Archives de catégorie : Médias

L’UVSQ : les paradoxes des injonctions à l’« excellence » dans une université dite « autonome »

Dans le contexte d’ébranlement du service public de l’enseignement supérieur, notre carnet relaie deux tribunes récemment publiées dans la presse nationale par des membres du laboratoire Printemps. La première, rédigée par un collectif de chercheurs et d’enseignants-chercheurs de l’UVSQ (dont des membres du Printemps), a été publiée dans Libération le 17 décembre 2013 sous le titre « Faillite silencieuse de la fac de Saint-Quentin ». Elle propose une analyse serrée et à vif de la crise traversée par l’UVSQ, en la replaçant dans la problématique nationale des effets désormais tangibles de la LRU. Nous reproduisons ici la version initiale non coupée. La seconde, parue le même jour dans les colonnes de L’Humanité, propose un aperçu succinct de L’université n’est pas en crise, de Romuald Bodin 
(en séjour au Printemps cette année) et Sophie Orange, livre indispensable pour prendre du recul par rapport à nombre de poncifs et d’idées reçues. Nous reproduisons également la version originale.

L’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines : les paradoxes de « l’excellence » dans une université « autonome »

En quasi cessation de paiement, l’UVSQ connait aujourd’hui de grandes difficultés pour assurer sa mission d’enseignement et de recherche. Pourtant, il y a quelques mois, tous les voyants étaient au vert dans cette université louée pour la qualité de son service et ses choix d’avenir. Parmi les premières universités à accéder aux compétences élargies et à « l’autonomie financière », dès 2010 ; signant les premiers « Partenariats Public-Privé » (les fameux PPP) de l’enseignement supérieur et de la recherche ; développant des coopérations avec des entreprises et des fondations, s’engageant dans les projets d’investissements d’avenir mis en avant par le Ministère, l’UVSQ, qui entrait dans le classement de Shanghai des 500 premières universités mondiales en 2010, était saluée comme la « bonne élève » de la LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilité des Universités, votée en 2007). En janvier 2012, sa présidente déclarait lors de ses vœux : « nous sommes parmi les rares universités françaises à ne pas avoir eu de difficultés à boucler notre budget 2012 et à ne pas geler de postes, nous en ouvrirons même plus de 60 cette année ». Un an plus tard, l’UVSQ était distinguée pour son excellence en matière d’insertion des étudiants et le niveau élevé de son taux de réussite en licence, classée première en France avec la plus forte « valeur ajoutée » de ses équipes pédagogiques dans une note du Ministère de la recherche.

Campus de l'UVSQ, université d'"excellence" classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)
Campus de l’UVSQ, université classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)

Aujourd’hui, la situation est tout autre : début novembre, il manque plus de 4 millions d’euros à l’université pour assurer ses dépenses courantes (salaires, loyers des PPP, fonctionnement) d’ici fin décembre 2013. Après avoir déjà découvert l’existence d’un « trou » de plusieurs millions d’euros au printemps, et malgré l’adoption d’un plan d’économies drastiques (gel des deux tiers des recrutements prévus, économies de fonctionnement de 1,8 million d’euros…), l’UVSQ est contrainte d’appeler l’Etat au secours. Le ministère accepte de lui octroyer une « avance » (et non une « subvention », est-il sèchement précisé) et bloque en contrepartie toutes les dépenses courantes. Ce qui signifie par exemple, la fermeture du service de reprographie, l’impossibilité  d’acheter du matériel de base (stylos, livres,…) ou le non paiement des factures en cours. Comment en est-on arrivé là ? La réponse à cette question est d’autant moins anodine que le cas particulier de l’UVSQ constitue l’illustration d’une situation qui tend à se banaliser aujourd’hui en France : celle d’une « faillite silencieuse » de l’université française évoquée récemment par T. Piketty. Continuer la lecture de L’UVSQ : les paradoxes des injonctions à l’« excellence » dans une université dite « autonome »

Combien coute un article de revue scientifique en sciences humaines ?

Cost_of_publishing2-11

La recommandation européenne sur le libre accès des revues scientifiques du 17 juillet 2012 [1] a entrainé en France dans le secteur des sciences humaines deux types de réaction : certains, comme les revues se trouvant dans le consortium Revues.org, y ont vu un encouragement à leur politique de libre accès, en accord avec les principes qui la fondent (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert de 2001 et Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et sociales de 2003), mais plus d’une centaine de revues qui se trouvent pour la plupart dans le consortium Cairn y ont vu une menace et ont protesté par un appel commun dont voici un extrait :

« Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des sciences humaines et sociales, où l’économie des publications n’est envisageable que dans la durée, pour permettre le maintien d’un grand nombre de revues académiques, alors même que celles-ci constituent un outil essentiel au débat public ; nous estimons aussi qu’au-delà des revues académiques, les autres domaines de l’édition du savoir en sciences humaines et sociales, notamment les revues de débat ou d’opinion, pourraient être, eux aussi, menacés dans la mesure où leurs auteurs sont très souvent rémunérés sur fonds publics. »

On notera la contribution de la revue Tracés (L’open access: la schizophrénie française) qui est diffusée à la fois par Cairn et par Revues.org. La revue est diffusée d’une manière payante pendant deux ans par Cairn, est libre d’accès sur cette plate-forme pendant un an, puis est diffusée gratuitement par Revues.org. Cette revue, créée en 2002, existe en version papier et version électronique et déclare ne pouvoir subsister que grâce aux revenus issus de la consultation par Cairn (cinq euros l’article pour un particulier) mais principalement par le biais des bibliothèques qui s’abonnent à Cairn.

Voici comment Tracés voit sa situation :

« Ce modèle économique, mêlant public et privé, constitué de subventions diverses et de revenus commerciaux, impliquant un grand nombre d’acteurs qui se recoupent plus ou moins, est ce qui permet aujourd’hui à Tracés d’exister. Le cas de notre revue est sans doute un peu particulier car elle est jeune et ne dépend pas d’un laboratoire de recherche. Elle ne bénéficiait donc pas du même soutien institutionnel que certaines revues anciennes qui dépendent d’un laboratoire ou d’une association disciplinaire. Ce soutien peut être un financement direct ou une mise à disposition de personnel : il n’est pas rare en France par exemple, qu’un agrégé ou un ingénieur CNRS soit détaché pour effectuer le secrétariat de rédaction d’une revue. Enfin, comme toute revue universitaire, le modèle économique de Tracés demeure fondé sur une importante subvention indirecte : ni les auteurs, ni les rapporteurs du comité de lecture, ni les membres du comité de rédaction (incluant le secrétariat de rédaction) ne sont rémunérés par Tracés. Cela ne veut pas dire évidemment qu’ils sont bénévoles, au sens strict du terme, puisque leur rémunération en tant que chercheur inclut de manière plus ou moins explicite le temps passé à écrire, publier, critiquer, éditer. »

Avec un tel modèle économique, les revenus venant de Cairn sont jugés indispensables, semble-t-il, pour maintenir l’édition papier. Pour pouvoir subsister indépendamment de Cairn, la revue estime à 15 000 € par an la subvention qui lui serait nécessaire.

Ce texte et la situation actuelle qu’il tente de refléter incite à regarder plus précisément combien coute une revue [2]. C’est ce que nous voudrions faire en prenant trois exemples : celui de la Revue française de sociologie (Cairn) qui donne un compte-rendu annuel de son activité (2006 dans 2007, 48-3 [3] ; 2007 dans 2008, 49-3 ; 2008 dans 2009, 50-3 ; 2009 dans 2010, 51-4 ; 2010 dans 2011,52-4 et 2011 dans 2012, 53-3) et deux revues diffusées par Revues.org dont les auteurs du présent billet s’occupent à divers titres : Socio-logos et Temporalités.

