Archives par mot-clé : Saclay

Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Saclay, c'est ça... ©Synchrotron Soleil
Saclay, c’est ça… ©Synchrotron Soleil

 

Il faut être allé un jour à Saclay pour comprendre le problème. Saclay, c’est un vaste plateau au sud-ouest de Paris. Quelques petites routes départementales, des champs, un arrêt de bus par-ci par-là, des airs de fin fond de nulle part. C’est pourtant là que se déroule 15 % de la recherche scientifique française, au Commissariat à l’énergie atomique, autour du gigantesque Synchrotron, dans des laboratoires de pointe rassemblant des chercheurs du CNRS, de l’Inra, de l’université Paris-Sud et de celle de Versailles Saint-Quentin, toutes proches. Il y a aussi les campus de HEC, de Polytechnique, Bouygues et Renault à Guyancourt tout près, Thalès, Danone, EDF et j’oublie bien du monde.

On est à 19 kilomètres de Paris. Pourtant, se rendre là-bas en voiture aux heures de pointe ou en transports en commun est un parcours du combattant qui pourrait faire préférer d’aller à Mirandol en trottinette : RER B et une demi-heure de quelques vagues autobus qui passent d’une heure sur l’autre, de la varape sur des bas-côtés routiers frôlés par les poids lourds… Le bout du monde, on vous dit.

... mais c'est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.
… mais c’est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.

Tout ce dynamisme économique et scientifique a donc un sacré besoin d’organisation et d’infrastructures. La bonne nouvelle, c’est que c’est en route. La mauvaise, c’est que ça va être compliqué. Deux grandes structures se mettent en place pour rassembler tout ça : la Fondation de coopération scientifique, destinée à devenir la future université Paris-Saclay et l’Etablissement public Paris-Saclay, chargé de superviser la construction des infrastructures, des logements, des routes, de la future ligne 18 du métro, un projet pharaonique à trois milliards d’euros, que Pierre Veltz a eu la grande obligeance de venir jusqu’à Mirandol pour nous présenter. Continuer la lecture de Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Mirandol (4/5) : de l’intérêt du satellite pour la cueillette des champignons

Zoom arrière, et pas des moindres. On quitte le niveau microscopique des connexions neuronales du Human Brain Project pour se placer à celui d’un cerveau entier, puis à l’ensemble des cerveaux en ébullition dans le salon de Mirandol, avant de continuer de monter au-dessus du château, au-dessus de la région entière, de la France bientôt qui ne devient qu’un caillou parmi les autres avant de voir la Terre dans son ensemble. A 800 km d’altitude, orbitent les satellites utilisés pour le Programme d’observation de la Terre Copernicus, autrefois connu sous le nom du GMES (Global Monitoring for Environment and Security).

Copernicus, dès l’introduction de son site Internet, se présente comme une combinaison de moyens d’observation, satellites mais aussi au sol, qui permettront de construire une connaissance très précise des évolutions de notre environnement. Ce service entre en phase opérationnelle avec un budget global de 3,8 milliards d’euros jusqu’en 2020, ce qui fait passer le Human Brain Project pour une élégante broutille.

« Mirandol était déjà un poste d’observation. Prendre de la hauteur, c’est une idée vieille comme l’humanité » remarque Philippe Escudier, ingénieur au Centre national d’études spatiales, qui a bien voulu présenter Copernicus, auquel le CNES participe, à l’implacable jury de Mirandol et en profiter pour prendre le temps de discuter le projet et le mettre en perspective. Il revient sur l’histoire de l’observation en altitude, depuis la montgolfière à l’invention de la photo, vue d’avion, vue de satellites… dont il fallait aller récupérer les pellicules ! « L’originalité du satellite, ce n’est pas la photo, c’est le changement de point de vue. » On capte les rayonnements, la gravité, les signaux magnétiques… Et surtout la fragilité de notre petite planète.

