Archives de catégorie : Lectures

Conseils de lectures et recensions académiques

« Pidgin Madam », de Fida BIZRI (2). Lecture de linguiste et lecture de sociologue

Le Pidgin Madam, ainsi dénommée par Fida Bizri, est la langue parlée par les domestiques sri-lankaises dans les pays arabes (plus de 750,000 dit l’auteur dans son article de 2005) et, spécialement au Liban. C’est un instrument de communication qui s’élabore au quotidien dans les interactions entre les employées et leur patronne. Il est issu du contact entre deux langues, l’arabe qui lui donne la plupart de son lexique, et le cinghalais qui est en général leur langue maternelle. Pour ce faire, l’auteure nous emmène dans l’univers clos des employées de maison sri-lankaises au Liban pour nous initier au langage qu’elles construisent au quotidien dans leurs interactions en arabe avec leur patronne.

L’objectif de Fida Bizri est de nous montrer, à travers une étude minutieuse des productions et des échanges domestiques, que c’est surtout le contexte sociolinguistique, fortement marqué par les statuts inégalitaires des interlocutrices, qui crée la grammaire de cette langue, bien plus que l’influence de leur langue première. Elle apporte ainsi, à travers cette analyse, une contribution à l’étude de la constitution des pidgins, sur l’émergence de ces nouveaux parlers qu’on connaît encore mal, sauf dans le cadre des études créoles, et qui sont, hormis les travaux dédiés aux pidgins de contact avec des langues indo-européennes, assez rares.

En effet, comme le souligne l’auteure, les travaux portant sur l’arabe lingua franca, ou sur les créoles à base arabe sont encore rares (p. 251). Il en est de même pour les études publiées sur le cinghalais dans sa version orale, parlée au Sri Lanka. F. Bizri doit donc esquisser pour ses lecteurs et lectrices une comparaison entre ces deux langues en contact : elle traite de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe (l’ordre des mots, modalités) et les emprunts lexicaux, notamment à l’anglais qui circule au Moyen-Orient. Elle souligne que chacune des deux langues a sa façon d’organiser le monde tel qu’exprimée, par exemple, par le genre : masculin-féminin pour l’arabe vs animé-inanimé pour le cinghalais. Elle s’attarde sur la morphologie et la syntaxe puisque c’est principalement dans ce champ que va se construire son argumentation.

Le corpus lui-même est composé d’interactions variées : des ordres, bien sûr, le plus souvent, mais aussi des entretiens, des résolutions de conflits, des conseils personnels sur les décisions importantes que les femmes doivent prendre pour organiser leur vie à venir et l’éducation de leurs enfants au pays. Certaines de ces femmes sont au Liban depuis plusieurs années, d’autres sont arrivées récemment. L’auteure peut ainsi nous montrer la genèse et l’évolution de leurs compétences, notamment grammaticales. La comparaison entre les différents corpus permet d’en signaler les ressemblances et les différences. Cette opération est nécessaire pour comprendre comment, à partir de simples mots-clefs et de gestes au départ, va se complexifier l’organisation de la phrase pendant les sept ou huit premiers mois, pour finir par se stabiliser, par se « fossiliser », révélant ainsi son autonomie.

La transcription et la présentation du corpus sont claires et rigoureuses. Certes, il n’est pas aisé pour un profane de déchiffrer les phrases proposées à l’étude, mais le découpage en morphèmes traduits mot à mot est un outil qui s’avère efficace pour les linguistes, d’autant que les phrases sont le plus souvent courtes.

L’auteure présente ses corpus sous la forme d’exemples singuliers qui illustrent un point précis de grammaire, mais elle nous fournit aussi des textes longs, au nombre de douze (pp. 155-240). Ils sont minutieusement contextualisés, ce qui nous permet d’en saisir les enjeux sociopragmatiques. Ils nous renseignent aussi sur les relations que les domestiques ont avec leur patronne ou les autres employé(e)s éventuellement et avec la famille restée au pays. Ils se révèlent, à la lecture, tout à fait passionnants.

La connaissance de la langue des employées sri-lankaises est tout à fait exceptionnelle chez les arabophones du Liban dont l’auteure est originaire. Mais c’était l’indispensable condition pour produire un travail sérieux, dès lors qu’elle permettait de valider ou non des théories substratiques (les interférences, les influences du cinghalais) sur les énoncés. Les conclusions de Fida Bizri sont à ce propos claires : l’influence du cinghalais ne se note qu’aux niveaux phonétique, prosodique et lexical « et n’a pas d’influence déterminante dans la constitution de la langue » (p. 249).

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010) 

L’ambition de l’ouvrage n’est pas seulement descriptive. Se plaçant sur le terrain de la « pidginistique », son étude lui permet de prendre position dans les débats, toujours très animés, autour de la genèse des pidgins et de leur relation avec les créoles. Affirmant à plusieurs reprises que ce sont les conditions de communication particulières de ces femmes (coupées la plupart du temps de leur famille pendant de longues périodes et n’ayant que très peu d’échanges avec leurs compatriotes au Liban ou avec l’arabe libanais à l’extérieur de la maison) elles n’ont d’autres interlocuteurs que leur patronne – et, parfois, les enfants de celle-ci. Elles vivent donc dans un contexte « féminin-singulier ». Pour en rendre compte, Fida Bizri revendique une approche sociolinguistique de la formation de ces parlers (Chaudenson, 1995).

« La prise en considération de ce contexte sociolinguistique est indispensable à l’intelligence de la genèse des formes grammaticales du pidgin et de l’élaboration d’un nouveau système linguistique » (p. 250). C’est l’étude des phénomènes propres à la grammaticalisation qui appuie cette thèse.

L’exemple le plus frappant (et le plus troublant aussi) est celui de la substitution de personnes dans l’usage extensif du pronom de deuxième personne au féminin « tu » (et parfois du « elle » ou du « il ») par les domestiques pour se désigner elles-mêmes, en l’absence (ou non) du pronom de première personne. On assiste là à une dé-sémantisation des marques de la personne en arabe au profit d’un usage très majoritaire des formes au féminin, même lorsqu’un masculin est attendu, comme dans :

                  Mister            älitli                          gud                                         (5 p. 183)

                       Monsieur        elle m’a dit                 bonne

                       Monsieur        m’a dit                        qu’elle était bien

                  ¨Jawsa             no       istegel                                                (1/2 p. 85)

                       Son mari à elle neg (angl.) que je travaille

                       Mon mari        ne                   travaillait pas

L’auteure mentionne aussi, dans le même ordre d’idée, l’usage de l’impératif pour l’indicatif :

                  Kebbo                        esbele

                       Jetez (IMPp)               poubelle

                       Je jette                               les poubelles

                       Ana kel yom              päyye                         soboh bakki (a p. 93)

                       Moi chaque jour         réveille-toi (IMP f)     matin tôt

                       Tous les jours              je me réveille               de bonne heure.

Ou encore : des interrogations au lieu d’affirmations, des phrases figées utilisées comme clichés ainsi que des emprunts à l’anglais.

Pour que de tels phénomènes puissent apparaître, il faut cependant que les deux systèmes en contact soient très différents l’un de l’autre.

En ce qui concerne l’approche interactionniste, celle notamment qui mentionne le « foreigner talk » comme forme de communication exolingue (entre natifs et non-natifs) ‒ souvent évoquée pour rendre compte de l’apprentissage d’une langue par des adultes en milieu informel ‒ elle est très vite écartée (p. 247). Trop vite, nous semble-t-il. Et la proposition qui la remplace n’est pas tout à fait convaincante : « Ce “parler étranger” est vite mis en échec par la non-réceptivité des Sri Lankaises qui introduisent d’autres propositions de communication » (p. 247). C’est alors elles, les domestiques, qui ont la main et que peut se développer un « bricolage mimétique » complexe fait de négociations sur ce qui est acceptable ou pas entre les deux interlocutrices, notamment de la part de la patronne.

Insister sur le statut du couple « patronne-domestique » nous donne l’exemple d’une façon féminine d’aborder la question qui s’inscrit dans les « subaltern studies » et dans les études qualitatives sur les mobilités domestiques internationales, au Liban (A. Dahdah, 2010), à Abidjan (M. Jacquemin (2012) ou au Pérou (C. Mick et A. Palacios, 2013), toutes réalisées par des femmes.

La dimension sexuée des interactions retient, semble-t-il, davantage l’attention que par le passé (cf. l’ouvrage édité par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, 2014). Fida Bizri montre, elle aussi, comment la relation de confiance qui se construit dans les enquêtes lorsqu’enquêtrice et enquêtées sont des femmes, offre souvent l’opportunité à l’enquêtrice de se rendre à leur domicile et donc de partager avec elles leur environnement, amenant une certaine forme d’intimité, voir de complicité, et cela se repère très bien dans les échanges longs que l’auteure nous donne à lire. C’est un parler de femmes entre femmes (Deprez, 2014).

Alors, comme les exemples choisis par C. Deprez ci-dessus le montrent, même si on ne connaît ni l’arabe ni le sri-lankais, tout lecteur peut apprécier la démonstration. « Toutes les naissances d’un pidgin se caractérisent par une asymétrie de pouvoir, où la langue superstrate est aussi la langue maternelle du groupe socio-économiquement dominant. En tant que tel, le pidgin madam n’est pas exceptionnel » (Mark Sebba, 1997). Mais ce qui nous intéresse ici est de constater que ce pidgin, bien que preuve tangible de l’asymétrie du pouvoir entre les interlocuteurs, devient un enjeu identitaire entre la domestique sri-lankaise et sa patronne au Liban, pas seulement pour l’une ou pour l’autre mais pour les deux. Leurs échanges journaliers sont une épreuve de force dont l’issue n’est pas courue d’avance ; l’issue est en fait un compromis.

