Aux sources de la mondialisation : colloque les 19 et 20 septembre 2012

[Edit du 7 septembre : le site existe, les inscriptions sont ouvertes ! Infos et comptes rendus bientôt sur ce blog.]
En attendant la création d’un site Internet tout neuf, ce carnet accueille le programme du colloque que Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson organisent au laboratoire Printemps les 19 et 20 septembre prochain. Après un an d’ateliers réflexifs sur la façon dont les chercheurs abordent un objet aussi mouvant, il était temps de rassembler les points de vue, au travers des disciplines et des nationalités. Les coordinateurs lancent le débat ainsi :

Thématique émergente des sciences humaines et sociales il y a encore une vingtaine d’années, la mondialisation est devenue une interrogation majeure de l’ensemble de leurs disciplines. Question à la fois récente et transversale, son étude a ainsi donné lieu à une pluralité d’approches, car ce sont des disciplines anciennement constituées qui en ont pris en charge l’analyse, chacune privilégiant ses méthodes, ses questionnements, ses niveaux de compréhension, etc. Economistes, sociologues, anthropologues ou historiens ont ainsi découpé « l’objet mondialisation » selon les catégories que leur fournissait l’histoire de leurs disciplines. Cette diffraction se complexifie, par ailleurs, si l’on met en regard différents champs scientifiques nationaux : l’analyse de la mondialisation y est non seulement menée par des disciplines aux traditions différentes, mais aussi en fonction des principes propres qui structurent chaque espace national. Un sociologue allemand, indien ou français verra sa compréhension de la mondialisation orientée par certaines caractéristiques de la sociologie allemande, indienne ou française ; mais aussi de la place de la sociologie dans son pays, du rôle qu’elle a pu avoir dans l’étude des phénomènes globaux par rapport à d’autres disciplines, de l’existence ou non d’espaces interdisciplinaires du type globalization studies, etc.

Objet diffracté, la mondialisation appelle cependant une compréhension unifiée et moins segmentée. A question globale analyse globale, pourrait-on dire, la mise en lumière des angles morts qu’implique le double biais disciplinaire et national revêtant ici une importance plus grande. C’est à une telle réflexion sur la pluralité des perspectives sur la mondialisation, mais aussi sur les moyens de les reconfigurer et de les dépasser, qu’invite le colloque. En associant des chercheurs relevant de différentes disciplines et de différents espaces scientifiques, il entend interroger les implications de cette pluralité d’approches en partant d’une réflexion sur les manières concrètes de mener la recherche. On propose en particulier d’interroger ce qui constitue les sources d’une étude sur la mondialisation : quels objets sont jugés pertinents ? Par quels media le chercheur y a-t-il accès ? Quels méthodes et niveaux d’analyse déploie-t-il ? Quels résultats peut-il obtenir mais aussi de quels points aveugles hérite-t-il ?

Ce n’est cependant pas à une analyse méthodologique, mais bien réflexive, qu’invite le colloque. Il cherche à ressaisir les choix qui sont effectués dans le cours de la recherche, en les inscrivant parmi d’autres choix possibles : pourquoi privilégier une optique micro ou macro ? Pourquoi s’intéresser à la mondialisation par le haut ou par le bas ? Pourquoi étudier tels acteurs et non tels autres ? etc. A travers l’interrogation sur les sources de la mondialisation, on entend ainsi demander aux intervenants d’expliciter ce qui a fait l’originalité de leur positionnement, dans leur discipline et dans l’espace scientifique de leurs pays, et de mettre ainsi en lumière quelles approches concurrentes ou complémentaires étaient possibles. Par-là, tout autant que ce que nos recherches peuvent dire des faits globaux, c’est à ce qu’elles ne peuvent pas dire ou ont du renoncer à dire du fait d’un certain nombre de contraintes et de déterminations, que l’on s’intéressera.

 Les différents intervenants sont ainsi invités à présenter concrètement ce qui a constitué les étapes d’une recherche sur l’un des objets de la mondialisation, et à expliciter les choix théoriques et méthodologiques qui ont été opérés par rapport à d’autres possibles. Tout autant que le cœur de leurs recherches, ils en aborderont les à-côtés, préciseront l’histoire de leurs disciplines et les principes qui structurent les champs scientifiques nationaux auxquels ils appartiennent, pour donner à voir ce qui a orienté leur démarche.