Si l’image ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Mais il n’y a rien de bien neuf à cela, pas depuis Spoutnik en 1957. L’innovation majeure de Copernicus n’est pas de réinventer un nouveau satellite ultraperformant, mais de combiner toutes les informations issues de satellites existants avec de nombreuses mesures in situ. Comme le Human Brain Project, on ne crée pas tant de nouveaux éléments de connaissances qu’on les assemble et les intègre afin d’obtenir des informations les plus complètes possibles : sur les sols, la nature des forêts… « Ca peut nous dire où aller cueillir des champignons ? » s’interroge un sociologue qui a déjà faim. Pourquoi pas, répond un ingénieur surpris, avant de poursuivre sur la structuration des systèmes météorologiques qui vont gagner en stabilité, en précision et en durabilité.

Big, big data. Tout cela fait un sacré paquet de données. 50 téraoctets par jour, pour être précis, soit cinq fois la quantité de données chargées sur Facebook. L’autre grande innovation de ce projet est l’accès libre et gratuit des utilisateurs à ces données. Copernicus a donc deux grands volets : des services de base d’intérêt public, financés par des fonds européens, seront à la disposition de tous. Ensuite, aux sociétés d’investir si elles le souhaitent pour créer des services dérivés finalisés… Un système d’observation spécifique des champignons du Périgord, si la clientèle existe, suggère Philippe avec un regard en coin.

Mais Google est arrivé et a proposé à l’Agence spatiale européenne de stocker ces quantités de données et de les gérer gratuitement. Des coûts réduits, une mise à disposition facilitée pour les utilisateurs, c’est tentant n’est-ce pas ? Oui, mais. Mais pourquoi l’Europe vient-elle de dépenser près de quatre milliards d’euros si c’est pour que les données se retrouvent sur des serveurs privés américains ? Mais la mise à disposition par Google revient-elle réellement à du libre accès, ou à une précieuse manne offerte à une entreprise ? « Cette offre a bouleversé tout l’écosystème et nous a obligés à changer de paradigme », poursuit Michel Delanoue, ingénieur au CNES, à la grande joie des sociologues qui adorent le mot paradigme.

IMG_0440

En effet, ces données ne sont pas un fardeau : elles sont une mine d’or et surtout, un outil de pouvoir au potentiel immense. Si les données d’observation, conçues pour améliorer les politiques environnementales, étaient utilisées à d’autres fins politiques, et pourquoi pas militaires ? On retrouve ici tout le débat de la libre information. Les données risquent-elles d’aider un pays à en envahir un autre ? Ou plutôt, suggère Philippe, de donner des informations objectives pour résoudre un conflit sur l’eau, par exemple, et ainsi mettre tout le monde d’accord ? Depuis le balcon, clope à la main, un observateur grommelle : « je ne sais pas ce que c’est, moi, des données objectives ».

La grande question est de définir l’utilisateur final de ces données. Quels sont les objectifs de Copernicus ? La gestion de l’eau ? Dans ce cas, partez des besoins pour construire votre offre, suggère Yannick Magnien, le génial (co-)inventeur de Gallica et Isidore. Sinon, Google s’occupera très bien de l’utilisateur final. » Il y a un utilisateur final très bien défini, répond Philippe, c’est le scientifique. C’est pour ça que vous n’avez pas fait un film super branché, demande Gérard Escher ? (dans une allusion souriante à notre épisode 3) Non, nous avons essayé de trouver l’équilibre entre les autres utilisateurs. Si on parle trop de l’utilité agricole de notre service, les marins risquent de se trouver mis à l’écart. Nos systèmes d’observations permettent des économies d’échelle qui rendent le service utile à tous.

Morgan Jouvenet, lui, voit dans Copernicus un objet d’étude passionnant pour le sociologue des sciences qu’il est : présenté par ses promoteurs comme un outil à la fois utile aux pouvoirs publics et à l’avancée des connaissances, Copernicus est l’incarnation massive du contrat « science-société » tel qu’il se peut s’élaborer aujourd’hui. Et surtout, poursuit Ivan Sainsaulieu, c’est un acteur de repositionnement institutionnel qui place l’Europe dans un rôle nouveau, à l’interface entre les connaissances, le service public et les entreprises. Elle est peut-être là, la très grande innovation de Copernicus.

Et vous savez le plus beau ? Il existe, le film super branché… Avec des levers de soleil, des fleurs et des poissons. Mais pas de champignons.

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : Qu’entendez-vous au juste par colbertisme high-tech ?

