Archives de catégorie : Recherches

L’expertise dans la justice : de l’hétérogénéité des pratiques à l’harmonisation transnationale ?

Compte rendu de la troisième journée d’étude (30 juin 2013), par Céline Borelle, avec l’aide des intervenants de la journée.

La deuxième journée d’étude a permis d’éclairer la manière dont chacun constitue comme objet de recherche l’expertise et les experts selon son ancrage disciplinaire et ses questionnements théoriques au sein de notre groupe constitué autour de la question de l’expertise judiciaire dans le cadre d’ISIS. L’objectif de cette troisième journée était de repartir des pratiques d’expertise pour interroger nos différents cadres d’analyse, et notamment les grands modèles et oppositions qui structurent nos élaborations conceptuelles.

Si ces modèles et oppositions ont rendu descriptibles et concevables un certain nombre de phénomènes entourant l’expertise judiciaire, ils font irrémédiablement émerger une forme d’argumentation qui réduit les singularités, dans une approche déductive de la description, à des exemplaires substituables dès lors qu’on peut les inclure dans une même catégorie générique, que ce soit l’un des termes d’une opposition ou l’une des caractéristiques d’un modèle. L’idée au fondement de cette journée était donc de s’inscrire dans une approche inductive de la description des pratiques pour rendre observables de nouveaux phénomènes et entreprendre une reconfiguration théorique des concepts permettant d’analyser l’expertise judiciaire.

Nous avons décidé d’interroger plus particulièrement l’opposition classique entre science et droit et la notion de modèle national. Dans quelle mesure la science et le droit constituent-ils des registres d’action différenciés ? Comment décrire et concevoir non pas tant le brouillage des frontières entre science et droit mais plutôt leur rencontre au sein d’une zone grise ? Quels sont les phénomènes rendus observables par une remise en question de la modélisation de systèmes d’expertise judiciaire différents ? Telles sont les questions qui ont conduit notre réflexion collective.

Dépasser l’opposition science et droit ?

Joëlle Vuille (Maître-assistante à la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel) a d’abord évoqué l’utilisation des expertises scientifiques dans le cadre des procédures pénales. La difficulté principale de cette utilisation réside dans le fait que l’autorité reconnaît, par la nomination même de l’expert, qu’elle ne dispose pas des connaissances nécessaires pour établir ou évaluer un état de fait, tout en demeurant responsable de l’évaluation de la fiabilité de l’expertise. Les divers systèmes judiciaires ont développé des procédures variées pour encadrer cet exercice périlleux, mais force est de constater que celles-ci sont souvent mises en échec. Concrètement, les pièges tendus à une communication efficace entre experts scientifiques et magistrats sont nombreux : confusion dans la hiérarchie des propositions évaluées par les uns et d’intérêt pour les autres, non prise en compte des taux d’erreur des instruments d’analyse utilisés, risque de contaminations des données recueillies pendant l’investigation et au laboratoire, problèmes de datation des traces. Le risque majeur dans ce contexte étant que la valeur probante d’une expertise scientifique soit surestimée et conduise à la condamnation d’un innocent, ou qu’un coupable soit écarté de l’enquête.

Bertrand Renard (Criminologue à l’Université catholique de Louvain) a tenté de rendre compte de l’hétérogénéité – dans le temps, l’espace, la fonction et le domaine – des pratiques d’expertise judiciaire en partant du cas de l’ADN dans la justice pénale et en interrogeant son statut de contre-exemple en tant que domaine très réglementé. Il a soulevé la question du repérage empirique des pratiques d’expertise en sélectionnant quatre caractéristiques : la sollicitation de compétences, la formulation d’une question déterminée, l’existence d’une instance décisionnelle et l’orientation vers une incrimination[1]. Identifiant le risque de qualifier les pratiques d’expertise a priori, Bertrand Renard a fait le choix de repérer les experts en suivant les frais de justice. Cette démarche l’a amené à questionner la conscience inégale du mandat d’expertise par les experts, c’est-à-dire le caractère non systématique de la qualification par l’expert de son travail comme expertise[2].

Source : http://incc.fgov.be/travailler-l-incc
Source : http://incc.fgov.be/travailler-l-incc

Emmanuelle Bernheim (Professeure et chercheure en droit et sociologie à l’Université du Québec à Montréal) a présenté les résultats préliminaires d’une étude des effets du foisonnement des expertises sur les jugements en matière de protection de la jeunesse[3]. Observant l’augmentation depuis les années 1970 des demandes d’expertise sur le comportement, Emmanuelle Bernheim a d’abord souligné l’indétermination d’un point de vue juridique des notions utilisées dans le cadre de ces expertises. Elle a ensuite analysé l’ambivalence entre les registres du thérapeutique et de la preuve dans le travail expert avant de présenter les pratiques contrastées d’expertise selon les professionnels du comportement (psychologues, psychiatres et travailleurs sociaux). En conclusion, elle a développé l’un des effets les plus saillants du foisonnement des expertises en matière de protection de la jeunesse : l’évaluation des compétences parentales et l’émergence d’une catégorisation de la bonne/mauvaise mère.

Dépasser les modèles nationaux ?

La présentation d’Emmanuel Charrier (Professeur en sciences de gestion associé à l’Université Paris-Dauphine) a visé à comparer les expertises financières mises en œuvre devant les juridictions françaises et canadiennes, en matières civile et commerciale. Par cette comparaison, il s’agissait de mettre à l’épreuve les oppositions classiques entre droit civil et common law. Après s’être inscrit dans une approche portant sur les réseaux d’expertise – en termes juridiques, techniques et sociaux, Emmanuel Charrier a proposé de suivre les experts dans leurs actions et productions, en s’attachant à distinguer les actes de langage et les instruments mobilisés, les références et les alliances. À l’issue de cette comparaison, l’affirmation d’une démarche méthodologique, le cadrage par l’arithmétique comptable, les références à la technique professionnelle ressortent comme points communs des deux modalités d’expertise, dont les acteurs partagent également des éléments de trajectoires professionnelles (exercice libéral de la comptabilité notamment). En revanche, les rapports au monde de ces experts semblent différer : l’expertise française relève plus d’une médiation (au sens de la théorie de l’acteur-réseau), notamment par la référence au « raisonnable », alors que l’expertise canadienne s’affiche davantage comme une intermédiation entre technique et justice. La présentation s’est achevée sur l’analyse des évolutions techniques et sociales favorisant un rapprochement de certains aspects des deux dispositifs d’expertise financière.

Sandrine Clavel (Professeure de droit privé à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) a ensuite proposé une présentation des travaux d’Olivier Leclerc sur le rapport entre le juge et l’expert en France et aux États-Unis[4]. En s’appuyant sur ces travaux, elle a d’abord identifié deux conditions de production d’une expertise de qualité : le respect des exigences de procédure juridictionnelle (indépendance de l’expert et respect du contradictoire) et la fiabilité scientifique des compétences techniques (comment le juge apprécie-t-il cette fiabilité ?). Elle a ensuite comparé leur mise en œuvre contrastée en France et aux États-Unis.

Olivier Leclerc – Le juge et l’expert : Contribution à l’étude des rapports entre le droit et la science

Jennifer Boirot (Doctorante au CESDIP et ATER en science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) a fait une présentation de son travail de thèse sur l’évolution du rôle des experts psychiatres dans les affaires de crimes sexuels en Europe[5]. L’enquête menée à l’étranger (en Angleterre, Espagne, Roumanie et Suède), a révélé de grandes disparités concernant le statut de l’expert et l’organisation « institutionnelle » de l’expertise psychiatrique. Le statut hybride de l’expert psychiatre en Europe, entre « simple » collaborateur occasionnel exerçant l’expertise comme une activité complémentaire (Angleterre, Espagne, France), ou fonctionnaire d’État exerçant cette activité à temps plein (Suède, Roumanie), influence la façon dont l’examen est réalisé. D’une expertise « publique », collégiale et pluridisciplinaire (Roumanie, Suède), à une expertise « privée » et individuelle (Angleterre, Espagne, France), les moyens d’action et les outils utilisés dans la construction du rapport sont différents. Pour autant, le contenu des rapports présente de grandes similitudes : les questions de l’évaluation de la responsabilité du sujet, de sa dangerosité et du risque de récidive, forment le « squelette type » de l’expertise psychiatrique pénale. Cette convergence témoigne d’une certaine homogénéité quant à la conception de la mission de l’expert psychiatre au sein des cinq pays étudiés. À partir du constat paradoxal entre « divergences de formes » (statut, organisation institutionnelle, procédures d’expertise) et « convergences de fond » (contenu de la mission et enjeux), les données recueillies éclairent sur la possibilité de dépasser la dichotomie « disparités nationales/homogénéité européenne » en vue d’une harmonisation des procédures.

Ces échanges sont venus conclure un cycle de trois journées d’études retracé dans ce carnet de recherche. Ce cycle a ouvert plusieurs pistes de réflexion qui orientent actuellement nos interrogations sur la poursuite à donner à ces travaux.


[1] Recherche sur la cartographie des pratiques d’expertise : http://incc.fgov.be/upload/publicaties/rapport_12.pdf

[2] Rapport sur le statut des experts : http://incc.fgov.be/upload/publicaties/rapport_15a.pdf

[3] L’intégralité de cette analyse est disponible sur le site de la revue Enfances familles générations : http://www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/article/view/148

[4] Voir Olivier Leclerc, 2005, Le juge et l’expert. Contribution à l’étude des rapports entre le droit et la science, LGDJ, Paris.

[5] Pour un aperçu plus complet des premiers résultats de cette recherche, se reporter à l’article récemment publié dans Questions Pénales : http://www.cesdip.fr/spip.php?article800

« Pidgin Madam », de Fida BIZRI (2). Lecture de linguiste et lecture de sociologue

Le Pidgin Madam, ainsi dénommée par Fida Bizri, est la langue parlée par les domestiques sri-lankaises dans les pays arabes (plus de 750,000 dit l’auteur dans son article de 2005) et, spécialement au Liban. C’est un instrument de communication qui s’élabore au quotidien dans les interactions entre les employées et leur patronne. Il est issu du contact entre deux langues, l’arabe qui lui donne la plupart de son lexique, et le cinghalais qui est en général leur langue maternelle. Pour ce faire, l’auteure nous emmène dans l’univers clos des employées de maison sri-lankaises au Liban pour nous initier au langage qu’elles construisent au quotidien dans leurs interactions en arabe avec leur patronne.

L’objectif de Fida Bizri est de nous montrer, à travers une étude minutieuse des productions et des échanges domestiques, que c’est surtout le contexte sociolinguistique, fortement marqué par les statuts inégalitaires des interlocutrices, qui crée la grammaire de cette langue, bien plus que l’influence de leur langue première. Elle apporte ainsi, à travers cette analyse, une contribution à l’étude de la constitution des pidgins, sur l’émergence de ces nouveaux parlers qu’on connaît encore mal, sauf dans le cadre des études créoles, et qui sont, hormis les travaux dédiés aux pidgins de contact avec des langues indo-européennes, assez rares.

En effet, comme le souligne l’auteure, les travaux portant sur l’arabe lingua franca, ou sur les créoles à base arabe sont encore rares (p. 251). Il en est de même pour les études publiées sur le cinghalais dans sa version orale, parlée au Sri Lanka. F. Bizri doit donc esquisser pour ses lecteurs et lectrices une comparaison entre ces deux langues en contact : elle traite de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe (l’ordre des mots, modalités) et les emprunts lexicaux, notamment à l’anglais qui circule au Moyen-Orient. Elle souligne que chacune des deux langues a sa façon d’organiser le monde tel qu’exprimée, par exemple, par le genre : masculin-féminin pour l’arabe vs animé-inanimé pour le cinghalais. Elle s’attarde sur la morphologie et la syntaxe puisque c’est principalement dans ce champ que va se construire son argumentation.

Le corpus lui-même est composé d’interactions variées : des ordres, bien sûr, le plus souvent, mais aussi des entretiens, des résolutions de conflits, des conseils personnels sur les décisions importantes que les femmes doivent prendre pour organiser leur vie à venir et l’éducation de leurs enfants au pays. Certaines de ces femmes sont au Liban depuis plusieurs années, d’autres sont arrivées récemment. L’auteure peut ainsi nous montrer la genèse et l’évolution de leurs compétences, notamment grammaticales. La comparaison entre les différents corpus permet d’en signaler les ressemblances et les différences. Cette opération est nécessaire pour comprendre comment, à partir de simples mots-clefs et de gestes au départ, va se complexifier l’organisation de la phrase pendant les sept ou huit premiers mois, pour finir par se stabiliser, par se « fossiliser », révélant ainsi son autonomie.

La transcription et la présentation du corpus sont claires et rigoureuses. Certes, il n’est pas aisé pour un profane de déchiffrer les phrases proposées à l’étude, mais le découpage en morphèmes traduits mot à mot est un outil qui s’avère efficace pour les linguistes, d’autant que les phrases sont le plus souvent courtes.

L’auteure présente ses corpus sous la forme d’exemples singuliers qui illustrent un point précis de grammaire, mais elle nous fournit aussi des textes longs, au nombre de douze (pp. 155-240). Ils sont minutieusement contextualisés, ce qui nous permet d’en saisir les enjeux sociopragmatiques. Ils nous renseignent aussi sur les relations que les domestiques ont avec leur patronne ou les autres employé(e)s éventuellement et avec la famille restée au pays. Ils se révèlent, à la lecture, tout à fait passionnants.

La connaissance de la langue des employées sri-lankaises est tout à fait exceptionnelle chez les arabophones du Liban dont l’auteure est originaire. Mais c’était l’indispensable condition pour produire un travail sérieux, dès lors qu’elle permettait de valider ou non des théories substratiques (les interférences, les influences du cinghalais) sur les énoncés. Les conclusions de Fida Bizri sont à ce propos claires : l’influence du cinghalais ne se note qu’aux niveaux phonétique, prosodique et lexical « et n’a pas d’influence déterminante dans la constitution de la langue » (p. 249).

Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010)
Fida Bizri, Pidgin Madame Une grammaire de la servitude, Librairie orientaliste Paul Geuthner (1 mai 2010) 

L’ambition de l’ouvrage n’est pas seulement descriptive. Se plaçant sur le terrain de la « pidginistique », son étude lui permet de prendre position dans les débats, toujours très animés, autour de la genèse des pidgins et de leur relation avec les créoles. Affirmant à plusieurs reprises que ce sont les conditions de communication particulières de ces femmes (coupées la plupart du temps de leur famille pendant de longues périodes et n’ayant que très peu d’échanges avec leurs compatriotes au Liban ou avec l’arabe libanais à l’extérieur de la maison) elles n’ont d’autres interlocuteurs que leur patronne – et, parfois, les enfants de celle-ci. Elles vivent donc dans un contexte « féminin-singulier ». Pour en rendre compte, Fida Bizri revendique une approche sociolinguistique de la formation de ces parlers (Chaudenson, 1995).

« La prise en considération de ce contexte sociolinguistique est indispensable à l’intelligence de la genèse des formes grammaticales du pidgin et de l’élaboration d’un nouveau système linguistique » (p. 250). C’est l’étude des phénomènes propres à la grammaticalisation qui appuie cette thèse.

L’exemple le plus frappant (et le plus troublant aussi) est celui de la substitution de personnes dans l’usage extensif du pronom de deuxième personne au féminin « tu » (et parfois du « elle » ou du « il ») par les domestiques pour se désigner elles-mêmes, en l’absence (ou non) du pronom de première personne. On assiste là à une dé-sémantisation des marques de la personne en arabe au profit d’un usage très majoritaire des formes au féminin, même lorsqu’un masculin est attendu, comme dans :

                  Mister            älitli                          gud                                         (5 p. 183)

                       Monsieur        elle m’a dit                 bonne

                       Monsieur        m’a dit                        qu’elle était bien

                  ¨Jawsa             no       istegel                                                (1/2 p. 85)

                       Son mari à elle neg (angl.) que je travaille

                       Mon mari        ne                   travaillait pas

L’auteure mentionne aussi, dans le même ordre d’idée, l’usage de l’impératif pour l’indicatif :

                  Kebbo                        esbele

                       Jetez (IMPp)               poubelle

                       Je jette                               les poubelles

                       Ana kel yom              päyye                         soboh bakki (a p. 93)

                       Moi chaque jour         réveille-toi (IMP f)     matin tôt

                       Tous les jours              je me réveille               de bonne heure.

Ou encore : des interrogations au lieu d’affirmations, des phrases figées utilisées comme clichés ainsi que des emprunts à l’anglais.

Pour que de tels phénomènes puissent apparaître, il faut cependant que les deux systèmes en contact soient très différents l’un de l’autre.

