Mondialisation des espaces intellectuels (quatrième épisode du colloque)

Après la mondialisation des normes, celle des mots, celle des relations économiques, voici le quatrième épisode du compte rendu du colloque Les sources de mondialisation : la mondialisation des espaces intellectuels. Hélène Pellerin démontre l’importance des réseaux d’individus pour l’internationalisation d’une firme, et leur conséquence sur la nature du travail; Gustavo Sorá est allé chercher les publications latino-américaines à la foire du livre de Francfort ; Romain Lecler retrouve les acteurs concrets de la politique audiovisuelle extérieure française, tandis que Mathieu Hauchecorne a fait le chemin inverse, des États-Unis à la France, en passant par Montréal et Louvain, pour comprendre la circulation des idées d’un grand philosophe américain.
Le colloque Les sources de la mondialisation a eu lieu les 19 et 20 septembre à Guyancourt, sous l’impulsion de Thomas Brisson, Lamia Missaoui et Olivier Roueff. Ne manque désormais plus que la brillante conclusion de Peter Wagner, bientôt en ligne.

Hélène Pellerin : la mobilité de chacun pour une firme internationale… et ses conséquences

Étudier la mondialisation sous l’angle des migrations des personnes aujourd’hui demande de comprendre non seulement les stratégies des migrants en tant que force de la mondialisation, mais aussi les dynamiques économiques structurantes qui prévalent. Le concept de mondialisation a permis à Hélène Pellerin de jeter des ponts entre plusieurs de ses angles d’analyse, et notamment sur l’intérêt des études de gestion pour la construction d’un réseau professionnel, les élites expatriées, les diasporas professionnelles, qui sont capables, par leur capital humain, d’étendre le réseau de l’entreprise. La mondialisation touche ainsi trois aspects de l’étude des entreprises actuelles : la nature du travail, la construction politique du marché du travail mais aussi une nouvelle géographie de l’organisation des industries. Hélène Pellerin rejoint la sociologue Saskia Sassen dans son interrogation sur la place de l’informalité dans les nouveaux réseaux professionnels, et ses conséquences en termes d’insécurité du marché du travail, de l’emploi, du revenu, mais aussi dans la reconnaissance au travail. Hélène Pellerin est professeur de sciences politiques à l’université d’Ottawa. Elle a notamment coordonné Governing international labour migration (Routledge, 2008) avec Christina Gabriel et La perspective en relations internationales (Athena, 2010).

Écouter l’intégralité de son intervention. Regard critique sur la mondialisation : La mobilité des personnes comme forme d’internationalisation des firmes

Gustavo Sorá : ce que la foire de Francfort nous apprend sur le marché du livre

Francfort est le centre de la mondialisation du marché du livre, et au-delà, de la production culturelle… et donc des biens symboliques. Cet enjeu fait de la ville de la foire internationale du livre un centre de politisation de la vie culturelle : les acteurs se professionalisent et s’internationalisent en allant à Francfort. Gustavo Sorá, chercheur au Conicet (université de Cordoba, Argentine) et correspondant du Cessp, saisit l’occasion de ce colloque pour se demander pourquoi il a choisi un tel objet de recherche et ce que l’étude de ce lieu d’échanges lui permet d’apprendre sur la place des livres latino-américains dans un marché du livre mondialisé.

Écouter l’intégralité de son intervention : Défis d’une ethnographie du centre du monde éditorial à partir de ses rapports avec l’Amérique Latine

Romain Lecler : « l’obsession française de la politique audiovisuelle extérieure »

Romain Lecler travaille sur la mondialisation des images et revient aujourd’hui sur sa méthode. Comment la quantifier, comment savoir qui sont les acteurs de cette mondialisation-là ? À partir du constat, théorisé par Gisèle Sapiro, de la prise en main par les États de la notion de mondialisation, qu’ils contribuent à politiser, Romain Lecler constate que la France a notamment une politique de diffusion des images très structurée. Des premières télévisions satellitaires internationales à la diplomatie culturelle, il étudie les mécanismes de « l’obsession française de la politique audiovisuelle extérieure ». Romain Lecler est chercheur au Cessp (Paris I)

Écouter l’intégralité de son intervention : Circulez ! Il n’y a rien à voir. Méthodologie d’une enquête sur la mondialisation des images

Mathieu Hauchecorne : la réception des théories de la justice en France

Comment des théories philosophiques arrivent-elles en France ? Comment circulent-elles d’un pays à l’autre, jusqu’à devenir un enjeu de débat non seulement philosophique, mais aussi politique, légal, économique ? Mathieu Hauchecorne, post-doctorant en sociologie au laboratoire Printemps, présente les travaux de sa thèse en sciences politiques, sur la réception en France de la Théorie de la justice du philosophe américain John Rawls. Cette oeuvre majeure, publiée en 1971 aux États-Unis, ainsi que celles du philosophe Michael Walzer, du théoricien canadien du multiculturalisme Canadien Charles Taylor ou du prix Nobel d’économie indien Amartya Sen, donnent des outils intellectuels pour tenter d’évaluer, de mesurer, la distribution des droits dans nos pays. Mathieu Hauchecorne identifie les médiateurs, les réseaux politiques et intellectuels qui ont permis cette circulation, des acteurs aussi divers que des universitaires québécois, des réseaux catholiques qui se sont saisis des questions de morale, un leader de parti écologiste

Écouter l’intégralité de son intervention : Théories sans frontières ? Circulation transnationale des idées et mondialisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.