Maryse Bresson : « la précarité n’est pas l’apanage du secteur privé »

"Le zombie fonctionnaire" (Viketaur/FlickrCC)

C’est l’histoire de personnes hautement diplômées, embauchées dans une municipalité pour travailler sur des projets de développement social urbain. Se seraient-ils donné le mot ? Ils exprimaient tous un sentiment d’infériorité à l’égard des fonctionnaires. « Notre parole ne vaut rien, disaient-ils, même si on est chefs de projet ; on se retrouve confrontés à des hiérarchies doubles, triples…  Ces personnes ont un emploi précaire, mais des responsabilités managériales dans une structure publique[1], avec les contraintes politiques et le poids réglementaire de la fonction publique. « Faites vos preuves », leur dit-on à leur arrivée ; face à des enjeux politiques qui les dépassent très largement, ils cherchent encore, au bout de deux, trois ans, les clefs du travail avec les élus.

C’est l’histoire d’un jeune chercheur en sciences de la vie, qui refuse de suivre son directeur de thèse à l’étranger pour ne pas avoir à se séparer de sa compagne. Brimades, charge de travail jusqu’à des heures tardives, travail considéré comme « nul, ça ne peut pas continuer »… Et impossible de se plaindre sous peine d’éprouver de sérieuses difficultés à trouver du travail. Des contrats de recherche de trois à six mois, sans perspective connue, pour que finalement sa signature n’apparaisse même pas au bas des publications collectives. On lui propose un post-doctorat dans une équipe en opposition complète à celle de son directeur, qu’il accepte avec joie, pour se retrouver au milieu d’un conflit entre les deux équipes. Il est maintenant chargé de recherche au CNRS : « tiré d’affaire », il peut raconter son histoire sans craindre les conséquences.

C’est l’histoire de dames de service dans une petite municipalité. Avec leur statut d’agent horaire, elles apprennent au début de chaque semaine combien d’heures elles vont travailler, et sont payées en fonction, à la vacation. Des contrats non prolongés, non renouvelés, ou pour une fonctionnaire, un statut de stagiaire (l’équivalent de la période d’essai du privé) qui dure encore deux ans après l’embauche. Là, le harcèlement n’est pas que moral : la titularisation passe par des contraintes sexuelles. « Nous, on est des petites gens », répètent ces femmes en guise d’explication.

Les salariés de l’entre-deux

Quel est le point commun entre toutes ces situations, qui ne sont pas évidemment du même ordre de gravité ? Pour Maryse Bresson, chercheuse en sociologie au laboratoire Printemps, c’est la précarité des « salariés de l’entre-deux » : « Ils sont entre deux mondes, entre deux groupes professionnels ; ils ont des collègues, mais ils ne font pas vraiment partie de l’équipe. Sont-ils vraiment “chercheurs”, vraiment “moniteurs” ? Ce métier, c’est ce qu’ils deviendront, ou ne sont-ils là qu’en passant ? Ont-ils intérêt à accepter des responsabilités croissantes, oui mais s’ils n’y arrivaient pas ? » Dans un article de 2011, elle définit la précarité ainsi : la montée des incertitudes relatives à la fois au devenir des sociétés, aux parcours de vie et à la situation des individus, des groupes, ainsi qu’à la manière dont cette incertitude est vécue, par certains plus que d’autres, comme une dégradation de leurs conditions d’emploi, de travail et de vie.

Loin du mythe de la fonction publique confortablement installée dans sa progression de carrière inéluctable, Maryse Bresson s’est intéressée à des cas en proportion croissante, dans l’enseignement, l’administration, et souvent, la fonction publique territoriale. Quelle proportion ? Les chiffres posent problème malgré les efforts de quantification, notamment du collectif Pecres. « Le monde de la fonction publique, je le connais, puisque je suis fonctionnaire moi-même. Et pourtant, j’ai été très surprise de la méconnaissance que témoignaient les fonctionnaires (dont je fais partie !) des réalités vécues par les personnes précaires. Ils commençaient par me dire “non, des précaires, il n’y en a pas chez nous. À part peut-être Untel, mais ça va s’arranger. » Et ça ne s’arrangeait pas pour Untel, et Untel n’était pas le seul. » Souvent, cette personne, une fois identifiée, refuse de parler. Et craint les conséquences une fois l’entretien fait. « J’ignorais l’ampleur de ce sentiment de subordination, de la crainte des conséquences si l’on se plaint. Ces problèmes ne sont pas du tout réservés au secteur privé. »

