Le concept de champ scientifique, par Arnaud Saint-Martin (ce qu’appliquer un concept veut dire)

Un concept trop rigoureusement défini ne risque-t-il pas d’être appliqué de façon trop rigide ? Jeudi 15 novembre, Arnaud Saint-Martin, chercheur au laboratoire Printemps, donne une conférence sur le concept de “champ scientifique” au Collège international de philosophie, dans le cadre du séminaire “L’ordre des savoirs” organisé par Jérôme Lamy. Il y précède Morgan Jouvenet, qui parlera le 11 janvier prochain des “Régimes de sciences et régimes de savoirs“. Vous retrouverez le programme et les infos pratiques sur le site du Collège.

Interrogé de façon très informelle sur les idées qu’il a l’intention de développer, Arnaud répond ainsi :

Je vais discuter le concept de “champ” tel que Bourdieu l’a appliqué dans le domaine de la sociologie des sciences. Plutôt que de donner la bonne définition, de confondre les mauvais usages de la notion, je vais interroger l’opération même de la définition (définition chez Bourdieu, chez les lecteurs de Bourdieu qui “utilisent” le concept, etc.). Comme le séminaire traite de l”ordre des savoirs”, j’ai dans l’idée d’interroger les pouvoirs heuristiques mais aussi les effets de clôture que peut induire la définition d’un concept qui se veut analytique. En somme, je veux discuter les dilemmes de la définition d’un concept qui, parce qu’il a été (très) rigoureusement défini, portait de façon latente les germes d’une application (trop) rigide. Prétextant donc une discussion du concept de champ scientifique, je vais travailler sur ce qu’appliquer un concept veut dire, dans les limites du champ des sciences sociales.

Présentation du séminaire (à retrouver sur le site du CIPh)

À l’articulation de l’histoire, de la sociologie et de la philosophie des sciences un ensemble de concepts ont, depuis les années 1960, cherché des cadres d’intelligibilité pour penser les savoirs, leur organisation, leurs césures et leurs liens. Découper le monde, dégager des zones de cohérence, des espaces pratiques convergents, des corpus discursifs voisins, voilà l’efficace intellectuelle recherchée. Les Science and Technology Studies ont, pendant une trentaine d’années, prôné le refus de ces cadres d’intellection. Le positivisme résiduel s’est lui réfugié dans une épistémologie détachée des formes matérielles de production des savoirs. Un espace intermédiaire reste à explorer, celui des théories de moyenne portée qui articulent objets de connaissance et moyens mis en œuvre pour les atteindre. Le séminaire propose d’examiner à nouveaux frais quelques-uns de ces concepts clés qui ont travaillé l’histoire des sciences  : l’épistémè foucaldienne, le paradigme kuhnien, le champ de Pierre Bourdieu les styles de Fleck, Crombie et Hacking, et les régimes cognitifs de Shinn et Pestre font émerger un sol épistémique.  Il est possible de penser les savoirs dans leurs modalités d’expression sociale, la quête d’une organisation des connaissances, de leurs productions et de leurs reproductions n’est pas vaine Deux impératifs guident notre travail. Il s’agit d’une part de réexaminer la portée de ces concepts, leurs usages, leur solidité intrinsèque, leur plasticité, leur capacité à circuler bien au-delà de leur lieu d’énonciation. D’autre part, nous examinerons précisément les conditions de leur émergence, les concepts voisins (ou distants), les débats environnants, les mouvements de fond dans lesquels ils ont été pris. En croisant ces deux points de vue, l’efficace et la genèse, nous élaborerons un réseau de questions sur cette politique épistémologique qui consiste à discerner l’ordre des savoirs, leur distribution et leur cohérence générale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.