Archives de catégorie : Annonces

Programme du séminaire de Sociologie des Sciences, 2015-2016

Co-organisé par Marc Joly, Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, chercheurs au laboratoire Printemps, l’objectif de ce séminaire est de présenter et discuter divers aspects de l’actualité de la recherche en sociologie des sciences (de toutes les sciences et techniques).

Séance 1, 20 novembre (14-16h)
Julie Patarin Jossec (Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux), « Sociologie des sciences en microgravité : premiers retours de terrain »
Xilin Huang (CERLIS, Université Paris-Descartes), « La diplomatie scientifique France-Chine : entre accomplissement scientifique, développement technologique et enjeu diplomatique ».

Séance 2, 19/2 (14-16h)
Guillaume Carnino (COSTECH, Université de Technologie de Compiègne) « De la philosophie naturelle à la science pure : généalogie d’une mythologie » (autour de son livre L’Invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Seuil, 2015).
Discutant : Marc Joly (Printemps/CNRS)

9782021111477

Séance 3, 11 mars (14-16h)
Yann Renisio (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-ENS-EHESS), « L’espace des disciplines dans la France contemporaine : contribution empirique aux débats sur la spécificité des sciences sociales ».
Émilien Schultz (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), « L’économie de la recherche sur projet en France. L’ANR dix ans après ».

Séance 4, 15 avril (14-16h)
Antoine Roger (Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux), « La concordance des champs. Sciences et agriculture en Roumanie ».
Discutant : Jérôme Lamy (Printemps).

Séance 5, 13 mai (11-13h)
Johan Heilbron (Centre de Sociologie Européenne, CESSP-CSE, CNRS), « Comment écrire l’histoire de la sociologie en France ? » (autour de son livre French Sociology, Ithaca, Cornell University Press, 2015).
Discutant : Étienne Ollion (Sage/CNRS).

80140100150740L

Informations pratiques : printemps.uvsq.fr.
Lieu : Laboratoire Printemps, CNRS-UVSQ, 47 boulevard Vauban (Bât. Vauban, 6e étage, salle 604), 78280 Guyancourt.
Contacts : Marc Joly (CNRS), marc.joly@uvsq.fr, Morgan Jouvenet (CNRS), morgan.jouvenet@uvsq.fr, Arnaud Saint-Martin (CNRS), arnaud.saint-martin@uvsq.fr.

Image en bandeau : tableau noir à l’université de Californie, à Berkeley, annonçant qu’Ernest Lawrence vient de recevoir le prix Nobel de physique (1939). Crédits : Atomic Heritage Foundation.

Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Saclay, c'est ça... ©Synchrotron Soleil
Saclay, c’est ça… ©Synchrotron Soleil

 

Il faut être allé un jour à Saclay pour comprendre le problème. Saclay, c’est un vaste plateau au sud-ouest de Paris. Quelques petites routes départementales, des champs, un arrêt de bus par-ci par-là, des airs de fin fond de nulle part. C’est pourtant là que se déroule 15 % de la recherche scientifique française, au Commissariat à l’énergie atomique, autour du gigantesque Synchrotron, dans des laboratoires de pointe rassemblant des chercheurs du CNRS, de l’Inra, de l’université Paris-Sud et de celle de Versailles Saint-Quentin, toutes proches. Il y a aussi les campus de HEC, de Polytechnique, Bouygues et Renault à Guyancourt tout près, Thalès, Danone, EDF et j’oublie bien du monde.

On est à 19 kilomètres de Paris. Pourtant, se rendre là-bas en voiture aux heures de pointe ou en transports en commun est un parcours du combattant qui pourrait faire préférer d’aller à Mirandol en trottinette : RER B et une demi-heure de quelques vagues autobus qui passent d’une heure sur l’autre, de la varape sur des bas-côtés routiers frôlés par les poids lourds… Le bout du monde, on vous dit.

... mais c'est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.
… mais c’est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.

Tout ce dynamisme économique et scientifique a donc un sacré besoin d’organisation et d’infrastructures. La bonne nouvelle, c’est que c’est en route. La mauvaise, c’est que ça va être compliqué. Deux grandes structures se mettent en place pour rassembler tout ça : la Fondation de coopération scientifique, destinée à devenir la future université Paris-Saclay et l’Etablissement public Paris-Saclay, chargé de superviser la construction des infrastructures, des logements, des routes, de la future ligne 18 du métro, un projet pharaonique à trois milliards d’euros, que Pierre Veltz a eu la grande obligeance de venir jusqu’à Mirandol pour nous présenter. Continuer la lecture de Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Mirandol (4/5) : de l’intérêt du satellite pour la cueillette des champignons

Zoom arrière, et pas des moindres. On quitte le niveau microscopique des connexions neuronales du Human Brain Project pour se placer à celui d’un cerveau entier, puis à l’ensemble des cerveaux en ébullition dans le salon de Mirandol, avant de continuer de monter au-dessus du château, au-dessus de la région entière, de la France bientôt qui ne devient qu’un caillou parmi les autres avant de voir la Terre dans son ensemble. A 800 km d’altitude, orbitent les satellites utilisés pour le Programme d’observation de la Terre Copernicus, autrefois connu sous le nom du GMES (Global Monitoring for Environment and Security).

Copernicus, dès l’introduction de son site Internet, se présente comme une combinaison de moyens d’observation, satellites mais aussi au sol, qui permettront de construire une connaissance très précise des évolutions de notre environnement. Ce service entre en phase opérationnelle avec un budget global de 3,8 milliards d’euros jusqu’en 2020, ce qui fait passer le Human Brain Project pour une élégante broutille.

« Mirandol était déjà un poste d’observation. Prendre de la hauteur, c’est une idée vieille comme l’humanité » remarque Philippe Escudier, ingénieur au Centre national d’études spatiales, qui a bien voulu présenter Copernicus, auquel le CNES participe, à l’implacable jury de Mirandol et en profiter pour prendre le temps de discuter le projet et le mettre en perspective. Il revient sur l’histoire de l’observation en altitude, depuis la montgolfière à l’invention de la photo, vue d’avion, vue de satellites… dont il fallait aller récupérer les pellicules ! « L’originalité du satellite, ce n’est pas la photo, c’est le changement de point de vue. » On capte les rayonnements, la gravité, les signaux magnétiques… Et surtout la fragilité de notre petite planète.

Si l’image ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Mais il n’y a rien de bien neuf à cela, pas depuis Spoutnik en 1957. L’innovation majeure de Copernicus n’est pas de réinventer un nouveau satellite ultraperformant, mais de combiner toutes les informations issues de satellites existants avec de nombreuses mesures in situ. Comme le Human Brain Project, on ne crée pas tant de nouveaux éléments de connaissances qu’on les assemble et les intègre afin d’obtenir des informations les plus complètes possibles : sur les sols, la nature des forêts… « Ca peut nous dire où aller cueillir des champignons ? » s’interroge un sociologue qui a déjà faim. Pourquoi pas, répond un ingénieur surpris, avant de poursuivre sur la structuration des systèmes météorologiques qui vont gagner en stabilité, en précision et en durabilité.

Big, big data. Tout cela fait un sacré paquet de données. 50 téraoctets par jour, pour être précis, soit cinq fois la quantité de données chargées sur Facebook. L’autre grande innovation de ce projet est l’accès libre et gratuit des utilisateurs à ces données. Copernicus a donc deux grands volets : des services de base d’intérêt public, financés par des fonds européens, seront à la disposition de tous. Ensuite, aux sociétés d’investir si elles le souhaitent pour créer des services dérivés finalisés… Un système d’observation spécifique des champignons du Périgord, si la clientèle existe, suggère Philippe avec un regard en coin.

Mais Google est arrivé et a proposé à l’Agence spatiale européenne de stocker ces quantités de données et de les gérer gratuitement. Des coûts réduits, une mise à disposition facilitée pour les utilisateurs, c’est tentant n’est-ce pas ? Oui, mais. Mais pourquoi l’Europe vient-elle de dépenser près de quatre milliards d’euros si c’est pour que les données se retrouvent sur des serveurs privés américains ? Mais la mise à disposition par Google revient-elle réellement à du libre accès, ou à une précieuse manne offerte à une entreprise ? « Cette offre a bouleversé tout l’écosystème et nous a obligés à changer de paradigme », poursuit Michel Delanoue, ingénieur au CNES, à la grande joie des sociologues qui adorent le mot paradigme.

IMG_0440

En effet, ces données ne sont pas un fardeau : elles sont une mine d’or et surtout, un outil de pouvoir au potentiel immense. Si les données d’observation, conçues pour améliorer les politiques environnementales, étaient utilisées à d’autres fins politiques, et pourquoi pas militaires ? On retrouve ici tout le débat de la libre information. Les données risquent-elles d’aider un pays à en envahir un autre ? Ou plutôt, suggère Philippe, de donner des informations objectives pour résoudre un conflit sur l’eau, par exemple, et ainsi mettre tout le monde d’accord ? Depuis le balcon, clope à la main, un observateur grommelle : « je ne sais pas ce que c’est, moi, des données objectives ».

La grande question est de définir l’utilisateur final de ces données. Quels sont les objectifs de Copernicus ? La gestion de l’eau ? Dans ce cas, partez des besoins pour construire votre offre, suggère Yannick Magnien, le génial (co-)inventeur de Gallica et Isidore. Sinon, Google s’occupera très bien de l’utilisateur final. » Il y a un utilisateur final très bien défini, répond Philippe, c’est le scientifique. C’est pour ça que vous n’avez pas fait un film super branché, demande Gérard Escher ? (dans une allusion souriante à notre épisode 3) Non, nous avons essayé de trouver l’équilibre entre les autres utilisateurs. Si on parle trop de l’utilité agricole de notre service, les marins risquent de se trouver mis à l’écart. Nos systèmes d’observations permettent des économies d’échelle qui rendent le service utile à tous.