Migrant workers hold placards during a demonstration to support the rights of migrant domestic workers on International Workers' Day or May Day, in Beirut

Un autre intérêt du livre est de voir que, contrairement à ce que l’on lit souvent, surtout dans les études des situations migratoires ou encore des relations interpersonnelles, à savoir que les individus développent des « stratégies » – d’intégration par exemple – ou des « négociations », dans les cas présentés par Fida Bizri stratégies et négociations ne sont pas des métaphores mais des actualisations concrètes. En effet, le détail de la manière dont la nouvelle langue se construit montre précisément la reconnaissance que la Sri Lankaise et la Madame obtiennent l’une de l’autre (pp. 140 sq.).

Ainsi, le livre de Fida Bizri pointe, d’une part, le despotisme de la norme langagière mais surtout la capacité des individus de la combattre, même les plus faibles – comme ici les domestiques sri-lankaises. Non pas qu’elles s’érigent sciemment contre cette norme mais parce qu’il y a quelque chose de plus important que la norme – la communication – qui leur donne la force de s’imposer.

L’ouvrage permet d’observer comment l’instrument de communication est fabriqué/bricolé. Le lecteur assiste (grâce à la traduction et au « décorticage » des exemples en français) à la formation (naissance) de la nouvelle langue, d’un nouveau parler, d’un de ces « pidgins » qui servent à communiquer entre personnes ne partageant pas une même langue[1].

Un exemple éclairant de ces processus dans un autre contexte est donné par Katia Ploog dans ses travaux sur le français des Abidjanais, qui comporte aujourd’hui des caractéristiques structurales non standard dont seulement une partie est partagée avec le français parlé en France. Les particularités des niveaux lexical et phonétique ont fait l’objet de nombreuses descriptions et sont aujourd’hui reconnues au titre d’appropriations sociosémantiques de la langue française en Afrique. En revanche, les spécificités des niveaux morphosyntaxique et discursif ont presque toujours été reléguées au rang d’erreurs voire d’impuretés, dans le meilleur des cas à celui d’hypercorrections. K. Ploog discute dans quelle mesure l’approche variationniste permet d’appréhender les phénomènes observés. Dans un article de 2002, elle aborde la méthode : « La première chose à faire est d’identifier les traits par lesquels la structure non standard diffère de la structure standard ». Le livre de F. Bizri suit cette recommandation.

Certes, il y a des similarités entre la plupart des langues qu’on appelle pidgins. Par exemple, un manqué notable de morphologie inflectionnelle qu’accompagne une préférence pour des structures analytiques, des paradigmes verbaux, nominaux et pronominaux réduits comparés aux langues substrates et superstrates, une seule préposition en général et une tendance vers un ordre des mots sujet-verbe-complément. Ces processus constituent ce qu’on désigne habituellement comme la « simplification » des pidgins comparés aux langues super- et substrates. D’après la littérature sociolinguistique, un pidgin est donc une forme linguistique qui, grâce à ces mécanismes de réduction et de régularité de plus en plus affirmées, devient conventionnelle et unifiée en tant que langue de contact pour une première génération de migrants. C’est le cas des pidgins nés de contacts « marchands ». Et, une fois créés, à condition de prendre une forme relativement unifiée, et si la situation sociologique reste la même, des sociolinguistes affirment que le pidgin lui-même devient une « langue cible pour ceux qui arrivent après » (Winford, 2003: 279), c’est-à-dire pour une deuxième génération qui hérite de ce pidgin comme « langue maternelle ».

Mais des questions surgissent. Lors d’une discussion menée au laboratoire Printemps en juin 2014 autour de son livre, Fida Bizri a fait valoir que ce « pidgin Madame » est parlé dans tout le Moyen Orient, du Liban à l’Egypte en passant par les Emirats (voir aussi l’article d’E. Longuenesse, 2014). Or F. Bizri souligne que l’on ne saurait parler de « communauté sri-lankaise » dans le cas libanais, où il s’agit d’interactions strictement individuelles entre chaque domestique et sa maîtresse, chaque dyade construisant son propre pidgin ; le « pidgin madame » se développe en vase clos dans les échanges entre chaque domestique et « sa » patronne. Comment expliquer alors que des gens qui ne se rencontrent pas créent une « même forme » de langue ? Comment expliquer l’homogénéité relative du pidgin de l’une par rapport à l’autre alors que ces dyades n’ont pas de contact entre elles ? Il faudrait expliquer comment il a pu/peut se développer de façon à être compréhensible partout dans ce vaste territoire.

Par ailleurs, pendant la discussion, F. Bizri a émis une autre hypothèse : le maintien du pidgin, le fait que la patronne entre dans le jeu communicatif avec sa domestique mais ne fait rien pour permettre à celle-ci d’accéder à un niveau linguistique supérieur – autrement dit de progresser – en arabe) représenterait de sa part de locutrice dominante une volonté (inconsciente ?) de fermeture culturelle : interdiction serait faite à l’étrangère de pénétrer dans les secrets révélés par « la vraie langue » (le standard). Théorie à vérifier sur le terrain ?

Christine DEPREZ, linguiste, CEPED, UMR 196, Paris-Descartes
Gabrielle VARRO, sociologue, PRINTEMPS

Références et bibliographie indicative

Assaf Dahdah. 2010. Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question, Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2014. URL : http://eps.revues.org/4154
Auzanneau, M. 2002. Le rap à Libreville : aspects sociolinguistiques, Education et Sociétés Plurilingues n° 13 (décembre).
Bizri, F. 2005. Le Pidgin Madam, un nouveau pidgin arabe, La Linguistique 41 : 53-66.
Bizri, F. 2010. Pidgin Madame, une grammaire de la servitude. Paris, Geuthner.
Boutet, J. & Heller, M. (éd.). 2014. John J. Gumperz, Langage et Société n° 150 (décembre).
Chaudenson, R. 1995. Les créoles, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? ».
Deprez, C. 2014. Trois récits de femmes, pp. 193-208 in Canut, C. & Mazauric, C. La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines, Paris, Editions du Cavalier bleu.
Hall, R. A. 1966. Pidgin and Creole Languages, Ithaca : Cornell University.
Jacquemin, M. 2012. « Petites bonnes » d’Abidjan. Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques     sociales ».
Longuenesse, E. 2014. Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam », Carnet de recherche du Laboratoire Printemps, 7 novembre.
Le Page, R.B., A. Tabouret-Keller, 1985. Acts of Identity. Creole-based approaches to language and ethnicity, Cambridge Univ. Press.
Mick, C. & Palacios, A. 2013. Mantenimiento o sustitución de rasgos lingüísticos indexados socialmente : migrantes de zonas andinas en Lima, Lexis, 37 (2): 341-380. http://revistas.pucp.edu.pe/index.php/lexis/article/view/7660/7909.C.
Monjaret, A. & PUGEAULT, C. (ed.). 2014. Le sexe de l’enquête, Lyon, ENS éditions.
Ploog, K. 2001. Les bakroman abidjanais dans la dynamique urbaine, Education et Sociétés Plurilingues n° 10 (juin).
Ploog, K. 2002. L’approche syntaxique des dynamiques langagières : non-standard et variation, Cahiers de Grammaire n° 27 (« Questions de syntaxe ») : 77-96.
Sebba, M. 1997. Contact Languages : Pidgins and Creoles. London, Macmillan.
Tabouret-Keller, A., R.B. Le Page, P. Gardner-Chloros & G. Varro (Eds.). 1997. Vernacular Literacy. A Re-Evaluation. Oxford University Press (Oxford Studies in Anthropological Linguistics 13).
Unn Gyda Næss. 2008. “Gulf Pidgin Arabic” : Individual strategies or a structured variety? A study of some features of the linguistic behaviour of Asian migrants in the Gulf countries, Univ. of Oslo (online).


[1] Les pidgins seraient des créations, des produits de l’interaction humaine et de la volonté de promouvoir ces interactions, le « résultat des stratégies communicatives des adultes » (Sebba, 1997: 14), comme une solution pratique à des besoins immédiats. Il existe une typologie des pidgins classés par le contexte social et historique qui les a vus naître, à savoir: 1) pidgins militaires et policiers, 2) pidgins et créoles de marins et de marchands (trade language), 3) pidgins et créoles constatés sur les plantations, 4) des mines et chantiers de construction, 5) des immigrés, 6) de touristes et 7) des contacts urbains (idem: 26).

Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam »

Sous Trust office (le nom de l'entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: "fourniture d'employées pour le travail domestique" ©Houda Kassatly
Sous Trust office (le nom de l’entreprise fournissant des employées domestiques), on peut lire en arabe: « fourniture d’employées pour le travail domestique » ©Houda Kassatly

Une des caractéristiques de la société libanaise est, depuis plus de deux décennies, l’omniprésence des employées de maison étrangères. Il n’est guère de famille, dans les milieux de classes moyennes, même modestes, qui n’ait sa bonne, dite « srilankiyé » (« sri-lankaise », en arabe libanais), le plus souvent à domicile. Aujourd’hui majoritairement originaires d’Ethiopie, les Sri lankaises étaient en effet jusqu’à récemment les plus nombreuses, au point que leur nationalité est devenue le nom commun pour désigner leur fonction.

