Archives par mot-clé : Liban

« Pidgin Madam », de Fida BIZRI (2). Lecture de linguiste et lecture de sociologue

Le Pidgin Madam, ainsi dénommée par Fida Bizri, est la langue parlée par les domestiques sri-lankaises dans les pays arabes (plus de 750,000 dit l’auteur dans son article de 2005) et, spécialement au Liban. C’est un instrument de communication qui s’élabore au quotidien dans les interactions entre les employées et leur patronne. Il est issu du contact entre deux langues, l’arabe qui lui donne la plupart de son lexique, et le cinghalais qui est en général leur langue maternelle. Pour ce faire, l’auteure nous emmène dans l’univers clos des employées de maison sri-lankaises au Liban pour nous initier au langage qu’elles construisent au quotidien dans leurs interactions en arabe avec leur patronne.

L’objectif de Fida Bizri est de nous montrer, à travers une étude minutieuse des productions et des échanges domestiques, que c’est surtout le contexte sociolinguistique, fortement marqué par les statuts inégalitaires des interlocutrices, qui crée la grammaire de cette langue, bien plus que l’influence de leur langue première. Elle apporte ainsi, à travers cette analyse, une contribution à l’étude de la constitution des pidgins, sur l’émergence de ces nouveaux parlers qu’on connaît encore mal, sauf dans le cadre des études créoles, et qui sont, hormis les travaux dédiés aux pidgins de contact avec des langues indo-européennes, assez rares.

En effet, comme le souligne l’auteure, les travaux portant sur l’arabe lingua franca, ou sur les créoles à base arabe sont encore rares (p. 251). Il en est de même pour les études publiées sur le cinghalais dans sa version orale, parlée au Sri Lanka. F. Bizri doit donc esquisser pour ses lecteurs et lectrices une comparaison entre ces deux langues en contact : elle traite de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe (l’ordre des mots, modalités) et les emprunts lexicaux, notamment à l’anglais qui circule au Moyen-Orient. Elle souligne que chacune des deux langues a sa façon d’organiser le monde tel qu’exprimée, par exemple, par le genre : masculin-féminin pour l’arabe vs animé-inanimé pour le cinghalais. Elle s’attarde sur la morphologie et la syntaxe puisque c’est principalement dans ce champ que va se construire son argumentation.

Le corpus lui-même est composé d’interactions variées : des ordres, bien sûr, le plus souvent, mais aussi des entretiens, des résolutions de conflits, des conseils personnels sur les décisions importantes que les femmes doivent prendre pour organiser leur vie à venir et l’éducation de leurs enfants au pays. Certaines de ces femmes sont au Liban depuis plusieurs années, d’autres sont arrivées récemment. L’auteure peut ainsi nous montrer la genèse et l’évolution de leurs compétences, notamment grammaticales. La comparaison entre les différents corpus permet d’en signaler les ressemblances et les différences. Cette opération est nécessaire pour comprendre comment, à partir de simples mots-clefs et de gestes au départ, va se complexifier l’organisation de la phrase pendant les sept ou huit premiers mois, pour finir par se stabiliser, par se « fossiliser », révélant ainsi son autonomie.

La transcription et la présentation du corpus sont claires et rigoureuses. Certes, il n’est pas aisé pour un profane de déchiffrer les phrases proposées à l’étude, mais le découpage en morphèmes traduits mot à mot est un outil qui s’avère efficace pour les linguistes, d’autant que les phrases sont le plus souvent courtes.

L’auteure présente ses corpus sous la forme d’exemples singuliers qui illustrent un point précis de grammaire, mais elle nous fournit aussi des textes longs, au nombre de douze (pp. 155-240). Ils sont minutieusement contextualisés, ce qui nous permet d’en saisir les enjeux sociopragmatiques. Ils nous renseignent aussi sur les relations que les domestiques ont avec leur patronne ou les autres employé(e)s éventuellement et avec la famille restée au pays. Ils se révèlent, à la lecture, tout à fait passionnants.