Morgan Jouvenet, lui, voit dans Copernicus un objet d’étude passionnant pour le sociologue des sciences qu’il est : présenté par ses promoteurs comme un outil à la fois utile aux pouvoirs publics et à l’avancée des connaissances, Copernicus est l’incarnation massive du contrat « science-société » tel qu’il se peut s’élaborer aujourd’hui. Et surtout, poursuit Ivan Sainsaulieu, c’est un acteur de repositionnement institutionnel qui place l’Europe dans un rôle nouveau, à l’interface entre les connaissances, le service public et les entreprises. Elle est peut-être là, la très grande innovation de Copernicus.

Et vous savez le plus beau ? Il existe, le film super branché… Avec des levers de soleil, des fleurs et des poissons. Mais pas de champignons.

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : Qu’entendez-vous au juste par colbertisme high-tech ?

D’un congrès à l’autre (3) : comment se termine une recherche…

Après deux mois silencieux, voici la fin du billet promis, centré sur une autre dimension pratique et peu explicitée de l’activité de recherche en sociologie : la fin de la recherche, la clôture du terrain… toujours provisoire, en réalité. Quelques manuels formulent bien quelques conseils à ce sujet – bien moins qu’en matière de commencement d’une recherche néanmoins – et ce dernier billet ne vise pas tant à donner des conseils qu’à raconter et réfléchir sur comment se termine toujours provisoirement une recherche. Et si j’insiste autant sur cette dimension provisoire, c’est bien parce que, comme on le verra, à l’image du sparadrap collé à un doigt, on ne se débarrasse pas comme cela d’un sujet, d’un terrain, d’une question, surtout si la recherche a fait l’objet d’une publication.

Mais revenons à la CFE-CGC pour aborder, finalement, trois questions entremêlées mais que je vais distinguer : celle de la restitution de la recherche d’une part – surprenante dans notre cas, on va le voir – ; celle de l’instrumentalisation dont elle peut faire l’objet et du jeu qui peut s’instaurer entre les chercheurs et les commanditaires ou les sujets et personnes rencontrés sur le terrain d’enquête, ensuite ; celle de valorisation de la recherche enfin, et du souhait d’en diffuser les résultats, sinon d’en faire un objet de débat. Ces trois dimensions permettent en effet d’expliquer pourquoi, à mes yeux, la clôture est toujours provisoire et on ne termine jamais complètement une recherche.

Restituer la recherche : un horizon déçu

La restitution de notre recherche – indissociablement liée au fait qu’il s’agit d’une recherche sur contrat, avec un commanditaire qui finance et attend donc un retour – était prévue dès le départ et a toujours été l’esprit de ce que nous écrivions. Non pas que cet horizon ait limité l’écriture mais il s’agissait aussi, dans le rapport que nous avons remis, de développer des éléments qui allaient, selon nous, intéresser nos commanditaires. Cette préoccupation, présente dès la conception du questionnaire, a conduit par exemple à tout un développement sur les structures organisationnelles du syndicat et l’articulation entre niveaux territoriaux, professionnels, confédéraux. Nous n’aurions sans doute pas détaillé autant cette partie dans notre rapport si nous n’avions pas en tête que nous écrivions pour un commanditaire d’abord, des pairs ensuite, voire des militants syndicaux ou le grand public – car assez vite a émergé l’idée que nous pourrions faire de ce rapport un ouvrage. Cette dimension – anticiper pour qui on écrit – est en réalité toujours présente dans le travail de présentation d’une recherche. L’anticipation d’une restitution orale et écrite à un commanditaire rend plus saillante cette dimension, permettant peut-être paradoxalement davantage de réflexivité sur la manière dont on écrit, ce qu’on dit et ne dit pas dans un tel rapport. Nos réunions avec les commanditaires, qui ont constitué un matériau à part entière comme on l’a dit dans le billet précédent, n’ont ainsi pas été exploitées directement dans le rapport. Mais si nous avons fait attention à comment nous formulions les choses (et l’écriture à huit mains est ici précieuse), il ne me semble pas que nous nous soyons spécialement censurés, pas plus ni moins, en tout cas, que dans d’autres études que j’ai pu réaliser et qui impliquaient également des restitutions (auprès de la DARES ou de l’ANPE notamment).

Travail & Emploi, n° 128, 2011.
Travail & Emploi, n° 128, 2011.

Cette anticipation a, en outre, toutes les chances d’être déçue : les lecteurs du rapport ne relèvent pas forcément des choses, ou pas celles attendues par les auteurs. De manière générale, un grand respect pour les écrits du chercheur se manifeste : son extériorité face aux enjeux de l’organisation étudiée ou à la nature des interactions auxquelles il assiste, ou l’idée qu’il n’est là qu’un temps permettent sans doute d’accepter plus facilement d’entendre (ou de lire) certaines choses du côté des commanditaires. Dans le cas de la recherche sur la CFE-CGC, la réception a été une grande déception. Nous n’avons en effet eu aucun retour, ni écrit, ni oral sur notre rapport. Une restitution orale était pourtant bien prévue et qui plus est au comité confédéral (regroupant une soixantaine de membres, représentants les différentes fédérations professionnelles du syndicat) en juin 2012. Le rapport (sans doute plutôt son résumé) avait été envoyé à tous et nous étions attendus pour exposer en une vingtaine de minutes les principaux résultats de l’étude, une trentaine de minutes d’échanges étant prévues ensuite. Or cette réunion ne s’est pas déroulée comme l’avaient prévu ses organisateurs. Les membres du comité confédéral ont en effet bousculé l’ordre du jour, exigeant que soient traités et débattus d’autres points, remettant en cause certaines décisions prises par… nos commanditaires. Après 1 h 30 d’attente, notre interlocutrice, désolée, a convenu qu’elle ne réussirait pas nous « faire passer » avant un temps indéterminé mais potentiellement long ; nous sommes donc partis, pensant qu’une autre occasion, même en plus petit comité, se présenterait plus tard. Car jusqu’ici, et malgré l’envoi du rapport sept mois plus tôt, aucun retour ne nous avait été fait, interlocuteurs à la confédération compris. Et il n’en a rien été jusqu’au congrès de Saint-Malo en avril dernier, bien qu’un article dans une revue scientifique (mais qu’on imagine lue par un certain nombre de syndicalistes puisqu’il s’agit de la revue de la DARES, Travail et Emploi) soit sorti en juillet 2012, quelques jours après cette restitution ratée. Intitulé « La « drôle de crise » de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d’un syndicalisme catégoriel » l’article appelait a priori des réactions… qui ne sont jamais venues.

Les usages de la recherche

C’est donc un « non-usage » de notre étude, par ses propres commanditaires, que nous avons en quelque sorte constaté. Cette situation n’est pas si exceptionnelle : entre le moment où l’étude est commandée et celui où elle est remise, le contexte change souvent, rendant moins urgent, stratégique, pertinent, intéressant peut-être, ce que l’étude peut apprendre à son commanditaire. Combien de rapports finissent ainsi au fond des placards ? Dans notre cas, un autre facteur a indéniablement joué : les turbulences qui traversent alors la CFE-CGC sont importantes (notre étude montre une césure significative entre deux forces de taille à peu près égales), certaines décisions de la direction confédérale sont remises en cause et assez rapidement, lors de l’été 2012, se déclare un conflit ouvert et violent entre la numéro 2 (qui était l’une de nos interlocutrices privilégiées) et le président de la confédération. Ce conflit, dont l’un des premiers épisodes ouverts est sans doute cette réunion du comité confédéral de juin 2012, explique manifestement cette absence de retour de nos commanditaires, passés à d’autres dossiers plus urgents, ne retenant de notre rapport que quelques informations « chocs » présentées lors du rapport intermédiaire (comme les moyennes d’âge ou la proportion de femmes parmi les congressistes, ou encore l’objectivation d’une césure entre fédérations sur la question de l’attachement ou non au « catégoriel »)… qu’ils connaissaient déjà sans doute mais que notre étude permettait d’objectiver.

Mesures et démesures du travail, 2012.
Mesures et démesures du travail, 2012.

Cet échec/absence de retour a toutefois facilité la transformation du rapport en ouvrage. Recontactant un éditeur avec qui j’avais travaillé l’année précédente, nous proposons dès le printemps 2012 un synopsis et un projet d’ouvrage, rapidement accepté[1]. Publier un ouvrage tiré de ce rapport résultait d’une triple volonté : il s’agissait d’abord de valoriser cette recherche en n’en restant pas à un article ou à une communication dans un ou deux colloques (au congrès de l’AFS à Grenoble en juillet 2011 et aux Journées internationales de sociologie du travail à Bruxelles en janvier 2012, où nous avions présenté une réflexion sur les processus et les effets de la mesure de la représentativité pour ce syndicat[2]).

Nous étant plus investis que nous ne l’avions imaginé (plus d’entretiens, de temps et de pages que prévu), il nous paraissait possible – et sans trop de difficultés – de transformer le rapport en ouvrage. Deuxièmement, ayant confirmé l’absence d’ouvrages de référence sur cette organisation syndicale, nous pensions pouvoir, justement, écrire un tel ouvrage de référence, ce qui garantissait en quelque sorte un lectorat minimum, à la fois scientifique et militant. Enfin, sachant que le prochain congrès de la CFE-CGC aurait lieu en avril 2013 à Saint Malo,  publier cet ouvrage juste avant ce futur congrès était une occasion de mettre en débat nos hypothèses, de poursuivre la restitution imaginée et, au vu des événements, de finalement contourner cette restitution manquée. L’idée revenait en quelque sorte, inversant ce qu’il se passe d’habitude, à « forcer » les responsables et militants de ce syndicat à faire usage de cette recherche… En annonçant que l’équipe ou au moins deux de ses membres se rendrait au congrès de Saint Malo muni de l’ouvrage — si ce dernier était imprimé à temps —, il s’agissait enfin de convaincre l’éditeur qu’un lectorat potentiel existait et que l’ouvrage allait se vendre – une question aujourd’hui prégnante dans l’édition en sciences sociales.