Recrutées dans leur pays d’origine par des agences auprès desquelles elles s’endettent lourdement, elles arrivent au Liban sans connaître la langue, et sont prises en charge par leurs employeurs, qui en ont la responsabilité légale. Elles n’ont pas le droit de les quitter, sauf pour repartir chez elles. Ceux-ci ont souvent, à leur tour, payé une forte somme pour se les procurer, et se sont engagés à les garder pour une durée de 2 à 4 ans, durant laquelle ils en sont juridiquement responsables. C’est ainsi qu’ils justifient le fait de leur confisquer leur passeport, pour s’assurer qu’elles ne s’enfuiront pas, et qu’ils leur interdisent de sortir du domicile. Ce n’est que récemment qu’une législation a été promulguée imposant à l’employeur de leur accorder un jour de congé par semaine. Celles-ci sont donc en principe au service de la famille jour et nuit, et si la façon dont elles sont traitées peut varier énormément selon les cas, elles sont dans une relation de subordination particulièrement forte avec leurs employeurs.

Leurs interactions avec la société libanaise sont de ce fait réduites au minimum. Seules quelques-unes, il est vrai de plus en plus nombreuses, réussissent à échapper à ce type d’emploi, avec ou sans l’accord de leur employeur initial, et à travailler à leur compte. Elles peuvent alors interagir avec la société locale, sinon s’y intégrer véritablement.

C’est donc avec la maîtresse de maison qu’elles apprennent à la fois les « bonnes manières » libanaises, et les rudiments d’arabe libanais indispensables à leur travail.

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)

Dans Pidgin Madame, Une grammaire de la servitude, c’est du processus d’invention linguistique qui résulte de cette interaction, que nous rend compte Fida Bizri. Ayant appris enfant le cinghalais (la langue majoritaire au Sri Lanka, celle que parlent les Sri lankaises venues travailler au Liban), grâce à la présence d’une employée sri-lankaise dans sa famille, elle a découvert un jour que, selon les circonstances, ce n’était plus du cinghalais qu’elle parlait avec elle, mais autre chose, un « code linguistique », fait de compromis, fondés sur les ressources des deux langues et sur les besoins et les contraintes de l’interaction. En effet, les unes, locutrices d’une langue indo aryenne, doivent se débrouiller pour comprendre et se faire comprendre des autres, locutrices d’une langue sémitique, et ensemble, elles inventent un code a minima prenant à chacune des deux langues des éléments de nature différente.

D’un côté, les patronnes cherchant à se faire comprendre par leur « sri-lankaise », usent d’une version simplifiée de l’arabe, s’adaptent aux « incompétences » de leur bonne, de l’autre, les Sri-Lankaises s’approprient cette langue en s’efforçant de reproduire ce qu’elles entendent, mais en le réinterprétant partiellement à travers la grille du système linguistique (morphologique, syntaxique et phonétique) du cinghalais. Il en résulte un processus de simplification de la « langue-cible » (ici, l’arabe), en 5 étapes (relexification, rephonologisation, affaiblissement de la norme, intrusion d’aspects de la langue substrat – le cinghalais – et stratégies d’économie linguistique). Le résultat est un modèle de langue très réduit – qui empêche les Sri-Lankaises d’accéder à la totalité du système de l’arabe libanais.

L’objectif de l’auteur était donc de retracer les mécanismes psychologiques et sociologiques qui sous tendent les stratégies communicatives mises en place entre ces employées et leurs maîtresses. Sans entrer dans le détail des spécificités contrastées des deux langues, qui imposent des contraintes objectives au processus de pidginisation observé, la particularité de ce pidgin, du fait de la nature de l’interaction, est en effet qu’il s’agit d’une langue dont toute la grammaire est basée sur des formulations d’ordre et de prohibition.

L’employée sri-lankaise se trouve tantôt en position passive (elle entend ce qui se dit autour d’elle), tantôt en position passive-active (elle entend ce qu’on lui dit et s’efforce d’y répondre). Un exemple de conversation à trois (p. 142-146), où la Sri-Lankaise entend des formes à la seconde personne (adressées à elle) et à la 3e personne (quand Madame parle à son amie) est particulièrement éclairant. De cette alternance, résulte une abondance d’une part des formes impératives, plus précisément, de l’impératif féminin, qui est réutilisé comme s’il s’agissait d’une première personne, d’autre part de la troisième personne pour parler d’elle-même (à partir de ce qu’elle entend qu’on dit d’elle). L’absence de la distinction en cinghalais entre le féminin et le masculin vient s’ajouter à faible occurrence du masculin dans des interactions dominées par les femmes.

Dans le détail, on observe donc une prédominance de la 2e personne (entendue lorsqu’on lui parle) et de la 3e personne (entendue lorsqu’on parle d’elle), mais très peu de la 1re personne. Du même coup, elle emploie le suffixe qui exprime en arabe le pronom personnel à la 3e personne (parfois à la 2e), au lieu de celui de la 1re, pour parler par exemple de son mari, ou de ses enfants : elle dira zawjik (ton mari), pour parler de son mari, et bentik (ta fille) pour parler de sa fille.

Quelques exemples permettront d’illustrer ces mécanismes :

Pour dire qu’elle aime quelque chose, elle dira « tu aimes », au lieu de « j’aime ». Pour exprimer qu’elle se réveille à telle heure, elle dira « réveille » à la forme impérative causale (qu’elle entend quand on lui dit de réveiller l’enfant), au lieu de la forme simple pronominale, je me réveille. Pour parler d’elle-même, elle pourra se contenter d’ajouter un pronom personnel : « bentik », qui signifie ta fille, prend le sens de « ma fille » par ajout du pronom ana (je) : « je n’ai pas de fille », devient « mu ana bentik », littéralement : « moi, ta fille, ne pas » (mu marquant la négation). La forme interrogative (entendue dans une question qui lui est posée) sera reprise telle quelle pour une affirmation : « tu veux qu’on le mette à la banque ? » devra être compris dans le sens de « je vais mettre de l’argent à la banque », etc.

Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah
Une employée philippine promène le chien ©Assaf Dahdah

L’ouvrage fourmille d’exemples, qui mettent en lumière des combinaisons parfois fort complexes, ou interfèrent à la fois des mécanismes strictement linguistiques, dus à l’influence de la langue d’origine (langue substrat, le cinghalais) sur la langue cible (le libanais), ou à l’interaction des deux systèmes linguistiques, et des mécanismes sociolinguistiques, résultant de la relation inégale, et des formes langagières dominantes dans cette relation, qui pourraient sembler incompréhensibles, mais sont pourtant claires pour les interlocutrices concernées, patronne et employée.

Certains traits ainsi clairement imputables à des interférences du cinghalais, d’autres, plus universels, sont l’effet du processus de simplification en situation de pidginisation, d’autres enfin, proviennent du parler arabe : l’arabe dicte les innovations acceptables. Le pidgin se fixe lorsque « Madame » cesse de corriger la Sri lankaise, participant ainsi à cristallisation des formes de ce nouveau code.

L’auteur a mené son enquête au Liban et au Sri Lanka, où elle a retrouvé des femmes qui y avaient travaillé puis étaient rentrées dans leur pays. Mais elle en a aussi rencontré d’autres qui avaient travaillé dans d’autres pays arabes, principalement de la péninsule arabique (Koweit, Arabie ou Émirats du Golfe) : toutes parlent la même langue, le même pidgin, à quelques variantes minimes près, qui concernent surtout le vocabulaire (l’usage de mots français au Liban par exemple). Mais la structure, les modalités de simplification ou de réduction, le « compromis linguistique » est le même, traduisant un rapport social fondamentalement identique, le rapport de soumission au fondement de cette « grammaire de la servitude ».

Élisabeth Longuenesse, Laboratoire Printemps

Fida Bizri, Pidgin madame: une grammaire de la servitude, Paris, Geuthner, 2010 (280 p.)

Combien coute un article de revue scientifique en sciences humaines ?

Cost_of_publishing2-11

La recommandation européenne sur le libre accès des revues scientifiques du 17 juillet 2012 [1] a entrainé en France dans le secteur des sciences humaines deux types de réaction : certains, comme les revues se trouvant dans le consortium Revues.org, y ont vu un encouragement à leur politique de libre accès, en accord avec les principes qui la fondent (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert de 2001 et Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et sociales de 2003), mais plus d’une centaine de revues qui se trouvent pour la plupart dans le consortium Cairn y ont vu une menace et ont protesté par un appel commun dont voici un extrait :

« Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des sciences humaines et sociales, où l’économie des publications n’est envisageable que dans la durée, pour permettre le maintien d’un grand nombre de revues académiques, alors même que celles-ci constituent un outil essentiel au débat public ; nous estimons aussi qu’au-delà des revues académiques, les autres domaines de l’édition du savoir en sciences humaines et sociales, notamment les revues de débat ou d’opinion, pourraient être, eux aussi, menacés dans la mesure où leurs auteurs sont très souvent rémunérés sur fonds publics. »

On notera la contribution de la revue Tracés (L’open access: la schizophrénie française) qui est diffusée à la fois par Cairn et par Revues.org. La revue est diffusée d’une manière payante pendant deux ans par Cairn, est libre d’accès sur cette plate-forme pendant un an, puis est diffusée gratuitement par Revues.org. Cette revue, créée en 2002, existe en version papier et version électronique et déclare ne pouvoir subsister que grâce aux revenus issus de la consultation par Cairn (cinq euros l’article pour un particulier) mais principalement par le biais des bibliothèques qui s’abonnent à Cairn.

