Archives de catégorie : Publications

Les publications des membres du laboratoire mises en perspective par leurs auteurs

Le cinéma, terrain de choix pour la sociologie ? Clap… action !

Le cinéma, comme forme d’activité collective, constitue un terrain d’exploration sociologique très étendu et finalement assez méconnu. C’est ce que montre l’ouvrage collectif Le Cinéma qu’ont coordonné  Gwenaële Rot (maître de conférences à l’Université de Paris 10, chercheuse à l’IDHE et chercheuse associée au CSO-Sciences Po) et Laure de Verdalle (chargée de recherche, membre du laboratoire Printemps). Dans cet entretien, elles reviennent sur ce travail et mettent en perspective leurs hypothèses et résultats. Un compte rendu de l’ouvrage paru dans L’Humanité le 24 septembre 2013 complète la présentation. 

Pourriez-vous nous rappeler quelle a été la genèse de ce projet collectif ?

Le cinéma
Le Cinéma. Travail et organisation, sous la direction de Gwenaële Rot et Laure de Verdalle. Éditions la Dispute, 2013, 240 pages, 17 euros

Tout a commencé par un projet d’ANR jeunes chercheurs… que nous n’avons pas obtenu ! Mais nous avions alors commencé à réfléchir aux enjeux du travail cinématographique et, progressivement, un petit groupe s’est constitué composé de nous deux et de jeunes chercheurs en thèse. Chacun d’entre nous était engagé de son côté dans une enquête sur le milieu de la production cinématographique et audiovisuelle. Nous avons eu envie d’avancer ensemble sur ces différents terrains, en comparant nos données et nos expériences. Nous avons donc commencé à nous réunir régulièrement, à échanger sur des textes, à mettre parfois en commun des matériaux empiriques. D’autres collègues qui travaillaient sur ces questions sont venus par la suite nous rejoindre. C’est ainsi que le projet du livre s’est dessiné, sur la base de ces échanges.

Dans l’introduction, vous faites état d’un relatif manque d’intérêt des sociologues pour le thème du cinéma comme organisation. Comment l’expliquez-vous ?

C’est effectivement assez paradoxal, quand on connaît l’essor de la sociologie du travail artistique en France depuis une vingtaine d’années. Mais celle-ci s’est principalement déployée sur les terrains du spectacle vivant, beaucoup moins du côté des industries culturelles, telles que le cinéma. Peut-être parce que les industries culturelles sont, depuis longtemps, observées du côté de leur réception beaucoup plus que par leurs conditions de fabrication. Pourtant, l’étude du travail cinématographique, comme nous le montrons dans le livre, joue comme un révélateur, un miroir grossissant, de dynamiques importantes — et plus générales — en matière d’évolution du travail et des relations professionnelles.

Comment observe-t-on le cinéma « en action », sur un plateau par exemple ? Comment se placer en tant qu’observateur, et que voit-on principalement ?

Gwenaële Rot : Il est assez compliqué d’observer ce qui se « joue » sur un plateau de tournage en raison de la pluralité et de la complexité des actions en cours, devant et derrière la caméra, « à la face » et à la périphérie du plateau. Par ailleurs, le plateau de tournage étant un espace ouvert, assez étroit, beaucoup d’échanges se font dans la discrétion, à voix basse ou par le simple jeu des regards si bien qu’écouter ce qui se dit n’est pas évident. L’observation est dès lors nécessairement fragmentée et partielle. Elle implique pour l’observateur de trouver sa place et de se faire le plus discret possible. Cela suppose évidemment de comprendre très vite comment se font les placements d’axe de caméra, pour éviter de se retrouver dans le champ lors des changements de plans ! Il y a plusieurs lieux d’observation possible, par exemple au plus près de la caméra, derrière le combo (écran du retour vidéo) à côté de la scripte. Mais d’autres points d’observation sont intéressants, par exemple en se tenant à proximité des personnes chargées de garder le plateau, ou à proximité des camions là où les techniciens viennent charger et prendre le matériel. Autre place stratégique : la table régie, point de ralliement le matin ou lors de pauses entre deux prises. Les « points de vue » de l’observateur doivent être démultipliés, en fonction aussi des questions de recherche que l’on se pose ou des métiers que l’on étudie. Pour ma part l’observation est une méthode parmi d’autres qui aide à élaborer les entretiens. Continuer la lecture de Le cinéma, terrain de choix pour la sociologie ? Clap… action !

La sociologie de Robert K. Merton

Robert K. Merton (1910-2003) est un auteur désormais « classique » de la sociologie du 20e siècle. Arnaud Saint-Martin, chercheur au laboratoire Printemps, lui consacre un ouvrage de synthèse, à paraître début mai 2013. Dans cet entretien, il en présente les grandes lignes et précise la façon dont il envisage cette sociologie.

Robert K. Merton (American Sociological Association)
Robert K. Merton (American Sociological Association)

 

Tu publies ces jours-ci un ouvrage portant sur la sociologie de Robert K. Merton. Peux-tu, en quelques mots, donner un aperçu de cette œuvre finalement assez peu connue dans sa globalité ?

L’objectif de ce « Repères » est en effet de présenter la sociologie de Merton dans son ensemble. Comme je ne voulais pas rédiger un exposé linéaire et prévisible du type « Un sociologue, sa vie, son œuvre », j’ai tenté de reconstituer les moments de formation d’un programme sociologique. J’ai suivi un plan chrono-thématique, sans rien cacher des éventuelles bifurcations, des développements contrariés, mais aussi des cohérences souterraines. Pour donner une idée du contenu, je commence par situer la biographie de Merton, et je le fais en partant d’une esquisse d’autobiographie qu’il a publiée en 1994, à l’âge de 84 ans. Le récit de Merton a ceci d’intéressant qu’il révèle la façon dont il s’imagine comme sociologue américain ; il décrit les étapes de sa vie savante en utilisant ses propres concepts (structure d’opportunité, sérendipité…). Il met en avant et surtout en œuvre une forme de réflexivité — thème structurant de sa sociologie — et un style de recherche très original, que je m’applique à caractériser. Après ce chapitre, j’expose la sociologie de la science qu’il a contribué à fonder, puis sa conception du travail sociologique (le célèbre concept de la « théorie de moyenne portée », la sociologie de la connaissance, etc.), et enfin, dans un ultime chapitre, j’introduis sa « machinerie théorique », en particulier l’analyse structurelle et fonctionnelle.