En ce qui concerne l’approche interactionniste, celle notamment qui mentionne le « foreigner talk » comme forme de communication exolingue (entre natifs et non-natifs) ‒ souvent évoquée pour rendre compte de l’apprentissage d’une langue par des adultes en milieu informel ‒ elle est très vite écartée (p. 247). Trop vite, nous semble-t-il. Et la proposition qui la remplace n’est pas tout à fait convaincante : « Ce “parler étranger” est vite mis en échec par la non-réceptivité des Sri Lankaises qui introduisent d’autres propositions de communication » (p. 247). C’est alors elles, les domestiques, qui ont la main et que peut se développer un « bricolage mimétique » complexe fait de négociations sur ce qui est acceptable ou pas entre les deux interlocutrices, notamment de la part de la patronne.

Insister sur le statut du couple « patronne-domestique » nous donne l’exemple d’une façon féminine d’aborder la question qui s’inscrit dans les « subaltern studies » et dans les études qualitatives sur les mobilités domestiques internationales, au Liban (A. Dahdah, 2010), à Abidjan (M. Jacquemin (2012) ou au Pérou (C. Mick et A. Palacios, 2013), toutes réalisées par des femmes.

La dimension sexuée des interactions retient, semble-t-il, davantage l’attention que par le passé (cf. l’ouvrage édité par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, 2014). Fida Bizri montre, elle aussi, comment la relation de confiance qui se construit dans les enquêtes lorsqu’enquêtrice et enquêtées sont des femmes, offre souvent l’opportunité à l’enquêtrice de se rendre à leur domicile et donc de partager avec elles leur environnement, amenant une certaine forme d’intimité, voir de complicité, et cela se repère très bien dans les échanges longs que l’auteure nous donne à lire. C’est un parler de femmes entre femmes (Deprez, 2014).

Alors, comme les exemples choisis par C. Deprez ci-dessus le montrent, même si on ne connaît ni l’arabe ni le sri-lankais, tout lecteur peut apprécier la démonstration. « Toutes les naissances d’un pidgin se caractérisent par une asymétrie de pouvoir, où la langue superstrate est aussi la langue maternelle du groupe socio-économiquement dominant. En tant que tel, le pidgin madam n’est pas exceptionnel » (Mark Sebba, 1997). Mais ce qui nous intéresse ici est de constater que ce pidgin, bien que preuve tangible de l’asymétrie du pouvoir entre les interlocuteurs, devient un enjeu identitaire entre la domestique sri-lankaise et sa patronne au Liban, pas seulement pour l’une ou pour l’autre mais pour les deux. Leurs échanges journaliers sont une épreuve de force dont l’issue n’est pas courue d’avance ; l’issue est en fait un compromis.

Migrant workers hold placards during a demonstration to support the rights of migrant domestic workers on International Workers' Day or May Day, in Beirut

Un autre intérêt du livre est de voir que, contrairement à ce que l’on lit souvent, surtout dans les études des situations migratoires ou encore des relations interpersonnelles, à savoir que les individus développent des « stratégies » – d’intégration par exemple – ou des « négociations », dans les cas présentés par Fida Bizri stratégies et négociations ne sont pas des métaphores mais des actualisations concrètes. En effet, le détail de la manière dont la nouvelle langue se construit montre précisément la reconnaissance que la Sri Lankaise et la Madame obtiennent l’une de l’autre (pp. 140 sq.).

Ainsi, le livre de Fida Bizri pointe, d’une part, le despotisme de la norme langagière mais surtout la capacité des individus de la combattre, même les plus faibles – comme ici les domestiques sri-lankaises. Non pas qu’elles s’érigent sciemment contre cette norme mais parce qu’il y a quelque chose de plus important que la norme – la communication – qui leur donne la force de s’imposer.

L’ouvrage permet d’observer comment l’instrument de communication est fabriqué/bricolé. Le lecteur assiste (grâce à la traduction et au « décorticage » des exemples en français) à la formation (naissance) de la nouvelle langue, d’un nouveau parler, d’un de ces « pidgins » qui servent à communiquer entre personnes ne partageant pas une même langue[1].

Un exemple éclairant de ces processus dans un autre contexte est donné par Katia Ploog dans ses travaux sur le français des Abidjanais, qui comporte aujourd’hui des caractéristiques structurales non standard dont seulement une partie est partagée avec le français parlé en France. Les particularités des niveaux lexical et phonétique ont fait l’objet de nombreuses descriptions et sont aujourd’hui reconnues au titre d’appropriations sociosémantiques de la langue française en Afrique. En revanche, les spécificités des niveaux morphosyntaxique et discursif ont presque toujours été reléguées au rang d’erreurs voire d’impuretés, dans le meilleur des cas à celui d’hypercorrections. K. Ploog discute dans quelle mesure l’approche variationniste permet d’appréhender les phénomènes observés. Dans un article de 2002, elle aborde la méthode : « La première chose à faire est d’identifier les traits par lesquels la structure non standard diffère de la structure standard ». Le livre de F. Bizri suit cette recommandation.

Certes, il y a des similarités entre la plupart des langues qu’on appelle pidgins. Par exemple, un manqué notable de morphologie inflectionnelle qu’accompagne une préférence pour des structures analytiques, des paradigmes verbaux, nominaux et pronominaux réduits comparés aux langues substrates et superstrates, une seule préposition en général et une tendance vers un ordre des mots sujet-verbe-complément. Ces processus constituent ce qu’on désigne habituellement comme la « simplification » des pidgins comparés aux langues super- et substrates. D’après la littérature sociolinguistique, un pidgin est donc une forme linguistique qui, grâce à ces mécanismes de réduction et de régularité de plus en plus affirmées, devient conventionnelle et unifiée en tant que langue de contact pour une première génération de migrants. C’est le cas des pidgins nés de contacts « marchands ». Et, une fois créés, à condition de prendre une forme relativement unifiée, et si la situation sociologique reste la même, des sociolinguistes affirment que le pidgin lui-même devient une « langue cible pour ceux qui arrivent après » (Winford, 2003: 279), c’est-à-dire pour une deuxième génération qui hérite de ce pidgin comme « langue maternelle ».

Mais des questions surgissent. Lors d’une discussion menée au laboratoire Printemps en juin 2014 autour de son livre, Fida Bizri a fait valoir que ce « pidgin Madame » est parlé dans tout le Moyen Orient, du Liban à l’Egypte en passant par les Emirats (voir aussi l’article d’E. Longuenesse, 2014). Or F. Bizri souligne que l’on ne saurait parler de « communauté sri-lankaise » dans le cas libanais, où il s’agit d’interactions strictement individuelles entre chaque domestique et sa maîtresse, chaque dyade construisant son propre pidgin ; le « pidgin madame » se développe en vase clos dans les échanges entre chaque domestique et « sa » patronne. Comment expliquer alors que des gens qui ne se rencontrent pas créent une « même forme » de langue ? Comment expliquer l’homogénéité relative du pidgin de l’une par rapport à l’autre alors que ces dyades n’ont pas de contact entre elles ? Il faudrait expliquer comment il a pu/peut se développer de façon à être compréhensible partout dans ce vaste territoire.

Par ailleurs, pendant la discussion, F. Bizri a émis une autre hypothèse : le maintien du pidgin, le fait que la patronne entre dans le jeu communicatif avec sa domestique mais ne fait rien pour permettre à celle-ci d’accéder à un niveau linguistique supérieur – autrement dit de progresser – en arabe) représenterait de sa part de locutrice dominante une volonté (inconsciente ?) de fermeture culturelle : interdiction serait faite à l’étrangère de pénétrer dans les secrets révélés par « la vraie langue » (le standard). Théorie à vérifier sur le terrain ?

Christine DEPREZ, linguiste, CEPED, UMR 196, Paris-Descartes
Gabrielle VARRO, sociologue, PRINTEMPS

Références et bibliographie indicative

Assaf Dahdah. 2010. Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question, Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2014. URL : http://eps.revues.org/4154
Auzanneau, M. 2002. Le rap à Libreville : aspects sociolinguistiques, Education et Sociétés Plurilingues n° 13 (décembre).
Bizri, F. 2005. Le Pidgin Madam, un nouveau pidgin arabe, La Linguistique 41 : 53-66.
Bizri, F. 2010. Pidgin Madame, une grammaire de la servitude. Paris, Geuthner.
Boutet, J. & Heller, M. (éd.). 2014. John J. Gumperz, Langage et Société n° 150 (décembre).
Chaudenson, R. 1995. Les créoles, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? ».
Deprez, C. 2014. Trois récits de femmes, pp. 193-208 in Canut, C. & Mazauric, C. La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines, Paris, Editions du Cavalier bleu.
Hall, R. A. 1966. Pidgin and Creole Languages, Ithaca : Cornell University.
Jacquemin, M. 2012. « Petites bonnes » d’Abidjan. Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques     sociales ».
Longuenesse, E. 2014. Comment la langue traduit un rapport social : l’exemple du pidgin libano-cinghalais, ou « Pidgin Madam », Carnet de recherche du Laboratoire Printemps, 7 novembre.
Le Page, R.B., A. Tabouret-Keller, 1985. Acts of Identity. Creole-based approaches to language and ethnicity, Cambridge Univ. Press.
Mick, C. & Palacios, A. 2013. Mantenimiento o sustitución de rasgos lingüísticos indexados socialmente : migrantes de zonas andinas en Lima, Lexis, 37 (2): 341-380. http://revistas.pucp.edu.pe/index.php/lexis/article/view/7660/7909.C.
Monjaret, A. & PUGEAULT, C. (ed.). 2014. Le sexe de l’enquête, Lyon, ENS éditions.
Ploog, K. 2001. Les bakroman abidjanais dans la dynamique urbaine, Education et Sociétés Plurilingues n° 10 (juin).
Ploog, K. 2002. L’approche syntaxique des dynamiques langagières : non-standard et variation, Cahiers de Grammaire n° 27 (« Questions de syntaxe ») : 77-96.
Sebba, M. 1997. Contact Languages : Pidgins and Creoles. London, Macmillan.
Tabouret-Keller, A., R.B. Le Page, P. Gardner-Chloros & G. Varro (Eds.). 1997. Vernacular Literacy. A Re-Evaluation. Oxford University Press (Oxford Studies in Anthropological Linguistics 13).
Unn Gyda Næss. 2008. “Gulf Pidgin Arabic” : Individual strategies or a structured variety? A study of some features of the linguistic behaviour of Asian migrants in the Gulf countries, Univ. of Oslo (online).


[1] Les pidgins seraient des créations, des produits de l’interaction humaine et de la volonté de promouvoir ces interactions, le « résultat des stratégies communicatives des adultes » (Sebba, 1997: 14), comme une solution pratique à des besoins immédiats. Il existe une typologie des pidgins classés par le contexte social et historique qui les a vus naître, à savoir: 1) pidgins militaires et policiers, 2) pidgins et créoles de marins et de marchands (trade language), 3) pidgins et créoles constatés sur les plantations, 4) des mines et chantiers de construction, 5) des immigrés, 6) de touristes et 7) des contacts urbains (idem: 26).

”Ce que la violence politique fait aux carrières militantes (France, 1962-2012)”, compte rendu de la journée d’étude – Science Po Bordeaux, 7 février 2014

Soutenue par le Centre Émile Durkheim, Sciences-Po Bordeaux et le laboratoire Printemps, cette journée d’étude avait pour point de départ un constat commun à nos recherches respectives (nationalisme basque et violence révolutionnaire) : celui du faible nombre de travaux et surtout de la relative absence de mise en récit de la violence politique qu’a connue la France depuis la fin de la guerre d’Algérie. Pourtant, il nous semblait non seulement pertinent mais nécessaire de penser un phénomène qui interroge doublement la France, comme espace géographique – c’est-à-dire du point de vue de ses frontières – et comme espace politique – celui d’une démocratie pacifiée – dont la violence vient bousculer la routine démocratique. Cette double dimension nous paraissait justement intéressante pour cerner les conditions d’existence de la violence politique en France dans le paysage académique, et notamment les difficultés observées pour penser la violence politique comme phénomène endogène. Pour cela, il nous a semblé fécond de l’envisager à partir d’approches théoriques et disciplinaires croisées pour contribuer à un état des lieux critique permettant d’envisager, à terme, une cartographie du phénomène.Après avoir présenté la genèse de cette journée d’étude, le propos introductif s’est articulé autour de 3 pistes pour comprendre le relatif délaissement de la violence politique en France depuis 1962 : les obstacles méthodologiques, les mises en silence et dénis d’antériorité et la construction de l’altérité. Ces trois pistes conduisent à interroger la notion de carrière militante. Travailler la violence politique en France à partir des carrières militantes est apparu en effet particulièrement heuristique pour éclairer les différentes dimensions de cet objet. Refusant les approches essentialisantes ou pathologisantes, la notion de « carrière » militante invite à penser « la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contextes ». Comme le souligne Isabelle Sommier, « les engagements radicaux ont été soumis bien davantage que les engagements ordinaires au prisme de l’exceptionnalité, voire du pathologique, en vertu d’une coupure dommageable entre le domaine d’études des mouvements sociaux et de la violence ». En ce sens, la journée d’étude visait ainsi à considérer l’engagement dans la violence comme un engagement ordinaire.

Attentat du 11 septembre 1984 contre la gendarmerie de Lecumberry. ©Daniel Velez
Programme JE Bugnon-Lacroix

 Au programme de cette journée, sept interventions, dont quatre présentées par des chercheurs d’universités étrangères (Argentine, Grande-Bretagne, Italie, Canada), ce qui a confirmé ce délaissement par les chercheurs de l’Hexagone de la question de la violence politique sur le territoire national.

Trois temps de réflexion ont jalonné cette journée : le premier a rassemblé des interventions interrogeant la temporalité dans la violence, les cycles de mobilisation, le deuxième s’est intéressé à la mise en scène de la violence au prisme de la médiatisation, et le troisième et dernier temps a appréhendé la violence et son rapport au territoire national.

Affiches d'AF ©Humberto Cucchetti
Affiches d’AF ©Humberto Cucchetti

Continuer la lecture de ”Ce que la violence politique fait aux carrières militantes (France, 1962-2012)”, compte rendu de la journée d’étude – Science Po Bordeaux, 7 février 2014

S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Introduction

La scène se déroule lors d’un cours de « Théorie et Méthode » dispensé par un professeur d’Université à des étudiants en Master 2 « Recherche » en sociologie. La dernière séance de ce cours porte sur l’analyse, et notamment sur la phase d’interprétation consistant à passer du matériau brut à ce que l’on veut en dire. Le professeur enseigne donc des recettes concrètes pour mener à bien cette analyse, pour séparer, interpréter et connecter les données à des formes plus conceptualisées. Nous reconstituons ici l’échange selon les souvenirs qui nous restent de cette interaction :

« – Imprimez et centralisez sur une grande table vide l’ensemble de vos notes. Puis prenez des ciseaux et découpez tous les bouts de textes qui se rapportent à une même idée. Regroupez ensuite ces bouts de papiers selon la catégorie à laquelle ils se réfèrent et collez-les entre eux.
Un élève lève la main. Le professeur lui donne la parole. – Il existe des logiciels permettant d’automatiser ces opérations concrètes, et qui fonctionne exactement comme la trousse que vous décrivez : ils découpent les éléments textuels d’un même document qui sont suffisamment différents, puis les collent au sein d’autres documents regroupant tous les extraits décrétés similaires par le chercheur.
– Je ne connais pas ces logiciels, mais je vous les déconseille, parce que les logiciels font des choses sans que le chercheur puisse les contrôler. Une paire de ciseaux et un tube de colle font amplement l’affaire. »

Cet extrait témoigne de deux choses : 1) De la même façon que les sociologues quantitatifs disposent de bases de données et de logiciels d’analyse, la sociologie qualitative a aussi ses outils informatiques permettant de regrouper des matériaux et d’épauler le chercheur dans son analyse 2) De même que pour les logiciels d’analyse quantitative, les logiciels d’analyse qualitative sont critiqués par ceux qui ne les utilisent pas (le professeur ici) et par ceux qui les mobilisent (nous, deux doctorants, dans la dernière partie de ce billet). Ce sont ces deux éléments – le potentiel que l’on peut tirer de ces logiciels et les résistances qu’ils produisent, soit a priori par leur méconnaissance soit a posteriori, par leur usage – qui ont incité les doctorants du Printemps et du CESDIP à consacrer une séance de leur séminaire commun à l’enquête qualitative et à une présentation à deux voix des logiciels Atlas.ti (logiciel payant, http://www.atlasti.com/index.html) et Sonal (logiciel gratuit, téléchargeable ici : http://www.sonal-info.com/fr).

Si ces logiciels sont potentiellement méconnus et critiqués, c’est qu’il y a effectivement un paradoxe à outiller par l’informatique l’analyse de données qualitatives, que l’on renvoie spontanément à l’écriture littéraire, au regard de l’anthropologue et à son sens de l’observation concrétisé par et dans son journal de terrain. Néanmoins, sur le plan analytique, ces logiciels ne font que très peu de choses par eux-mêmes ce qui les rapproche davantage d’outils pour organiser son travail de façon efficace. Leur usage ne se laisse toutefois pas rabattre sur ce seul plan instrumental puisqu’il implique des prises de positions théoriques sur ce que faire du terrain veut dire et sur le sens à donner aux différentes opérations de recherche, qui vont de la réalisation d’entretiens, du stockage et de l’analyse du matériau, à l’écriture finale d’une recherche (article, rapport, thèse).

