Projet de journée(s) d’études sur l’usage de la lexicométrie en sociologie

Les commentaires et suggestions  sont particulièrement bienvenus sur ce texte, rédigé par François Leimdorfer avec l’aide d’Isabelle Lacroix et Marie-Hélène Delobbe.  François Leimdorfer est chargé de recherche CNRS retraité et membre associé au laboratoire Printemps, où il anime l’atelier Approches discursives en sociologie.
La prochaine séance de cet atelier, le 23 mars prochain au laboratoire, sera consacrée à la préparation d’une journée d’études sur l’usage de la lexicométrie en sociologie. On y parlera également du projet d’un réseau thématique de sociologie du langage, piloté par Marc Glady.

Ces dernières années ont vu un développement considérable de la lexicométrie (c’est-à-dire du traitement statistique des mots – plus précisément des « formes lexicales » – de corpus divers, entretiens, textes, questionnaires, etc.), des logiciels lexicométriques, et de l’usage en sociologie de ces traitements. La réflexion théorique et méthodologique s’est approfondie, des colloques se sont tenus, des revues existent. Le laboratoire Printemps utilise depuis de nombreuses années les logiciels Alceste (dont le créateur, Max Reinert a été membre du labo et en est membre associé) et Lexico (Paris III), et possède une certaine compétence en ces matières. De plus, l’utilisation de ces logiciels est, en sociologie, une entrée appréciée dans la problématique langagière : parce qu’elle permet de saisir des corpus dans leur ensemble d’une part, et d’autre part parce qu’elle est une manière d’accéder au langage, sans, dans un premier temps, faire appel aux concepts et méthodes de la linguistique.

C’est pourquoi l’atelier « approches discursives en sociologie », soutenu par le directeur Jérôme Pelisse, propose d’organiser à relativement court terme, une (ou deux) journée(s) d’études sur la question de l’usage de la lexicométrie en sociologie, et dispose d’un petit financement issu de la rétrocession par le CNRS au laboratoire d’une partie des droits du logiciel Alceste.

Afin de proposer le centrage sur une problématique et une thématique pour cette (ces) journée(s), d’engager des appels à contribution, de contacter différents spécialistes et usagers, nous proposons un certain nombre d’items, de problèmes qu’il s’agira de choisir (ou d’éliminer) et de développer. Les journées pourraient se répartir en deux axes :

1) les utilisations  des logiciels (le matin ?)

2) comment passe-t-on de l’outil et sa lecture descriptive à l’interprétation sociologique ?

Nous avons tout d’abord choisi de nous centrer sur les rapports entre sociologie et lexicométrie, puis sur l’utilisation des logiciels, sans décider pour l’instant si nous envisagerons l’ensemble de ceux-ci ou si nous nous limiterons à Alceste (et éventuellement Lexico, qui en est proche du point de vue des bases mathématiques).

1. Quelle est la « théorie » du langage sous-jacente lorsque l’on utilise la lexicométrie en sociologie ?

C’est-à-dire :
–      Va-t-on directement à la signification supposée des mots (ce qu’on appelle la « transparence du langage ») ou utilise-t-on les « concordances » (les mots dans leur contexte de phrase) pour reconstituer cette signification?

–      Quel statut donne-t-on aux matériaux langagiers ? (a) des exemples de processus, rapports sociaux déjà définis par ailleurs ; des indices de ces processus et rapports ; la construction même de ces processus et rapports?  En d’autres termes le corpus langagier est-il une illustration, un « reflet », ou la base d’une analyse sociologique?

–      Quel statut donne-t-on aux matériaux langagiers ? (b) :

  •  s’agit-il de matériaux recueillis par entretiens ou questionnaires, où les interviewé(e)s proposent une représentation de leur histoire, pratique, opinions, etc. ;
  •  s’agit-il de matériaux recueillis « en situation naturelle » (discours politiques, articles de presse, textes réglementaires, entretiens d’embauche, réunions, dialogues plus ou moins formels, etc.), et auxquels sont donc attachés certaines performativités, effets escomptés, places sociales d’interlocution, etc.

–      Quels sont les effets de ces deux postures dans l’utilisation des logiciels ?

2. Quelle est la posture sous-jacente de « lecture » du corpus du lecteur-analyste ?

… Sachant que l’on peut considérer les logiciels comme une « aide », un procédé heuristique à la lecture et à l’interprétation des données langagières ? Et par conséquent, quel est le statut que l’on donne à la lexicométrie dans l’interprétation sociologique des données langagières ? Comment passer d’une description du langage d’un corpus à une interprétation sociologique ? Une rupture épistémologique est-elle susceptible de se produire et si oui, dans quelles circonstances ? Comment lexicométrie et analyse qualitative d’un même corpus se complètent-elles voire éventuellement s’articulent-elles ?

3. Quel statut donner au quantitatif lexical ?

La « répétition » (statistique) comme base à la stabilisation d’un rapport (par exemple de signification) versus l’apparition singulière d’un énoncé (ou d’une « formule ») comme point de départ ou d’appui à des effets, à un processus social (en fonction d’une situation, d’interlocuteurs particuliers, etc., ex. « travailler plus pour gagner plus » prononcé par une certaine personne à un certain moment, dans une certaine situation).

Et par suite quels sont les rapports entre une analyse lexicométrique « globale » sur l’ensemble d’un corpus, et une analyse « locale » sur une partie du corpus (par exemple une analyse de l’énonciation, des actes langagiers) ? Dans les deux cas, quelles interprétations sociologiques possibles ?

4. Le rapport entre la « représentativité » de données langagières d’une population en sociologie (une sociologie quantitative), et la « significativité » de données langagières

(le champ des points de vue effectifs à un moment donné, pour une population donnée, sur un objet, une question, etc.) (une sociologie qualitative). Quels corpus et surtout quels effets sur la sociologie de la possibilité de constituer des « très grands corpus » visant à l’exhaustivité d’un objet sur une période et un espace donnés ?

5. Le problème des (pré)catégorisations internes aux logiciels

pré-catégorisations linguistiques (lemmatisation ou non, « mots pleins » / « mots outils », analyseur syntaxique, classement des formes (noms communs, noms propres, verbes de modalité, etc.)) ; pré-catégorisations thématiques.

6. Quelle sociologie sous-jacente aux logiciels ?

(voir note de Leimdorfer sur Alceste et Lexico).

7. Qu’attend-on d’un logiciel lexicométrique en sociologie ?

Exploration / description ? Aide à l’analyse, création de données, etc. Quelles sont les demandes éventuelles, par exemple de fonctionnalités des logiciels (analyses chronologiques, structurations internes des textes, navigation entre textes d’un corpus (logiciel Hyperbase), quelles partitions des corpus et quelles variables sociologiques, etc.).

8. Proposition d’un atelier pédagogique au sein des journées d’études ?

9. Faire un bilan des utilisations par les sociologues de la lexicométrie ?

En conclusion quelles articulations langage-société à partir de l’usage que font les sociologues de leur corpus, et de la lexicométrie ?

Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus dans le champ ci-dessous.
N’hésitez pas à contacter Clara si vous rencontrez des difficultés techniques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.