Les nomades oubliés : lectures de Pierre Tripier

Je me rends compte sur le tard ( les loisirs de la retraite permettent ce genre de pas de côté) que nos institutions, notre philosophie politique, nos lois, nos actions bienveillantes ont négligé ou combattu, ou délibérément ou inconsciemment ignoré les nomades. Or l’histoire nous apprend que les antagonismes perpétuels entre sédentaires et nomades ont façonné et, probablement, façonnent encore de larges parties de la chronologie de l’Occident. Mais ces faits sont invisibles puisque ces philosophies, institutions, dispositifs, lois, etc. sont le fait de sédentaires pour les sédentaires. La démocratie, l’école, la citoyenneté se sont organisés par et pour les sédentaires.

Cette réflexion (que l’on a le droit de trouver délirante) m’a poussé à lire des sociologues contemporains qui mettent en scène et analysent les comportements nomades. D’où l’insistance à lire au moins trois sociologues français, ainsi que ceux dont ils sont les mentors :
Alain Tarrius, qui s’est interessé depuis longtemps aux migrants (Les fourmis de l’Europe, chez l’Harmattan en 1992, Les Nouveaux Cosmopolitismes (avec la chère Lamia Missaoui), L’Aube 2001, La Mondialisation par le bas, Balland 2003, Migrants internationaux et nouveau réseaux criminels, Perpignan, Trabucaire, 2010, entre autres titres) En fait, il a fait des travaux de terrain et des entretiens impeccables. Dans ses livres, il déploie des méthodes de recherche multiples et souvent innovantes, et les résultats sont à la fois narrés de façon vivante et conceptualisés de manière astucieuse. Malheureusement presque tous ces livres sont épuisés, sauf à l’Harmattan et chez Trabucaire.

Alain Tarrius, qui a aussi étudié la citadinité, a rencontré sur son chemin Michel Peraldi qui est venu à s’intéresser aux nomades en suivant une autre piste : celle du commerce et des commerçants. Ici encore, les références ne manquent pas (je les aligne bientôt). Avec Tarrius, ils ont étudié le rôle du port de Marseille et du quartier de Belzunce dans les déplacements de personnes et les échanges commerçants entre la rive nord et la rive sud de la méditerrannée. La fermeture des frontières par les gouvernements nationalistes d’Alger et Tripoli ont permis de développer toute une économie d’échanges fondée sur le hors-la-loi, principalement la contrebande (le Trabendo en franco-algérien) qui incite à transporter de façon clandestine et/ou de “payer la route” (corrompre transporteurs, douaniers et policiers). Il s’agit là d’échanges “de pauvre à pauvre” mais qui peuvent très bien se transformer en entreprises de grande dimension, mais restant complètement informelle. Sur ce point, les travaux de Péraldi sont multiples, mais ceux qui m’ont le plus interessé sont :

“Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar” in Cultures et Conflits n° 33-34 1999 [NDLR : cliquer sur le titre pour lire l’intégralité du texte sur Revues.org].

“Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile” in Adelkah F. et Bayart J.F. (2007), Voyages du développement. Emigration, commerce, exil, Paris Khartala  pp. 73-114 [ NDLR : cliquer sur le titre pour télécharger l’article en PDF sur le site du FASOPO]

et un livre qu’il a co-coordonné : Mermier F. & Peraldi M. (2010) Mondes et places du marché en Méditerranée, Paris, Khartala [voir site de l’éditeur].

Enfin, un troisième larron, économiste, a dressé un très joli bilan de toutes les tracasseries et avanies que la loi et la bureaucratie administrative ont inventées pour empêcher les nomades d’être nomades. Il s’agit d’Enclaves Nomades. Habitat et travail mobiles d’Arnaud Le Marchand, Clamecy, Éditions du Croquant, 2011 [cliquer sur l’image]. S’il fallait avoir un résumé de la preuve que notre démocratie est faite par les sédentaires pour les sédentaires, on la trouverait dans les pages de ce livre.

Pierre Tripier

Pierre Tripier est professeur émérite de sociologie à l’UVSQ et membre associé au laboratoire Printemps. Professeur invité aux universités de Sao Paulo, Lima et Montevideo, Pierre est aussi vice-président de l’Institut de recherches et de développement de la qualité. Entre nombreuses autres publications, il est notamment l’auteur, avec Claude Dubar, du manuel fondateur de Sociologie des professions (Armand Colin, réédité en 2011)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.