Notre propos est de faire une estimation du cout d’une revue sous forme d’une fourchette entre un minimum et un maximum tant il est difficile d’estimer le temps passé pour éditer un article.

Suivant la pratique habituelle des revues de sciences humaines en France, on considérera que le travail fait par les auteurs, les lecteurs du comité de rédaction, les lecteurs extérieurs fait partie de leur activité normale de recherche et ne sont pas à imputer dans le cout d’un article. On ne prendra donc en compte que les couts suivants :

  • le travail d’un responsable éditorial type ingénieur de recherche CNRS payé 36 000 € par an.
  • le travail d’un secrétaire de rédaction type ingénieur d’études CNRS payé 25 000 € par an [4].

Dans les deux cas on tiendra compte des charges sociales et on convertira en cout horaire. L’estimation se fera en tenant compte du temps passé pour le premier tri des articles reçus, le choix des experts, la correspondance afférente, l’édition des textes (en ligne et/ou sur papier), les contacts avec les auteurs pour mise au point. De même pour les recensions de livres.

  • dans le cas d’une édition papier les frais d’impression de routage et d’expédition.
  • les frais généraux de secrétariat.

On a pris en compte les frais de réunion du comité éditorial mais ils sont très variables et dépendent de chaque cas particulier : contacts habituels en ligne, réunions à l’occasion d’autres manifestations, voyages pris en compte par les laboratoires comme faisant partie du travail habituel du chercheur. La modélisation proposée fait des estimations entre minimum nul et un maximum dépendant du nombre de réunions annuelles et des indications sur le nombre de membres n’étant pas à Paris.

On trouvera dans le document pdf ci-dessous le détail des estimations et une feuille Excel qui permettra à toutes les revues qui veulent participer à l’estimation de faire leur propre calcul et d’en voir le détail.

Au final on a les résultats suivants pour les trois revues envisagées : (voir le Post Scriptum pour les modifs)

Revue Cout minimal par article Cout maximal par article
Rev. Fr. de Soc. 1135    1232 2076   2367
Socio-logos 238      244 741     759
Temporalités 388      391 1184   1194

Les fourchettes sont d’une ampleur de 2 à 3 mais les ordres de grandeur sont du même ordre.

À titre de comparaison, Bernard Pochet (Université de Liège) dans la liste « accès ouvert » arrive aux conclusions suivantes pour une revue internationale (31/01/13).

Pour répondre à la question du coût, pour une revue de niveau international, modeste mais néanmoins reprise dans le JCR (c’est pas obligé mais c’est bien quand-même), il faut regarder les dépenses indispensables (je parle de : http://www.pressesagro.be/base/)

– un mi-temps (bac +3) pour le secrétariat (réception des articles, courrier aux auteurs et aux lecteurs…)

– un mi-temps (bac + 3) pour la mise en page (en pdf avec InDesign et en html avec Lodel)

c’est chez nous la même personne qui fait les deux – comptez 25 000 €

– un mi-temps (bac +5) pour le travail rédactionnel : première lecture avant transmission au comité de rédaction, recherche des reviewers, relecture après corrections et relecture avant publication (+ questions aux auteurs, biblio…) – comptez 18 000 €

– quelques frais (téléphone cartouches…) – comptez 2 000 €

– les frais d’impression sont couverts par les abonnements, les frais d’expédition sont de ± 4 000 € par an… ces postes pourraient être supprimés avec une diffusion uniquement électronique… on y songe, je ne les compte pas.

le rédac chef, le secrétaire du comité de rédaction, les membres du comité de rédaction, les reviewers, le président du comité scientifique, les membres du comité scientifique… ne sont pas payés

On a donc 25 + 18 + 2 = 45 000 € pour travailler correctement. Somme à diviser par le nombre d’articles publiés (60) chaque année = on est quand-même à un coût vérité de 750 € par article. Loin des 3 000 de nos amis les requins (qui doivent aussi rémunérer leurs pauvres actionnaires, ce n’est pas la crise pour tout le monde) [5] mais ce n’est pas négligeable. Les couts peuvent difficilement être compressés sans réduire la qualité. Il y a les subventions qui les réduisent mais on peut aussi publier plus (mais il n’y a que 24 heures dans une journée) et, publier plus, c’est aussi plus de travail… enfin, voilà l’équation telle que je la vois.

Cette estimation de 750 € est pratiquement à l’intérieur de la fourchette des estimations précédentes.

Toutes ces estimations envisagent le cout réel (hors locaux cependant) mais non le cout affiché car les personnels sont soit bénévoles soit rémunérés par le secteur public. Si on exclut les couts de personnels, il ne reste que les couts liés à l’éventuelle impression, l’envoi de la version papier et les réunions des comités de rédaction, estimés à 15 000 € pour la RFS, somme qui correspond d’ailleurs à la subvention que demande Tracés pour subsister [6].

Perspectives

Dans son appel Cairn lie le sort des revues scientifiques à celui des revues de débat alors que leurs situations sont très différentes : les couts en personnel sont pris en charge dans la plupart des revues scientifiques alors que ce n’est évidemment pas le cas pour une revue comme Esprit par exemple [7]. Mais prétendre que ces revues sont concernées par la recommandation européenne sous prétexte que leurs auteurs peuvent être rémunérés sur fonds publics est ne pas distinguer l’activité du chercheur qui peut écrire des articles autres que scientifiques, mais rigoureux cependant, dans des revues de débat.

Comme le déclare Bernard Pochet, nos couts sont très éloignés de ceux qu’il appelle ceux des « requins » : on notera que l’abandon de la publication papier qui va en se généralisant sous la pression des bibliothèques, elles-mêmes soumises à des budgets de plus en plus serrés d’un côté et des couts d’abonnements de plus en plus prohibitifs de l’autre, pourrait réduire quelque peu la facture. Mais abandon du papier signifie-t-il obligatoirement diminution du cout ? Rien de moins sûr ! [8]

Toujours est-il que l’on peut raisonnablement soutenir que l’appel à l’open access de la commission européenne peut être pris en compte par les revues scientifiques et ce d’autant plus facilement qu’elles renonceront au modèle actuel de leur financement papier (cela est patent dans le cas de Tracés). La piste du Print on demand (POD) et de l’édition nativement multisupport est assurément prometteuse. Dans le cas de revues papier (traditionnellement imprimées ou à la demande) la charge de l’impression pourrait être renvoyée au lecteur soucieux de l’objet papier sans générer de couts exhorbitants de stockage ou de diffusion. Dans l’état actuel des choses, le lecteur peut ne sélectionner que l’article qui lui semble indispensable et il est probable que le confort de la lecture à l’écran (encre électronique, formats détachables etc.) sera encore amélioré dans les années à venir.

Nous ne pouvons donc que réitérer l’invitation à ce que d’autres revues objectivent leur situation en remplissant la modélisation cout revues ci-dessous de manière à ce qu’émerge progressivement une carte fiable de la situation éditoriale scientifique en France [9]. Cela permettrait en outre, une fois la masse critique nécessaire atteinte, de faire également des comparaisons — européennes et même internationales — et de reposer par exemple à nouveaux frais – c’est le cas de le dire ! – la question des presses universitaires françaises, dont les missions, on s’en souvient peut-être, étaient assez proches des principes fondateurs de l’Open Access.

