Comment Norbert devint Elias

Voici la suite des chroniques d’Arnaud Saint-Martin, que nous republions avec l’aimable autorisation de L’Humanité. Mais cette fois-ci, voici en exclusivité la version non coupée de l’article plus court publié le 4 juin 2012. Les chroniques précédentes sont ici, ici et ici et .

Elias par Bert Nienhuis/The Norbert Elias Foundation
“Devenir Norbert Elias Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française” de Marc Joly, Fayard, 2012, 472 pages, 26€.

Norbert Elias (1897-1990) est désormais de ces penseurs incontournables des sciences sociales. Sa théorie du « procès de civilisation », illustrée à travers le cas de la société de cour, l’a rendu célèbre dans les années 1970, bien au-delà des spécialistes. Pourtant, il a longtemps patienté avant de devenir l’auteur consacré que l’on sait. Après avoir fui l’Allemagne en 1933, le philosophe passé sociologue peine à trouver sa place en Angleterre. Isolé, à la marge, disons même dominé, il n’est reconnu qu’au seuil de la retraite. Il faut toute la détermination d’un exilé néanmoins convaincu de la pertinence scientifique de ses recherches hors normes pour tenir jusque-là. C’est ce que montre Marc Joly dans Devenir Norbert Elias, variation passionnante sur les processus d’invention intellectuelle, de reconnaissance (et de non reconnaissance) et de canonisation des grandes œuvres de la théorie sociale.

Ceci n’est pas une biographie. Plutôt que de raconter selon un fil chronologique une carrière se concluant en apothéose, Joly propose d’expliquer comment Norbert devient Elias. Il varie les échelles d’analyse, les interprétations psychologiques de l’intimité du sujet Elias et celles, plus sociologiques, sur la configuration de ses réseaux de liens personnels et professionnels, tout en donnant une vue d’ensemble de cette pensée en mouvement. Jusqu’aux années 1960, le sociologue vit mal le décalage entre la « force subjective de son projet intellectuel et la faiblesse objective de son statut académique ». La transition de son vivant du statut d’outsider à celui de « classique » est étudiée d’abord en Angleterre, puis en France. Pour ce qui concerne la sociologie anglaise (qu’on découvre de ce côté-ci de la Manche) ou le petit monde des sciences sociales françaises des années 1960-1970, la référence à Elias sert d’analyseur. La réception française, qui constitue le point nodal du livre, est auscultée dans ses moindres détails (éditorial, scientifique, journalistique…), sur la base d’un corpus très riche d’archives personnelles, scientifiques et d’entretiens. On croise nombre d’auteurs qu’Elias ne pouvait plus indifférer après 1970, les Aron, Bourdieu, Baechler, Flandrin, Foucault, Le Goff, Furet, Chartier, et d’autres encore. Le moment français de Devenir Norbert Elias, par ses nombreuses révélations sur les rapports interindividuels (souvent conflictuels), amorce une lecture enfin dépassionnée de ces histoires.

Mais l’explication est plus audacieuse encore. La pensée d’Elias est ici prise dans plusieurs boucles : Joly part du constat d’un certain devenir des sociétés occidentales modernes, qui définit l’horizon du « pensable social-historique » pour les sciences humaines émergeant vers 1750. Les concepts éliassiens s’inscrivent dans cette histoire au long cours et, plus que d’autres, en précisent la structure profonde du point de vue d’une théorie « sociale-historique » conséquente. En sorte que la pensée d’Elias est le résultat autant qu’elle accroît l’intelligibilité de ces diverses transformations. Et, bouclant ces boucles vertigineuses, Joly se fait fort de le démontrer dans les termes d’une science sociale fidèle à Elias. Un livre important, donc, tant sur le plan de l’historiographie des sciences sociales que de la compréhension de ce en quoi réside la puissance des grandes œuvres.

Arnaud Saint-Martin

Afin de poursuivre la lecture, on pourra se reporter à la recension d’Arnaud Saint-Martin parue en intégralité sur le site de la revue Le Mouvement social, recension qui reprend en partie son intervention lors de la séance du séminaire général du PRINTEMPS (11 janvier 2013) organisée autour du travail (et en présence) de Marc Joly.

Écouter l’interview de Marc Joly par Sylvain Bourmeau dans La suite dans les idées (France Culture)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.