« Devenus adultes, les enfants placés s’en sortent mieux qu’on ne le pense » Isabelle Fréchon dans La Croix

Isabelle Fréchon est chercheuse CNRS en sociodémographie, membre du laboratoire Printemps et de l’INED (Institut national d’études démographiques). Elle concentre ses recherches sur la protection de l’enfance, le passage à l’âge adulte en l’absence ou faiblesse des solidarités familiales, et sur les enfants placés. Elle touche également à la question du genre dans une étude de la perception sexuée de la maltraitance. Elle a été interrogée par Marine Lamoureux, journaliste au quotidien catholique La Croix, dans le cadre d’un dossier sur les Placements et la protection de l’enfance en France, à lire en entier en cliquant ici.
La Croix  : Les Assises de la protection de l’enfance se penchent cette année sur le devenir des enfants placés. Quel est-il ?

Isabelle Frechon :  Les études menées en France depuis les années 1980 montrent que les enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) s’en sortent mieux qu’on ne le pense. Ainsi, cinq à dix ans après la fin du placement, ils sont autant à travailler, en proportion, que le reste de la population à la même tranche d’âge, 25-35 ans, voire jusqu’à la trentaine. Ils se sont souvent installés en couple et forment une famille. Ils sont moins souvent propriétaires de leur logement, mais les chiffres sont comparables à ceux des jeunes de milieux modestes. Il y a malgré tout quelques bémols.

Lesquels ?

Parmi les jeunes qui s’en sortent le moins bien, on trouve des problèmes de santé mentale souvent liés à leur vie avant le placement, en particulier lorsqu’ils ont été victimes de maltraitances. En outre, les études sont très factuelles, elles nous renseignent sur l’emploi, le logement, la situation matrimoniale de ces jeunes, mais pas sur leur ressenti et leur bien-être. J’ajoute, enfin, que si la plupart s’en sortent, c’est à un prix élevé. En général, ils ont traversé des périodes très difficiles et ont dû se débrouiller seuls.

Quels sont les moments les plus délicats à traverser ?

Tout d’abord, la sortie de placement. Un grand nombre de jeunes nous disent qu’ils se sont sentis « lâchés » par l’institution, livrés à eux-mêmes. En temps normal, le passage à l’âge adulte se fait avec le soutien familial ; les enfants de l’ASE, eux, ne peuvent pas, ou peu, compter sur l’entourage et n’ont pas toujours la possibilité d’être suivis jusqu’à 21 ans, car ils doivent être scolarisés ou dans une démarche d’insertion pour cela. On voit des jeunes filles se mettre très vite en ménage et avoir un enfant (14 % sont enceintes au moment où elles sortent de l’ASE). Ensuite, chaque période de rupture est délicate. Garçons et filles se retrouvent, par exemple, très démunis lorsque leur couple bat de l’aile. Cependant, une étude menée sur des jeunes femmes montre que, quelques années plus tard, elles ont retrouvé une situation stable, avec un compagnon plus aidant et une belle-famille sur laquelle compter.

Que faudrait-il améliorer ?

Il est essentiel de préparer en amont la sortie de placement, dès les 14 ou 16 ans de l’enfant, et d’éviter les ruptures de parcours. Lorsque le jeune n’est pas bringuebalé de foyers en familles d’accueil, il noue des liens, se construit un entourage qui lui sera précieux toute sa vie. Il faut aussi permettre aux jeunes qui quittent l’ASE de conserver des liens avec l’institution.

Propos recueillis par Marine Lamoureux pour La Croix


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.