La connaissance de la langue des employées sri-lankaises est tout à fait exceptionnelle chez les arabophones du Liban dont l’auteure est originaire. Mais c’était l’indispensable condition pour produire un travail sérieux, dès lors qu’elle permettait de valider ou non des théories substratiques (les interférences, les influences du cinghalais) sur les énoncés. Les conclusions de Fida Bizri sont à ce propos claires : l’influence du cinghalais ne se note qu’aux niveaux phonétique, prosodique et lexical « et n’a pas d’influence déterminante dans la constitution de la langue » (p. 249).

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010) 

L’ambition de l’ouvrage n’est pas seulement descriptive. Se plaçant sur le terrain de la « pidginistique », son étude lui permet de prendre position dans les débats, toujours très animés, autour de la genèse des pidgins et de leur relation avec les créoles. Affirmant à plusieurs reprises que ce sont les conditions de communication particulières de ces femmes (coupées la plupart du temps de leur famille pendant de longues périodes et n’ayant que très peu d’échanges avec leurs compatriotes au Liban ou avec l’arabe libanais à l’extérieur de la maison) elles n’ont d’autres interlocuteurs que leur patronne – et, parfois, les enfants de celle-ci. Elles vivent donc dans un contexte « féminin-singulier ». Pour en rendre compte, Fida Bizri revendique une approche sociolinguistique de la formation de ces parlers (Chaudenson, 1995).

« La prise en considération de ce contexte sociolinguistique est indispensable à l’intelligence de la genèse des formes grammaticales du pidgin et de l’élaboration d’un nouveau système linguistique » (p. 250). C’est l’étude des phénomènes propres à la grammaticalisation qui appuie cette thèse.

L’exemple le plus frappant (et le plus troublant aussi) est celui de la substitution de personnes dans l’usage extensif du pronom de deuxième personne au féminin « tu » (et parfois du « elle » ou du « il ») par les domestiques pour se désigner elles-mêmes, en l’absence (ou non) du pronom de première personne. On assiste là à une dé-sémantisation des marques de la personne en arabe au profit d’un usage très majoritaire des formes au féminin, même lorsqu’un masculin est attendu, comme dans :

                  Mister            älitli                          gud                                         (5 p. 183)

                       Monsieur        elle m’a dit                 bonne

                       Monsieur        m’a dit                        qu’elle était bien

                  ¨Jawsa             no       istegel                                                (1/2 p. 85)

                       Son mari à elle neg (angl.) que je travaille

                       Mon mari        ne                   travaillait pas

L’auteure mentionne aussi, dans le même ordre d’idée, l’usage de l’impératif pour l’indicatif :

                  Kebbo                        esbele

                       Jetez (IMPp)               poubelle

                       Je jette                               les poubelles

                       Ana kel yom              päyye                         soboh bakki (a p. 93)

                       Moi chaque jour         réveille-toi (IMP f)     matin tôt

                       Tous les jours              je me réveille               de bonne heure.

Ou encore : des interrogations au lieu d’affirmations, des phrases figées utilisées comme clichés ainsi que des emprunts à l’anglais.

Pour que de tels phénomènes puissent apparaître, il faut cependant que les deux systèmes en contact soient très différents l’un de l’autre.

En ce qui concerne l’approche interactionniste, celle notamment qui mentionne le « foreigner talk » comme forme de communication exolingue (entre natifs et non-natifs) ‒ souvent évoquée pour rendre compte de l’apprentissage d’une langue par des adultes en milieu informel ‒ elle est très vite écartée (p. 247). Trop vite, nous semble-t-il. Et la proposition qui la remplace n’est pas tout à fait convaincante : « Ce “parler étranger” est vite mis en échec par la non-réceptivité des Sri Lankaises qui introduisent d’autres propositions de communication » (p. 247). C’est alors elles, les domestiques, qui ont la main et que peut se développer un « bricolage mimétique » complexe fait de négociations sur ce qui est acceptable ou pas entre les deux interlocutrices, notamment de la part de la patronne.