Le temps de l’écriture était donc contraint par une date impérative. Ce stimulant a été puissant, en particulier pour Arnaud qui s’est plongé dans la littérature historique et a produit une contextualisation historique riche et indispensable de la CGC, largement absente dans le rapport. Et à nouveau, la cohésion de l’équipe a fait merveille pour que nous réécrivions en bonne part le rapport en tenant (cette fois) les délais ! Négociant une place sur le stand de l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), organisme de recherche « au service des organisations représentatives de travailleurs » présent à tous les congrès confédéraux des différentes organisations syndicales, je me rends ainsi au congrès de Saint-Malo avec Guillaume muni d’une trentaine d’exemplaires de l’ouvrage reçu une semaine avant, pour le diffuser et avoir, peut-être enfin, quelques retours sur notre recherche.

Valoriser et/ou instrumentaliser la recherche ? D’un congrès à l’autre…

Saint Malo : prêt et badgé.
Saint Malo : prêt et badgé.

La recherche s’est donc terminée par un événement similaire à celui qui l’a vu naître : un congrès confédéral. Nous ne sommes cependant pas invités au congrès, mais je m’y suis invité avec Guillaume.

Un coup de fil à l’un de nos interlocuteurs, même non contactés depuis neuf mois et qui a en charge l’organisation matérielle du congrès, puis le relais du responsable de l’IRES en charge de son stand sur le lieu et le temps du colloque nous ont permis d’avoir un badge pour participer au congrès.

Centré sur « l’innovation », le congrès s’organise de la même manière qu’à Reims (voir billet 1), l’animateur venant cette fois de la télévision plutôt que de la radio, la salle étant plus encore décorée par un jeu de lumières et le congrès s’ouvrant cette fois sur une « prouesse technologique ».

Une plénière bien animée.
Une plénière bien animée.

Cherchant à valoriser l’ouvrage mais aussi à en « forcer » l’usage, j’en ai envoyé quatre exemplaires aux membres de la confédération avec qui nous avons échangé pendant la recherche (dont la numéro 2, candidate en 2013 pour la présidence de la confédération). J’en ai aussi envoyé un exemplaire au toujours président, en conflit violent avec sa numéro 2… espérant et redoutant en même temps une possible instrumentalisation de l’ouvrage.

Car l’horizon du congrès se déroule dans un climat autrement plus conflictuel qu’en 2010. Surtout, ce conflit ne se réduit pas à celui de deux personnalités, comme la presse l’a souvent présenté depuis quelques mois. Pris de court par l’annonce de la candidature de sa numéro 2, Bernard Van Craeynest renonce à se représenter mais indique publiquement soutenir une candidature alternative, qu’il suscite donc en partie. Mais ce conflit dépasse une querelle de personnes : l’analyse des candidatures (elles se font par listes de trois personnes : président, secrétaire général, trésorier, puis un ensemble de candidatures de secrétaires confédéraux se présentent, soutenant et soutenu par telle ou telle liste) valide en effet notre constat et la thèse exposée dans l’ouvrage d’une profonde césure sectorielle de la confédération, entre des univers salariés où le terme, le statut, le sens de « cadre » et d’« encadrant » se différencient, sinon s’opposent de plus en plus. D’un côté, se présentent des candidats issus de la banque, des assurances, industries électriques et gazières, fonctions publiques, etc. et de l’autre des candidats quasi exclusivement issus de la métallurgie et de la chimie.

Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.
Centré sur l’innovation, le congrès s’ouvre par un film d’environ 4 minutes à voir en 3D (d’où les lunettes), censés évoquer cette thématique. On y voit en réalité uniquement des formes évoluant dans l’espace (en trois dimensions en effet), composant finalement, après moult mouvements, le sigle CFE-CGC.

Et alors que notre enquête met en évidence un attachement mesuré des premiers à la dimension catégorielle de la CFE-CGC, soulignant combien aujourd’hui les cadres et encadrants sont avant tout des salariés comme les autres (même s’ils peuvent rester un peu différents des autres) et optant pour une stratégie de constitution d’une « troisième force » réformiste, elle témoigne, pour les seconds, d’une conception du cadre et de l’encadrement qui les démarque fortement des autres salariés, et d’une stratégie qui vise d’abord et avant tout à préserver l’exception catégorielle dont jouit la CFE-CGC.

De l'innovation partout.
De l’innovation partout.

Les résultats du congrès, avec l’élection de l’ancienne numéro 2 avec 59 % des voix, consacre la victoire d’un camp sur l’autre : aucun métallurgiste ou chimiste ne fait partie de la nouvelle équipe (élargie et pas juste réduite aux trois dirigeants) et la nouvelle présidente, dans une interview donnée le soir même évoque bien « les salariés de l’encadrement et nos collègues des trois fonctions publiques »… et plus les seuls ni même les cadres.

Ce contexte explique donc le souhait et la crainte entremêlés d’être instrumentalisé par l’une ou l’autre partie – notre ouvrage s’intitulant : « Sociologie d’un syndicalisme catégoriel : la fin d’une exception ? ». Il s’agit bien d’un souhait car l’instrumentalisation est presque provoquée par l’envoi de l’ouvrage aux responsables « en guerre » ; et d’une crainte – mais elle est inhérente à toute diffusion et publication –, d’un usage non contrôlé ou partisan d’un ouvrage qui revendique une posture scientifique et neutre dans cet affrontement à la fois stratégique et identitaire.

Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.
Quelques militants s’arrêtent au stand, curieux de cet ouvrage inédit qui porte sur leur propre organisation, mais ne sont prononcées que des réactions amicales et bienveillantes qui portent sur la démarche, l’ouvrage n’ayant pas (encore) été lu ni même parcouru.

À nouveau, nous allons être surpris : car en effet, si, lors de la visite des stands, avant l’ouverture du congrès, nous croisons quelques visages connus – dont la candidate qui nous lâche ses constats quant au climat lourd qui entoure ce congrès et ses craintes concernant d’éventuels « dérapages », aucune réaction ne s’exprime à nouveau quant à notre ouvrage, aux constats et aux thèses qui y sont présentés et défendues.

La surprise vient après : pendant le discours d’ouverture du congrès par son président sur le départ, et dans une ambiance de défiance à son égard palpable dans la salle et les allées du congrès, Bernard Van Craeynest sort en effet un papier de sa poche au milieu de son discours et cite nos quatre noms, évoquant « une étude qui vient de sortir et qui s’intitule : sociologie d’un syndicalisme catégoriel, deux points, la fin d’une exception et c’est bien un point d’interrogation au bout, car ce sera cette question fondamentale, chers collègues, que vous aurez à résoudre dans les années qui viennent ! ». Et l’encore actuel président d’inciter les congressistes à aller lire « cette monographie sur notre propre organisation » et d’insister sur la nécessaire unité qui préside à sa destinée, avant d’aborder, dans une dernière partie de son discours, des sujets d’actualité où il fait résonner une voix revendicatrice plutôt inhabituelle dans sa bouche et dans l’enceinte d’un congrès de la CFE-CGC.

Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).
Lors de l’ouverture du congrès par Danielle Flécher (derrière), les deux « ennemis » côte à côté (de gauche à droite, Carole Couvert, secrétaire générale, Bernard Van Craynest, encore président de la CFE-CGC et Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national).

Enfin, nous tenons une réaction ! On ne pouvait rêver mieux ou presque comme publicité et nous filons à la pause au stand de l’IRES pour y évoquer l’ouvrage avec les militants, qui en ont maintenant entendu parler. Guillaume croise deux enquêtés et s’entretient avec eux et nous tentons d’expliquer, non sans mal, aux militants qu’ils ne peuvent acheter l’ouvrage en direct mais doivent remplir un bon de commande ou envoyer un chèque à l’éditeur.

 

 

 

 

 

Conclusion : une clôture provisoire ?

Le « succès » de notre présence à Saint-Malo – le fait qu’on parle de l’ouvrage, qu’il se diffuse auprès des militants – est cependant bien relatif. Sans grande surprise, le nombre d’ouvrages vendus (150 environ), deux mois après, n’atteste pas d’achats massifs par les 500 congressistes présents ni les milliers de militants de la CFE-CGC. Surtout, aucune réaction ne nous est parvenue depuis[3]. La mise en débat que nous proposions et incitions par nos constats concernant le clivage de l’organisation n’a pas vraiment pris, semble-t-il. Semble-t-il car, l’enquête étant close, nous n’avons plus de visibilité sur les usages éventuels de l’ouvrage, tant à la tête de l’organisation que dans les sections syndicales d’entreprise (ne serait-ce que dans celles qui ont participé à l’enquête).

La valorisation de la science en action.
La valorisation de la science en action.

La valorisation de la recherche et sa diffusion dans le milieu académique et dans celui, plus large, des observateurs des relations professionnelles et du syndicalisme, sont par contre plus réussies : au moment du congrès, nous sommes contactés pour en expliciter les enjeux et deux interviews paraissent dans l’Humanité Dimanche et sur le site économique de 20 minutes. Surtout, un journaliste du site spécialisé Miroir social me contacte lors et après le congrès pour faire une interview à propos du syndicalisme catégoriel et notamment de la CFE-CGC, donnant l’occasion d’une interview sur ce site, tandis que plusieurs chercheurs à qui nous avons envoyé l’ouvrage nous font des retours positifs. Nous présentons enfin, quelques semaines plus tard, certains résultats de cette recherche lors d’une journée d’étude organisée autour du syndicalisme catégoriel par le réseau thématique « sociologie des relations professionnelles » de l’AFS et le laboratoire PRINTEMPS.

Mais au-delà de ces questions de diffusion des résultats d’une étude et des discussions scientifiques qu’elle fait naître, c’est sur la dimension provisoire de la clôture de cette recherche – et sans doute de toute recherche – qu’on peut conclure. En effet, toutes ces occasions de diffusion et de valorisation (via notre présence sur un stand du congrès en avril, interviews ou communication) sont autant de moments où l’enquête peut se poursuivre : les réactions engendrées par l’ouvrage ou le fait d’en parler appartiennent à l’objet d’étude, autant que la manière dont se déroule le congrès de Saint-Malo ou ses résultats. Et il en est de même de la (non) réception du rapport initial ou de tous les usages dont ces productions scientifiques font l’objet par les acteurs. C’est pourquoi, en réalité, les fins de terrain ou de recherche sont toujours provisoires, comme j’ai pu le constater sur tous les autres terrains que j’ai analysés, de ma thèse (qui suscite encore, presque dix ans après, des invitations à parler du temps de travail) à toutes les autres recherches, ou presque, que j’ai pu mener, si, du moins, un travail de valorisation minimum était effectué. Mais c’est aussi l’attitude des chercheurs – en acceptant ou en refusant ces sollicitations, qu’elles viennent du monde académique ou d’ailleurs, si ces dernières portent bien sur l’objet de la recherche bien entendu – qui explique pourquoi (et comment) les recherches ne se terminent jamais vraiment…

 

 


[1] Il s’agit toutefois d’un second essai car nous avons contacté un autre éditeur dans un premier temps qui nous a également rapidement répondu… qu’une étude sur les syndicats, cela ne se vendait pas !

[2] Le thème du colloque portait en effet sur « Mesures et démesures du travail ». Cette communication a d’ailleurs été sélectionnée par les organisateurs des JIST pour figurer dans un ouvrage en publiant une partie des actes, voir « Quand mesurer la représentativité interroge les pratiques et les identités syndicales. Les militants de la CFE-CGC face à la loi du 20 août 2008 », in M. Alaluf, P. Desmarez, M. Stroobants, Mesures et démesures du travail, Coll. Sociologie et anthropologie, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 143-157.

[3] Quelques exemplaires de l’ouvrage ont été envoyés à des enquêtés, lorsque nous nous étions engagés à le faire. Aucun ne nous a fait de retour non plus, mais les militants ou responsables l’ont peut-être gardé pour leurs vacances d’été !

Appel à constituer un réseau international de recherche : Le secteur des transports ferroviaires dans la mondialisation

Gare du Nord, ©HTO3, Flickr
Gare du Nord, ©HTO3, Flickr

Le réseau FERINTER lance un appel à constituer un réseau international de recherche. Deux journées d’étude internationale « Le secteur des transports ferroviaires dans la mondialisation. Entre spécificités nationales et dynamiques transnationales » se dérouleront les 12 et 13 décembre 2013 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

L’objectif du réseau FERINTER, composé d’une dizaine de chercheurs en sciences sociales et soutenu par plusieurs laboratoires associés au CNRS, est d’encourager les échanges et le dialogue entre sociologues, politistes, historiens, économistes et autres chercheurs en sciences sociales qui, dans bien des pays, s’attachent à analyser les restructurations qui ont touché les « mondes » du transport ferroviaire au cours des dernières décennies.

Le réseau est aussi ouvert aux acteurs du ferroviaire : représentants de l’Etat, représentants des collectivités territoriales, management des entreprises du secteur, organisations syndicales, etc.

En vue de donner à ce réseau une dimension internationale et de favoriser les comparaisons méthodiques, des journées d’étude internationales se tiendront les 12 et 13 décembre à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, en français, anglais et espagnol et seront organisées en deux temps.

La première partie sera l’occasion de présenter et discuter des communications rattachées aux différents axes proposés ci-dessous, communications qui auront pour but de présenter des travaux de recherche récents sur le ferroviaire ou de faire le point sur l’état des recherches dans un Etat-nation.

Provisoirement nous proposons de regrouper les questions sous 5 grands axes : 

  • Politiques macro-économiques et dynamiques nationales des restructurations ferroviaires ;
  • Chemin de fer et aménagement des territoires ;
  • Rationalisations gestionnaires et dynamiques du travail, de l’emploi, des professions et des relations professionnelles ;
  • Rôle des élites professionnelles, politiques et gestionnaires dans les transformations du secteur ;
  • Usagers, clients, consommateurs, citoyens : redéfinition de la figure des voyageurs/chargeurs et régulation des services proposés.

La seconde partie des deux journées d’études consistera à débattre de l’organisation d’un colloque international qui se déroulera probablement au cours de l’année 2014.

– Télécharger le texte complet de l’appel en français

– Télécharger le texte complet de l’appel en anglais

– Télécharger le texte complet de l’appel en italien

– Télécharger le texte complet de l’appel en espagnol

Informations complémentaires

Pour participer aux journées d’études, une proposition de 1500 signes est à transmettre à ferinterfrance@gmail.com avant le 20 septembre 2013 (en français, en anglais ou en espagnol). Une réponse sera apportée avant le 30 septembre. Le programme sera défini le 15 octobre au plus tard.

Violences, citoyenneté et inégalités au Mexique

Nous avons le plaisir de vous inviter au séminaire exceptionnel Violences, citoyenneté et inégalités au Mexique qui se déroulera le 7 décembre 2012 de 14 h à 17 h dans les locaux du laboratoire.

Nous écouterons deux chercheuses du Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades (CEIICH), de l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM) :

Laura Loeza Reyes, chercheuse invitée à PRINTEMPS, interviendra sur le thème Passé, présent et tension dans le futur: le difficile processus de construction de l’identité citoyenne au Mexique. 

Lire l’interview de Laura Loeza sur ce blog

Discutant : Pierre Tripier, professeur émérite de sociologie (Printemps)

María del Carmen Legorreta, chercheuse invitée au Centre d’études et de recherches internationales/CERI (Sciences Po), interviendra sur le thème Clientélisme, illégalité et violence à la frontière sud du Mexique. Le cas du Chiapas

Discutant : Jean Rivelois, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD)

La séance débutera par un bref reportage vidéo (ci-dessous en version encore non sous-titrée) et se clôturera par un court-métrage d’animation qui apporteront des éclairages complémentaires à ces problématiques.

Ce séminaire est organisé par Isabelle Lacroix et Natalia La Valle, post-doctorantes associées au Printemps.

Un grand merci à UniversiTV (webTV des étudiants de l’Univ. de Montréal) et à l’association La Pause/La Pause Cinéma (projection de films de réalisateurs latino-américains) pour avoir mis à disposition les matériaux filmiques.

Laboratoire Printemps, Bât. Vauban, 47 boulevard Vauban, 78280 Guyancourt
Plan d’accès

Décollage du séminaire « Sociologie des sciences de l’environnement »

Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin ont le plaisir de vous annoncer le lancement du séminaire « 2SE », soit Sociologie des sciences de l’environnement. Un jeudi par mois, de novembre 2012 à mai 2013, ils accueilleront des invités tels que les historiens Grégory Quénet et Fabien Locher, les sociologues Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, le sociologue politique Etienne Ollion ainsi que Gemma Cirac, Sébastien Grevsmühl, Cathy Dubois, Yann Renisio, Émilien Schultz…

Cliquez ici pour télécharger le programme complet.

Premier séminaire : vers une écologie du spatial européen

Quels sont les enjeux politiques et économiques de la mise en place d’un programme scientifique européen tel que le Global monitoring for environment and security ? Vendredi 9 novembre à 10 h, au séminaire général du laboratoire, Arnaud Saint-Martin (Printemps) et Jérôme Lamy (Lisst, Toulouse II) présenteront leur recherche en cours: « Une sociologie de l’écologie du spatial européen : faire politique du Global Monitoring for Environment and Security ». Voici quelques premières pistes et, en lien, quelques idées de lectures.

Dans cet exposé, nous présenterons les premiers résultats d’une enquête en cours portant sur l’élaboration de la politique spatiale européenne. Nous nous baserons principalement sur l’étude d’un « système de systèmes d’observation » de la Terre, le Global Monitoring for Environment and Security (GMES). Ce programme placé sous la tutelle de l’Union Européenne combine des instruments d’observation satellitaires et in situ (stations au sol, mesures en mer, etc.), en plus de « services » conçus pour exploiter les données collectées. Il doit entrer dans sa phase opérationnelle en 2012 « au bénéfice des citoyens européens » et a vocation à « implémenter » les politiques européennes en matière de surveillance de l’environnement et de la sécurité. Malgré les difficultés liés à l’exercice budgétaire de 2014-2020, plus rien ne semble pouvoir entraver son avènement et, partant, l’« européanisation » de la politique spatiale.


Vidéo de présentation du GMES (en anglais)

À partir d’un corpus documentaire varié (technique, administratif, juridique, politique), nous proposons un cadre d’analyse qui rompt avec les modes conceptuelles dominant les science studies (coproduction, traduction [lire les explications de Latour, p. 33 à cette adresse], triple hélice, « nouvelle production du savoir », etc.). Nous faisons converger une approche écologique des activités spatiales (Abbott, 2005) et la sociologie « transversaliste » des sciences et techniques (Lamy, Saint-Martin, 2011 ; Shinn, Ragouet, 2005 ; Shinn, 2008) dans le but de restituer la dynamique de structuration d’une « écologie du spatial européen ».