De la trousse à la souris
De la trousse à la souris : le chercheur équipé pour l’analyse (http://m.koreus.com/image/ctrl-v-ctrl-x-ctrl-z.html)

Continuer la lecture de S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Rendez-vous en terrains connus. Effets de présentation de soi dans la recherche ethnographique

Prolongeant la dynamique de confrontation des expériences de recherche des doctorants impulsée au sein du séminaire qu’ils animent, l’idée de ce billet est née du rapprochement de deux enquêtes similaires à certains égards mais aussi et surtout de la convergence de deux parcours[1]. En effet, tous deux doctorants au laboratoire PRINTEMPS, nous avons pour point commun d’avoir suivi, préalablement à notre entrée en doctorat, des études au sein d’écoles de travail social dont nous sommes sortis titulaires d’un Diplôme d’Etat d’Assistant de Service Social. Après cette formation, et en même temps que quelques expériences professionnelles (pour Rémi), nous avons intégré l’université pour poursuivre un cursus de sociologie jusqu’à entrer en double master recherche et professionnel, ce dernier dans la spécialité Développement Social Urbain. Outre cette trajectoire de formation analogue, notre expérience de recherche est aussi marquée par l’emploi commun de la méthode ethnographique comme mode principal de recueil de données et par le fait que nous enquêtons tous deux sur des terrains qui mobilisent des professionnels engagés sur des postes sur lesquels nous aurions pu être recrutés : dans l’accompagnement des personnes sans abri et plus précisément au sein des maraudes (Caroline) et dans la mise en œuvre d’un projet de rénovation urbaine entraînant des opérations de suivi pré et post-relogement (Rémi). Nous avons chacun fait de l’immersion de longue durée une condition de réussite de nos enquêtes respectives souhaitant observer (en participant pour Caroline, et à découvert pour nous deux) des espaces, des situations dans lesquelles des acteurs sociaux (sans-abri/maraudeurs, habitants/professionnels) sont amenés à interagir quotidiennement. L’ethnographie, en provoquant une rencontre prolongée entre un-e chercheur-e et des personnes enquêtées, impose d’interroger les façons qu’a l’ethnographe de se présenter et d’en apprécier les effets sur les données produites. Partant de ces points communs, nous proposons dans ce billet de mener conjointement un retour réflexif sur les conséquences de la divulgation de nos éléments de parcours sur nos expériences de recherche et plus particulièrement sur la relation d’enquête. En quoi la mobilisation de ces éléments biographiques pour la réalisation d’une enquête ethnographique se révèle-t-elle une stratégie à double tranchant ? Par cette interrogation, nous nous inscrivons dans la lignée des travaux questionnant les facteurs de distance et plus encore de proximité du chercheur avec le milieu étudié (Brocqua, 2009 ; Havard-Duclos, 2007 ; Bizeul, 1998).

Des jeux de rôles au service de l’accès au terrain

Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)
Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)

L’enquête ethnographique est une mise en jeu de soi. Si certains éléments comme l’âge, le sexe ou – bien que dans une moindre mesure – l’appartenance sociale se donnent à voir directement, d’autres relèvent d’un choix (plus ou moins contraint) de dévoilement. C’est le cas notamment de la possession d’un diplôme, des expériences professionnelles antérieures ainsi que des engagements politiques ou militants. Si nous abordons certains aspects d’homologie générationnelle et sociale dans d’autres productions[2], notre partage d’une trajectoire de formation commune nous a fait orienter notre analyse sur les effets spécifiques de la révélation de cet élément dans la rencontre avec ceux, maraudeurs et professionnels de la rénovation urbaine, lesquels agissent au quotidien dans des mondes sociaux qui nous étaient relativement familiers. En effet, si par nos formations ou la réalisation de travaux antérieurs (pour Rémi), nous avions accumulé des connaissances sur les univers désormais « enquêtés », les terrains choisis gardaient néanmoins une part d’étrangeté et d’inconnu qui justifiait le fait même d’y enquêter. Il convient d’analyser dès lors comment, dans la relation d’enquête, notre connaissance partielle de l’univers investi s’est révélée être un levier facilitant aussi bien notre accès au terrain que notre légitimité auprès des acteurs. Continuer la lecture de Rendez-vous en terrains connus. Effets de présentation de soi dans la recherche ethnographique

Regards croisés sur l’expertise et les experts

Compte rendu de la deuxième journée d’études (20 mars 2013), par Romain Juston, avec l’aide de chacun des intervenants de la journée.

Le premier billet de cette série consacrée à l’expertise judiciaire, et aux travaux des chercheurs réunis sur ce sujet dans le cadre d’ISIS, l’a montré : quand il s’agit d’expertise judiciaire, il y a tout intérêt à faire rencontrer et dialoguer des chercheurs aux ancrages disciplinaires différents. Si ce constat s’applique à tous les objets de sciences sociales, il est d’une acuité particulière dans le cas de l’expertise judiciaire, en tant qu’objet à la marge de la science, du droit et des professions[1].

Au-delà de cet intérêt scientifique qui a présidé à la constitution de notre groupe, cette deuxième journée avait comme objectif de mieux connaître la façon dont chacun se saisit de la question des experts et des expertises selon les multiples regards de sa discipline ou de ses questionnements théoriques. Pour permettre à chacun de présenter ses travaux et poursuivre un travail collectif sur l’expertise judiciaire, la formule suivante a été proposée : quatre regards ont été retenus qui ont chacun donné lieu à une présentation des enjeux qui s’y rattachent par deux ou trois intervenants s’appuyant sur la littérature existante et sur leurs propres travaux de recherche. Ces présentations ont été suivies de discussions collectives pour lesquelles chacun était invité à présenter la façon dont il mobilise, ou pourrait mobiliser, ces différents regards.

Quatre approches sur l’expertise ont ainsi été retenues. Celles-ci n’épuisent évidemment pas les façons de travailler cet objet, mais rendent assez bien compte des intérêts et des travaux de chacun des membres du groupe. Pour dire vite ce que ce billet dira plus précisément, on peut regarder l’expertise comme une profession, une procédure, une activité, et un outil de preuve.

https://flic.kr/p/7TiMQg
Chaos of perspectives (source : Flickr, https://flic.kr/p/7TiMQg)

Continuer la lecture de Regards croisés sur l’expertise et les experts

L’atelier « Institutions et professionnels du “social” » : premiers bilans, réflexions épistémologiques et programmatiques

À la suite de l’atelier « Acteurs et professionnels du social », organisé entre autres par Sandrine Nicourd et Laurent Willemez pendant l’année 2011-2012, et suite à plusieurs discussions autour de nos objets de recherche et nos terrains, nous avons décidé d’organiser pendant l’année 2012-2013 un atelier qui interroge les champs professionnels du « social » dans ses multiples formes, en particulier les terrains italien et français. La comparaison internationale est ici appréhendée comme objet et outil de réflexion sociologique : réfléchir sur la France et l’Italie permet de donner un objet concret à la comparaison en contextualisant cette réflexion dans le champ de l’intervention sociale (travail social, secteur médico-social…) et ainsi éviter des considérations trop généralisantes et vagues sur ce vaste sujet qu’est la « comparaison internationale ». Tout au long de séminaires de l’année 2012-2013, nous avons cherché à rendre compte des différentes sources de contraintes qui s’exercent sur les pratiques ainsi que des marges de manœuvre dont disposent les professionnels dans chacun des deux pays. Nous nous sommes penchés en particulier sur trois aspects qui ont été alimentés par un regard comparé : les caractéristiques de l’organisation institutionnelle, les référentiels idéologiques dominants dans l’action sociale, les capacités d’encadrement de ces professionnels.

Notre première séance en février 2013 a été l’occasion d’une réflexion sur l’ouvrage dirigé par Jacques Lagroye et Michel Offerlé, Sociologie de l’institution (Paris, Belin, 2011), notamment les chapitres dédiés à la redécouverte de l’institution par les sociologues (par Nicolas Freymond) et à l’intériorisation institutionnelle dans la conformation à un rôle (par Rémi Lefèbvre). Nous avons réinterrogé cette approche sociologique dans la comparaison internationale (notamment en Italie où les courants néo-institutionnalistes en sciences sociales sont largement développés). Mener des enquêtes sur les « professionnels » du social invite également à se pencher aussi sur le rapport qu’ils entretiennent aux institutions qui les portent tout au long de leurs parcours de socialisation professionnelle. Enquêter au croisement de deux pays invite à resituer les institutions au sein de leur histoire particulière ainsi qu’à interroger comment se fabrique un tissu institutionnel aux niveaux national et international.

Les séances suivantes ont permis de travailler plus avant ce dernier point. Tout d’abord Fabio Marcodoppido (PRINTEMPS/La Sapienza) a présenté la genèse de la notion de secteur dans le champ de la santé mentale. Son intervention nous a montré comment, au cours des années 1960-1970, les politiques publiques, d’un côté et de l’autre des Alpes, entreprennent un long travail de catégorisation afin de renouveler la prise en charge des troubles mentaux. Cette notion de secteur est le « point d’intersection » (Werner et Zimmermann, 2003 : 15) des cas italien et français. Conçue en France, présentée et discutée également par les professionnels de la psychiatrie en Italie, cette notion permet de comprendre comment la critique adressée à une institution telle que l’hôpital psychiatrique a contribué au partage d’un même univers cognitif et à la délimitation de nouveaux espaces de l’action publique. De même la notion de secteur ne conduit pas seulement à l’étude des croisements entre les cas étudiés, mais elle suggère aussi de se tourner vers les points de divergences. Le suivi de la trajectoire de cette notion permet alors de mieux comprendre pourquoi le secteur désigne, en France, un dispositif thérapeutique à mettre en place et, en Italie, une idéologie à combattre (celle de la médicalisation des troubles mentaux).

La séance suivante a permis de nous interroger autour du rapport entre Église et politiques sociales dans les deux pays. Cette question est particulièrement légitime dans les pays où des « institutions catholiques » occupent une place centrale tant au niveau des référentiels idéologiques qu’au niveau de délégation des politiques sociales (biens immobiliers, bénévoles, financement) d’autant plus dans un contexte sociopolitique où le rôle des institutions religieuses est interpellé par le désengagement de l’État de ses missions, tant au niveau local que national. Lors de cette séance, l’intervention d’Étienne Pellet-Recht (IRIS/EHESS, CMH/ENS), travaillant sur l’héritage laïque des patronages catholiques en France (sous la direction de Gérard Noiriel) a enrichi le débat. Son intervention a permis de revenir sur la professionnalisation de l’action bénévole en France et sur le déclin du modèle paternaliste catholique régissant la prise en charge et le contrôle du temps libéré des « masses laborieuses » ainsi que sur l’action caritative dans les années 1960. Il a plus particulièrement mis l’accent sur une approche sociohistorique du déclin du patronage, en s’attachant plus à une histoire des pratiques et des sociabilités des individus, qu’à une histoire des idées ou des « idéologies »… Cette séance a donc permis de revenir plus centralement sur la distinction laïc/catholique en lien avec divers aspects : les racines de l’éducation populaire, la socialisation des jeunes au sein des structures du clergé et la rupture avec les classes populaires. Continuer la lecture de L’atelier « Institutions et professionnels du “social” » : premiers bilans, réflexions épistémologiques et programmatiques

Médecine et savoirs psychiatriques dans la Justice : quelles expertises ?

Compte rendu de la première journée d’études (5 décembre 2013), par Amel Gozia et Aude Leroy, avec l’aide de Jérôme Pélisse.

Parce que l’expertise semble être « l’une des obsessions de la modernité et pas seulement l’un de ses traits caractéristiques » (Trépos, 2010), des chercheurs de différentes disciplines, issus en particulier des laboratoires Printemps et Dante ainsi que du Cesdip et de l’ISP Cachan ont décidé d’unir leurs forces afin de l’affronter ! C’est ainsi que notre odyssée à travers l’expertise judiciaire est lancée, grâce au projet Interactions Sciences Innovations et Sociétés (ISIS) qui a permis de réunir des chercheurs, y compris extérieurs, désireux de mener cette aventure ensemble.

La première journée d’études a été organisée par le laboratoire Printemps le 5 décembre 2013. La présence en France de deux chercheurs nord-américains – Pierre Deschamps, professeur de droit à l’Université de McGill et Robin Stryker, professeure de sociologie à l’Université d’Arizona – nous a incités à mettre le cap en direction d’une réflexion sur l’expertise médicale judiciaire. « Médecine et savoirs psychiatriques dans la justice : quelles expertises ? » était l’intitulé de cette journée dont le programme a permis de bénéficier de regards variés et complémentaires sur la théorie et la pratique, en France et en Amérique du Nord, d’une expertise susceptible, pour les besoins de la justice, de convoquer des savoirs controversés. Interventions individuelles, débats, table ronde et même « table buffet » – des discussions plus informelles s’étant poursuivies au cours du déjeuner – ont permis un véritable échange entre les intervenants et les participants faisant de cette journée d’études un moment que notre carnet de bord ne pouvait manquer de relater.

Jérôme Pelisse (MCF sociologie, Printemps-UVSQ) et Laurence Dumoulin (CR-CNRS, science politique, ISP Cachan) ont, après les remerciements d’usage – et néanmoins sincères –, introduit cette journée en rappelant la genèse du groupe, l’intérêt des chercheurs qui le compose pour l’expertise (thèses, ouvrage collectif, articles), objet « non identifié » – en raison de la variété de ses définitions – traversé par différentes normes juridiques, économiques, sociales. Laurence Dumoulin a d’ailleurs insisté sur l’intérêt de l’interdisciplinarité du groupe (droit, sociologie, science politique, sciences de gestion, etc.) et aussi sur l’importance du lien que celui-ci entretient avec les praticiens. Cette recherche collective autour de l’expertise judiciaire devrait durer environ un an et aboutir à l’élaboration d’un programme de recherche commun susceptible d’être présenté à un organisme public (ANR par exemple).

Crédit photo : Pierre-Luc Daoust
Crédit photo : Pierre-Luc Daoust

Continuer la lecture de Médecine et savoirs psychiatriques dans la Justice : quelles expertises ?

Mirandol (3/5) Réalités virtuelles et vrais problèmes

Je suis sûre qu’il l’a fait exprès. Quand on montre une vidéo comme ça à des sociologues, ces sceptiques professionnels, ces passionnés du désossage des certitudes et des normes qui tombent sous le sens, on risque assez peu de déclencher un enthousiasme débridé. Pourtant, pour les petits profanes comme vous et moi, le Human Brain Project fait plutôt rêver :

 

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez mettre à jour votre lecteur Flash ou cliquer ici pour la regarder sur le site de Youtube.

« Le cerveau est toujours une grande inconnue » rappelle Gérard Escher, conseiller auprès du président de la prestigieuse école polytechnique fédérale de Lausanne. Pour sa première rencontre avec des sociologues vivants, il est venu jusqu’à Mirandol (rappel pour ceux qui n’ont pas suivi les épisodes précédents : on est à des heures de route au travers de la France profonde) pour présenter le Human Brain Project, aux ambitions colossales. Dix ans de travail divisé en 150 work packages, un milliard d’euros de budget, des centaines de chercheurs européens impliqués dans le projet, dans le but de remédier à notre ignorance encore crasse du fonctionnement réel du cerveau humain.

IMG_0387Mais pourquoi dépenser autant d’argent ? Parce que trente millions d’articles scientifiques ont déjà été publiés en neurosciences ; parce que l’Union européenne estime qu’on a déjà dépensé cent milliards d’euros sur les maladies neurologiques sans rien résoudre définitivement, et que ça ne risque pas de s’arranger avec une population qui vieillit. Parce que si on comprend enfin comment fonctionnent les milliards de neurones de notre cerveau, on pourra concevoir des ordinateurs plus efficaces et plus puissants.

Alors, vous êtes convaincus ? L’assemblée de Mirandol, elle, non. Les questions fusent. Vous croyez vraiment que c’est à coup de budgets mirobolants que vous arriverez à résoudre un problème aussi complexe (alors que moi, dans mon université, on n’arrive pas à payer le remplacement des fenêtres cassées) ? N’est-il pas dangereux de faire de telles promesses, au risque de décevoir tout le monde si on ne les tient pas ? Comment rester dans les délais tout en vérifiant à la perfection toute la rigueur des travaux ? Comment organiser cent cinquante directeurs de laboratoires sans que tout le monde ne se tape dessus ? Certains chercheurs ont quitté le projet en signe de protestation parce qu’il ne tenait pas compte de toutes les théories de l’esprit et du cerveau.