Insister sur le statut du couple « patronne-domestique » nous donne l’exemple d’une façon féminine d’aborder la question qui s’inscrit dans les « subaltern studies » et dans les études qualitatives sur les mobilités domestiques internationales, au Liban (A. Dahdah, 2010), à Abidjan (M. Jacquemin (2012) ou au Pérou (C. Mick et A. Palacios, 2013), toutes réalisées par des femmes.

La dimension sexuée des interactions retient, semble-t-il, davantage l’attention que par le passé (cf. l’ouvrage édité par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, 2014). Fida Bizri montre, elle aussi, comment la relation de confiance qui se construit dans les enquêtes lorsqu’enquêtrice et enquêtées sont des femmes, offre souvent l’opportunité à l’enquêtrice de se rendre à leur domicile et donc de partager avec elles leur environnement, amenant une certaine forme d’intimité, voir de complicité, et cela se repère très bien dans les échanges longs que l’auteure nous donne à lire. C’est un parler de femmes entre femmes (Deprez, 2014).

Alors, comme les exemples choisis par C. Deprez ci-dessus le montrent, même si on ne connaît ni l’arabe ni le sri-lankais, tout lecteur peut apprécier la démonstration. « Toutes les naissances d’un pidgin se caractérisent par une asymétrie de pouvoir, où la langue superstrate est aussi la langue maternelle du groupe socio-économiquement dominant. En tant que tel, le pidgin madam n’est pas exceptionnel » (Mark Sebba, 1997). Mais ce qui nous intéresse ici est de constater que ce pidgin, bien que preuve tangible de l’asymétrie du pouvoir entre les interlocuteurs, devient un enjeu identitaire entre la domestique sri-lankaise et sa patronne au Liban, pas seulement pour l’une ou pour l’autre mais pour les deux. Leurs échanges journaliers sont une épreuve de force dont l’issue n’est pas courue d’avance ; l’issue est en fait un compromis.

Migrant workers hold placards during a demonstration to support the rights of migrant domestic workers on International Workers' Day or May Day, in Beirut

Un autre intérêt du livre est de voir que, contrairement à ce que l’on lit souvent, surtout dans les études des situations migratoires ou encore des relations interpersonnelles, à savoir que les individus développent des « stratégies » – d’intégration par exemple – ou des « négociations », dans les cas présentés par Fida Bizri stratégies et négociations ne sont pas des métaphores mais des actualisations concrètes. En effet, le détail de la manière dont la nouvelle langue se construit montre précisément la reconnaissance que la Sri Lankaise et la Madame obtiennent l’une de l’autre (pp. 140 sq.).

Ainsi, le livre de Fida Bizri pointe, d’une part, le despotisme de la norme langagière mais surtout la capacité des individus de la combattre, même les plus faibles – comme ici les domestiques sri-lankaises. Non pas qu’elles s’érigent sciemment contre cette norme mais parce qu’il y a quelque chose de plus important que la norme – la communication – qui leur donne la force de s’imposer.

L’ouvrage permet d’observer comment l’instrument de communication est fabriqué/bricolé. Le lecteur assiste (grâce à la traduction et au « décorticage » des exemples en français) à la formation (naissance) de la nouvelle langue, d’un nouveau parler, d’un de ces « pidgins » qui servent à communiquer entre personnes ne partageant pas une même langue[1].

