L’individu dans l’historiographie du fascisme

Suite des chroniques de lecture d’Arnaud Saint-Martin, toujours reproduites avec l’aimable autorisation de L’Humanité. L’article original est ici, les précédents articles d’Arnaud sont ici et ici et .

Le Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot est de sinistre mémoire. De sa création en juin 1936 jusqu’à d’ultimes soubresauts en 1945, il symbolise la trahison et la fuite en avant des collabos. Plus énigmatique est le fait qu’une partie de ses cadres furent communistes ou socialistes avant le Front populaire. Brusques revirements que les biographes s’échinent encore à interpréter. La seule évocation de la figure controversée de Doriot, un temps maire PCF de Saint-Denis, suffit à embarrasser l’historien. Pourquoi ces individus se sont-ils ainsi fourvoyés ?

S’intéressant plutôt au « comment », Laurent Kestel plaide de façon convaincante pour une sociologie 
des processus de conversion politique. Il ne s’agit pas de spéculer sur les motivations des uns et des autres, mais d’expliquer la radicalisation des convertis à la pensée réactionnaire – sans jugement moral, autant que faire se peut.

L’auteur s’appuie sur des archives personnelles et des autobiographies pour retracer des « itinéraires moraux ». Dans la première partie, il rend compte de la formation du PPF. Il reconstitue la revendication progressive de l’identité fasciste. On découvre les luttes de classement et de concurrence au sein de l’appareil, l’entre-soi plombé des dirigeants, les calculs électoralistes et la tambouille des arrière-boutiques, la transplantation de schémas organisationnels hérités du PCF et de la SFIO avec lesquels la rupture est violente, mais aussi la lutte pour la visibilité et la prise de parole, notamment chez les « intellectuels » autoenrôlés – à l’image de Drieu La Rochelle, porte-plume docile de Doriot.

Non sans heurts et difficultés, le PPF s’efforce de valoriser une offre en la différenciant dans le champ politique. Après les débordements extrême-droitiers de février 1934, l’humeur est « anti-institutionnelle ». Doriot, exclu du PCF, surjoue le chef « providentiel » et s’accommode de ses nouvelles alliances, en particulier avec les « nationaux » et les industriels en guerre contre la politique du Front populaire.

La seconde partie de l’ouvrage approfondit le basculement dans le « non-conformisme ». Cette conversion, insiste l’auteur, est plus que la somme de petits arrangements. Elle est d’abord à la mesure de l’engagement initial des « renégats » : « Celui qui a tout donné et tout reçu du “Parti” n’a rien d’autre à monnayer que son aversion au “Parti”. Et n’a rien d’autre à espérer recevoir en retour. » Elle est également provoquée par les anciens amis. Ainsi l’Humanité ou le Populaire participent-ils de la mise au ban des doriotistes. Il n’est qu’un pas pour qu’ils se reconnaissent dans le stigmate du fascisme, le mâtinent d’une idéologie extrémiste de bric et de broc, et l’endossent dans une fuite en avant sous l’Occupation.

La Conversion politique verse donc de nouvelles pièces à l’historiographie du fascisme français, en même temps que l’ouvrage alimente la compréhension des processus de politisation, dont la conversion est un aspect finalement méconnu.

Arnaud Saint-Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.