On continue : projet de journée(s) d’études sur l’usage de la lexicométrie en sociologie (2)

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des idées, des commentaires ? N’hésitez pas à vous exprimer grâce au formulaire en bas de la page, que vous participiez au groupe ou que vous soyez visiteur de passage. Votre contribution sera précieuse, au fur et à mesure des avancées du projet.

La prochaine réunion aura lieu le 4 mai à 14h.

Au cours de notre réunion du 23 mars 2012, nous avons dessiné le cadre de cette journée.

1. Il s’agit bien de centrer la problématique sur les usages de la lexicométrie en sociologie et les questions qui se posent dans le cadre de la discipline. On prévoira cependant des exposés synthétiques sur les usages de la lexicométrie en sciences politiques, en psychologie. De même on prévoira un panorama concis des types de logiciels lexicométriques, sans entrer dans les détails techniques, mais en en soulignant les implications théoriques.

2. On limitera la réflexion aux logiciels Alceste et Lexico (mathématiquement proches et complémentaires mais avec des implications théoriques différentes). Un exposé concis de ces deux logiciels sera également prévu, à l’attention des participants intéressés mais non (encore) « pratiquants ».

3. La réflexion se centrera sur les implications théoriques et méthodologiques de l’usage de ces logiciels en sociologie. On écartera les aspects techniques, sachant que ces questions surgiront néanmoins nécessairement des réflexions : par exemple la question de la « lemmatisation » (la suppression des dimensions syntaxiques des mots : conjugaisons, singulier-pluriel, masculin-féminin, etc.) s’appuie sur une certaine posture vis-à-vis du langage et de la signification, c’est-à-dire que l’on se centre plus sur l’accumulation des significations des mots dans un corpus que sur  une analyse des contextes syntaxiques (le  mot dans la phrase).

4. Dans ce cadre, l’objectif de la journée d’études est de réfléchir à l’interprétation sociologique issue, ou engendrée, ou permise, ou souhaitée, par l’usage des logiciels.

5. Les exposés devront partir d’expériences de recherche, sans entrer dans les détails des résultats empiriques obtenus, mais détailler plutôt les interprétations sociologiques mises en œuvre.

6. On lancera une petite enquête par questionnaire sur les points suivants :
–      quels usages des logiciels, et quels matériaux langagiers;
–      quelles attentes des logiciels;
–      quels apports de ces logiciels au travail sociologique.

7. Pour l’instant, nous ne prévoyons qu’une seule journée, au cours du mois de novembre. Il faudra établir une liste de personnes susceptibles d’être intéressées, et nous demanderons l’aide des membres de Printemps pour l’organisation intellectuelle et matérielle, ainsi que pour les prises de contact et l’enquête par questionnaire.

Qu’en pensez-vous ? Des idées, des commentaires ? Exprimez-vous !

 


7 réflexions sur « On continue : projet de journée(s) d’études sur l’usage de la lexicométrie en sociologie (2) »

  1. Merci de vos commentaires. Max Reinert m’autorise à publier ses propres commentaires sur “R”
    “C’est bien une version FORTRAN d’Alceste ancienne alors que je travaillais sur les ordinateurs du CICT (centre de calcul de l’UPS à Toulouse) (années 86-92) et qui était implantée dans l’espace personnel qui m’était alloué. Je ferais remarquer que le site n’est pas honnête puisqu’il dit qu’il “reproduit” la méthode Alceste alors qu’il utilise sans le mentionner (classification descendante) les sources FORTRAN d’une version ancienne implantée au CICT, qui a permis “l’inclusion d’Alceste sous R”.
    FL

    1. Bonjour,
      il n y pas de fortran dans iramuteq. Seul l algorithme de classification est fait en R, il est entierement ecrit en langage R et uniquement a partir de la litterature. Tout le reste est en python. C est tres facilememt verifiable, les sources sont en ligne. Je ne comprends pas ce commentaire…

  2. N’hésitez pas à informer les historien.ne.s, même si vous ne les entendez pas en contrepoint, ça intéressera du monde ! (et peut donner lieu à de bonnes discussions sur les usages des logiciels sur des types de corpus différents : entretiens vs. documents, mais il y a sans doute d’autres clivages en jeu…)
    Par ailleurs je me joins à la demande de parler du libre, il semble que ça bouge : cf. http://textometrie.ens-lyon.fr/spip.php?article60 et surtout cette inclusion d’Alceste sous R : http://www.iramuteq.org
    (trouvé par http://devhist.hypotheses.org/1068 qui peut vous intéresser aussi)
    Ce n’est de toute façon qu’une autre manière de parler des principes sous-jacents des logiciels (qui resteront en version libre) plutôt que de la couleur de leurs boutons, ce que vous voulez faire et qui me semble bel et bon.

    1. Pardon pour la réponse tardive : je pense principalement à R, et Claire Lemercier a commenté dans le même sens, avec des ressources supplémentaires par rapport aux modules R que je connais.

  3. Excellent sujet d’étude, mais pourquoi se restreindre à deux solutions payantes alors qu’il y a des logiciels libres capables de faire au moins autant de choses ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.