Un exemple éclairant de ces processus dans un autre contexte est donné par Katia Ploog dans ses travaux sur le français des Abidjanais, qui comporte aujourd’hui des caractéristiques structurales non standard dont seulement une partie est partagée avec le français parlé en France. Les particularités des niveaux lexical et phonétique ont fait l’objet de nombreuses descriptions et sont aujourd’hui reconnues au titre d’appropriations sociosémantiques de la langue française en Afrique. En revanche, les spécificités des niveaux morphosyntaxique et discursif ont presque toujours été reléguées au rang d’erreurs voire d’impuretés, dans le meilleur des cas à celui d’hypercorrections. K. Ploog discute dans quelle mesure l’approche variationniste permet d’appréhender les phénomènes observés. Dans un article de 2002, elle aborde la méthode : « La première chose à faire est d’identifier les traits par lesquels la structure non standard diffère de la structure standard ». Le livre de F. Bizri suit cette recommandation.

Certes, il y a des similarités entre la plupart des langues qu’on appelle pidgins. Par exemple, un manqué notable de morphologie inflectionnelle qu’accompagne une préférence pour des structures analytiques, des paradigmes verbaux, nominaux et pronominaux réduits comparés aux langues substrates et superstrates, une seule préposition en général et une tendance vers un ordre des mots sujet-verbe-complément. Ces processus constituent ce qu’on désigne habituellement comme la « simplification » des pidgins comparés aux langues super- et substrates. D’après la littérature sociolinguistique, un pidgin est donc une forme linguistique qui, grâce à ces mécanismes de réduction et de régularité de plus en plus affirmées, devient conventionnelle et unifiée en tant que langue de contact pour une première génération de migrants. C’est le cas des pidgins nés de contacts « marchands ». Et, une fois créés, à condition de prendre une forme relativement unifiée, et si la situation sociologique reste la même, des sociolinguistes affirment que le pidgin lui-même devient une « langue cible pour ceux qui arrivent après » (Winford, 2003: 279), c’est-à-dire pour une deuxième génération qui hérite de ce pidgin comme « langue maternelle ».

Mais des questions surgissent. Lors d’une discussion menée au laboratoire Printemps en juin 2014 autour de son livre, Fida Bizri a fait valoir que ce « pidgin Madame » est parlé dans tout le Moyen Orient, du Liban à l’Egypte en passant par les Emirats (voir aussi l’article d’E. Longuenesse, 2014). Or F. Bizri souligne que l’on ne saurait parler de « communauté sri-lankaise » dans le cas libanais, où il s’agit d’interactions strictement individuelles entre chaque domestique et sa maîtresse, chaque dyade construisant son propre pidgin ; le « pidgin madame » se développe en vase clos dans les échanges entre chaque domestique et « sa » patronne. Comment expliquer alors que des gens qui ne se rencontrent pas créent une « même forme » de langue ? Comment expliquer l’homogénéité relative du pidgin de l’une par rapport à l’autre alors que ces dyades n’ont pas de contact entre elles ? Il faudrait expliquer comment il a pu/peut se développer de façon à être compréhensible partout dans ce vaste territoire.

Par ailleurs, pendant la discussion, F. Bizri a émis une autre hypothèse : le maintien du pidgin, le fait que la patronne entre dans le jeu communicatif avec sa domestique mais ne fait rien pour permettre à celle-ci d’accéder à un niveau linguistique supérieur – autrement dit de progresser – en arabe) représenterait de sa part de locutrice dominante une volonté (inconsciente ?) de fermeture culturelle : interdiction serait faite à l’étrangère de pénétrer dans les secrets révélés par « la vraie langue » (le standard). Théorie à vérifier sur le terrain ?