"La sociologie de Robert K. Merton", de Arnaud Saint-Martin, Paris, La Découverte, coll. "Repères", 2013, 10 euros.
« La sociologie de Robert K. Merton », d’Arnaud Saint-Martin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013, 125 pages, 10 euros.

Plutôt que de commencer par « la » théorie puis de montrer comment elle est appliquée dans différents domaines d’intérêt pour Merton (science, professions, bureaucratie, connaissance, déviance, etc.), ou bien encore de juxtaposer ces divers thèmes sans les lier, je me suis donc efforcé de montrer comment l’auteur fait émerger peu à peu un programme de recherche relativement consistant et cohérent. Plus largement, je souligne comment ces recherches expriment un mode de penser sociologiquement la réalité sociale, ce qui pose d’ailleurs des problèmes épineux d’exégèse. J’insiste sur l’expérience fondatrice que constitue pour lui la réalisation de sa thèse de doctorat, soutenue en 1935 à Harvard ; intitulée « Aspects sociologiques du développement scientifique dans l’Angleterre du 17e siècle » (sujet très exotique pour la sociologie !), elle recèle des intuitions fondamentales sur l’analyse des processus et mécanismes régissant la vie sociale. Par exemple, on peut mentionner son analyse des conséquences non anticipées de l’action finalisée, qu’il n’aura de cesse d’approfondir et de remanier durant sa longue carrière. En procédant ainsi, c’est-à-dire en posant les ingrédients d’une « théorie sociale » toujours retravaillée, il me semble que l’on en perçoit la dynamique de formation, depuis ses premières investigations à Harvard dans les années 1930 jusqu’à son magistère à Columbia, entre 1940 et le début des années 1980.

Comment en es-tu venu à Merton ?

Je l’ai d’abord étudié en cours, dès la licence, comme tout le monde. Ensuite, j’ai approfondi sa sociologie des sciences, qui est de toute façon incontournable pour qui veut se spécialiser dans ce domaine (ce qui est à mon cas). Et puis, de simple ressource « froide » à potasser pour les examens, la sociologie de Merton a commencé à m’intéresser, à m’intriguer ; j’ai progressivement étudié tous les aspects de son œuvre, et plus seulement la sociologie des sciences ou la théorie sociologique, et en fin de compte j’ai eu l’idée de proposer cette introduction. Naturellement, cela supposait de court-circuiter quelques stéréotypes qui collent à cette sociologie, en premier lieu le fait qu’elle est paresseusement associée au « fonctionnalisme », ce qui ne la rend pas très attractive… En soulignant l’importance de publications aussi singulières qu’On the Shoulders of Giants (1965), qui retrace sous la forme d’une longue lettre de 300 pages l’histoire des usages de la formule « Si j’ai vu plus loin que les autres, c’est en me tenant sur les épaules des géants », on découvre un Merton historien des idées, un savant érudit, ironique et facétieux… bien loin de l’image de l’austère théoricien de l’analyse fonctionnelle.

Merton est reconnu comme le fondateur de la sociologie de la science, il a conçu un « paradigme » de la sociologie de la connaissance, « codifié » l’analyse fonctionnelle, etc. Comment as-tu résisté à ne pas en faire LE-précurseur-de-tout ?!

Pour ce qui concerne la sociologie de la science, il est indiscutable qu’il en a profondément influencé le développement dans les années 1950, en définissant des axes de recherche et des concepts-clés (ethos de la science, système de récompense, etc.) alors qu’elle était très peu visible et pratiquée. Dans plusieurs autres domaines, il a également joué un rôle important ; je pense, par exemple, à la réflexion sur les méthodes, à la théorie sociologique, à la sociologie de la connaissance. Dans le troisième chapitre, consacré à la conception mertonienne du travail sociologique, je mets en lumière la façon dont il « codifie » ces fronts de recherche, à l’aide notamment de « paradigmes », compris ici comme un cadre d’analyse compact pour examiner tel ou tel objet digne de considération sociologique. Cette pratique de la codification montre un Merton qui entend peser sur l’avancement de la discipline, en d’autres termes un sociologue qui n’attend pas que les manuels ou la postérité l’envisagent comme « fondateur » ou « classique » de la sociologie. Donc, ma stratégie a été d’exposer comment un auteur se fonde à penser et fait tout pour convaincre qu’il est en effet le fondateur qu’il a fini par devenir. À mon sens, ce léger pas de côté prévient le risque de canonisation, qui guette l’histoire des sciences humaines et sociales.

On a comme l’impression à la lecture de l’ouvrage que c’est une sociologie inachevée, peut-être même une œuvre de l’inachèvement qui progresse partout sans jamais s’interrompre…

Parmi les commentateurs de Merton, il n’y a pas de consensus net sur la présence ou pas d’une « théorie sociale » achevée soudant l’ensemble de l’œuvre. Quand bien même des idées fondamentales traversent sa sociologie, Merton a résisté à leur donner un tour systématique pour des raisons épistémologiques profondes. Car en effet, il se méfiait de l’esprit de système, si présent dans les sciences sociales à l’époque où il commençait de réfléchir sur le statut de la théorie, vers les années 1940. Il n’a pas produit de grande-théorie-qui-explique-tout à la Parsons, son mentor à Harvard, mais a développé bien plutôt des théories à moyenne portée formées et testées sur des domaines précis, ou a approfondi l’étude d’un ensemble de mécanismes sociaux, au premier rang desquels la prophétie auto-réalisatrice. La force et peut-être le sel de cette sociologie est qu’elle n’est pas « complète » (au sens d’une complétude ou d’une auto-suffisance théorique) et qu’en même temps elle contient en germes des éléments qui, mis en cohérence, pourraient produire quelque-chose comme une « théorie sociale » unifiée ou générale. C’est en somme au lecteur de faire ce travail (s’il y est disposé !), et certains l’ont fait avec beaucoup de finesse, en particulier Arthur Stinchcombe et Piotr Sztompka.