   IMG_0417

Il ne se demandera jamais Où est ma bien-aimée, où est ma Dordogne, ce cerveau modélisé. C’est dommage, parce que c’est beau, la Dordogne. Mais après tout, Mirandol voit mal les beautés du modèle. « Nous ne répondrons pas à la question de ce que le moi vient faire dans ce projet » précise Gérard Escher, qui a assisté à quatre ans de travail pour organiser tout ce monde.  Regardez le GIEC, répond Cathy Dubois, eux y arrivent plutôt bien… Même si les chercheurs du GIEC sont encore plus brutalement attaqués.

IMG_0399Pendant ce temps, à Aix-en-Provence, Daniel Mestre mène un projet de recherche beaucoup plus modeste. Plus appliqué, aussi. Il plonge des volontaires dans des environnements virtuels. A l’Institut des sciences du mouvement, Daniel étudie comment l’homme contrôle son comportement dans l’environnement. « J’étais à Seattle en 2005, raconte Daniel.  Pour soigner des grands brûlés qui revenaient d’Irak dans un état de souffrance intolérable, la Nasa faisait jouer les patients en réalité virtuelle pendant que les infirmiers s’occupaient d’eux. Les résultats de traitement de la douleur étaient spectaculaires. » Il est revenu en France avec cette idée qui pourrait faire penser à un gadget, si… si ça ne marchait pas. Il travaille maintenant dans le cadre de la mission interdisciplinaire Innovations thérapeutiques pour les maladies mentales du CNRS, qui cherche à lever des verrous méthodologiques et thérapeutiques.

Prenez un patient acrophobe, terrifié à l’idée de marcher dans le vide. Proposez-lui de mettre un casque de réalité virtuelle et de marcher au-dessus d’une piscine pleine. Accompagnez-le. Au fond, il sait que ce n’est pas une vraie piscine. Il déploie les outils pour vaincre sa peur. D’un clic, enlevez l’eau dans la piscine… « On sait que ça marche. Mais on ne sait pas encore pourquoi ça marche », rappelle Daniel, toujours intrigué. Cette discipline ne peut pas être réduite à la biologie. Il y a beaucoup de psychiatrie, de la médecine, de la physique, de la chimie… et même du théâtre, puisque le patient doit accepter d’y croire et comment disait Shakespeare, « Piece out our imperfections with your thoughts (…) And make imaginary puissance »…

En somme, le patient doit se prendre au jeu. Le jeu, c’est la spécialité de Manuel Boutet, un sociologue passionné de ces créatures étonnantes que sont les gamers de tout poil. « La réalité augmentée est une nouvelle forme d’immersion », remarque-t-il. On est dans une sorte de troisième voie entre imagination et réalité, une troisième voie qui s’appellerait la virtualité. Peut-être que dans ce cas précis, le principe actif qui permet de guérir est dans l’esprit du patient lui-même, qui peut se ressaisir de son propre corps parce qu’il se laisse convaincre. Plus que la qualité de la réalité virtuelle, du moindre détail technique, c’est l’histoire qui va fonctionner, que la technique soit parfaite ou pas. La même histoire qui permet à des joueurs de se passionner autant pour un vieux Zelda tout pixellisé que pour un somptueux Assassin’s Creed IV. Et l’histoire, toujours, qui fait bouder un tas de sociologues devant un somptueux projet de recherche, parce qu’il est beaucoup trop bien raconté.

J’ai retrouvé Gérard Escher en train de prendre le frais sur la terrasse. Alors, lui ai-je demandé, vous avez fait exprès de passer une vidéo pleine de paillettes à cette assemblée de sociologues ? « Bien sûr. Si on ne peut pas s’amuser un peu… »

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : On ne va quand même pas vendre la planète à Google ?

Partager un terrain : d’une coprésence imposée à une coopération raisonnée

Depuis la rentrée, les doctorants du CESDIP et du Printemps partagent leurs séminaires des doctorants. Au-delà d’une logique instrumentale de mise en commun des lieux, des dates et des effectifs, il s’agit de réfléchir aux proximités, autres que géographiques, entre des travaux de doctorants sur des thèmes, des questions, des lectures, et parfois des terrains proches. La deuxième séance a alors été l’occasion pour nous, deux doctorants issus de ces laboratoires, de revenir sur une expérience d’enquête originale où nous nous sommes retrouvés à deux dans un même service de médecine pour y accomplir, en coprésence, nos enquêtes de terrains respectives*.

Sans trop insister sur le cœur de nos recherches, nous voudrions revenir ici sur les coulisses de ces enquêtes pour rendre visibles les investissements opérés sur cette coprésence et leurs rendements en termes de rapport aux terrains et de production de résultats. Mais d’abord, quel est l’intérêt de ce service de médecine pour nos recherches ?

L’Unité médico-judiciaire : un service de médecine à l’interface du soin et de la justice

Nous avons tous deux enquêté dans un service qui avait subi d’importantes modifications suite à la réforme de la médecine légale en 2011. Cette réforme a implanté au sein des hôpitaux des structures dédiées à la médecine légale, que sont les Instituts médico-légaux et les Unités Médico-Judiciaires (UMJ). Les premières sont consacrées à la thanatologie, c’est-à-dire principalement à la réalisation d’autopsies. Les secondes relèvent à l’inverse de la médecine légale du vivant, et c’est sur elles que nous allons nous attarder à présent.

Une salle de consultation à l'UMJ occupée par Océane pour traiter les dossiers archivés
Une salle de consultation à l’UMJ occupée par Océane pour traiter les dossiers archivés

Les Unités Médico-Judiciaires reçoivent des victimes d’actes variés : accidents de la voie publique, violences volontaires, et violences sexuelles. Ces services reçoivent également les agresseurs de ces mêmes victimes (parfois dans la même journée). Durant les consultations, les médecins travaillant dans une UMJ recueillent des récits de la violence subie, décrivent et photographient des lésions, réalisent des prélèvements en vue de retrouver les traces physiques d’un agresseur sur le corps d’une victime, pratiquent des examens gynécologiques. Lorsqu’ils reçoivent une personne impliquée dans une affaire de violence sexuelle, auteur ou victime, les médecins procèdent également à des bilans sanguins, dans le but de détecter la présence de maladies sexuellement transmissibles (VIH, hépatites, syphilis, chlamydia), ou bien de confirmer une éventuelle grossesse. Enfin, toujours dans le cadre de ces affaires particulières, ils peuvent prescrire une trithérapie préventive en cas de risque de contamination par le VIH. A l’issue de la consultation, ils rédigent un certificat décrivant minutieusement les blessures observées, et les douleurs révélées, qui sera transmis à la justice, afin de servir de preuve lors d’un éventuel procès. Ce certificat doit par ailleurs permettre au juge de mesurer la violence subie, au moyen du nombre de jours d’Incapacité Totale de Travail que le médecin détermine en fonction des conséquences physiques de l’agression. La durée de cette ITT peut avoir un réel impact sur les suites judiciaires données à l’affaire, puisqu’au-delà de huit jours, les violences volontaires ne sont plus considérées comme des contraventions mais comme des délits, et sont donc jugées devant le Tribunal Correctionnel.

Il faut également signaler que les médecins qui travaillent au sein des UMJ ont un statut particulier : tous ne sont pas des experts, au sens juridique du terme. En effet, ces praticiens ne sont pas forcément inscrits sur les listes auprès de la Cour d’Appel. De plus, ils travaillent surtout sur réquisition des Officiers de Police Judiciaire (article 60 §1 du Code de Procédure Pénale), et éventuellement du Parquet. Contrairement aux experts auxquels le juge peut faire appel en cours d’instruction, les médecins de l’UMJ interviennent plutôt en amont de la procédure, avant même que le dossier ne soit transmis au Parquet.

Enfin, les conditions de travail des médecins ne sont pas les mêmes dans toutes les UMJ. Alors que dans certaines structures, comme à l’Hôtel Dieu, les praticiens n’exercent leur métier qu’entre les murs de l’hôpital, dans d’autres ils vont examiner les gardés à vue à l’intérieur même des commissariats. Cette seconde configuration était celle de l’UMJ dans laquelle nous avons enquêté. Cette mobilité des médecins hors de leur service a d’ailleurs constitué un point majeur de discorde au moment de la réforme de la médecine légale en 2011 sur notre terrain. Les déplacements dans les commissariats, notamment de nuit, étaient considérés comme pénibles par les médecins, et devaient alors donner lieu à une compensation financière. Jusqu’en 2011, celle-ci était considérée comme satisfaisante : les examens réalisés en dehors des heures d’ouverture du service (9h-18h) étaient rémunérés à l’acte. Or la réforme a mis fin à cette possibilité pour les médecins de conserver une tarification libérale pour les actes de nuit, en les faisant basculer dans le régime de la garde : les médecins sont devenus des salariés de l’hôpital. Cette réforme a été particulièrement mal acceptée sur notre terrain, puisqu’elle a causé le départ de 13 des 15 médecins du service.

Nous avons donc enquêté dans un service à l’interface entre la médecine et la justice, relativement éloigné du soin, et suffisamment riche pour que des apprentis chercheurs équipés de méthodes différentes, orientés vers des problématiques diverses s’y rendent pour faire du terrain.

Océane : L’UMJ m’a intéressée parce qu’elle me permettait d’appréhender la manière dont les violences sexuelles sont traitées par le système judiciaire. Je m’y suis donc rendue de manière régulière durant toute l’année de Master 2, principalement afin de travailler sur les archives du service, et de réaliser des entretiens avec les médecins. Mon but était à la fois de saisir la manière dont la collaboration entre médecins et policiers s’organisait, dans le cadre de la prise en charge de ces victimes particulières, mais également d’apprécier le rôle joué par la preuve médico-légale dans le traitement judiciaire de ces violences. Ce mémoire de Master a constitué le prélude à mon travail de thèse, dans lequel je m’intéresse à l’intégralité de la chaîne pénale, et non plus à un moment particulier de la procédure.

Romain : Je me suis rendu à l’Unité médico-judiciaire pendant un mois pour y faire une ethnographie centrée à la fois sur l’activité des médecins en consultations et sur la circulation des avis d’ITT qu’ils rendent dans d’autres arènes (Dodier 1993), judiciaires ici. J’ai également tenté de suivre une perspective de sociologie du travail médical sur ce service relativement loin du soin et proche de la justice. Le suivi des médecins et de leurs expertises s’intègre à mon travail de thèse sur l’expertise judiciaire à partir de l’étude de différents services de médecine légale dont l’UMJ constitue un cas d’espèce.

On peut en venir à ce dispositif d’enquête particulier où nous avons évolués en enquêteurs, ni tout à fait isolés, ni complètement en tandem (de Galembert et Belbah 2004), ce qui a permis de tirer profit d’une coopération qui a dû être construite au fil de l’année.

D’une coprésence imposée source d’inquiétudes…

Pour Romain, l’unité médico-judiciaire est donc un terrain de thèse parmi d’autres qui permet notamment de reproduire un dispositif d’enquête déjà éprouvé en médecine légale thanatologique pour le mettre en œuvre en médecine légale du vivant.

Romain : A la sortie de mon année de Master où mon travail de terrain avait principalement porté sur un Institut médico-légal (cf. billet sur le carnet de recherche pour une présentation du M2 : http://printemps.hypotheses.org/612), j’étais intéressé par l’UMJ parce qu’il me permettait de symétriser les questionnements, les méthodes ethnographiques, et le protocole de suivi des expertises que j’avais adopté pour l’étude des autopsies médico-légales à la médecine légale du vivant. L’UMJ relevant de la même structure que l’institut médico-légal, l’idée d’aller y enquêter faisait complètement sens mais se heurtait potentiellement au fait qu’une étudiante en M2 était déjà sur le terrain, et avait commencé à mener une campagne d’entretiens avec les acteurs du service.

Le premier réflexe quand on apprend qu’un étudiant de la même université « occupe le terrain » que l’on convoite est donc une certaine inquiétude portant sur des problèmes pratiques. Allons-nous nous gêner pour trouver notre place sur le terrain ? Allons-nous solliciter simultanément les mêmes personnes ?

Le registre de la contrainte est donc celui qui accompagne nos attitudes spontanées lors de l’apprentissage de cette coprésence imposée. Il prend sa forme la plus inquiétante quand à la peur de se gêner succède celle de gêner nos enquêtés que nous suivons, interrogeons et mobilisons sur leur lieu de travail. Allons-nous sur-mobiliser des professionnels qui ne comprendraient pas l’intérêt soudain que l’on porte à leurs façons de travailler ? Ces médecins, qui passent pour leur grande majorité une ou deux journées par semaines dans le service, ne risquent-ils pas de confondre les enquêtes et les enquêteurs ? Notre crainte, à un moment où l’on ne savait que peu de choses de la recherche du second chercheur était d’autant plus grande que le service est extrêmement pris entre son activité de consultation à l’hôpital, et celle dans les commissariats. Ici, la temporalité d’un service de médecine nous semblait difficilement conciliable avec les exigences de l’entretien sociologique en particulier et de la démarche de l’enquête en général, laquelle incompatibilité ne pouvant être qu’accrue quand le nombre d’enquêteurs et celui de leurs demandes doublent.

Pourtant, de fait, ces contraintes ont toutes été levées.

Océane : Dans un premier temps, je n’ai pas eu trop l’impression de « partager un terrain. » D’abord, parce que j’étais la première à être en contact avec le personnel de l’UMJ au mois de janvier. Ils n’avaient pas encore rencontré Romain. Ensuite, parce que si j’ai pu enquêter dans le même service que Romain, je n’y ai pas du tout fait la même chose. Mon terrain était principalement constitué de cartons remplis d’archives qu’il me fallait transformer en fichier Excel. Mes contacts avec le personnel de l’UMJ étaient en outre extrêmement ponctuels, puisque leurs archives ne se trouvaient pas dans leurs locaux, mais dans ceux de l’IML, autrement dit la morgue. J’ai donc travaillé sur des examens de victimes bien vivantes dans un service chargé de certifier des morts.

Une salle de consultation vue depuis le poste du médecin de l'UMJ
Une salle de consultation vue depuis le poste du médecin de l’UMJ

Ainsi, nous ne nous sommes jamais véritablement croisés sur ce terrain quand nous allions y récolter notre matériau. La raison ne tient pas à la taille du terrain, mais à nos pratiques de recherches respectives qui s’opposent également quant aux temporalités dans lesquelles elles se sont déployées. L’an dernier, l’UMJ était pour l’une un terrain de Master 2 qui réclamait une présence étalée sur l’année à des moments déterminés, tandis que pour l’autre, il s’agissait d’un terrain parmi d’autres dans le cadre de la thèse où le choix avait été fait de vivre au rythme du service pendant environ trois semaines. De plus, les terrains relevant dans un cas d’un corpus de certificats qu’il s’agissait de coder et dans l’autre de l’observation de leurs productions dans le cabinet du médecin, la seule véritable intersection de notre travail se trouvait dans les entretiens que nous avons réalisés. Ensuite, la deuxième contrainte que nous avions anticipée à propos de la gêne causée pour les enquêtés, qui se verraient alors mobilisés deux fois plus, ne s’est pas du tout manifestée. Il semble plutôt que nous ayons évolué l’un et l’autre dans l’indifférence des enquêtés sur cette question de la « double enquête ». Sur ce terrain spécifique, cela s’explique par le fait qu’un certain nombre de médecins ne passent qu’un jour par semaine au service, et que l’ensemble des acteurs étant pris dans un cours d’action rapide lié à la charge de travail, ceux-ci n’ont jamais pointé la présence d’un autre chercheur en sociologie s’intéressant à l’activité de ce service[1].Ce constat d’une mauvaise anticipation des effets de l’enquête sur un terrain est certainement un cas particulier d’un résultat plus général où il nous semble que les sociologues surestiment parfois les réactions de leurs enquêtés[2].

Si ce qui avait pu donner lieu à des craintes a finalement été levé par le terrain lui-même et la façon dont il a été digéré par ses enquêteurs, d’autres montages méthodologiques relèvent d’une coopération active entre nous deux et ont permis de faire de cette coprésence une ressource précieuse pour nos recherches.

…à une coopération raisonnée et habilitante

Océane a commencé ses investigation à l’UMJ la première et nous nous sommes rencontrés assez rapidement pour échanger sur ce terrain. Ce premier rendez-se déroule donc quand Océane a déjà avancé son travail de terrain et maîtrise assez bien les données de cadrage de ce service de médecine particulier qui sont encore totalement étrangères à Romain.