Notre enquête est comparatiste par nécessité, puisqu’il nous est indispensable de circuler dans/entre les différents espaces de l’écologie, notamment afin de comprendre comment les acteurs s’évaluent les uns les autres, anticipent et se positionnent sur le problème de l’« implémentation » du GMES. Contre « l’idiome de la coproduction » (Sheila Jasanoff) qui tend à surévaluer la capacité des experts de la technoscience à peser dans le design des politiques de la science, nous montrerons comment le GMES met en jeu une division sciences/politique asymétrique et conflictuelle. Les scientifiques et les ingénieurs du spatial européen travaillent sous l’autorité de la Commission européenne, laquelle tente de s’affirmer comme un acteur public ayant prétention à une « gouvernance globale » de l’environnement. Nous montrerons in fine comment la problématique de la construction politique d’un « marché des services GMES » voulue pour la Commission révèle l’accent mis sur un ordre marchand des sciences et techniques — qui n’est pas sans effet sur la structuration du spatial européen. Mettant en évidence les attendus idéologiques de la privatisation des services technoscientifiques, notre enquête entend ainsi contribuer à une sociologie politique des économies néolibérales des technosciences (Mirowski, 2011).

Civiliser l’entreprise

Qui possède l’entreprise ? Ou plutôt qui porte la responsabilité de l’entreprise et en quoi cette responsabilité consiste-t-elle ? Aujourd’hui perçue comme un instrument aux mains des seuls actionnaires, l’entreprise a subi une « grande déformation » ces trente dernières années. Considérée aujourd’hui comme un nœud de contrats par la théorie économique dominante, elle n’existe pourtant pas en droit, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour une forme sociale située au cœur de l’économie capitaliste depuis la grande transformation du XIXe siècle étudiée par Polanyi. L’objet de cet ouvrage est d’analyser cette grande déformation et de proposer une (re)fondation de l’entreprise. Il s’agit de faire évoluer notre manière de la voir mais aussi, via des préconisations pratiques, d’instiller des micro-déplacements qui transformeront la logique déformée de l’entreprise actuelle. L’enjeu n’est pas mince et il faut lire cet ouvrage dense (569 pages), collectif (quatorze auteurs) et important, « bulle d’oxygène dans un débat complètement figé » comme le qualifie un dirigeant d’entreprise qui a participé au colloque dont l’ouvrage est issu. Diffuser la démarche qu’il contient, les analyses qu’il propose, les préconisations pratiques qu’il avance sont autant de nécessités aujourd’hui tant il s’inscrit explicitement dans un contexte de crise du capitalisme qui impose de nouvelles manières de penser. C’est précisément l’objet de ces travaux qui partent d’une entité centrale du système économique : l’entreprise.

Lire la suite de ce compte rendu de lecture de Jérôme Pélisse sur La vie des idées.

B. Roger (ed.), T. Barreto, A. Chaigneau, F. Eymard-Duvernet, O. Favereau, S. Gand, A. Gosseries, A. Hatchuel, G. de Larquier, J.-M. Le Gall, J.P. Robé, J.-M. Saussois, B. Segrestin, S. Vernac, L’entreprise, formes de la propriété et responsabilités sociales, Colloques, Collège des Bernardins, Éditions Lethellieux, 2012. 569 p., 35 €.

Appel à communication : les territoires vécus de l’intervention sociale

Institutions, professionnels et usagers à l’épreuve de l’incertitude territoriale

carte satellitaire st quentin
Vue satellitaire de St Quentin, GMaps/IGN

Colloque international organisé lundi 25 et mardi 26 mars 2013 par le laboratoire Printemps à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (France), en collaboration avec l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française – CR 34 Intervention et politiques sociales et l’Association Française de Sociologie – RT6 Protection sociale, politiques sociales et Solidarités.
La question posée par ce colloque est celle des territoires vécus par les professionnels et les usagers de l’intervention sociale, dans le contexte de changements politiques et institutionnels observés sur tous les continents.
L’intervention sociale est entendue ici dans un sens large qui englobe les politiques, les institutions et les pratiques professionnelles ou bénévoles, en relation avec les usagers, afin de répondre aux « problèmes sociaux » tels que les identifie une société donnée. Quant au territoire il doit être compris dans sa dimension géographique, spatiale, en tenant compte de la diversité de ses échelles et des cadres de vie, support des territoires vécus.
Le territoire s’est imposé comme un enjeu majeur des mutations de l’intervention sociale depuis plus de deux décennies, conformément au double objectif affiché des politiques de développer des réponses de proximité adaptées aux besoins des usagers et de réduire les poches de pauvreté concentrées sur certains espaces.
Dans les années 1980, un mouvement de décentralisation a organisé en Europe un transfert des compétences d’aide sociale aux collectivités territoriales. En parallèle, la politique de la ville, le développement social urbain ou rural ont poursuivi l’objectif de territorialisation de l’action publique. Débordé par les « nouveaux métiers de la ville », le champ professionnel du travail social a aussi été modifié en son coeur par l’entrée de la question territoriale dans les programmes de formation et les pratiques des professions « traditionnelles ». Dans Le travail social à l’épreuve du territoire, Jacques Ion s’interrogeait sur l’émergence d’un nouveau modèle d’intervention sociale, qu’il observait à travers la mise en place de dispositifs d’insertion ou d’éducation prioritaire, visant moins des populations cibles ou des individus isolés que des territoires (1990). Au Québec, ce nouveau contexte a favorisé l’extension des pratiques d’intervention collective dites de « développement local », caractérisées par la concertation et le partenariat, visant à mobiliser les acteurs locaux autour d’enjeux sur leur territoire. Cette évolution a posé des défis importants en termes d’ajustement entre les secteurs public, marchand et tiers secteur et participe à redéfinir l’intervention de l’État en faveur d’une co-construction de ses politiques publiques.
Plus de vingt ans après, dans les années 2010, comment se présente pour l’intervention sociale, l’enjeu territorial ? Et puisque le territoire porte un double mouvement à la fois indissociable et contradictoire, entre globalisation et relocalisation, ne faudrait-il pas parler plutôt d’incertitude territoriale ? Pour répondre, ce colloque propose d’interroger les territoires vécus à la fois du point de vue des professionnels, des usagers et des systèmes d’acteurs locaux.

Premier axe : Des territoires de décision aux territoires vécus de l’intervention sociale. Les professionnels face à la dé-territorialisation ?

L’échelon territorial des politiques est aujourd’hui incertain, entre mondialisation, montée en puissance des organisations supra étatiques, comme l’Europe, transformation des Etats sociaux, et poids croissant d’une responsabilité locale. Et alors que la question n’a pas été tranchée de savoir si les politiques publiques sont territoriales (c’est-à-dire, avec un ou des acteurs politiques relativement autonomes, autres que l’Etat) ou territorialisées (donc, fixées au niveau central, et adaptées au territoire pour des raisons de tournant néolibéral et de nouveau management public), l’éventualité d’un retour de balancier vers une re-centralisation, et une dé-territorialisation interroge et bouscule le monde de l’intervention sociale. Dans ce contexte, il convient de s’interroger sur la manière dont les territoires politiques et institutionnels s’articulent avec les territoires vécus, objectivement appropriés et (ou) subjectivement investis par les professionnels et les bénévoles. Le territoire est-il vraiment devenu l’objet de leur intervention, dans quelle mesure et en quel sens ? L’intervention sociale revêt-elle des formes, des objectifs différents selon les territoires ?
Pour analyser ces enjeux, les communications proposées pourront porter sur la répartition des offres de services, des distances, circulations et mobilités ; sur les partenariats mis en oeuvre, les modes d’organisation et les pratiques des professionnels à propos de leurs territoires d’action ; ainsi que sur la mise en oeuvre des impératifs de proximité et d’écoute, sur les contenus des formations…

Deuxième axe : L’intervention sociale dans les territoires. Des inégalités d’accès et de prise en charge pour les usagers aux territoires ressources.

À côté et en lien avec les professionnels, comment les bénéficiaires de prestations sociales, les usagers des équipements de proximité, des services à domicile ou encore, les habitants de quartiers sensibles se représentent-ils l’enjeu territorial et comment le vivent-ils dans leur pratique quotidienne de l’intervention sociale ?
Pour les usagers (individus isolés, familles), la diversité des expériences territoriales de l’intervention sociale, la difficile lisibilité de l’offre de service dans les territoires et aussi, les inégalités de prise en charge et d’accès aux services sociaux, sont autant d’angles d’analyse permettant d’éclairer les territoires vécus. L’approche par les usagers cependant ne saurait être uniquement en termes de manques ou de difficultés. La question des espaces (quartiers) ressources, des réseaux et des relations interpersonnelles est donc complémentaire pour saisir ce que sont les territoires vécus et pourquoi ils sont revendiqués par leurs habitants en dépit, ou peut-être à cause du « stigmate du quartier ». Quels sont les territoires ressources qu’ils mobilisent, avec quelles perspectives ? Comment arbitrent-ils entre les aspirations au développement du territoire et les ambitions individuelles à le quitter ?

Troisième axe : L’intervention sociale sur les territoires. Des systèmes d’acteurs locaux aux enjeux de la démocratie locale

Le projet politique transforme depuis plusieurs dizaines d’années les compromis de l’après-guerre, interrogeant les effets de la « territorialisation néolibérale ». De quelle manière les systèmes locaux d’acteurs traduisent-ils ce projet au sein de leurs territoires d’action ? Quels sont les modes de gouvernance locale et, quelles sont les marges de manoeuvres des acteurs locaux ? Si l’on suit le débat nord-américain actuel, l’action publique devrait aider les personnes pauvres et non les territoires pauvres. Qu’en est-il alors de l’idée d’un nouveau modèle d’intervention axé sur le territoire ? Ces questions invitent à tenir compte aussi des traditions historiques et des rapports que des territoires entretiennent avec la protection sociale, et les politiques d’aide et d’action sociales.
Depuis la fin des années 70, les politiques sociales favorisent également des initiatives en faveur de la participation des habitants. Il convient d’interroger les usages politiques de ces discours. L’interrogation sur le rôle de la démocratie locale, participative (ou de la contre-démocratie) dans le rapport aux territoires introduit aux liens complexes entre les ambitions de « pouvoir local » d’une part, les idéaux démocratiques affichés par la politique de la ville en France, aux Etats-Unis, ou dans les organismes communautaires au Québec, dans les associations en Belgique… Elle invite aussi à poser la question du vécu des valeurs et de l’engagement militant sur le territoire.

