Décollage du séminaire “Sociologie des sciences de l’environnement”

Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin ont le plaisir de vous annoncer le lancement du séminaire “2SE”, soit Sociologie des sciences de l’environnement. Un jeudi par mois, de novembre 2012 à mai 2013, ils accueilleront des invités tels que les historiens Grégory Quénet et Fabien Locher, les sociologues Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, le sociologue politique Etienne Ollion ainsi que Gemma Cirac, Sébastien Grevsmühl, Cathy Dubois, Yann Renisio, Émilien Schultz…

Cliquez ici pour télécharger le programme complet.

Premier séminaire : vers une écologie du spatial européen

Quels sont les enjeux politiques et économiques de la mise en place d’un programme scientifique européen tel que le Global monitoring for environment and security ? Vendredi 9 novembre à 10 h, au séminaire général du laboratoire, Arnaud Saint-Martin (Printemps) et Jérôme Lamy (Lisst, Toulouse II) présenteront leur recherche en cours: « Une sociologie de l’écologie du spatial européen : faire politique du Global Monitoring for Environment and Security ». Voici quelques premières pistes et, en lien, quelques idées de lectures.

Dans cet exposé, nous présenterons les premiers résultats d’une enquête en cours portant sur l’élaboration de la politique spatiale européenne. Nous nous baserons principalement sur l’étude d’un « système de systèmes d’observation » de la Terre, le Global Monitoring for Environment and Security (GMES). Ce programme placé sous la tutelle de l’Union Européenne combine des instruments d’observation satellitaires et in situ (stations au sol, mesures en mer, etc.), en plus de « services » conçus pour exploiter les données collectées. Il doit entrer dans sa phase opérationnelle en 2012 « au bénéfice des citoyens européens » et a vocation à « implémenter » les politiques européennes en matière de surveillance de l’environnement et de la sécurité. Malgré les difficultés liés à l’exercice budgétaire de 2014-2020, plus rien ne semble pouvoir entraver son avènement et, partant, l’« européanisation » de la politique spatiale.


Vidéo de présentation du GMES (en anglais)

À partir d’un corpus documentaire varié (technique, administratif, juridique, politique), nous proposons un cadre d’analyse qui rompt avec les modes conceptuelles dominant les science studies (coproduction, traduction [lire les explications de Latour, p. 33 à cette adresse], triple hélice, « nouvelle production du savoir », etc.). Nous faisons converger une approche écologique des activités spatiales (Abbott, 2005) et la sociologie « transversaliste » des sciences et techniques (Lamy, Saint-Martin, 2011 ; Shinn, Ragouet, 2005 ; Shinn, 2008) dans le but de restituer la dynamique de structuration d’une « écologie du spatial européen ».

Notre enquête est comparatiste par nécessité, puisqu’il nous est indispensable de circuler dans/entre les différents espaces de l’écologie, notamment afin de comprendre comment les acteurs s’évaluent les uns les autres, anticipent et se positionnent sur le problème de l’« implémentation » du GMES. Contre « l’idiome de la coproduction » (Sheila Jasanoff) qui tend à surévaluer la capacité des experts de la technoscience à peser dans le design des politiques de la science, nous montrerons comment le GMES met en jeu une division sciences/politique asymétrique et conflictuelle. Les scientifiques et les ingénieurs du spatial européen travaillent sous l’autorité de la Commission européenne, laquelle tente de s’affirmer comme un acteur public ayant prétention à une « gouvernance globale » de l’environnement. Nous montrerons in fine comment la problématique de la construction politique d’un « marché des services GMES » voulue pour la Commission révèle l’accent mis sur un ordre marchand des sciences et techniques — qui n’est pas sans effet sur la structuration du spatial européen. Mettant en évidence les attendus idéologiques de la privatisation des services technoscientifiques, notre enquête entend ainsi contribuer à une sociologie politique des économies néolibérales des technosciences (Mirowski, 2011).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.