Sociohistoire des jeunesses populaires dans une petite ville de la Lorraine du fer (1970-201…?)

Vincent Burckel vient de rejoindre le laboratoire Printemps, où il prépare une thèse sous la direction de Marnix Dressen, professeur à l’UVSQ et de Stéphane Beaud (ENS). Après une licence d’histoire à Metz et un M1 d’histoire sociale à Paris, il arrive du master 2 “Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales” de l’ENS-EHESS. Il présente son sujet avant de partir pour plusieurs mois d’enquêtes de terrain.

Image Flickr.

Mon enquête se déroule à « Hagoncourt » (nom imaginaire pour préserver l’anonymat des personnes interrogées), dans l’ancienne Lorraine du fer. C’est une région ouvrière de longue date, éloignée des métropoles mondialisées, située dans une France périphérique, anciennement industrielle, et en situation de relégation à la fois spatiale, économique et symbolique. On s’intéresse peu à ces classes populaires devenues « invisibles », sauf lors des poussées électorales du Front national. Les observateurs se focalisent généralement sur les questions des violences urbaines des « cités » et sur les difficultés d’intégration de l’immigration.

Pourtant, aujourd’hui, comme le montre la nouvelle géographie des inégalités et de la pauvreté en France, les classes populaires les plus fragilisées, contrairement aux idées reçues, sont avant tout dans les campagnes et dans les petites villes des anciennes régions industrielles. C’est pourquoi je m’intéresse à cette petite ville de Lorraine à la population massivement populaire, qui était structurée jusqu’aux années 1970 autour de ses mines et de ses usines. La décennie 1970 est celle de la crise de son industrie.

Cette période marque le passage d’une génération à l’autre. Ce sont les jeunes des années de l’après-fer qui subissent le plus les effets de cette crise, mais les « vieux » ne sont pas non plus à l’abri du déclassement. Il en résulte des tensions intergénérationnelles particulièrement vives et très significatives.

Les jeunes et les vieux

En effet, je m’intéresse à la question de la stratification sociale. Contre l’idée d’une « moyennisation » de la société française, il me semble qu’on assiste au contraire à une persistance des inégalités sociales. Mais les nouvelles formes de hiérarchies sont encore mal connues et c’est pourquoi je pense qu’il est important d’étudier les élites, mais de ne pas perdre de vue les catégories sociales dominées, si du moins, l’on se souvient que les classes populaires représentent toujours une nette majorité de la population française.

Dans le cadre de ma future thèse, je souhaite donc mener une enquête sociohistorique sur les transformations contemporaines des classes populaires, en privilégiant une approche générationnelle. Il s’agira d’analyser les différences générationnelles qui clivent les classes populaires, entre, d’un côté, les générations de l’ancien monde ouvrier, qu’on appellera, en reprenant la terminologie indigène les « vieux », et de l’autre côté les générations de la « crise », c’est-à-dire « les « jeunes ». Et parce que le passé s’imbrique dans le présent, il me semble nécessaire d’entreprendre un voyage dans l’histoire sociale depuis le début des années 1970, pour comprendre comment cette rupture générationnelle a pu se produire. Il faudra pour cela entreprendre une comparaison historique des modes de socialisation et des systèmes de représentation des jeunesses populaires.

Schématiquement, entre les années 1970 et aujourd’hui, on peut distinguer deux pôles générationnels, qui correspondent à deux « âges » des classes populaires. Je souhaiterais m’intéresse également à la question complexe mais passionnante de la « génération intermédiaire », en position « d’entre-deux ». Mais dans un souci de concision je me contente ici de parler, entre guillemets,  des « vieux » et des « jeunes ».

Les « vieux » font partie des cohortes plutôt nées avant les années 1960, ils ont plus de 50 ans. Ils ont connu une socialisation précoce dans un monde industriel, où la vulnérabilité des classes populaires était partiellement compensée par un statut social dominé mais relativement honorable, grâce à une forte identité de groupe et à un mouvement ouvrier puissant dans une période d’importante croissance économique.