Christine DEPREZ, linguiste, CEPED, UMR 196, Paris-Descartes
Gabrielle VARRO, sociologue, PRINTEMPS

Références et bibliographie indicative

Assaf Dahdah. 2010. Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question, Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2014. URL : http://eps.revues.org/4154
Auzanneau, M. 2002. Le rap à Libreville : aspects sociolinguistiques, Education et Sociétés Plurilingues n° 13 (décembre).
Bizri, F. 2005. Le Pidgin Madam, un nouveau pidgin arabe, La Linguistique 41 : 53-66.
Bizri, F. 2010. Pidgin Madame, une grammaire de la servitude. Paris, Geuthner.
Boutet, J. & Heller, M. (éd.). 2014. John J. Gumperz, Langage et Société n° 150 (décembre).
Chaudenson, R. 1995. Les créoles, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? ».
Deprez, C. 2014. Trois récits de femmes, pp. 193-208 in Canut, C. & Mazauric, C. La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines, Paris, Editions du Cavalier bleu.
Hall, R. A. 1966. Pidgin and Creole Languages, Ithaca : Cornell University.
Jacquemin, M. 2012. « Petites bonnes » d’Abidjan. Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques     sociales ».
Longuenesse, E. 2014. Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam », Carnet de recherche du Laboratoire Printemps, 7 novembre.
Le Page, R.B., A. Tabouret-Keller, 1985. Acts of Identity. Creole-based approaches to language and ethnicity, Cambridge Univ. Press.
Mick, C. & Palacios, A. 2013. Mantenimiento o sustitución de rasgos lingüísticos indexados socialmente : migrantes de zonas andinas en Lima, Lexis, 37 (2): 341-380. http://revistas.pucp.edu.pe/index.php/lexis/article/view/7660/7909.C.
Monjaret, A. & PUGEAULT, C. (ed.). 2014. Le sexe de l’enquête, Lyon, ENS éditions.
Ploog, K. 2001. Les bakroman abidjanais dans la dynamique urbaine, Education et Sociétés Plurilingues n° 10 (juin).
Ploog, K. 2002. L’approche syntaxique des dynamiques langagières : non-standard et variation, Cahiers de Grammaire n° 27 (« Questions de syntaxe ») : 77-96.
Sebba, M. 1997. Contact Languages : Pidgins and Creoles. London, Macmillan.
Tabouret-Keller, A., R.B. Le Page, P. Gardner-Chloros & G. Varro (Eds.). 1997. Vernacular Literacy. A Re-Evaluation. Oxford University Press (Oxford Studies in Anthropological Linguistics 13).
Unn Gyda Næss. 2008. “Gulf Pidgin Arabic” : Individual strategies or a structured variety? A study of some features of the linguistic behaviour of Asian migrants in the Gulf countries, Univ. of Oslo (online).


[1] Les pidgins seraient des créations, des produits de l’interaction humaine et de la volonté de promouvoir ces interactions, le « résultat des stratégies communicatives des adultes » (Sebba, 1997: 14), comme une solution pratique à des besoins immédiats. Il existe une typologie des pidgins classés par le contexte social et historique qui les a vus naître, à savoir: 1) pidgins militaires et policiers, 2) pidgins et créoles de marins et de marchands (trade language), 3) pidgins et créoles constatés sur les plantations, 4) des mines et chantiers de construction, 5) des immigrés, 6) de touristes et 7) des contacts urbains (idem: 26).

Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam »

Sous Trust office (le nom de l'entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: "fourniture d'employées pour le travail domestique" ©Houda Kassatly
Sous Trust office (le nom de l’entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: « fourniture d’employées pour le travail domestique » ©Houda Kassatly

Une des caractéristiques de la société libanaise est, depuis plus de deux décennies, l’omniprésence des employées de maison étrangères. Il n’est guère de famille, dans les milieux de classes moyennes, même modestes, qui n’ait sa bonne, dite « srilankiyé » (« sri-lankaise », en arabe libanais), le plus souvent à domicile. Aujourd’hui majoritairement originaires d’Ethiopie, les Sri lankaises étaient en effet jusqu’à récemment les plus nombreuses, au point que leur nationalité est devenue le nom commun pour désigner leur fonction.