Tu rappelles que la réception de Merton en France n’a pas toujours été favorable…

C’est une histoire compliquée. J’esquisse un récit des usages de la sociologie de Merton en France, qu’il faudrait approfondir à l’avenir. Il est traduit très tôt, dès 1947 (un texte de sociologie de la connaissance inséré dans un ouvrage collectif dirigé par Georges Gurvitch), et ses Éléments de méthode sociologique paraissent en 1953 (avec une traduction « adaptée » d’Henri Mendras). Cet ouvrage réédité en 1965 puis 1997 servira de manuel et résumera la réception de Merton (en plus de quelques articles publiés çà et là). L’aspect « sociologie de la science » est peu connu cependant, tout comme nombre d’enquêtes qu’il mène à Columbia. Bien qu’il soit considéré comme une valeur sûre de la sociologie américaine, les citations sont peu nombreuses dans les années 1950-1960, en comparaison d’un Parsons. Parmi les sociologues proches de la sociologie pratiquée à Columbia, il inspire Raymond Boudon, qui réutilisera l’approche des « conséquences inattendues de l’action sociale » sous l’angle individualiste-méthodologique des « effets pervers », ce qui a peut-être contribué à biaiser la réception (c’est une autre histoire…). Dans les années 1970, Merton est perçu seulement comme un théoricien du fonctionnalisme et du même coup sa sociologie résiste difficilement à la critique du courant, qui se manifeste alors en France comme ailleurs. Ces méprises transatlantiques ont des effets pratiques, conformément au schème de la « prophétie auto-réalisatrice » : Merton est un sociologue dominant, il incarne le fonctionnalisme, sa sociologie, conservatrice comme celle de Parsons, sert le statu quo social. Dans le livre, j’essaie de déconstruire et d’historiciser ces clichés. Le but avoué est de donner à lire une œuvre sociologique qui ne se réduit pas à l’analyse fonctionnelle et, par la richesse des cadres analytiques qu’elle propose, a de quoi stimuler encore l’imagination sociologique.

Merton, « sociologue fonctionnaliste », lu par un chercheur du laboratoire Printemps, n’est-ce pas un peu étonnant ?

Certes ! Je ne suis pas sans savoir que la sociologie des professions pratiquée par Merton à Columbia dans les années 1950-1960 a pu constituer un repoussoir pour nombre de chercheurs en France, surtout après les années 1970. Et la perspective interactionniste en termes de « groupe professionnel » participe de la remise en cause du paradigme « fonctionnaliste ». Mais là encore, l’enjeu est de nuancer ces positions, par-delà les caricatures théoriques. Il faudrait aller dans les détails pour voir combien les « conflits » entre « écoles » (Chicago, Columbia…), qui ont tous les traits de l’évidence depuis la France, sont en réalité des récits légèrement artificiels. Merton était très attentif à la sociologie pratiquée à Chicago, j’ai pu le vérifier dans les archives, et en particulier dans les correspondances avec quelques auteurs labellisés « interactionnistes ». Entre autres interlocuteurs, je mentionnerai Barney Glaser, qui a été très inspiré par les « théories de moyenne portée » dans sa formulation des principes de la grounded theory. On pourrait compléter, mais cela nous entraînerait trop loin ! Cela pour dire, en résumé, que la référence mertonienne a ceci d’utile que sa réappropriation peut suggérer, par contraste, une réflexion sur nos attachements théoriques.

En plus du travail bibliographique, tu t’es rendu à l’université Columbia pour étudier les archives de Merton. Comment ces recherches ont-elles nourri le livre ?

Pour affiner le portrait de Merton, il me semblait indispensable de ne pas m’en tenir à ses seuls écrits publiés. Ses archives sont déposées à la Rare Book and Manuscript Library de la bibliothèque de Columbia depuis 2009, et j’ai eu l’opportunité d’en examiner une partie (une soixantaine de cartons, sur les 475 que compte la collection). Cette recherche m’a permis de découvrir de plus près le travail de Merton : dans les innombrables notes, brouillons et correspondances échangées, on perçoit un style de raisonnement, une façon d’élaborer les concepts, etc. C’était par exemple passionnant de retrouver les manuscrits des articles qui ont fait la marque de Merton, comme celui de l’article « Structure sociale et anomie » (1938). Merton était perfectionniste et revenait constamment sur ses textes ; en étudiant les différentes versions d’un même texte, on se donne ainsi les moyens d’approcher une sociologie en train de se faire, avec ses incertitudes, ses hésitations, ses faux-départs. Dans les archives, j’ai découvert également un Merton très attaché à l’enseignement, très attaché surtout à la connexion de l’enseignement et de la recherche. Ses idées les plus « fraîches » étaient ainsi testées à l’oral devant les étudiants, et à force de les énoncer en cours, elles devenaient plus consistantes, et finissaient par nourrir une publication. C’est ce qu’il appelait la « publication orale » (oral publication), stratégie dont il tenait le principe de Talcott Parsons. J’insiste aussi sur la façon dont il exerçait sa fonction de professeur, qui a marqué tant d’étudiants à Columbia : il était un guide intellectuel refusant le statut de « maître », un implacable correcteur… Ces éléments, et d’autres encore, complètent le portrait d’un Merton finalement peu connu.

As-tu d’autres projets en lien avec ce livre ?

Quelques-uns, oui. Avec l’aide de collègues, je vais éditer des Essais de sociologie de la connaissance, qui paraîtront en 2014. Cet ouvrage de Merton comprendra des textes déjà connus mais difficiles à trouver et quelques inédits découverts dans ses papers. Il y aurait intérêt aussi à traduire quelques textes de premier intérêt, comme On the Shoulders of Giants, mais chaque chose en son temps… En tout cas, c’est peu dire qu’on prend goût à se perdre dans les dédales du labyrinthe mertonien !

