change : historiquement la prépondérance du “ nous ” évolue vers la prépondérance du “ je ”.

François Leimdorfer

(texte rédigé le 25 juillet 2003)

Les doctorants lancent leur revue, “Printemps des sciences sociales”. Premier thème : la jeunesse

Photo Val_Tho/ Flickr. Licence Creative CommonsLa revue Printemps des sciences sociales est coordonnée par des doctorants du laboratoire Printemps (Professions Institutions Temporalités, UMR CNRS – Université de Versailles – Saint Quentin en Yvelines), avec le soutien scientifique et l’expertise d’enseignants-chercheurs titulaires du même laboratoire. Son numéro 1 sera mis en ligne à l’été 2012 sur le carnet de recherches du laboratoire Printemps : http://printemps.hypotheses.org

Appel à contributions

En sociologie, comme pour l’ensemble des sciences humaines d’ailleurs, la thématique de la jeunesse soulève de nombreuses questions. En premier lieu, c’est bien le problème de la confrontation entre une catégorie à première vue biologique et l’analyse sociale qui est posé. Lorsque Pierre Bourdieu a écrit cette phrase restée célèbre : « la jeunesse n’est qu’un mot » (1980), il mettait ainsi en exergue cette difficulté, nous invitant à considérer le terme de jeunesse avant tout comme l’enjeu d’une lutte de catégorisation plutôt que comme une réalité proprement observable. La sociologie de la jeunesse est-elle a priori caduque ? Est-il possible pour le chercheur de parler des jeunes et de la jeunesse sans tomber dans le piège de la biologisation, renvoyant dès lors la jeunesse à sa prétendue irresponsabilité ? Le fait que la jeunesse soit avant tout caractérisée comme une période transitoire, entre l’enfance et l’âge adulte, nous amène également à nous interroger sur la possibilité d’une étude scientifique. Quel statut peut-on accorder aux différentes problématiques concernant la jeunesse si l’on considère celles-ci comme passagères ? En définitive, parler de jeunesse a-t-il un sens pour les sciences sociales ?

L’ambition de ce premier numéro de la revue Printemps des sciences sociales est de réunir un ensemble de recherches portant sur ce thème de la jeunesse afin d’en dégager les différentes spécificités. L’objectif affiché est donc de discuter cette notion pour elle-même, mais aussi de la faire interagir avec d’autres formes de catégorisation comme l’origine, les classes sociales ou encore le genre. Il s’agit par conséquent d’étudier les jeunes en tant que tels mais aussi les différentes représentations de la jeunesse, que l’on parle de représentations sociales en général ou de celles du chercheur en sciences humaines. De fait, la revue Printemps des sciences sociales s’adresse aux jeunes chercheurs, doctorants ou étudiants en master, et par conséquent, un intérêt particulier est porté sur les particularités éventuelles d’études concernant les jeunes et la jeunesse réalisées par de jeunes chercheurs.

Les articles proposés pour ce numéro pourraient, à titre indicatif, aborder la question de la représentation de la jeunesse sous l’angle de la jeunesse dangereuse et délinquante, dans son évolution historique comme dans son actualité. La multiplication récente des réformes portant sur le droit des mineurs nous invite en effet à nous interroger plus particulièrement sur cette question. De la même manière, les conditions spécifiques que connaissent les jeunes sur le marché du travail, concernant notamment leur entrée sur ce marché ou la précarité qu’ils subissent, constituent des pistes d’analyse pertinentes pour ce numéro. Par ailleurs, la question du travail auprès des jeunes et de ses spécificités (travailleurs sociaux, enseignants…) peut également être évoquée dans ce numéro, tout comme les différentes institutions dévolues à la jeunesse (PJJ, INJEP, MJC…). Les différentes recherches portant sur les rites de passage et d’initiation s’inscrivent de fait dans la perspective de cet appel, que l’on aborde par exemple l’allongement de la durée de la jeunesse ou les transformations des modalités de franchissement des étapes. D’ailleurs, les analyses traitant les questions de socialisation et d’éducation, en terme de socialisation primaire ou vis-à-vis d’un groupe particulier, ont également leur place dans ce numéro. Enfin, le thème des sous-cultures juvéniles, en terme de contenus ou encore sous l’angle de la socialisation, est bien entendu pertinent dans la mesure où il permet de poser cette question de la spécificité de la jeunesse.

