Ce que comparer veut dire : appel à communications

Laure de Verdalle est sociologue et chercheuse CNRS au laboratoire Printemps. Outre son programme de recherche actuel sur l’entrepreneuriat artistique, elle est membre du comité de rédaction de la revue Terrains et travaux. Elle en coordonne le prochain numéro, sur la comparaison en sciences sociales. Voici une version abrégée de son appel à communications, qu’on peut lire en entier ici : T&T21 Appel à contributions

La question de la comparaison traverse l’histoire des sciences sociales. L’un des pères de la sociologie, Émile Durkheim, considérait par exemple qu’ « on n’explique qu’en comparant ». La démarche comparative est donc bien au coeur de nos recherches, souvent de manière explicite : c’est le cas quand on compare directement plusieurs objets entre eux ou qu’on observe de façon croisée différentes situations nationales. On essaie alors de pallier l’une des principales difficultés de nos disciplines : l’absence d’expérimentation au sens où l’entendent les sciences de la nature. Mais nous faisons aussi parfois de la comparaison « sans le savoir », de façon plus implicite, quand nous raisonnons par rapport à ce que nous connaissons le mieux… sans toujours être conscient du biais ethnocentrique que cela peut impliquer.

À cela s’ajoute aujourd’hui une injonction croissante à la comparaison, portée par les différents interlocuteurs du monde de la recherche, qu’ils soient privés ou publics. Pour autant, à l’épreuve de ses terrains, le chercheur se trouve parfois un peu démuni, ne sachant trop comment outiller son regard ou organiser la confrontation entre les objets ou situations qu’il étudie. Partant de ce constat, nous avions mis en en place en juin 2009 une école thématique sur la comparaison, soutenue par le CNRS, qui avait rassemblé à Biarritz pendant une semaine une quarantaine de chercheurs confirmés et de jeunes doctorants autour des enjeux pratiques des démarches comparatives. Nous souhaitons aujourd’hui prolonger ces échanges dans le cadre d’un numéro de la revue Terrains et travaux qui cherchera à mettre en lumière « ce que comparer veut dire » pour les sciences sociales.

Comment mettre en œuvre un travail de généralisation tout en rendant compte des spécificités de chaque cas ? Quelles échelles de comparaison privilégier ? Quelles catégories mobiliser et sous quelle forme ? Quelle place accorder à des typologies qui ont le mérite de caractériser les faits, même si elles en proposent parfois une vision trop statique ? Telles sont les questions auxquelles les articles proposés devront tenter d’apporter leurs propres réponses, sur la base d’enquêtes empiriques solidement documentées. Ce numéro de la revue Terrains et Travaux entend ainsi revenir de manière large sur les enjeux de la comparaison en sciences sociales, en les déclinant sur des terrains variés et en faisant appel à des échelles d’analyse contrastées, spatiales ou temporelles (comparaisons entre pays, mais aussi entre régions ou villes ; entre groupes sociaux au niveau macro ou entre organisations à un niveau plus micro, etc.).
Les articles, de 40 000 signes maximum devront parvenir sous forme électronique aux coordonnateurs du numéro le 5 mars 2012 au plus tard : Cécile Vigour, Laure de Verdalle et Thomas Le Bianic.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.