Propos recueillis par Morgan Jouvenet et Jérôme Lamy       

 


 

Table des matières :

Introduction
Décoder une œuvre kaléidoscopique

I / « Un vie d’étude »
« A True Yankee Doodle Baby » – La « période magique » de Harvard – Entre Columbia et le Bureau of Applied Social Research – La consolidation d’un leadership – « A Humanistic(ally inclined) social scientist » : le style de Merton – Une sociologie à (re)découvrir ? La réception française de Merton

II / Le fondateur de la sociologie de la science

La matrice de la Merton thesis
Un exercice académique important – L’institutionnalisation de la science moderne – La « thèse » de Merton – Des conséquences non désirées du prêche puritain – « Facteurs intrinsèques » et « extrinsèques » du développement de la science et de la technique

L’institution scientifique disséquée
L’ordre social et la structure normative de la science – Restructuration de l’ethos scientifique : force de l’ambivalence – Le laboratoire de la science : un sujet pour l’analyse fonctionnelle

L’institution de la sociologie de la science mertonienne

III / Le travail sociologique selon Merton

Un « marchepied » théorique pour la sociologie
Social theory, systématique et histoire de la sociologie- Une « politique de la théorisation sociologique » : les « théories de moyenne portée » – Portée des théories spécifiques

Un triangle à parfaire : théorie, méthodologie et recherche empirique
« Codifier »la pratique d’enquête – Un flux de découvertes fortuites : les recherches sur la propagande au Bureau of Applied Social Research

Un paradigme pour la sociologie de la connaissance
L’introduction, puis l’« américanisation » d’un domaine de connaissance – Implications politiques de la sociologie de la connaissance – Des exercices « shandéens » d’épistémologie sociale – Les mots des sciences sociales

Du métadiscours à la pratique

IV / Les apports théorique de Merton

Structures et dynamique de l’organisation sociale
Le paradigme « Structure sociale et anomie » (1938) – Une batterie de concepts pour analyser la structure sociale – Caprices de la structure et « perversités de la logique sociale »

Intermezzo. Une « théorie générale » chez Merton ?

L’analyse fonctionnelle en sociologie
Réviser et codifier par le paradigme – Tests de l’analyse fonctionnelle – Sauver l’analyse fonctionnelle ? – Théorie et politique

Et pourtant elle marche

Conclusion

 

 

 

« Le secret d’Alvino » : le roman d’un individu

Claude Dubar est professeur émérite de sociologie et l’auteur d’ouvrages majeurs sur la sociologie de l’individu et la sociologie des professions. Accessoirement, il a fondé notre laboratoire. Nous avons donc été très heureux de le voir revenir du Brésil, en mars dernier, pour présenter son dernier ouvrage, co-écrit avec Vanilda Païva : Le secret d’Alvino, qu’il décrit dans le texte ci-dessous. Sandrine Nicourd, qui a travaillé pendant de nombreuses années à ses côtés, était discutante : «Dans ce livre, Claude Dubar poursuit son travail empirique et théorique sur les énigmes de la construction sociale des individus »… dans un contexte du bout du monde.

Alvino est un Indien Macouchi qui vit dans l’Etat de Roraïma, au Nord-Ouest du Brésil, entre Vénézuéla et Guyana. Nous l’avons rencontré, en 2007, un peu par hasard, à Boavista où ils mènent une évaluation d’un programme d’enseignement supérieur réservé aux Indiens. Alors qu’ils le sollicitent pour parler de ce programme, il nous raconte brièvement sa vie: une vie pleine d’épisodes inattendus et de rebondissements imprévisibles. Ce premier récit et le personnage qui l’énonce nous émeuvent beaucoup. Quelque chose de fascinant émane de sa personne et son discours nous interpelle. Nous lui proposons d’écrire son autobiographie à l’aide de quelques questions très générales.

Plus d’un an après, nous recevons, à Rio, un texte de plus de 40 000 signes qui nous passionne. Alvino y raconte comment il avait vécu son enfance dans une communauté indienne paysanne et pauvre, pétrie de chamanisme et « convertie » au catholicisme. Il explique comment, à 29 ans, il est devenu prêtre, le seul prêtre indien de l’époque, pour pouvoir continuer ses études au séminaire, malgré une « crise identitaire » majeure qui le fera se définir comme « un rebelle dans l’Eglise ». Il s’interroge longuement sur les désillusions et les conflits qu’il a connus en exerçant son sacerdoce. Il confie la manière dont il s’est reconstruit grâce à l’amour d’une « jeune et belle Indienne » avec qui il vit désormais et qui lui a donné deux enfants. Il insiste sur sa participation au Mouvement indigène dont il se veut un militant actif mais lucide et critique.

L’analyse de ce matériau et la comparaison avec l’entretien initial font surgir des interrogations : ce n’est pas tout à fait la même histoire qui est racontée. D’où la proposition faite à Alvino de venir une semaine à Rio pour y faire des entretiens informels autour des écarts entre les deux premières versions de son histoire de vie. Et la surprise de recueillir une troisième version encore un peu différente des deux premières. D’où le défi de comprendre – et si possible expliquer – ces différences et donc les relations entre les discours sous-jacents aux récits, la situation d’énonciation de ceux-ci et les logiques à l’œuvre dans un cours de vie impliquant des points de vue différents sur celui-ci.

« Alvino Macouchi est devenu Alvino prêtre qui est redevenu Alvino Macouchi »

Ce défi est d’autant plus fort que ce sur quoi Alvino insiste le plus au cours de ces récits, c’est sa pluralité identitaire. « Alvino Macouchi est devenu Alvino prêtre qui est redevenu Alvino Macouchi » écrit-il. Mais, en fait, il est resté à la fois l’un et l ‘autre, « divisé » comme il l’ écrit. De fait, il a toujours dû tenter de combiner et, si possible, de concilier les deux identités produites par sa socialisation primaire : celle d’Indien pétri de croyances chamaniques (notamment les pajélances, cultes chamaniques à but thérapeutique) et de catholique « converti » à une Religion instituée. Mais ces formes identitaires ont été reconfigurées par deux nouvelles, issues de sa socialisation secondaire : une identité réflexive et critique produite par ses études – philosophiques notamment – et une identité narrative issue de la mise en récits de ses épreuves lui permettant de construire – ou mieux, de bricoler – une histoire singulière gérant cette pluralité identitaire.