Recrutées dans leur pays d’origine par des agences auprès desquelles elles s’endettent lourdement, elles arrivent au Liban sans connaître la langue, et sont prises en charge par leurs employeurs, qui en ont la responsabilité légale. Elles n’ont pas le droit de les quitter, sauf pour repartir chez elles. Ceux-ci ont souvent, à leur tour, payé une forte somme pour se les procurer, et se sont engagés à les garder pour une durée de 2 à 4 ans, durant laquelle ils en sont juridiquement responsables. C’est ainsi qu’ils justifient le fait de leur confisquer leur passeport, pour s’assurer qu’elles ne s’enfuiront pas, et qu’ils leur interdisent de sortir du domicile. Ce n’est que récemment qu’une législation a été promulguée imposant à l’employeur de leur accorder un jour de congé par semaine. Celles-ci sont donc en principe au service de la famille jour et nuit, et si la façon dont elles sont traitées peut varier énormément selon les cas, elles sont dans une relation de subordination particulièrement forte avec leurs employeurs.

Leurs interactions avec la société libanaise sont de ce fait réduites au minimum. Seules quelques-unes, il est vrai de plus en plus nombreuses, réussissent à échapper à ce type d’emploi, avec ou sans l’accord de leur employeur initial, et à travailler à leur compte. Elles peuvent alors interagir avec la société locale, sinon s’y intégrer véritablement.

C’est donc avec la maîtresse de maison qu’elles apprennent à la fois les « bonnes manières » libanaises, et les rudiments d’arabe libanais indispensables à leur travail.

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)

Dans Pidgin Madame, Une grammaire de la servitude, c’est du processus d’invention linguistique qui résulte de cette interaction, que nous rend compte Fida Bizri. Ayant appris enfant le cinghalais (la langue majoritaire au Sri Lanka, celle que parlent les Sri lankaises venues travailler au Liban), grâce à la présence d’une employée sri-lankaise dans sa famille, elle a découvert un jour que, selon les circonstances, ce n’était plus du cinghalais qu’elle parlait avec elle, mais autre chose, un « code linguistique », fait de compromis, fondés sur les ressources des deux langues et sur les besoins et les contraintes de l’interaction. En effet, les unes, locutrices d’une langue indo aryenne, doivent se débrouiller pour comprendre et se faire comprendre des autres, locutrices d’une langue sémitique, et ensemble, elles inventent un code a minima prenant à chacune des deux langues des éléments de nature différente.

D’un côté, les patronnes cherchant à se faire comprendre par leur « sri-lankaise », usent d’une version simplifiée de l’arabe, s’adaptent aux « incompétences » de leur bonne, de l’autre, les Sri-Lankaises s’approprient cette langue en s’efforçant de reproduire ce qu’elles entendent, mais en le réinterprétant partiellement à travers la grille du système linguistique (morphologique, syntaxique et phonétique) du cinghalais. Il en résulte un processus de simplification de la « langue-cible » (ici, l’arabe), en 5 étapes (relexification, rephonologisation, affaiblissement de la norme, intrusion d’aspects de la langue substrat – le cinghalais – et stratégies d’économie linguistique). Le résultat est un modèle de langue très réduit – qui empêche les Sri-Lankaises d’accéder à la totalité du système de l’arabe libanais.

L’objectif de l’auteur était donc de retracer les mécanismes psychologiques et sociologiques qui sous tendent les stratégies communicatives mises en place entre ces employées et leurs maîtresses. Sans entrer dans le détail des spécificités contrastées des deux langues, qui imposent des contraintes objectives au processus de pidginisation observé, la particularité de ce pidgin, du fait de la nature de l’interaction, est en effet qu’il s’agit d’une langue dont toute la grammaire est basée sur des formulations d’ordre et de prohibition.

