Archives par mot-clé : Théorie sociologique

La sociologie de Robert K. Merton

Robert K. Merton (1910-2003) est un auteur désormais « classique » de la sociologie du 20e siècle. Arnaud Saint-Martin, chercheur au laboratoire Printemps, lui consacre un ouvrage de synthèse, à paraître début mai 2013. Dans cet entretien, il en présente les grandes lignes et précise la façon dont il envisage cette sociologie.

Robert K. Merton (American Sociological Association)
Robert K. Merton (American Sociological Association)

 

Tu publies ces jours-ci un ouvrage portant sur la sociologie de Robert K. Merton. Peux-tu, en quelques mots, donner un aperçu de cette œuvre finalement assez peu connue dans sa globalité ?

L’objectif de ce « Repères » est en effet de présenter la sociologie de Merton dans son ensemble. Comme je ne voulais pas rédiger un exposé linéaire et prévisible du type « Un sociologue, sa vie, son œuvre », j’ai tenté de reconstituer les moments de formation d’un programme sociologique. J’ai suivi un plan chrono-thématique, sans rien cacher des éventuelles bifurcations, des développements contrariés, mais aussi des cohérences souterraines. Pour donner une idée du contenu, je commence par situer la biographie de Merton, et je le fais en partant d’une esquisse d’autobiographie qu’il a publiée en 1994, à l’âge de 84 ans. Le récit de Merton a ceci d’intéressant qu’il révèle la façon dont il s’imagine comme sociologue américain ; il décrit les étapes de sa vie savante en utilisant ses propres concepts (structure d’opportunité, sérendipité…). Il met en avant et surtout en œuvre une forme de réflexivité — thème structurant de sa sociologie — et un style de recherche très original, que je m’applique à caractériser. Après ce chapitre, j’expose la sociologie de la science qu’il a contribué à fonder, puis sa conception du travail sociologique (le célèbre concept de la « théorie de moyenne portée », la sociologie de la connaissance, etc.), et enfin, dans un ultime chapitre, j’introduis sa « machinerie théorique », en particulier l’analyse structurelle et fonctionnelle.

"La sociologie de Robert K. Merton", de Arnaud Saint-Martin, Paris, La Découverte, coll. "Repères", 2013, 10 euros.
« La sociologie de Robert K. Merton », d’Arnaud Saint-Martin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013, 125 pages, 10 euros.

Plutôt que de commencer par « la » théorie puis de montrer comment elle est appliquée dans différents domaines d’intérêt pour Merton (science, professions, bureaucratie, connaissance, déviance, etc.), ou bien encore de juxtaposer ces divers thèmes sans les lier, je me suis donc efforcé de montrer comment l’auteur fait émerger peu à peu un programme de recherche relativement consistant et cohérent. Plus largement, je souligne comment ces recherches expriment un mode de penser sociologiquement la réalité sociale, ce qui pose d’ailleurs des problèmes épineux d’exégèse. J’insiste sur l’expérience fondatrice que constitue pour lui la réalisation de sa thèse de doctorat, soutenue en 1935 à Harvard ; intitulée « Aspects sociologiques du développement scientifique dans l’Angleterre du 17e siècle » (sujet très exotique pour la sociologie !), elle recèle des intuitions fondamentales sur l’analyse des processus et mécanismes régissant la vie sociale. Par exemple, on peut mentionner son analyse des conséquences non anticipées de l’action finalisée, qu’il n’aura de cesse d’approfondir et de remanier durant sa longue carrière. En procédant ainsi, c’est-à-dire en posant les ingrédients d’une « théorie sociale » toujours retravaillée, il me semble que l’on en perçoit la dynamique de formation, depuis ses premières investigations à Harvard dans les années 1930 jusqu’à son magistère à Columbia, entre 1940 et le début des années 1980.

Comment en es-tu venu à Merton ?