En s’intéressant aux couts de l’édition des revues scientifiques, on voit bien que d’autres questions, peut-être plus importantes encore, émergent. Les trois exemples ici rassemblés plaident certes pour la généralisation de l’accès ouvert dans une perspective financière. Mais on peut également entendre l’accès ouvert comme la rencontre des missions de diffusion de la recherche de l’édition publique et de la logique par définition ouverte du web. La décroissance des couts de l’édition scientifique devient alors également souhaitable du point de vue de la science elle-même (diffusion) comme du point de vue de son financement public, c’est-à-dire par le citoyen-contribuable.

Philippe Cibois, François Théron

PS du 27/06/13 : des hésitations sur le fait de savoir s’il faut prendre ou non les recensions pour le cout d’un article ont entrainé des incohérences qui sont levées dans les versions V2 des résultats (en PDF) et de la feuille de calcul. Dans cette nouvelle version, les recensions sont bien intégrées. Ceci entraine des modifications pour le cout par article qui sont reportées dans le texte.

XlsCoutRevueV2

PdfCoutTroisRevuesV2

[1] On se reportera également avec profit au Rapport final rendu à la commission européenne de janvier 2006 : Study on the economic and technical evolution of the scientific publication markets in Europe. Et très récemment, en date du 13 juin 2013, à la déclaration des « Science Ministers » du G8 allant dans le sens d’une politique globale en faveur du libre accès aux résultats de la recherche (littérature et données).

[2] On applique dans ce billet, on l’aura remarqué, les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ici cela concerne l’absence de l’accent circonflexe sur le u de cout, le i de entrainer etc.

[3] Ce compte rendu, situé en début de volume hors pagination, ne se retrouve pas dans la version consultable sur Cairn.

[4] Ce sont ces deux postes de dépense qui sont appelés « secrétariat de rédaction » dans la RFS. Voir http://www.rfs-revue.com/spip.php%3Frubrique2&lang=fr.html et le compte rendu d’activité 2006, dans RFS, 2007, 48-3.

[5] Bernard Pochet fait sans doute allusion ici au CA de 5MM€ d’Elsevier en 2011, pour un bénéfice de 1,6MM€. À noter que le top ten mondial comprend 6 éditeurs européens (Pearson, UK ; Elsevier, NL, UK ; Wolters Kluwer, NL, Bertelsman, D ; Hachette, F.) Voir aussi pour l’édition française : http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Edition/203Concentration.htm  Et un autre exemple récent dans la presse : http://www.actualitte.com/usages/la-publication-numerique-libre-defi-des-universites-americaines-41529.htm

[6] Dans le cas de Temporalités, les couts de « réunion » sont pris en charge par le réseau des laboratoires partenaires de la revue, fédérés en association (l’Association pour le Développement de la Revue Temporalités – ADRT). Chaque laboratoire finance ainsi et les couts de fonctionnement régulier de l’association éditrice du titre et les voyages de ses membres représentés au comité de rédaction et au comité scientifique.

[7] Dans le cas de la RFS, les couts en personnels sont pris en charge par le CNRS. Dans le cas de Temporalités, par l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et le laboratoire Printemps, qui hébergent le siège de la rédaction de la revue et financent son secrétariat via un poste d’ingénieur d’études titulaire.

[8] À moins bien évidemment de tenir que cout de revient et cout d’abonnement entretiennent un rapport de grandeur fixe. À la question des couts s’ajoute également la question de la valeur. Voir Open access: The true cost of science publishing, Cheap open-access journals raise questions about the value publishers add for their money. Richard Van Noorden, 27 March 2013. Quoique très centré sur l’Open access « gold », cet article et le dossier de Nature dans lequel il s’insère est une source passionnante sur les problématiques Open Access dans le monde anglo-saxon et les disciplines non SHS.

[9] Nous souscrivons ici à ce qu’écrivait Stéphane Le lay, secrétaire de rédaction de la RFS, le 25 mars 2013 dans la revue Mouvements sur le même sujet (« Les évolutions actuelles dans l’édition scientifique. Éléments de contexte et questions sans réponses ») : « Pour être crédibles, les différentes parties prenantes doivent mettre sur la table tous les éléments d’information nécessaires à la compréhension des dynamiques du secteur. Pas de doute que les acteurs privés (associations détenants des revues, maisons d’édition, etc.), parfois prompts à revendiquer l’usage de la compatibilité analytique dans l’évalution des dépenses publiques, sauront faire preuve de bonne volonté en la matière. Sauf à courir le risque d’alimenter le soupçon concernant les motivations réelles qui les animent dans les débats actuels ».

Exercice d’admiration : Michel Pialoux, Christian Corouge et les « Chroniques Peugeot »

couv_196-197
Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013.

En ouvrant la nouvelle livraison de la revue Actes de la recherche en sciences sociales[1] consacrée à la question des liens entre intellectuels et ouvriers, je suis tombé sur le premier article, un entretien de Michel Pialoux avec Christian Corouge. Pour qui a été formé aux sciences sociales dans les années 1980 et 1990 (comme c’est mon cas), l’apposition des deux noms ne peut pas ne pas rappeler les dialogues entre les deux hommes publiés dans les Actes sous le nom de « Chroniques Peugeot » en 1984 et 1985. Au début des années 1980, alors que l’on nous annonçait la fin du monde ouvrier et la désindustrialisation de la France, un sociologue, Michel Pialoux, et un ouvrier spécialisé, Christian Corouge, dialoguaient pour mieux mettre à jour les relations sociales autour des chaînes de montage, la difficulté des relations sociales au sein d’une usine, la réalité des rapports de force et des rapports de domination, mais aussi les formes de résistance, les luttes syndicales et les mouvements de grève qui marquaient l’usine Peugeot de Sochaux.

Pour le sociologue débutant ne connaissant pas la réalité du monde ouvrier, la lecture de ces articles dévoilait la souffrance sociale d’une population invisibilisée. Mais elle produisait aussi un formidable effet d’entraînement à la réalisation d’entretiens où la vérité du monde social pourrait s’exprimer dans un dialogue entre un sociologue et un membre des classes populaires. On dira qu’il s’agissait d’un fantasme ouvriériste de la part d’un étudiant de classes moyennes aspirant à un engagement à la fois professionnel et politique, ce qui est vrai. Il reste que ces articles montraient le travail sociologique en actes, celui du questionnement, de la posture d’écoute et de relance, de nécessité de la retranscription, et l’activité d’interprétation sociologique que constituaient les premiers paragraphes de remise en perspective et les intertitres résumant les différentes parties de l’entretien. C’est ainsi que, pour ma part, j’ai appris à faire des entretiens, grâce à la lecture des dialogues entre Michel Pialoux et Christian Corouge, mais aussi grâce au séminaire de Stéphane Beaud, Frédérique Matonti et Florence Weber au début des années 1990.