Organisation

Responsable de l’organisation du Colloque : Maryse BRESSON
Comité scientifique : BARBIER Jean-Claude, BRESSON Maryse, COLOMB Fabrice, DARDY Claudine, DRESSEN Marnix, FRECHON Isabelle, GASPAR Jean-François, GIRAUD Olivier, JETTE Christian, KAMARA Assa, LERICHE Frédéric, MARCATO Riccardo, MESSU Michel, MINGIONE Enzo, MISSAOUI Lamia, PAGES Alexandre, SAUT-HABCHY Isabelle, WARIN Philippe, WILLEMEZ Laurent.
Comité d’organisation: BERTHET Jean-Marc, BRESSON Maryse, DARDY Claudine, DRESSEN Marnix, KAMARA Assa, LERICHE Frédéric, MARCATO Riccardo, SAUT-HABCHY Isabelle, WATOR Monika, WILLEMEZ Laurent.
Cet appel à communications est ouvert aux chercheurs, doctorants, étudiants de 3e cycle, praticiens. Les propositions doivent comporter un titre, une définition de l’objet et des questions de recherche, un aperçu des méthodes, une anticipation des résultats ainsi que quelques références bibliographiques.
Les propositions de communication, de 1 à 2 pages maximum seront à adresser avant le 8 octobre 2012 à : Maryse Bresson, Fabrice Colomb, et Jean-François Gaspar.
Après acceptation de leur communication, les auteurs devront faire parvenir un texte de travail de 25 000 à 30 000 caractères avant le 15 février 2013, délai de rigueur. Ce texte n’a pas vocation à être diffusé mais seulement à être communiqué au discutant. Avec l’accord de l’auteur, ce texte pourra ensuite être expertisé par le comité scientifique en vue d’une publication sous la forme d’un ouvrage collectif.

Calendrier

Réponses à l’appel à communications attendues avant le : lundi 8 octobre 2012
Notification de l’acceptation/refus des propositions de communication : lundi 5 novembre 2012
Texte de travail (25 000 à 30 000 caractères) attendu avant le : lundi 18 février 2013, pour être transmis au discutant.

Aux sources de la mondialisation : colloque les 19 et 20 septembre 2012

[Edit du 7 septembre : le site existe, les inscriptions sont ouvertes ! Infos et comptes rendus bientôt sur ce blog.]
En attendant la création d’un site Internet tout neuf, ce carnet accueille le programme du colloque que Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson organisent au laboratoire Printemps les 19 et 20 septembre prochain. Après un an d’ateliers réflexifs sur la façon dont les chercheurs abordent un objet aussi mouvant, il était temps de rassembler les points de vue, au travers des disciplines et des nationalités. Les coordinateurs lancent le débat ainsi :

Thématique émergente des sciences humaines et sociales il y a encore une vingtaine d’années, la mondialisation est devenue une interrogation majeure de l’ensemble de leurs disciplines. Question à la fois récente et transversale, son étude a ainsi donné lieu à une pluralité d’approches, car ce sont des disciplines anciennement constituées qui en ont pris en charge l’analyse, chacune privilégiant ses méthodes, ses questionnements, ses niveaux de compréhension, etc. Economistes, sociologues, anthropologues ou historiens ont ainsi découpé « l’objet mondialisation » selon les catégories que leur fournissait l’histoire de leurs disciplines. Cette diffraction se complexifie, par ailleurs, si l’on met en regard différents champs scientifiques nationaux : l’analyse de la mondialisation y est non seulement menée par des disciplines aux traditions différentes, mais aussi en fonction des principes propres qui structurent chaque espace national. Un sociologue allemand, indien ou français verra sa compréhension de la mondialisation orientée par certaines caractéristiques de la sociologie allemande, indienne ou française ; mais aussi de la place de la sociologie dans son pays, du rôle qu’elle a pu avoir dans l’étude des phénomènes globaux par rapport à d’autres disciplines, de l’existence ou non d’espaces interdisciplinaires du type globalization studies, etc.

Objet diffracté, la mondialisation appelle cependant une compréhension unifiée et moins segmentée. A question globale analyse globale, pourrait-on dire, la mise en lumière des angles morts qu’implique le double biais disciplinaire et national revêtant ici une importance plus grande. C’est à une telle réflexion sur la pluralité des perspectives sur la mondialisation, mais aussi sur les moyens de les reconfigurer et de les dépasser, qu’invite le colloque. En associant des chercheurs relevant de différentes disciplines et de différents espaces scientifiques, il entend interroger les implications de cette pluralité d’approches en partant d’une réflexion sur les manières concrètes de mener la recherche. On propose en particulier d’interroger ce qui constitue les sources d’une étude sur la mondialisation : quels objets sont jugés pertinents ? Par quels media le chercheur y a-t-il accès ? Quels méthodes et niveaux d’analyse déploie-t-il ? Quels résultats peut-il obtenir mais aussi de quels points aveugles hérite-t-il ?

Ce n’est cependant pas à une analyse méthodologique, mais bien réflexive, qu’invite le colloque. Il cherche à ressaisir les choix qui sont effectués dans le cours de la recherche, en les inscrivant parmi d’autres choix possibles : pourquoi privilégier une optique micro ou macro ? Pourquoi s’intéresser à la mondialisation par le haut ou par le bas ? Pourquoi étudier tels acteurs et non tels autres ? etc. A travers l’interrogation sur les sources de la mondialisation, on entend ainsi demander aux intervenants d’expliciter ce qui a fait l’originalité de leur positionnement, dans leur discipline et dans l’espace scientifique de leurs pays, et de mettre ainsi en lumière quelles approches concurrentes ou complémentaires étaient possibles. Par-là, tout autant que ce que nos recherches peuvent dire des faits globaux, c’est à ce qu’elles ne peuvent pas dire ou ont du renoncer à dire du fait d’un certain nombre de contraintes et de déterminations, que l’on s’intéressera.

 Les différents intervenants sont ainsi invités à présenter concrètement ce qui a constitué les étapes d’une recherche sur l’un des objets de la mondialisation, et à expliciter les choix théoriques et méthodologiques qui ont été opérés par rapport à d’autres possibles. Tout autant que le cœur de leurs recherches, ils en aborderont les à-côtés, préciseront l’histoire de leurs disciplines et les principes qui structurent les champs scientifiques nationaux auxquels ils appartiennent, pour donner à voir ce qui a orienté leur démarche.

« Les Sources de la Mondialisation : pour une analyse réflexive»

Programme du colloque international, 19-20 septembre 2012

Mercredi 19 Septembre

9h30-10h00 : accueil des participants et ouverture du colloque

Jérôme Pélisse (Dir. Printemps)
Lamia Missaoui (Printemps), Olivier Roueff (Printemps), et Thomas Brisson (LABTOP)

10h30-12h30 : Mondialisation et normes

Yves Dezalay (CESSP, CNRS)
L’internationalisation  des marchés d’expertise professionnelle comme clef d’entrée dans  la mondialisation des ‘luttes de palais’

Gilles Lhuilier (Professeur de droit à l’Université de Bretagne Sud)
« Normative spaces ». La localisation mondiale des lois par les acteurs privés

11h30-11h40 pause

Didier Demazière (CSO, CNRS)
Comment interroger l’évidence d’une mondialisation du chômage ? Une démarche de comparaison internationale compréhensive

Isabelle Giraudou ( Maison franco-japonaise de Tokyo,CNRS-MAEE)
Les Principles of Asian Contract Law (PACL) : objet d’une recherche de droit global ?

14h30-17h30 : Catégoriser/Quantifier la Mondialisation

Jean-Yves Mollier (CHSCS, UVSQ)
« Quelques réflexions sur la circulation des imprimés dans le monde (XVe-XXIe siècles) »

Ioana Popa (ISP, CNRS)
Processus d’internationalisation culturelle et scientifique pendant la Guerre froide : comment les observer là et quand on ne les attend pas

16h-16h10 pause.

Gisele Sapiro ( CESSP, EHESS )
La mondialisation dans le domaine de la production culturelle : le cas du marché du livre et de la traduction

Stephane Dufoix (SOPHIAPOL, Université Paris Ouest Nanterre)
Comment les mots viennent au monde… Socio-sémantique historique et mondialisation 

Stéphanie Treillet (CEMOTEV-UVSQ)) et  Dominique Mertens-Santamaria (CEMOTEV-UVSQ)
La mondialisation en économie, entre stratégie des firmes et politiques des États

Jeudi 20 Septembre

10h-12h30 : les Economies de la Mondialisation

Alain Tarrius (LISST, Université Toulouse Le Mirail)
Un carrefour de la mondialisation des migrations : la Mer Noire comme « moral area » (R.E. Park) de l’économie mondiale du « poor to poor ».

