Les paradoxes de notre profession

« Cette séance est un peu particulière », admet bien volontiers Isabelle Frechon dans son discours d’introduction. Aujourd’hui les sociologues, habitués à étudier les professions des autres, s’interrogent sur la leur. Après la publication en 2004 du livre dirigé par Bernard Lahire, À quoi sert la sociologie ? (voir ci-dessous) et du livre de Claude Dubar et Didier Demazière, Analyser les entretiens biographiques, l’étude de François Leimdorfer sur Les sociologues et le langage, le colloque de 2011 sur les travaux d’Andrew Abbott et à la veille de celui de 2012 sur les sociologues et la mondialisation, les chercheurs du laboratoire Printemps réunis le 4 mai 2012 s’apprêtent à faire preuve de “réflexivité” sur leur propre profession.

« Le livre coordonné par Delphine Naudier et Maud Simonet et celui de François Dubet sont sortis au même moment. C’était l’occasion pour nous de réfléchir à notre métier de sociologue et de nous demander où nous en étions d’une réflexion qui a toujours existé. Nous voulions savoir ce qui se disait de neuf sur notre discipline », explique Isabelle Fréchon.

Cliquez sur le lecteur ci-dessous pour écouter l’introduction du séminaire par Isabelle Frechon, chargée de recherche CNRS en démographie.

« Delphine Naudier a présenté son livre. Elle nous a refait l’historique de son ouvrage et nous a raconté comment ce travail s’est mis en place, dans le cadre d’un séminaire face aux étudiants. J’ai souhaité l’inviter car l’introduction de son livre remettait en cause la notion de “neutralité axiologique”: le fait qu’un sociologue soit capable de rester totalement neutre, sans être un sujet qui a vécu des choses, qui a son propre mode de pensée, comme le dit Raymond Aron dans la préface du Savant et le politique de Max Weber [texte à télécharger ici]. Dans ce livre au titre excellent, Des sociologues sans qualité, Delphine Naudier et Maud Simonet expliquent par l’exemple comment les sociologues font leur travail, la cuisine interne. Elles ont le mérite de revenir sur la façon dont on pratique le métier de sociologue aujourd’hui, en fonction des différents terrains et de ses propres engagements », reconnaît Isabelle Frechon.

« Dans son livre, À quoi sert vraiment un sociologue, François Dubet prend exemple sur sa propre vie de sociologue, et incarne ce paradoxe : il introduit son propos en se présentant comme fils d’ouvrier, mais il pense qu’il peut être nocif de rester dans une réflexivité permanente. Il nous a raconté son histoire, et notamment un moment minuscule qui a changé sa carrière : dans son cas, c’était tout simplement un article dans le Monde. Certains de nos auditeurs ont trouvé François Dubet provocateur. Je trouve que ses provocations nous poussent à réfléchir. Il nous rappelle par exemple le risque de devenir condescendant chez un sociologue issu des classes sociales supérieures, quand il observe une classe sociale à laquelle il est étranger. On ne peut pas nécessairement comprendre la personne que l’on a en face de soi », remarque Isabelle Frechon.

Cliquez sur le lecteur audio ci-dessous pour écouter l’intervention de François Dubet, professeur de sociologie à l’université de Bordeaux et directeur d’études à l’EHESS.

C’est ici qu’Arnaud Saint-Martin intervient : « À la question abyssale “à quoi servons-nous ?” — interrogation-titre de cette séance, qui trahirait une forme de perplexité ou, pire, une inquiétude diffuse —, on peine encore à apporter des réponses qui puissent trancher une fois pour toutes, et pour cause. Chacun à son point de vue en la matière, le consensus n’est certes pas gagné, j’y reviendrai. M’efforçant d’honorer le cahier des charges, je commenterai les deux livres, en essayant de faire ressortir des thèmes communs, des points d’accroche, voire d’accrocs, pour faire dialoguer les auteurs présents, entre eux plus qu’avec moi. Mais avant de commencer, j’insisterai sur le fait, inévitable, et par ailleurs souligné par François Dubet dès l’introduction de son ouvrage : mon point de vue est lesté par des biais et des problématiques, quelques indécisions aussi, qui peuvent trahir un certain positionnement épistémologique. »

Écoutez la suite en cliquant sur le lecteur audio ci-dessous :


 En attendant la suite du compte rendu, à venir tout prochainement, nous vous recommandons la lecture du livre dirigé en 2004 par Bernard Lahire : À quoi sert la sociologie ? (7,50 € à la Découverte. cliquer sur la couverture pour un aperçu sur Cairn. Une étude collective du métier de sociologue, pour avoir connaissance de ses engagements… et ainsi, mieux les dépasser. Et bien entendu, Des sociologues sans qualités ? et À quoi sert (vraiment) un sociologue : cliquez sur les couvertures ou retournez sur la page d’annonce du séminaire pour plus d’informations et de recommandations.



Citer ce billet
Printemps (2012, 11 mai). Les paradoxes de notre profession. Printemps. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0lm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.