Plus de 20 ans après la première lecture de ces articles, la parution de celui de 2013, qui constitue une sorte d’épilogue, permet mieux encore de revenir sur la posture du sociologue, et de montrer l’évidente nécessité de la réflexivité[2]. Celle-ci n’est pas qu’un slogan, qui tourne parfois à vide à force d’être présentée comme un impératif catégorique. Michel Pialoux s’interroge sur la raison pour laquelle les deux co-auteurs (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit) ont cessé tout à coup, en 1985, d’arrêter cette activité commune. L’explication est complexe, et elle tient notamment aux soubresauts de la vie personnelle et militante de Christian Corouge, mais elle pourrait être résumée ainsi : même si ce travail en commun apportait beaucoup à Christian Corouge, l’objectivation qu’elle nécessitait chez lui était trop coûteuse et ne lui permettait plus de continuer à vivre sa vie de militant syndical ni même d’ouvrier. Qui plus est, la publication des articles modifiait la représentation que la direction comme les militants syndicaux se faisaient de Christian Corouge. L’extrait d’un entretien réalisé en 1986 montre bien tout l’intérêt et les limites de ce type de travail sociologique[3] :

 – Tu m’as dit : « je veux pas être psychanalysé », donc tu poses la question du rapport avec moi, de la vision que tu avais eue de moi au début de ce boulot et pendant ce boulot…

– Ben, c’est-à-dire qu’avec toi, c’est facile de travailler avec toi. C’est facile dans la mesure où tu acceptes tout, je crois. Tu acceptes les difficultés, je veux dire, de bosser comme ça, ça veut dire que t’es pas pressé à une heure, t’es pas pressé à deux heures…

– Oui, mais toi d’emblée, tu t’étais mis en congé maladie, tu avais de la disponibilité aussi. Enfin, moi j’ai pas du tout vécu ça comme quelque chose de difficile au niveau de l’organisation matérielle. À un autre niveau, je dis pas, mais…

– Disons que pendant les trois ans qu’on a fait ce genre de truc, pendant trois ans, il y a eu un problème entre moi… moi et l’usine. Et je sais très bien qu’à chaque fois que je te vois débarquer, il va y avoir un nouveau conflit entre moi et l’usine. Mais profondément, hein ? Parce que à chaque fois, si tu veux, c’est pas tellement les questions que tu poses, c’est que ces questions, moi, j’ai pas envie de me les poser (…) quand je rentre dans mon atelier et que je dois faire ma production, y’a un problème, tu vois, y’a un problème. Je me dis quand même que c’est pas normal, qu’il y a un os quelque part. Et là, moi, je sais que depuis trois ans, c’est ça qui m’a permis de réfléchir différemment, parce que bon, ça s’est décramponné petit à petit.

Michel Pialoux, Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011.
Michel Pialoux, Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011.

On le lira dans l’article de 2013, Christian Corouge est un ouvrier exceptionnel, puisqu’il a travaillé aussi avec Bruno Muel et le groupe Medvedkine. Il était par conséquent sans doute tout à fait disposé à l’objectivation, au travail collectif de co-production d’une analyse sociologique sur le travail ouvrier. Il reste que celle-ci n’est pas sans risque et qu’elle est très ambivalente : tantôt instrument d’émancipation et de libération, tantôt forme d’introspection interdisant de vivre désormais une vie « normale », l’entretien n’est jamais neutre. Il coûte à chacun des deux protagonistes, même si l’avantage du sociologue est qu’il retourne ensuite dans son université et dans son centre de recherche, laissant son interviewé aux prises avec les portes qu’ils ont ouvertes ensemble.

On ne remerciera jamais assez Michel Pialoux d’avoir montré tout cela, mais sans pour autant donner des leçons de méthodologie, et sans non plus renoncer à l’ambition de savoir qui est au cœur de la sociologie qu’il défend : une sociologie tout à la fois explicative et compréhensive, partant de l’analyse d’un individu pour comprendre le groupe ; bref, une sociologie qui refuse les fausses oppositions des manuels et se confronte à ce qui est peut-être la principale contradiction de notre métier : allier empathie et objectivation.

Laurent Willemez

 


[2] Pour un autre exemple de réflexivité sur les relations enquêteur-enquêté, voir le très beau documentaire sur Jeanne Favret Saada : http://vimeo.com/search?q=jeanne+favret+saada.

[3] L’article est publié dans Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Agone, 2011, p. 416-417.

La découverte du travail photographique de Guy Hersant

GH2_EOGN Melun (640x320)
ECOLE DES OFFICIERS DE LA GENDARMERIE NATIONALE. Elèves Officiers au Centre de documentation. Melun. Hiver 2011. © Guy Hersant

Guy Hersant est un photographe dont la déjà longue trajectoire artistique l’a récemment entrainé à réaliser une série sur le monde du travail. Cette série, intitulée « Pose travail » fait l’objet d’une exposition au musée départemental de la Seine et Marne, ainsi que d’un bel ouvrage publié aux éditions Snoeck. Pour la réaliser, G. Hersant a parcouru le département à la rencontre de ses travailleurs, afin de réaliser des portraits de groupe conçus comme des parenthèses dans les journées et sur les lieux de travail. Conjointement au travail photographique, une mission ethnologique basée sur des entretiens a été réalisée par Dominique Le Tirant et dont les textes figurent dans le livre, en regard des photos. Chercheur au laboratoire Printemps, Morgan Jouvenet a aussi écrit un texte pour ce catalogue. Il revient dans cet entretien sur la découverte de ce travail photographique.

 

Comment as-tu été amené à écrire un texte pour le catalogue de « Pose travail » ?

En fait j’ai rencontré Guy – ou plutôt ses photos – par hasard, au cours d’une promenade en famille, au Guilvinec. Il se trouve que j’ai grandi là-bas, dans cette petite commune du Finistère sud qui est surtout connue pour son port de pêche, et que j’y retourne régulièrement. En 2011 il y avait dans un espace attenant à la criée une exposition de ses photos réalisées sur – mais aussi avec – les élèves de l’école de pêche locale. C’est une école dont j’ai vu construire les nouveaux bâtiments tout près de chez moi à l’époque et donc que je connaissais très bien, sans pourtant avoir jamais eu l’occasion de voir ce qu’il s’y passait. Et par ailleurs de vieilles connaissances et des personnes de ma famille l’ont fréquentée. Sans parler de l’omniprésence de la culture du marin-pêcheur dans mon entourage proche. Donc la démarche du photographe sur cet univers qui m’est très familier, c’est le cas de le dire, m’a intéressé. En plus j’ai trouvé les photos très belles, aussi bien les portraits que les clichés réalisés sur les bateaux lors des sorties en mer. Dans l’exposition il n’y avait pas de catalogue, et quand je suis rentré à Paris j’ai essayé de mettre la main dessus via internet. J’ai fini par écrire directement au photographe, et Guy m’a répondu qu’il n’y avait rien de publié sur ce travail mais qu’il pouvait m’envoyer autre chose. Nous avons commencé par échanger des courriels et puis finalement on s’est rencontré, et c’est là qu’il m’a parlé de son travail en cours en Seine et Marne (et de son catalogue).

GH3_maraîcher de plein champ (640x320)
ENTREPRISE BEHURET. Ouvriers agricoles, saisonniers, chauffeur de poids lourds, salarié gérant. Récolte de feuille de chêne rouge. Chailly-en-Bière. Juillet 2011. © Guy Hersant

Il t’a montré les photos qu’il prenait pour ce projet ?

Oui, il apportait des impressions A4 des photos réalisées récemment et on discutait de ses choix, et plus généralement de la manière dont il conduisait son projet. J’ai trouvé les photos très bien, même mal imprimées, et puis c’était assez passionnant de voir comment il s’y prenait pour imposer ses idées esthétiques dans un contexte pas très évident, au fil d’un parcours qui le menait au contact de personnalités et dans des lieux très différents. Le décalage entre la cohérence de sa démarche, sa concentration sur une ligne artistique, et l’environnement dans lequel il cherchait à la déployer m’intriguait. Il faut aussi dire qu’entretemps je me suis intéressé à l’ensemble de l’œuvre de Guy, et j’y ai retrouvé des choses que j’aime beaucoup dans la photo contemporaine, notamment les qualités de l’« objectivité » attachée à l’école de Düsseldorf, dans la suite des séries des Becher, etc. Guy n’a jamais trop fréquenté le circuit des galeries, mais je trouve qu’au long de sa carrière il a réalisé des séries qu’on peut tout à fait rapprocher de certains courants ou certains auteurs désormais bien connus dans l’histoire de la photo (comme T. Struth par exemple). 

C’est ce que tu dis dans le texte du catalogue ?