De l’autre côté, il y a les jeunes, nés avec la crise, qui n’ont connu que la nouvelle condition populaire, transformée par la désindustrialisation, la précarisation, le chômage, la dégradation réelle et symbolique de la condition ouvrière et la fin des espoirs politiques d’émancipation collective. Malgré la prolongation générale de la scolarité, la tertiarisation de l’économie, la diffusion d’une culture de masse, et celle de l’idéologie libérale fondée sur l’espoir d’émancipation individuelle, ces jeunes reproduisent massivement la position objective de leurs parents, mais de manière différente. Je pense qu’il est légitime de parler d’une « désouvriérisation » plus subjective qu’objective.

C’est cette évolution qu‘on se propose de décrire et d’interpréter.

La déviance juvénile, révélatrice d’une rupture

Chez les jeunes, les pratiques délinquantes ont en effet connu une forte croissance, au cours des trente dernières années. La délinquance est aussi devenue une préoccupation majeure chez les anciens. Située dans une perspective de sociologie de la déviance, c’est-à-dire d’écart à la norme d’un groupe, cette question locale de la délinquance permet d’entrer dans le cœur de ma thèse, c’est-à-dire la description de deux générations populaires successives, définies par des manières différentes de vivre, d’être et de penser. L’approche de la  déviance juvénile révèle des traits culturels antagonistes. Le rapport à la virilité et le rapport au collectif distinguent les deux générations.

Pour les anciens, la virilité est associée à la force physique. Ils voient les jeunes les plus proches du monde scolaire et éloignés de la « rue » comme dévirilisés. Quant aux jeunes les plus éloignés du pôle de l’école et de l’emploi en général, les « vieux » les perçoivent également de façon négative. Ces jeunes sont perçus comme virils mais trop déconnectés du travail ouvrier et trop familier de la « culture de rue ». L’individualisme des uns s’oppose à la conscience collective des autres.

Histoire, sociologie… et réflexivité

Je propose d’associer approches sociologique et historiques, dans l’idée que, pour comprendre le monde présent, il faut en reconstituer la genèse. En cela, je me situe résolument dans une démarche interdisciplinaire. L’hypothèse des  deux générations sera mise à l’épreuve empiriquement grâce à la poursuite d’une enquête sur un terrain « exploré » depuis deux ans. Fort de ces enquêtes préliminaires, ce projet de thèse vise à poursuivre, approfondir et, éventuellement, corriger, rectifier les hypothèses déjà esquissées. Pour cela, ma recherche s’appuiera sur une immersion longue sur un terrain d’enquête.

J’ai grandi dans cette ville, ma famille y réside toujours et j’y connais un grand nombre de personnes. C’est pourquoi je bénéficie de conditions privilégiées d’accès.

Je suis aussi conscient des travers possibles de cette familiarité, c’est pourquoi je compte exercer un contrôle réflexif rigoureux de mon rapport à l’objet : prendre du recul sur ma place face aux groupes que j’étudie. Je souhaite également explorer un second terrain d’enquête, qui pourrait être situé en région parisienne, dans un souci supplémentaire de distanciation.

Je compte observer les pratiques de ces personnes, et mener des entretiens avec elles afin d’analyser les rapports entre discours et pratiques. Je réaliserai des entretiens biographiques pour faire la sociogenèse des jeunesses populaires locales.

Pour mener ces entretiens, je dispose d’ores et déjà  de contacts dans les deux générations. Mon enquête s’appuiera également sur un dépouillement d’archives. Ici, j’utiliserai les compétences acquises lors de ma formation initiale d’historien : elles m’ont donné les clés pour m’orienter dans cet univers. J’ai obtenu des dérogations et des autorisations pour consulter des archives, judicaires, journalistiques, professionnelle, scolaires et communales, et même policières.

Vincent Burckel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.