« Tu es sociologue ? Ah, tu fais des sauces ! » La socialisation à la cantine, par Géraldine Comoretto

Il n’est pas toujours facile d’expliquer son métier aux personnes qu’on observe, notamment quand ces personnes ont six ans et demi et qu’elles sont en train de transformer leur déjeuner en œuvre d’art. Géraldine Comoretto le sait bien, elle qui est actuellement en train de rédiger une thèse provisoirement intitulée « La socialisation alimentaire enfantine. Entre famille, école et groupe de pairs », sous la codirection de Catherine Rollet, historienne, démographe, professeur émérite à l’UVSQ et membre associé au Printemps, et de Séverine Gojard, chargée de recherche à l’unité Aliss (Alimentation et sciences sociales) de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique).

Oeuvre d'art alimentaire. Artiste anonyme.

Géraldine, sur quoi travaillez-vous ?

Je travaille sur l’alimentation des enfants à l’école primaire. En fait, je dis ça pour faire simple : plus précisément, il s’agit des processus de socialisation alimentaire chez les enfants de 6 à 10 ans en milieu scolaire. Je viens de passer deux ans à observer des enfants, à la cantine (officiellement, au “restaurant scolaire”) et après l’école, pendant le goûter de l’étude du soir.

Comment avez-vous atterri à la cantine scolaire ?

Par un petit boulot d’étudiante ! En première année d’université, j’ai travaillé comme animatrice dans la cantine d’une école. J’aimais côtoyer les enfants, et j’avais envie de travailler auprès d’eux. Dès ma troisième année de sociologie, je me suis intéressée aux rapports de domination à l’école primaire. En master 1, j’ai travaillé avec  Jean-Pierre Terrail sur les normes et les valeurs transmises à l’école. C’est également lui qui m’a poussée à écrire une thèse. Catherine Rollet a pris le relais ; elle m’a alors encouragée à prendre contact avec Séverine Gojard à l’Inra. Elles forment un très bon duo depuis trois ans. Après un master 2 sur l’alimentation à l’école, j’ai décroché une allocation de recherche du ministère de l’Enseignement supérieur.

Mais l’alimentation des enfants, ce n’est pas plutôt un sujet de nutritionniste ?

Non, parce que je ne regarde pas le contenu de leurs assiettes mais plutôt les aspects sociaux des repas. Les repas sont des vecteurs de relations sociales très importants; ils jouent un rôle particulier, différent de ce qui se passe dans la cour de récréation ou dans la salle de classe, deux espaces qui ont été beaucoup plus étudiés. On est à la fois dans l’école, mais hors cadre scolaire direct : c’est un entre-deux hybride, où les influences sociales sont différentes.

C’est donc votre expérience de surveillante qui vous a mis la puce à l’oreille…

J’ai été effarée par la quantité de gâteaux que les enfants apportaient pour leur goûter, et j’ai remarqué qu’ils les échangeaient beaucoup. Leurs échanges étaient très structurés : les filles n’échangent pas avec n’importe qui, pas avec les garçons déjà, et même parmi les filles, elles n’échangent qu’avec des copines bien précises ; elles s’installent au même endroit, et échangent des quantités bien mesurées : deux morceaux de clémentine contre un Kinder… Les garçons sont moins organisés, ils jouent au foot en même temps… Ils n’ont pas la même logique de don/contre-don que les filles. Il y a donc un clivage sexué, mais aussi un clivage d’âge et de fratrie. J’ai eu envie de comprendre les relations sociales qui se jouaient autour de la nourriture à l’école.

Je compare trois écoles des Yvelines, au recrutement social très différent : une école de ZEP, une école d’un quartier très favorisé, et une école de milieu social intermédiaire. Mon hypothèse de départ était que selon les milieux sociaux, les repas se déroulaient différemment : les prises alimentaires auraient un rôle différent selon les normes transmises par la famille. Pendant mon master 2 de recherche, j’avais comparé trois écoles de milieux très favorisés. Là, j’ai voulu faire jouer la variable de l’origine sociale.

Alors, les déterminants sociaux sont-ils si essentiels ?