Oui, je le mentionne. Mais il s’agissait aussi de relever l’originalité de la série, en particulier par rapport à l’histoire de la photo de travail. Il y a bien sûr eu des études fouillées sur la question, et donc j’ai essayé de situer le projet de Guy par rapport à ce corpus. L’idée était même de montrer leurs qualités en regard du savoir sociologique sur le travail. Vaste programme !

GH4_ONF forestiers
ONF, agence de Fontainebleau, unité territoriale. Equipe de martelage : marteleurs, marteleur responsable de la coupe, marteleuse-directrice de martelage, pointeur. Martelage de coupe d’amélioration. Forêt de Fontainebleau. Hiver 2011. © Guy Hersant

Plus sérieusement, j’ai essayé de mettre en valeur le pouvoir de « mise en intrigue » de l’ordinaire du travail dans cette série. De mon point de vue, elle offre de très belles images de l’équilibre entre le groupe et l’individu à l’œuvre dans les collectifs de travail. Et je trouve que les qualités de Pose travail reposent aussi sur ce que les photos laissent percevoir du hors-cadre : Guy a trouvé une façon de suggérer, dans ces images, le rapport de continuité et de rupture que  le « moment de la pose » entretient avec le flux de l’activité – celles des travailleurs à l’image, mais aussi la sienne. La dramaturgie de la démarche artistique, telle qu’elle peut se déployer dans de tels environnements, est visible à l’œil nu, et j’ai aussi été sensible à ça – peut-être une déformation professionnelle ! Ses photos – certaines sont magnifiques – exploitent en tout cas au mieux ce temps de la pose, comme une espèce de parenthèse ouverte dans les routines du quotidien : ce sont des images d’une certaine relâche, d’un moment de suspension des tensions et attentions, qui éclate ou réaligne le groupe. Guy revient d’ailleurs sur les aléas du dispositif de création de cette série dans son propre texte du catalogue de Pose travail, et on voit comment il a composé avec, suivant les règles qu’il s’était fixé.

GH5_SNECMA (640x320)
SNECMA, site de Villaroche. Atelier de montage. Monteurs. Réau. Hiver 2011. © Guy Hersant

Parce qu’il suit des règles ?

Oui, il y a une part d’improvisation, forcément, mais comme je l’ai dit, il y a aussi une ligne esthétique qui nécessite l’invention de quelques règles. Et celles que Guy a choisies l’empêchent, heureusement à mon sens, de faire dans le pittoresque ou le folklorique – ce qui était sans doute un risque important sur ce type de terrain. Au contraire, les photos renvoient une image très équilibrée du travail, et l’impression qui se dégage est celle d’une esthétique très tempérée. Je le dis aussi dans le texte, elles m’ont d’ailleurs fait penser au livre de Becker sur les diverses manières de construire des représentations du monde social [Becker H., 2007, Telling About Society, Chicago & London, The University of Chicago Press], dans le sens où en les voyant les similitudes que Becker relève entre certains travaux photographiques et certains instruments scientifiques, comme les tableaux ou les diagrammes, paraissent très justes. C’est une façon de dire que la série Pose travail a aussi l’aura d’un « espace conceptuel », pour reprendre les termes de Becker, parce qu’elle invite à se livrer à un jeu des rapprochements et des distinctions qui assure ou bouscule les catégories de perception ordinaires. Pour le dire autrement, on y repère des « airs de famille » qui sont au principe de la mise en ordre d’un monde – le monde du travail contemporain ici. C’est aussi pour cela que, comme pour les photos de W. Evans, par exemple, que Becker commente, voir l’ensemble des images influence notre compréhension de chacune d’entre elle. Il ne faut donc pas se contenter de celles qui sont présentées sur ce carnet, mais aller voir l’exposition ou se procurer son catalogue !

 

Exposition « Pose Travail », au musée de la Seine-et-Marne, du 23 mars – 29 décembre 2013. Renseignements pratiques sur le site : http://www.musee-seine-et-marne.fr/agenda/events/384

Catalogue : Baron Evelyne (dir.), Pose Travail, Genk, Éditions Snoeck.

Voir aussi le site internet de Guy Hersant : http://www.guy-hersant.com/

 

« Une situation ubuesque mais tellement ordinaire »

« Plutôt que d’une « dérégulation » fantasmée par les économistes néolibéraux, on observe au contraire une « inflation normative ». Le fonctionnement des marchés, saturés de règlements, comme les partenariats public-privé, attestent de cette confusion en règles… » Voici la suite des chroniques d’Arnaud Saint-Martin, que nous republions avec l’aimable autorisation de L’Humanité. Les chroniques précédentes sont ici et , ici et ici et .
Cliquez sur l’image pour lire la suite.

 

Arnaud Saint-Martin

Feuilleter le livre sur le site de La Découverte

Coopérer pour prévenir la récidive ? Pas si simple.

Tribunal de grande instance de Bobigny – Photo Outlandos / Flickr CC.

Le 7 août, la garde des Sceaux Christiane Taubira a donné une interview au quotidien Libération qui a fait du bruit, surtout pour les doutes qu’elle a émis au sujet de la généralisation des centres éducatifs fermés. Mais elle a également annoncé plus de moyens pour les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation. Le travail de ces conseillers, ainsi que d’autres acteurs de la prévention de la récidive, est l’objet d’études de Ludovic Jamet, qui est arrivé au laboratoire début 2012 pour un post-doctorat de 18 mois. Il travaille avec Philip Milburn et Virginie Gautron, sociologue à Nantes, sur la « sectorisation de la prévention de la récidive », pour la Mission droit et justice, à laquelle ils doivent rendre un rapport en juin 2013.

Qu’est-ce que la Mission droit et justice attend de votre recherche ?

La cellule recherche de l’administration pénitentiaire souhaitait faire le bilan de l’application des différentes circulaires et des lois qui se sont succédées ces dernières années. Est-ce qu’un secteur d’action publique est en train d’émerger ? Comment les différents dispositifs s’articulent ? Comment les acteurs coopèrent ? Est-ce qu’un système de valeurs commun permet de donner une certaine unité à ce secteur ? On a écrit un projet de recherches d’une dizaine de pages, que la mission a retenu en nous conseillant de nous centrer sur un territoire précis : nous avons choisi la Seine-Saint-Denis.

Nous avons donc repéré les acteurs, avant de les rencontrer pour comprendre leur travail au quotidien et leurs relations de travail, à l’intérieur de certains dispositifs locaux de prévention de la délinquance, mais aussi à la direction de l’administration pénitentiaire : comment ces dispositifs s’agencent entre eux, comment peuvent-ils entrer en conflit ou se recouvrir ? Quel est le périmètre d’intervention de chaque acteur ?

Qui s’occupe de la prévention de la récidive ?

Il y a d’abord les services de l’administration pénitentiaire. En Seine-Saint-Denis, il y a un lieu de détention, la maison d’arrêt de Villepinte et un lieu d’aménagement de peine, le centre de semi-liberté de Gagny. Il y a ensuite le tribunal de grande instance de Bobigny, avec les juges d’application des peines, qui sont les magistrats du siège compétents, et le service de l’exécution des peines du parquet.

Un autre groupe d’acteurs importants est le service pénitentiaire d’insertion et de probation (« SPIP ») qui rassemble les travailleurs sociaux… ou les anciens travailleurs sociaux, parce que c’est une profession en complète restructuration et réaménagement. L’un des enjeux de la recherche est d’ailleurs de savoir comment évoluent les fonctions de ces  « conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation » (CPIP). Ils font le lien entre le détenu et le magistrat, ils mettent en œuvre les aménagements de peine, et ils suivent l’ensemble des personnes placées sous main de justice, notamment dans leurs obligations de soins, leurs recherches d’une formation professionnelle, leurs démarches administratives, etc.