Carlos Alba-Vega (Centre d’études internationales, Colegio de Mexico)
Globalisation par le bas et enjeux politiques à Mexico

11h-11h10 pause

Olivier Pliez (LISST, CNRS)
Suivre des routes discrètes de la mondialisation, une approche géographique multisituée

Helene Le Bail (Maison franco-Japonaise de Tokyo, CNRS-MAEE)
Mobilités transnationales dans un contexte de récessions démographique et économique : le cas des Chinois au Japon

Hélène Pellerin (École d’études politiques, Université d’Ottawa)
Regard critique sur la mondialisation : la mobilité des personnes comme forme d’internationalisation des firmes

14h30-17h30 : Lieux et Echelles de la Mondialisation

Gustavo Sora (CONICET, Université nationale de Cordoba)
Défis d’une ethnographie du centre du monde éditorial à partir de ses rapports avec l’Amérique Latine

Romain Lecler ( CESSP, Université Panthéon-Sorbonne)
Circulez ! Il n’y a rien à voir. Méthodologie d’une enquête sur la mondialisation des images.

16h-16h10 pause

Frédéric Keck  (LAS, CNRS  ) : Titre à préciser

Mathieu Hauchecorne (Printemps, UVSQ)
Théories sans frontières ? Circulation transnationale des idées et mondialisation

Conclusion du colloque

Peter Wagner (ICREA Research Professor at UB (Universitat de Barcelona) Social & Behavioural Sciences)
Vers une sociologie- monde de la modernité.

Organisation scientifique :  Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson

Le colloque est organisé grâce au soutien de l’UVSQ, de la délégation régionale Île-de-France Ouest et Nord du CNRS, de la Communauté d’agglomérations de Saint-Quentin-en-Yvelines  et de l’UFR de sciences sociales de l’UVSQ.

Comment Norbert devint Elias

Voici la suite des chroniques d’Arnaud Saint-Martin, que nous republions avec l’aimable autorisation de L’Humanité. Mais cette fois-ci, voici en exclusivité la version non coupée de l’article plus court publié le 4 juin 2012. Les chroniques précédentes sont ici, ici et ici et .

Elias par Bert Nienhuis/The Norbert Elias Foundation
« Devenir Norbert Elias Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française » de Marc Joly, Fayard, 2012, 472 pages, 26€.

Norbert Elias (1897-1990) est désormais de ces penseurs incontournables des sciences sociales. Sa théorie du « procès de civilisation », illustrée à travers le cas de la société de cour, l’a rendu célèbre dans les années 1970, bien au-delà des spécialistes. Pourtant, il a longtemps patienté avant de devenir l’auteur consacré que l’on sait. Après avoir fui l’Allemagne en 1933, le philosophe passé sociologue peine à trouver sa place en Angleterre. Isolé, à la marge, disons même dominé, il n’est reconnu qu’au seuil de la retraite. Il faut toute la détermination d’un exilé néanmoins convaincu de la pertinence scientifique de ses recherches hors normes pour tenir jusque-là. C’est ce que montre Marc Joly dans Devenir Norbert Elias, variation passionnante sur les processus d’invention intellectuelle, de reconnaissance (et de non reconnaissance) et de canonisation des grandes œuvres de la théorie sociale.

Ceci n’est pas une biographie. Plutôt que de raconter selon un fil chronologique une carrière se concluant en apothéose, Joly propose d’expliquer comment Norbert devient Elias. Il varie les échelles d’analyse, les interprétations psychologiques de l’intimité du sujet Elias et celles, plus sociologiques, sur la configuration de ses réseaux de liens personnels et professionnels, tout en donnant une vue d’ensemble de cette pensée en mouvement. Jusqu’aux années 1960, le sociologue vit mal le décalage entre la « force subjective de son projet intellectuel et la faiblesse objective de son statut académique ». La transition de son vivant du statut d’outsider à celui de « classique » est étudiée d’abord en Angleterre, puis en France. Pour ce qui concerne la sociologie anglaise (qu’on découvre de ce côté-ci de la Manche) ou le petit monde des sciences sociales françaises des années 1960-1970, la référence à Elias sert d’analyseur. La réception française, qui constitue le point nodal du livre, est auscultée dans ses moindres détails (éditorial, scientifique, journalistique…), sur la base d’un corpus très riche d’archives personnelles, scientifiques et d’entretiens. On croise nombre d’auteurs qu’Elias ne pouvait plus indifférer après 1970, les Aron, Bourdieu, Baechler, Flandrin, Foucault, Le Goff, Furet, Chartier, et d’autres encore. Le moment français de Devenir Norbert Elias, par ses nombreuses révélations sur les rapports interindividuels (souvent conflictuels), amorce une lecture enfin dépassionnée de ces histoires.

Mais l’explication est plus audacieuse encore. La pensée d’Elias est ici prise dans plusieurs boucles : Joly part du constat d’un certain devenir des sociétés occidentales modernes, qui définit l’horizon du « pensable social-historique » pour les sciences humaines émergeant vers 1750. Les concepts éliassiens s’inscrivent dans cette histoire au long cours et, plus que d’autres, en précisent la structure profonde du point de vue d’une théorie « sociale-historique » conséquente. En sorte que la pensée d’Elias est le résultat autant qu’elle accroît l’intelligibilité de ces diverses transformations. Et, bouclant ces boucles vertigineuses, Joly se fait fort de le démontrer dans les termes d’une science sociale fidèle à Elias. Un livre important, donc, tant sur le plan de l’historiographie des sciences sociales que de la compréhension de ce en quoi réside la puissance des grandes œuvres.

Arnaud Saint-Martin

Afin de poursuivre la lecture, on pourra se reporter à la recension d’Arnaud Saint-Martin parue en intégralité sur le site de la revue Le Mouvement social, recension qui reprend en partie son intervention lors de la séance du séminaire général du PRINTEMPS (11 janvier 2013) organisée autour du travail (et en présence) de Marc Joly.

Écouter l’interview de Marc Joly par Sylvain Bourmeau dans La suite dans les idées (France Culture)

Des appels, des annonces, des journées!

Face au volume des annonces relayées ces derniers temps, cet article est consacré aux différents appels reçus. N’hésitez pas à nous en communiquer d’autres qui pourraient intéresser le laboratoire et son (vaste) lectorat.

EDIT : Appel à candidatures pour une allocation de recherche en soutien à la réalisation d’une thèse en sociologie de l’innovation sur les recompositions des identités au travail. Le/la doctorant/e sera amené/e à travailler au sein du LATTS, dans l’équipe TIO (Techniques, innovation et organisation). Benoit Lelong, Alexandre Mathieu-Fritz, Pascal Ughetto et d’autres sociologues du laboratoire étudient la place des dispositifs techniques dans les transformations des pratiques de travail, des compétences et des identités professionnelles.

Anthropologie contemporaine des rapports globalisés. Journée d’études EHESS le 5 juin. Le programme est ici.

International summer school : cultures, migrations, borders, du 28 juin au 10 juillet sur l’île de Lesbos en Grèce (Aegean university and university of Amsterdam). Voir le site.

«On ne naît pas scientifique…»
Journée d’études doctorale du thème Culture et Arts du Cerlis, Paris, 3 décembre 2012.
Appel à communications jusqu’au 16 septembre 2012.
Quel sociologue n’a jamais douté de sa légitimité scientifique ? Face à des collègues, à des proches, à son objet ou à son texte, le moment arrive toujours où l’on s’interroge sur le bien-fondé de sa recherche, la fiabilité de sa méthode, l’utilité de ses résultats. Le chercheur est sans cesse soumis au doute : la certitude étant l’ennemie de la science, comment ne pas s’en réjouir ? Ce n’est pas le questionnement du sujet de recherche, permanent et nécessaire, qui nous intéresse ici, mais le regard que l’individu pose sur son propre parcours scientifique… Télécharger l’appel ici.

Programme COFECUB-ECOS SUD avec le Chili
Cet appel à projets concerne la recherche de base dans tous les champs disciplinaires. Les critères de sélection essentiels sont l’excellence du projet et des équipes, l’impact au niveau de la formation de jeunes chercheurs et/ou l’impact socio-économique. Consulter le site de l’université Paris 13
Date limite de dépôt des dossiers : 18 juin 2012

Prix « Le goût des sciences 2012 »
Organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le prix a pour objectif de réconcilier le grand public avec la science. La troisième catégorie de ce prix, « les scientifiques communiquent », récompense les laboratoires français, institutions, individus ou associations qui diffusent, de manière originale et efficace, leurs travaux à un large public. Consulter le site
Date limite de candidature : 13 juillet 2012 à minuit

Prix de la francophonie pour jeunes chercheurs
Les Prix de l’Agence universitaire de la francophonie sont ouverts tous les deux ans dans les champs disciplinaires suivants : sciences et médecine et sciences humaines et sociales. Consulter le site
Date limite de candidature : 15 juillet 2012

«Lire Sur l’État de Pierre Bourdieu »
Le 2 juin 2012, Paris-Ouest. Voir le carnet de recherches du Sophiapol.

Appel à communications sur les mutations du monde de la recherche.
Attention, jusqu’au 1er juin ! Lire l’annonce sur Calenda(le lien fonctionne enfin).

L’Ined finance huit nouveaux doctorants.
Toutes les infos sont ici (dossier jusqu’au 15 juin)
et recrute deux post-doc, c’est ici

Colloque « Processus d’invisibilisation et de reconnaissance dans le travail »
à Evry, décembre 2012. Appel à communications jusqu’au 31 mai 2012, à télécharger ici

Être parents aujourd’hui
Appel à candidatures de la fondation Mustela, jusqu’au 1er juin. Lire ici

Nadia Doghramadjian (compagne de Paul Wald, et responsable à la ligue des Droits de l’Homme) fait savoir aux membres de Printemps, et en particulier à ceux qui travaillent sur les questions de jeunesse, que l’université d’automne de la LDH est ouverte et que ceux qui souhaiteraient participer sont les bienvenus.
Titre provisoire « la jeunesse , éternelle mineure? »
Sur les axes:
1) jeunesse: réalités sociales, problèmes d’emploi et de formation, questions intergénérationnelles …le tout dans une dimension européenne.
2) jeunesse , classe dangereuse… et politiques publiques, y compris question des inégalités en matière d’éducation
3) jeunesse et travailleurs sociaux ( santé, logement, voix des élus…)
4)jeunesse et formes d’engagement nouvelles

À quoi servons-nous?