Oui, mais ce n’est pas ça qui prime. Je me suis retrouvée face à ce que j’aime appeler un “microcosme enfantin”, un univers qui se développe par des relations insoupçonnées de socialisation horizontale de pair à pair, entre les enfants, et de socialisation verticale, entre enfants et adultes encadrants. Les déterminants sociaux, l’éducation transmise par les parents, restent en trame de fond, mais les enfants construisent par-dessus. Ils se construisent une sociabilité d’enfants, qui n’appartient qu’à eux en détournant ce que les adultes ont mis à leur disposition.

Rappel à l'ordre

Qu’est-ce qu’ils détournent ?

Bien sûr, ils transgressent les règles : elles sont là pour ça. Mais ils détournent aussi le cadre, les objets. Des jeux se transmettent de générations en générations : les enfants continuent de chercher leur “âge” au fond de leur verre. On retrouve dans plusieurs cantines le jeu du broc d’eau : le dernier qui pose la main dessus doit aller chercher de l’eau ; et ils détournent le jeu de la bouteille, non pas pour s’embrasser comme les adolescents, mais pour déterminer “celui qui”… est le plus beau, le plus intelligent…

Comment déterminer ce qui façonne le comportement d’un enfant à la cantine ?

Il est plus facile de repérer les ressemblances que les divergences, évidemment. Si un enfant se comporte d’une certaine manière dans telle école, est-ce que c’est parce qu’on est dans l’école “favorisée” ou simplement est-ce la culture de cette école particulière ? Il y a des effets établissement, des effets encadrants, la personnalité des enfants, la culture, l’éducation familiale… Je viens de finir mon terrain, et maintenant il faut que je fasse la part des choses entre les différents effets en analysant mes matériaux de façon très poussée.

Quels matériaux avez-vous rassemblés ?

J’ai cinq carnets de terrain sur deux cents heures d’observation… Je n’avais pas le droit de filmer, donc j’ai pris beaucoup de notes : assise dans un coin de la cantine, mais aussi des discussions avec les enfants, les encadrants, la famille… Les enfants m’ont demandé : “donc si tu as 400 pages de notes, tu écris tout et ça fait une thèse ?” Si seulement ! Ma problématique a évolué avec le temps, à tel point qu’il va falloir que je la reformule complètement. J’étudie un processus complexe de socialisation, qui croise trois grandes instances de socialisation primaire : la famille, les pairs et l’école. Mais une autre socialisation est également en jeu : celle, secondaire, des adultes qui interagissent avec les enfants à la cantine.

Leur relation aux enfants est différente de celle des enseignants ?

Oui, ces adultes sont moins professionnalisés. Ils travaillent avec les enfants pour être reconnus comme professionnels. Et c’est compliqué, pour des adultes, de dépendre d’enfants, d’autant que leur travail auprès d’eux est beaucoup moins reconnu que celui des enseignants. On ne se rend pas bien compte de l’importance des animateurs et de celles que tout le monde appelle encore “les dames de cantine”. Comme elles ne cuisinent pas, qu’elles ne font que réchauffer des plats livrés par une société de restauration, elles sont dépossédées de leur fonction première. Elles cherchent donc à se valoriser dans la relation de service. Leur bonheur est souvent d’être au plus près au contact des enfants, qu’elles le disent positivement “Alors c’est bon ma puce ?” ou plus négativement “Vous pourriez me dire que c’est bon quand même, j’y ai passé du temps !” J’ai recueilli des discours de dames de service qui souffrent du fait que leur rôle d’éducation, au goût, aux manières de table, aux relations sociales, auprès des enfants ne soit pas suffisamment pris en compte.

 Propos de Géraldine Comoretto recueillis par Clara Tomasini

Lectures conseillées :

DELALANDE Julie, La cour de récréation, pour une anthropologie de l’enfance, PUR, Rennes, 2001
SIROTA Régine (dir.), Eléments pour une sociologie de l’enfance, PUR, Rennes, 2006
REGNIER Faustine, LHUISSIER Anne, GOJARD Séverine, Sociologie de l’alimentation, La Découverte (collection Repères), Paris, 2006
CORSARO William, The sociology of childhood, Pine Forge Press, 2004



Citer ce billet
Printemps (2012, 25 janvier). « Tu es sociologue ? Ah, tu fais des sauces ! » La socialisation à la cantine, par Géraldine Comoretto. Printemps. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0l2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.