Il y a également les acteurs politiques locaux, communes ou préfecture, qui participent à des actions de prévention de la récidive ; le secteur de la santé, psychiatres, psychologues, qui rendent des expertises pour déterminer la dangerosité du détenu, et le médecin coordinateur, en cas d’injonction de soins, qui suit le traitement et fait le lien entre judiciaire et sanitaire. Et enfin, le secteur associatif : les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ou d’autres structures, qui peuvent accueillir des sortants de prison dans le cadre du placement extérieur (un des aménagements de peine possible), ou pour les soutenir psychologiquement ou socialement.

Il pourrait sembler évident que tous ces acteurs travaillent ensemble…

C’est loin d’être le cas. L’application des peines est déjà une juridiction très récente. Avant la loi du 9 mars 2004, un juge s’occupait de toutes ces tâches administratives, mais il n’y avait pas de juridiction spécifique. Ce juge a maintenant des pouvoirs renforcés. Depuis, une succession de faits divers a entraîné une succession de réactions politiques… immédiates. Petit à petit, une nouvelle forme de juridiction a émergé et ses missions ont beaucoup évolué, tout comme celles des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation. À la fin des années 90, les travailleurs sociaux étaient encore rattachés directement aux tribunaux. Leur responsable hiérarchique était un magistrat, puis ça a été le directeur de la prison, et maintenant c’est un directeur spécifique, qui fait partie de l’administration pénitentiaire. Mais certains magistrats considèrent encore qu’ils sont leurs supérieurs hiérarchiques… Certaines vieilles habitudes peuvent causer des conflits et des malentendus.

Votre but est de mieux comprendre comment les missions se répartissent ?

Oui, on veut déjà comprendre qui intervient ; on a recensé les différents groupes d’acteurs, puis on a essayé de comprendre à quel niveau, et pour quoi faire (sur quel « registre d’action », disent les sociologues) chacun peut intervenir. Il y a de nombreux dispositifs locaux, comme les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), de nombreux acteurs, et tellement de lois que certains dispositifs peuvent ressembler à des coquilles vides, que d’autres sont en train d’évoluer…  Les acteurs eux-mêmes ont du mal à s’y retrouver. Donc, après avoir recensé tout le monde, on veut comprendre la répartition des tâches et le domaine d’intervention de chacun, et comment ils se servent des lois et réglements divers.

Les pressions politiques ont mené à d’énormes réaménagements des missions et des fonctions des juges d’application des peines et des conseillers. Ce secteur, à peine né, est déjà complètement chamboulé. Les professionnels peuvent se sentir perdus, ils peuvent avoir du mal à comprendre quel est leur périmètre d’intervention, quel est celui des autres. Pourtant, la loi de 2004 a instauré le principe selon lequel la « sortie sèche » de prison, sans accompagnement ni démarche de semi-liberté, doit être l’exception…

En pratique, on y arrive ?

Pas du tout. Les juges d’application des peines et le Spip se plaignent d’un manque de moyens considérable.

Est-ce que l’arrivée de la gauche au pouvoir a changé quelque chose ?

La nouvelle garde des Sceaux, Mme Taubira, a annoncé qu’elle allait leur donner plus de moyens, humains et financiers. [Lire l’interview de Christiane Taubira dans Libération du 7 août 2012 et un article du Monde du 20 août 2012, décrivant les projets de réforme de la probation. Cet article fournit quelques chiffres, et notamment celui de 4 080 personnels des services pénitentiaires d’insertion et de probation, responsables de 173 000 personnes, soit un conseiller pour 42 personnes. ]

Mais les évolutions ne se font pas sentir sur le terrain car ce sont de grosses institutions, de grosses machines qui sont très lentes à assimiler les innovations législatives. D’après mes discussions avec les juges d’application des peines et les conseillers pénitentiaires, l’inflation législative qu’ils ont subie depuis une dizaine d’années a été très douloureuse pour eux. Depuis 2004, on a pratiquement eu un réaménagement tous les ans : la loi de 2004, la loi de 2007 sur la délinquance, des décrets et des circulaires, de nouvelles missions… Ils sont à la fin d’une phase de leur développement, et ils commencent à peine à y voir clair.

Quelles sont les contraintes d’une telle recherche ?

On a pris le temps d’obtenir toutes les autorisations et de se présenter auprès de tous les responsables. Le monde carcéral est un champ particulier, où il faut prendre des précautions pour gagner la confiance de chacun. C’est évidemment un espace difficile pour tout le monde. Pour respecter le protocole et la hiérarchie, il faut mettre les formes. On ne peut pas appeler directement ses contacts sans avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires. Mais comme c’est ma quatrième recherche dans le monde pénal et pénitentiaire, je commence à avoir l’habitude…

Sur quoi aviez-vous travaillé auparavant ?

En DEA, je m’intéressais beaucoup à la sociologie de la déviance. J’avais lu avec passion Outsiders d’Howard Becker, Sociologie de la déviance d’Albert Ogien. Mes premiers travaux portaient sur la consommation de cannabis chez les jeunes. Mon directeur de mémoire m’a proposé d’intégrer une équipe qui travaillait sur les conditions de détention des jeunes détenus. J’ai donc fait mon DEA sur les relations entre détenus et surveillants et sur le jeu autour de la règle. Cet univers m’intriguait. On ne peut pas dire qu’on « apprécie » le milieu carcéral, mais en tous cas j’avais envie de travailler dessus.

J’ai donc soutenu une thèse de sociologie en 2009 à l’université de Rouen, sous la direction de François Aballéa, sur le traitement institutionnel de la délinquance des mineurs. Le traitement institutionnel, c’est la réponse éducative et judiciaire après l’arrestation d’un jeune : c’est la façon dont l’institution s’empare de cet événement pour fournir au jeune une réponse qui permette au jeune de se « resocialiser », ou en tous cas de rompre avec une trajectoire délinquante. Depuis l’ordonnance de 1945, toute réponse doit être éducative. J’ai étudié les dossiers judiciaires de ces jeunes, pour comprendre qui faisait quoi, et quand, dans cette histoire : comment les décisions sont prises, comment les acteurs entrent en négociation ou en conflit pour mener à telle ou telle décision… Dans la justice des enfants, il y a quand même beaucoup de situations conflictuelles entre les différents partenaires, et il y a énormément de partenaires. Je voulais comprendre les stratégies de chacun, les phases de négociation, les phases d’opposition entre les acteurs, les désistements éventuels, et l’impact de tout ça sur les jeunes. Après ma thèse, j’ai fait une recherche d’un an avec la même équipe, à Rouen, sur un dispositif expérimental des « codétenus de soutien » pour lutter contre le suicide en milieu carcéral. Il y a une continuité assez claire entre ces différentes recherches : j’étudie à chaque fois la façon dont les acteurs coopèrent dans une institution.

Parvenez-vous à proposer des solutions ?

Je ne suis ni magistrat, ni éducateur. Il est donc délicat de proposer des bonnes pratiques, ou des moyens de mieux travailler ensemble. Mais j’anime souvent des ateliers où tous ces acteurs se rassemblent pour en discuter. On dévoile ensemble certaines logiques institutionnelles, où on se rend compte qu’ils peuvent se retrouver coincés, au risque de prendre de la distance avec l’intérêt de la personne concernée. Mon travail est plutôt de participer à identifier les problèmes, plutôt que de donner des leçons.

Propos recueillis par Clara Tomasini

À lire pour en savoir plus

Peines de travail

Jean Danet Justice pénale

L’individu dans l’historiographie du fascisme

Suite des chroniques de lecture d’Arnaud Saint-Martin, toujours reproduites avec l’aimable autorisation de L’Humanité. L’article original est ici, les précédents articles d’Arnaud sont ici et ici et .

