Des associations palestiniennes professionalisées, un enjeu de la « paix économique »

Qu’est-ce que les accords d’Oslo ont changé au statut professionnel des militants associatifs en Palestine, et quelles conséquences plus profondes cette évolution a-t-elle eue sur la « société civile » (avec beaucoup de guillemets) palestinienne ? Sbeih Sbeih, né près de Bethléem en Palestine, est doctorant au laboratoire Printemps ; il a prévu de soutenir, courant 2012, sa thèse provisoirement intitulée « La professionnalisation des ONG en Palestine : entre pression des bailleurs de fonds et logique d’engagement », sous la codirection d’Elisabeth Longuenesse, sociologue spécialiste du Proche-Orient et de Riccardo Bocco de l’IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement) de Genève. Il participe au séminaire « National et subjectivités : interrogations sur le cas palestiniens » de l’EHESS. Il a notamment participé à l’émission Cultures Mondes de Florian Delorme, sur France Culture, le 20 mai 2011 (cliquer ici pour écouter l’émission). Sa thèse n’étant pas financée, il vit de traductions et de métiers alimentaires.

Graff de Banksy sur le mur de Bethléem, 2005

Sbeih, comment avez-vous commencé à vous intéresser aux ONG en Palestine ?

Par la pratique ! Au départ, j’étais diplômé en comptabilité. J’ai été embauché dans une ONG de développement, où j’ai travaillé sur un projet d’analyse de politiques urbaines sur la gestion des déchets. En 2001, c’était la deuxième intifada. Dans les territoires palestiniens occupés, on ne pouvait pas se déplacer d’une ville à l’autre, voire à l’intérieur du même village. Al Khader, mon petit village près de Bethléem, était divisé en trois zones. Il y avait des morts tous les jours. Et nous, avec notre projet, on allait de maison en maison demander aux gens s’ils préféreraient recycler ou incinérer leurs déchets… Alors que même le ramassage des ordures n’était pas une possibilité du fait du morcellement des territoires ou à cause de la destruction des poubelles d’extérieur d’usage collectif pendant les invasions ! L’US Aid dépensait beaucoup d’argent pour ce projet d’analyse, complètement déconnecté de la réalité.

Alors j’ai proposé de nouvelles approches dans mon association : un système de compostage local dans le village local d’Artas, près de Bethléem. J’ai rencontré le conseil du village, qui s’est montré très enthousiaste, j’ai contacté des gens pour fabriquer des containers. Cela devait coûter 15 à 20 000 dollars, soit le budget café de l’autre projet. On a déposé le projet et l’US Aid a dit non.

Pourquoi vous ont-ils dit non ?

Parce que non, c’est tout. C’est ce qui m’a poussé à m’interroger sur la définition du développement, car je n’avais aucune connaissance de ce concept. Le PNUD était ma première source de littérature scientifique et rhétorique : si l’homme n’est pas même libre de se déplacer, de quel développement parle-t-on ? On est dans une situation de blocus, d’invasion militaire, et on pose des questions sur le recyclage ! J’ai voulu creuser plus loin dans la logique de ces associations.

En 2003, on était en pleine intervention américaine en Irak. Je ne voulais pas aller aux États-Unis, donc j’ai demandé une bourse au consulat général de France. C’est comme ça que je suis arrivé à Grenoble, où j’ai appris le français, avant d’aller faire un DESS d’intelligence économique à Strasbourg, puis un autre DESS de développement local et un DEA en politique économique et sociale à Grenoble. J’ai envoyé mon mémoire de fin d’études à Elisabeth Longuenesse, où je parlais un peu de la professionnalisation des ONG. Elle m’a conseillé de faire ma thèse sur le sujet. Pourtant, elle m’avait prévenu qu’avec elle ça serait une thèse de sociologie : j’avais plein de diplômes, mais pas celui-là !

Ce n’était pas un champ de sociologues ?

Des gens travaillaient déjà sur la professionnalisation, mais avec une autre manière de voir : ils avaient une interprétation plus politique de ce processus. On est dans un contexte d’échec des accords d’Oslo : cinq ans plus tard, il n’y a pas d’État palestinien. Tout le monde cherche les raisons de l’échec, le manque de professionnalisation des politiques, la corruption… mais personne ne veut voir que sur le terrain l’occupation continue.