Cette histoire singulière, à travers ses différentes versions, ne peut se comprendre que si on la réinsère dans l’histoire des collectifs qui l’ont produite : celle des Indiens du Brésil, et notamment des Macouchis de Roraïma, de l’émergence d’une nouvelle élite à partir des années 1960, et surtout du rôle jouée par des militants catholiques – prêtres, intellectuels, anthropologues – dans cette émergence produisant un Mouvement indigène imposant la reconnaissance de la possession collective des « terres indiennes » par la Constitution de 1988. Ce sont ces relations complexes entre histoire religieuse et histoire politique, entre Église catholique et Mouvement indigène, entre propriétaires terriens et main d’œuvre indienne sortant difficilement de l’esclavage qui permettent au lecteur – grâce aux encarts très précieux de ce livre – de comprendre les liens entre l’histoire singulière d’Alvino (et ses versions politique et religieuse) et les histoires collectives dans lesquelles elle s’inscrit et qui lui donne sens. Mais ce sens s’inscrit aussi dans un parcours intime et psychique (et une version correspondante) que la psychanalyse permet d’éclairer et qui nous a permis de « mettre en scènes » le parcours d’Alvino et de le réécrire comme un roman ou un scénario. Permettant ainsi au lecteur de lire aussi ce travail socio-anthropo-historique, cette « sociologie d’un individu » traité comme un « cas particulier » (bien différente d’une sociologie de l’individu en général) comme une oeuvre romanesque…

Claude Dubar et Vanilda Païva

Les belles lettres, 2012. Accéder au site de l’éditeur

Télécharger l’introduction et la conclusion du livre

Principales publications de Claude Dubar

Temporalités, revue dirigée par Claude Dubar

Comment une tache de sang devient une preuve: approches sociologiques de l’expertise

Romain Juston est en deuxième année de master recherche à l’UVSQ, dans le cadre de sa troisième année à l’École normale supérieure de Cachan. Il rédige actuellement un mémoire de sociologie sur l’activité d’expert judiciaire à partir de l’exemple de la médecine légale. Il commente pour nous le dernier livre qu’a coordonné son directeur de recherche, Jérôme Pélisse.

Parmi les cours de Cachan, je m’étais surtout intéressé à la sociologie des sciences et à la sociologie du droit. Je me suis alors lancé dans un mémoire de recherche sur l’expertise judiciaire, avec l’idée de suivre des scientifiques qui travaillent pour la justice. Les travaux que j’ai consultés s’intéressaient soit à la figure de l’expert, soit aux usages des rapports d’expertise dans les procès, mais je n’ai trouvé aucun travail de sociologie en France sur le sujet qui prenne au sérieux le moment technique de l’expertise. Le dernier ouvrage coordonné par mon directeur de mémoire m’a ainsi particulièrement intéressé parce qu’il propose une grille d’analyse originale de sociologie des professions pour penser l’expertise judiciaire. Des chiffres, des maux, des lettres m’a ouvert de nouvelles pistes, avec les limites pour mon propre travail de recherche dues à des cadrages théoriques différents.

 Mon terrain est constitué de trois services de médecine légale : un service d’anatomo-pathologie (peuplés par des médecins légistes réalisant des autopsies), un service de toxicologie (qui dépiste par exemple l’alcoolémie dans le sang ou renseigne sur d’éventuelles soumissions chimiques) et un service de génétique (qui effectue des recherches ADN). Ma question est de savoir comment les experts judiciaires arrivent à rendre compréhensibles, dans leur rapport, puis dans leur exposé éventuel aux Assises, les éléments techniques extrêmement complexes pour des profanes. Quels sont les processus de « traduction » à l’œuvre dans l’expertise par lesquels des éléments biologiques deviennent intelligibles ? Par exemple, comment une tache de sang devient-elle une preuve devant un tribunal ?

Une figure, une activité

 Je pars ainsi du même postulat que l’ouvrage, à savoir qu’il serait intéressant de déplacer le questionnement de la « figure » de l’expert à celui de son activité. Ce livre propose des réponses à partir d’une grille de sociologie des professions. La différence avec mon approche, c’est qu’il s’intéresse moins à l’activité concrète des experts, qu’aux processus de professionnalisation à l’œuvre dans différentes de ces spécialités et à la manière dont ceux-ci sont affectés par les relations des experts avec la justice.

Le chapitre sur l’expertise psychiatrique rédigé par Caroline Protais pose ainsi la question de l’indépendance pour y voir « la marque de la spécificité de cette spécialité d’acteur de justice » (p. 89) et éclairer l’influence du cadre judiciaire sur cette activité. Les passages sur les problèmes pratiques qui se posent à ces experts lorsque les demandes des magistrats les entrainent à glisser vers un champ moral (en posant par exemple la question de la réadaptabilité) m’ont particulièrement intéressé parce qu’ils révèlent la multitude des registres avec lesquels les experts de justice sont contraints de composer.
Le chapitre sur les experts interprètes-traducteurs, rédigé par Keltoume Larchet, est sans doute celui dans lequel on trouve le plus d’éléments sur l’activité concrète des experts, puisqu’une partie décrit les prestations in situ de cette spécialité d’expertise de justice, souvent pensée par les acteurs comme « invisible » et « neutre », idée que discute l’auteur dans ce chapitre. Elle met ainsi au jour les liens qu’entretient l’activité d’expertise avec le processus judiciaire dans lequel elle s’inscrit, ce qui est exactement ce que je tente de faire.
Enfin, le chapitre sur les experts du chiffre rédigé par Emmanuel Charrier présente les rapports entre l’activité principale et l’activité d’expertise dans le cadre d’une sociologie des professions ainsi que les rapports entre magistrats et experts. C’est ce deuxième élément qui m’est le plus précieux, notamment quand l’examen se fait à partir d’ « histoires d’expertise » et lorsque que l’on observe la capacité des experts « à descendre dans l’arène judiciaire » (p. 228).