Le Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot est de sinistre mémoire. De sa création en juin 1936 jusqu’à d’ultimes soubresauts en 1945, il symbolise la trahison et la fuite en avant des collabos. Plus énigmatique est le fait qu’une partie de ses cadres furent communistes ou socialistes avant le Front populaire. Brusques revirements que les biographes s’échinent encore à interpréter. La seule évocation de la figure controversée de Doriot, un temps maire PCF de Saint-Denis, suffit à embarrasser l’historien. Pourquoi ces individus se sont-ils ainsi fourvoyés ?

S’intéressant plutôt au « comment », Laurent Kestel plaide de façon convaincante pour une sociologie 
des processus de conversion politique. Il ne s’agit pas de spéculer sur les motivations des uns et des autres, mais d’expliquer la radicalisation des convertis à la pensée réactionnaire – sans jugement moral, autant que faire se peut.

L’auteur s’appuie sur des archives personnelles et des autobiographies pour retracer des « itinéraires moraux ». Dans la première partie, il rend compte de la formation du PPF. Il reconstitue la revendication progressive de l’identité fasciste. On découvre les luttes de classement et de concurrence au sein de l’appareil, l’entre-soi plombé des dirigeants, les calculs électoralistes et la tambouille des arrière-boutiques, la transplantation de schémas organisationnels hérités du PCF et de la SFIO avec lesquels la rupture est violente, mais aussi la lutte pour la visibilité et la prise de parole, notamment chez les « intellectuels » autoenrôlés – à l’image de Drieu La Rochelle, porte-plume docile de Doriot.

Non sans heurts et difficultés, le PPF s’efforce de valoriser une offre en la différenciant dans le champ politique. Après les débordements extrême-droitiers de février 1934, l’humeur est « anti-institutionnelle ». Doriot, exclu du PCF, surjoue le chef « providentiel » et s’accommode de ses nouvelles alliances, en particulier avec les « nationaux » et les industriels en guerre contre la politique du Front populaire.

La seconde partie de l’ouvrage approfondit le basculement dans le « non-conformisme ». Cette conversion, insiste l’auteur, est plus que la somme de petits arrangements. Elle est d’abord à la mesure de l’engagement initial des « renégats » : « Celui qui a tout donné et tout reçu du “Parti” n’a rien d’autre à monnayer que son aversion au “Parti”. Et n’a rien d’autre à espérer recevoir en retour. » Elle est également provoquée par les anciens amis. Ainsi l’Humanité ou le Populaire participent-ils de la mise au ban des doriotistes. Il n’est qu’un pas pour qu’ils se reconnaissent dans le stigmate du fascisme, le mâtinent d’une idéologie extrémiste de bric et de broc, et l’endossent dans une fuite en avant sous l’Occupation.

La Conversion politique verse donc de nouvelles pièces à l’historiographie du fascisme français, en même temps que l’ouvrage alimente la compréhension des processus de politisation, dont la conversion est un aspect finalement méconnu.

Arnaud Saint-Martin

Le vertige de la dispersion

Suite des chroniques de lecture d’Arnaud Saint-Martin, toujours reproduites avec l’aimable autorisation de L’Humanité. L’article original est ici (où vous pourrez également constater le retard de cette publication), les précédents articles d’Arnaud sont ici et ici. Et Stéphane Dufoix présentera son livre à L’Arbre à Lettres de la Bastille le 7 mars prochain, voir icien présence du chroniqueur.

Stéphane Dufoix, La dispersion, Une histoire des usages du mot diaspora, Amsterdam, 2012. Cliquer pour rejoindre le blog de l'Arbre à lettres.

Cet ouvrage retrace, sur près de vingt-trois siècles, l’histoire des usages contrastés et souvent contrariés du mot diaspora. C’est un tour de force, tant le sujet est a priori vaste et suppose un savoir en conséquence. Émergé des traductions grecques de la Bible hébraïque vers 270 av. J.-C. (dans la Septante), le mot est sorti d’un domaine théologico-religieux ancré dans l’expérience juive pour qualifier, durant le vingtième siècle, une grande variété de situations migratoires (diasporas noire, arabe, etc.). En sorte que « tout peut faire “diaspora”, les choses comme les êtres ». Plutôt que de déplorer cette polysémie, l’auteur en prend acte. Au crible d’une « sociosémantique historique », il reconstitue patiemment les multiples « chemins empruntés par les usages de diaspora ». L’enquête, s’appuyant sur un imposant corpus d’écrits et de commentaires savants, est d’une telle richesse qu’on est bien en peine d’en donner ne serait-ce qu’un aperçu.

Les premiers chapitres, très serrés, éclairent les origines et alternent entre l’hébreu, le grec et le latin. L’étymologie révèle des chassés-croisés dans les traductions, qui sont autant de déplacements de sens. Il faut toute la patience de l’exégète pour faire resurgir des subtilités, par exemple dans le « passage » de l’hébreu au grec et l’interprétation des connotations positives et négatives d’un mot signifiant l’éparpillement des populations. Après avoir pisté les aventures de diaspora en tant qu’il qualifiait le dispersement des juifs, le lecteur est invité à (re)découvrir la façon dont cette matrice de l’expérience juive a été reconditionnée dans le but de donner sens à l’expérience noire de la dispersion. Le panafricanisme et son idéal se nourrissent en effet de l’analogie à la diaspora juive. La condition des juifs persécutés rappelle celle des Noirs (et vice versa) : ils sont des « partenaires de détresse » pluriséculaires. Depuis les années 1980, les usages se sont ouverts. Sécularisé et banalisé, le mot est devenu la chasse ouverte d’une communauté grandissante de spécialistes (diaspora studies). La dispersion se fraie un chemin dans cette bibliographie en croissance exponentielle, osant à la fois la mise en perspective historique à spectre large et l’essai de théorisation interdisciplinaire.

Le livre met un point final (provisoire) à une dizaine d’années de recherches. La conclusion révèle les incertitudes d’un chercheur confronté au « vertige de la dispersion », bien conscient qu’il se joue des pesanteurs de l’ordre académique. Quand les chercheurs pressés publient à la va-vite, Stéphane Dufoix choisit l’enquête au long cours et ne cache rien des difficultés d’une entreprise présentant l’intérêt d’être déraisonnable.

Arnaud Saint-Martin

Bobos et frontières de classes à Boston : Arnaud Saint-Martin dans L’Humanité

L’embourgeoisement des quartiers populaires (la « gentrification ») est l’objet d’une littérature sociologique déjà abondante. Ce livre y contribue de façon originale. L’auteure, Sylvie Tissot, y décrit le processus long par lequel le South End de Boston aux États-Unis, autrefois mal famé et réputé dangereux, a été peu à peu approprié par les classes supérieures à partir des années 1970. Les « communautés » déshéritées, les Noirs pauvres ou encore les gays ont appris à cohabiter, bon gré, mal gré, avec les cadres fortunés et autres « yuppies » (les « bobos » états-uniens). Tout un petit monde assigné à résidence, désirant manifestement mettre à l’épreuve un vivre ensemble justifié par une morale de la « diversité ».