Pour autant, l’enjeu de la professionnalisation est réel : elle donne de la légitimité à intervenir dans la sphère publique, de la légitimité auprès des bailleurs de fonds pour le développement de la Palestine… alors que ce n’est pas un État ! Mais moi, je parle de la professionnalisation des acteurs associatifs, c’est-à-dire la façon dont ces personnes sont tiraillées entre deux logiques : la pression internationale qui pousse à la gestion, à la salarisation et à la dépolitisation d’une part, et l’engagement interne (avec le bénévolat comme indicateur).

Graff de Banksy, Bethleem, 2005

Pourquoi est-il si important de se montrer légitime envers les bailleurs de fond ?

Parce que les accords d’Oslo ont permis de débloquer des fonds importants, afin de créer une « paix économique » faute de régler directement la question politique et celle de l’occupation. Il est plus simple de parler du chômage, de la pauvreté, du marché du travail, de politiques sociales… que d’occupation. Ces fonds ont permis de créer de nouvelles classes d’acteurs associatifs, salariés, et cela change les choses sous trois aspects :

– l’organisation : la structure, la hiérarchie, et une certaine bureaucratisation pour répondre aux exigences de transparence des bailleurs de fonds ;

– la façon de travailler, par projets qui fédèrent plusieurs associations. Avant Oslo, les gens travaillaient dans des comités, où chaque parti politique est représenté. Maintenant, on travaille par projet, où chaque ONG est représentée. On commence à constater, par exemple, des logiques plus gestionnaires : au lieu d’œuvrer à « aider les Palestiniens à rester sur leurs terres », ce qui était le discours politique, on parle de « développement agricole »…

– l’individu : on parle de salarisation, de compétences, de milieu social, plus que d’activités politiques ou de séjours en prison…

C’est donc le vocabulaire qui a changé, plus que les faits ?

Concrètement, c’est la même chose… Mais ce n’est pas le même esprit. On formate les gens à parler autrement, mais il ne s’agit pas que d’un discours. Comme Boltanski et Chiapello l’expliquent dans le Nouvel esprit du capitalisme (1999, cliquer sur l’image), un esprit managérial a fait son chemin, et le réseau associatif qui s’est formé après Oslo n’y a pas échappé.

Luc Boltanski, Eve Chiapello, "Le nouvel esprit du capitalisme", Gallimard : 1999. Cliquer sur l'image pour lire le compte-rendu de Boris Gobille dans Genèses

On commence donc à voir des liens différents avec la société, notamment par la dépolitisation des associations : elles s’éloignent petit à petit de « leur » parti politique, auquel elles étaient très affiliées au départ. Par exemple, un comité d’agronomes membres du Parti du peuple travaillait avant Oslo dans le cadre du projet  Sümüd (qui signifie « ténacité »). À l’époque de l’Autorité palestinienne, il est devenu une ONG travaillant dans le cadre du projet de développement et de « construction étatique ». Avant Oslo, des comités populaires étaient composés de représentants de factions politiques de l’OLP, qui faisaient du travail social (généralement bénévole), pour avoir une présence sans action militaire. Israël a toléré, puis interdit le travail des comités populaires pendant la première Intifada (1987). Ces comités ont disparu ou sont devenus des ONG comme l’association PARC (Palestinian agricultural relief committees). Enfin, « devenus »… Je suis contre cette idée de continuité qui impliquerait une rupture nette dans le temps (avant et après), parce que l’identité même du groupe a changé.

Et c’est le fait d’avoir des salariés qui conduit à cette dépolitisation ?

Comme tout phénomène social, en Palestine ou ailleurs… Ce n’est pas si simple ! La salarisation joue un rôle bien sûr, mais aussi le projet dans lequel l’association s’inscrit : si son projet est universel, déraciné de sa configuration nationale ou locale, et dicté par les bailleurs de fonds, un projet de « développement » en général, l’association se dépolitise plus que si elle fait de l’aide sociale à partir d’une démarche endogène à l’échelle locale ou nationale. Cela dépend aussi du parti politique avec lequel l’association est en lien : si, comme le Hamas, il est monté en puissance dans les années 1990, la relation avec l’association tend à se renforcer. Alors que dans le cas du PARC, les bailleurs de fond ont pris plus d’importance et ont conduit l’association à s’éloigner plus du parti du peuple qui s’était bien affaibli dans les années 1990.