Je l’ai d’abord étudié en cours, dès la licence, comme tout le monde. Ensuite, j’ai approfondi sa sociologie des sciences, qui est de toute façon incontournable pour qui veut se spécialiser dans ce domaine (ce qui est à mon cas). Et puis, de simple ressource « froide » à potasser pour les examens, la sociologie de Merton a commencé à m’intéresser, à m’intriguer ; j’ai progressivement étudié tous les aspects de son œuvre, et plus seulement la sociologie des sciences ou la théorie sociologique, et en fin de compte j’ai eu l’idée de proposer cette introduction. Naturellement, cela supposait de court-circuiter quelques stéréotypes qui collent à cette sociologie, en premier lieu le fait qu’elle est paresseusement associée au « fonctionnalisme », ce qui ne la rend pas très attractive… En soulignant l’importance de publications aussi singulières qu’On the Shoulders of Giants (1965), qui retrace sous la forme d’une longue lettre de 300 pages l’histoire des usages de la formule « Si j’ai vu plus loin que les autres, c’est en me tenant sur les épaules des géants », on découvre un Merton historien des idées, un savant érudit, ironique et facétieux… bien loin de l’image de l’austère théoricien de l’analyse fonctionnelle.

Merton est reconnu comme le fondateur de la sociologie de la science, il a conçu un « paradigme » de la sociologie de la connaissance, « codifié » l’analyse fonctionnelle, etc. Comment as-tu résisté à ne pas en faire LE-précurseur-de-tout ?!

Pour ce qui concerne la sociologie de la science, il est indiscutable qu’il en a profondément influencé le développement dans les années 1950, en définissant des axes de recherche et des concepts-clés (ethos de la science, système de récompense, etc.) alors qu’elle était très peu visible et pratiquée. Dans plusieurs autres domaines, il a également joué un rôle important ; je pense, par exemple, à la réflexion sur les méthodes, à la théorie sociologique, à la sociologie de la connaissance. Dans le troisième chapitre, consacré à la conception mertonienne du travail sociologique, je mets en lumière la façon dont il « codifie » ces fronts de recherche, à l’aide notamment de « paradigmes », compris ici comme un cadre d’analyse compact pour examiner tel ou tel objet digne de considération sociologique. Cette pratique de la codification montre un Merton qui entend peser sur l’avancement de la discipline, en d’autres termes un sociologue qui n’attend pas que les manuels ou la postérité l’envisagent comme « fondateur » ou « classique » de la sociologie. Donc, ma stratégie a été d’exposer comment un auteur se fonde à penser et fait tout pour convaincre qu’il est en effet le fondateur qu’il a fini par devenir. À mon sens, ce léger pas de côté prévient le risque de canonisation, qui guette l’histoire des sciences humaines et sociales.

On a comme l’impression à la lecture de l’ouvrage que c’est une sociologie inachevée, peut-être même une œuvre de l’inachèvement qui progresse partout sans jamais s’interrompre…

Parmi les commentateurs de Merton, il n’y a pas de consensus net sur la présence ou pas d’une « théorie sociale » achevée soudant l’ensemble de l’œuvre. Quand bien même des idées fondamentales traversent sa sociologie, Merton a résisté à leur donner un tour systématique pour des raisons épistémologiques profondes. Car en effet, il se méfiait de l’esprit de système, si présent dans les sciences sociales à l’époque où il commençait de réfléchir sur le statut de la théorie, vers les années 1940. Il n’a pas produit de grande-théorie-qui-explique-tout à la Parsons, son mentor à Harvard, mais a développé bien plutôt des théories à moyenne portée formées et testées sur des domaines précis, ou a approfondi l’étude d’un ensemble de mécanismes sociaux, au premier rang desquels la prophétie auto-réalisatrice. La force et peut-être le sel de cette sociologie est qu’elle n’est pas « complète » (au sens d’une complétude ou d’une auto-suffisance théorique) et qu’en même temps elle contient en germes des éléments qui, mis en cohérence, pourraient produire quelque-chose comme une « théorie sociale » unifiée ou générale. C’est en somme au lecteur de faire ce travail (s’il y est disposé !), et certains l’ont fait avec beaucoup de finesse, en particulier Arthur Stinchcombe et Piotr Sztompka.