Romain : Notre premier échange prend alors l’allure d’un véritable entretien exploratoire riche en informations me permettant de mettre au clair ce que ce terrain pouvait apporter à ma recherche sur la médecine légale. De plus, les données de cadrage ainsi obtenues ont grandement facilité l’accès au terrain. Pour ne prendre qu’un exemple, l’idée que ce service pratique une « médecine de certificat » m’a permis de fabriquer les premiers guides d’entretiens et les premières grilles d’observation de sorte à noter systématiquement les séquences dans lesquelles une médecine de soin était néanmoins présente et par suite, de les rattacher à des phénomènes sociaux, comme des luttes de juridictions professionnelles entre médecins et personnels paramédicaux. Me rendre sur ce terrain avec cette première information selon laquelle la production de certificat d’ITT est au cœur du quotidien professionnel a également permis de prêter une attention toute particulière aux rapports au droit de ces acteurs qui n’effectuent pas stricto sensu de l’ « expertise judiciaire ». Effectivement, une des pistes qui sera lancée par la suite de cette enquête sera de réfléchir aux points de contacts, mais aussi aux différences, entre la médecine légale en général et l’expertise judiciaire médico-légale en particulier. 

On pourrait cependant considérer que cette discussion préliminaire avec Océane a introduit un biais dans le travail de Romain. En effet, elle a contribué à l’orienter vers un service qu’il ne pensait pas observer initialement. De plus, elle l’a incité à être attentif au rapport que les médecins de l’UMJ entretiennent avec le soin : si le geste thérapeutique peut sembler minoritaire, il occupe pourtant une grande place dans les discours que tiennent les acteurs sur leurs pratiques professionnelles, notamment à l’occasion de la prise en charge des violences sexuelles. Il nous semble pourtant exagéré de parler de biais dans la recherche, et ceci pour deux raisons. D’une part, il est illusoire de penser qu’on peut aborder un terrain en étant totalement dépourvu d’idée sur ce qu’il sera et ce qu’on devra ou pourra en retirer. Surtout, le premier biais dans la recherche de Romain provenait de son travail antérieur sur l’Institut médico-légal. Pour reprendre une métaphore bien connue, les « lunettes » dont il s’était équipé pour observer le service de thanatologie lui floutaient certains détails dès lors qu’il les portait à l’UMJ. Par exemple, Romain ne s’attendait pas à devoir réfléchir à la question du rapport au soin des médecins, parce que le geste soignant est absent de la thanatologie. Pour continuer de filer la métaphore publicitaire, Océane a simplement proposé à Romain d’essayer une seconde paire de lunettes, plus qu’elle ne l’a incité à abandonner les premières.

Au-delà de ces premiers échanges, et au fur-et-à-mesure que les enquêtes de l’un et de l’autre avançaient, comme on l’a vu sans interférences, c’est donc sur un mode plus institué, qui nous fait parler d’une coopération raisonnée, que nos échanges ont produit des bénéfices divers et inattendus.

Océane : Le fait que nous enquêtions sur le même terrain, bien que nous ne nous y soyons jamais croisés, m’a été d’une grande aide. Lorsque j’ai commencé mon travail de recherche, j’étais une novice en matière de sociologie des sciences et des techniques, de sociologie des professions, et de sociologie de l’expertise. J’ai pu bénéficier dans un premier temps des conseils de Romain en matière de bibliographie. J’ai trouvé une oreille attentive à mes questions et un regard informé sur mes écrits, puisque Romain a accepté de relire l’introduction de mon mémoire. De plus, j’ai par la suite profité du fait que Romain avait effectué trois semaines d’observation dans l’UMJ. Le compte-rendu de celui qui était devenu la « mascotte du service» selon l’expression d’un des médecins du service récemment rencontré, m’a permis de confirmer ce qui ressortait des entretiens que j’avais conduits auprès du personnel. Enfin, au-delà des échanges académiques, ce partage de terrain a permis de tisser des liens de camaraderie permettant d’égayer un peu nos pesantes recherches respectives.

A ce stade, il est important de comprendre combien notre terrain pouvait être qualifié de « sensible ». Nous avons été tous deux confrontés à une violence inhabituelle et à des situations humainement difficiles. Les consultations durant lesquelles les victimes livrent le récit de la violence subie et en exposent les marques au médecin et au sociologue en blouse blanche peuvent être particulièrement éprouvante pour le chercheur. « Bien réagir » aux chairs meurtries, et parfois aux pleurs, des personnes examinées n’est pas toujours à la portée de l’ethnographe, quand bien même celui-ci dispose déjà d’une expérience de terrain sensible au sein d’un de service de thanatologie. De même, le dépouillement de 271 dossiers médicaux de victimes d’agressions sexuelles a usé le moral de la masterante. La froide description médicale et extrêmement précise des lésions physiques et génitales, les centaines de récits qui sont autant de déclinaisons de la « violence de notre temps » (Vigarello 1998), les photos de l’intimité profanée des personnes auxquelles il n’est pas toujours possible de se soustraire, ont failli par moments avoir raison de l’enthousiasme de l’apprentie chercheuse pour son sujet. Pour reprendre les termes de Georges Devereux, chacun de nous a dû faire face à « l’angoisse de l’observateur » (Devereux et La Barre 1980), qui a constitué la toile de fond de nos réactions face à ce que nous observions. Dans ce contexte, les échanges que nous avons eus nous ont permis de partager le désarroi et l’émotion que pouvait parfois susciter en nous ce terrain, dont la violence est manifeste aussi bien lors des consultations de victimes que dans les cartons d’archives de certificats.

C’est finalement moins sur le terrain comme territoire qu’en dehors de celui-ci que nos échanges ont été les plus fructueux. Au terme de cette expérience, il nous semble donc nécessaire de revenir sur la notion de « coprésence », ainsi que sur l’intitulé de ce billet, à savoir « partager un terrain ». Que désignons-nous par le terme « terrain » ?

Si l’on se restreint à une définition du terrain comme territoire géographique, il n’y a pas eu à proprement parler de partage, puisque nous ne nous y sommes presque pas croisés. Dans cette acception, la coprésence ne doit surtout pas être comprise au sens de la présence simultanée de deux enquêteurs dans le même espace, mais plutôt comme le fait, pour chacun de nous, d’avoir eu conscience du passage passé ou à venir de l’autre à l’UMJ. Mieux, nous concevons alors le terrain comme un espace plus large occupé ici par nos échanges ayant produit de façon réflexive des manières de travailler à l’UMJ. Notre terrain est à la fois une UMJ géographiquement située, mais également une construction faite de nos réflexions mutuelles sur ce que nous avons vu, lu et entendu dans et en dehors du service. Notre terrain, c’est nos rendez-vous de travail, nos relectures mutuelles, nos recommandations bibliographiques. Notre terrain, c’est la manière dont chacun de nous comprend ce que l’autre vit et voit à l’UMJ. Ainsi, notre terrain dépasse largement le service observé en tant qu’unité géographique, et ne le recouvre que très partiellement.

Conclusion : Partager un terrain par la mise en commun des expériences

Nous voudrions, pour conclure ce billet, défendre une idée à partir de cette expérience de recherche particulière, tout en étant conscients du rôle que les singularités de nos terrains ont joué dans les formes qu’a pris notre coprésence à l’UMJ. En plus d’avoir été écartées par une coopération sur ce terrain, nos prénotions ont été en fait complètement renversées. Premièrement, nous pensions spontanément gêner les enquêtés, et la quasi indifférence dans laquelle nous avons accompli notre travail de terrain nous a conduits à grandement relativiser cette idée. Deuxièmement, la crainte de nous gêner sur le terrain a été levée par les discussions que nous avons eues en dehors de celui-ci qui nous ont au contraire habilités, en nous équipant de grilles d’observation et de guides d’entretien affinées, en partageant le contenu de nos découvertes ou en discutant des situations d’enquête sensibles dans un service qui constitue un observatoire de la violence.

Ce récit d’apprentissage nous permet ainsi de mettre à distance l’idée qu’un sociologue occupe un terrain, voire une problématique ou un champ, en insistant sur les riches possibilités d’échanges constitutives de ce que partager un terrain veut dire. En déclinant ces mises en communs sur d’autres dimensions du travail en sciences sociales, le séminaire des doctorants du Printemps et du CESDIP permettra, peut-être, d’approfondir cette idée.

Romain Juston (doctorant, Printemps), Océane Pérona (doctorante, CESDIP)

 

* L’idée de ce billet a donné lieu à une présentation au séminaire des doctorants du Printemps et du CESDIP. Nous remercions l’ensemble des doctorants, ainsi qu’Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques qui ont permis d’améliorer ce texte.

Bibliographie

De Galembert Claire et Mustapha Belbah, 2004, « Vertus heuristiques d’une recherche en tandem », Terrains & travaux n° 7 (2) (septembre 1): 127‑145.

Devereux Georges et Weston La Barre, 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Nouvelle bibliothèque scientifique, Paris,  Flammarion.

Dodier Nicolas, 1993, L’expertise médicale: essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Editions Métailié.

Vigarello Georges, 1998, Histoire du viol, Paris, Le Seuil.

 


[1] L’ignorance de nos recherches est parfois allé jusqu’à un cas limite où, au terme d’une matinée lors de laquelle Romain avait suivi un médecin pendant 5 consultations de victimes, ce dernier lui demande s’il était externe ou interne en médecine.

[2] Dans le dernier billet de ce même carnet de recherche [http://printemps.hypotheses.org/1614], Jérôme Pélisse décrit une autre modalité de ce résultat quand il présente les « attentes déçues » de réaction de la part des enquêtés au moment de la restitution d’une enquête.

Mirandol (2/5) : libre, open, gratuit, mais à quel prix ?

IMG_0355Tout cela a peut-être commencé par un malentendu. Non pas sur les vrais bénéfices pour la santé d’aller faire du jogging avant l’aube dans des chemins caillouteux alors qu’il fait cinq degrés, mais un malentendu bien plus grave, linguistique : freeware en anglais, ça veut dire libre, mais ça veut aussi dire gratuit.

Claude Gomez le sait bien, puisque son entreprise part d’un logiciel en open source de calcul numérique, Scilab, pour en faire un produit à la fois socialement utile et commercialement intéressant. La cheminée de Mirandol se convertit de bonne grâce en écran pour PowerPoint (après tout, elle a dû en voir d’autres). Scilab offre un outil de calcul ouvert à tous, que chacun peut adapter aux besoins de son entreprise : statistiques, visualisation de données, modélisation 2D et 3D, recherche de situations optimales, etc. Son logiciel est téléchargé 80 000 fois par mois, dans 150 pays du monde.

C’est très bien tout ça, mais si c’est gratuit, ils vivent d’amour du libre accès et d’eau fraîche ? Non répond Claude Gomez, on le fait parce que c’est un très bon modèle économique. On se retrouve en effet dans la logique du freemium : on vous donne la main gratuitement, mais si vous voulez le bras, il va falloir payer. C’est la même logique qu’Open Edition essaie d’adopter (avec un succès relatif, tant le gratuit est déjà satisfaisant) en éditions de sciences humaines et sociales. Scilab, fortement financée au départ par l’INRIA et d’autres fonds publics, organise des formations et vend des modules externes adaptés aux besoin de leurs clients.

Le premier malentendu du terme free, c’est que gratuit au départ, cela ne veut pas dire qu’un logiciel n’a pas un coût. Il a fallu des années de travail pour rendre le logiciel le plus souple et le plus efficace possible et pour travailler l’ergonomie de l’objet afin que chacun puisse se l’approprier. Free, dans le sens de libre, cela veut également dire qu’on ne peut pas compter exclusivement sur la communauté des utilisateurs pour l’améliorer. Certains travaux ne peuvent être faits qu’en interne. Et une communauté, ça se gère et ça s’anime.mirandol3

Un peu gratuit, un peu payant, un peu libre et un peu propriétaire : on est devant un objet légal non identifié, constate Mélanie Clément-Fontaine, chercheuse en droit privé. La Commission européenne voit d’un mauvais œil la subvention d’un produit devenu commercial… et pourtant, il n’y a rien de tel que le gratuit pour atteindre une masse critique d’utilisateurs et former un marché.

C’est là que le sociologue entre en scène. (Mon pari : c’est lui qu’on va retrouver à la fin du cinquième chapitre ; le coupable sera le sociologue, avec le chandelier, dans la salle de billard.) Ce chercheur-là doit s’y retrouver au milieu d’une multiplicité d’acteurs, ceux du public et du privé, les bénévoles et les commerciaux, ceux qui paient et ceux qui ne paient pas. Mais à observer les relations de Scilab avec sa communauté d’organisateurs, on se rend compte que le libre peut être très organisé. Tout en gardant des communautés poreuses et la possibilité d’entrer et de sortir, car le geek est une créature sensible.

Le gratuit ne l’est jamais pour tout le monde, rappelle Yannick Magnien, l’un des hommes derrière la merveilleuse bibliothèque en ligne Gallica et le précieux outil de recherche Isidore (Monsieur, j’aime beaucoup ce que vous faites). Des outils que l’utilisateur ne paie pas mais qui ont bien eu besoin de nos impôts pour être développés et maintenus. Transparent ? La publication sur Revues.org n’implique pas automatiquement la transparence parfaite du processus de sélection des articles. Internet a fait surgir de nouvelles définitions de la transparence.

Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander "Galliquoi ?"
Je ne dénoncerai pas les membres du colloque qui ont osé demander « Galliquoi ? »

Pour remédier aux malentendus, il faut peut-être donc changer de catégories et arrêter d’opposer le gratuit au payant, le format libre au format propriétaire. Si des gens font leur beurre de l’économie de la contribution, faut-il les en empêcher ou tracer les contours d’une tierce économie de la contribution ? Yannick ose même reprendre de « vieux concepts marxisants » et parler de « socialisation du capital fixe » pour concevoir un nouveau moteur d’innovation, plus créateur que destructeur. Marx au service de l’open access, celle-là, on aurait eu du mal à la voir venir.

cover_naturePendant ce temps, le big data rebat les cartes. Le big data ? Ce sont ces montagnes de données, de plusieurs pétaoctets de haut, qui nécessitent de nouveaux logiciels plus puissants pour parvenir à des bases de données d’une richesse inouïe pour les chercheurs… ou à un retraçage de vos activités sur le Net qui riment très fort avec Big brother. Et revoilà le spectre de Google, ses knowledge graphs inaccessibles au public et le retour des données pas si gratuites que ça, sur des millions de serveurs bien réels et bien énergivores.

Le big data formalise la production intellectuelle en rendant les mots commensurables, remarque Guillaume Carnino, l’historien de service et spécialiste des prétendues questions naïves qui retournent le cerveau de l’assistance. Une fois que les mots deviennent commensurables, ils peuvent entrer sur un marché et devenir des biens échangeables, brevetables. Exploitables, jusqu’à quel point ? Quelles décisions politiques et économiques faut-il prendre, faire un Google européen ou surfer sur les nuages des projets existants ? Plutôt que de prendre une position politique, les sociologues font leur travail : ils sortent leurs jumelles et ils observent. C’est encore le meilleur moyen d’éviter les malentendus.

Clara Tomasini

scribe non-officielle
et seule personne sans doctorat de cette savante assemblée,
ce qui explique sans doute certains raccourcis.

Pour en savoir plus sur le big data, vous pouvez lire ceci.

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : modéliser le cerveau humain, est-ce bien raisonnable ?

Innovation, innovation (1/5) : à Mirandol, on scrute l’horizon

La voiture, cahotante, grimpe le chemin creux et dérape dans la boue. Tout en haut, le château de Mirandol, forteresse du XIe siècle perchée sur son piton rocheux. La cheminée de la salle des gardes est assez grande pour y faire rentrer trois hommes et des fumets de cailles rôties s’échappent des cuisines. C’est ici, au fin fond du Quercy, un plaid sur les genoux, qu’une vingtaine de chercheurs sont venus causer neurosciences, big data, calculateurs en libre accès et politiques d’innovation en tous genres. Les vieilles pierres et l’horizon lointain se prêtent bien à des réflexions d’avenir. Après tout, ce château était un poste d’observation.

Sociologues, historiens, ingénieurs, économistes, géographes, juristes, psychologues, neurophysiciens… Ils ont tous laissé de côté pour trois jours leurs articles en souffrance, les mails des étudiants et thésards et leurs dossiers de l’Agence nationale de la recherche pour se pencher sur cette notion galvaudée, empreinte de storytelling politique et économique : l’innovation.

« L’innovant ou l’improbable ? » se demande Arnaud Saint-Martin, chercheur au Printemps qui organise ce colloque avec Ivan Sainsaulieu, sociologue au Clersé. Au-delà des modes langagières et des manipulations politiques, comment faire de l’innovation une question de recherche ? Pour ne pas tomber dans le conceptuel éthéré, Arnaud et Ivan ont prévu de partir de cas bien concrets : l’entreprise Scilab, qui développe un logiciel libre de calcul assortis d’offres payantes ; des projets sur le cerveau, pharaoniques comme le Human Brain Project ou à plus petite échelle, comme les travaux sur la réalité virtuelle à l’université d’Aix-Marseille ; des innovations qui vont plus haut que notre atmosphère, comme les satellites du programme européen Copernicus, ou bien terre-à-terre, comme le gigantesque établissement public dont l’installation est prévue sur le plateau de Saclay.

mirandol2

Qu’est-ce que ces grands projets ont en commun ?  Peut-être de l’audace. Une audace qui peut parfois confiner au « colbertisme high-tech », comme on l’a suggéré au sujet de Saclay, au pharaonoique, au fou, au massif… Mais après tout, avant de piloter des projets, il faut les vendre. Eveiller l’enthousiasme pour sortir de l’ordinaire. Gérard Escher, venu présenter le Human brain project, s’en est bien rendu compte en passant son film de présentation, plein de belle musique et d’effets spectaculaires : ça passe moins bien devant un public de chercheurs dont le scepticisme est l’une des premières qualités professionnelles. Les chercheurs ne sont pas les seuls à contenir leur enthousiasme, à une époque tristement pragmatique où on retourne les satellites vers la Terre et où on demande aux astronautes à quoi ça peut bien servir d’aller se balader sur Mars.