 

L’ouvrage m’a par ailleurs incité à prendre en compte une grille de sociologie des professions pour mon propre terrain d’enquête. Quand on s’intéresse aux experts, on s’intéresse forcément à autre chose, parce que personne n’est seulement expert ; personne ne fait ce métier à 100 %. Par exemple, les experts que je rencontre sont souvent médecins, et parfois chercheurs dans d’autres disciplines comme l’anthropologie, la pharmacologie ou la biologie. Ils sont mandatés occasionnellement par la justice. Je me suis alors demandé quelle proportion de leur temps de travail ils consacraient à l’expertise, mais c’est la question sur laquelle je bute. En effet, je vais observer des laboratoires où les gens travaillent en équipe. Tous ceux qui travaillent dans le labo n’ont pas le statut d’expert : il va  par exemple y avoir deux experts, qui ne font parfois que relire, signer et aller présenter le rapport aux Assises, deux ingénieurs qui écrivent les rapports d’expertise, et une dizaine de techniciens qui réalisent la phase technique des expertises. La délégation de l’activité expertale passe aussi par le travail des secrétaires. Le service d’autopsie, par exemple, réalise 600 expertises par an, mais elles ne sont pas toutes « médico-légales ». Dans certains services, on ne peut même pas compter les factures, qui vont directement dans les caisses de l’hôpital ! Il n’y a qu’en génétique que j’ai pu avoir un chiffre précis, parce que j’ai eu accès au rapport d’activité que les experts doivent rendre chaque année à la Cour d’appel.

 La grille de sociologie des professions telle qu’elle est utilisée dans le livre m’a également permis de remarquer un point commun à toutes les spécialités : les experts peuvent valoriser leur activité d’expertise dans leur champ professionnel d’origine. Par exemple, j’ai remarqué sur le terrain que le fait de réaliser des expertises peut accélérer l’accès au statut de professeur. L’idée n’est pas forcément présente à l’esprit des acteurs dès le début, dans une logique carriériste, mais elle se vérifie a posteriori. Les personnes que je suis du labo au tribunal sont souvent devenus experts par hasard, parce qu’un autre partait à la retraite et que le directeur du service voulait maintenir cette activité. C’est ici encore une spécificité du métier : le choix de devenir expert, tout comme l’expertise en elle-même, ne peut s’effectuer tout seul dans son coin.

Le statut d’expert, un honneur symbolique

 Le livre explore également la dimension symbolique de cette activité, ce qui m’a permis de me poser les bonnes questions. Un expert me racontait récemment la cérémonie d’inscription sur les listes de la Cour d’appel, le jour où il a été convoqué pour la première fois : le moment était « émouvant », le discours du président de la Cour d’appel les qualifiait de « fleurons de leur champ professionnel ». Cet aspect m’a donné l’idée de prêter une attention particulière à l’épreuve que constitue l’inscription sur les listes. Ils demandent une première fois, ça ne marche jamais – il ne faut pas être trop jeune – ils demandent une deuxième fois, ils essuient des échecs, des refus jamais motivés… Ils émettent ainsi plus souvent que je ne l’avais pensé des critiques à l’institution judiciaire qui les nomme, à cause de ces refus non motivés, mais aussi parce que lorsqu’ils viennent exposer un dossier aux Assises, ils ne sont que rarement tenus au courant du verdict, ni même de la façon dont le jury a tenu compte de leur rapport. Ils doivent passer par des canaux informels pour avoir des informations, fréquenter les cocktails, comme la galette des rois annuelle à la cour d’appel qui peut être pensée sociologiquement comme un espace de professionnalisation et d’échanges avec les magistrats qui les nomment.

 La sociologie des professions, la sociologie des sciences et la sociologie du droit se croisent donc énormément. Cependant, je ne m’intéresse pas autant que les auteurs du livre à l’organisation collective de ces corps, comme les compagnies d’experts, parce qu’elles ne sont pas présentes pendant les autopsies, la rédaction des rapports, ou aux Assises. Mais le livre ne s’arrête pas à cette seule définition de la profession. Elle lui donne deux autres sens : le savoir-faire, c’est-à-dire les compétences propres à un professionnel, et le fait de gagner sa vie par cette activité. Pour ce dernier point, il n’est pas toujours facile de parler d’argent : leur salaire augmente depuis qu’ils sont experts, mais il est difficile de déterminer la cause de cette hausse, tant le statut d’expert entraîne des bénéfices dans des sphères d’activités autre qu’expertales (plus de prestige, plus d’activité), ce que le livre montre très bien.

 Par rapport à la démarche de sociologie des sciences que j’essaie de suivre, je pourrais reprocher à ce livre de ne pas assez ouvrir la boîte noire de l’expertise judiciaire, dans la mesure où les expertises ne sont pas questionnées dans leur fabrication concrète et dans les efforts de traduction qu’elles supposent. Malgré quelques passages éclairants, il ne contient pas d’analyse systématique de la façon dont sont rédigés les rapports, pour expliquer comment on passe d’éléments matériels à des supports de discussion pendant le procès. Cela s’explique par le cadre de sociologie des professions de l’ouvrage, qui éclaire des questions différentes de celles auxquelles j’essaie de répondre. Le fait que plusieurs grilles d’analyse s’appliquent à l’activité d’expert prouve bien la richesse de cet objet d’étude.