Voici comment Tracés voit sa situation :

« Ce modèle économique, mêlant public et privé, constitué de subventions diverses et de revenus commerciaux, impliquant un grand nombre d’acteurs qui se recoupent plus ou moins, est ce qui permet aujourd’hui à Tracés d’exister. Le cas de notre revue est sans doute un peu particulier car elle est jeune et ne dépend pas d’un laboratoire de recherche. Elle ne bénéficiait donc pas du même soutien institutionnel que certaines revues anciennes qui dépendent d’un laboratoire ou d’une association disciplinaire. Ce soutien peut être un financement direct ou une mise à disposition de personnel : il n’est pas rare en France par exemple, qu’un agrégé ou un ingénieur CNRS soit détaché pour effectuer le secrétariat de rédaction d’une revue. Enfin, comme toute revue universitaire, le modèle économique de Tracés demeure fondé sur une importante subvention indirecte : ni les auteurs, ni les rapporteurs du comité de lecture, ni les membres du comité de rédaction (incluant le secrétariat de rédaction) ne sont rémunérés par Tracés. Cela ne veut pas dire évidemment qu’ils sont bénévoles, au sens strict du terme, puisque leur rémunération en tant que chercheur inclut de manière plus ou moins explicite le temps passé à écrire, publier, critiquer, éditer. »

Avec un tel modèle économique, les revenus venant de Cairn sont jugés indispensables, semble-t-il, pour maintenir l’édition papier. Pour pouvoir subsister indépendamment de Cairn, la revue estime à 15 000 € par an la subvention qui lui serait nécessaire.

Ce texte et la situation actuelle qu’il tente de refléter incite à regarder plus précisément combien coute une revue [2]. C’est ce que nous voudrions faire en prenant trois exemples : celui de la Revue française de sociologie (Cairn) qui donne un compte-rendu annuel de son activité (2006 dans 2007, 48-3 [3] ; 2007 dans 2008, 49-3 ; 2008 dans 2009, 50-3 ; 2009 dans 2010, 51-4 ; 2010 dans 2011,52-4 et 2011 dans 2012, 53-3) et deux revues diffusées par Revues.org dont les auteurs du présent billet s’occupent à divers titres : Socio-logos et Temporalités.

Notre propos est de faire une estimation du cout d’une revue sous forme d’une fourchette entre un minimum et un maximum tant il est difficile d’estimer le temps passé pour éditer un article.

Suivant la pratique habituelle des revues de sciences humaines en France, on considérera que le travail fait par les auteurs, les lecteurs du comité de rédaction, les lecteurs extérieurs fait partie de leur activité normale de recherche et ne sont pas à imputer dans le cout d’un article. On ne prendra donc en compte que les couts suivants :

  • le travail d’un responsable éditorial type ingénieur de recherche CNRS payé 36 000 € par an.
  • le travail d’un secrétaire de rédaction type ingénieur d’études CNRS payé 25 000 € par an [4].

Dans les deux cas on tiendra compte des charges sociales et on convertira en cout horaire. L’estimation se fera en tenant compte du temps passé pour le premier tri des articles reçus, le choix des experts, la correspondance afférente, l’édition des textes (en ligne et/ou sur papier), les contacts avec les auteurs pour mise au point. De même pour les recensions de livres.

  • dans le cas d’une édition papier les frais d’impression de routage et d’expédition.
  • les frais généraux de secrétariat.

On a pris en compte les frais de réunion du comité éditorial mais ils sont très variables et dépendent de chaque cas particulier : contacts habituels en ligne, réunions à l’occasion d’autres manifestations, voyages pris en compte par les laboratoires comme faisant partie du travail habituel du chercheur. La modélisation proposée fait des estimations entre minimum nul et un maximum dépendant du nombre de réunions annuelles et des indications sur le nombre de membres n’étant pas à Paris.

On trouvera dans le document pdf ci-dessous le détail des estimations et une feuille Excel qui permettra à toutes les revues qui veulent participer à l’estimation de faire leur propre calcul et d’en voir le détail.

Au final on a les résultats suivants pour les trois revues envisagées : (voir le Post Scriptum pour les modifs)

Revue Cout minimal par article Cout maximal par article
Rev. Fr. de Soc. 1135    1232 2076   2367
Socio-logos 238      244 741     759
Temporalités 388      391 1184   1194

Les fourchettes sont d’une ampleur de 2 à 3 mais les ordres de grandeur sont du même ordre.

À titre de comparaison, Bernard Pochet (Université de Liège) dans la liste « accès ouvert » arrive aux conclusions suivantes pour une revue internationale (31/01/13).

Pour répondre à la question du coût, pour une revue de niveau international, modeste mais néanmoins reprise dans le JCR (c’est pas obligé mais c’est bien quand-même), il faut regarder les dépenses indispensables (je parle de : http://www.pressesagro.be/base/)

– un mi-temps (bac +3) pour le secrétariat (réception des articles, courrier aux auteurs et aux lecteurs…)

– un mi-temps (bac + 3) pour la mise en page (en pdf avec InDesign et en html avec Lodel)

c’est chez nous la même personne qui fait les deux – comptez 25 000 €

– un mi-temps (bac +5) pour le travail rédactionnel : première lecture avant transmission au comité de rédaction, recherche des reviewers, relecture après corrections et relecture avant publication (+ questions aux auteurs, biblio…) – comptez 18 000 €

– quelques frais (téléphone cartouches…) – comptez 2 000 €

– les frais d’impression sont couverts par les abonnements, les frais d’expédition sont de ± 4 000 € par an… ces postes pourraient être supprimés avec une diffusion uniquement électronique… on y songe, je ne les compte pas.

le rédac chef, le secrétaire du comité de rédaction, les membres du comité de rédaction, les reviewers, le président du comité scientifique, les membres du comité scientifique… ne sont pas payés

On a donc 25 + 18 + 2 = 45 000 € pour travailler correctement. Somme à diviser par le nombre d’articles publiés (60) chaque année = on est quand-même à un coût vérité de 750 € par article. Loin des 3 000 de nos amis les requins (qui doivent aussi rémunérer leurs pauvres actionnaires, ce n’est pas la crise pour tout le monde) [5] mais ce n’est pas négligeable. Les couts peuvent difficilement être compressés sans réduire la qualité. Il y a les subventions qui les réduisent mais on peut aussi publier plus (mais il n’y a que 24 heures dans une journée) et, publier plus, c’est aussi plus de travail… enfin, voilà l’équation telle que je la vois.

Cette estimation de 750 € est pratiquement à l’intérieur de la fourchette des estimations précédentes.

Toutes ces estimations envisagent le cout réel (hors locaux cependant) mais non le cout affiché car les personnels sont soit bénévoles soit rémunérés par le secteur public. Si on exclut les couts de personnels, il ne reste que les couts liés à l’éventuelle impression, l’envoi de la version papier et les réunions des comités de rédaction, estimés à 15 000 € pour la RFS, somme qui correspond d’ailleurs à la subvention que demande Tracés pour subsister [6].

Perspectives

Dans son appel Cairn lie le sort des revues scientifiques à celui des revues de débat alors que leurs situations sont très différentes : les couts en personnel sont pris en charge dans la plupart des revues scientifiques alors que ce n’est évidemment pas le cas pour une revue comme Esprit par exemple [7]. Mais prétendre que ces revues sont concernées par la recommandation européenne sous prétexte que leurs auteurs peuvent être rémunérés sur fonds publics est ne pas distinguer l’activité du chercheur qui peut écrire des articles autres que scientifiques, mais rigoureux cependant, dans des revues de débat.

Comme le déclare Bernard Pochet, nos couts sont très éloignés de ceux qu’il appelle ceux des « requins » : on notera que l’abandon de la publication papier qui va en se généralisant sous la pression des bibliothèques, elles-mêmes soumises à des budgets de plus en plus serrés d’un côté et des couts d’abonnements de plus en plus prohibitifs de l’autre, pourrait réduire quelque peu la facture. Mais abandon du papier signifie-t-il obligatoirement diminution du cout ? Rien de moins sûr ! [8]

Toujours est-il que l’on peut raisonnablement soutenir que l’appel à l’open access de la commission européenne peut être pris en compte par les revues scientifiques et ce d’autant plus facilement qu’elles renonceront au modèle actuel de leur financement papier (cela est patent dans le cas de Tracés). La piste du Print on demand (POD) et de l’édition nativement multisupport est assurément prometteuse. Dans le cas de revues papier (traditionnellement imprimées ou à la demande) la charge de l’impression pourrait être renvoyée au lecteur soucieux de l’objet papier sans générer de couts exhorbitants de stockage ou de diffusion. Dans l’état actuel des choses, le lecteur peut ne sélectionner que l’article qui lui semble indispensable et il est probable que le confort de la lecture à l’écran (encre électronique, formats détachables etc.) sera encore amélioré dans les années à venir.