Sceptiques, notamment devant le coût de projets pharaoniques. Est-ce que c’est avec des budgets à dix chiffres qu’on innove le mieux ? « Freud n’a pas coûté un sou d’argent public pour inventer la psychanalyse ! » proteste le mathématicien et psychanalyste de service. « En revanche, il a inventé une mine d’or », ricane un voisin de fauteuil dont on taira le nom. Frais de départ pour débloquer une situation, ou investissements à long terme en partant du gratuit, tandis que plane le spectre de Google au-dessus d’un open access parfois gratuit, parfois complètement utopique.

Aujourd’hui pourtant, l’innovation est un mot de passe politique et une clé de la relance économique, qui fait apparaître comme par magie des fonds dans les ministères les plus sinistrés. Il est loin le temps où Adolphe Thiers écrivait « En bonne politique, toute innovation est dangereuse ». Maintenant, on a des rapports Lauvergeon. Mais pour le chercheur, une fois qu’on a déconstruit les enjeux politiques et économiques, analysé le fantasme de l’innovateur, du saint Pasteur au saint Steve Jobs, qu’est-ce qu’on fait ? On identifie les acteurs, les étapes, les récurrences et on fait la différence entre la vraie nouveauté et le réemballage des activités déjà existantes, les gadgets court-termistes et les vrais projets d’envergure. On analyse les initiatives, on s’analyse soi-même et on regarde loin à l’horizon, comme le faisaient déjà au XIe siècle les guetteurs de Mirandol.

Clara Tomasini, scribe non-officielle

Premier épisode : le logiciel libre et gratuit, mais pas pour tout le monde

D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche…

Après deux mois silencieux, voici la fin du billet promis, centré sur une autre dimension pratique et peu explicitée de l’activité de recherche en sociologie : la fin de la recherche, la clôture du terrain… toujours provisoire, en réalité. Quelques manuels formulent bien quelques conseils à ce sujet – bien moins qu’en matière de commencement d’une recherche néanmoins – et ce dernier billet ne vise pas tant à donner des conseils qu’à raconter et réfléchir sur comment se termine toujours provisoirement une recherche. Et si j’insiste autant sur cette dimension provisoire, c’est bien parce que, comme on le verra, à l’image du sparadrap collé à un doigt, on ne se débarrasse pas comme cela d’un sujet, d’un terrain, d’une question, surtout si la recherche a fait l’objet d’une publication.

Mais revenons à la CFE-CGC pour aborder, finalement, trois questions entremêlées mais que je vais distinguer : celle de la restitution de la recherche d’une part – surprenante dans notre cas, on va le voir – ; celle de l’instrumentalisation dont elle peut faire l’objet et du jeu qui peut s’instaurer entre les chercheurs et les commanditaires ou les sujets et personnes rencontrés sur le terrain d’enquête, ensuite ; celle de valorisation de la recherche enfin, et du souhait d’en diffuser les résultats, sinon d’en faire un objet de débat. Ces trois dimensions permettent en effet d’expliquer pourquoi, à mes yeux, la clôture est toujours provisoire et on ne termine jamais complètement une recherche.

Restituer la recherche : un horizon déçu

La restitution de notre recherche – indissociablement liée au fait qu’il s’agit d’une recherche sur contrat, avec un commanditaire qui finance et attend donc un retour – était prévue dès le départ et a toujours été l’esprit de ce que nous écrivions. Non pas que cet horizon ait limité l’écriture mais il s’agissait aussi, dans le rapport que nous avons remis, de développer des éléments qui allaient, selon nous, intéresser nos commanditaires. Cette préoccupation, présente dès la conception du questionnaire, a conduit par exemple à tout un développement sur les structures organisationnelles du syndicat et l’articulation entre niveaux territoriaux, professionnels, confédéraux. Nous n’aurions sans doute pas détaillé autant cette partie dans notre rapport si nous n’avions pas en tête que nous écrivions pour un commanditaire d’abord, des pairs ensuite, voire des militants syndicaux ou le grand public – car assez vite a émergé l’idée que nous pourrions faire de ce rapport un ouvrage. Cette dimension – anticiper pour qui on écrit – est en réalité toujours présente dans le travail de présentation d’une recherche. L’anticipation d’une restitution orale et écrite à un commanditaire rend plus saillante cette dimension, permettant peut-être paradoxalement davantage de réflexivité sur la manière dont on écrit, ce qu’on dit et ne dit pas dans un tel rapport. Nos réunions avec les commanditaires, qui ont constitué un matériau à part entière comme on l’a dit dans le billet précédent, n’ont ainsi pas été exploitées directement dans le rapport. Mais si nous avons fait attention à comment nous formulions les choses (et l’écriture à huit mains est ici précieuse), il ne me semble pas que nous nous soyons spécialement censurés, pas plus ni moins, en tout cas, que dans d’autres études que j’ai pu réaliser et qui impliquaient également des restitutions (auprès de la DARES ou de l’ANPE notamment).

Travail & Emploi, n° 128, 2011.
Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Cette anticipation a, en outre, toutes les chances d’être déçue : les lecteurs du rapport ne relèvent pas forcément des choses, ou pas celles attendues par les auteurs. De manière générale, un grand respect pour les écrits du chercheur se manifeste : son extériorité face aux enjeux de l’organisation étudiée ou à la nature des interactions auxquelles il assiste, ou l’idée qu’il n’est là qu’un temps permettent sans doute d’accepter plus facilement d’entendre (ou de lire) certaines choses du côté des commanditaires. Dans le cas de la recherche sur la CFE-CGC, la réception a été une grande déception. Nous n’avons en effet eu aucun retour, ni écrit, ni oral sur notre rapport. Une restitution orale était pourtant bien prévue et qui plus est au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) en juin 2012. Le rapport (sans doute plutôt son résumé) avait été envoyé à tous et nous étions attendus pour exposer en une vingtaine de minutes les principaux résultats de l’étude, une trentaine de minutes d’échanges étant prévues ensuite. Or cette réunion ne s’est pas déroulée comme l’avaient prévu ses organisateurs. Les membres du comité confédéral ont en effet bousculé l’ordre du jour, exigeant que soient traités et débattus d’autres points, remettant en cause certaines décisions prises par… nos commanditaires. Après 1 h 30 d’attente, notre interlocutrice, désolée, a convenu qu’elle ne réussirait pas nous « faire passer » avant un temps indéterminé mais potentiellement long ; nous sommes donc partis, pensant qu’une autre occasion, même en plus petit comité, se présenterait plus tard. Car jusqu’ici, et malgré l’envoi du rapport sept mois plus tôt, aucun retour ne nous avait été fait, interlocuteurs à la confédération compris. Et il n’en a rien été jusqu’au congrès de Saint-Malo en avril dernier, bien qu’un article dans une revue scientifique (mais qu’on imagine lue par un certain nombre de syndicalistes puisqu’il s’agit de la revue de la DARES, Travail et Emploi) soit sorti en juillet 2012, quelques jours après cette restitution ratée. Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » l’article appelait a priori des réactions… qui ne sont jamais venues.

Les usages de la recherche

C’est donc un « non-usage » de notre étude, par ses propres commanditaires, que nous avons en quelque sorte constaté. Cette situation n’est pas si exceptionnelle : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique, pertinent, intéressant peut-être, ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert et violent entre la numéro 2 (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes ouverts est sans doute cette réunion du comité confédéral de juin 2012, explique manifestement cette absence de retour de nos commanditaires, passés à d’autres dossiers plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques informations « chocs » présentées lors du rapport intermédiaire (comme les moyennes d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, ou encore l’objectivation d’une césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel »)… qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

Mesures et démesures du travail, 2012.
Mesures et démesures du travail, 2012.

Cet échec/absence de retour a toutefois facilité la transformation du rapport en ouvrage. Recontactant un éditeur avec qui j’avais travaillé l’année précédente, nous proposons dès le printemps 2012 un synopsis et un projet d’ouvrage, rapidement accepté[1]. Publier un ouvrage tiré de ce rapport résultait d’une triple volonté : il s’agissait d’abord de valoriser cette recherche en n’en restant pas à un article ou à une communication dans un ou deux colloques (au congrès de l’AFS à Grenoble en juillet 2011 et aux Journées internationales de sociologie du travail à Bruxelles en janvier 2012, où nous avions présenté une réflexion sur les processus et les effets de la mesure de la représentativité pour ce syndicat[2]).

Nous étant plus investis que nous ne l’avions imaginé (plus d’entretiens, de temps et de pages que prévu), il nous paraissait possible – et sans trop de difficultés – de transformer le rapport en ouvrage. Deuxièmement, ayant confirmé l’absence d’ouvrages de référence sur cette organisation syndicale, nous pensions pouvoir, justement, écrire un tel ouvrage de référence, ce qui garantissait en quelque sorte un lectorat minimum, à la fois scientifique et militant. Enfin, sachant que le prochain congrès de la CFE-CGC aurait lieu en avril 2013 à Saint Malo,  publier cet ouvrage juste avant ce futur congrès était une occasion de mettre en débat nos hypothèses, de poursuivre la restitution imaginée et, au vu des événements, de finalement contourner cette restitution manquée. L’idée revenait en quelque sorte, inversant ce qu’il se passe d’habitude, à « forcer » les responsables et militants de ce syndicat à faire usage de cette recherche… En annonçant que l’équipe ou au moins deux de ses membres se rendrait au congrès de Saint Malo muni de l’ouvrage — si ce dernier était imprimé à temps —, il s’agissait enfin de convaincre l’éditeur qu’un lectorat potentiel existait et que l’ouvrage allait se vendre – une question aujourd’hui prégnante dans l’édition en sciences sociales.

Le temps de l’écriture était donc contraint par une date impérative. Ce stimulant a été puissant, en particulier pour Arnaud qui s’est plongé dans la littérature historique et a produit une contextualisation historique riche et indispensable de la CGC, largement absente dans le rapport. Et à nouveau, la cohésion de l’équipe a fait merveille pour que nous réécrivions en bonne part le rapport en tenant (cette fois) les délais ! Négociant une place sur le stand de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), organisme de recherche « au service des organisations représentatives de travailleurs » présent à tous les congrès confédéraux des différentes organisations syndicales, je me rends ainsi au congrès de Saint-Malo avec Guillaume muni d’une trentaine d’exemplaires de l’ouvrage reçu une semaine avant, pour le diffuser et avoir, peut-être enfin, quelques retours sur notre recherche.

Valoriser et/ou instrumentaliser la recherche ? D’un congrès à l’autre…

Saint Malo : prêt et badgé.
Saint Malo : prêt et badgé.

La recherche s’est donc terminée par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral. Nous ne sommes cependant pas invités au congrès, mais je m’y suis invité avec Guillaume.

Un coup de fil à l’un de nos interlocuteurs, même non contactés depuis neuf mois et qui a en charge l’organisation matérielle du congrès, puis le relais du responsable de l’IRES en charge de son stand sur le lieu et le temps du colloque nous ont permis d’avoir un badge pour participer au congrès.

Centré sur « l’innovation », le congrès s’organise de la même manière qu’à Reims (voir billet 1), l’animateur venant cette fois de la télévision plutôt que de la radio, la salle étant plus encore décorée par un jeu de lumières et le congrès s’ouvrant cette fois sur une « prouesse technologique ».

Une plénière bien animée.
Une plénière bien animée.

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, j’en ai envoyé quatre exemplaires aux membres de la confédération avec qui nous avons échangé pendant la recherche (dont la numéro 2, candidate en 2013 pour la présidence de la confédération). J’en ai aussi envoyé un exemplaire au toujours président, en conflit violent avec sa numéro 2… espérant et redoutant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage.

Car l’horizon du congrès se déroule dans un climat autrement plus conflictuel qu’en 2010. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté depuis quelques mois. Pris de court par l’annonce de la candidature de sa numéro 2, Bernard Van Craeynest renonce à se représenter mais indique publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite donc en partie. Mais ce conflit dépasse une querelle de personnes : l’analyse des candidatures (elles se font par listes de trois personnes : président, secrétaire général, trésorier, puis un ensemble de candidatures de secrétaires confédéraux se présentent, soutenant et soutenu par telle ou telle liste) valide en effet notre constat et la thèse exposée dans l’ouvrage d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le terme, le statut, le sens de « cadre » et d’« encadrant » se différencient, sinon s’opposent de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, industries électriques et gazières, fonctions publiques, etc. et de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.
Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Et alors que notre enquête met en évidence un attachement mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, soulignant combien aujourd’hui les cadres et encadrants sont avant tout des salariés comme les autres (même s’ils peuvent rester un peu différents des autres) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception du cadre et de l’encadrement qui les démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’exception catégorielle dont jouit la CFE-CGC.

De l'innovation partout.
De l’innovation partout.

Les résultats du congrès, avec l’élection de l’ancienne numéro 2 avec 59 % des voix, consacre la victoire d’un camp sur l’autre : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et pas juste réduite aux trois dirigeants) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques »… et plus les seuls ni même les cadres.

Ce contexte explique donc le souhait et la crainte entremêlés d’être instrumentalisé par l’une ou l’autre partie – notre ouvrage s’intitulant : « Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la fin d’une exception ? ». Il s’agit bien d’un souhait car l’instrumentalisation est presque provoquée par l’envoi de l’ouvrage aux responsables « en guerre » ; et d’une crainte – mais elle est inhérente à toute diffusion et publication –, d’un usage non contrôlé ou partisan d’un ouvrage qui revendique une posture scientifique et neutre dans cet affrontement à la fois stratégique et identitaire.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.
Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

À nouveau, nous allons être surpris : car en effet, si, lors de la visite des stands, avant l’ouverture du congrès, nous croisons quelques visages connus – dont la candidate qui nous lâche ses constats quant au climat lourd qui entoure ce congrès et ses craintes concernant d’éventuels « dérapages », aucune réaction ne s’exprime à nouveau quant à notre ouvrage, aux constats et aux thèses qui y sont présentés et défendues.

La surprise vient après : pendant le discours d’ouverture du congrès par son président sur le départ, et dans une ambiance de défiance à son égard palpable dans la salle et les allées du congrès, Bernard Van Craeynest sort en effet un papier de sa poche au milieu de son discours et cite nos quatre noms, évoquant « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Et l’encore actuel président d’inciter les congressistes à aller lire « cette monographie sur notre propre organisation » et d’insister sur la nécessaire unité qui préside à sa destinée, avant d’aborder, dans une dernière partie de son discours, des sujets d’actualité où il fait résonner une voix revendicatrice plutôt inhabituelle dans sa bouche et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).
Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Enfin, nous tenons une réaction ! On ne pouvait rêver mieux ou presque comme publicité et nous filons à la pause au stand de l’IRES pour y évoquer l’ouvrage avec les militants, qui en ont maintenant entendu parler. Guillaume croise deux enquêtés et s’entretient avec eux et nous tentons d’expliquer, non sans mal, aux militants qu’ils ne peuvent acheter l’ouvrage en direct mais doivent remplir un bon de commande ou envoyer un chèque à l’éditeur.

 

 

 

 

 

Conclusion : une clôture provisoire ?

Le « succès » de notre présence à Saint-Malo – le fait qu’on parle de l’ouvrage, qu’il se diffuse auprès des militants – est cependant bien relatif. Sans grande surprise, le nombre d’ouvrages vendus (150 environ), deux mois après, n’atteste pas d’achats massifs par les 500 congressistes présents ni les milliers de militants de la CFE-CGC. Surtout, aucune réaction ne nous est parvenue depuis[3]. La mise en débat que nous proposions et incitions par nos constats concernant le clivage de l’organisation n’a pas vraiment pris, semble-t-il. Semble-t-il car, l’enquête étant close, nous n’avons plus de visibilité sur les usages éventuels de l’ouvrage, tant à la tête de l’organisation que dans les sections syndicales d’entreprise (ne serait-ce que dans celles qui ont participé à l’enquête).

La valorisation de la science en action.
La valorisation de la science en action.