Tu rappelles que la réception de Merton en France n’a pas toujours été favorable…

C’est une histoire compliquée. J’esquisse un récit des usages de la sociologie de Merton en France, qu’il faudrait approfondir à l’avenir. Il est traduit très tôt, dès 1947 (un texte de sociologie de la connaissance inséré dans un ouvrage collectif dirigé par Georges Gurvitch), et ses Éléments de méthode sociologique paraissent en 1953 (avec une traduction « adaptée » d’Henri Mendras). Cet ouvrage réédité en 1965 puis 1997 servira de manuel et résumera la réception de Merton (en plus de quelques articles publiés çà et là). L’aspect « sociologie de la science » est peu connu cependant, tout comme nombre d’enquêtes qu’il mène à Columbia. Bien qu’il soit considéré comme une valeur sûre de la sociologie américaine, les citations sont peu nombreuses dans les années 1950-1960, en comparaison d’un Parsons. Parmi les sociologues proches de la sociologie pratiquée à Columbia, il inspire Raymond Boudon, qui réutilisera l’approche des « conséquences inattendues de l’action sociale » sous l’angle individualiste-méthodologique des « effets pervers », ce qui a peut-être contribué à biaiser la réception (c’est une autre histoire…). Dans les années 1970, Merton est perçu seulement comme un théoricien du fonctionnalisme et du même coup sa sociologie résiste difficilement à la critique du courant, qui se manifeste alors en France comme ailleurs. Ces méprises transatlantiques ont des effets pratiques, conformément au schème de la « prophétie auto-réalisatrice » : Merton est un sociologue dominant, il incarne le fonctionnalisme, sa sociologie, conservatrice comme celle de Parsons, sert le statu quo social. Dans le livre, j’essaie de déconstruire et d’historiciser ces clichés. Le but avoué est de donner à lire une œuvre sociologique qui ne se réduit pas à l’analyse fonctionnelle et, par la richesse des cadres analytiques qu’elle propose, a de quoi stimuler encore l’imagination sociologique.

Merton, « sociologue fonctionnaliste », lu par un chercheur du laboratoire Printemps, n’est-ce pas un peu étonnant ?

Certes ! Je ne suis pas sans savoir que la sociologie des professions pratiquée par Merton à Columbia dans les années 1950-1960 a pu constituer un repoussoir pour nombre de chercheurs en France, surtout après les années 1970. Et la perspective interactionniste en termes de « groupe professionnel » participe de la remise en cause du paradigme « fonctionnaliste ». Mais là encore, l’enjeu est de nuancer ces positions, par-delà les caricatures théoriques. Il faudrait aller dans les détails pour voir combien les « conflits » entre « écoles » (Chicago, Columbia…), qui ont tous les traits de l’évidence depuis la France, sont en réalité des récits légèrement artificiels. Merton était très attentif à la sociologie pratiquée à Chicago, j’ai pu le vérifier dans les archives, et en particulier dans les correspondances avec quelques auteurs labellisés « interactionnistes ». Entre autres interlocuteurs, je mentionnerai Barney Glaser, qui a été très inspiré par les « théories de moyenne portée » dans sa formulation des principes de la grounded theory. On pourrait compléter, mais cela nous entraînerait trop loin ! Cela pour dire, en résumé, que la référence mertonienne a ceci d’utile que sa réappropriation peut suggérer, par contraste, une réflexion sur nos attachements théoriques.

En plus du travail bibliographique, tu t’es rendu à l’université Columbia pour étudier les archives de Merton. Comment ces recherches ont-elles nourri le livre ?