Nous ne pouvons donc que réitérer l’invitation à ce que d’autres revues objectivent leur situation en remplissant la modélisation cout revues ci-dessous de manière à ce qu’émerge progressivement une carte fiable de la situation éditoriale scientifique en France [9]. Cela permettrait en outre, une fois la masse critique nécessaire atteinte, de faire également des comparaisons — européennes et même internationales — et de reposer par exemple à nouveaux frais – c’est le cas de le dire ! – la question des presses universitaires françaises, dont les missions, on s’en souvient peut-être, étaient assez proches des principes fondateurs de l’Open Access.

En s’intéressant aux couts de l’édition des revues scientifiques, on voit bien que d’autres questions, peut-être plus importantes encore, émergent. Les trois exemples ici rassemblés plaident certes pour la généralisation de l’accès ouvert dans une perspective financière. Mais on peut également entendre l’accès ouvert comme la rencontre des missions de diffusion de la recherche de l’édition publique et de la logique par définition ouverte du web. La décroissance des couts de l’édition scientifique devient alors également souhaitable du point de vue de la science elle-même (diffusion) comme du point de vue de son financement public, c’est-à-dire par le citoyen-contribuable.

Philippe Cibois, François Théron

PS du 27/06/13 : des hésitations sur le fait de savoir s’il faut prendre ou non les recensions pour le cout d’un article ont entrainé des incohérences qui sont levées dans les versions V2 des résultats (en PDF) et de la feuille de calcul. Dans cette nouvelle version, les recensions sont bien intégrées. Ceci entraine des modifications pour le cout par article qui sont reportées dans le texte.

XlsCoutRevueV2

PdfCoutTroisRevuesV2

[1] On se reportera également avec profit au Rapport final rendu à la commission européenne de janvier 2006 : Study on the economic and technical evolution of the scientific publication markets in Europe. Et très récemment, en date du 13 juin 2013, à la déclaration des « Science Ministers » du G8 allant dans le sens d’une politique globale en faveur du libre accès aux résultats de la recherche (littérature et données).

[2] On applique dans ce billet, on l’aura remarqué, les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ici cela concerne l’absence de l’accent circonflexe sur le u de cout, le i de entrainer etc.

[3] Ce compte rendu, situé en début de volume hors pagination, ne se retrouve pas dans la version consultable sur Cairn.

[4] Ce sont ces deux postes de dépense qui sont appelés « secrétariat de rédaction » dans la RFS. Voir http://www.rfs-revue.com/spip.php%3Frubrique2&lang=fr.html et le compte rendu d’activité 2006, dans RFS, 2007, 48-3.

[5] Bernard Pochet fait sans doute allusion ici au CA de 5MM€ d’Elsevier en 2011, pour un bénéfice de 1,6MM€. À noter que le top ten mondial comprend 6 éditeurs européens (Pearson, UK ; Elsevier, NL, UK ; Wolters Kluwer, NL, Bertelsman, D ; Hachette, F.) Voir aussi pour l’édition française : http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Edition/203Concentration.htm  Et un autre exemple récent dans la presse : http://www.actualitte.com/usages/la-publication-numerique-libre-defi-des-universites-americaines-41529.htm

[6] Dans le cas de Temporalités, les couts de « réunion » sont pris en charge par le réseau des laboratoires partenaires de la revue, fédérés en association (l’Association pour le Développement de la Revue Temporalités – ADRT). Chaque laboratoire finance ainsi et les couts de fonctionnement régulier de l’association éditrice du titre et les voyages de ses membres représentés au comité de rédaction et au comité scientifique.

[7] Dans le cas de la RFS, les couts en personnels sont pris en charge par le CNRS. Dans le cas de Temporalités, par l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et le laboratoire Printemps, qui hébergent le siège de la rédaction de la revue et financent son secrétariat via un poste d’ingénieur d’études titulaire.

[8] À moins bien évidemment de tenir que cout de revient et cout d’abonnement entretiennent un rapport de grandeur fixe. À la question des couts s’ajoute également la question de la valeur. Voir Open access: The true cost of science publishing, Cheap open-access journals raise questions about the value publishers add for their money. Richard Van Noorden, 27 March 2013. Quoique très centré sur l’Open access « gold », cet article et le dossier de Nature dans lequel il s’insère est une source passionnante sur les problématiques Open Access dans le monde anglo-saxon et les disciplines non SHS.

[9] Nous souscrivons ici à ce qu’écrivait Stéphane Le lay, secrétaire de rédaction de la RFS, le 25 mars 2013 dans la revue Mouvements sur le même sujet (« Les évolutions actuelles dans l’édition scientifique. Éléments de contexte et questions sans réponses ») : « Pour être crédibles, les différentes parties prenantes doivent mettre sur la table tous les éléments d’information nécessaires à la compréhension des dynamiques du secteur. Pas de doute que les acteurs privés (associations détenants des revues, maisons d’édition, etc.), parfois prompts à revendiquer l’usage de la compatibilité analytique dans l’évalution des dépenses publiques, sauront faire preuve de bonne volonté en la matière. Sauf à courir le risque d’alimenter le soupçon concernant les motivations réelles qui les animent dans les débats actuels ».

Élections au Mexique : le malaise est identitaire (Laura Loeza)

Manifestation contre l’élection de Enrique Peña Nieto, Mexico, 19 mai 2012.
Photo Ismael Villafranco, Flickr CC.

Le 31 août 2012, sous les huées des manifestants, le Tribunal électoral fédéral du Mexique a validé l’élection d’Enrique Peña Nieto, candidat de l’indéboulonnable Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). « C’est le signe de la peur du changement et d’un problème identitaire » pour Laura Loeza, professeur de sciences politiques à l’université nationale autonome de Mexico, de passage au laboratoire Printemps jusqu’au mois de décembre pour préparer un livre sur les identités, la mémoire et le changement politique au Mexique, sur le cas des travailleurs des ONG.

Quel est le rapport entre les identités et le changement politique ?

Je trouve que c’est la question au Mexique : pourquoi ne sommes-nous pas capables de consolider le changement démocratique que nous avons réussi à mettre en place ? On n’arrête pas de faire des réformes, on crée des institutions, mais on recule quand même. Toute réforme est susceptible de revenir en arrière. Il y a, je trouve, un problème d’imaginaires politiques, d’imaginaires sociaux, qui nous empêche d’aller au-delà de ces blocages.

Des imaginaires politiques ?

Notre matrice historique et culturelle a une influence sur la façon dont chacun se conçoit, se définit, à partir de narrations hégémoniques [des façons incontournables de raconter son histoire]. Qu’est-ce que c’est que d’être « mexicain » ? Cette identité est toujours associée à des attributs négatifs. On nous répète sans arrêt que le Mexicain est paresseux, le Mexicain est corrompu… L’identité du citoyen mexicain est associée à une image très particulière. Des recherches comme celles de Juana Juárez Romero [voir en fin d’article] ont montré que si l’on demande à quelqu’un de se définir en tant que citoyen, il revient toujours à ces stéréotypes du Mexicain : « mais moi, je ne suis pas comme ça » ! D’autres discours hégémoniques entretiennent la peur de la délation et la peur du changement. Je travaille sur ces récits.

À la différence de nombreux autres pays d’Amérique du Sud, le Mexique n’a pas vécu d’expérience d’autoritarisme totalitaire. Notre pays est politiquement stable, mais nous avons toujours peur de la dictature. Finalement, les seules choses qu’on n’ait pas réussi à régler après la révolution mexicaine, c’est l’injustice et les inégalités instituées… Cette histoire, cette culture, ont toujours une influence sur les identités sociales.

Mais comment faire pour mesurer l’importance de ces identités ? On ne peut pas les mettre en chiffres.

J’ai travaillé sur le récit autobiographique de membres des organisations civiles (ONG). Les ONG que j’étudie portent sur des thèmes différents : les femmes, l’écologie, les droits de l’Homme, mais je les analyse sous le même angle : celui du travail politique. J’ai recueilli les récits de trajectoires politiques, biographiques, auxquels j’applique la méthode d’analyse discursive de Claude Dubar.

Qu’est-ce que c’est que l’analyse discursive ?

L’analyse discursive, c’est l’analyse du discours : le but est de comprendre comment l’individu justifie ses stratégies, pour identifier les facteurs qui les facilitent ou qui les empêchent. On essaye d’identifier les éléments qui justifient les positions prises : certaines icônes gardées en mémoire, pour éclairer les choix politiques ou les expériences de cet acteur. À partir de là, je retrouve les éléments qui constituent la mémoire, les stratégies, les projets, qui permettent ou non un changement politique au Mexique.

Je m’appuie aussi sur les travaux sur la mémoire de l’historien Pierre Nora. D’autres auteurs ont développé un pan important des études féministes (une approche qui fait parfois sourire les Français), comme Judith Butler, qui me permet de comprendre des processus de subjectivation [pour faire trop vite, on pourrait définir ce processus comme la façon dont l’individu se structure comme sujet, ou comme dit Judith Butler, comme agent, ce qui n’est pas la même chose… à lire ici]. Quand le sujet devient acteur, il se retrouve face à des enjeux de pouvoir, qui lui font prendre conscience des pressions qui s’exercent sur lui.

Vous semblez avoir une idée très claire de ce qui doit changer au Mexique.