La précarité ressentie

« Au départ, j’ai voulu étudier les salariés en contrat précaire : CDD, temps partiel contraint… tous les contrats dits “atypiques”. Mais ils n’ont été qu’une partie de mon sujet. J’ai aussi voulu étudier ceux qui étaient maintenant titulaires de leur poste, mais avaient été précaires, pour comprendre quel avait été leur parcours. Mais je me suis également rendu compte que même les fonctionnaires n’étaient plus si assurés que ça de la stabilité de leur poste. Il se développait une forme de précarité du travail, voire, avec la mobilité, la création d’autres perspectives, une précarité de l’emploi, notamment dans la fonction publique territoriale. Les personnes se sentaient précaires pour des raisons très différentes. J’ai cherché à comprendre pourquoi ces gens se sentaient précaires. » Derrière ce mot fourre-tout, se cache une angoisse bien ressentie.

« Un animateur qui est fonctionnaire dans la fonction publique territoriale me racontait qu’il se sentait précaire depuis que son service avait disparu. Il ne voulait pas se retrouver à faire la police municipale, et pensait devoir partir. Je ne me voyais pas l’écarter trop vite de ma catégorie des “précaires“. Prenons un autre exemple : quelqu’un qui était officiellement veilleur de nuit, mais qui avait un diplôme de moniteur-éducateur et qui en faisait le travail. Il ne se sentait pas assuré dans son métier, parce qu’il pouvait redevenir veilleur de nuit n’importe quand. Si on rassemble tout ça, ce n’est jamais exactement le même problème, mais ces personnes ressentent le même type d’inquiétude. J’ai voulu chercher le point commun parmi la diversité de métiers, de diplômes et de salaires. »

Après une quarantaine d’entretiens qualitatifs auprès de personnes qui se considéraient comme précaires, Maryse Bresson a écrit plusieurs articles (voir ci-dessous). Son enquête s’est étalée dans le temps. Elle a rencontré de grands pessimistes, qui à cinquante ans, avec trois enfants à charge, voyaient leur avenir s’éclaircir en trois ans. Et de grands optimistes, qui voyaient de belles occasions de changer de branche d’activité se transformer en cul-de-sac.

Fonction publique de carrière, fonction publique d’emploi

Manifestation à Lyon en février 2011 (AFP/Horvat)

Ce travail sociologique a une dimension politique évidente : quelle organisation est souhaitable pour la fonction publique ? Un statut de fonctionnaire réservé à certaines personnes à haute responsabilité qui auraient vraiment « besoin » du statut de fonctionnaire pour bien faire leur travail, comme l’appelait de ses vœux un ancien ministre de la fonction publique qui a refusé d’être enregistré ? « Si l’on considère qu’une femme de ménage n’a pas besoin du statut de fonctionnaire, c’est là que se greffe la réalité de la précarité liée à la fonction publique », remarque Maryse Bresson, qui replace son analyse à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy, dans le cadre d’un discours public qui parle de passer d’une fonction publique de carrière à une “fonction publique d’emploi” : comme l’explique un rapport de la direction générale de la fonction publique (téléchargeable ici), « le principe est de sélectionner les candidats dont le profil correspond le mieux à chaque poste, que ce soit par recrutement externe, par promotion ou par mouvement interne. On constate qu’il n’existe plus deux systèmes séparés par une frontière nette, et que la plupart des pays ont de fait une organisation “mixte”. » Une loi, censée lutter contre la précarité dans la fonction publique, a été votée le 12 mars 2012 (lire le texte de la loi ici, un article de Libération qui résume la concertation ici). Elle prévoit la titularisation des personnes qui ont plus de six ans d’ancienneté sur les huit dernières années.

« Le lien n’est pas si évident entre les enjeux politiques et historiques, tels qu’ils se sont construits, le sentiment de vulnérabilité vécu par les personnes, et la précarité objective » : Maryse Bresson souhaite maintenant travailler à mieux comprendre ces liens. Avec, à la clef, un projet de livre. Dans une institution aux salariés le plus souvent très stables, ce qui est censé produire de la fiabilité, elle cherche, aux marges, les clefs de la vulnérabilité et de la précarité.

La revue SociologieS a organisé un débat sur le thème de la précarité. On y trouve un article de Maryse Bresson, « La précarité : une catégorie d’analyse pertinente des enjeux de la norme d’emploi et des situations sociales d’“entre-deux“ » ; un article d’Henri Eckert : « “Précarité“, dites-vous ? » ; et un article de Mircea Vultur : «La précarité : un “concept fantôme” dans la réalité mouvante du monde du travail ».



2 réflexions sur « Maryse Bresson : « la précarité n’est pas l’apanage du secteur privé » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *