Temps de l’art et des artistes

Nous sommes fiers de vous annoncer la sortie du numéro 14 de la revue Temporalités : Temps de l’art et des artistes.

Comment les artistes perçoivent-ils le temps et en rendent-ils comptent dans leurs oeuvres ? Quelles sont les temporalités propres de leurs carrières ? Comment appréhende-t-on les oeuvres du passé ? Et comment les sociologues tentent-ils de résoudre ces questions ?
Mais surtout, quel est le point commun entre le rap et la musique baroque, Monet et les étudiants d’écoles d’histoires de l’art, l’audience de concerts de jazz expérimental et les conservateurs de musées, Rimbaud et les planches contact ?

Ce numéro, coordonné par Morgan Jouvenet et Christiane Rolle, tous deux membres du laboratoire Printemps (UMR Université de Versailles – Saint Quentin en Yvelines/CNRS), vous donne la réponse par huit sociologues et une historienne, présentés ainsi en introduction :

« Les articles proposent chacun une façon d’interroger le rapport au(x) temps – celui de l’enquêteur ou des acteurs qu’il rencontre –, qu’ils mettent plutôt l’accent sur l’art comme histoire (A. Hennion, P. Ughetto), comme travail (K. Hammou, J. Vandendunder, N. Heinich), comme expression (J. Noirot, J.-M. Ramos) ou comme support de pratiques culturelles (O. Roueff, A. Djakouane). Centrés sur « l’art en train de se faire », ils révèlent aussi l’action de ceux qui soutiennent le travail des créateurs. Plusieurs articles portent ainsi plus particulièrement sur ceux qui regardent, écoutent, présentent, évaluent et diffusent leurs œuvres, et révèlent comment ces acteurs peuvent exercer une influence sur ces derniers (et ce notamment lorsque ces réseaux peuvent devenir assez puissants pour déclencher des actions institutionnelles de la part de diverses administrations publiques, d’institutions et d’associations). Leurs analyses s’appuient ou portent sur les découpages séquentiels caractéristiques des mondes de l’art, ou bien sur la grammaire qui mobilise les repères temporels dans certains d’entre eux. « L’essence est exprimée dans la grammaire » (L. Wittgenstein) et cette grammaire repose sur des formes de vie, des pratiques observables suivant des points de vue très divers. En effet, le seul moyen de restituer le sens du temps dans l’art est d’étudier les jeux de langage et les dispositifs matériels, comme le font les auteurs rassemblés ici : ce que les artistes font du temps et ce que le temps fait aux artistes. »

La revue Temporalités est disponible en accès libre et gratuit sur la plateforme Revues.org du Cléo (CNRS) : http://temporalites.revues.org
La revue Temporalités a pris le relais du bulletin – créé en 1984 par William Grossin (†). Elle est désormais présidée par Claude Dubar, et animée par un comité de rédaction et un comité scientifique pluridisciplinaires. Elle s’efforce de rassembler des articles, des travaux et des productions en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, démographie, économie, anthropologie, psychologie, linguistique, droit…) qui incluent des analyses de données temporelles, confrontent des conceptions, des usages, des pratiques du temps et des réflexions sur la pluralité des temporalités socio-historiques.

L’occasion de ce numéro était trop belle : Temporalités est désormais une revue illustrée.

Nous serions très heureux que vous diffusiez cette annonce le plus largement possible autour de vous.

Pour toute information sur ce numéro, ses auteurs, les numéros à venir (Temporalités du monde arabe et Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations, n’hésitez pas à contacter Clara Tomasini, secrétaire de rédaction de la revue.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.