“S’engager pour la Hongrie” : un combat de Paul Wald, aujourd’hui une pétition

François Leimdorfer a transmis à l’ensemble du laboratoire la pétition suivante, pour la défense des droits de l’homme en Hongrie, contre la politique menée par le gouvernement de Viktor Orban. Cette première prise de position politique dans la (courte) histoire de notre carnet de recherches est un héritage de l’un de nos membres, qui nous a quittés le 28 juin dernier : Paul Wald.

 « Né en Hongrie il y a 75 ans, il a traversé les douleurs de l’histoire du XXe siècle : le nazisme hongrois, le régime stalinien, l’arrivée en France en 1956. Il a d’abord travaillé au CNRS comme documentaliste, puis comme chercheur. Un des tout premiers membres de notre laboratoire Printemps, il a créé et animé l’atelier “discours en sociologie” étant, tout comme les fondateurs du labo et moi-même, soucieux d’intégrer pleinement la dimension langagière à la sociologie », se souvient François Leimdorfer, son ami et collègue, dans l’hommage qu’il lui a consacré dans le bulletin n°9 du laboratoire.

« La situation en Hongrie le préoccupait beaucoup et il lisait les journaux hongrois sur Internet. Je rappelle que le gouvernement actuel, à droite et allié à l’extrême droite, a pris des mesures liberticides (fonctionnement des institutions, presse, liberté d’expression), alors que Bruxelles réagit peu. Il faut également savoir que des groupes d’extrême droite se réclamant de l’idéologie des “croix fléchées” (nazis hongrois pendant la 2è guerre mondiale), défilent en uniforme, qu’il y a eu des pogroms de Tziganes, et que des discours antisémites s’expriment très librement dans la presse », a rappelé François dans un email qu’il nous a envoyé peu après la mort de Paul Wald.

Fontaine du parc du Théâtre national de Hongrie. (Image Wikimedia Creative commons)

En 1994, Paul Wald a publié “Juifs et Hongrois. Constitution discursive des catégories sociales dans un corpus de courrier des lecteurs (Budapest, 1990)” dans la revue Sociétés contemporaines (cliquer ici pour lire l’article sur Persée.fr). Comme le remarque François Leimdorfer, cet article  «est parfaitement d’actualité, quand on sait l’antisémitisme croissant en Hongrie (signalé justement dans l’article du Monde) et le fait que celui qui a lancé le débat en 1990 sur juifs et hongrois est un poête d’extrême droite, Csoori, qui vient d’être nommé par Orban directeur du théâtre national de Hongrie !!! ». Sur le même sujet, un article de Joëlle Stolz dans le Monde du 14 janvier, réservé aux abonnés, et une matinale de France Culture avec Paul Gradvohl, maître de conférences à l’Université de Lorraine.

Paul Gradvohl a lancé la pétition suivante le 13 janvier 2012 avec Ildikó Szabó, ami de Paul Wald et professeur retraité de sociologie à l’Université de Debrecen et Jean-Michel De Waele, professeur de sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles (cliquer ici pour lire une interview sur le site de Touteleurope.eu) « Devant la gravité des événements en Hongrie, j’ai accepté de cosigner un appel avec une courageuse chercheuse de Budapest et un collègue français. Je fais cela fort rarement mais j’ai estimé que nous ne pouvions pas nous taire devant la grave détérioration de la situation en Hongrie », a précisé Jean-Michel de Waele en nous envoyant le texte.

Le texte de la pétition

En des temps où, face à un endettement largement hérité et des craintes existentielles partagées par une population de plus en plus pessimiste, le gouvernement de Viktor Orbán présente des remises en causes patentes des droits fondamentaux comme les armes nécessaires au maintien de la souveraineté nationale, tous les Européens, Hongrois compris, sont mis en demeure de sortir de la logique de la peur et de l’enfermement « entre soi ».

Si le respect de la séparation des pouvoirs dans le domaine économique est un point sensible aujourd’hui pour les élites européennes, c’est l’élan de solidarité civique européenne qui seul peut sortir l’Union de l’impasse. Il se doit de regrouper toutes les forces du spectre politique et culturel européen qui acceptent de ne pas recourir à la peur de l’Autre pour se légitimer. Les Hongrois et tous les Européens doivent savoir que l’Europe n’est pas une machine à éradiquer les minorités, à briser les solidarités, à détruire les « petites » langues et cultures.

Au contraire, après une phase de construction où les élites ont longtemps prétendu faire l’Europe par contrainte économique, mais en revenant toujours au graal national pour se légitimer, il est maintenant l’heure de passer à la solidarité sociale et à la solidarité civique.

La presse hongroise se faisait l’écho, début janvier, de positions qui justifiaient le gouvernement en place au nom de la défense de la souveraineté nationale et du droit de chaque État à stigmatiser les menaces étrangères, à limiter l’espace de la critique dans les médias publics et autres. Et l’argumentaire très officiel de défense de la loi sur les médias relève tous les cas douteux d’empiètements des exécutifs sur la liberté des médias (France, Portugal, Italie, contrôle accru de la BBC, et autres) pour justifier les choix officiels hongrois.

L’enjeu hongrois est donc bien européen. Nous appelons, en tant que citoyens européens, les lecteurs de cet appel pour une Europe de la concitoyenneté, à le signer afin de manifester clairement leur soutien à une Europe fondée sur une perspective de solidarité citoyenne, à l’heure où le Parlement, la Commission et le Conseil (en dernier lieu) européens entament l’étude des mesures prises par le gouvernement hongrois. Il s’agit d’encourager tous ceux qui le désirent à montrer aux autorités européennes et hongroises que le désir de vivre ensemble harmonieusement est bien le plus fort.

Actuellement, la poussée des extrêmes-droites dont la Hongrie fournit un exemple frappant, repose sur les angoisses liées à la sécurité de la famille et du pays et sur le refus d’un monde de paix, d’égalité et d’absence de préjugés.

Il est important que toutes les autres forces de la société européenne aient le courage d’affirmer qu’il est possible de vivre ensemble, de coopérer, de s’appuyer sur les droits fondamentaux formulés dans la Charte entrée en vigueur en décembre 2009, et de poursuivre des débats politiques en acceptant alternance, critique, transparence à l’échelle de toute l’Union européenne. Le test hongrois des mois à venir sera très important. Il porte sur toutes les lois liberticides de l’Union, mais aussi sur l’horizon européen d’après la guerre froide, autrement dit sur la possibilité d’une nouvelle culture politique européenne. Le choix est simple, égoïsme nationaux et disparition économique et culturelle d’un côté, création d’un nouvel espace politique et culturel de l’autre. La peur du changement est bien sûr fort présente, surtout chez les élites en place et chez tous ceux qui craignent pour leur sécurité personnelle. Sachons la surmonter ! À tous les concitoyens de l’Union de se manifester maintenant.

Cette pétition a été lancée le 13 janvier 2012 de Bruxelles, Budapest, et Paris par Jean-Michel De Waele, professeur de sciences politiques à l’Université Libre de Bruxelles, Ildikó Szabó, Professeur retraité de sociologie à l’Université de Debrecen, et Paul Gradvohl, maître de conférences à l’Université de Lorraine. Elle sera remise aux représentants des trois institutions européennes mentionnées : Parlement, Commission et Conseil.

Cliquer ici pour signer la pétition.

Cliquer ici pour lire le communiqué de l’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme, ainsi que de nombreux autres documents.



Citer ce billet
Printemps (2012, 23 janvier). “S’engager pour la Hongrie” : un combat de Paul Wald, aujourd’hui une pétition. Printemps. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0l1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.