Archives par mot-clé : Sri Lanka

Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam »

Sous Trust office (le nom de l'entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: "fourniture d'employées pour le travail domestique" ©Houda Kassatly
Sous Trust office (le nom de l’entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: « fourniture d’employées pour le travail domestique » ©Houda Kassatly

Une des caractéristiques de la société libanaise est, depuis plus de deux décennies, l’omniprésence des employées de maison étrangères. Il n’est guère de famille, dans les milieux de classes moyennes, même modestes, qui n’ait sa bonne, dite « srilankiyé » (« sri-lankaise », en arabe libanais), le plus souvent à domicile. Aujourd’hui majoritairement originaires d’Ethiopie, les Sri lankaises étaient en effet jusqu’à récemment les plus nombreuses, au point que leur nationalité est devenue le nom commun pour désigner leur fonction.

Recrutées dans leur pays d’origine par des agences auprès desquelles elles s’endettent lourdement, elles arrivent au Liban sans connaître la langue, et sont prises en charge par leurs employeurs, qui en ont la responsabilité légale. Elles n’ont pas le droit de les quitter, sauf pour repartir chez elles. Ceux-ci ont souvent, à leur tour, payé une forte somme pour se les procurer, et se sont engagés à les garder pour une durée de 2 à 4 ans, durant laquelle ils en sont juridiquement responsables. C’est ainsi qu’ils justifient le fait de leur confisquer leur passeport, pour s’assurer qu’elles ne s’enfuiront pas, et qu’ils leur interdisent de sortir du domicile. Ce n’est que récemment qu’une législation a été promulguée imposant à l’employeur de leur accorder un jour de congé par semaine. Celles-ci sont donc en principe au service de la famille jour et nuit, et si la façon dont elles sont traitées peut varier énormément selon les cas, elles sont dans une relation de subordination particulièrement forte avec leurs employeurs.

Leurs interactions avec la société libanaise sont de ce fait réduites au minimum. Seules quelques-unes, il est vrai de plus en plus nombreuses, réussissent à échapper à ce type d’emploi, avec ou sans l’accord de leur employeur initial, et à travailler à leur compte. Elles peuvent alors interagir avec la société locale, sinon s’y intégrer véritablement.

C’est donc avec la maîtresse de maison qu’elles apprennent à la fois les « bonnes manières » libanaises, et les rudiments d’arabe libanais indispensables à leur travail.

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)

Dans Pidgin Madame, Une grammaire de la servitude, c’est du processus d’invention linguistique qui résulte de cette interaction, que nous rend compte Fida Bizri. Ayant appris enfant le cinghalais (la langue majoritaire au Sri Lanka, celle que parlent les Sri lankaises venues travailler au Liban), grâce à la présence d’une employée sri-lankaise dans sa famille, elle a découvert un jour que, selon les circonstances, ce n’était plus du cinghalais qu’elle parlait avec elle, mais autre chose, un « code linguistique », fait de compromis, fondés sur les ressources des deux langues et sur les besoins et les contraintes de l’interaction. En effet, les unes, locutrices d’une langue indo aryenne, doivent se débrouiller pour comprendre et se faire comprendre des autres, locutrices d’une langue sémitique, et ensemble, elles inventent un code a minima prenant à chacune des deux langues des éléments de nature différente.

D’un côté, les patronnes cherchant à se faire comprendre par leur « sri-lankaise », usent d’une version simplifiée de l’arabe, s’adaptent aux « incompétences » de leur bonne, de l’autre, les Sri-Lankaises s’approprient cette langue en s’efforçant de reproduire ce qu’elles entendent, mais en le réinterprétant partiellement à travers la grille du système linguistique (morphologique, syntaxique et phonétique) du cinghalais. Il en résulte un processus de simplification de la « langue-cible » (ici, l’arabe), en 5 étapes (relexification, rephonologisation, affaiblissement de la norme, intrusion d’aspects de la langue substrat – le cinghalais – et stratégies d’économie linguistique). Le résultat est un modèle de langue très réduit – qui empêche les Sri-Lankaises d’accéder à la totalité du système de l’arabe libanais.

L’objectif de l’auteur était donc de retracer les mécanismes psychologiques et sociologiques qui sous tendent les stratégies communicatives mises en place entre ces employées et leurs maîtresses. Sans entrer dans le détail des spécificités contrastées des deux langues, qui imposent des contraintes objectives au processus de pidginisation observé, la particularité de ce pidgin, du fait de la nature de l’interaction, est en effet qu’il s’agit d’une langue dont toute la grammaire est basée sur des formulations d’ordre et de prohibition.

