L’utilité sociale des satellites en pratiques. Retour sur enquête et chantiers pour une sociologie des usages des technologies spatiales.

Arnaud Saint-Martin, chargé de recherche CNRS, vient d’intégrer le laboratoire PRINTEMPS. Spécialisé dans l’étude des sciences et techniques, il a notamment publié « Pratiques et collectifs de la science en régimes » avec Jérôme Lamy dans la Revue d’histoire des sciences (2011, n°64-2), « L’astronomie française à la Belle Époque. Professionnalisation d’une activité scientifique », dans Sociologie du travail (2011, n°53-2), et « S(t)imuler l’esprit de Vincennes : l’histoire universitaire au miroir de la pensée critique »,  dans les Cahiers d’histoire (2009, n°107). Il revient sur une enquête récente, dans laquelle il explorait la façon dont les satellites sont mobilisés dans la société. Parce que le terrain est presque vierge pour la sociologie, elle devrait embrayer sur de nouvelles enquêtes les prochaines années.

Les satellites, partout et nulle part

Que se passerait-il si, ne serait-ce qu’une journée, le millier de satellites orbitant autour de la Terre tombait en panne et n’opérait plus ? Plus de signal, silence complet. Les faits s’accumuleraient pêle-mêle pour dramatiser un tel scénario : feu les prévisions météorologiques de Météo-France, les données GPS utiles à divers secteurs pour « naviguer » et se géolocaliser (transports aériens, maritimes, routiers, agriculture, armée, etc.), les télécommunications (téléphonie portable, télévision, internet), les flux bancaires et la spéculation boursière ou encore l’acquisition des images et des données numériques pour une gamme étendue d’usages (recherches scientifiques, « gestion » quotidienne des ressources naturelles, des forêts, des océans, etc. mais aussi des catastrophes majeures tels les inondations et les séismes…). L’inventaire a de quoi inquiéter. « À cette occasion, renchérissent des porte-parole du Centre National d’Études Spatiales (CNES), nous découvririons que nous ferions une marche arrière de quinze voire trente ans. Si pour le particulier la conséquence serait que nous repartirions en vacances avec notre carte routière à la main, quantité de professions seraient amputées d’une source d’information dont elles peineraient à se passer. »[1] C’est dit : nous sommes fortement dépendants de la technologie satellitaire. « Une journée sans satellite », c’est d’abord un concept de communication publique[2]. Une parodie de journal télévisé catastrophé par l’événement, en ligne sur le site public du CNES, révèle à grand renfort d’images choc combien la maîtrise de l’espace est un enjeu stratégique décisif. Il insiste sur l’omniprésence et l’irréversibilité des usages des applications spatiales dans la vie quotidienne. L’imaginaire de la conquête spatiale, timidement réactivé par la Station spatiale internationale, semble avoir fait long feu : nous serions désormais dans l’ère de « l’Espace pour la Terre » — slogan attaché au CNES depuis 2004 —, du spatial « au bénéfice de la société », conquête en définitive plus terre-à-terre.

Les satellites Giove A et Giove B du système Galileo et quelques applications courantes. Crédits : ESA/ ZigZag-DR/ 2005.

Ces initiatives mettent en avant les « apports »[3] du secteur spatial à la société. Avec d’autant plus d’insistance que les acteurs de la « communauté spatiale » sont nombreux pour déplorer l’invisibilité de la filière. Les lanceurs de Kourou seraient l’arbre qui cache la forêt. Aussi, tous les moyens communicationnels sont bons pour démontrer, preuves à l’appui, les bienfaits de la technologie. Au-delà des usages les plus directement tangibles pour les populations, les satellites seraient aujourd’hui des « outils » indispensables pour documenter objectivement des phénomènes aussi globaux que le changement climatique et accompagner les politiques d’« adaptation ». Ils rendent manifeste l’efficace d’un point de vue surplombant procuré par leur simple position orbitale ; ils sont en quelque sorte des méta-énonciateurs de vérités sur la Terre, planète dont ils ont contribué à façonner l’image depuis les premiers clichés des missions Apollo. En d’autres termes, la technologie satellite est une « infrastructure du savoir » comprenant des « réseaux robustes de gens, d’artefacts et d’institutions qui génèrent, partagent et entretiennent des connaissances spécifiques au sujet des mondes humain et naturel » (Edwards, 2010 : 17). Cette infrastructure globalisée — et le type d’expertise qu’elle reconduit, représentée par exemple par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) — participe de l’émergence d’un nouveau régime de sciences du système Terre, régime particulièrement exposé publiquement parce qu’il contribue de façon active à la « gouvernance » de la planète (Pestre, 2010).

