Archives par mot-clé : Travail

Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam »

Sous Trust office (le nom de l'entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: "fourniture d'employées pour le travail domestique" ©Houda Kassatly
Sous Trust office (le nom de l’entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: « fourniture d’employées pour le travail domestique » ©Houda Kassatly

Une des caractéristiques de la société libanaise est, depuis plus de deux décennies, l’omniprésence des employées de maison étrangères. Il n’est guère de famille, dans les milieux de classes moyennes, même modestes, qui n’ait sa bonne, dite « srilankiyé » (« sri-lankaise », en arabe libanais), le plus souvent à domicile. Aujourd’hui majoritairement originaires d’Ethiopie, les Sri lankaises étaient en effet jusqu’à récemment les plus nombreuses, au point que leur nationalité est devenue le nom commun pour désigner leur fonction.

Recrutées dans leur pays d’origine par des agences auprès desquelles elles s’endettent lourdement, elles arrivent au Liban sans connaître la langue, et sont prises en charge par leurs employeurs, qui en ont la responsabilité légale. Elles n’ont pas le droit de les quitter, sauf pour repartir chez elles. Ceux-ci ont souvent, à leur tour, payé une forte somme pour se les procurer, et se sont engagés à les garder pour une durée de 2 à 4 ans, durant laquelle ils en sont juridiquement responsables. C’est ainsi qu’ils justifient le fait de leur confisquer leur passeport, pour s’assurer qu’elles ne s’enfuiront pas, et qu’ils leur interdisent de sortir du domicile. Ce n’est que récemment qu’une législation a été promulguée imposant à l’employeur de leur accorder un jour de congé par semaine. Celles-ci sont donc en principe au service de la famille jour et nuit, et si la façon dont elles sont traitées peut varier énormément selon les cas, elles sont dans une relation de subordination particulièrement forte avec leurs employeurs.

Leurs interactions avec la société libanaise sont de ce fait réduites au minimum. Seules quelques-unes, il est vrai de plus en plus nombreuses, réussissent à échapper à ce type d’emploi, avec ou sans l’accord de leur employeur initial, et à travailler à leur compte. Elles peuvent alors interagir avec la société locale, sinon s’y intégrer véritablement.

C’est donc avec la maîtresse de maison qu’elles apprennent à la fois les « bonnes manières » libanaises, et les rudiments d’arabe libanais indispensables à leur travail.

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)

Dans Pidgin Madame, Une grammaire de la servitude, c’est du processus d’invention linguistique qui résulte de cette interaction, que nous rend compte Fida Bizri. Ayant appris enfant le cinghalais (la langue majoritaire au Sri Lanka, celle que parlent les Sri lankaises venues travailler au Liban), grâce à la présence d’une employée sri-lankaise dans sa famille, elle a découvert un jour que, selon les circonstances, ce n’était plus du cinghalais qu’elle parlait avec elle, mais autre chose, un « code linguistique », fait de compromis, fondés sur les ressources des deux langues et sur les besoins et les contraintes de l’interaction. En effet, les unes, locutrices d’une langue indo aryenne, doivent se débrouiller pour comprendre et se faire comprendre des autres, locutrices d’une langue sémitique, et ensemble, elles inventent un code a minima prenant à chacune des deux langues des éléments de nature différente.

D’un côté, les patronnes cherchant à se faire comprendre par leur « sri-lankaise », usent d’une version simplifiée de l’arabe, s’adaptent aux « incompétences » de leur bonne, de l’autre, les Sri-Lankaises s’approprient cette langue en s’efforçant de reproduire ce qu’elles entendent, mais en le réinterprétant partiellement à travers la grille du système linguistique (morphologique, syntaxique et phonétique) du cinghalais. Il en résulte un processus de simplification de la « langue-cible » (ici, l’arabe), en 5 étapes (relexification, rephonologisation, affaiblissement de la norme, intrusion d’aspects de la langue substrat – le cinghalais – et stratégies d’économie linguistique). Le résultat est un modèle de langue très réduit – qui empêche les Sri-Lankaises d’accéder à la totalité du système de l’arabe libanais.

L’objectif de l’auteur était donc de retracer les mécanismes psychologiques et sociologiques qui sous tendent les stratégies communicatives mises en place entre ces employées et leurs maîtresses. Sans entrer dans le détail des spécificités contrastées des deux langues, qui imposent des contraintes objectives au processus de pidginisation observé, la particularité de ce pidgin, du fait de la nature de l’interaction, est en effet qu’il s’agit d’une langue dont toute la grammaire est basée sur des formulations d’ordre et de prohibition.

L’employée sri-lankaise se trouve tantôt en position passive (elle entend ce qui se dit autour d’elle), tantôt en position passive-active (elle entend ce qu’on lui dit et s’efforce d’y répondre). Un exemple de conversation à trois (p. 142-146), où la Sri-Lankaise entend des formes à la seconde personne (adressées à elle) et à la 3e personne (quand Madame parle à son amie) est particulièrement éclairant. De cette alternance, résulte une abondance d’une part des formes impératives, plus précisément, de l’impératif féminin, qui est réutilisé comme s’il s’agissait d’une première personne, d’autre part de la troisième personne pour parler d’elle-même (à partir de ce qu’elle entend qu’on dit d’elle). L’absence de la distinction en cinghalais entre le féminin et le masculin vient s’ajouter à faible occurrence du masculin dans des interactions dominées par les femmes.

Dans le détail, on observe donc une prédominance de la 2e personne (entendue lorsqu’on lui parle) et de la 3e personne (entendue lorsqu’on parle d’elle), mais très peu de la 1re personne. Du même coup, elle emploie le suffixe qui exprime en arabe le pronom personnel à la 3e personne (parfois à la 2e), au lieu de celui de la 1re, pour parler par exemple de son mari, ou de ses enfants : elle dira zawjik (ton mari), pour parler de son mari, et bentik (ta fille) pour parler de sa fille.