Mirandol (3/5) Réalités virtuelles et vrais problèmes

Je suis sûre qu’il l’a fait exprès. Quand on montre une vidéo comme ça à des sociologues, ces sceptiques professionnels, ces passionnés du désossage des certitudes et des normes qui tombent sous le sens, on risque assez peu de déclencher un enthousiasme débridé. Pourtant, pour les petits profanes comme vous et moi, le Human Brain Project fait plutôt rêver :

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez mettre à jour votre lecteur Flash ou cliquer ici pour la regarder sur le site de Youtube.

« Le cerveau est toujours une grande inconnue » rappelle Gérard Escher, conseiller auprès du président de la prestigieuse école polytechnique fédérale de Lausanne. Pour sa première rencontre avec des sociologues vivants, il est venu jusqu’à Mirandol (rappel pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents : on est à des heures de route au travers de la France profonde) pour présenter le Human Brain Project, aux ambitions colossales. Dix ans de travail divisé en 150 work packages, un milliard d’euros de budget, des centaines de chercheurs européens impliqués dans le projet, dans le but de remédier à notre ignorance encore crasse du fonctionnement réel du cerveau humain.

IMG_0387Mais pourquoi dépenser autant d’argent ? Parce que trente millions d’articles scientifiques ont déjà été publiés en neurosciences ; parce que l’Union européenne estime qu’on a déjà dépensé cent milliards d’euros sur les maladies neurologiques sans rien résoudre définitivement, et que ça ne risque pas de s’arranger avec une population qui vieillit. Parce que si on comprend enfin comment fonctionnent les milliards de neurones de notre cerveau, on pourra concevoir des ordinateurs plus efficaces et plus puissants.

Alors, vous êtes convaincus ? L’assemblée de Mirandol, elle, non. Les questions fusent. Vous croyez vraiment que c’est à coup de budgets mirobolants que vous arriverez à résoudre un problème aussi complexe (alors que moi, dans mon université, on n’arrive pas à payer le remplacement des fenêtres cassées) ? N’est-il pas dangereux de faire de telles promesses, au risque de décevoir tout le monde si on ne les tient pas ? Comment rester dans les délais tout en vérifiant à la perfection toute la rigueur des travaux ? Comment organiser cent cinquante directeurs de laboratoires sans que tout le monde ne se tape dessus ? Certains chercheurs ont quitté le projet en signe de protestation parce qu’il ne tenait pas compte de toutes les théories de l’esprit et du cerveau.

   IMG_0417

Il ne se demandera jamais Où est ma bien-aimée, où est ma Dordogne, ce cerveau modélisé. C’est dommage, parce que c’est beau, la Dordogne. Mais après tout, Mirandol voit mal les beautés du modèle. « Nous ne répondrons pas à la question de ce que le moi vient faire dans ce projet » précise Gérard Escher, qui a assisté à quatre ans de travail pour organiser tout ce monde.  Regardez le GIEC, répond Cathy Dubois, eux y arrivent plutôt bien… Même si les chercheurs du GIEC sont encore plus brutalement attaqués.

IMG_0399Pendant ce temps, à Aix-en-Provence, Daniel Mestre mène un projet de recherche beaucoup plus modeste. Plus appliqué, aussi. Il plonge des volontaires dans des environnements virtuels. A l’Institut des sciences du mouvement, Daniel étudie comment l’homme contrôle son comportement dans l’environnement. « J’étais à Seattle en 2005, raconte Daniel.  Pour soigner des grands brûlés qui revenaient d’Irak dans un état de souffrance intolérable, la Nasa faisait jouer les patients en réalité virtuelle pendant que les infirmiers s’occupaient d’eux. Les résultats de traitement de la douleur étaient spectaculaires. » Il est revenu en France avec cette idée qui pourrait faire penser à un gadget, si… si ça ne marchait pas. Il travaille maintenant dans le cadre de la mission interdisciplinaire Innovations thérapeutiques pour les maladies mentales du CNRS, qui cherche à lever des verrous méthodologiques et thérapeutiques.