La côte brésilienne vue par satellite (image ESA)
La côte brésilienne vue par satellite (image ESA)

Pourtant, que le spatial se capilarise dans nos sociétés n’est en rien une nouveauté. Les États en ont pris acte depuis la Guerre froide. On le sait, du simple point de vue géostratégique, c’est un enjeu massif. Mais l’espace ne se réduit plus aux seuls usages militaires. Depuis les années 1980, l’observation de la Terre à des fins civiles s’est développée progressivement. L’intensification des usages la décennie suivante justifie à l’orée du 21e siècle une politique de l’« espace utile » reprise de concert par les États (en France spécialement), laquelle politique présente l’avantage d’orienter une space policy alors cacophonique (elle l’est toujours). L’idée d’« espace utile » est devenue une référence indépassable et il n’est pas de discours de stratégie spatiale qui n’en fasse l’économie. Reste, néanmoins, à savoir ce que recouvre cette utilité. En attendant d’en résoudre la signification, il est aisé de repérer des indices d’engagement gouvernemental en faveur de la filière spatiale « utile ». Mentionnons, par exemple, la « vision spatiale » de Nicolas Sarkozy dévoilée à Kourou en février 2008, qui reconnaît des orientations clés pour la France et l’Europe spatiales (géopositionnement via Galileo, observation de la Terre, changement climatique et surveillance de l’espace). Plus récemment, on peut citer en outre la conférence « Une politique spatiale pour la société et les citoyens » tenue au Parlement européen, à Bruxelles, les 8 et 9 novembre 2011. Le lancement réussi et l’opération future des premiers satellites Galileo — le GPS européen, donc — et la mise en œuvre progressive du Programme européen d’observation de la Terre (GMES) sont supposés matérialiser l’avènement d’une gouvernance du spatial « au service des citoyens » dans le cadre de l’Union européenne.

On le voit, déjà une affaire d’État, le spatial est aussi peu à peu constitué en problème public. Il mobilise une multiplicité d’acteurs, d’organisations et d’institutions  (i.e. agences spatiales nationales, laboratoires d’essai, groupes industriels, sociétés privées exploitant des applications, associations, établissements de formation, structures de diffusion, etc.) qui tous ont intérêt à en faire un « point de passage obligé ». Si, comme le souligne Patrice Flichy au sujet de l’étude des usages des technologies de l’information et de la communication, l’enjeu — pour le sociologue — « est moins d’observer ce que chacun fait avec un objet technique, que d’examiner comment les interactions sociales se construisent à travers la technique aussi bien pour s’en emparer que pour agir dans nos sociétés » (Flichy, 2008), nul doute que la domestication du spatial constitue un terrain de choix.

Une enquête exploratoire sur les usages des technologies spatiales

Le spatial est donc omniprésent et omniabsent, tellement utilisé qu’il en devient invisible. Fin 2010, le CNES a chargé le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR, EHESS) d’explorer ces réalités sur lesquelles la sociologie est longtemps restée muette. L’enquête a commencé en janvier 2011 et j’y ai pris une part active, en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz[4]. Le travail consistait (en théorie) à étudier la « faisabilité » d’un programme de recherche de sociologie des mobilisations publiques du spatial, programme qu’il s’agirait de développer à moyen terme. Des thèmes ont été désignés en première intention : la prévention et la gestion des événements climatiques, la controverse climatique (« l’affaire Allègre » était alors encore d’actualité), enfin la gestion à long terme d’une ressource naturelle, par exemple l’eau. Ainsi, il nous fallait prendre le spatial par un bout et se donner immédiatement des « chantiers » viables. Après une prospection tâtonnante qui m’a amené à analyser les registres d’utilisation des images satellites dans la presse quotidienne, j’ai proposé d’observer la mise en œuvre concrète d’un « service spatial ». Pourquoi ? D’abord, parce qu’en dehors des ingénieurs et des techniciens, la réalité de ces dispositifs est peu connue. La description des pratiques et l’entrée par les objets, mises à l’épreuve par la sociologie pragmatique dans les années 1990 (par exemple, Chateauraynaud, 1997), permettent de resituer des configurations d’acteurs en prise avec des systèmes techniques. Ensuite, c’est là une façon de mettre à distance et de contourner les discours techniques et le prêt-à-penser managérial ayant cours dans les mondes du spatial. La description ancrée, donc, n’était pas sans arrière-pensée.