L’employée sri-lankaise se trouve tantôt en position passive (elle entend ce qui se dit autour d’elle), tantôt en position passive-active (elle entend ce qu’on lui dit et s’efforce d’y répondre). Un exemple de conversation à trois (p. 142-146), où la Sri-Lankaise entend des formes à la seconde personne (adressées à elle) et à la 3e personne (quand Madame parle à son amie) est particulièrement éclairant. De cette alternance, résulte une abondance d’une part des formes impératives, plus précisément, de l’impératif féminin, qui est réutilisé comme s’il s’agissait d’une première personne, d’autre part de la troisième personne pour parler d’elle-même (à partir de ce qu’elle entend qu’on dit d’elle). L’absence de la distinction en cinghalais entre le féminin et le masculin vient s’ajouter à faible occurrence du masculin dans des interactions dominées par les femmes.

Dans le détail, on observe donc une prédominance de la 2e personne (entendue lorsqu’on lui parle) et de la 3e personne (entendue lorsqu’on parle d’elle), mais très peu de la 1re personne. Du même coup, elle emploie le suffixe qui exprime en arabe le pronom personnel à la 3e personne (parfois à la 2e), au lieu de celui de la 1re, pour parler par exemple de son mari, ou de ses enfants : elle dira zawjik (ton mari), pour parler de son mari, et bentik (ta fille) pour parler de sa fille.

Quelques exemples permettront d’illustrer ces mécanismes :

Pour dire qu’elle aime quelque chose, elle dira « tu aimes », au lieu de « j’aime ». Pour exprimer qu’elle se réveille à telle heure, elle dira « réveille » à la forme impérative causale (qu’elle entend quand on lui dit de réveiller l’enfant), au lieu de la forme simple pronominale, je me réveille. Pour parler d’elle-même, elle pourra se contenter d’ajouter un pronom personnel : « bentik », qui signifie ta fille, prend le sens de « ma fille » par ajout du pronom ana (je) : « je n’ai pas de fille », devient « mu ana bentik », littéralement : « moi, ta fille, ne pas » (mu marquant la négation). La forme interrogative (entendue dans une question qui lui est posée) sera reprise telle quelle pour une affirmation : « tu veux qu’on le mette à la banque ? » devra être compris dans le sens de « je vais mettre de l’argent à la banque », etc.

Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah
Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah

L’ouvrage fourmille d’exemples, qui mettent en lumière des combinaisons parfois fort complexes, ou interfèrent à la fois des mécanismes strictement linguistiques, dus à l’influence de la langue d’origine (langue substrat, le cinghalais) sur la langue cible (le libanais), ou à l’interaction des deux systèmes linguistiques, et des mécanismes sociolinguistiques, résultant de la relation inégale, et des formes langagières dominantes dans cette relation, qui pourraient sembler incompréhensibles, mais sont pourtant claires pour les interlocutrices concernées, patronne et employée.

Certains traits ainsi clairement imputables à des interférences du cinghalais, d’autres, plus universels, sont l’effet du processus de simplification en situation de pidginisation, d’autres enfin, proviennent du parler arabe : l’arabe dicte les innovations acceptables. Le pidgin se fixe lorsque « Madame » cesse de corriger la Sri lankaise, participant ainsi à cristallisation des formes de ce nouveau code.

L’auteur a mené son enquête au Liban et au Sri Lanka, où elle a retrouvé des femmes qui y avaient travaillé puis étaient rentrées dans leur pays. Mais elle en a aussi rencontré d’autres qui avaient travaillé dans d’autres pays arabes, principalement de la péninsule arabique (Koweit, Arabie ou Émirats du Golfe) : toutes parlent la même langue, le même pidgin, à quelques variantes minimes près, qui concernent surtout le vocabulaire (l’usage de mots français au Liban par exemple). Mais la structure, les modalités de simplification ou de réduction, le « compromis linguistique » est le même, traduisant un rapport social fondamentalement identique, le rapport de soumission au fondement de cette « grammaire de la servitude ».

Élisabeth Longuenesse, Laboratoire Printemps

Fida Bizri, Pidgin madame: une grammaire de la servitude, Paris, Geuthner, 2010 (280 p.)