Prenez un patient acrophobe, terrifié à l’idée de marcher dans le vide. Proposez-lui de mettre un casque de réalité virtuelle et de marcher au-dessus d’une piscine pleine. Accompagnez-le. Au fond, il sait que ce n’est pas une vraie piscine. Il déploie les outils pour vaincre sa peur. D’un clic, enlevez l’eau dans la piscine… « On sait que ça marche. Mais on ne sait pas encore pourquoi ça marche », rappelle Daniel, toujours intrigué. Cette discipline ne peut pas être réduite à la biologie. Il y a beaucoup de psychiatrie, de la médecine, de la physique, de la chimie… et même du théâtre, puisque le patient doit accepter d’y croire et comment disait Shakespeare, « Piece out our imperfections with your thoughts (…) And make imaginary puissance »…

En somme, le patient doit se prendre au jeu. Le jeu, c’est la spécialité de Manuel Boutet, un sociologue passionné de ces créatures étonnantes que sont les gamers de tout poil. « La réalité augmentée est une nouvelle forme d’immersion », remarque-t-il. On est dans une sorte de troisième voie entre imagination et réalité, une troisième voie qui s’appellerait la virtualité. Peut-être que dans ce cas précis, le principe actif qui permet de guérir est dans l’esprit du patient lui-même, qui peut se ressaisir de son propre corps parce qu’il se laisse convaincre. Plus que la qualité de la réalité virtuelle, du moindre détail technique, c’est l’histoire qui va fonctionner, que la technique soit parfaite ou pas. La même histoire qui permet à des joueurs de se passionner autant pour un vieux Zelda tout pixellisé que pour un somptueux Assassin’s Creed IV. Et l’histoire, toujours, qui fait bouder un tas de sociologues devant un somptueux projet de recherche, parce qu’il est beaucoup trop bien raconté.

J’ai retrouvé Gérard Escher en train de prendre le frais sur la terrasse. Alors, lui ai-je demandé, vous avez fait exprès de passer une vidéo pleine de paillettes à cette assemblée de sociologues ? « Bien sûr. Si on ne peut pas s’amuser un peu… »

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : On ne va quand même pas vendre la planète à Google ?

Mirandol (2/5) : libre, open, gratuit, mais à quel prix ?

IMG_0355Tout cela a peut-être commencé par un malentendu. Non pas sur les vrais bénéfices pour la santé d’aller faire du jogging avant l’aube dans des chemins caillouteux alors qu’il fait cinq degrés, mais un malentendu bien plus grave, linguistique : freeware en anglais, ça veut dire libre, mais ça veut aussi dire gratuit.

Claude Gomez le sait bien, puisque son entreprise part d’un logiciel en open source de calcul numérique, Scilab, pour en faire un produit à la fois socialement utile et commercialement intéressant. La cheminée de Mirandol se convertit de bonne grâce en écran pour PowerPoint (après tout, elle a dû en voir d’autres). Scilab offre un outil de calcul ouvert à tous, que chacun peut adapter aux besoins de son entreprise : statistiques, visualisation de données, modélisation 2D et 3D, recherche de situations optimales, etc. Son logiciel est téléchargé 80 000 fois par mois, dans 150 pays du monde.

C’est très bien tout ça, mais si c’est gratuit, ils vivent d’amour du libre accès et d’eau fraîche ? Non répond Claude Gomez, on le fait parce que c’est un très bon modèle économique. On se retrouve en effet dans la logique du freemium : on vous donne la main gratuitement, mais si vous voulez le bras, il va falloir payer. C’est la même logique qu’Open Edition essaie d’adopter (avec un succès relatif, tant le gratuit est déjà satisfaisant) en éditions de sciences humaines et sociales. Scilab, fortement financée au départ par l’INRIA et d’autres fonds publics, organise des formations et vend des modules externes adaptés aux besoin de leurs clients.