Je pense que beaucoup de choses doivent changer au Mexique : mais c’est avant tout la situation des minorités et l’injustice. Si on ne change pas cette situation, il est vraiment difficile de construire une véritable identité citoyenne, de citoyen responsable dans le sens libéral du terme, qui exige qu’il accomplisse ses obligations. Le fait que les femmes et les indigènes soient les plus désavantagés, cette atmosphère de racisme ne changera pas si on ne s’attaque pas à notre mentalité méprisante. Je suis sûre que la situation de violence qu’on vit actuellement est très associée à ces injustices. Il faut donc que les Mexicains se voient autrement. Pour cela, ils doivent reconnaître leurs capacités d’agent mais aussi se considérer comme sujets. Nous devons reconnaître nos obligations et nos responsabilités : quand nous élisons quelqu’un comme Nieto à la présidence de la République, c’est notre responsabilité.

Pour vous, que signifie l’élection de Nieto ?

Je retrouve cette peur du changement. Quand j’étais petite, on entendait toujours les histoires officielles : si le Mexique élisait un gouvernement de gauche, les États-Unis risquaient d’intervenir militairement. Le mythe de l’intervention militaire américaine a toujours cours. On a toujours peur d’un gouvernement de gauche comme celui de Hugo Chavéz [au Venezuela], qui réduirait les libertés et ferait du mal à l’économie. On ne se comporte pas encore en citoyens responsables : on laisse toujours les responsabilités dans les mains des mêmes. Mais on commence à assister à des comportements de vote plus réfléchis, parce qu’il y a eu simultanément des élections présidentielles, pour le Parlement et pour certains gouvernements locaux. J’ai vu une différence, pour la première fois, entre le choix du Président et le choix des gouvernements locaux. J’ai l’impression que quelque chose est en train d’émerger.

Qu’est-ce que vous reprochez à Nieto ?

Je lui reproche une régression sur plusieurs aspects. Par exemple, l’éducation et la culture ne sont pas des valeurs au Mexique. Avec ce président, on risque d’avoir une réduction des budgets de l’éducation, de la science et la recherche, car ce n’est pas important pour lui. Il a un côté autoritaire. On l’a vu pendant la campagne, quand des jeunes l’ont contesté. J’ai peur qu’il les réprime, maintenant qu’il a gagné l’élection. Il ne discute pas, il ne négocie pas. Je pense que s’il n’a pas une bonne équipe de conseillers, on risque de revenir à l’autoritarisme démocratique.

Vous définissez le PRI comme un régime autoritaire ?

En 2000, on a eu des élections transparentes pour la première fois. Ça a changé beaucoup de choses. On dit que le PRI vient de gagner ses premières élections démocratiques, après 71 ans de victoires électorales. L’autoritarisme est très particulier, avec des formes démocratiques. Le PAN  [parti politique de Felipe Calderón, le président sortant], est plutôt centriste dans notre éventail politique. Mais je trouve qu’il y a beaucoup de points communs entre les personnes du PAN et du PRI. Ils s’entendent très bien, par exemple avec le syndicat des professeurs qui est le vestige de l’ancien PRI, et qui en incarne toute l’idéologie : sa présidente, Elba Ester Gordillo, a été le bras droit de Calderón.

N’est-ce pas frustrant d’assister à ces événements depuis la France ?

Au Mexique, les choses bougent toujours. Il y a toujours des mouvements de contestation… On peut les suivre dans les journaux, sur Internet. De toutes façons, je vais retourner sur le terrain en janvier, pour conduire des entretiens et recueillir les données empiriques. Mais pour la partie théorique, c’est en France que ça se passe, car c’est là que toute la théorie sur les identités a été développée. Au Mexique, on n’a pas vraiment accès à la littérature francophone. La littérature anglophone est plus accessible là-bas. Ici, j’ai toutes les nouveautés à portée de main.

Comment avez-vous atterri au laboratoire Printemps ?

Quand j’ai passé ma thèse, ici à la Sorbonne, j’ai étudié les travaux de Claude Dubar. J’avais peur de ne pas avoir bien appliqué la bonne méthode à ma thèse. De retour au Mexique J’ai pris contact avec lui pour en discuter, puis je l’ai invité pour qu’il nous explique sa méthode. On s’est bien amusés, on a bien travaillé, on a beaucoup appris grâce à des traductions simultanées. C’est pourquoi j’ai décidé de venir travailler au laboratoire Printemps.

Mais la plupart des chercheurs du laboratoire Printemps travaillent sur d’autres sujets…

On peut toujours apprendre des autres. Il y a toujours des points de rencontre, même sur des sujets très différents, par exemple entre la sociologie du travail et la sociologie politique. Je ne connais rien à la sociologie du travail, mais je sais que certaines de ses méthodes me seront utiles.

Avant de venir ici, vous avez passé trois mois en Allemagne. Qu’avez-vous appris à Berlin ?

J’étais dans un laboratoire qui travaille beaucoup sur la mémoire. La catharsis de la guerre continue d’être un sujet de réflexion, elle n’est pas encore résolue. Cette expérience a été assez intéressante, parce que je vivais au quotidien quelque chose que j’avais étudié en théorie. Il y a des mémoriaux partout, et on continue de réfléchir. J’ai été étonnée de croiser des skinheads très jeunes. Je me demandais d’où ils sortaient ça. Eux aussi sont marqués par un passé collectif.

Propos recueillis par Clara Tomasini

À lire pour en savoir plus.

Le Mexique : fiche pays et sélection d’articles sur le site de Courrier International.

Judith Butler, 2004. Le pouvoir des mots. Politique du performatif. Paris, Éditions Amsterdam. Lire un compte rendu de Claire Oger dans Mots ici.

Claude Dubar, « Polyphonie et métamorphoses de la notion d’identité », Revue française des affaires sociales. À lire sur Cairn.

Maurice Halbwachs, 1925. La mémoire collective. Les cadres sociaux de la mémoire

Juana Juaréz Romero, 2012. « Mémoire des origines, identité du Mexique et identité du Mexicain », Bulletin de psychologie.

Pierre Nora, 2011. Présent, nation, mémoire. Paris, Gallimard.

Paul Ricoeur, 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli. París, Seuil.

José Luis Velasco, 2005. Insurgency, Authoritarianism, and Drug Trafficking in Mexico’s « Democratisation ». New York, Routledge.

 

La publication facile et sans douleur

En voyage à Montréal pour un colloque, Olivia Samuel a trouvé une série de fiches techniques qui, à ses yeux, résument très bien ce qu’un jeune chercheur doit savoir sur la publication d’un article : comment se faire publier, comment se faire lire… La secrétaire de rédaction approuve ces conseils : choisissez votre revue, et adaptez votre article à la revue que vous visez ; proposez quelque chose de novateur, et expliquez dès l’introduction pourquoi ça l’est ; et n’hésitez pas à poser des questions aux responsables de la revue en question.

Au total, sept fiches techniques fournies par les éditeurs (payants) Taylor and Francis et Routledge, sur un site entièrement consacré aux conseils aux auteurs. Vous y trouverez également des vidéos, un livre électronique entier de conseils aux jeunes auteurs, une bibliographie extensive… Le tout bien sûr, en anglais (ou en mandarin, mais c’est parfois moins pratique). Cliquez sur les fiches pour accéder à la page de ressources, et n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous.

L’urgence au service des grands problèmes : Duran et Thoenig lus par Laurence Ould-Ferhat

Laurence Ould-Ferhat est chargée de mission en évaluation des politiques publiques dans une collectivité territoriale. Chercheuse au laboratoire Printemps de 1995 à 2004, elle en est restée membre associée (voir son profil sur le site officiel) Elle présente ici les enseignements qu’elle a tirés de L’état et la gestion publique territoriale, un article de Patrice Durand et Jean-Claude Thoenig publié par la Revue française de sciences politiques (1996/4), qu’on peut lire dans son intégralité sur Persée. Vos commentaires sont les bienvenus au bas de cet article.

"Muddling through" : en anglais, se tirer d'affaire, ou plutôt se dépétrer... d'une flaque de boue (mud). Photo Mike Amblach/Flickr

Les politiques publiques décentralisées ont de grandes ambitions pour la société. Lorsque je rencontre les services pour qu’ils me parlent de leur politique, ils disent parfois qu’ils avaient « peu de billes » pour mettre en forme le dispositif, qu’ils ont bricolé un système D “à l’arrache”, dans l’urgence, pour sauver la mise ; mais que le dispositif est actuellement insatisfaisant, qu’il leur échappe, qu’ils aimeraient y voir plus clair.

Si les orientations, les principes et les valeurs politiques d’un programme ont été déclarées dans les documents cadres (exposé des motifs), et si le règlement d’intervention précise des modalités concrètes d’affectation des crédits, on s’aperçoit qu’entre les deux, il y a tout un monde, et que le dispositif n’a pas été réellement pensé. Dans les services, on entend aussi qu’il n’est pas possible de réfléchir face à l’urgence de la gestion quotidienne, et que cela est bien dommage.

J’ai été soulagée de trouver, avec l’art du muddling through (de se tirer d’affaire), une ressource de sens dans un vieux texte de Duran et Thoening : l’urgence vient au secours de l’impossibilité, pour les administrations, de penser des problèmes aussi généraux, vastes et complexes que ceux auxquels prétendent s’attaquer les politiques publiques actuelles : les banlieues, les conduites à risque, la parentalité, le développement économique, l’éducation, le développement local, les clusters d’entreprises… L’urgence de l’action n’est-elle pas la meilleure façon de ne pas sombrer dans un abime de perplexité face à ces constructions politiques ?

