L’économie mondiale poor to poor

“C’est assez original, un colloque sur la liberté de circulation, quand tous les États ferment leurs frontières”,  a remarqué Lamia Missaoui, maître de conférences en sociologie au laboratoire Printemps (lire son profil officiel ici). Au cours de ce colloque, qui se déroule à Bruxelles le 23 mars prochain (cliquer sur l’image pour le programme complet), Lamia présentera une recherche “à peine terminée”, qu’elle a menée avec Alain Tarrius et Fatima Quacha, et qu’elle publiera prochainement sous le titre Les nouveaux étrangers.

Quand les banlieues européennes accueillent les transmigrants de l’économie mondiale du «poor to poor» («l’entre pauvres»)

Les migrants internationaux pauvres ont compris le refus d’hospitalité des nations riches. Un grand nombre d’entre eux ne se présentent plus à nous comme  é- ou im-migrants, mais comme transmigrants : en perpétuel mouvement entre nations, ils sont devenus les colporteurs du capitalisme marchand moderne. Qui serait plus qualifié, en effet, que les transmigrants pauvres pour offrir aux grandes firmes mondiales le vaste marché des pauvres en passant en Europe des produits totalement hors taxes et hors contingentements ? Les majors de l’électronique du Sud-est asiatique, ne s’y sont pas trompés en développant l’économie mondiale du « poor to poor », l’entre-pauvres. Ils n’en négligent pas moins l’économie officielle et ses verticalités : experts, commerciaux, locaux, prêts… où se négocient, 60% plus chers, les mêmes produits. Contradictions ? Les bénéfices de l’une et l’autre économie, imbriqués, que certains nous décrivent comme antagonistes, reviennent dans les mêmes poches.

Mais, à la rencontre des pauvres, les transmigrants trouvent en France l’hospitalité de ceux qui les ont précédés, enclavés dans des zones urbaines et sensibles aux ruptures post-coloniales. Les enquêtes visent à mieux connaître le « poor to poor » et les nouvelles destinées qu’offrent les transmigrants par l’accueil de leurs réseaux à ceux de nos banlieues qui désirent vivre autrement.

Lamia Missaoui présentera ses recherches le 23 mars prochain à 14h,
aux halles de Schaerbeek à Bruxelles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.