Guide de survie du doctorant à la télévision

Un marronnier

À l’occasion d’un colloque organisé à Metz sur la thématique « Enfance et genre », j’ai présenté une conférence-cadre intitulée «Du jeu dans les catégories de genre ? Le jouet et ses espaces de commercialisation comme vecteurs de diffusion de normes sexuées » le 22 novembre dernier. Des journalistes du Républicain Lorrain, présents dans l’amphithéâtre, sont venus à ma rencontre à la suite des débats pour m’interviewer et ont publié un article dans l’édition du jour suivant. Le jouet fait l’objet de toutes les attentions à la veille de Noël et le questionnement autour d’un « sexisme dans les jouets » refait surface périodiquement, tel un véritable marronnier. Des journalistes de la chaîne de télévision locale Mirabelle TV, ayant pris connaissance de cet article, m’ont ainsi contactée pour une interview télévisée en direct à ce sujet. Ce fut mon premier plateau TV et une expérience enrichissante, à quatre niveaux principalement.

1. J’ai tout d’abord découvert la difficulté pour le chercheur d’exposer ses recherches dans un format peu adapté à la tâche (voir à ce propos les écrits de Bourdieu, notamment Sur la télévision et son intervention dans l’émission « Arrêt sur images », reproduite ci-dessous ; je note tout de même que les journalistes de Mirabelle TV m’ont pas mal laissé m’étendre !).
2. J’ai ensuite pu me rentre compte, une nouvelle fois, de la distance plus ou moins importante qui s’esquisse souvent entre mon questionnement scientifique et les points d’intérêt du « grand public ».
3. Par ailleurs, en revisionnant l’émission, j’ai pris conscience de mes forces et de mes faiblesses dans une argumentation et à l’oral (par exemple, point négatif : j’emploie trop le terme « effectivement » ; point positif : je l’emploie pour montrer mon accord dans une discussion ou comme concession dans mon argumentation avant de présenter un raisonnement contradictoire).
4. Enfin, et c’est chose intéressante, j’ai remarqué que mes recherches se faisaient connaître dans le milieu scientifique dans une sorte de va et vient avec les espaces de vulgarisation de la pensée scientifique : si mes articles ne sont pas forcément lus dans les revues où j’ai publié, mes interviews dans la presse généralistes sont plus souvent lues, vues ou entendues, ce qui amène ensuite les chercheurs à se rediriger vers un contenu scientifique (Cairn par exemple).

Mona Zegaï

Mona Zegaï est doctorante en sociologie au Centre de recherches sociologiques et politiques (Cresppa) de l’université Paris 8 et membre associé du laboratoire Printemps. Elle prépare une thèse sur “La performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre”, sous la direction d’Anne-Marie Devreux (CSU-CRESPPA) et de François Leimdorfer (Printemps). Elle a notamment publié « La fabrique du genre à travers le jouet », dans la revue de l’ENS, Chantiers politiques, ENS, n°6 « Enfances », premier semestre 2008, et « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Les Cahiers du genre, n°49, 2010.

Ci-dessous, quatre vidéos successives de l’intervention de Pierre Bourdieu dans Arrêts sur image, l’émission d’analyse des médias de Daniel Schneidermann. Enregistrée en 1996, cette émission présente un débat entre Pierre Bourdieu et les journalistes Jean-Marie Cavada et Guillaume Durand.

En 1999, Daniel Schneidermann a publié Du journalisme après Bourdieu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.