Quelques exemples permettront d’illustrer ces mécanismes :

Pour dire qu’elle aime quelque chose, elle dira « tu aimes », au lieu de « j’aime ». Pour exprimer qu’elle se réveille à telle heure, elle dira « réveille » à la forme impérative causale (qu’elle entend quand on lui dit de réveiller l’enfant), au lieu de la forme simple pronominale, je me réveille. Pour parler d’elle-même, elle pourra se contenter d’ajouter un pronom personnel : « bentik », qui signifie ta fille, prend le sens de « ma fille » par ajout du pronom ana (je) : « je n’ai pas de fille », devient « mu ana bentik », littéralement : « moi, ta fille, ne pas » (mu marquant la négation). La forme interrogative (entendue dans une question qui lui est posée) sera reprise telle quelle pour une affirmation : « tu veux qu’on le mette à la banque ? » devra être compris dans le sens de « je vais mettre de l’argent à la banque », etc.

Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah
Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah

L’ouvrage fourmille d’exemples, qui mettent en lumière des combinaisons parfois fort complexes, ou interfèrent à la fois des mécanismes strictement linguistiques, dus à l’influence de la langue d’origine (langue substrat, le cinghalais) sur la langue cible (le libanais), ou à l’interaction des deux systèmes linguistiques, et des mécanismes sociolinguistiques, résultant de la relation inégale, et des formes langagières dominantes dans cette relation, qui pourraient sembler incompréhensibles, mais sont pourtant claires pour les interlocutrices concernées, patronne et employée.

Certains traits ainsi clairement imputables à des interférences du cinghalais, d’autres, plus universels, sont l’effet du processus de simplification en situation de pidginisation, d’autres enfin, proviennent du parler arabe : l’arabe dicte les innovations acceptables. Le pidgin se fixe lorsque « Madame » cesse de corriger la Sri lankaise, participant ainsi à cristallisation des formes de ce nouveau code.

L’auteur a mené son enquête au Liban et au Sri Lanka, où elle a retrouvé des femmes qui y avaient travaillé puis étaient rentrées dans leur pays. Mais elle en a aussi rencontré d’autres qui avaient travaillé dans d’autres pays arabes, principalement de la péninsule arabique (Koweit, Arabie ou Émirats du Golfe) : toutes parlent la même langue, le même pidgin, à quelques variantes minimes près, qui concernent surtout le vocabulaire (l’usage de mots français au Liban par exemple). Mais la structure, les modalités de simplification ou de réduction, le « compromis linguistique » est le même, traduisant un rapport social fondamentalement identique, le rapport de soumission au fondement de cette « grammaire de la servitude ».

Élisabeth Longuenesse, Laboratoire Printemps

Fida Bizri, Pidgin madame: une grammaire de la servitude, Paris, Geuthner, 2010 (280 p.)

D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche…

Après deux mois silencieux, voici la fin du billet promis, centré sur une autre dimension pratique et peu explicitée de l’activité de recherche en sociologie : la fin de la recherche, la clôture du terrain… toujours provisoire, en réalité. Quelques manuels formulent bien quelques conseils à ce sujet – bien moins qu’en matière de commencement d’une recherche néanmoins – et ce dernier billet ne vise pas tant à donner des conseils qu’à raconter et réfléchir sur comment se termine toujours provisoirement une recherche. Et si j’insiste autant sur cette dimension provisoire, c’est bien parce que, comme on le verra, à l’image du sparadrap collé à un doigt, on ne se débarrasse pas comme cela d’un sujet, d’un terrain, d’une question, surtout si la recherche a fait l’objet d’une publication.

Mais revenons à la CFE-CGC pour aborder, finalement, trois questions entremêlées mais que je vais distinguer : celle de la restitution de la recherche d’une part – surprenante dans notre cas, on va le voir – ; celle de l’instrumentalisation dont elle peut faire l’objet et du jeu qui peut s’instaurer entre les chercheurs et les commanditaires ou les sujets et personnes rencontrés sur le terrain d’enquête, ensuite ; celle de valorisation de la recherche enfin, et du souhait d’en diffuser les résultats, sinon d’en faire un objet de débat. Ces trois dimensions permettent en effet d’expliquer pourquoi, à mes yeux, la clôture est toujours provisoire et on ne termine jamais complètement une recherche.

Restituer la recherche : un horizon déçu

La restitution de notre recherche – indissociablement liée au fait qu’il s’agit d’une recherche sur contrat, avec un commanditaire qui finance et attend donc un retour – était prévue dès le départ et a toujours été l’esprit de ce que nous écrivions. Non pas que cet horizon ait limité l’écriture mais il s’agissait aussi, dans le rapport que nous avons remis, de développer des éléments qui allaient, selon nous, intéresser nos commanditaires. Cette préoccupation, présente dès la conception du questionnaire, a conduit par exemple à tout un développement sur les structures organisationnelles du syndicat et l’articulation entre niveaux territoriaux, professionnels, confédéraux. Nous n’aurions sans doute pas détaillé autant cette partie dans notre rapport si nous n’avions pas en tête que nous écrivions pour un commanditaire d’abord, des pairs ensuite, voire des militants syndicaux ou le grand public – car assez vite a émergé l’idée que nous pourrions faire de ce rapport un ouvrage. Cette dimension – anticiper pour qui on écrit – est en réalité toujours présente dans le travail de présentation d’une recherche. L’anticipation d’une restitution orale et écrite à un commanditaire rend plus saillante cette dimension, permettant peut-être paradoxalement davantage de réflexivité sur la manière dont on écrit, ce qu’on dit et ne dit pas dans un tel rapport. Nos réunions avec les commanditaires, qui ont constitué un matériau à part entière comme on l’a dit dans le billet précédent, n’ont ainsi pas été exploitées directement dans le rapport. Mais si nous avons fait attention à comment nous formulions les choses (et l’écriture à huit mains est ici précieuse), il ne me semble pas que nous nous soyons spécialement censurés, pas plus ni moins, en tout cas, que dans d’autres études que j’ai pu réaliser et qui impliquaient également des restitutions (auprès de la DARES ou de l’ANPE notamment).

