Exercice d’admiration : Michel Pialoux, Christian Corouge et les « Chroniques Peugeot »

couv_196-197
Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013.

En ouvrant la nouvelle livraison de la revue Actes de la recherche en sciences sociales[1] consacrée à la question des liens entre intellectuels et ouvriers, je suis tombé sur le premier article, un entretien de Michel Pialoux avec Christian Corouge. Pour qui a été formé aux sciences sociales dans les années 1980 et 1990 (comme c’est mon cas), l’apposition des deux noms ne peut pas ne pas rappeler les dialogues entre les deux hommes publiés dans les Actes sous le nom de « Chroniques Peugeot » en 1984 et 1985. Au début des années 1980, alors que l’on nous annonçait la fin du monde ouvrier et la désindustrialisation de la France, un sociologue, Michel Pialoux, et un ouvrier spécialisé, Christian Corouge, dialoguaient pour mieux mettre à jour les relations sociales autour des chaînes de montage, la difficulté des relations sociales au sein d’une usine, la réalité des rapports de force et des rapports de domination, mais aussi les formes de résistance, les luttes syndicales et les mouvements de grève qui marquaient l’usine Peugeot de Sochaux.

Pour le sociologue débutant ne connaissant pas la réalité du monde ouvrier, la lecture de ces articles dévoilait la souffrance sociale d’une population invisibilisée. Mais elle produisait aussi un formidable effet d’entraînement à la réalisation d’entretiens où la vérité du monde social pourrait s’exprimer dans un dialogue entre un sociologue et un membre des classes populaires. On dira qu’il s’agissait d’un fantasme ouvriériste de la part d’un étudiant de classes moyennes aspirant à un engagement à la fois professionnel et politique, ce qui est vrai. Il reste que ces articles montraient le travail sociologique en actes, celui du questionnement, de la posture d’écoute et de relance, de nécessité de la retranscription, et l’activité d’interprétation sociologique que constituaient les premiers paragraphes de remise en perspective et les intertitres résumant les différentes parties de l’entretien. C’est ainsi que, pour ma part, j’ai appris à faire des entretiens, grâce à la lecture des dialogues entre Michel Pialoux et Christian Corouge, mais aussi grâce au séminaire de Stéphane Beaud, Frédérique Matonti et Florence Weber au début des années 1990.

Plus de 20 ans après la première lecture de ces articles, la parution de celui de 2013, qui constitue une sorte d’épilogue, permet mieux encore de revenir sur la posture du sociologue, et de montrer l’évidente nécessité de la réflexivité[2]. Celle-ci n’est pas qu’un slogan, qui tourne parfois à vide à force d’être présentée comme un impératif catégorique. Michel Pialoux s’interroge sur la raison pour laquelle les deux co-auteurs (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit) ont cessé tout à coup, en 1985, d’arrêter cette activité commune. L’explication est complexe, et elle tient notamment aux soubresauts de la vie personnelle et militante de Christian Corouge, mais elle pourrait être résumée ainsi : même si ce travail en commun apportait beaucoup à Christian Corouge, l’objectivation qu’elle nécessitait chez lui était trop coûteuse et ne lui permettait plus de continuer à vivre sa vie de militant syndical ni même d’ouvrier. Qui plus est, la publication des articles modifiait la représentation que la direction comme les militants syndicaux se faisaient de Christian Corouge. L’extrait d’un entretien réalisé en 1986 montre bien tout l’intérêt et les limites de ce type de travail sociologique[3] :

 – Tu m’as dit : « je veux pas être psychanalysé », donc tu poses la question du rapport avec moi, de la vision que tu avais eue de moi au début de ce boulot et pendant ce boulot…

– Ben, c’est-à-dire qu’avec toi, c’est facile de travailler avec toi. C’est facile dans la mesure où tu acceptes tout, je crois. Tu acceptes les difficultés, je veux dire, de bosser comme ça, ça veut dire que t’es pas pressé à une heure, t’es pas pressé à deux heures…

– Oui, mais toi d’emblée, tu t’étais mis en congé maladie, tu avais de la disponibilité aussi. Enfin, moi j’ai pas du tout vécu ça comme quelque chose de difficile au niveau de l’organisation matérielle. À un autre niveau, je dis pas, mais…

– Disons que pendant les trois ans qu’on a fait ce genre de truc, pendant trois ans, il y a eu un problème entre moi… moi et l’usine. Et je sais très bien qu’à chaque fois que je te vois débarquer, il va y avoir un nouveau conflit entre moi et l’usine. Mais profondément, hein ? Parce que à chaque fois, si tu veux, c’est pas tellement les questions que tu poses, c’est que ces questions, moi, j’ai pas envie de me les poser (…) quand je rentre dans mon atelier et que je dois faire ma production, y’a un problème, tu vois, y’a un problème. Je me dis quand même que c’est pas normal, qu’il y a un os quelque part. Et là, moi, je sais que depuis trois ans, c’est ça qui m’a permis de réfléchir différemment, parce que bon, ça s’est décramponné petit à petit.

Michel Pialoux, Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011.
Michel Pialoux, Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011.

On le lira dans l’article de 2013, Christian Corouge est un ouvrier exceptionnel, puisqu’il a travaillé aussi avec Bruno Muel et le groupe Medvedkine. Il était par conséquent sans doute tout à fait disposé à l’objectivation, au travail collectif de co-production d’une analyse sociologique sur le travail ouvrier. Il reste que celle-ci n’est pas sans risque et qu’elle est très ambivalente : tantôt instrument d’émancipation et de libération, tantôt forme d’introspection interdisant de vivre désormais une vie « normale », l’entretien n’est jamais neutre. Il coûte à chacun des deux protagonistes, même si l’avantage du sociologue est qu’il retourne ensuite dans son université et dans son centre de recherche, laissant son interviewé aux prises avec les portes qu’ils ont ouvertes ensemble.

On ne remerciera jamais assez Michel Pialoux d’avoir montré tout cela, mais sans pour autant donner des leçons de méthodologie, et sans non plus renoncer à l’ambition de savoir qui est au cœur de la sociologie qu’il défend : une sociologie tout à la fois explicative et compréhensive, partant de l’analyse d’un individu pour comprendre le groupe ; bref, une sociologie qui refuse les fausses oppositions des manuels et se confronte à ce qui est peut-être la principale contradiction de notre métier : allier empathie et objectivation.

Laurent Willemez

 


[2] Pour un autre exemple de réflexivité sur les relations enquêteur-enquêté, voir le très beau documentaire sur Jeanne Favret Saada : http://vimeo.com/search?q=jeanne+favret+saada.

[3] L’article est publié dans Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011, p. 416-417.


2 réflexions sur « Exercice d’admiration : Michel Pialoux, Christian Corouge et les « Chroniques Peugeot » »

  1. Merci Laurent pour ton commentaire ! Le numéro trône au labo et je n’ai pas encore pris le temps de m’en saisir, mais cela ne saurait tarder. Un autre article super de Michel Pialoux s’appelle “L’ouvrière et le chef d’équipe” (pas avec Corouge), paru dans un vieux numéro de Travail et Emploi du début des années 1990, et on y trouve aussi la capacité de Michel Pialoux à saisir des opportunités pour “faire sortir” des choses qu’une situation rendait difficile de sortir (ici un entretien en couple).
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.