Mais le fait de faire des associations des acteurs bien à part, avec leurs principes, leurs logiques et leurs réseaux distincts de l’activité politique, a également des conséquences sur la trajectoire professionnelle du salarié. Si cette personne quitte le champ associatif pour le champ politique ou le secteur privé, elle se retrouve souvent en situation d’échec. Elle aura plutôt intérêt à créer sa propre ONG : il n’est pas simple de sortir du champ associatif. Les coûts de sortie sont très élevés.

Mais il peut être intéressant de rester dans le champ des associations, puisqu’elles rassemblent tant de compétences ?

Oui, faute d’État, les ONG détiennent de nombreux pouvoirs… notamment en matière d’emploi. Certaines d’entre elles ont un budget plus élevé que certains ministères ou acteurs politiques. Il ne faut pas oublier que le président palestinien lui-même a besoin d’une autorisation des Israéliens pour se déplacer en Palestine. Il n’a aucune souveraineté ; la Palestine n’a pas de monnaie… Les ONG, au nom de services publics tels que l’éducation, le développement, la santé… obtiennent leur financement par l’aide internationale.. Mais leurs dirigeants ne sont pas élus par le peuple palestinien ! Et de toutes façons, c’est toujours Israël qui dirige la Palestine.

J’analyse donc l’aide internationale comme un mécanisme de domination. C’est la communauté internationale qui paie les charges de l’occupation à la place d’Israël, dans l’objectif de pacifier la population (objectif qui renvoie à la supériorité de celui qui donne l’argent). Le danger est de légitimer l’occupation en rendant invisible la question du conflit, alors que les check points et les soldats sont partout. Je n’évalue pas leur travail (il est important, et sur quelles bases pourrais-je les évaluer ?) mais j’essaie d’en comprendre la logique. Les salariés d’associations que j’ai interrogés ont conscience de ce côté pervers, mais ils ont besoin de leur salaire. Certaines associations essaient de gagner de l’argent par ailleurs pour réduire leur dépendance à l’égard des bailleurs de fond… Mais ça ne fait qu’augmenter l’aide qu’ils reçoivent ! C’est un dilemme, même pour ceux qui veulent mettre fin à cette dépendance.

Dans ce cas, les accords d’Oslo ont quand même permis la création d’une société civile ?

Non. La plupart des études traitent la période post-Oslo comme une période post-conflit. Mais à mes yeux, la rupture est continuelle. Il y a deux conditions pour parler de société civile : il faut une société politique reconnue par la société civile, et qui reconnaisse celle-ci, et il faut que la société civile ne s’intéresse pas au pouvoir. Ces deux conditions manquent, ce qui fait que le concept n’est pas pertinent dans le cas palestinien et que son usage impliquerait une construction très normative de la réalité. C’est pour cela que je ne parle que du champ associatif, qui lui est en train de se construire, avec sa hiérarchie, sa relative autonomie et une valorisation de compétences qui n’existe pas ailleurs.

Graff de Banksy sur le mur de Bethléem, 2005

J’analyse la professionnalisation, ici, comme un processus de lutte entre des agents, dotés de différents types de capitaux. Celui qui a un capital militant sera moins valorisé dans un champ associatif très professionnalisé, au profit de celui qui a un capital gestionnaire ou de développement de réseau auprès des bailleurs de fond.

Propos recueillis par Clara Tomasini

Pour aller plus loin :

Interview de Sbeih Sbeih et Jean-Paul Chagollaud sur France Culture

Sbeih Sbeih, (en arabe). Résumé en anglais : Problematic of Development Proponents: Between Mythical Application and Discourses’ Dogmatic Illustration

Caroline Abu-Sada, « ONG Palestiniennes et construction étatique »
(texte intégral sur le site de l’IFPO)

Benoît Challand, « Palestinian society : Foreign donors and the power to promote and exclude » (Routledge). Compte-rendu sur le site de la REMMM

Khalil Nakhleh, The Myth of Palestinian Development. Political Aid and Sustainable Deceit.

Adel Samara, Palestinian Capitalists, NGOs, and USA Coup (PDF)

 

 


Une réflexion sur « Des associations palestiniennes professionalisées, un enjeu de la « paix économique » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.