Pour affiner le portrait de Merton, il me semblait indispensable de ne pas m’en tenir à ses seuls écrits publiés. Ses archives sont déposées à la Rare Book and Manuscript Library de la bibliothèque de Columbia depuis 2009, et j’ai eu l’opportunité d’en examiner une partie (une soixantaine de cartons, sur les 475 que compte la collection). Cette recherche m’a permis de découvrir de plus près le travail de Merton : dans les innombrables notes, brouillons et correspondances échangées, on perçoit un style de raisonnement, une façon d’élaborer les concepts, etc. C’était par exemple passionnant de retrouver les manuscrits des articles qui ont fait la marque de Merton, comme celui de l’article « Structure sociale et anomie » (1938). Merton était perfectionniste et revenait constamment sur ses textes ; en étudiant les différentes versions d’un même texte, on se donne ainsi les moyens d’approcher une sociologie en train de se faire, avec ses incertitudes, ses hésitations, ses faux-départs. Dans les archives, j’ai découvert également un Merton très attaché à l’enseignement, très attaché surtout à la connexion de l’enseignement et de la recherche. Ses idées les plus « fraîches » étaient ainsi testées à l’oral devant les étudiants, et à force de les énoncer en cours, elles devenaient plus consistantes, et finissaient par nourrir une publication. C’est ce qu’il appelait la « publication orale » (oral publication), stratégie dont il tenait le principe de Talcott Parsons. J’insiste aussi sur la façon dont il exerçait sa fonction de professeur, qui a marqué tant d’étudiants à Columbia : il était un guide intellectuel refusant le statut de « maître », un implacable correcteur… Ces éléments, et d’autres encore, complètent le portrait d’un Merton finalement peu connu.

As-tu d’autres projets en lien avec ce livre ?

Quelques-uns, oui. Avec l’aide de collègues, je vais éditer des Essais de sociologie de la connaissance, qui paraîtront en 2014. Cet ouvrage de Merton comprendra des textes déjà connus mais difficiles à trouver et quelques inédits découverts dans ses papers. Il y aurait intérêt aussi à traduire quelques textes de premier intérêt, comme On the Shoulders of Giants, mais chaque chose en son temps… En tout cas, c’est peu dire qu’on prend goût à se perdre dans les dédales du labyrinthe mertonien !

Propos recueillis par Morgan Jouvenet et Jérôme Lamy       

 


 

Table des matières :

Introduction
Décoder une œuvre kaléidoscopique

I / « Un vie d’étude »
« A True Yankee Doodle Baby » – La « période magique » de Harvard – Entre Columbia et le Bureau of Applied Social Research – La consolidation d’un leadership – « A Humanistic(ally inclined) social scientist » : le style de Merton – Une sociologie à (re)découvrir ? La réception française de Merton

II / Le fondateur de la sociologie de la science

La matrice de la Merton thesis
Un exercice académique important – L’institutionnalisation de la science moderne – La « thèse » de Merton – Des conséquences non désirées du prêche puritain – « Facteurs intrinsèques » et « extrinsèques » du développement de la science et de la technique

L’institution scientifique disséquée
L’ordre social et la structure normative de la science – Restructuration de l’ethos scientifique : force de l’ambivalence – Le laboratoire de la science : un sujet pour l’analyse fonctionnelle

L’institution de la sociologie de la science mertonienne

III / Le travail sociologique selon Merton

Un « marchepied » théorique pour la sociologie
Social theory, systématique et histoire de la sociologie- Une « politique de la théorisation sociologique » : les « théories de moyenne portée » – Portée des théories spécifiques

Un triangle à parfaire : théorie, méthodologie et recherche empirique
« Codifier »la pratique d’enquête – Un flux de découvertes fortuites : les recherches sur la propagande au Bureau of Applied Social Research

Un paradigme pour la sociologie de la connaissance
L’introduction, puis l’« américanisation » d’un domaine de connaissance – Implications politiques de la sociologie de la connaissance – Des exercices « shandéens » d’épistémologie sociale – Les mots des sciences sociales

Du métadiscours à la pratique

IV / Les apports théorique de Merton

Structures et dynamique de l’organisation sociale
Le paradigme « Structure sociale et anomie » (1938) – Une batterie de concepts pour analyser la structure sociale – Caprices de la structure et « perversités de la logique sociale »

Intermezzo. Une « théorie générale » chez Merton ?

L’analyse fonctionnelle en sociologie
Réviser et codifier par le paradigme – Tests de l’analyse fonctionnelle – Sauver l’analyse fonctionnelle ? – Théorie et politique

Et pourtant elle marche

Conclusion