Ceci dit, quelle application étudier ? Là encore, les possibilités de terrain sont illimitées. Sans entrer dans le détail des recherches préparatoires, j’ai repéré un dispositif satellitaire d’aide à la « gestion » des catastrophes naturelles, la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures ». À l’occasion du tremblement de terre japonais de mars 2011, la Charte fut « activée » pour assister les secours sur place ; les cartes produites les jours suivant le séisme furent d’une grande utilité pour déployer les forces sur le terrain et évaluer l’étendue du désastre. Heureux hasards de la sérendipité : je tenais un terrain.

Evaluation de la densité des dégâts à Port-au-Prince, Haïti, après le séisme. Image Sertit, 13 janvier 2010.
Évaluation de la densité des dégâts à Port-au-Prince, Haïti, après le séisme. Image Sertit, 13 janvier 2010.

Pour ne pas encombrer ce billet, je ne donnerai qu’un aperçu très ciblé de l’enquête. Créé en 1999 à l’initiative du CNES et de l’Agence spatiale européenne (ESA), le programme visait à l’origine à tester l’« utilité » de l’outil spatial dans le management des « catastrophes majeures » (quel que soit le nombre estimé de victimes) en fournissant gratuitement des données (des cartes satellites travaillées géographiquement, i.e. des « spatio-cartes ») à un pays affecté par une crise d’ampleur d’origine environnementale (séisme, éruption volcanique, inondation, tsunami, cyclone, incendie) ou industrielle (déversement d’hydrocarbure). Le dispositif s’est enrichi les années suivantes d’autres participants[5]. La constitution juridique est originale : ce ne sont pas les États qui adhèrent, mais les agences. Chacune d’entre elles met à disposition et en partage ses propres moyens spatiaux dans l’urgence de la crise, soit environ une vingtaine de satellites optique et radar — par exemple, pour ce qui concerne la contribution du CNES, les données optiques SPOT 5 commercialisées par Astrium GEO-Information Services/Spot Image. Les agences et les opérateurs de services spatiaux commerciaux (Spot Image, GeoEye, Digital Globe) adhérents s’engagent à fournir gratuitement et dans des délais très courts — en best effort — des données spatiales susceptibles d’aider à l’anticipation et/ou à la gestion au sol des crises. Les opérations les plus visibles ont été le tsunami indonésien de 2004, Katrina, Haïti, en mars dernier le séisme de la côte Pacifique du Japon. Pour les utilisateurs autorisés, c’est-à-dire les services de protection nationale ou des ONG, les cartes démontrent leur pertinence : avec une résolution de plus en plus élevée, les images couvrent de très grandes zones et, agencées les unes avec les autres, permettent d’obtenir une vue synoptique.

La boucle opérationnelle (CNES)

J’ai donc étudié la « boucle opérationnelle » réglant le dispositif, depuis l’acquisition des données par les satellites au retraitement par les géographes, jusqu’à l’utilisation « finale ». Je me suis rendu plusieurs fois à Toulouse, au centre spatial et chez Spot Image ; puis à Strasbourg, dans un service de traitement de l’image et de télédétection qui a la charge de travailler les « images brutes » acquises par les satellites pour les rendre lisibles sur le terrain ; enfin en bout de chaîne de l’« utilisation autorisée », j’ai interviewé les responsables des Systèmes d’Information Géographique (SIG) du Centre Opérationnel de Gestion Interministériel des Crises, à Asnières (ministère de l’Intérieur). Au total, j’ai réalisé une quinzaine d’entretiens et, dans le service de cartographie en particulier, j’ai eu l’occasion d’observer la fabrique des spatiocartes de crise. C’est une chaîne de coopération et les ressorts d’une activité collective qu’il s’est donc agi de mettre en lumière.