Travail & Emploi, n° 128, 2011.
Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Cette anticipation a, en outre, toutes les chances d’être déçue : les lecteurs du rapport ne relèvent pas forcément des choses, ou pas celles attendues par les auteurs. De manière générale, un grand respect pour les écrits du chercheur se manifeste : son extériorité face aux enjeux de l’organisation étudiée ou à la nature des interactions auxquelles il assiste, ou l’idée qu’il n’est là qu’un temps permettent sans doute d’accepter plus facilement d’entendre (ou de lire) certaines choses du côté des commanditaires. Dans le cas de la recherche sur la CFE-CGC, la réception a été une grande déception. Nous n’avons en effet eu aucun retour, ni écrit, ni oral sur notre rapport. Une restitution orale était pourtant bien prévue et qui plus est au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) en juin 2012. Le rapport (sans doute plutôt son résumé) avait été envoyé à tous et nous étions attendus pour exposer en une vingtaine de minutes les principaux résultats de l’étude, une trentaine de minutes d’échanges étant prévues ensuite. Or cette réunion ne s’est pas déroulée comme l’avaient prévu ses organisateurs. Les membres du comité confédéral ont en effet bousculé l’ordre du jour, exigeant que soient traités et débattus d’autres points, remettant en cause certaines décisions prises par… nos commanditaires. Après 1 h 30 d’attente, notre interlocutrice, désolée, a convenu qu’elle ne réussirait pas nous « faire passer » avant un temps indéterminé mais potentiellement long ; nous sommes donc partis, pensant qu’une autre occasion, même en plus petit comité, se présenterait plus tard. Car jusqu’ici, et malgré l’envoi du rapport sept mois plus tôt, aucun retour ne nous avait été fait, interlocuteurs à la confédération compris. Et il n’en a rien été jusqu’au congrès de Saint-Malo en avril dernier, bien qu’un article dans une revue scientifique (mais qu’on imagine lue par un certain nombre de syndicalistes puisqu’il s’agit de la revue de la DARES, Travail et Emploi) soit sorti en juillet 2012, quelques jours après cette restitution ratée. Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » l’article appelait a priori des réactions… qui ne sont jamais venues.

Les usages de la recherche

C’est donc un « non-usage » de notre étude, par ses propres commanditaires, que nous avons en quelque sorte constaté. Cette situation n’est pas si exceptionnelle : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique, pertinent, intéressant peut-être, ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert et violent entre la numéro 2 (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes ouverts est sans doute cette réunion du comité confédéral de juin 2012, explique manifestement cette absence de retour de nos commanditaires, passés à d’autres dossiers plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques informations « chocs » présentées lors du rapport intermédiaire (comme les moyennes d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, ou encore l’objectivation d’une césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel »)… qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

Mesures et démesures du travail, 2012.
Mesures et démesures du travail, 2012.

Cet échec/absence de retour a toutefois facilité la transformation du rapport en ouvrage. Recontactant un éditeur avec qui j’avais travaillé l’année précédente, nous proposons dès le printemps 2012 un synopsis et un projet d’ouvrage, rapidement accepté[1]. Publier un ouvrage tiré de ce rapport résultait d’une triple volonté : il s’agissait d’abord de valoriser cette recherche en n’en restant pas à un article ou à une communication dans un ou deux colloques (au congrès de l’AFS à Grenoble en juillet 2011 et aux Journées internationales de sociologie du travail à Bruxelles en janvier 2012, où nous avions présenté une réflexion sur les processus et les effets de la mesure de la représentativité pour ce syndicat[2]).

Nous étant plus investis que nous ne l’avions imaginé (plus d’entretiens, de temps et de pages que prévu), il nous paraissait possible – et sans trop de difficultés – de transformer le rapport en ouvrage. Deuxièmement, ayant confirmé l’absence d’ouvrages de référence sur cette organisation syndicale, nous pensions pouvoir, justement, écrire un tel ouvrage de référence, ce qui garantissait en quelque sorte un lectorat minimum, à la fois scientifique et militant. Enfin, sachant que le prochain congrès de la CFE-CGC aurait lieu en avril 2013 à Saint Malo,  publier cet ouvrage juste avant ce futur congrès était une occasion de mettre en débat nos hypothèses, de poursuivre la restitution imaginée et, au vu des événements, de finalement contourner cette restitution manquée. L’idée revenait en quelque sorte, inversant ce qu’il se passe d’habitude, à « forcer » les responsables et militants de ce syndicat à faire usage de cette recherche… En annonçant que l’équipe ou au moins deux de ses membres se rendrait au congrès de Saint Malo muni de l’ouvrage — si ce dernier était imprimé à temps —, il s’agissait enfin de convaincre l’éditeur qu’un lectorat potentiel existait et que l’ouvrage allait se vendre – une question aujourd’hui prégnante dans l’édition en sciences sociales.

Le temps de l’écriture était donc contraint par une date impérative. Ce stimulant a été puissant, en particulier pour Arnaud qui s’est plongé dans la littérature historique et a produit une contextualisation historique riche et indispensable de la CGC, largement absente dans le rapport. Et à nouveau, la cohésion de l’équipe a fait merveille pour que nous réécrivions en bonne part le rapport en tenant (cette fois) les délais ! Négociant une place sur le stand de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), organisme de recherche « au service des organisations représentatives de travailleurs » présent à tous les congrès confédéraux des différentes organisations syndicales, je me rends ainsi au congrès de Saint-Malo avec Guillaume muni d’une trentaine d’exemplaires de l’ouvrage reçu une semaine avant, pour le diffuser et avoir, peut-être enfin, quelques retours sur notre recherche.

Valoriser et/ou instrumentaliser la recherche ? D’un congrès à l’autre…

Saint Malo : prêt et badgé.
Saint Malo : prêt et badgé.

La recherche s’est donc terminée par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral. Nous ne sommes cependant pas invités au congrès, mais je m’y suis invité avec Guillaume.

Un coup de fil à l’un de nos interlocuteurs, même non contactés depuis neuf mois et qui a en charge l’organisation matérielle du congrès, puis le relais du responsable de l’IRES en charge de son stand sur le lieu et le temps du colloque nous ont permis d’avoir un badge pour participer au congrès.

Centré sur « l’innovation », le congrès s’organise de la même manière qu’à Reims (voir billet 1), l’animateur venant cette fois de la télévision plutôt que de la radio, la salle étant plus encore décorée par un jeu de lumières et le congrès s’ouvrant cette fois sur une « prouesse technologique ».

Une plénière bien animée.
Une plénière bien animée.

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, j’en ai envoyé quatre exemplaires aux membres de la confédération avec qui nous avons échangé pendant la recherche (dont la numéro 2, candidate en 2013 pour la présidence de la confédération). J’en ai aussi envoyé un exemplaire au toujours président, en conflit violent avec sa numéro 2… espérant et redoutant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage.

Car l’horizon du congrès se déroule dans un climat autrement plus conflictuel qu’en 2010. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté depuis quelques mois. Pris de court par l’annonce de la candidature de sa numéro 2, Bernard Van Craeynest renonce à se représenter mais indique publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite donc en partie. Mais ce conflit dépasse une querelle de personnes : l’analyse des candidatures (elles se font par listes de trois personnes : président, secrétaire général, trésorier, puis un ensemble de candidatures de secrétaires confédéraux se présentent, soutenant et soutenu par telle ou telle liste) valide en effet notre constat et la thèse exposée dans l’ouvrage d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le terme, le statut, le sens de « cadre » et d’« encadrant » se différencient, sinon s’opposent de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, industries électriques et gazières, fonctions publiques, etc. et de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.
Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Et alors que notre enquête met en évidence un attachement mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, soulignant combien aujourd’hui les cadres et encadrants sont avant tout des salariés comme les autres (même s’ils peuvent rester un peu différents des autres) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception du cadre et de l’encadrement qui les démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’exception catégorielle dont jouit la CFE-CGC.

De l'innovation partout.
De l’innovation partout.

Les résultats du congrès, avec l’élection de l’ancienne numéro 2 avec 59 % des voix, consacre la victoire d’un camp sur l’autre : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et pas juste réduite aux trois dirigeants) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques »… et plus les seuls ni même les cadres.

Ce contexte explique donc le souhait et la crainte entremêlés d’être instrumentalisé par l’une ou l’autre partie – notre ouvrage s’intitulant : « Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la fin d’une exception ? ». Il s’agit bien d’un souhait car l’instrumentalisation est presque provoquée par l’envoi de l’ouvrage aux responsables « en guerre » ; et d’une crainte – mais elle est inhérente à toute diffusion et publication –, d’un usage non contrôlé ou partisan d’un ouvrage qui revendique une posture scientifique et neutre dans cet affrontement à la fois stratégique et identitaire.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.
Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

À nouveau, nous allons être surpris : car en effet, si, lors de la visite des stands, avant l’ouverture du congrès, nous croisons quelques visages connus – dont la candidate qui nous lâche ses constats quant au climat lourd qui entoure ce congrès et ses craintes concernant d’éventuels « dérapages », aucune réaction ne s’exprime à nouveau quant à notre ouvrage, aux constats et aux thèses qui y sont présentés et défendues.

La surprise vient après : pendant le discours d’ouverture du congrès par son président sur le départ, et dans une ambiance de défiance à son égard palpable dans la salle et les allées du congrès, Bernard Van Craeynest sort en effet un papier de sa poche au milieu de son discours et cite nos quatre noms, évoquant « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Et l’encore actuel président d’inciter les congressistes à aller lire « cette monographie sur notre propre organisation » et d’insister sur la nécessaire unité qui préside à sa destinée, avant d’aborder, dans une dernière partie de son discours, des sujets d’actualité où il fait résonner une voix revendicatrice plutôt inhabituelle dans sa bouche et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).
Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Enfin, nous tenons une réaction ! On ne pouvait rêver mieux ou presque comme publicité et nous filons à la pause au stand de l’IRES pour y évoquer l’ouvrage avec les militants, qui en ont maintenant entendu parler. Guillaume croise deux enquêtés et s’entretient avec eux et nous tentons d’expliquer, non sans mal, aux militants qu’ils ne peuvent acheter l’ouvrage en direct mais doivent remplir un bon de commande ou envoyer un chèque à l’éditeur.

 

 

 

 

 

Conclusion : une clôture provisoire ?

Le « succès » de notre présence à Saint-Malo – le fait qu’on parle de l’ouvrage, qu’il se diffuse auprès des militants – est cependant bien relatif. Sans grande surprise, le nombre d’ouvrages vendus (150 environ), deux mois après, n’atteste pas d’achats massifs par les 500 congressistes présents ni les milliers de militants de la CFE-CGC. Surtout, aucune réaction ne nous est parvenue depuis[3]. La mise en débat que nous proposions et incitions par nos constats concernant le clivage de l’organisation n’a pas vraiment pris, semble-t-il. Semble-t-il car, l’enquête étant close, nous n’avons plus de visibilité sur les usages éventuels de l’ouvrage, tant à la tête de l’organisation que dans les sections syndicales d’entreprise (ne serait-ce que dans celles qui ont participé à l’enquête).

La valorisation de la science en action.
La valorisation de la science en action.

La valorisation de la recherche et sa diffusion dans le milieu académique et dans celui, plus large, des observateurs des relations professionnelles et du syndicalisme, sont par contre plus réussies : au moment du congrès, nous sommes contactés pour en expliciter les enjeux et deux interviews paraissent dans l’Humanité Dimanche et sur le site économique de 20 minutes. Surtout, un journaliste du site spécialisé Miroir social me contacte lors et après le congrès pour faire une interview à propos du syndicalisme catégoriel et notamment de la CFE-CGC, donnant l’occasion d’une interview sur ce site, tandis que plusieurs chercheurs à qui nous avons envoyé l’ouvrage nous font des retours positifs. Nous présentons enfin, quelques semaines plus tard, certains résultats de cette recherche lors d’une journée d’étude organisée autour du syndicalisme catégoriel par le réseau thématique « sociologie des relations professionnelles » de l’AFS et le laboratoire PRINTEMPS.

Mais au-delà de ces questions de diffusion des résultats d’une étude et des discussions scientifiques qu’elle fait naître, c’est sur la dimension provisoire de la clôture de cette recherche – et sans doute de toute recherche – qu’on peut conclure. En effet, toutes ces occasions de diffusion et de valorisation (via notre présence sur un stand du congrès en avril, interviews ou communication) sont autant de moments où l’enquête peut se poursuivre : les réactions engendrées par l’ouvrage ou le fait d’en parler appartiennent à l’objet d’étude, autant que la manière dont se déroule le congrès de Saint-Malo ou ses résultats. Et il en est de même de la (non) réception du rapport initial ou de tous les usages dont ces productions scientifiques font l’objet par les acteurs. C’est pourquoi, en réalité, les fins de terrain ou de recherche sont toujours provisoires, comme j’ai pu le constater sur tous les autres terrains que j’ai analysés, de ma thèse (qui suscite encore, presque dix ans après, des invitations à parler du temps de travail) à toutes les autres recherches, ou presque, que j’ai pu mener, si, du moins, un travail de valorisation minimum était effectué. Mais c’est aussi l’attitude des chercheurs – en acceptant ou en refusant ces sollicitations, qu’elles viennent du monde académique ou d’ailleurs, si ces dernières portent bien sur l’objet de la recherche bien entendu – qui explique pourquoi (et comment) les recherches ne se terminent jamais vraiment…

 

 


[1] Il s’agit toutefois d’un second essai car nous avons contacté un autre éditeur dans un premier temps qui nous a également rapidement répondu… qu’une étude sur les syndicats, cela ne se vendait pas !

[2] Le thème du colloque portait en effet sur « Mesures et démesures du travail ». Cette communication a d’ailleurs été sélectionnée par les organisateurs des JIST pour figurer dans un ouvrage en publiant une partie des actes, voir « Quand mesurer la représentativité interroge les pratiques et les identités syndicales. Les militants de la CFE-CGC face à la loi du 20 août 2008 », in M. Alaluf, P. Desmarez, M. Stroobants, Mesures et démesures du travail, Coll. Sociologie et anthropologie, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 143-157.

[3] Quelques exemplaires de l’ouvrage ont été envoyés à des enquêtés, lorsque nous nous étions engagés à le faire. Aucun ne nous a fait de retour non plus, mais les militants ou responsables l’ont peut-être gardé pour leurs vacances d’été !

D’un congrès à l’autre (2) : la cuisine d’une recherche, de l’idée aux ingrédients

Jérôme Pélisse, Printemps
Jérôme Pélisse, Printemps

Rester dans la « cuisine » de cette recherche (dont les premiers moments ont été exposés dans un précédent billet) implique de préciser les ingrédients : il a ainsi fallu travailler en équipe, gérer la relation avec un commanditaire inhabituel (j’avais déjà l’expérience de contrats de recherche mais uniquement avec des organismes publics) et construire un véritable objet de recherche, au-delà de la proposition initiale visant à renseigner qui étaient les participants au congrès de Reims.

Faire de la recherche en équipe

L’acceptation de principe des dirigeants de la confédération, dès la première réunion, et la facilité avec laquelle ils acceptèrent le projet, qui se manifesta notamment par la non-discussion du montant financier proposé pour mener l’étude (ayant eu l’expérience de contrats avec le Ministère du travail ou l’ANPE, j’avais pourtant prévu un budget plutôt large, pensant qu’il serait revu à la baisse…), m’incitèrent à véritablement étoffer l’équipe. Les deux collègues contactés nous ont alors rejoints, trouvant un intérêt scientifique et méthodologique à l’étude[1], mais aussi enthousiastes à l’idée de travailler dans un collectif soucieux de mettre à distance toute forme de préséance ou de hiérarchie liée au statut ou à l’expérience. C’est donc à quatre que nous nous rendîmes au 34e congrès de la CFE-CGC à Reims en février 2010, puis que nous menâmes l’étude. Celle-ci fut réellement collective et l’une des conditions de réussite de ce travail collectif fut, sans doute, le fait que la recherche n’était à la fois ni centrale pour l’un de nous, ni trop périphérique pour que l’un ou l’autre travaille moins que le reste du groupe. Ainsi, plusieurs entretiens ou observations furent menés à deux (les paires n’étant pas toujours les mêmes) ; une dizaine de réunions de travail en 2010 nous permirent d’échanger sur nos terrains, d’exploiter collectivement les données quantitatives, d’ajuster nos questionnements ; l’installation d’un dossier informatique partagé permit de collectiviser nos découvertes bibliographiques, les entretiens ou notes d’observation retranscrits, puis de rédiger à huit mains les documents intermédiaires et le rapport final remis au commanditaire finalement plus de 18 mois (et pas un an) plus tard. C’est aussi que nous avions plaisir à travailler ensemble, à nous retrouver et à apprendre des manières de faire de la recherche des uns et des autres. Cette forme d’émulation collective repose d’ailleurs fondamentalement sur le partage d’une conscience professionnelle et d’une définition du métier de chercheur (dont les impératifs en termes de calendrier), lié, sans doute, à une socialisation professionnelle commune. A l’exception du collègue chargé d’étude (mais avec qui j’avais déjà travaillé), nous avons en effet tous trois été scolarisés dans le même département de sciences sociales à l’École normale supérieure de Cachan, même si nous ne l’étions pas les mêmes années.

Elodie Béthoux, ENS Cachan
Elodie Béthoux, ENS Cachan 

Établir une relation avec un commanditaire

L’absence de hiérarchie pratique n’a pas empêché des prises de rôle différentes. Contacté par la confédération et à l’initiative de la proposition de recherche, je me suis chargé du suivi de la convention et de ses aspects financiers et administratifs et j’ai assuré une « forme de direction » de l’étude, aux yeux du commanditaire notamment. J’en ai donc été l’interlocuteur principal, même si nous avons tous participé à plusieurs réunions, en amont du congrès puis pour faire le point, solliciter la confédération pour nous aider à ouvrir un terrain ou rendre compte de nos avancées et difficultés. Contrairement à ce à quoi je m’étais préparé, ces réunions n’ont pas été très différentes de celles que j’avais pu avoir avec des commanditaires publics. Notre légitimité scientifique a fondé un respect qui s’est apparenté à une totale liberté dans nos choix – car il nous a fallu faire des choix : élaborer un questionnaire (et aborder par là des rapports aux valeurs ou à la politique) puis décider d’enquêter dans telle ou telle fédération, union régionale ou départementale. Si nous n’avons, bien entendu, jamais communiqué les noms des militants que nous avons rencontrés en entretien, nous avons demandé au commanditaire de réagir à notre projet de questionnaire, d’où rien n’a été retiré mais où des ajouts nous ont été demandés, parfois sans grande illusion de notre part sur la portée ou l’intérêt de telle ou telle question[2]. Nos demandes d’aide pour nous rendre sur tel ou tel terrain (en nous communiquant les noms des responsables et un moyen de les contacter facilement) n’ont également posé aucune difficulté. Et si, au milieu de l’étude, il nous a bien été suggéré de nous rendre dans telle fédération, au motif  que « ce serait intéressant », cela rencontrait alors nos propres souhaits de rencontrer ces responsables, dans l’objectif de faire varier les univers professionnels (privé et public, industriel et de service, où la CFE-CGC était bien implantée ou au contraire beaucoup moins, etc.). Au final, et contrairement à ce que nous pouvions craindre – à savoir une forme d’instrumentalisation de notre étude –, nous avons bénéficié d’une totale autonomie, laquelle s’est confirmée encore lorsque nous avons sollicité et obtenu très facilement un délai supplémentaire, à la fois parce que nous étions pris par l’enquête (et que nous avions réalisé environ le double d’entretiens prévus initialement) mais aussi parce que, travaillant sur d’autres recherches en même temps, nous n’y consacrions pas la durée continue et nécessaire pour la finaliser dans les temps.

Arnaud Mias, Université de Rouen
Arnaud Mias, Université de Rouen 

Construire un objet d’étude

De ces différents ingrédients (une équipe, un commanditaire, un budget, du temps, etc.), il manque le principal pour lancer la recette : un objet de recherche. L’idée initiale était en effet fort vague même s’il s’agissait d’une première pierre importante : proposer une sociographie des militants participants au congrès de Reims (un millier était annoncé par le commanditaire), pour décrire qui ils étaient, quelles opinions ils avaient du syndicalisme, de leur organisation, de leur rôle et fonction dans le système des relations professionnelles français. La démarche sociographique, considérée souvent comme peu intéressante car avant tout descriptive, donnant peu matières à théorisations, constitue en effet souvent la première brique de toute recherche comme je l’avais déjà expérimenté dans une recherche précédente[3]. Construire un objet de recherche nécessite cependant bien d’aller au-delà de cette seule visée sociographique, y compris auprès d’un commanditaire manifestement intéressé d’abord et avant tout par ces informations ; bref, il s’agissait de faire de la sociologie. De ce point de vue, nous avons construit l’objet en nous appuyant sur trois constats :

–          Le premier s’appuie sur l’absence de données et d’études sur la CFE-CGC, malgré l’existence du GDR Cadres  (http://gdr-cadres.cnrs.fr/) et de recherches sur l’engagement syndical des cadres[4], et alors même que des études sociographiques[5] sur les militants des organisations syndicales connaissent un certain renouveau (thèse sur FO soutenue en 2008[6], ouvrage sur la CGT en 2009[7], études alors en cours sur/pour Solidaires[8] et la CFDT[9]). Cette absence constituait aussi une piste intéressante, ouvrant une sous-question sur ses raisons et sur les relations qu’entretenait cette organisation avec les intellectuels et le milieu académique : elle a nourri une analyse réflexive de nos rapports avec ce commanditaire, nous amenant par exemple à prendre nos réunions elles-mêmes pour objet d’étude.

–          En deuxième lieu, les sociologues ont largement mis en évidence, depuis une quinzaine d’années, les profondes transformations du groupe des cadres et de l’encadrement, population que syndique la CFE-CGC et qu’elle prétend représenter : hétérogénéité croissante de ce groupe, nouvelles formes d’organisation et transformations des conditions de travail (montée du stress, organisation du temps de travail, développement de formes individualisées de rémunération, etc.), problématique de la fin d’une figure ou même d’une catégorie, via les thématiques de son éclatement, de sa moyennisation ou de son incorporation à une vaste identité salariée où l’identité cadre serait banalisée, etc.[10] Étudier les responsables et les structures de l’organisation syndicale catégorielle qui tentent de les représenter permettait simultanément de bénéficier de ses travaux et de les compléter, en développant un point de vue encore non adopté par les chercheurs. La question ici était celle de la singularité (ou non) de cette organisation, des formes d’engagement qu’elle suscite, des pratiques qu’elle encourage et qui s’y développe, de l’identité collective qu’elle offre et qu’elle constitue par ses prises de positions, les valeurs qu’elle défend, les accords qu’elle signe ou les conflits qu’elle mène (ou ne mène pas).

G.D.
Guillaume Desage

–          Enfin, un troisième constat s’appuyait sur le contexte institutionnel en pleine évolution que connaissait le syndicalisme français depuis la signature d’un accord (en janvier 2008) puis l’adoption d’une loi sur la représentativité syndicale (en août 2008). Les règles du jeu venaient en effet de changer deux ans avant notre étude, la loi s’appliquant progressivement et devant aboutir à une première étape en mars 2013, ce qui rendait d’autant plus intéressant d’étudier l’organisation maintenant (i. e. en 2010), à la fois pour ses dirigeants et pour les chercheurs. L’incertitude était grande en effet quant aux effets de cette loi pour plusieurs organisations, dont la CFE-CGC, et ce y compris en termes de survie à moyen terme. Car si la CFE-CGC avait obtenu en 2008 une exception catégorielle qui lui garantissait d’être toujours considérée comme représentative (la « représentativité » lui permettant alors de pouvoir signer des accords et d’avoir des moyens en heures de délégation syndicale notamment), cette exception était attaquée par d’autres organisations syndicales[11] et la plaçait dans une situation qui faisait de la référence à la seule catégorie cadre et encadrement, « un parapluie susceptible de devenir guillotine »[12]. Bref, les transformations du contexte institutionnel rendaient particulièrement intéressant d’étudier non seulement qui étaient les responsables de cette organisation soumise à une forte incertitude sur son avenir, mais aussi quelles étaient leurs opinions et leurs options stratégiques dans ce contexte, vis-à-vis des autres syndicats, des cadres et des salariés qu’ils imaginaient pouvoir enrôler pour développer (ou contribuer à la survie de) leur organisation.

Sans développer davantage un objet dont de multiples fils pouvaient ensuite être tirés, non sans résonance avec les travaux menés au Laboratoire Printemps par d’autres chercheurs (sociologie des organisations et des relations professionnelles ; des carrières, de l’engagement et du travail militant ; d’un groupe social et de ses catégorisations, représentations, transformations ; etc.), on découvre là ce qui a guidé la construction du questionnaire et les choix que nous avons opérés ensuite pour rencontrer tel militant ou telle organisation, munis des premiers résultats tirés de nos observations et des réponses que plus de 300 militants (sur environ 450 présents) avaient formulé dans notre questionnaire distribué lors du congrès.

 Jérôme Pélisse

 


[1] Notamment le fait d’articuler données quantitatives et entretiens biographiques, voire observations, lors du congrès ou de réunions et le fait de travailler sur une organisation très peu étudiée. Ces deux collègues étaient membres de l’IDHE, comme moi à l’époque, même si, trois mois plus tard, obtenant une mutation, je le quittais pour intégrer le Laboratoire Printemps.

[2] Par exemple dans la question 50 (voir le questionnaire à la fin du billet) sur les deux raisons principales justifiant la signification « tout à fait » « plutôt », « pas vraiment » ou « pas du tout » du statut « cadre » pour les répondants (par exemple : « c’est la condition pour avoir un meilleur salaire » ou « c’est l’assurance d’avoir une meilleure retraite complémentaire » ou, à l’inverse « on peut être dans une entreprise internationale et ce statut peut ne pas avoir de sens pour des collègues étrangers »). Non seulement en effet, les modalités étaient beaucoup trop précises à notre goût – impliquant une forte chance d’imposition de sens quant à ce que signifiait le statut cadre pour les répondants -, mais leur nombre élevé (7 modalités par sous-question) et la diversité des significations auxquelles elles renvoyaient, rendaient forcément leur agrégation problématique, et le traitement statistique de la question très probablement décevant. Il était cependant intéressant de relever les manières dont nos interlocuteurs intervenaient sur le questionnaire et, tout questionnaire résultant d’un compromis, nous avons laissé cette question… sans l’exploiter in fine, même en simple tri à plat. Plus généralement, nous cherchions à caractériser des pratiques et pas seulement à recueillir des opinions, comme le souhaitaient prioritairement les responsables de la confédération.

[3] J’ai en effet procédé de la même manière à propos des experts judiciaires dans le cadre d’une étude menée pour la Mission de recherche droit et justice entre 2008 et 2010 (étude sociographique par questionnaire pour connaître une population, puis entretiens et analyses d’une activité, de ses contraintes institutionnelles et, en l’occurrence, de sa professionnalisation problématique). Voir J. Pélisse (dir.), C. Protais, K. Larchet et E. Charrier, Des chiffres, des maux et des lettres. Une sociologie de l’expertise de justice, Coll. Recherche, Armand Colin, 2012.

[4] Voir notamment S. Pochic et C. Guillaume, « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l’exemple de la CFDT », Revue Française de Science Politique, vol. 59, n°3, 2009 ; M. Bensoussan, L’engagement des cadres, L’Harmattan, 2010 ou C. Delmas, « Un usage militant de l’expertise. Les organisations de cadres face à la souffrance au travail», in Yann Bérard, Renaud Crespin, Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Presses universitaires de Rennes, 2010.

[5] Certaines d’entre elles reposent d’ailleurs sur une méthodologie similaire (distribution de questionnaires lors de congrès syndicaux) et constituent des points de comparaison possibles.

[6] K. Yon, Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », thèse de sciences politiques, Université Paris 1, novembre 2008.

[7] F. Piotet (dir.), La CGT et la recomposition syndicale, PUF, 2009.

[8] S. Béroud, JM Denis, G. Desage, M. Thibaut, L’Union syndicale Solidaires. Une organisation au miroir de ses militants : profils, pratiques, valeurs, rapport de recherche Triangle-Solidaire, février 2011.

[9] M. Barthélemy, C. Dargent, G. Groux, H. Rey, Le réformisme assumée de la CFDT, Presses de Science Po, 2012.

[10] Voir notamment P. Bouffartigue, Les cadres. La fin d’une figure sociale, La Dispute, 2001 ; P. Bouffartigue  (dir.), Cadres : la grande rupture, La Découverte, 2001 et, dix ans plus tard, C. Gadéa, P. Bouffartigue, S. Pochic, Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? Armand Colin, 2011.

[11] Et notamment FO et la CFTC, deux autres syndicats susceptibles de perdre leur représentativité (et donc à termes de disparaître). Un premier jugement défavorable pour la CFE-CGC avait ainsi été rendu à Brest en 2009, qui, bien qu’invalidé en appel, montrait une possibilité juridique sérieuse que soit remise en cause l’exception catégorielle dont bénéficiait seule la CFE-CGC.

[12] Petite auto-citation d’une formule trouvée pour un article que nous avons écrit à l’issue de cette recherche, voir « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles », Travail et Emploi n°128, 2012.

La découverte du travail photographique de Guy Hersant

GH2_EOGN Melun (640x320)
ECOLE DES OFFICIERS DE LA GENDARMERIE NATIONALE. Elèves Officiers au Centre de documentation. Melun. Hiver 2011. © Guy Hersant

Guy Hersant est un photographe dont la déjà longue trajectoire artistique l’a récemment entrainé à réaliser une série sur le monde du travail. Cette série, intitulée « Pose travail » fait l’objet d’une exposition au musée départemental de la Seine et Marne, ainsi que d’un bel ouvrage publié aux éditions Snoeck. Pour la réaliser, G. Hersant a parcouru le département à la rencontre de ses travailleurs, afin de réaliser des portraits de groupe conçus comme des parenthèses dans les journées et sur les lieux de travail. Conjointement au travail photographique, une mission ethnologique basée sur des entretiens a été réalisée par Dominique Le Tirant et dont les textes figurent dans le livre, en regard des photos. Chercheur au laboratoire Printemps, Morgan Jouvenet a aussi écrit un texte pour ce catalogue. Il revient dans cet entretien sur la découverte de ce travail photographique.

 

Comment as-tu été amené à écrire un texte pour le catalogue de « Pose travail » ?

En fait j’ai rencontré Guy – ou plutôt ses photos – par hasard, au cours d’une promenade en famille, au Guilvinec. Il se trouve que j’ai grandi là-bas, dans cette petite commune du Finistère sud qui est surtout connue pour son port de pêche, et que j’y retourne régulièrement. En 2011 il y avait dans un espace attenant à la criée une exposition de ses photos réalisées sur – mais aussi avec – les élèves de l’école de pêche locale. C’est une école dont j’ai vu construire les nouveaux bâtiments tout près de chez moi à l’époque et donc que je connaissais très bien, sans pourtant avoir jamais eu l’occasion de voir ce qu’il s’y passait. Et par ailleurs de vieilles connaissances et des personnes de ma famille l’ont fréquentée. Sans parler de l’omniprésence de la culture du marin-pêcheur dans mon entourage proche. Donc la démarche du photographe sur cet univers qui m’est très familier, c’est le cas de le dire, m’a intéressé. En plus j’ai trouvé les photos très belles, aussi bien les portraits que les clichés réalisés sur les bateaux lors des sorties en mer. Dans l’exposition il n’y avait pas de catalogue, et quand je suis rentré à Paris j’ai essayé de mettre la main dessus via internet. J’ai fini par écrire directement au photographe, et Guy m’a répondu qu’il n’y avait rien de publié sur ce travail mais qu’il pouvait m’envoyer autre chose. Nous avons commencé par échanger des courriels et puis finalement on s’est rencontré, et c’est là qu’il m’a parlé de son travail en cours en Seine et Marne (et de son catalogue).

GH3_maraîcher de plein champ (640x320)
ENTREPRISE BEHURET. Ouvriers agricoles, saisonniers, chauffeur de poids lourds, salarié gérant. Récolte de feuille de chêne rouge. Chailly-en-Bière. Juillet 2011. © Guy Hersant

Il t’a montré les photos qu’il prenait pour ce projet ?

Oui, il apportait des impressions A4 des photos réalisées récemment et on discutait de ses choix, et plus généralement de la manière dont il conduisait son projet. J’ai trouvé les photos très bien, même mal imprimées, et puis c’était assez passionnant de voir comment il s’y prenait pour imposer ses idées esthétiques dans un contexte pas très évident, au fil d’un parcours qui le menait au contact de personnalités et dans des lieux très différents. Le décalage entre la cohérence de sa démarche, sa concentration sur une ligne artistique, et l’environnement dans lequel il cherchait à la déployer m’intriguait. Il faut aussi dire qu’entretemps je me suis intéressé à l’ensemble de l’œuvre de Guy, et j’y ai retrouvé des choses que j’aime beaucoup dans la photo contemporaine, notamment les qualités de l’« objectivité » attachée à l’école de Düsseldorf, dans la suite des séries des Becher, etc. Guy n’a jamais trop fréquenté le circuit des galeries, mais je trouve qu’au long de sa carrière il a réalisé des séries qu’on peut tout à fait rapprocher de certains courants ou certains auteurs désormais bien connus dans l’histoire de la photo (comme T. Struth par exemple). 

C’est ce que tu dis dans le texte du catalogue ?

Oui, je le mentionne. Mais il s’agissait aussi de relever l’originalité de la série, en particulier par rapport à l’histoire de la photo de travail. Il y a bien sûr eu des études fouillées sur la question, et donc j’ai essayé de situer le projet de Guy par rapport à ce corpus. L’idée était même de montrer leurs qualités en regard du savoir sociologique sur le travail. Vaste programme !

GH4_ONF forestiers
ONF, agence de Fontainebleau, unité territoriale. Equipe de martelage : marteleurs, marteleur responsable de la coupe, marteleuse-directrice de martelage, pointeur. Martelage de coupe d’amélioration. Forêt de Fontainebleau. Hiver 2011. © Guy Hersant

Plus sérieusement, j’ai essayé de mettre en valeur le pouvoir de « mise en intrigue » de l’ordinaire du travail dans cette série. De mon point de vue, elle offre de très belles images de l’équilibre entre le groupe et l’individu à l’œuvre dans les collectifs de travail. Et je trouve que les qualités de Pose travail reposent aussi sur ce que les photos laissent percevoir du hors-cadre : Guy a trouvé une façon de suggérer, dans ces images, le rapport de continuité et de rupture que  le « moment de la pose » entretient avec le flux de l’activité – celles des travailleurs à l’image, mais aussi la sienne. La dramaturgie de la démarche artistique, telle qu’elle peut se déployer dans de tels environnements, est visible à l’œil nu, et j’ai aussi été sensible à ça – peut-être une déformation professionnelle ! Ses photos – certaines sont magnifiques – exploitent en tout cas au mieux ce temps de la pose, comme une espèce de parenthèse ouverte dans les routines du quotidien : ce sont des images d’une certaine relâche, d’un moment de suspension des tensions et attentions, qui éclate ou réaligne le groupe. Guy revient d’ailleurs sur les aléas du dispositif de création de cette série dans son propre texte du catalogue de Pose travail, et on voit comment il a composé avec, suivant les règles qu’il s’était fixé.

GH5_SNECMA (640x320)
SNECMA, site de Villaroche. Atelier de montage. Monteurs. Réau. Hiver 2011. © Guy Hersant

Parce qu’il suit des règles ?

Oui, il y a une part d’improvisation, forcément, mais comme je l’ai dit, il y a aussi une ligne esthétique qui nécessite l’invention de quelques règles. Et celles que Guy a choisies l’empêchent, heureusement à mon sens, de faire dans le pittoresque ou le folklorique – ce qui était sans doute un risque important sur ce type de terrain. Au contraire, les photos renvoient une image très équilibrée du travail, et l’impression qui se dégage est celle d’une esthétique très tempérée. Je le dis aussi dans le texte, elles m’ont d’ailleurs fait penser au livre de Becker sur les diverses manières de construire des représentations du monde social [Becker H., 2007, Telling About Society, Chicago & London, The University of Chicago Press], dans le sens où en les voyant les similitudes que Becker relève entre certains travaux photographiques et certains instruments scientifiques, comme les tableaux ou les diagrammes, paraissent très justes. C’est une façon de dire que la série Pose travail a aussi l’aura d’un « espace conceptuel », pour reprendre les termes de Becker, parce qu’elle invite à se livrer à un jeu des rapprochements et des distinctions qui assure ou bouscule les catégories de perception ordinaires. Pour le dire autrement, on y repère des « airs de famille » qui sont au principe de la mise en ordre d’un monde – le monde du travail contemporain ici. C’est aussi pour cela que, comme pour les photos de W. Evans, par exemple, que Becker commente, voir l’ensemble des images influence notre compréhension de chacune d’entre elle. Il ne faut donc pas se contenter de celles qui sont présentées sur ce carnet, mais aller voir l’exposition ou se procurer son catalogue !

 

Exposition « Pose Travail », au musée de la Seine-et-Marne, du 23 mars – 29 décembre 2013. Renseignements pratiques sur le site : http://www.musee-seine-et-marne.fr/agenda/events/384

Catalogue : Baron Evelyne (dir.), Pose Travail, Genk, Éditions Snoeck.

Voir aussi le site internet de Guy Hersant : http://www.guy-hersant.com/