Les mots et les traductions (Les sources de la mondialisation, deuxième épisode)

Voici la suite du compte rendu du colloque Les sources de la mondialisation (19-20 septembre 2012 à St-Quentin), dont vous pouvez lire le premier épisode et l’introduction en cliquant ici. Cette semaine, la mondialisation des mots, qui ne date pas d’hier : comme Jean-Yves Mollier nous le rappelle, Gutenberg a construit sa gloire sur une idée chinoise importée par des marchands arabes. Gisèle Sapiro nous montre tout ce qu’on peut apprendre sur les pouvoirs politiques et culturels en étudiant les mouvements de traduction. Stéphane Dufoix fait encore plus fort : à partir d’un mot, d’un simple mot, on comprend mieux l’histoire et les mouvements de peuples entiers et leur construction identitaire. 

Catégoriser, quantifier la mondialisation

Le premier après-midi était centré sur les différentes manières de quantifier et de catégoriser des flux inter- ou transnationaux : entrer par l’évolution des structures de l’industrie éditoriale, par les circulations de producteurs et d’intermédiaires, par les pratiques et circuits de traduction, par les interactions entre grandes entreprises et États.

Jean-Yves Mollier : l’histoire du livre épouse la géographie de la première mondialisation

«Si on adopte la perspective chinoise qui prévaut encore en histoire du livre ou des imprimés, une conclusion semble s’imposer : l’Empire du Milieu a inventé à la fois la typographie et le papier, qui se sont ensuite répandus en Corée et au Japon, avant que les caravanes des marchands arabes, empruntant la route de la soie, ne rapportent ces techniques en Europe au XVe siècle. Dans cette vision d’une Chine dominant intellectuellement le monde civilisé, Gutenberg est au mieux un contrefacteur doué, au pire un escroc méritant le châtiment suprême. » Jean-Yves Mollier est professeur d’histoire à l’UVSQ, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines.

Écouter l’intégralité de son intervention : « Quelques réflexions sur la circulation des imprimés dans le monde (XVe-XXIe siècles) »

Gisèle Sapiro : « globalisation », un mot d’ordre devenu phénomène

Le marché mondial de la traduction est un lieu d’observation des échanges géopolitiques et culturels. Ce marché, structuré par les aires linguistiques et les États-nations, est assymétrique à cause de la large part des échanges depuis et vers l’anglais. Tout se complique quand on prend en compte les influences politiques et culturelles sur ces échanges, ainsi que le rôle de la traduction elle-même dans la construction d’une culture nationale. Gisèle Sapiro dirige le Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP).

Écouter l’intégralité de son intervention. « La mondialisation dans le domaine de la production culturelle : le cas du marché du livre et de la traduction »

Stéphane Dufoix : qu’est-ce que le mot diaspora peut nous apprendre sur nos mondialisations ?

Stéphane Dufoix pratique la « socio-sémantique historique » : au-delà du terme intimidant, il s’agit de l’étude, dans le temps long (2 300 ans !) des usages d’un mot. En l’occurrence, celui de  diaspora. Apparu il y a 2 300 ans dans la Septante (Bible hébraïque) pour désigner le châtiment réservé aux Juifs qui ne respectaient pas le commandement divin, il a acquis au fil du temps une grande diversité de sens, qui permettent de mieux comprendre certains phénomènes sociaux actuels, jusqu’à l’évolution du brain drain au brain gain… Stéphane Dufoix est maître de conférences en sociologie à Paris 10 et membre du centre de recherches en sociologies et sciences politiques Sophiapol. Il est notamment l’auteur de La dispersion : une histoire des usages du mot diaspora, qu’Arnaud Saint-Martin a chroniqué sur ce carnet.

Écouter l’intégralité de son intervention :  « Comment les mots viennent au monde… Socio-sémantique historique et mondialisation »

Stéphanie Treillet : la mondialisation des économies, entre stratégies des firmes et politiques des États

Stéphanie Treillet le revendique : son analyse de la mondialisation n’est pas orthodoxe. Quantifier la mondialisation ne revient donc pas nécessairement à imaginer des entreprises aux droits illimités, mais au contraire à prendre en compte les inégalités qu’elle peut causer. Stéphanie Treillet a préparé cette intervention avec Dominique Mertens-Santamaria, chercheuse comme elle au Cemotev (UVSQ). Écouter l’intégralité de son intervention :

 

La session a également comporté une intervention de Ioana Popa, qui n’a pas souhaité la voir reproduite ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *