Laurent Willemez : portrait d’un engagé

D’où venez-vous, Laurent Willemez ?

Je viens de la science politique. Après Sciences-po Paris, j’ai fait une thèse sur l’entrée dans l’action politique des avocats au XIXe siècle. J’ai soutenu en 2000 et je suis devenu maître de conférences en sociologie à l’université de Poitiers, où je suis resté pendant dix ans. C’est là que j’ai « contemporanéisé » mes recherches autour des logiques d’engagement, et notamment l’engagement à travers le droit : comment les avocats utilisent le droit, leurs ressources juridiques, dans leur action politique, à la fois pour réussir à entrer dans le champ politique.

Mais vous avez aussi travaillé sur l’engagement humanitaire ?

Oui, mais j’ai essayé de relier les deux, autour du droit du travail et des formes d’engagement de professionnels et de non professionnels, de syndicalistes notamment, dans la défense du droit du travail des salariés. Évidemment, c’est toujours une illusion biographique d’essayer de retrouver un fil directeur qui rende cohérent tout ce qu’on a fait pour devenir professeur à l’UVSQ et au Printemps. Mais je me suis toujours intéressé au lien entre l’engagement et certaines formes de technicité, des formes de compétence, ce que ça change chez les gens… J’ai aussi fait une enquête sur la validation des acquis de l’expérience militante : comment les gens mettaient en valeur du travail associatif pour changer de métier, de trajectoire…

Mon objectif est de montrer à la fois comment des professionnels s’engagent, et comment en même temps des militants se professionnalisent à travers leur engagement. La plus grosse enquête que j’aie faite après ma thèse, avec Hélène Michel, portait sur les conseillers prud’homaux. On espère pouvoir enfin publier bientôt ce travail ! On a fait un gros questionnaire auprès des conseillers, qu’on a complété par une centaine d’entretiens. Plus précisément, on souhaitait montrer ce que ça voulait dire de faire du droit pour des syndicalistes patronaux et salariés, quel droit ils faisaient, et comment ils se spécialisaient en droit, comment ils devenaient des juristes, parfois d’ailleurs aussi bons que des juristes professionnels. Nous les avons surtout interrogés sur leurs trajectoires et sur la façon dont ils manipulaient le droit (au sens premier : comment on utilise les outils et les catégories du droit).

Donc vous avez étudié ce qu’ils ressortent de cette expérience des prud’hommes ?

Oui : comment ils sont entrés, déjà ; et comment ils font pour relier syndicalisme et juridisme, “la double casquette” comme ils disent : la casquette syndicale et la casquette juridique. On a essayé de montrer que ces deux casquettes ne sont pas du tout contradictoires, mais qu’elles prennent sens ensemble : ils se mettent au droit à travers le syndicalisme, et inversement, par le biais du droit ils deviennent meilleurs militants.

Chaque compétence renforce l’autre ?

Plus que des compétences, on a pensé que cette étude révélait plutôt des identités : des savoir-faire qui renvoient à des sentiments d’appartenance. Un certain nombre d’entre eux  se sent devenir de moins en moins syndicaliste, de plus en plus juriste, alors que d’autres arrivent à maintenir les deux de front. Certains sont même devenus avocats. On a repéré des formes de réparation, des formes de consolation. L’expression “univers de consolation” est de Claude Poliak, qui travaille sur les écrivains amateurs (voir note dans Lectures ici). Elle montre comment l’univers littéraire est aussi un moyen de consolation, lié à des ascensions sociales, ou plutôt à des trajectoires sociales très compliquées… C’est pareil, on a vu comment certains conseillers prud’hommes étaient placardisés, ou croyaient avoir raté leur « vocation »…

Vous travaillez beaucoup sur des parcours à long terme ?

J’ai beaucoup travaillé sur les biographies, par des entretiens de longue durée, mais aussi des observations… ça peut se percevoir aussi dans les questionnaires, qui permettent de saisir les groupes sociaux, des identités… Les questionnaires peuvent permettre d’objectiver les entretiens. J’ai aussi gardé mon intérêt pour l’histoire. J’essaie de mettre en œuvre une perspective socio-historique dans chaque enquête que je fais, parce que ça me paraît aussi important, de voir comment se construisent les rôles au fil du XXe siècle, par exemple le rôle de juriste et de militant. Il me paraît important de toujours garder cette perspective historique pour comprendre comment les professions ont émergé.

Et aujourd’hui ?

