Élections au Mexique : le malaise est identitaire (Laura Loeza)

Manifestation contre l’élection de Enrique Peña Nieto, Mexico, 19 mai 2012.
Photo Ismael Villafranco, Flickr CC.

Le 31 août 2012, sous les huées des manifestants, le Tribunal électoral fédéral du Mexique a validé l’élection d’Enrique Peña Nieto, candidat de l’indéboulonnable Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). « C’est le signe de la peur du changement et d’un problème identitaire » pour Laura Loeza, professeur de sciences politiques à l’université nationale autonome de Mexico, de passage au laboratoire Printemps jusqu’au mois de décembre pour préparer un livre sur les identités, la mémoire et le changement politique au Mexique, sur le cas des travailleurs des ONG.

Quel est le rapport entre les identités et le changement politique ?

Je trouve que c’est la question au Mexique : pourquoi ne sommes-nous pas capables de consolider le changement démocratique que nous avons réussi à mettre en place ? On n’arrête pas de faire des réformes, on crée des institutions, mais on recule quand même. Toute réforme est susceptible de revenir en arrière. Il y a, je trouve, un problème d’imaginaires politiques, d’imaginaires sociaux, qui nous empêche d’aller au-delà de ces blocages.

Des imaginaires politiques ?

Notre matrice historique et culturelle a une influence sur la façon dont chacun se conçoit, se définit, à partir de narrations hégémoniques [des façons incontournables de raconter son histoire]. Qu’est-ce que c’est que d’être « mexicain » ? Cette identité est toujours associée à des attributs négatifs. On nous répète sans arrêt que le Mexicain est paresseux, le Mexicain est corrompu… L’identité du citoyen mexicain est associée à une image très particulière. Des recherches comme celles de Juana Juárez Romero [voir en fin d’article] ont montré que si l’on demande à quelqu’un de se définir en tant que citoyen, il revient toujours à ces stéréotypes du Mexicain : « mais moi, je ne suis pas comme ça » ! D’autres discours hégémoniques entretiennent la peur de la délation et la peur du changement. Je travaille sur ces récits.

À la différence de nombreux autres pays d’Amérique du Sud, le Mexique n’a pas vécu d’expérience d’autoritarisme totalitaire. Notre pays est politiquement stable, mais nous avons toujours peur de la dictature. Finalement, les seules choses qu’on n’ait pas réussi à régler après la révolution mexicaine, c’est l’injustice et les inégalités instituées… Cette histoire, cette culture, ont toujours une influence sur les identités sociales.

Mais comment faire pour mesurer l’importance de ces identités ? On ne peut pas les mettre en chiffres.

J’ai travaillé sur le récit autobiographique de membres des organisations civiles (ONG). Les ONG que j’étudie portent sur des thèmes différents : les femmes, l’écologie, les droits de l’Homme, mais je les analyse sous le même angle : celui du travail politique. J’ai recueilli les récits de trajectoires politiques, biographiques, auxquels j’applique la méthode d’analyse discursive de Claude Dubar.

Qu’est-ce que c’est que l’analyse discursive ?

L’analyse discursive, c’est l’analyse du discours : le but est de comprendre comment l’individu justifie ses stratégies, pour identifier les facteurs qui les facilitent ou qui les empêchent. On essaye d’identifier les éléments qui justifient les positions prises : certaines icônes gardées en mémoire, pour éclairer les choix politiques ou les expériences de cet acteur. À partir de là, je retrouve les éléments qui constituent la mémoire, les stratégies, les projets, qui permettent ou non un changement politique au Mexique.

Je m’appuie aussi sur les travaux sur la mémoire de l’historien Pierre Nora. D’autres auteurs ont développé un pan important des études féministes (une approche qui fait parfois sourire les Français), comme Judith Butler, qui me permet de comprendre des processus de subjectivation [pour faire trop vite, on pourrait définir ce processus comme la façon dont l’individu se structure comme sujet, ou comme dit Judith Butler, comme agent, ce qui n’est pas la même chose… à lire ici]. Quand le sujet devient acteur, il se retrouve face à des enjeux de pouvoir, qui lui font prendre conscience des pressions qui s’exercent sur lui.

Vous semblez avoir une idée très claire de ce qui doit changer au Mexique.

Je pense que beaucoup de choses doivent changer au Mexique : mais c’est avant tout la situation des minorités et l’injustice. Si on ne change pas cette situation, il est vraiment difficile de construire une véritable identité citoyenne, de citoyen responsable dans le sens libéral du terme, qui exige qu’il accomplisse ses obligations. Le fait que les femmes et les indigènes soient les plus désavantagés, cette atmosphère de racisme ne changera pas si on ne s’attaque pas à notre mentalité méprisante. Je suis sûre que la situation de violence qu’on vit actuellement est très associée à ces injustices. Il faut donc que les Mexicains se voient autrement. Pour cela, ils doivent reconnaître leurs capacités d’agent mais aussi se considérer comme sujets. Nous devons reconnaître nos obligations et nos responsabilités : quand nous élisons quelqu’un comme Nieto à la présidence de la République, c’est notre responsabilité.

Pour vous, que signifie l’élection de Nieto ?