 Romain Juston

 Pour en savoir plus

 

Les règles du jeu : Jérôme Pélisse présente « Droit et régulation des activités économiques »

Jérôme Pélisse dirige le laboratoire Printemps depuis février 2011. Maître de conférences en sociologie et titulaire d’une chaire CNRS 2010-2015, Jérôme est spécialisé en sociologie des organisations et du travail, en sociologie des relations professionnelles et du droit, à travers notamment l’analyse des négociations et de la mise en œuvre de l’aménagement-réduction du temps de travail, de la conflictualité au travail (appuyée notamment sur l’enquête Réponse), des usages du droit dans le travail, etc. La liste de ses publications figure sur son profil officiel (cliquer ici). « Droit et régulation des activités économiques : perspectives sociologiques et institutionnalistes » est un ouvrage codirigé par Christian Bessy, Thierry Delpeuch et Jérôme Pélisse (LGDJ 2011)

« Cet ouvrage est issu d’un colloque qui s’est tenu à Cachan en 2008. Il traduit un gros travail qu’on a fait après ce colloque pour rassembler les textes, rédiger les introductions, et mettre en cohérence les différentes contributions. Notre sujet est la manière dont le droit, les régulations juridiques configurent, mais aussi sont configurées par les activités économiques. Pour comprendre la manière dont ça s’articule, il faut dépasser une opposition entre les deux sphères, et analyser la manière dont elles s’interpénètrent, elles se constituent mutuellement; la manière dont les pratiques économiques sont traversées par des orientations et des rapports au droit ; et inversement, la manière dont les rapports au droit dépendent de configurations, d’activités, d’acteurs économiques.

Le livre est organisé en trois parties. La première partie revient sur les origines historiques de cette articulation droit / régulation des activités économiques, à travers, par exemple, la façon dont les concepts de concurrence et de spéculation se sont historiquement formés au XVIIIe et au XIX e siècles. Il y a également des contributions plus théoriques dans cette première partie, et notamment un chapitre qui présente un modèle d’endogénéisation du droit qui se situe au croisement de la sociologie des organisations et de la sociologie du droit américaine.

Les intermédiaires du droit

Une seconde partie porte sur les acteurs, et en particulier les intermédiaires du droit. Il s’agit des acteurs qui sont à la confluence de la sphère des activités économiques et de la sphère juridique : par exemple les juges, notamment les juges des tribunaux de commerce, mais ça peut être aussi les avocats, ou des banques qui peuvent contribuer à légaliser l’activité, par l’encadrement du crédit qu’elles proposent. Ça peut être aussi les déontologues qui interviennent dans les salles de marchés pour essayer de produire des règles pratiques, d’aider les traders en situation à savoir s’ils doivent accepter ou non des ordres qui risquent de contribuer à faire déraper le marché. On met la focale sur le rôle de ces intermédiaires. En effet, les avocats, les juges ont été étudiés traditionnellement en tant que profession, mais le rôle des déontologues de marché et des banques dans la légalisation n’avait pas été étudié de cette manière-là. On peut penser à d’autres acteurs : les militants syndicaux, les DRH, sont aussi des intermédiaires du droit.

Enfin, la troisième partie porte sur les outils, les dispositifs, les supports qu’utilisent ces acteurs pour contribuer à cette interaction entre droit et activité économique. Le premier chapitre de cette partie, dont l’auteur est un Américain issu de ce courant qu’on essaie de faire connaître en France, prend le contrat comme un objet matériel et non pas comme un objet de doctrine, un objet qu’on peut étudier comme quelque chose de fabriqué (un artefact, dit-il), dont on peut regarder les évolutions et les transformations, par le travail que peuvent faire les avocats et les milieux d’affaires qui l’utilisent. On voit comment il règle matériellement, mais aussi symboliquement, les relations entre les individus et les institutions. On étudie également d’autres instruments juridiques comme les circulaires, ce qui a été très rarement fait, à la différence des lois et des décrets ; mais aussi les normes, les standards de prudence, et les règles comptables, qui ont un impact très fort sur la valeur de l’entreprise, sa cotation en bourse, etc.

Le retour des thèses institutionnalistes

L’intérêt du colloque et de cet ouvrage, outre la traduction de contributions proposées par trois sociologues américains néo-institutionnalistes importants sur ces questions, est également de rassembler des auteurs assez différents, qui n’étaient pas vraiment entrés en dialogue auparavant. Nous avons essayé de porter un regard unifié sur ces intermédiaires du droit et sur ces objets, à la lumière de la relation entre droit et régulation économique. Christian Bessy, Thierry Delpech et moi proposons notamment, dans l’introduction, une définition de la régulation ainsi qu’une réflexion sur l’internormativité. L’internormativité, encore un gros mot, c’est le fait d’étudier les différentes sources de droit, pour essayer de comprendre comment elles s’articulent. Selon une thèse, le droit provient d’abord de l’État ; on essaie d’aller un peu plus loin et de comprendre comment d’autres normes s’articulent à celles de l’État dans le fonctionnement de l’activité économique.

La crise a montré la faillite d’une analyse économique néoclassique, selon l’hypothèse d’agents rationnels, de marchés optimaux… Les tenants de cette économie ne semblent pas encore avoir pris toute la mesure de cette faillite. En revanche, un autre courant remet en avant des thèses institutionnalistes, qui insistent sur l’importance des institutions et du droit pour comprendre la manière dont fonctionnent les marchés, ainsi que l’activité économique dans les marchés, à côté ou en dehors. De ce point de vue-là, il semblerait que la crise renforce l’intérêt de l’approche sociologique qu’on cherche à développer, où l’on s’intéresse sur la mise en oeuvre des règles du jeu.

Outre les concepts, les acteurs et les outils, l’ouvrage devait comporter une quatrième partie sur les relations entre droit et régulation économique dans le domaine de l’emploi et du travail. Cela conduisait à un ouvrage sans doute trop long et c’est pourquoi ce thème a été traité dans le numéro 77 (2011) de la revue Droit et société, intitulé “Se donner le droit : la force des organisations face à la loi”. »

Propos de Jérôme Pélisse, recueillis par Clara Tomasini

Temps de l’art et des artistes

Nous sommes fiers de vous annoncer la sortie du numéro 14 de la revue Temporalités : Temps de l’art et des artistes.

Comment les artistes perçoivent-ils le temps et en rendent-ils comptent dans leurs oeuvres ? Quelles sont les temporalités propres de leurs carrières ? Comment appréhende-t-on les oeuvres du passé ? Et comment les sociologues tentent-ils de résoudre ces questions ?
Mais surtout, quel est le point commun entre le rap et la musique baroque, Monet et les étudiants d’écoles d’histoires de l’art, l’audience de concerts de jazz expérimental et les conservateurs de musées, Rimbaud et les planches contact ?