Le premier malentendu du terme free, c’est que gratuit au départ, cela ne veut pas dire qu’un logiciel n’a pas un coût. Il a fallu des années de travail pour rendre le logiciel le plus souple et le plus efficace possible et pour travailler l’ergonomie de l’objet afin que chacun puisse se l’approprier. Free, dans le sens de libre, cela veut également dire qu’on ne peut pas compter exclusivement sur la communauté des utilisateurs pour l’améliorer. Certains travaux ne peuvent être faits qu’en interne. Et une communauté, ça se gère et ça s’anime.mirandol3

Un peu gratuit, un peu payant, un peu libre et un peu propriétaire : on est devant un objet légal non identifié, constate Mélanie Clément-Fontaine, chercheuse en droit privé. La Commission européenne voit d’un mauvais œil la subvention d’un produit devenu commercial… et pourtant, il n’y a rien de tel que le gratuit pour atteindre une masse critique d’utilisateurs et former un marché.

C’est là que le sociologue entre en scène. (Mon pari : c’est lui qu’on va retrouver à la fin du cinquième chapitre ; le coupable sera le sociologue, avec le chandelier, dans la salle de billard.) Ce chercheur-là doit s’y retrouver au milieu d’une multiplicité d’acteurs, ceux du public et du privé, les bénévoles et les commerciaux, ceux qui paient et ceux qui ne paient pas. Mais à observer les relations de Scilab avec sa communauté d’organisateurs, on se rend compte que le libre peut être très organisé. Tout en gardant des communautés poreuses et la possibilité d’entrer et de sortir, car le geek est une créature sensible.

Le gratuit ne l’est jamais pour tout le monde, rappelle Yannick Magnien, l’un des hommes derrière la merveilleuse bibliothèque en ligne Gallica et le précieux outil de recherche Isidore (Monsieur, j’aime beaucoup ce que vous faites). Des outils que l’utilisateur ne paie pas mais qui ont bien eu besoin de nos impôts pour être développés et maintenus. Transparent ? La publication sur Revues.org n’implique pas automatiquement la transparence parfaite du processus de sélection des articles. Internet a fait surgir de nouvelles définitions de la transparence.

Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander "Galliquoi ?"
Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander « Galliquoi ? »

Pour remédier aux malentendus, il faut peut-être donc changer de catégories et arrêter d’opposer le gratuit au payant, le format libre au format propriétaire. Si des gens font leur beurre de l’économie de la contribution, faut-il les en empêcher ou tracer les contours d’une tierce économie de la contribution ? Yannick ose même reprendre de « vieux concepts marxisants » et parler de « socialisation du capital fixe » pour concevoir un nouveau moteur d’innovation, plus créateur que destructeur. Marx au service de l’open access, celle-là, on aurait eu du mal à la voir venir.

cover_naturePendant ce temps, le big data rebat les cartes. Le big data ? Ce sont ces montagnes de données, de plusieurs pétaoctets de haut, qui nécessitent de nouveaux logiciels plus puissants pour parvenir à des bases de données d’une richesse inouïe pour les chercheurs… ou à un retraçage de vos activités sur le Net qui riment très fort avec Big brother. Et revoilà le spectre de Google, ses knowledge graphs inaccessibles au public et le retour des données pas si gratuites que ça, sur des millions de serveurs bien réels et bien énergivores.

Le big data formalise la production intellectuelle en rendant les mots commensurables, remarque Guillaume Carnino, l’historien de service et spécialiste des prétendues questions naïves qui retournent le cerveau de l’assistance. Une fois que les mots deviennent commensurables, ils peuvent entrer sur un marché et devenir des biens échangeables, brevetables. Exploitables, jusqu’à quel point ? Quelles décisions politiques et économiques faut-il prendre, faire un Google européen ou surfer sur les nuages des projets existants ? Plutôt que de prendre une position politique, les sociologues font leur travail : ils sortent leurs jumelles et ils observent. C’est encore le meilleur moyen d’éviter les malentendus.

Clara Tomasini

scribe non-officielle
et seule personne sans doctorat de cette savante assemblée,
ce qui explique sans doute certains raccourcis.

Pour en savoir plus sur le big data, vous pouvez lire ceci.

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : modéliser le cerveau humain, est-ce bien raisonnable ?