 

« À des problèmes susceptibles d’être traités par des routines succèdent des problèmes difficiles à structurer. Le degré de leur structuration est fonction des connaissances disponibles et de la capacité des acteurs à comprendre leur nature. Les problèmes mal structurés se caractérisent notamment par l’interaction d’un nombre important de variables dont les comportements sont perçus comme aléatoires, ce qui engendre une forte imprévisibilité et exige en retour une connaissance locale, donc décentralisée. Faute de théorie pour enserrer les comportements des variables en jeu, faute de pouvoir structurer leurs interrelations, les responsables publics subissent les événements, ne les maîtrisent pas. La fourniture d’une allocation, la construction d’un pont ne relèvent pas du même type d’incertitude que le traitement des quartiers sensibles ou la lutte contre la toxicomanie. En quelques années, la gestion territoriale est passée d’incertitudes structurées à des incertitudes non structurées. Une incertitude structurée se présente comme une variable à l’intérieur d’un programme d’action déjà constitué: l’attention se porte sur les questions de mise en oeuvre et l’incertitude relève pour l’essentiel de la disponibilité d’information. Elle exige, pour être réduite, que les routines s’adaptent aux spécificités locales. Les incertitudes non structurées caractérisent des situations où la connaissance nécessaire à la formulation des problèmes, c’est-à-dire la théorie d’un programme général, est absente. Leur part ne cesse de croître au détriment des premières. […]
La bureaucratie représente une réponse à un problème programmable. Si l’incertitude est faiblement structurée, la bureaucratie ne sait pas faire. Cela explique pourquoi l’urgence fournit aux autorités publiques un réducteur d’incertitude. Le manque de temps limite les possibilités d’attention et donc de discussion, ce qui privilégie les enjeux simples et la débrouillardise locale. Le « muddling through » (se tirer d’affaire) offre quelques avantages pour gérer un problème public qu’on ne maîtrise pas. »

P. Durand et J.-C. Thoenig, L’état et la gestion publique territoriale, Revue française de sciences politiques (1996/4)

Mais au fait, qu’est-ce que l’évaluation des politiques publiques ?

Réponse de Laurence Ould Fehrat.

L’évaluation des politiques publiques est une forme d’étude appliquée à la rationalisation et à l’amélioration de l’action publique. Les enquêtes évaluatives, d’une durée approximative de six mois, peuvent être menées par des prestataires externes (cabinets de consulting ou équipes de chercheurs). Elles peuvent être également menées en interne, comme cela se fait de plus en plus, par des évaluateurs « organiques » en poste comme chargés de mission dans les administrations publiques.

L’évaluation ausculte l’ensemble du cycle d’une politique publique pour comprendre ses rouages cachés, ses réalisations tangibles et ses effets attendus ou inattendus. Il n’y est pas seulement question d’indicateurs de performances, mais également d’analyse et de production de connaissance sur l’utilité sociale de l’action publique. L’évaluation des politiques publiques est une forme d’expertise permettant (en théorie) de savoir si les programmes publics mis en place dans le but de remédier à un problème de société sont efficaces et atteignent les objectifs que les décideurs leur ont fixés. En réalité, il est difficile d’établir les conséquences exactes des programmes publics, tant les objectifs politiques sont flous, les configurations sociales sur lesquelles ils agissent complexes et les causalités à l’origine des phénomènes observés, multiples. Difficile d’évaluer les effets en emploi d’une politique de Clusters, ou bien les effets sur les comportements des politiques de prévention sanitaires et sociales comme les conduites à risques et toxicomanies. Il arrive que les évaluations remplissent peu leur mandat officiel et s’emploient davantage à évaluer des moyens (une ingénierie), des coûts et des réalisations concrètes, bref à suivre la mise en œuvre des actions et prestations, qu’à évaluer vraiment les résultats et les impacts. Cependant, l’analyse des pratiques évaluatives révèle d’autres vertus, comme par exemple l’apprentissage organisationnel et la réappropriation du sens des politiques publiques par les agents de la mise en œuvre, qui permettent indirectement de faire progresser l’action publique. L’appréciation de la qualité des coopérations partenariales est souvent au cœur des préoccupations. Dans un Etat décentralisé et déconcentré, l’efficacité publique semble aujourd’hui dépendre de la coordination réussie d’acteurs de diverses institutions associés le temps de s’attaquer à une nouvelle situation/problème mise à l’agenda politique.

L’évaluateur effectue un travail proche à certains égards du quotidien du chercheur. Il engrange des informations diverses sur la politique publique (statistiques sur les bénéficiaires, documents et archives administratives), enquête sur le terrain (questionnaires, entretiens individuels ou de groupes en veillant à la pluralité des positions d’acteurs ; plus rarement observation, trop coûteux), analyse et traite l’ensemble des informations recueillies en vue de produire un rapport d’évaluation. La comparaison s’arrête là. Au-delà du simple constat sur le « comment ça fonctionne » et, mieux, la compréhension des phénomènes en jeu, le rapport d’évaluation doit porter un jugement normatif sur la valeur de la politique et proposer des solutions nouvelles pour réorienter la politique, ou même parfois la supprimer si elle n’a pas fait ses preuves. L’expertise doit outiller de réflexivité les opérationnels et aider à la décision du politique, et n’a plus grand-chose à voir avec la neutralité axiologique du chercheur. La visée est opérationnelle car la production de connaissance ne saurait se faire pour elle-même mais bien pour faire évoluer l’action publique dans une optique de « modernisation » au double sens d’optimisation (de l’argent public) ou d’efficience, et de processus qualité (du service public).

Plutôt qu’une discipline, l’évaluation des politiques publiques est un artisanat intellectuel, entre recherche et consulting. Elle emprunte ses méthodes d’investigation, ses grilles de lectures et ses outils de pensée aux différentes sciences sociales tout en bénéficiant des innovations issues du monde du consulting en termes de méthodes projets, de présentation de résultats et de pédagogie de l’évaluation.  Un solide ancrage disciplinaire, scientifique, semble nécessaire pour éviter un des travers de l’évaluation des politiques publiques qui est d’utiliser les sciences sociales comme une boîte à outil méthodologique et un prêt à penser conceptuel, au lieu d’en faire la source d’un regard distancé et critique sur les évidences les mieux partagées (et souvent les plus paradoxales !) des administrations publiques. Les sciences sociales, dont la sociologie mais pas exclusivement, ouvrent des perspectives d’interprétation théoriques là où la tentation est purement descriptive et le risque, que l’évaluateur reprenne à son compte les opinions des parties prenantes de la politique, dont il se contenterait de faire la synthèse en omettant de les analyser.

Les nomades oubliés : lectures de Pierre Tripier

Je me rends compte sur le tard ( les loisirs de la retraite permettent ce genre de pas de côté) que nos institutions, notre philosophie politique, nos lois, nos actions bienveillantes ont négligé ou combattu, ou délibérément ou inconsciemment ignoré les nomades. Or l’histoire nous apprend que les antagonismes perpétuels entre sédentaires et nomades ont façonné et, probablement, façonnent encore de larges parties de la chronologie de l’Occident. Mais ces faits sont invisibles puisque ces philosophies, institutions, dispositifs, lois, etc. sont le fait de sédentaires pour les sédentaires. La démocratie, l’école, la citoyenneté se sont organisés par et pour les sédentaires.

Cette réflexion (que l’on a le droit de trouver délirante) m’a poussé à lire des sociologues contemporains qui mettent en scène et analysent les comportements nomades. D’où l’insistance à lire au moins trois sociologues français, ainsi que ceux dont ils sont les mentors :
Alain Tarrius, qui s’est interessé depuis longtemps aux migrants (Les fourmis de l’Europe, chez l’Harmattan en 1992, Les Nouveaux Cosmopolitismes (avec la chère Lamia Missaoui), L’Aube 2001, La Mondialisation par le bas, Balland 2003, Migrants internationaux et nouveau réseaux criminels, Perpignan, Trabucaire, 2010, entre autres titres) En fait, il a fait des travaux de terrain et des entretiens impeccables. Dans ses livres, il déploie des méthodes de recherche multiples et souvent innovantes, et les résultats sont à la fois narrés de façon vivante et conceptualisés de manière astucieuse. Malheureusement presque tous ces livres sont épuisés, sauf à l’Harmattan et chez Trabucaire.

Alain Tarrius, qui a aussi étudié la citadinité, a rencontré sur son chemin Michel Peraldi qui est venu à s’intéresser aux nomades en suivant une autre piste : celle du commerce et des commerçants. Ici encore, les références ne manquent pas (je les aligne bientôt). Avec Tarrius, ils ont étudié le rôle du port de Marseille et du quartier de Belzunce dans les déplacements de personnes et les échanges commerçants entre la rive nord et la rive sud de la méditerrannée. La fermeture des frontières par les gouvernements nationalistes d’Alger et Tripoli ont permis de développer toute une économie d’échanges fondée sur le hors-la-loi, principalement la contrebande (le Trabendo en franco-algérien) qui incite à transporter de façon clandestine et/ou de « payer la route » (corrompre transporteurs, douaniers et policiers). Il s’agit là d’échanges « de pauvre à pauvre » mais qui peuvent très bien se transformer en entreprises de grande dimension, mais restant complètement informelle. Sur ce point, les travaux de Péraldi sont multiples, mais ceux qui m’ont le plus interessé sont :

« Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar » in Cultures et Conflits n° 33-34 1999 [NDLR : cliquer sur le titre pour lire l’intégralité du texte sur Revues.org].

« Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile » in Adelkah F. et Bayart J.F. (2007), Voyages du développement. Emigration, commerce, exil, Paris Khartala  pp. 73-114 [ NDLR : cliquer sur le titre pour télécharger l’article en PDF sur le site du FASOPO]

et un livre qu’il a co-coordonné : Mermier F. & Peraldi M. (2010) Mondes et places du marché en Méditerranée, Paris, Khartala [voir site de l’éditeur].

Enfin, un troisième larron, économiste, a dressé un très joli bilan de toutes les tracasseries et avanies que la loi et la bureaucratie administrative ont inventées pour empêcher les nomades d’être nomades. Il s’agit d’Enclaves Nomades. Habitat et travail mobiles d’Arnaud Le Marchand, Clamecy, Éditions du Croquant, 2011 [cliquer sur l’image]. S’il fallait avoir un résumé de la preuve que notre démocratie est faite par les sédentaires pour les sédentaires, on la trouverait dans les pages de ce livre.

Pierre Tripier

Pierre Tripier est professeur émérite de sociologie à l’UVSQ et membre associé au laboratoire Printemps. Professeur invité aux universités de Sao Paulo, Lima et Montevideo, Pierre est aussi vice-président de l’Institut de recherches et de développement de la qualité. Entre nombreuses autres publications, il est notamment l’auteur, avec Claude Dubar, du manuel fondateur de Sociologie des professions (Armand Colin, réédité en 2011)

« Décrypteur du réel » à l’accent béarnais

Cliquer sur l'image pour accéder au site de France Culture et réécouter les épisodes

L’émission Hors-champs de Laure Adler sur France Culture, en soirée, consacre depuis le début de la semaine une série de 5 fois 44 minutes à Pierre Bourdieu. Pour les étudiants comme pour les chercheurs, cette émission est tout à fait intéressante et on y entend des extraits d’entretiens de Pierre Bourdieu, qui dans ses propos est tout à fait limpide. Ces extraits pourraient utilement servir de support pédagogique pour la formation des étudiants car, mis en perspective par les commentateurs de Bourdieu invités (Roger Charlier, Luc Boltanski etc.), ils donnent à entendre les influences théoriques et la généalogie conceptuelle de ce sociologue.

Je trouve cette série très stimulante et, pourquoi ne pas le dire, un peu émouvante lorsque Bourdieu nous parle de lui, de sa théorie et plus largement de la sociologie, tout cela avec un accent béarnais qui aura été un marqueur originel dont il ne  sera pas parvenu à se défaire, à mon grand plaisir.

Agnès Pélage

Agnès Pélage est sociologue, maître de conférences à l’IUFM de Créteil, membre du laboratoire Printemps. Elle siège au comité de rédaction de la revue Temporalités. Elle poursuit actuellement un projet de recherche sur les chefs d’établissements scolaires.

Norbert Elias ou le refus du sujet : une lecture de François Leimdorfer

François Leimdorfer est sociologue du langage, avec deux orientations principales : l’analyse du discours, un champ dont il a récemment fait le bilan dans Les sociologues et le langage (MSH 2011) ; et le lien entre sociologie du langage et processus urbains. Il a notamment codirigé L’Afrique des individus en 2002 (cliquer sur l’image ci-dessous pour les informations bibliographiques), et avec Paul Wald en 2004 Parler en ville, parler de la ville. Chargé de recherche CNRS à la retraite, François continue d’animer le séminaire « Discours et lien social » au laboratoire Printemps.

La question du « sujet » en sociologie a fait l’objet d’un débat important au laboratoire Printemps au début des années 2000. Claude Dubar a initié un cours sur la question (avec Arpad Ajtony) et plusieurs séances du groupe discours y ont été consacrées (avec Max Reinert, Monique Sassier, Gabrielle Varro, Paul Wald et moi même). D’où le texte qui suit, écrit en 2003. Et le débat reste ouvert, notamment sur les différences entre « sujet » et « individu » et la place de ces questions en sociologie.
Mais ma lecture d’Elias est plus ancienne, lorsqu’avec quelques amis et collègues africanistes (dont Alain Marie et Robert Vuarin) nous avons entrepris une recherche sur le processus d’individualisation en Afrique au début des années 90 : la doxa anthropologique présentait en effet les « Africains » comme des « sujets communautaires ». Aujourd’hui, et après la parution de notre ouvrage collectif L’Afrique des individus, il semble que cette idée d' »individualisation africaine » soit complètement admise dans le milieu.

 

“ L’homme n’est pas soumis à un processus, il est un processus… ”

Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? p. 144 (1970)

La pensée d’Elias (1897-1990) s’organise autour de quelques idées fortes, qui s’enrichiront et seront récurrentes dans toutes ses publications. Le principe qui dirige sa réflexion est la relativisation historique et sociologique d’un certain nombre de concepts philosophiques (les processus de connaissance) et sociologiques (société et individu) et son opposition à toute conception universelle a priori. Ainsi, ce que nous entendons par “ société ” et “ individu ” et leur rapport mutuel (leur opposition) sont à considérer comme les produits d’une évolution historique et sociologique. Il réfléchit en termes de processus historiques et sociaux, de configurations sociales, d’interrelations et d’interdépendances entre individus.

La question du “ sujet ” ne fait pas partie de son dispositif, sauf lorsqu’il aborde, pour la critiquer, la notion de “ sujet de connaissance ” (La société des individus, pp. 158 et suivantes) : il n’y a pas de sujet pour soi, d’homme clos sur lui-même (homo clausus), de “ statue pensante ” (p. 160), que ce soit dans ses activités ou dans sa pensée.

 

 

 

En revanche, il définit et commente la notion d’“ individu ” dont il décrit l’émergence et celle de l’opposition à “ société ”. Il en analyse les transformations internes au cours du processus d’individualisation qui est une des formes principales du “ procès de civilisation ”. Cette opposition, au centre des sociologies de Durkheim et de Weber selon Elias (Qu’est-ce que la sociologie ? pp. 143-145) est construite par ce processus. Car il faut concevoir les faits sociaux dans leurs relations, et l’“ individu ” comme un être relationnel, en élaboration permanente dans son rapport aux autres.

Individu et autocontrôle

La conscience moderne de l’individualité, d’un “ moi ” exacerbé et de sa clôture sur lui-même, le sentiment de la séparation des “ autres ”, d’un “ gouffre intérieur ” et de son antagonisme à la société sont, dans la perspective d’Elias, les produits de l’évolution historique des rapports sociaux et du développement de l’autocontrôle des individus sur leurs pulsions, du Moyen Âge à nos jours. Cette conscience est aussi produite par les transformations du rapport aux autres de l’enfant à l’adulte.

“ L’expérience de soi en tant qu’être auquel s’opposent les autres hommes, la « société » aussi bien que les « objets », car ils sont extérieurs et séparés par un mur invisible de son propre « intérieur », cette conscience de soi, donc, est si profondément ancrée dans nos sociétés très individualisées et accoutumées à la réflexion intellectuelle personnelle qu’il faut faire un effort supplémentaire d’auto-distanciation avant que de pouvoir comprendre dans toutes ses conséquences cette idée apparemment simple : l’homme est un homme parmi d’autres. […] ce qui apparaît comme barrière entre le « moi » et les « autres », entre « l’individu » et la « société », entre le « sujet » et « l’objet » a été réifié par des actes de distanciations personnels ou sociaux. ” (Qu’est-ce que la sociologie ? pp. 145-146).

Un langage quotidien inadéquat

Elias critique l’usage du langage quotidien que font les sociologues comme inadéquat à conceptualiser la réalité sociale, dans la mesure où les mots utilisés donnent un caractère réifié et statique aux relations sociales. Ainsi le “ je ” est trop vite assimilé au “ moi ” : “ le concept de « l’Ego », tel que Freud ou Parsons l’utilise, est un bon exemple de la transformation d’un concept relationnel en une sorte de concept réifiant ” (Qu’est-ce que la sociologie ? p. 147). Dans ces même pages, Elias décrit les pronoms personnels comme série relationnelle, dans des termes proches de ceux de la linguistique :

“ la fonction que le pronom « je » remplit dans la communication humaine ne peut se comprendre qu’en liaison avec toutes les autres positions auxquelles renvoient les autres membres de la série. Les sept positions sont tout à fait indissociables, on ne peut se représenter un « je » sans un « tu », un « il » ou « elle », sans un « nous », sans un « vous », ou un « ils » ou « elles ». ”

Mais la réflexion d’Elias sur les pronoms personnels est avant tout sociologique et notamment sur les rapports entre le “ je ” et le “ nous ” et leur évolution. Pour Elias, il n’y a pas de distinction de soi sans les autres “ il n’y a pas d’identité du je sans identité du nous ” (La société des individus, p. 241). Or, la pondération du rapport “ je-nous ” change : historiquement la prépondérance du “ nous ” évolue vers la prépondérance du “ je ”.

François Leimdorfer

(texte rédigé le 25 juillet 2003)