Je retrouve cette peur du changement. Quand j’étais petite, on entendait toujours les histoires officielles : si le Mexique élisait un gouvernement de gauche, les États-Unis risquaient d’intervenir militairement. Le mythe de l’intervention militaire américaine a toujours cours. On a toujours peur d’un gouvernement de gauche comme celui de Hugo Chavéz [au Venezuela], qui réduirait les libertés et ferait du mal à l’économie. On ne se comporte pas encore en citoyens responsables : on laisse toujours les responsabilités dans les mains des mêmes. Mais on commence à assister à des comportements de vote plus réfléchis, parce qu’il y a eu simultanément des élections présidentielles, pour le Parlement et pour certains gouvernements locaux. J’ai vu une différence, pour la première fois, entre le choix du Président et le choix des gouvernements locaux. J’ai l’impression que quelque chose est en train d’émerger.

Qu’est-ce que vous reprochez à Nieto ?

Je lui reproche une régression sur plusieurs aspects. Par exemple, l’éducation et la culture ne sont pas des valeurs au Mexique. Avec ce président, on risque d’avoir une réduction des budgets de l’éducation, de la science et la recherche, car ce n’est pas important pour lui. Il a un côté autoritaire. On l’a vu pendant la campagne, quand des jeunes l’ont contesté. J’ai peur qu’il les réprime, maintenant qu’il a gagné l’élection. Il ne discute pas, il ne négocie pas. Je pense que s’il n’a pas une bonne équipe de conseillers, on risque de revenir à l’autoritarisme démocratique.

Vous définissez le PRI comme un régime autoritaire ?

En 2000, on a eu des élections transparentes pour la première fois. Ça a changé beaucoup de choses. On dit que le PRI vient de gagner ses premières élections démocratiques, après 71 ans de victoires électorales. L’autoritarisme est très particulier, avec des formes démocratiques. Le PAN  [parti politique de Felipe Calderón, le président sortant], est plutôt centriste dans notre éventail politique. Mais je trouve qu’il y a beaucoup de points communs entre les personnes du PAN et du PRI. Ils s’entendent très bien, par exemple avec le syndicat des professeurs qui est le vestige de l’ancien PRI, et qui en incarne toute l’idéologie : sa présidente, Elba Ester Gordillo, a été le bras droit de Calderón.

N’est-ce pas frustrant d’assister à ces événements depuis la France ?

Au Mexique, les choses bougent toujours. Il y a toujours des mouvements de contestation… On peut les suivre dans les journaux, sur Internet. De toutes façons, je vais retourner sur le terrain en janvier, pour conduire des entretiens et recueillir les données empiriques. Mais pour la partie théorique, c’est en France que ça se passe, car c’est là que toute la théorie sur les identités a été développée. Au Mexique, on n’a pas vraiment accès à la littérature francophone. La littérature anglophone est plus accessible là-bas. Ici, j’ai toutes les nouveautés à portée de main.

Comment avez-vous atterri au laboratoire Printemps ?

Quand j’ai passé ma thèse, ici à la Sorbonne, j’ai étudié les travaux de Claude Dubar. J’avais peur de ne pas avoir bien appliqué la bonne méthode à ma thèse. De retour au Mexique J’ai pris contact avec lui pour en discuter, puis je l’ai invité pour qu’il nous explique sa méthode. On s’est bien amusés, on a bien travaillé, on a beaucoup appris grâce à des traductions simultanées. C’est pourquoi j’ai décidé de venir travailler au laboratoire Printemps.

Mais la plupart des chercheurs du laboratoire Printemps travaillent sur d’autres sujets…

On peut toujours apprendre des autres. Il y a toujours des points de rencontre, même sur des sujets très différents, par exemple entre la sociologie du travail et la sociologie politique. Je ne connais rien à la sociologie du travail, mais je sais que certaines de ses méthodes me seront utiles.

Avant de venir ici, vous avez passé trois mois en Allemagne. Qu’avez-vous appris à Berlin ?

J’étais dans un laboratoire qui travaille beaucoup sur la mémoire. La catharsis de la guerre continue d’être un sujet de réflexion, elle n’est pas encore résolue. Cette expérience a été assez intéressante, parce que je vivais au quotidien quelque chose que j’avais étudié en théorie. Il y a des mémoriaux partout, et on continue de réfléchir. J’ai été étonnée de croiser des skinheads très jeunes. Je me demandais d’où ils sortaient ça. Eux aussi sont marqués par un passé collectif.

Propos recueillis par Clara Tomasini

À lire pour en savoir plus.

Le Mexique : fiche pays et sélection d’articles sur le site de Courrier International.

Judith Butler, 2004. Le pouvoir des mots. Politique du performatif. Paris, Éditions Amsterdam. Lire un compte rendu de Claire Oger dans Mots ici.

Claude Dubar, « Polyphonie et métamorphoses de la notion d’identité », Revue française des affaires sociales. À lire sur Cairn.

Maurice Halbwachs, 1925. La mémoire collective. Les cadres sociaux de la mémoire

Juana Juaréz Romero, 2012. « Mémoire des origines, identité du Mexique et identité du Mexicain », Bulletin de psychologie.

Pierre Nora, 2011. Présent, nation, mémoire. Paris, Gallimard.

Paul Ricoeur, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli. París, Seuil.

José Luis Velasco, 2005. Insurgency, Authoritarianism, and Drug Trafficking in Mexico’s « Democratisation ». New York, Routledge.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.