Avec un chercheur juriste et deux doctorantes de Poitiers, on a obtenu un contrat de la mission de recherche Droit et justice. Ce contrat nous permet de financer une enquête sur les consultations juridiques en droit du travail que donnent avocats, délégués syndicaux, inspecteurs du travail… C’est toujours le même principe : jusqu’ici, on était surtout restés à l’identification des acteurs principaux, « qui sont ces professionnels, ces non professionnels ».
Mais là on va plus loin : ils expliquent, ils orientent, ils traduisent, ils font de la pédagogie, auprès de gens qui ne connaissent pas ou peu le droit du travail. On réintroduit le justiciable dans notre recherche, ce que je n’avais pas fait avec les prud’hommes. On essaye de comprendre tout ce travail de pédagogie juridique. Jérôme Pélisse, dans ses travaux (sur les 35 heures par exemple) s’est demandé comment le droit vient aux gens. Comment les individus comprennent le droit, parlent du droit, utilisent des catégories juridiques… et comment leur manière de faire, leur vision du monde, se transforment en catégories juridiques [lire par exemple l’intervention de J. Pélisse à l’AFSP, Juridicisation n’est pas judiciarisation : usages et réappropriations du droit dans la conflictualité au travail]. De même, mon idée était de voir comment les conseillers juridiques entendent des propositions, des réflexions, des demandes, des souffrances, des difficultés de salariés ou de petits patrons, et comment ils les transforment en catégories juridiques, comment ils conseillent, comment ils font de la pédagogie avec ça.

On rejoint le concept de traduction ?

Oui. Mais le problème de la sociologie de la traduction, à mon avis, c’est qu’elle reste dans un cadre uniquement cognitif. Ce qui m’intéresse, c’est de voir aussi qui sont ceux qui traduisent. Donc à partir de ce fondement théorique, je veux voir s’il y a des manières différentes de traduire selon qu’on est professionnel ou non, avocat ou inspecteur du travail : est-ce qu’ils traduisent de la même manière ? Mais aussi, si c’est possible, j’aimerais comprendre ce que ça change chez les gens. Au fond, il n’y a que ça qui soit vraiment important : comment ça façonne les individus, est-ce que ça leur fait apprendre du droit, est-ce que ça les fait raisonner en droit, au fond est-ce que ça imprime quelque chose ? Une jeune doctorante a commencé une thèse sur les inspecteurs du travail, et elle montre bien comment ils traduisent, transforment le droit.

Après, toute la difficulté est de voir ce que les usagers ressortent de cette vulgarisation ?

Oui, c’est beaucoup plus difficile de trouver une méthode d’enquête rigoureuse pour évaluer ça. Il faudrait faire des entretiens longs, bien sûr, avant et après, je ne sais pas trop. Mais j’aimerais bien arriver à ça, ça serait l’idéal, de comprendre ce que ça fait, ce travail de traduction.

Qu’est-ce que vous êtes venu faire au Printemps ?

J’ai été recruté ! Enfin, ça faisait longtemps que je voulais venir à Printemps. Je travaille avec Sandrine Nicourd depuis 2003, 2004, dans le cadre d’un réseau thématique de sociologie politique. J’ai participé à une belle enquête collective qu’elle avait mise en œuvre sur le travail militant. Je venais souvent assister à ce séminaire au laboratoire. J’ai aussi été invité à plusieurs reprises, notamment par Philip Milburn. Et surtout, j’ai soutenu mon HDR avec l’aide de Didier Demazière, qui était directeur de recherche au Printemps au moment où je soutenais.
Au-delà de ces travaux spécifiques, l’idée d’articuler professions, engagement (je suis moins dans les temporalités que vous…), c’est tout à fait le type de recherches qui m’intéresse. Le laboratoire s’est toujours interrogé sur la différence, le passage, entre activité professionnelle et non-professionnelle : qu’est-ce que le fait d’être professionnel apporte à un travail ? C’est ainsi qu’en 2007, j’ai fait une enquête avec Antoine Vauchez sur les réformes de la justice depuis 1980 (lire compte-rendu de l’ouvrage, La justice face à ses réformateurs, ici). Notre but était de comprendre la place que la justice laisse aux non-professionnels de la justice. On pense aux prud’hommes, aux jurys d’assises et aux membres de tribunaux de commerce. On voulait voir comment les non-professionnels sont accueillis ou non dans l’espace judiciaire. C’est très à la mode, puisque Nicolas Sarkozy a proposé la généralisation des non-professionnels dans les procès en correctionnelle. Au-delà de ça, on essaye de montrer comment ces non-professionnels sont pris dans une logique de professionalisme, et comment c’était compliqué de se faire une place.

Pour le reste, je suis enseignant-chercheur auprès des étudiants de Saint-Quentin en Yvelines. Et ça prend du temps, entre la préparation des cours et le suivi des étudiants ! J’enseigne en TD de première année de licence, où on a des étudiants très naïfs frais, qui ne voient pas les choses de la même manière.. et ça fait du bien! J’ai des étudiants de troisième année de licence, auxquels je fais un cours sur  les grands paradigmes des sciences sociales. J’insiste sur les étudiants de licence, parce que je pense que le métier d’enseignant-chercheur, c’est de la première année à la thèse, sans se limiter aux étudiants de master. En master, je fais aussi quelques interventions, notamment en conduite du changement, qui va sans doute changer de nom…

Ça veut dire quoi, « conduite du changement » ?

Euh… Je vous dirai ça dans quelques jours, quand j’aurai parfaitement compris.

 Propos recueillis par Clara Tomasini

Pour en savoir plus

Cliquer sur les couvertures pour arriver sur le site de l’éditeur, et sur le logo de Cairn pour lire des articles. 

Lire le profil de Laurent Willemez sur le site officiel du laboratoire Printemps.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.