L’ouvrage est d’abord une passionnante enquête de terrain. Le premier chapitre décrit par le menu l’insertion de l’auteure, alors en séjour à Harvard et logeant dans ce quartier chic. Elle ne cache rien des interactions concrètes avec les résidents favorisés qu’elle fréquente sur place. Elle assiste par exemple aux réunions des associations de quartier où les « gentrifieurs » s’épanchent sur les problématiques locales, telle la gestion de la « mixité sociale ». Le tissu socio-associatif local surgit dans toute sa complexité. La sociologue explore toutes les facettes des styles de vie : des restaurants français à la promenade des chiens dans les parcs, les pratiques culturelles distinguent les nantis et reconduisent les frontières symboliques entre les groupes. La description, très riche, met en cohérence des extraits d’entretiens, des trajectoires en encadré, des statistiques démographiques, des éléments d’histoire de la ville et des États-Unis, et s’appuie sur une bibliographie dense. L’ethnographe découvre ainsi que les rapports de forces intercommunautaires sont euphémisés et que les stigmatisations sont sublimées dans des attitudes morales se voulant bienveillantes. Elle montre comment les clivages socio-économiques et ethniques persévèrent, de façon implicite et insidieuse.

C’est tout l’art de Tissot de savoir naviguer dans les eaux troubles des discours « progressistes », et sans ironie aucune. Mais si elle sait se mettre à l’écoute de ces « bons voisins », elle ne s’en laisse pas conter. D’autant que les discours consensuels sont ambigus. Par exemple, les gays et les lesbiennes ont peut-être droit de cité, le South End se prévalant d’une ouverture « gay friendly », ils n’en sont pas moins tenus à une certaine décence et se gardent bien de s’embrasser dans la rue. De même, les relents de racisme pointent-ils au détour d’entretiens lorsque les conditions concrètes de la coexistence des communautés sont abordées. Sans compter la gestion ambivalente de la présence des déviants et des pauvres, tolérés à la marge, diversité oblige. Cela dit, comme l’auteure l’indique, ces processus ne sont ni linéaires ni irréversibles. Les différends et les luttes d’appropriation continuent de strier l’espace urbain. Ce livre initie à la nuance dans l’interprétation – le South End, en définitive, est une zone grise.

Arnaud Saint-Martin

Article reproduit avec l’aimable autorisation de L’Humanité, où Arnaud Saint-Martin, chercheur CNRS au laboratoire, tient une chronique de lectures en sociologie. Vous pouvez retrouver l’article dans son contexte, ainsi que des archives des articles précédents, en cliquant ici. Pour une bonne définition du phénomène hipster, lire l’article de Marc Kreif dans Courrier International, en cliquant ici.

Lire le CV d’Arnaud

Lire un compte-rendu de De bons voisins, par Lilian Mathieu dans Lectures

Lire son premier article sur le carnet : L’utilité sociale des satellites en pratique

Le sexisme dans le commerce des jouets : Mona Zegaï sur France Culture

Mona Zegaï est doctorante en sociologie au Centre de recherches sociologiques et politiques (Cresppa) de l’université Paris 8 et membre associé du laboratoire Printemps. Elle prépare une thèse sur « La performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre », sous la direction d’Anne-Marie Devreux (CSU-CRESPPA) et de François Leimdorfer (Printemps). Elle a notamment publié « La fabrique du genre à travers le jouet », dans la revue de l’ENS, Chantiers politiques, ENS, n°6 « Enfances », premier semestre 2008, et « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Les Cahiers du genre, n°49, 2010. Elle était l’invitée de Julie Gacon dans l’émission de France Culture Du grain à moudre, le 22 décembre 2011. Cliquez sur l’image pour écouter l’émission.

« Devenus adultes, les enfants placés s’en sortent mieux qu’on ne le pense » Isabelle Fréchon dans La Croix

Isabelle Fréchon est chercheuse CNRS en sociodémographie, membre du laboratoire Printemps et de l’INED (Institut national d’études démographiques). Elle concentre ses recherches sur la protection de l’enfance, le passage à l’âge adulte en l’absence ou faiblesse des solidarités familiales, et sur les enfants placés. Elle touche également à la question du genre dans une étude de la perception sexuée de la maltraitance. Elle a été interrogée par Marine Lamoureux, journaliste au quotidien catholique La Croix, dans le cadre d’un dossier sur les Placements et la protection de l’enfance en France, à lire en entier en cliquant ici.
La Croix  : Les Assises de la protection de l’enfance se penchent cette année sur le devenir des enfants placés. Quel est-il ?

Isabelle Frechon :  Les études menées en France depuis les années 1980 montrent que les enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) s’en sortent mieux qu’on ne le pense. Ainsi, cinq à dix ans après la fin du placement, ils sont autant à travailler, en proportion, que le reste de la population à la même tranche d’âge, 25-35 ans, voire jusqu’à la trentaine. Ils se sont souvent installés en couple et forment une famille. Ils sont moins souvent propriétaires de leur logement, mais les chiffres sont comparables à ceux des jeunes de milieux modestes. Il y a malgré tout quelques bémols.

Lesquels ?

Parmi les jeunes qui s’en sortent le moins bien, on trouve des problèmes de santé mentale souvent liés à leur vie avant le placement, en particulier lorsqu’ils ont été victimes de maltraitances. En outre, les études sont très factuelles, elles nous renseignent sur l’emploi, le logement, la situation matrimoniale de ces jeunes, mais pas sur leur ressenti et leur bien-être. J’ajoute, enfin, que si la plupart s’en sortent, c’est à un prix élevé. En général, ils ont traversé des périodes très difficiles et ont dû se débrouiller seuls.

Quels sont les moments les plus délicats à traverser ?

Tout d’abord, la sortie de placement. Un grand nombre de jeunes nous disent qu’ils se sont sentis « lâchés » par l’institution, livrés à eux-mêmes. En temps normal, le passage à l’âge adulte se fait avec le soutien familial ; les enfants de l’ASE, eux, ne peuvent pas, ou peu, compter sur l’entourage et n’ont pas toujours la possibilité d’être suivis jusqu’à 21 ans, car ils doivent être scolarisés ou dans une démarche d’insertion pour cela. On voit des jeunes filles se mettre très vite en ménage et avoir un enfant (14 % sont enceintes au moment où elles sortent de l’ASE). Ensuite, chaque période de rupture est délicate. Garçons et filles se retrouvent, par exemple, très démunis lorsque leur couple bat de l’aile. Cependant, une étude menée sur des jeunes femmes montre que, quelques années plus tard, elles ont retrouvé une situation stable, avec un compagnon plus aidant et une belle-famille sur laquelle compter.

Que faudrait-il améliorer ?

Il est essentiel de préparer en amont la sortie de placement, dès les 14 ou 16 ans de l’enfant, et d’éviter les ruptures de parcours. Lorsque le jeune n’est pas bringuebalé de foyers en familles d’accueil, il noue des liens, se construit un entourage qui lui sera précieux toute sa vie. Il faut aussi permettre aux jeunes qui quittent l’ASE de conserver des liens avec l’institution.

Propos recueillis par Marine Lamoureux pour La Croix

Philip Milburn : « la sanction comme principe majeur de la justice des mineurs »

Philip Milburn, professeur à l’université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines et membre du laboratoire, est spécialiste des pratiques et politiques judiciaires. Il a récemment publié, avec Denis Salas et Katia Kostulski, Les procureurs de la République : entre vocation judiciaire et fonctions politiques (PUF 2010) et Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante (Erès, 2009).

Philip a été invité par Florian Delorme, animateur de l’émission Cultures Mondes sur France Culture, notamment pour présenter les évolutions historiques du traitement de la délinquance juvénile, et comparer différents systèmes et modes d’action européens. Il explique pourquoi « la loi Perben 1 [votée en 2002] qui a créé les centres éducatifs fermés, crée la contrainte et la sanction comme principe majeur de la justice des mineurs».

Pour écouter et/ou télécharger l’émission, cliquer sur l’image pour rejoindre le site de France Culture.

Lire la fiche d’activité de Philip Milburn sur le site officiel du laboratoire Printemps.