« Les Sources de la Mondialisation : pour une analyse réflexive»

Programme du colloque international, 19-20 septembre 2012

Mercredi 19 Septembre

9h30-10h00 : accueil des participants et ouverture du colloque

Jérôme Pélisse (Dir. Printemps)
Lamia Missaoui (Printemps), Olivier Roueff (Printemps), et Thomas Brisson (LABTOP)

10h30-12h30 : Mondialisation et normes

Yves Dezalay (CESSP, CNRS)
L’internationalisation  des marchés d’expertise professionnelle comme clef d’entrée dans  la mondialisation des ‘luttes de palais’

Gilles Lhuilier (Professeur de droit à l’Université de Bretagne Sud)
« Normative spaces ». La localisation mondiale des lois par les acteurs privés

11h30-11h40 pause

Didier Demazière (CSO, CNRS)
Comment interroger l’évidence d’une mondialisation du chômage ? Une démarche de comparaison internationale compréhensive

Isabelle Giraudou ( Maison franco-japonaise de Tokyo,CNRS-MAEE)
Les Principles of Asian Contract Law (PACL) : objet d’une recherche de droit global ?

14h30-17h30 : Catégoriser/Quantifier la Mondialisation

Jean-Yves Mollier (CHSCS, UVSQ)
« Quelques réflexions sur la circulation des imprimés dans le monde (XVe-XXIe siècles) »

Ioana Popa (ISP, CNRS)
Processus d’internationalisation culturelle et scientifique pendant la Guerre froide : comment les observer là et quand on ne les attend pas

16h-16h10 pause.

Gisele Sapiro ( CESSP, EHESS )
La mondialisation dans le domaine de la production culturelle : le cas du marché du livre et de la traduction

Stephane Dufoix (SOPHIAPOL, Université Paris Ouest Nanterre)
Comment les mots viennent au monde… Socio-sémantique historique et mondialisation 

Stéphanie Treillet (CEMOTEV-UVSQ)) et  Dominique Mertens-Santamaria (CEMOTEV-UVSQ)
La mondialisation en économie, entre stratégie des firmes et politiques des États

Jeudi 20 Septembre

10h-12h30 : les Economies de la Mondialisation

Alain Tarrius (LISST, Université Toulouse Le Mirail)
Un carrefour de la mondialisation des migrations : la Mer Noire comme « moral area » (R.E. Park) de l’économie mondiale du « poor to poor ».

Carlos Alba-Vega (Centre d’études internationales, Colegio de Mexico)
Globalisation par le bas et enjeux politiques à Mexico

11h-11h10 pause

Olivier Pliez (LISST, CNRS)
Suivre des routes discrètes de la mondialisation, une approche géographique multisituée

Helene Le Bail (Maison franco-Japonaise de Tokyo, CNRS-MAEE)
Mobilités transnationales dans un contexte de récessions démographique et économique : le cas des Chinois au Japon

Hélène Pellerin (École d’études politiques, Université d’Ottawa)
Regard critique sur la mondialisation : la mobilité des personnes comme forme d’internationalisation des firmes

14h30-17h30 : Lieux et Echelles de la Mondialisation

Gustavo Sora (CONICET, Université nationale de Cordoba)
Défis d’une ethnographie du centre du monde éditorial à partir de ses rapports avec l’Amérique Latine

Romain Lecler ( CESSP, Université Panthéon-Sorbonne)
Circulez ! Il n’y a rien à voir. Méthodologie d’une enquête sur la mondialisation des images.

16h-16h10 pause

Frédéric Keck  (LAS, CNRS  ) : Titre à préciser

Mathieu Hauchecorne (Printemps, UVSQ)
Théories sans frontières ? Circulation transnationale des idées et mondialisation

Conclusion du colloque

Peter Wagner (ICREA Research Professor at UB (Universitat de Barcelona) Social & Behavioural Sciences)
Vers une sociologie- monde de la modernité.

Organisation scientifique :  Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson

Le colloque est organisé grâce au soutien de l’UVSQ, de la délégation régionale Île-de-France Ouest et Nord du CNRS, de la Communauté d’agglomérations de Saint-Quentin-en-Yvelines  et de l’UFR de sciences sociales de l’UVSQ.


2 réflexions au sujet de « Aux sources de la mondialisation : colloque les 19 et 20 septembre 2012 »

Les commentaires sont fermés.