Ce numéro, coordonné par Morgan Jouvenet et Christiane Rolle, tous deux membres du laboratoire Printemps (UMR Université de Versailles – Saint Quentin en Yvelines/CNRS), vous donne la réponse par huit sociologues et une historienne, présentés ainsi en introduction :

« Les articles proposent chacun une façon d’interroger le rapport au(x) temps – celui de l’enquêteur ou des acteurs qu’il rencontre –, qu’ils mettent plutôt l’accent sur l’art comme histoire (A. Hennion, P. Ughetto), comme travail (K. Hammou, J. Vandendunder, N. Heinich), comme expression (J. Noirot, J.-M. Ramos) ou comme support de pratiques culturelles (O. Roueff, A. Djakouane). Centrés sur « l’art en train de se faire », ils révèlent aussi l’action de ceux qui soutiennent le travail des créateurs. Plusieurs articles portent ainsi plus particulièrement sur ceux qui regardent, écoutent, présentent, évaluent et diffusent leurs œuvres, et révèlent comment ces acteurs peuvent exercer une influence sur ces derniers (et ce notamment lorsque ces réseaux peuvent devenir assez puissants pour déclencher des actions institutionnelles de la part de diverses administrations publiques, d’institutions et d’associations). Leurs analyses s’appuient ou portent sur les découpages séquentiels caractéristiques des mondes de l’art, ou bien sur la grammaire qui mobilise les repères temporels dans certains d’entre eux. « L’essence est exprimée dans la grammaire » (L. Wittgenstein) et cette grammaire repose sur des formes de vie, des pratiques observables suivant des points de vue très divers. En effet, le seul moyen de restituer le sens du temps dans l’art est d’étudier les jeux de langage et les dispositifs matériels, comme le font les auteurs rassemblés ici : ce que les artistes font du temps et ce que le temps fait aux artistes. »

La revue Temporalités est disponible en accès libre et gratuit sur la plateforme Revues.org du Cléo (CNRS) : http://temporalites.revues.org
La revue Temporalités a pris le relais du bulletin – créé en 1984 par William Grossin (†). Elle est désormais présidée par Claude Dubar, et animée par un comité de rédaction et un comité scientifique pluridisciplinaires. Elle s’efforce de rassembler des articles, des travaux et des productions en sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, démographie, économie, anthropologie, psychologie, linguistique, droit…) qui incluent des analyses de données temporelles, confrontent des conceptions, des usages, des pratiques du temps et des réflexions sur la pluralité des temporalités socio-historiques.

L’occasion de ce numéro était trop belle : Temporalités est désormais une revue illustrée.

Nous serions très heureux que vous diffusiez cette annonce le plus largement possible autour de vous.

Pour toute information sur ce numéro, ses auteurs, les numéros à venir (Temporalités du monde arabe et Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations, n’hésitez pas à contacter Clara Tomasini, secrétaire de rédaction de la revue.

Ce que comparer veut dire : appel à communications

Laure de Verdalle est sociologue et chercheuse CNRS au laboratoire Printemps. Outre son programme de recherche actuel sur l’entrepreneuriat artistique, elle est membre du comité de rédaction de la revue Terrains et travaux. Elle en coordonne le prochain numéro, sur la comparaison en sciences sociales. Voici une version abrégée de son appel à communications, qu’on peut lire en entier ici : T&T21 Appel à contributions

La question de la comparaison traverse l’histoire des sciences sociales. L’un des pères de la sociologie, Émile Durkheim, considérait par exemple qu’ « on n’explique qu’en comparant ». La démarche comparative est donc bien au coeur de nos recherches, souvent de manière explicite : c’est le cas quand on compare directement plusieurs objets entre eux ou qu’on observe de façon croisée différentes situations nationales. On essaie alors de pallier l’une des principales difficultés de nos disciplines : l’absence d’expérimentation au sens où l’entendent les sciences de la nature. Mais nous faisons aussi parfois de la comparaison « sans le savoir », de façon plus implicite, quand nous raisonnons par rapport à ce que nous connaissons le mieux… sans toujours être conscient du biais ethnocentrique que cela peut impliquer.

À cela s’ajoute aujourd’hui une injonction croissante à la comparaison, portée par les différents interlocuteurs du monde de la recherche, qu’ils soient privés ou publics. Pour autant, à l’épreuve de ses terrains, le chercheur se trouve parfois un peu démuni, ne sachant trop comment outiller son regard ou organiser la confrontation entre les objets ou situations qu’il étudie. Partant de ce constat, nous avions mis en en place en juin 2009 une école thématique sur la comparaison, soutenue par le CNRS, qui avait rassemblé à Biarritz pendant une semaine une quarantaine de chercheurs confirmés et de jeunes doctorants autour des enjeux pratiques des démarches comparatives. Nous souhaitons aujourd’hui prolonger ces échanges dans le cadre d’un numéro de la revue Terrains et travaux qui cherchera à mettre en lumière « ce que comparer veut dire » pour les sciences sociales.

Comment mettre en œuvre un travail de généralisation tout en rendant compte des spécificités de chaque cas ? Quelles échelles de comparaison privilégier ? Quelles catégories mobiliser et sous quelle forme ? Quelle place accorder à des typologies qui ont le mérite de caractériser les faits, même si elles en proposent parfois une vision trop statique ? Telles sont les questions auxquelles les articles proposés devront tenter d’apporter leurs propres réponses, sur la base d’enquêtes empiriques solidement documentées. Ce numéro de la revue Terrains et Travaux entend ainsi revenir de manière large sur les enjeux de la comparaison en sciences sociales, en les déclinant sur des terrains variés et en faisant appel à des échelles d’analyse contrastées, spatiales ou temporelles (comparaisons entre pays, mais aussi entre régions ou villes ; entre groupes sociaux au niveau macro ou entre organisations à un niveau plus micro, etc.).
Les articles, de 40 000 signes maximum devront parvenir sous forme électronique aux coordonnateurs du numéro le 5 mars 2012 au plus tard : Cécile Vigour, Laure de Verdalle et Thomas Le Bianic.