La liste des problématiques couvertes sur ce terrain est longue : qui participe à cette activité distribuée et multi-sites ? Comment les acteurs coopèrent-ils ? Comment un dispositif technique complexe et distant est-il « conduit » concrètement ? Comment travaille-t-on dans l’urgence d’une catastrophe ? Quelles significations les acteurs/opérateurs confèrent-ils à cette activité embryonnaire appelée à se développer de plus en plus ? Comment rendre compte des usages des « produits cartographiques » sur le terrain ? À partir des entretiens et des données relatives à des opérations passées (séismes d’Haïti et du Japon), des éléments de réponse ont été avancés. Ils seront présentés dans un rapport bientôt disponible sur le site du GSPR, qui devrait embrayer sur de nouvelles publications. Sans trop en dire sur les conclusions (provisoires) du rapport, il nous apparaît clair que le spatial est peu à peu domestiqué à la faveur d’usages toujours plus contrastés et qu’il est en passe de s’imposer comme un point d’appui majeur dans les processus décisionnels. Au gré d’expérimentations socio-techniques, le satellite génère une objectivité régulatoire de première utilité équipant la décision ; faisant souche, il est configuré comme un « instrument de l’action publique » (Lascoumes, Le Galès, 2004). Qu’il soit acclimaté à la « gestion de crise » et à la « sécurité globale » par le truchement des SIG est une tendance conséquente dont il faut prendre la mesure. Dans un contexte d’internationalisation du management des désastres et de la « culture du risque », la Charte internationale — carotte parmi tant d’autres possibles — est un système d’action réalisant le concept de la « capacité de réponse » opérationnelle en situation de crise majeure (Revet, 2009). Son étude permet de traquer empiriquement la dissémination sociale du spatial.

Évidemment, ces pistes appellent des approfondissements et de nouveaux défrichements sur le terrain. Dans les prochains mois, je suivrai la mise en place de services spatiaux environnementaux (GMES, Galileo…). Outre la mise en intelligibilité de phénomènes peu connus en dehors de la « communauté spatiale », ces recherches présentent également l’intérêt de faire converger plusieurs champs sociologiques (travail, groupes professionnels, action publique, sciences et techniques, etc.) et, last, but not least, de donner du grain à moudre à une sociologie de l’écologie spatiale.

Arnaud Saint-Martin

Références citées

Chateauraynaud (F.), « Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques », Réseaux, vol. 15, 1997, p. 101-127.

Edwards (P.), A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT Press, 2010.

Flichy (P.), « Technique, usage et représentations », Réseaux, no. 148-149, 2008, p. 147-174.

Lascoumes (P.), Le Galès (P.) (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

Dominique Pestre (D.), « Des sciences et des productions techniques depuis trente ans. Chronique d’une mutation », Le Débat, no. 160, 2010, p. 115-131.

Revet (S.), « “Vivre dans un monde plus sûr”. Catastrophes “naturelles” et sécurité “globale” », Cultures et Conflits, no. 75, 2009, p. 33-51.


[1] « Sans les télécoms, on “cale” », supplément CNES MAG, n° 45, avril 2010, p. 2.

[2] Autre initiative en cours à l’occasion d’une cinquantenaire du CNES : l’exposition « L’espace pour la Terre » au Forum des Halles, à Paris, à deux pas du siège de l’agence, place Maurice Quentin.

[3] Ici et dans la suite du billet, l’usage des guillemets souligne l’instabilité sémantique des mots ayant cours dans les mondes du spatial. Ils sont autant de boîtes noires qu’il s’agit de mettre en perspective, voire de déconstruire.

[4] « Les données satellitaires au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse », recherche exploratoire financée par le CNES, GSPR, EHESS, janvier-septembre 2011.

[5] En l’occurrence, l’agence canadienne, le National Oceanic and Atmospheric Administration et l’United States Geological Survey américains, les agences indienne, argentine, japonaise, britannique, chinoise et suivis plus récemment du Centre National des Techniques Spatiales algérien, l’agence nigérienne, le centre aérospatial allemand (DLR), l’Institut de recherche aérospatiale coréen et le Tübitak Uzay turc. Voir le site du programme : http://www.disasterscharter.org/home.


Une réflexion sur « L’utilité sociale des satellites en pratiques. Retour sur enquête et chantiers pour une sociologie des usages des technologies spatiales. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.