S’adressant à de jeunes chercheurs, cet appel ne fixe pas d’obligations restrictives en termes de terrain ou de méthodes. Bien entendu, les travaux devront plutôt s’appuyer sur des matériaux empiriques, qu’ils soient d’ordre qualitatifs ou quantitatifs, mais ils pourront également développer des questionnements préliminaires dans la mesure où ils s’inscrivent dans la thématique énoncée. La notion de jeunesse n’étant pas exclusivement sociologique, cet appel est ouvert à toutes les perspectives des sciences humaines et sociales.

Bibliographie indicative

BOURDIEU P., PASSERON J-C., les Héritiers. Les étudiants et la culture, Minuit, Paris, 1964.

BOURDIEU P., « La jeunesse n’est qu’un mot », Questions de sociologie, Minuit, Paris, 1980, p. 143-154.

BOURDIEU P., « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, 1982, p. 58-63.

DUBAR C., La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin, Paris, 2000.

DUBET F., La Galère. Jeunes en survie, Fayard, Paris, 1987.

GALLAND O., Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, Paris, 2011.

MILBURN P., Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante, Eres, Paris, 2009

MUCCHIELLI L., MOHAMMED M., Les Bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, La Découverte, Paris, 2007.

PASQUIER D., Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Autrement, Paris, 2005.

PIALLOUX M., « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 26-27, 1979, p. 19-47.

SEGALEN M., Sociologie de la famille, Armand Collin, Paris, 2006.

SINGLY F. De, Les Adonaissants, Armand Colin, Paris, 2006.  

VAN DE VELDE C., Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, PUF, Paris, 2008.

Conseils aux auteurs

Les propositions d’articles (résumés d’une page avec problématique, méthodologie, terrain éventuel et coordonnées de l’auteur) doivent être envoyés aux coordinateurs du numéro, Jérémie Vandenbunder et Mona Zegai ainsi qu’à Clara Tomasini, avant le 20 mars 2012. Les articles, d’une longueur de 20 000 à 40 000 signes, seront soumis à double expertise en aveugle. Afin de faciliter cette procédure, merci de respecter les mêmes consignes que pour la revue Temporalités, disponibles à cette adresse : http://temporalites.revues.org/684

Calendrier de publication

Réception des propositions (résumé d’une page) : 20 mars 2012

Acceptation ou refus des propositions : 1er avril

Réception des premières versions : 25 mai

Réception des expertises : 15 juillet

Réception des deuxièmes versions : 31 août

Publication : 1er octobre

Contact et envoi des propositions : Jérémie Vandenbunder, Mona Zegaï, Clara Tomasini

Les règles du jeu : Jérôme Pélisse présente « Droit et régulation des activités économiques »

Jérôme Pélisse dirige le laboratoire Printemps depuis février 2011. Maître de conférences en sociologie et titulaire d’une chaire CNRS 2010-2015, Jérôme est spécialisé en sociologie des organisations et du travail, en sociologie des relations professionnelles et du droit, à travers notamment l’analyse des négociations et de la mise en œuvre de l’aménagement-réduction du temps de travail, de la conflictualité au travail (appuyée notamment sur l’enquête Réponse), des usages du droit dans le travail, etc. La liste de ses publications figure sur son profil officiel (cliquer ici). « Droit et régulation des activités économiques : perspectives sociologiques et institutionnalistes » est un ouvrage codirigé par Christian Bessy, Thierry Delpeuch et Jérôme Pélisse (LGDJ 2011)

« Cet ouvrage est issu d’un colloque qui s’est tenu à Cachan en 2008. Il traduit un gros travail qu’on a fait après ce colloque pour rassembler les textes, rédiger les introductions, et mettre en cohérence les différentes contributions. Notre sujet est la manière dont le droit, les régulations juridiques configurent, mais aussi sont configurées par les activités économiques. Pour comprendre la manière dont ça s’articule, il faut dépasser une opposition entre les deux sphères, et analyser la manière dont elles s’interpénètrent, elles se constituent mutuellement; la manière dont les pratiques économiques sont traversées par des orientations et des rapports au droit ; et inversement, la manière dont les rapports au droit dépendent de configurations, d’activités, d’acteurs économiques.

