« Le secret d’Alvino » : le roman d’un individu

Claude Dubar est professeur émérite de sociologie et l’auteur d’ouvrages majeurs sur la sociologie de l’individu et la sociologie des professions. Accessoirement, il a fondé notre laboratoire. Nous avons donc été très heureux de le voir revenir du Brésil, en mars dernier, pour présenter son dernier ouvrage, co-écrit avec Vanilda Païva : Le secret d’Alvino, qu’il décrit dans le texte ci-dessous. Sandrine Nicourd, qui a travaillé pendant de nombreuses années à ses côtés, était discutante : «Dans ce livre, Claude Dubar poursuit son travail empirique et théorique sur les énigmes de la construction sociale des individus »… dans un contexte du bout du monde.

Alvino est un Indien Macouchi qui vit dans l’Etat de Roraïma, au Nord-Ouest du Brésil, entre Vénézuéla et Guyana. Nous l’avons rencontré, en 2007, un peu par hasard, à Boavista où ils mènent une évaluation d’un programme d’enseignement supérieur réservé aux Indiens. Alors qu’ils le sollicitent pour parler de ce programme, il nous raconte brièvement sa vie: une vie pleine d’épisodes inattendus et de rebondissements imprévisibles. Ce premier récit et le personnage qui l’énonce nous émeuvent beaucoup. Quelque chose de fascinant émane de sa personne et son discours nous interpelle. Nous lui proposons d’écrire son autobiographie à l’aide de quelques questions très générales.

Plus d’un an après, nous recevons, à Rio, un texte de plus de 40 000 signes qui nous passionne. Alvino y raconte comment il avait vécu son enfance dans une communauté indienne paysanne et pauvre, pétrie de chamanisme et « convertie » au catholicisme. Il explique comment, à 29 ans, il est devenu prêtre, le seul prêtre indien de l’époque, pour pouvoir continuer ses études au séminaire, malgré une « crise identitaire » majeure qui le fera se définir comme « un rebelle dans l’Eglise ». Il s’interroge longuement sur les désillusions et les conflits qu’il a connus en exerçant son sacerdoce. Il confie la manière dont il s’est reconstruit grâce à l’amour d’une « jeune et belle Indienne » avec qui il vit désormais et qui lui a donné deux enfants. Il insiste sur sa participation au Mouvement indigène dont il se veut un militant actif mais lucide et critique.

L’analyse de ce matériau et la comparaison avec l’entretien initial font surgir des interrogations : ce n’est pas tout à fait la même histoire qui est racontée. D’où la proposition faite à Alvino de venir une semaine à Rio pour y faire des entretiens informels autour des écarts entre les deux premières versions de son histoire de vie. Et la surprise de recueillir une troisième version encore un peu différente des deux premières. D’où le défi de comprendre – et si possible expliquer – ces différences et donc les relations entre les discours sous-jacents aux récits, la situation d’énonciation de ceux-ci et les logiques à l’œuvre dans un cours de vie impliquant des points de vue différents sur celui-ci.

« Alvino Macouchi est devenu Alvino prêtre qui est redevenu Alvino Macouchi »

Ce défi est d’autant plus fort que ce sur quoi Alvino insiste le plus au cours de ces récits, c’est sa pluralité identitaire. « Alvino Macouchi est devenu Alvino prêtre qui est redevenu Alvino Macouchi » écrit-il. Mais, en fait, il est resté à la fois l’un et l ‘autre, « divisé » comme il l’ écrit. De fait, il a toujours dû tenter de combiner et, si possible, de concilier les deux identités produites par sa socialisation primaire : celle d’Indien pétri de croyances chamaniques (notamment les pajélances, cultes chamaniques à but thérapeutique) et de catholique « converti » à une Religion instituée. Mais ces formes identitaires ont été reconfigurées par deux nouvelles, issues de sa socialisation secondaire : une identité réflexive et critique produite par ses études – philosophiques notamment – et une identité narrative issue de la mise en récits de ses épreuves lui permettant de construire – ou mieux, de bricoler – une histoire singulière gérant cette pluralité identitaire.

Cette histoire singulière, à travers ses différentes versions, ne peut se comprendre que si on la réinsère dans l’histoire des collectifs qui l’ont produite : celle des Indiens du Brésil, et notamment des Macouchis de Roraïma, de l’émergence d’une nouvelle élite à partir des années 1960, et surtout du rôle jouée par des militants catholiques – prêtres, intellectuels, anthropologues – dans cette émergence produisant un Mouvement indigène imposant la reconnaissance de la possession collective des « terres indiennes » par la Constitution de 1988. Ce sont ces relations complexes entre histoire religieuse et histoire politique, entre Église catholique et Mouvement indigène, entre propriétaires terriens et main d’œuvre indienne sortant difficilement de l’esclavage qui permettent au lecteur – grâce aux encarts très précieux de ce livre – de comprendre les liens entre l’histoire singulière d’Alvino (et ses versions politique et religieuse) et les histoires collectives dans lesquelles elle s’inscrit et qui lui donne sens. Mais ce sens s’inscrit aussi dans un parcours intime et psychique (et une version correspondante) que la psychanalyse permet d’éclairer et qui nous a permis de « mettre en scènes » le parcours d’Alvino et de le réécrire comme un roman ou un scénario. Permettant ainsi au lecteur de lire aussi ce travail socio-anthropo-historique, cette « sociologie d’un individu » traité comme un « cas particulier » (bien différente d’une sociologie de l’individu en général) comme une oeuvre romanesque…

Claude Dubar et Vanilda Païva

Les belles lettres, 2012. Accéder au site de l’éditeur

Télécharger l’introduction et la conclusion du livre

Principales publications de Claude Dubar

Temporalités, revue dirigée par Claude Dubar


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.