Le vertige de la dispersion

Suite des chroniques de lecture d’Arnaud Saint-Martin, toujours reproduites avec l’aimable autorisation de L’Humanité. L’article original est ici (où vous pourrez également constater le retard de cette publication), les précédents articles d’Arnaud sont ici et ici. Et Stéphane Dufoix présentera son livre à L’Arbre à Lettres de la Bastille le 7 mars prochain, voir icien présence du chroniqueur.

Stéphane Dufoix, La dispersion, Une histoire des usages du mot diaspora, Amsterdam, 2012. Cliquer pour rejoindre le blog de l'Arbre à lettres.

Cet ouvrage retrace, sur près de vingt-trois siècles, l’histoire des usages contrastés et souvent contrariés du mot diaspora. C’est un tour de force, tant le sujet est a priori vaste et suppose un savoir en conséquence. Émergé des traductions grecques de la Bible hébraïque vers 270 av. J.-C. (dans la Septante), le mot est sorti d’un domaine théologico-religieux ancré dans l’expérience juive pour qualifier, durant le vingtième siècle, une grande variété de situations migratoires (diasporas noire, arabe, etc.). En sorte que « tout peut faire “diaspora”, les choses comme les êtres ». Plutôt que de déplorer cette polysémie, l’auteur en prend acte. Au crible d’une « sociosémantique historique », il reconstitue patiemment les multiples « chemins empruntés par les usages de diaspora ». L’enquête, s’appuyant sur un imposant corpus d’écrits et de commentaires savants, est d’une telle richesse qu’on est bien en peine d’en donner ne serait-ce qu’un aperçu.

Les premiers chapitres, très serrés, éclairent les origines et alternent entre l’hébreu, le grec et le latin. L’étymologie révèle des chassés-croisés dans les traductions, qui sont autant de déplacements de sens. Il faut toute la patience de l’exégète pour faire resurgir des subtilités, par exemple dans le « passage » de l’hébreu au grec et l’interprétation des connotations positives et négatives d’un mot signifiant l’éparpillement des populations. Après avoir pisté les aventures de diaspora en tant qu’il qualifiait le dispersement des juifs, le lecteur est invité à (re)découvrir la façon dont cette matrice de l’expérience juive a été reconditionnée dans le but de donner sens à l’expérience noire de la dispersion. Le panafricanisme et son idéal se nourrissent en effet de l’analogie à la diaspora juive. La condition des juifs persécutés rappelle celle des Noirs (et vice versa) : ils sont des « partenaires de détresse » pluriséculaires. Depuis les années 1980, les usages se sont ouverts. Sécularisé et banalisé, le mot est devenu la chasse ouverte d’une communauté grandissante de spécialistes (diaspora studies). La dispersion se fraie un chemin dans cette bibliographie en croissance exponentielle, osant à la fois la mise en perspective historique à spectre large et l’essai de théorisation interdisciplinaire.

Le livre met un point final (provisoire) à une dizaine d’années de recherches. La conclusion révèle les incertitudes d’un chercheur confronté au « vertige de la dispersion », bien conscient qu’il se joue des pesanteurs de l’ordre académique. Quand les chercheurs pressés publient à la va-vite, Stéphane Dufoix choisit l’enquête au long cours et ne cache rien des difficultés d’une entreprise présentant l’intérêt d’être déraisonnable.

Arnaud Saint-Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.