Le livre est organisé en trois parties. La première partie revient sur les origines historiques de cette articulation droit / régulation des activités économiques, à travers, par exemple, la façon dont les concepts de concurrence et de spéculation se sont historiquement formés au XVIIIe et au XIX e siècles. Il y a également des contributions plus théoriques dans cette première partie, et notamment un chapitre qui présente un modèle d’endogénéisation du droit qui se situe au croisement de la sociologie des organisations et de la sociologie du droit américaine.

Les intermédiaires du droit

Une seconde partie porte sur les acteurs, et en particulier les intermédiaires du droit. Il s’agit des acteurs qui sont à la confluence de la sphère des activités économiques et de la sphère juridique : par exemple les juges, notamment les juges des tribunaux de commerce, mais ça peut être aussi les avocats, ou des banques qui peuvent contribuer à légaliser l’activité, par l’encadrement du crédit qu’elles proposent. Ça peut être aussi les déontologues qui interviennent dans les salles de marchés pour essayer de produire des règles pratiques, d’aider les traders en situation à savoir s’ils doivent accepter ou non des ordres qui risquent de contribuer à faire déraper le marché. On met la focale sur le rôle de ces intermédiaires. En effet, les avocats, les juges ont été étudiés traditionnellement en tant que profession, mais le rôle des déontologues de marché et des banques dans la légalisation n’avait pas été étudié de cette manière-là. On peut penser à d’autres acteurs : les militants syndicaux, les DRH, sont aussi des intermédiaires du droit.

Enfin, la troisième partie porte sur les outils, les dispositifs, les supports qu’utilisent ces acteurs pour contribuer à cette interaction entre droit et activité économique. Le premier chapitre de cette partie, dont l’auteur est un Américain issu de ce courant qu’on essaie de faire connaître en France, prend le contrat comme un objet matériel et non pas comme un objet de doctrine, un objet qu’on peut étudier comme quelque chose de fabriqué (un artefact, dit-il), dont on peut regarder les évolutions et les transformations, par le travail que peuvent faire les avocats et les milieux d’affaires qui l’utilisent. On voit comment il règle matériellement, mais aussi symboliquement, les relations entre les individus et les institutions. On étudie également d’autres instruments juridiques comme les circulaires, ce qui a été très rarement fait, à la différence des lois et des décrets ; mais aussi les normes, les standards de prudence, et les règles comptables, qui ont un impact très fort sur la valeur de l’entreprise, sa cotation en bourse, etc.

Le retour des thèses institutionnalistes

L’intérêt du colloque et de cet ouvrage, outre la traduction de contributions proposées par trois sociologues américains néo-institutionnalistes importants sur ces questions, est également de rassembler des auteurs assez différents, qui n’étaient pas vraiment entrés en dialogue auparavant. Nous avons essayé de porter un regard unifié sur ces intermédiaires du droit et sur ces objets, à la lumière de la relation entre droit et régulation économique. Christian Bessy, Thierry Delpech et moi proposons notamment, dans l’introduction, une définition de la régulation ainsi qu’une réflexion sur l’internormativité. L’internormativité, encore un gros mot, c’est le fait d’étudier les différentes sources de droit, pour essayer de comprendre comment elles s’articulent. Selon une thèse, le droit provient d’abord de l’État ; on essaie d’aller un peu plus loin et de comprendre comment d’autres normes s’articulent à celles de l’État dans le fonctionnement de l’activité économique.

La crise a montré la faillite d’une analyse économique néoclassique, selon l’hypothèse d’agents rationnels, de marchés optimaux… Les tenants de cette économie ne semblent pas encore avoir pris toute la mesure de cette faillite. En revanche, un autre courant remet en avant des thèses institutionnalistes, qui insistent sur l’importance des institutions et du droit pour comprendre la manière dont fonctionnent les marchés, ainsi que l’activité économique dans les marchés, à côté ou en dehors. De ce point de vue-là, il semblerait que la crise renforce l’intérêt de l’approche sociologique qu’on cherche à développer, où l’on s’intéresse sur la mise en oeuvre des règles du jeu.

Outre les concepts, les acteurs et les outils, l’ouvrage devait comporter une quatrième partie sur les relations entre droit et régulation économique dans le domaine de l’emploi et du travail. Cela conduisait à un ouvrage sans doute trop long et c’est pourquoi ce thème a été traité dans le numéro 77 (2011) de la revue Droit et société, intitulé “Se donner le droit : la force des organisations face à la loi”. »

Propos de Jérôme Pélisse, recueillis par Clara Tomasini

Carnet de recherches du laboratoire Professions, Institutions, Temporalités

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search