À quoi servons-nous?

Pour répondre à cette question existentielle, Isabelle Frechon et Marnix Dressen invitent François Dubet et Delphine Naudier. Vous êtes les bienvenus à cette séance exceptionnelle sur le métier de sociologue, qui aura lieu à l’UVSQ le vendredi 4 mai à 9h30 (voir infos pratiques ci-dessous), et sera discutée par Arnaud Saint-Martin.

Delphine Naudier est chargée de recherche CNRS au laboratoire Cultures et sociétés urbaines. Elle a coordonné, avec Maud Simonet, Des sociologues sans qualités (La Découverte, 2011, cliquer sur l’image pour lire l’introduction). Vous pouvez écouter leur interview dans La suite dans les idées (France Culture) en cliquant ici ou le compte-rendu de Rémy Caveng sur Lectures (Liens Socio), ici.

François Dubet est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux et directeur d’études à l’EHESS.

«[…] La sociologie est utile parce que les sociétés modernes ne se représentent plus elles-mêmes comme l’accomplissement d’un projet divin, comme ce fut très longtemps le cas, ou comme le produit transparent de la volonté des hommes scellant librement et rationnellement un contrat social, comme en avait rêvé le Siècle des Lumières. Les mythes religieux d’un côté et les lois librement consenties de l’autre ne suffisent pas à expliquer comment tiennent, se forment et se transforment les sociétés quand on ne croit plus dans les mêmes dieux, et souvent dans aucun dieu, quand le souverain, l’État et les lois n’organisent pas la totalité de la vie sociale, quand le changement social est devenu la règle. C’est pour dire cela qu’Auguste Comte a inventé le mot sociologie. Les sociétés modernes doivent construire des représentations d’elles-mêmes, elles doivent se connaître parce qu’elles ne sont pas, comme les autres êtres naturels, le produit de la seule nécessité. Vue d’aussi loin, la question de l’utilité de la sociologie ne se pose même pas : les sociétés modernes ont besoin de sociologie parce qu’elles sont modernes, parce qu’elles savent qu’elles sont la conséquence de leur propre action, parce que le monde s’est ouvert, parce que les cultures et les sociétés se frottant de plus en plus les unes aux autres, elles doivent sans cesse se connaître et se reconnaître. Nous savons bien que les réponses aux problèmes sociaux qui nous scandalisent souvent, la pauvreté, l’oppression, la violence, passent par les convictions morales et par la volonté politique, mais nous savons aussi qu’elles passent par la connaissance, par la sociologie et par toutes les sciences sociales.»

Vous pouvez continuer la lecture de l’extrait en téléchargeant ce PDF sur le site d’Armand Colin et lire le compte-rendu enthousiaste d’Eric Keslassy dans la rubrique Lectures de Liens socio, ici.

Vendredi 4 mai, de 9 h 30 à 13 h 30, à l’UVSQ…

… Et plus précisément dans l’amphi 7, au-dessus du restaurant universitaire du 47 bd Vauban à Guyancourt.

En voiture depuis Paris : de la Porte de St Cloud, prendre l’A13 puis l’A12 direction St-Quentin-en-Yvelines/Rambouillet
Depuis Rambouillet, prendre la N10 direction Paris, sortie St-Quentin-en-Yvelines Centre Commercial  régional
Sortie St-Quentin-en-Yvelines Centre Cial régional

En train jusqu’à la gare de Saint Quentin en Yvelines (zone Navigo 5) :
– au départ de la Défense, direction la Verrière
– au départ de Montparnasse, direction la Verrière ou Rambouillet
– le RER C, direction Saint-Quentin.
Compter ensuite 10 à 15 minutes de marche à pied pour rejoindre l’un des sites de l’université.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.