La valorisation de la recherche et sa diffusion dans le milieu académique et dans celui, plus large, des observateurs des relations professionnelles et du syndicalisme, sont par contre plus réussies : au moment du congrès, nous sommes contactés pour en expliciter les enjeux et deux interviews paraissent dans l’Humanité Dimanche et sur le site économique de 20 minutes. Surtout, un journaliste du site spécialisé Miroir social me contacte lors et après le congrès pour faire une interview à propos du syndicalisme catégoriel et notamment de la CFE-CGC, donnant l’occasion d’une interview sur ce site, tandis que plusieurs chercheurs à qui nous avons envoyé l’ouvrage nous font des retours positifs. Nous présentons enfin, quelques semaines plus tard, certains résultats de cette recherche lors d’une journée d’étude organisée autour du syndicalisme catégoriel par le réseau thématique « sociologie des relations professionnelles » de l’AFS et le laboratoire PRINTEMPS.

Mais au-delà de ces questions de diffusion des résultats d’une étude et des discussions scientifiques qu’elle fait naître, c’est sur la dimension provisoire de la clôture de cette recherche – et sans doute de toute recherche – qu’on peut conclure. En effet, toutes ces occasions de diffusion et de valorisation (via notre présence sur un stand du congrès en avril, interviews ou communication) sont autant de moments où l’enquête peut se poursuivre : les réactions engendrées par l’ouvrage ou le fait d’en parler appartiennent à l’objet d’étude, autant que la manière dont se déroule le congrès de Saint-Malo ou ses résultats. Et il en est de même de la (non) réception du rapport initial ou de tous les usages dont ces productions scientifiques font l’objet par les acteurs. C’est pourquoi, en réalité, les fins de terrain ou de recherche sont toujours provisoires, comme j’ai pu le constater sur tous les autres terrains que j’ai analysés, de ma thèse (qui suscite encore, presque dix ans après, des invitations à parler du temps de travail) à toutes les autres recherches, ou presque, que j’ai pu mener, si, du moins, un travail de valorisation minimum était effectué. Mais c’est aussi l’attitude des chercheurs – en acceptant ou en refusant ces sollicitations, qu’elles viennent du monde académique ou d’ailleurs, si ces dernières portent bien sur l’objet de la recherche bien entendu – qui explique pourquoi (et comment) les recherches ne se terminent jamais vraiment…

 

 


[1] Il s’agit toutefois d’un second essai car nous avons contacté un autre éditeur dans un premier temps qui nous a également rapidement répondu… qu’une étude sur les syndicats, cela ne se vendait pas !

[2] Le thème du colloque portait en effet sur « Mesures et démesures du travail ». Cette communication a d’ailleurs été sélectionnée par les organisateurs des JIST pour figurer dans un ouvrage en publiant une partie des actes, voir « Quand mesurer la représentativité interroge les pratiques et les identités syndicales. Les militants de la CFE-CGC face à la loi du 20 août 2008 », in M. Alaluf, P. Desmarez, M. Stroobants, Mesures et démesures du travail, Coll. Sociologie et anthropologie, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 143-157.

[3] Quelques exemplaires de l’ouvrage ont été envoyés à des enquêtés, lorsque nous nous étions engagés à le faire. Aucun ne nous a fait de retour non plus, mais les militants ou responsables l’ont peut-être gardé pour leurs vacances d’été !

Combien coute un article de revue scientifique en sciences humaines ?

Cost_of_publishing2-11

La recommandation européenne sur le libre accès des revues scientifiques du 17 juillet 2012 [1] a entrainé en France dans le secteur des sciences humaines deux types de réaction : certains, comme les revues se trouvant dans le consortium Revues.org, y ont vu un encouragement à leur politique de libre accès, en accord avec les principes qui la fondent (Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert de 2001 et Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et sociales de 2003), mais plus d’une centaine de revues qui se trouvent pour la plupart dans le consortium Cairn y ont vu une menace et ont protesté par un appel commun dont voici un extrait :

« Nous craignons que l’embargo proposé par la Commission – 12 mois après l’édition sur support « papier » ou électronique – ne se révèle tout à fait insuffisant dans le domaine des sciences humaines et sociales, où l’économie des publications n’est envisageable que dans la durée, pour permettre le maintien d’un grand nombre de revues académiques, alors même que celles-ci constituent un outil essentiel au débat public ; nous estimons aussi qu’au-delà des revues académiques, les autres domaines de l’édition du savoir en sciences humaines et sociales, notamment les revues de débat ou d’opinion, pourraient être, eux aussi, menacés dans la mesure où leurs auteurs sont très souvent rémunérés sur fonds publics. »

On notera la contribution de la revue Tracés (L’open access: la schizophrénie française) qui est diffusée à la fois par Cairn et par Revues.org. La revue est diffusée d’une manière payante pendant deux ans par Cairn, est libre d’accès sur cette plate-forme pendant un an, puis est diffusée gratuitement par Revues.org. Cette revue, créée en 2002, existe en version papier et version électronique et déclare ne pouvoir subsister que grâce aux revenus issus de la consultation par Cairn (cinq euros l’article pour un particulier) mais principalement par le biais des bibliothèques qui s’abonnent à Cairn.

Voici comment Tracés voit sa situation :

« Ce modèle économique, mêlant public et privé, constitué de subventions diverses et de revenus commerciaux, impliquant un grand nombre d’acteurs qui se recoupent plus ou moins, est ce qui permet aujourd’hui à Tracés d’exister. Le cas de notre revue est sans doute un peu particulier car elle est jeune et ne dépend pas d’un laboratoire de recherche. Elle ne bénéficiait donc pas du même soutien institutionnel que certaines revues anciennes qui dépendent d’un laboratoire ou d’une association disciplinaire. Ce soutien peut être un financement direct ou une mise à disposition de personnel : il n’est pas rare en France par exemple, qu’un agrégé ou un ingénieur CNRS soit détaché pour effectuer le secrétariat de rédaction d’une revue. Enfin, comme toute revue universitaire, le modèle économique de Tracés demeure fondé sur une importante subvention indirecte : ni les auteurs, ni les rapporteurs du comité de lecture, ni les membres du comité de rédaction (incluant le secrétariat de rédaction) ne sont rémunérés par Tracés. Cela ne veut pas dire évidemment qu’ils sont bénévoles, au sens strict du terme, puisque leur rémunération en tant que chercheur inclut de manière plus ou moins explicite le temps passé à écrire, publier, critiquer, éditer. »

Avec un tel modèle économique, les revenus venant de Cairn sont jugés indispensables, semble-t-il, pour maintenir l’édition papier. Pour pouvoir subsister indépendamment de Cairn, la revue estime à 15 000 € par an la subvention qui lui serait nécessaire.

Ce texte et la situation actuelle qu’il tente de refléter incite à regarder plus précisément combien coute une revue [2]. C’est ce que nous voudrions faire en prenant trois exemples : celui de la Revue française de sociologie (Cairn) qui donne un compte-rendu annuel de son activité (2006 dans 2007, 48-3 [3] ; 2007 dans 2008, 49-3 ; 2008 dans 2009, 50-3 ; 2009 dans 2010, 51-4 ; 2010 dans 2011,52-4 et 2011 dans 2012, 53-3) et deux revues diffusées par Revues.org dont les auteurs du présent billet s’occupent à divers titres : Socio-logos et Temporalités.

Notre propos est de faire une estimation du cout d’une revue sous forme d’une fourchette entre un minimum et un maximum tant il est difficile d’estimer le temps passé pour éditer un article.

Suivant la pratique habituelle des revues de sciences humaines en France, on considérera que le travail fait par les auteurs, les lecteurs du comité de rédaction, les lecteurs extérieurs fait partie de leur activité normale de recherche et ne sont pas à imputer dans le cout d’un article. On ne prendra donc en compte que les couts suivants :

  • le travail d’un responsable éditorial type ingénieur de recherche CNRS payé 36 000 € par an.
  • le travail d’un secrétaire de rédaction type ingénieur d’études CNRS payé 25 000 € par an [4].

Dans les deux cas on tiendra compte des charges sociales et on convertira en cout horaire. L’estimation se fera en tenant compte du temps passé pour le premier tri des articles reçus, le choix des experts, la correspondance afférente, l’édition des textes (en ligne et/ou sur papier), les contacts avec les auteurs pour mise au point. De même pour les recensions de livres.

  • dans le cas d’une édition papier les frais d’impression de routage et d’expédition.
  • les frais généraux de secrétariat.

On a pris en compte les frais de réunion du comité éditorial mais ils sont très variables et dépendent de chaque cas particulier : contacts habituels en ligne, réunions à l’occasion d’autres manifestations, voyages pris en compte par les laboratoires comme faisant partie du travail habituel du chercheur. La modélisation proposée fait des estimations entre minimum nul et un maximum dépendant du nombre de réunions annuelles et des indications sur le nombre de membres n’étant pas à Paris.

On trouvera dans le document pdf ci-dessous le détail des estimations et une feuille Excel qui permettra à toutes les revues qui veulent participer à l’estimation de faire leur propre calcul et d’en voir le détail.

Au final on a les résultats suivants pour les trois revues envisagées : (voir le Post Scriptum pour les modifs)

Revue Cout minimal par article Cout maximal par article
Rev. Fr. de Soc. 1135    1232 2076   2367
Socio-logos 238      244 741     759
Temporalités 388      391 1184   1194

Les fourchettes sont d’une ampleur de 2 à 3 mais les ordres de grandeur sont du même ordre.

À titre de comparaison, Bernard Pochet (Université de Liège) dans la liste « accès ouvert » arrive aux conclusions suivantes pour une revue internationale (31/01/13).

Pour répondre à la question du coût, pour une revue de niveau international, modeste mais néanmoins reprise dans le JCR (c’est pas obligé mais c’est bien quand-même), il faut regarder les dépenses indispensables (je parle de : http://www.pressesagro.be/base/)

– un mi-temps (bac +3) pour le secrétariat (réception des articles, courrier aux auteurs et aux lecteurs…)

– un mi-temps (bac + 3) pour la mise en page (en pdf avec InDesign et en html avec Lodel)

c’est chez nous la même personne qui fait les deux – comptez 25 000 €

– un mi-temps (bac +5) pour le travail rédactionnel : première lecture avant transmission au comité de rédaction, recherche des reviewers, relecture après corrections et relecture avant publication (+ questions aux auteurs, biblio…) – comptez 18 000 €

– quelques frais (téléphone cartouches…) – comptez 2 000 €

– les frais d’impression sont couverts par les abonnements, les frais d’expédition sont de ± 4 000 € par an… ces postes pourraient être supprimés avec une diffusion uniquement électronique… on y songe, je ne les compte pas.

le rédac chef, le secrétaire du comité de rédaction, les membres du comité de rédaction, les reviewers, le président du comité scientifique, les membres du comité scientifique… ne sont pas payés

On a donc 25 + 18 + 2 = 45 000 € pour travailler correctement. Somme à diviser par le nombre d’articles publiés (60) chaque année = on est quand-même à un coût vérité de 750 € par article. Loin des 3 000 de nos amis les requins (qui doivent aussi rémunérer leurs pauvres actionnaires, ce n’est pas la crise pour tout le monde) [5] mais ce n’est pas négligeable. Les couts peuvent difficilement être compressés sans réduire la qualité. Il y a les subventions qui les réduisent mais on peut aussi publier plus (mais il n’y a que 24 heures dans une journée) et, publier plus, c’est aussi plus de travail… enfin, voilà l’équation telle que je la vois.

Cette estimation de 750 € est pratiquement à l’intérieur de la fourchette des estimations précédentes.

Toutes ces estimations envisagent le cout réel (hors locaux cependant) mais non le cout affiché car les personnels sont soit bénévoles soit rémunérés par le secteur public. Si on exclut les couts de personnels, il ne reste que les couts liés à l’éventuelle impression, l’envoi de la version papier et les réunions des comités de rédaction, estimés à 15 000 € pour la RFS, somme qui correspond d’ailleurs à la subvention que demande Tracés pour subsister [6].

Perspectives

Dans son appel Cairn lie le sort des revues scientifiques à celui des revues de débat alors que leurs situations sont très différentes : les couts en personnel sont pris en charge dans la plupart des revues scientifiques alors que ce n’est évidemment pas le cas pour une revue comme Esprit par exemple [7]. Mais prétendre que ces revues sont concernées par la recommandation européenne sous prétexte que leurs auteurs peuvent être rémunérés sur fonds publics est ne pas distinguer l’activité du chercheur qui peut écrire des articles autres que scientifiques, mais rigoureux cependant, dans des revues de débat.

Comme le déclare Bernard Pochet, nos couts sont très éloignés de ceux qu’il appelle ceux des « requins » : on notera que l’abandon de la publication papier qui va en se généralisant sous la pression des bibliothèques, elles-mêmes soumises à des budgets de plus en plus serrés d’un côté et des couts d’abonnements de plus en plus prohibitifs de l’autre, pourrait réduire quelque peu la facture. Mais abandon du papier signifie-t-il obligatoirement diminution du cout ? Rien de moins sûr ! [8]

Toujours est-il que l’on peut raisonnablement soutenir que l’appel à l’open access de la commission européenne peut être pris en compte par les revues scientifiques et ce d’autant plus facilement qu’elles renonceront au modèle actuel de leur financement papier (cela est patent dans le cas de Tracés). La piste du Print on demand (POD) et de l’édition nativement multisupport est assurément prometteuse. Dans le cas de revues papier (traditionnellement imprimées ou à la demande) la charge de l’impression pourrait être renvoyée au lecteur soucieux de l’objet papier sans générer de couts exhorbitants de stockage ou de diffusion. Dans l’état actuel des choses, le lecteur peut ne sélectionner que l’article qui lui semble indispensable et il est probable que le confort de la lecture à l’écran (encre électronique, formats détachables etc.) sera encore amélioré dans les années à venir.

Nous ne pouvons donc que réitérer l’invitation à ce que d’autres revues objectivent leur situation en remplissant la modélisation cout revues ci-dessous de manière à ce qu’émerge progressivement une carte fiable de la situation éditoriale scientifique en France [9]. Cela permettrait en outre, une fois la masse critique nécessaire atteinte, de faire également des comparaisons — européennes et même internationales — et de reposer par exemple à nouveaux frais – c’est le cas de le dire ! – la question des presses universitaires françaises, dont les missions, on s’en souvient peut-être, étaient assez proches des principes fondateurs de l’Open Access.

En s’intéressant aux couts de l’édition des revues scientifiques, on voit bien que d’autres questions, peut-être plus importantes encore, émergent. Les trois exemples ici rassemblés plaident certes pour la généralisation de l’accès ouvert dans une perspective financière. Mais on peut également entendre l’accès ouvert comme la rencontre des missions de diffusion de la recherche de l’édition publique et de la logique par définition ouverte du web. La décroissance des couts de l’édition scientifique devient alors également souhaitable du point de vue de la science elle-même (diffusion) comme du point de vue de son financement public, c’est-à-dire par le citoyen-contribuable.

Philippe Cibois, François Théron

PS du 27/06/13 : des hésitations sur le fait de savoir s’il faut prendre ou non les recensions pour le cout d’un article ont entrainé des incohérences qui sont levées dans les versions V2 des résultats (en PDF) et de la feuille de calcul. Dans cette nouvelle version, les recensions sont bien intégrées. Ceci entraine des modifications pour le cout par article qui sont reportées dans le texte.

XlsCoutRevueV2

PdfCoutTroisRevuesV2

[1] On se reportera également avec profit au Rapport final rendu à la commission européenne de janvier 2006 : Study on the economic and technical evolution of the scientific publication markets in Europe. Et très récemment, en date du 13 juin 2013, à la déclaration des « Science Ministers » du G8 allant dans le sens d’une politique globale en faveur du libre accès aux résultats de la recherche (littérature et données).

[2] On applique dans ce billet, on l’aura remarqué, les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ici cela concerne l’absence de l’accent circonflexe sur le u de cout, le i de entrainer etc.

[3] Ce compte rendu, situé en début de volume hors pagination, ne se retrouve pas dans la version consultable sur Cairn.

[4] Ce sont ces deux postes de dépense qui sont appelés « secrétariat de rédaction » dans la RFS. Voir http://www.rfs-revue.com/spip.php%3Frubrique2&lang=fr.html et le compte rendu d’activité 2006, dans RFS, 2007, 48-3.

[5] Bernard Pochet fait sans doute allusion ici au CA de 5MM€ d’Elsevier en 2011, pour un bénéfice de 1,6MM€. À noter que le top ten mondial comprend 6 éditeurs européens (Pearson, UK ; Elsevier, NL, UK ; Wolters Kluwer, NL, Bertelsman, D ; Hachette, F.) Voir aussi pour l’édition française : http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Edition/203Concentration.htm  Et un autre exemple récent dans la presse : http://www.actualitte.com/usages/la-publication-numerique-libre-defi-des-universites-americaines-41529.htm

[6] Dans le cas de Temporalités, les couts de « réunion » sont pris en charge par le réseau des laboratoires partenaires de la revue, fédérés en association (l’Association pour le Développement de la Revue Temporalités – ADRT). Chaque laboratoire finance ainsi et les couts de fonctionnement régulier de l’association éditrice du titre et les voyages de ses membres représentés au comité de rédaction et au comité scientifique.