Pour répondre à cette question existentielle, Isabelle Frechon et Marnix Dressen invitent François Dubet et Delphine Naudier. Vous êtes les bienvenus à cette séance exceptionnelle sur le métier de sociologue, qui aura lieu à l’UVSQ le vendredi 4 mai à 9h30 (voir infos pratiques ci-dessous), et sera discutée par Arnaud Saint-Martin.

Delphine Naudier est chargée de recherche CNRS au laboratoire Cultures et sociétés urbaines. Elle a coordonné, avec Maud Simonet, Des sociologues sans qualités (La Découverte, 2011, cliquer sur l’image pour lire l’introduction). Vous pouvez écouter leur interview dans La suite dans les idées (France Culture) en cliquant ici ou le compte-rendu de Rémy Caveng sur Lectures (Liens Socio), ici.

François Dubet est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux et directeur d’études à l’EHESS.

«[…] La sociologie est utile parce que les sociétés modernes ne se représentent plus elles-mêmes comme l’accomplissement d’un projet divin, comme ce fut très longtemps le cas, ou comme le produit transparent de la volonté des hommes scellant librement et rationnellement un contrat social, comme en avait rêvé le Siècle des Lumières. Les mythes religieux d’un côté et les lois librement consenties de l’autre ne suffisent pas à expliquer comment tiennent, se forment et se transforment les sociétés quand on ne croit plus dans les mêmes dieux, et souvent dans aucun dieu, quand le souverain, l’État et les lois n’organisent pas la totalité de la vie sociale, quand le changement social est devenu la règle. C’est pour dire cela qu’Auguste Comte a inventé le mot sociologie. Les sociétés modernes doivent construire des représentations d’elles-mêmes, elles doivent se connaître parce qu’elles ne sont pas, comme les autres êtres naturels, le produit de la seule nécessité. Vue d’aussi loin, la question de l’utilité de la sociologie ne se pose même pas : les sociétés modernes ont besoin de sociologie parce qu’elles sont modernes, parce qu’elles savent qu’elles sont la conséquence de leur propre action, parce que le monde s’est ouvert, parce que les cultures et les sociétés se frottant de plus en plus les unes aux autres, elles doivent sans cesse se connaître et se reconnaître. Nous savons bien que les réponses aux problèmes sociaux qui nous scandalisent souvent, la pauvreté, l’oppression, la violence, passent par les convictions morales et par la volonté politique, mais nous savons aussi qu’elles passent par la connaissance, par la sociologie et par toutes les sciences sociales.»

Vous pouvez continuer la lecture de l’extrait en téléchargeant ce PDF sur le site d’Armand Colin et lire le compte-rendu enthousiaste d’Eric Keslassy dans la rubrique Lectures de Liens socio, ici.

Vendredi 4 mai, de 9 h 30 à 13 h 30, à l’UVSQ…

… Et plus précisément dans l’amphi 7, au-dessus du restaurant universitaire du 47 bd Vauban à Guyancourt.

En voiture depuis Paris : de la Porte de St Cloud, prendre l’A13 puis l’A12 direction St-Quentin-en-Yvelines/Rambouillet
Depuis Rambouillet, prendre la N10 direction Paris, sortie St-Quentin-en-Yvelines Centre Commercial  régional
Sortie St-Quentin-en-Yvelines Centre Cial régional

En train jusqu’à la gare de Saint Quentin en Yvelines (zone Navigo 5) :
– au départ de la Défense, direction la Verrière
– au départ de Montparnasse, direction la Verrière ou Rambouillet
– le RER C, direction Saint-Quentin.
Compter ensuite 10 à 15 minutes de marche à pied pour rejoindre l’un des sites de l’université.


Le 17 avril, les Temporalités s’ouvrent à la physique

Les membres de la revue Temporalités en sont convaincus : l’angle d’attaque temporaliste n’est pas pertinent qu’en sociologie, mais il s’ouvre au contraire à toute la diversité des sciences humaines et sociales, anthropologie, économie, droit, histoire, psychologie, littérature… et peut-être même plus loin. Pour tester cette hypothèse, la prochaine assemblée générale de la revue Temporalités, qui se tiendra le 17 avril prochain à 14h à l’université de Saint-Quentin en Yvelines sera intitulée…

Temporalités dans les sciences physiques et humaines

Claude Dubar présentera un texte sur les temporalités physiques, psychiques et sociales. Quels points de contact les chercheurs en sciences humaines et sociales peuvent-il établir avec les physiciens au sujet des perceptions du temps et des définitions des temporalités ? Ce texte sera d’abord discuté par Étienne Klein et Jean-Marc Ramos, avant l’ouverture du débat avec le reste de la salle.

Étienne Klein, invité d’honneur de cette rencontre, dirige le laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du Commissariat à l’énergie atomique de Saclay. Ingénieur, diplômé en physique théorique et docteur en philosophie des sciences, il a notamment participé à l’élaboration du grand collisionneur du CERN. Ses réflexions sur le temps ont donné lieu à plusieurs ouvrages et à une série de conférences (voir ci-dessous). « Au XXe siècle, la physique a enchaîné les révolutions : relativités restreinte et générale, physique quantique, cosmologie. Tous ces bouleversements ont remis en cause, chacun à sa façon, le statut antérieur du temps. Au bout du compte, le temps physique a perdu un peu de son identité supposée et beaucoup de son indépendance : il s’est retrouvé lié à l’espace, associé à l’énergie, ancré dans la matière. Dans la prairie des concepts physiques, il y a eu comme des glissements de terrain », écrit Étienne Klein dans le n°32 du journal de Saclay (à télécharger ici).

Jean-Marc Ramos, membre fondateur de la revue Temporalités, est maître de conférences en sociologie à Montpellier 3, où il enseigne la sociologie du temps et des oeuvres et  la sociologie des représentations. Il dirige le groupe « Temporalités » de l’Institut de recherches sociologiques et anthropologiques de cette université. Jusqu’en 2002, il a codirigé le bulletin Temporalistes avec William Grossin. Il est notamment l’auteur d’ « Aperçu de la recherche sur le temps et les temporalités en psychologie sociale, Limites et avancées » (Temporalités 8, 2008) et de « Temps et oeuvres, à la recherche de la cinquième saison » (Temporalités 14, 2011).

Ce colloque, qui sera suivi d’une assemblée générale de la revue Temporalités, est ouvert à tous les membres de la revue, aux chercheurs du laboratoire Printemps, ainsi qu’à toute autre personne qui en fera la demande à Clara Tomasini, secrétaire de rédaction de Temporalités (cliquer ici).

Rendez-vous mardi 17 avril à 14h.

Amphi 4 (1er étage du bâtiment Vauban) de l’UVSQ, 47 bd Vauban à Guyancourt


Ouvrages d’Etienne Klein

Les trois premiers livres ont été édités par Flammarion. Vous pouvez cliquer sur les couvertures pour lire les 20 premières pages. Cette fonctionnalité n’est pas disponible pour « Le temps existe-t-il ? » (Pommier, 2002)

 

 Le temps existe-t-il ? Conférence d’Étienne Klein à Saclay, le 12 juin 2006

Que savons-nous du temps ? Conférence d’Étienne Klein à Saclay, le 11 mai 2006
(cliquer sur la croix en haut à droite pour éviter la publicité)

L’économie mondiale poor to poor

« C’est assez original, un colloque sur la liberté de circulation, quand tous les États ferment leurs frontières »,  a remarqué Lamia Missaoui, maître de conférences en sociologie au laboratoire Printemps (lire son profil officiel ici). Au cours de ce colloque, qui se déroule à Bruxelles le 23 mars prochain (cliquer sur l’image pour le programme complet), Lamia présentera une recherche « à peine terminée », qu’elle a menée avec Alain Tarrius et Fatima Quacha, et qu’elle publiera prochainement sous le titre Les nouveaux étrangers.

Quand les banlieues européennes accueillent les transmigrants de l’économie mondiale du «poor to poor» («l’entre pauvres»)

Les migrants internationaux pauvres ont compris le refus d’hospitalité des nations riches. Un grand nombre d’entre eux ne se présentent plus à nous comme  é- ou im-migrants, mais comme transmigrants : en perpétuel mouvement entre nations, ils sont devenus les colporteurs du capitalisme marchand moderne. Qui serait plus qualifié, en effet, que les transmigrants pauvres pour offrir aux grandes firmes mondiales le vaste marché des pauvres en passant en Europe des produits totalement hors taxes et hors contingentements ? Les majors de l’électronique du Sud-est asiatique, ne s’y sont pas trompés en développant l’économie mondiale du « poor to poor », l’entre-pauvres. Ils n’en négligent pas moins l’économie officielle et ses verticalités : experts, commerciaux, locaux, prêts… où se négocient, 60% plus chers, les mêmes produits. Contradictions ? Les bénéfices de l’une et l’autre économie, imbriqués, que certains nous décrivent comme antagonistes, reviennent dans les mêmes poches.

Mais, à la rencontre des pauvres, les transmigrants trouvent en France l’hospitalité de ceux qui les ont précédés, enclavés dans des zones urbaines et sensibles aux ruptures post-coloniales. Les enquêtes visent à mieux connaître le « poor to poor » et les nouvelles destinées qu’offrent les transmigrants par l’accueil de leurs réseaux à ceux de nos banlieues qui désirent vivre autrement.

Lamia Missaoui présentera ses recherches le 23 mars prochain à 14h,
aux halles de Schaerbeek à Bruxelles