L’employée sri-lankaise se trouve tantôt en position passive (elle entend ce qui se dit autour d’elle), tantôt en position passive-active (elle entend ce qu’on lui dit et s’efforce d’y répondre). Un exemple de conversation à trois (p. 142-146), où la Sri-Lankaise entend des formes à la seconde personne (adressées à elle) et à la 3e personne (quand Madame parle à son amie) est particulièrement éclairant. De cette alternance, résulte une abondance d’une part des formes impératives, plus précisément, de l’impératif féminin, qui est réutilisé comme s’il s’agissait d’une première personne, d’autre part de la troisième personne pour parler d’elle-même (à partir de ce qu’elle entend qu’on dit d’elle). L’absence de la distinction en cinghalais entre le féminin et le masculin vient s’ajouter à faible occurrence du masculin dans des interactions dominées par les femmes.

Dans le détail, on observe donc une prédominance de la 2e personne (entendue lorsqu’on lui parle) et de la 3e personne (entendue lorsqu’on parle d’elle), mais très peu de la 1re personne. Du même coup, elle emploie le suffixe qui exprime en arabe le pronom personnel à la 3e personne (parfois à la 2e), au lieu de celui de la 1re, pour parler par exemple de son mari, ou de ses enfants : elle dira zawjik (ton mari), pour parler de son mari, et bentik (ta fille) pour parler de sa fille.

Quelques exemples permettront d’illustrer ces mécanismes :

Pour dire qu’elle aime quelque chose, elle dira « tu aimes », au lieu de « j’aime ». Pour exprimer qu’elle se réveille à telle heure, elle dira « réveille » à la forme impérative causale (qu’elle entend quand on lui dit de réveiller l’enfant), au lieu de la forme simple pronominale, je me réveille. Pour parler d’elle-même, elle pourra se contenter d’ajouter un pronom personnel : « bentik », qui signifie ta fille, prend le sens de « ma fille » par ajout du pronom ana (je) : « je n’ai pas de fille », devient « mu ana bentik », littéralement : « moi, ta fille, ne pas » (mu marquant la négation). La forme interrogative (entendue dans une question qui lui est posée) sera reprise telle quelle pour une affirmation : « tu veux qu’on le mette à la banque ? » devra être compris dans le sens de « je vais mettre de l’argent à la banque », etc.

Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah
Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah

L’ouvrage fourmille d’exemples, qui mettent en lumière des combinaisons parfois fort complexes, ou interfèrent à la fois des mécanismes strictement linguistiques, dus à l’influence de la langue d’origine (langue substrat, le cinghalais) sur la langue cible (le libanais), ou à l’interaction des deux systèmes linguistiques, et des mécanismes sociolinguistiques, résultant de la relation inégale, et des formes langagières dominantes dans cette relation, qui pourraient sembler incompréhensibles, mais sont pourtant claires pour les interlocutrices concernées, patronne et employée.

Certains traits ainsi clairement imputables à des interférences du cinghalais, d’autres, plus universels, sont l’effet du processus de simplification en situation de pidginisation, d’autres enfin, proviennent du parler arabe : l’arabe dicte les innovations acceptables. Le pidgin se fixe lorsque « Madame » cesse de corriger la Sri lankaise, participant ainsi à cristallisation des formes de ce nouveau code.

L’auteur a mené son enquête au Liban et au Sri Lanka, où elle a retrouvé des femmes qui y avaient travaillé puis étaient rentrées dans leur pays. Mais elle en a aussi rencontré d’autres qui avaient travaillé dans d’autres pays arabes, principalement de la péninsule arabique (Koweit, Arabie ou Émirats du Golfe) : toutes parlent la même langue, le même pidgin, à quelques variantes minimes près, qui concernent surtout le vocabulaire (l’usage de mots français au Liban par exemple). Mais la structure, les modalités de simplification ou de réduction, le « compromis linguistique » est le même, traduisant un rapport social fondamentalement identique, le rapport de soumission au fondement de cette « grammaire de la servitude ».

Élisabeth Longuenesse, Laboratoire Printemps

Fida Bizri, Pidgin madame: une grammaire de la servitude, Paris, Geuthner, 2010 (280 p.)