[7] Dans le cas de la RFS, les couts en personnels sont pris en charge par le CNRS. Dans le cas de Temporalités, par l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et le laboratoire Printemps, qui hébergent le siège de la rédaction de la revue et financent son secrétariat via un poste d’ingénieur d’études titulaire.

[8] À moins bien évidemment de tenir que cout de revient et cout d’abonnement entretiennent un rapport de grandeur fixe. À la question des couts s’ajoute également la question de la valeur. Voir Open access: The true cost of science publishing, Cheap open-access journals raise questions about the value publishers add for their money. Richard Van Noorden, 27 March 2013. Quoique très centré sur l’Open access « gold », cet article et le dossier de Nature dans lequel il s’insère est une source passionnante sur les problématiques Open Access dans le monde anglo-saxon et les disciplines non SHS.

[9] Nous souscrivons ici à ce qu’écrivait Stéphane Le lay, secrétaire de rédaction de la RFS, le 25 mars 2013 dans la revue Mouvements sur le même sujet (« Les évolutions actuelles dans l’édition scientifique. Éléments de contexte et questions sans réponses ») : « Pour être crédibles, les différentes parties prenantes doivent mettre sur la table tous les éléments d’information nécessaires à la compréhension des dynamiques du secteur. Pas de doute que les acteurs privés (associations détenants des revues, maisons d’édition, etc.), parfois prompts à revendiquer l’usage de la compatibilité analytique dans l’évalution des dépenses publiques, sauront faire preuve de bonne volonté en la matière. Sauf à courir le risque d’alimenter le soupçon concernant les motivations réelles qui les animent dans les débats actuels ».

D’un congrès à l’autre (2) : la cuisine d’une recherche, de l’idée aux ingrédients

Jérôme Pélisse, Printemps
Jérôme Pélisse, Printemps

Rester dans la « cuisine » de cette recherche (dont les premiers moments ont été exposés dans un précédent billet) implique de préciser les ingrédients : il a ainsi fallu travailler en équipe, gérer la relation avec un commanditaire inhabituel (j’avais déjà l’expérience de contrats de recherche mais uniquement avec des organismes publics) et construire un véritable objet de recherche, au-delà de la proposition initiale visant à renseigner qui étaient les participants au congrès de Reims.

Faire de la recherche en équipe

L’acceptation de principe des dirigeants de la confédération, dès la première réunion, et la facilité avec laquelle ils acceptèrent le projet, qui se manifesta notamment par la non-discussion du montant financier proposé pour mener l’étude (ayant eu l’expérience de contrats avec le Ministère du travail ou l’ANPE, j’avais pourtant prévu un budget plutôt large, pensant qu’il serait revu à la baisse…), m’incitèrent à véritablement étoffer l’équipe. Les deux collègues contactés nous ont alors rejoints, trouvant un intérêt scientifique et méthodologique à l’étude[1], mais aussi enthousiastes à l’idée de travailler dans un collectif soucieux de mettre à distance toute forme de préséance ou de hiérarchie liée au statut ou à l’expérience. C’est donc à quatre que nous nous rendîmes au 34e congrès de la CFE-CGC à Reims en février 2010, puis que nous menâmes l’étude. Celle-ci fut réellement collective et l’une des conditions de réussite de ce travail collectif fut, sans doute, le fait que la recherche n’était à la fois ni centrale pour l’un de nous, ni trop périphérique pour que l’un ou l’autre travaille moins que le reste du groupe. Ainsi, plusieurs entretiens ou observations furent menés à deux (les paires n’étant pas toujours les mêmes) ; une dizaine de réunions de travail en 2010 nous permirent d’échanger sur nos terrains, d’exploiter collectivement les données quantitatives, d’ajuster nos questionnements ; l’installation d’un dossier informatique partagé permit de collectiviser nos découvertes bibliographiques, les entretiens ou notes d’observation retranscrits, puis de rédiger à huit mains les documents intermédiaires et le rapport final remis au commanditaire finalement plus de 18 mois (et pas un an) plus tard. C’est aussi que nous avions plaisir à travailler ensemble, à nous retrouver et à apprendre des manières de faire de la recherche des uns et des autres. Cette forme d’émulation collective repose d’ailleurs fondamentalement sur le partage d’une conscience professionnelle et d’une définition du métier de chercheur (dont les impératifs en termes de calendrier), lié, sans doute, à une socialisation professionnelle commune. A l’exception du collègue chargé d’étude (mais avec qui j’avais déjà travaillé), nous avons en effet tous trois été scolarisés dans le même département de sciences sociales à l’École normale supérieure de Cachan, même si nous ne l’étions pas les mêmes années.

Elodie Béthoux, ENS Cachan
Elodie Béthoux, ENS Cachan 

Établir une relation avec un commanditaire

L’absence de hiérarchie pratique n’a pas empêché des prises de rôle différentes. Contacté par la confédération et à l’initiative de la proposition de recherche, je me suis chargé du suivi de la convention et de ses aspects financiers et administratifs et j’ai assuré une « forme de direction » de l’étude, aux yeux du commanditaire notamment. J’en ai donc été l’interlocuteur principal, même si nous avons tous participé à plusieurs réunions, en amont du congrès puis pour faire le point, solliciter la confédération pour nous aider à ouvrir un terrain ou rendre compte de nos avancées et difficultés. Contrairement à ce à quoi je m’étais préparé, ces réunions n’ont pas été très différentes de celles que j’avais pu avoir avec des commanditaires publics. Notre légitimité scientifique a fondé un respect qui s’est apparenté à une totale liberté dans nos choix – car il nous a fallu faire des choix : élaborer un questionnaire (et aborder par là des rapports aux valeurs ou à la politique) puis décider d’enquêter dans telle ou telle fédération, union régionale ou départementale. Si nous n’avons, bien entendu, jamais communiqué les noms des militants que nous avons rencontrés en entretien, nous avons demandé au commanditaire de réagir à notre projet de questionnaire, d’où rien n’a été retiré mais où des ajouts nous ont été demandés, parfois sans grande illusion de notre part sur la portée ou l’intérêt de telle ou telle question[2]. Nos demandes d’aide pour nous rendre sur tel ou tel terrain (en nous communiquant les noms des responsables et un moyen de les contacter facilement) n’ont également posé aucune difficulté. Et si, au milieu de l’étude, il nous a bien été suggéré de nous rendre dans telle fédération, au motif  que « ce serait intéressant », cela rencontrait alors nos propres souhaits de rencontrer ces responsables, dans l’objectif de faire varier les univers professionnels (privé et public, industriel et de service, où la CFE-CGC était bien implantée ou au contraire beaucoup moins, etc.). Au final, et contrairement à ce que nous pouvions craindre – à savoir une forme d’instrumentalisation de notre étude –, nous avons bénéficié d’une totale autonomie, laquelle s’est confirmée encore lorsque nous avons sollicité et obtenu très facilement un délai supplémentaire, à la fois parce que nous étions pris par l’enquête (et que nous avions réalisé environ le double d’entretiens prévus initialement) mais aussi parce que, travaillant sur d’autres recherches en même temps, nous n’y consacrions pas la durée continue et nécessaire pour la finaliser dans les temps.

Arnaud Mias, Université de Rouen
Arnaud Mias, Université de Rouen 

Construire un objet d’étude

De ces différents ingrédients (une équipe, un commanditaire, un budget, du temps, etc.), il manque le principal pour lancer la recette : un objet de recherche. L’idée initiale était en effet fort vague même s’il s’agissait d’une première pierre importante : proposer une sociographie des militants participants au congrès de Reims (un millier était annoncé par le commanditaire), pour décrire qui ils étaient, quelles opinions ils avaient du syndicalisme, de leur organisation, de leur rôle et fonction dans le système des relations professionnelles français. La démarche sociographique, considérée souvent comme peu intéressante car avant tout descriptive, donnant peu matières à théorisations, constitue en effet souvent la première brique de toute recherche comme je l’avais déjà expérimenté dans une recherche précédente[3]. Construire un objet de recherche nécessite cependant bien d’aller au-delà de cette seule visée sociographique, y compris auprès d’un commanditaire manifestement intéressé d’abord et avant tout par ces informations ; bref, il s’agissait de faire de la sociologie. De ce point de vue, nous avons construit l’objet en nous appuyant sur trois constats :

–          Le premier s’appuie sur l’absence de données et d’études sur la CFE-CGC, malgré l’existence du GDR Cadres  (http://gdr-cadres.cnrs.fr/) et de recherches sur l’engagement syndical des cadres[4], et alors même que des études sociographiques[5] sur les militants des organisations syndicales connaissent un certain renouveau (thèse sur FO soutenue en 2008[6], ouvrage sur la CGT en 2009[7], études alors en cours sur/pour Solidaires[8] et la CFDT[9]). Cette absence constituait aussi une piste intéressante, ouvrant une sous-question sur ses raisons et sur les relations qu’entretenait cette organisation avec les intellectuels et le milieu académique : elle a nourri une analyse réflexive de nos rapports avec ce commanditaire, nous amenant par exemple à prendre nos réunions elles-mêmes pour objet d’étude.

–          En deuxième lieu, les sociologues ont largement mis en évidence, depuis une quinzaine d’années, les profondes transformations du groupe des cadres et de l’encadrement, population que syndique la CFE-CGC et qu’elle prétend représenter : hétérogénéité croissante de ce groupe, nouvelles formes d’organisation et transformations des conditions de travail (montée du stress, organisation du temps de travail, développement de formes individualisées de rémunération, etc.), problématique de la fin d’une figure ou même d’une catégorie, via les thématiques de son éclatement, de sa moyennisation ou de son incorporation à une vaste identité salariée où l’identité cadre serait banalisée, etc.[10] Étudier les responsables et les structures de l’organisation syndicale catégorielle qui tentent de les représenter permettait simultanément de bénéficier de ses travaux et de les compléter, en développant un point de vue encore non adopté par les chercheurs. La question ici était celle de la singularité (ou non) de cette organisation, des formes d’engagement qu’elle suscite, des pratiques qu’elle encourage et qui s’y développe, de l’identité collective qu’elle offre et qu’elle constitue par ses prises de positions, les valeurs qu’elle défend, les accords qu’elle signe ou les conflits qu’elle mène (ou ne mène pas).

G.D.
Guillaume Desage

–          Enfin, un troisième constat s’appuyait sur le contexte institutionnel en pleine évolution que connaissait le syndicalisme français depuis la signature d’un accord (en janvier 2008) puis l’adoption d’une loi sur la représentativité syndicale (en août 2008). Les règles du jeu venaient en effet de changer deux ans avant notre étude, la loi s’appliquant progressivement et devant aboutir à une première étape en mars 2013, ce qui rendait d’autant plus intéressant d’étudier l’organisation maintenant (i. e. en 2010), à la fois pour ses dirigeants et pour les chercheurs. L’incertitude était grande en effet quant aux effets de cette loi pour plusieurs organisations, dont la CFE-CGC, et ce y compris en termes de survie à moyen terme. Car si la CFE-CGC avait obtenu en 2008 une exception catégorielle qui lui garantissait d’être toujours considérée comme représentative (la « représentativité » lui permettant alors de pouvoir signer des accords et d’avoir des moyens en heures de délégation syndicale notamment), cette exception était attaquée par d’autres organisations syndicales[11] et la plaçait dans une situation qui faisait de la référence à la seule catégorie cadre et encadrement, « un parapluie susceptible de devenir guillotine »[12]. Bref, les transformations du contexte institutionnel rendaient particulièrement intéressant d’étudier non seulement qui étaient les responsables de cette organisation soumise à une forte incertitude sur son avenir, mais aussi quelles étaient leurs opinions et leurs options stratégiques dans ce contexte, vis-à-vis des autres syndicats, des cadres et des salariés qu’ils imaginaient pouvoir enrôler pour développer (ou contribuer à la survie de) leur organisation.

Sans développer davantage un objet dont de multiples fils pouvaient ensuite être tirés, non sans résonance avec les travaux menés au Laboratoire Printemps par d’autres chercheurs (sociologie des organisations et des relations professionnelles ; des carrières, de l’engagement et du travail militant ; d’un groupe social et de ses catégorisations, représentations, transformations ; etc.), on découvre là ce qui a guidé la construction du questionnaire et les choix que nous avons opérés ensuite pour rencontrer tel militant ou telle organisation, munis des premiers résultats tirés de nos observations et des réponses que plus de 300 militants (sur environ 450 présents) avaient formulé dans notre questionnaire distribué lors du congrès.

 Jérôme Pélisse

 


[1] Notamment le fait d’articuler données quantitatives et entretiens biographiques, voire observations, lors du congrès ou de réunions et le fait de travailler sur une organisation très peu étudiée. Ces deux collègues étaient membres de l’IDHE, comme moi à l’époque, même si, trois mois plus tard, obtenant une mutation, je le quittais pour intégrer le Laboratoire Printemps.

[2] Par exemple dans la question 50 (voir le questionnaire à la fin du billet) sur les deux raisons principales justifiant la signification « tout à fait » « plutôt », « pas vraiment » ou « pas du tout » du statut « cadre » pour les répondants (par exemple : « c’est la condition pour avoir un meilleur salaire » ou « c’est l’assurance d’avoir une meilleure retraite complémentaire » ou, à l’inverse « on peut être dans une entreprise internationale et ce statut peut ne pas avoir de sens pour des collègues étrangers »). Non seulement en effet, les modalités étaient beaucoup trop précises à notre goût – impliquant une forte chance d’imposition de sens quant à ce que signifiait le statut cadre pour les répondants -, mais leur nombre élevé (7 modalités par sous-question) et la diversité des significations auxquelles elles renvoyaient, rendaient forcément leur agrégation problématique, et le traitement statistique de la question très probablement décevant. Il était cependant intéressant de relever les manières dont nos interlocuteurs intervenaient sur le questionnaire et, tout questionnaire résultant d’un compromis, nous avons laissé cette question… sans l’exploiter in fine, même en simple tri à plat. Plus généralement, nous cherchions à caractériser des pratiques et pas seulement à recueillir des opinions, comme le souhaitaient prioritairement les responsables de la confédération.

[3] J’ai en effet procédé de la même manière à propos des experts judiciaires dans le cadre d’une étude menée pour la Mission de recherche droit et justice entre 2008 et 2010 (étude sociographique par questionnaire pour connaître une population, puis entretiens et analyses d’une activité, de ses contraintes institutionnelles et, en l’occurrence, de sa professionnalisation problématique). Voir J. Pélisse (dir.), C. Protais, K. Larchet et E. Charrier, Des chiffres, des maux et des lettres. Une sociologie de l’expertise de justice, Coll. Recherche, Armand Colin, 2012.

[4] Voir notamment S. Pochic et C. Guillaume, « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l’exemple de la CFDT », Revue Française de Science Politique, vol. 59, n°3, 2009 ; M. Bensoussan, L’engagement des cadres, L’Harmattan, 2010 ou C. Delmas, « Un usage militant de l’expertise. Les organisations de cadres face à la souffrance au travail», in Yann Bérard, Renaud Crespin, Aux frontières de l’expertise. Dialogues entre savoirs et pouvoirs, Presses universitaires de Rennes, 2010.

[5] Certaines d’entre elles reposent d’ailleurs sur une méthodologie similaire (distribution de questionnaires lors de congrès syndicaux) et constituent des points de comparaison possibles.

[6] K. Yon, Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », thèse de sciences politiques, Université Paris 1, novembre 2008.

[7] F. Piotet (dir.), La CGT et la recomposition syndicale, PUF, 2009.

[8] S. Béroud, JM Denis, G. Desage, M. Thibaut, L’Union syndicale Solidaires. Une organisation au miroir de ses militants : profils, pratiques, valeurs, rapport de recherche Triangle-Solidaire, février 2011.

[9] M. Barthélemy, C. Dargent, G. Groux, H. Rey, Le réformisme assumée de la CFDT, Presses de Science Po, 2012.

[10] Voir notamment P. Bouffartigue, Les cadres. La fin d’une figure sociale, La Dispute, 2001 ; P. Bouffartigue  (dir.), Cadres : la grande rupture, La Découverte, 2001 et, dix ans plus tard, C. Gadéa, P. Bouffartigue, S. Pochic, Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? Armand Colin, 2011.

[11] Et notamment FO et la CFTC, deux autres syndicats susceptibles de perdre leur représentativité (et donc à termes de disparaître). Un premier jugement défavorable pour la CFE-CGC avait ainsi été rendu à Brest en 2009, qui, bien qu’invalidé en appel, montrait une possibilité juridique sérieuse que soit remise en cause l’exception catégorielle dont bénéficiait seule la CFE-CGC.

[12] Petite auto-citation d’une formule trouvée pour un article que nous avons écrit à l’issue de cette recherche, voir « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles », Travail et Emploi n°128, 2012.