Innovation, innovation (1/5) : à Mirandol, on scrute l’horizon

La voiture, cahotante, grimpe le chemin creux et dérape dans la boue. Tout en haut, le château de Mirandol, forteresse du XIe siècle perchée sur son piton rocheux. La cheminée de la salle des gardes est assez grande pour y faire rentrer trois hommes et des fumets de cailles rôties s’échappent des cuisines. C’est ici, au fin fond du Quercy, un plaid sur les genoux, qu’une vingtaine de chercheurs sont venus causer neurosciences, big data, calculateurs en libre accès et politiques d’innovation en tous genres. Les vieilles pierres et l’horizon lointain se prêtent bien à des réflexions d’avenir. Après tout, ce château était un poste d’observation.

Sociologues, historiens, ingénieurs, économistes, géographes, juristes, psychologues, neurophysiciens… Ils ont tous laissé de côté pour trois jours leurs articles en souffrance, les mails des étudiants et thésards et leurs dossiers de l’Agence nationale de la recherche pour se pencher sur cette notion galvaudée, empreinte de storytelling politique et économique : l’innovation.

« L’innovant ou l’improbable ? » se demande Arnaud Saint-Martin, chercheur au Printemps qui organise ce colloque avec Ivan Sainsaulieu, sociologue au Clersé. Au-delà des modes langagières et des manipulations politiques, comment faire de l’innovation une question de recherche ? Pour ne pas tomber dans le conceptuel éthéré, Arnaud et Ivan ont prévu de partir de cas bien concrets : l’entreprise Scilab, qui développe un logiciel libre de calcul assortis d’offres payantes ; des projets sur le cerveau, pharaoniques comme le Human Brain Project ou à plus petite échelle, comme les travaux sur la réalité virtuelle à l’université d’Aix-Marseille ; des innovations qui vont plus haut que notre atmosphère, comme les satellites du programme européen Copernicus, ou bien terre-à-terre, comme le gigantesque établissement public dont l’installation est prévue sur le plateau de Saclay.

mirandol2

Qu’est-ce que ces grands projets ont en commun ?  Peut-être de l’audace. Une audace qui peut parfois confiner au « colbertisme high-tech », comme on l’a suggéré au sujet de Saclay, au pharaonoique, au fou, au massif… Mais après tout, avant de piloter des projets, il faut les vendre. Eveiller l’enthousiasme pour sortir de l’ordinaire. Gérard Escher, venu présenter le Human brain project, s’en est bien rendu compte en passant son film de présentation, plein de belle musique et d’effets spectaculaires : ça passe moins bien devant un public de chercheurs dont le scepticisme est l’une des premières qualités professionnelles. Les chercheurs ne sont pas les seuls à contenir leur enthousiasme, à une époque tristement pragmatique où on retourne les satellites vers la Terre et où on demande aux astronautes à quoi ça peut bien servir d’aller se balader sur Mars.

Sceptiques, notamment devant le coût de projets pharaoniques. Est-ce que c’est avec des budgets à dix chiffres qu’on innove le mieux ? « Freud n’a pas coûté un sou d’argent public pour inventer la psychanalyse ! » proteste le mathématicien et psychanalyste de service. « En revanche, il a inventé une mine d’or », ricane un voisin de fauteuil dont on taira le nom. Frais de départ pour débloquer une situation, ou investissements à long terme en partant du gratuit, tandis que plane le spectre de Google au-dessus d’un open access parfois gratuit, parfois complètement utopique.

Aujourd’hui pourtant, l’innovation est un mot de passe politique et une clé de la relance économique, qui fait apparaître comme par magie des fonds dans les ministères les plus sinistrés. Il est loin le temps où Adolphe Thiers écrivait « En bonne politique, toute innovation est dangereuse ». Maintenant, on a des rapports Lauvergeon. Mais pour le chercheur, une fois qu’on a déconstruit les enjeux politiques et économiques, analysé le fantasme de l’innovateur, du saint Pasteur au saint Steve Jobs, qu’est-ce qu’on fait ? On identifie les acteurs, les étapes, les récurrences et on fait la différence entre la vraie nouveauté et le réemballage des activités déjà existantes, les gadgets court-termistes et les vrais projets d’envergure. On analyse les initiatives, on s’analyse soi-même et on regarde loin à l’horizon, comme le faisaient déjà au XIe siècle les guetteurs de Mirandol.

Clara Tomasini, scribe non-officielle

Premier épisode : le logiciel libre et gratuit, mais pas pour tout le monde