Rencontrer le temps? Temporalités affronte la physique

Ce billet est une reproduction de l’original, paru sur le blog de Temporalités.

Qu’est-ce que la science physique peut apprendre aux chercheurs en sciences humaines en sociales, sur le temps que nous vivons, les temporalités que nous créons et rencontrons ? Le 17 avril 2012, à l’occasion de l’assemblée générale de Temporalités, nous avons reçu le physicien Etienne Klein pour échanger nos conceptions du temps. Le débat a été vif, nous menant à un autre questionnement : parlons-nous vraiment de la même chose ?

Ceci est le premier lecteur audio de la séance. Lancez la lecture ci-dessous pour écouter l’introduction de Claude Dubar.

Les trois interventions

Claude Dubar a ouvert le débat avec son analyse des travaux d’Étienne Klein sur le rapport entre le temps de la physique et le temps vécu par les humains, en société. La rupture entre les deux est-elle totale ? Claude Dubar est convaincu que non. Pour lui, la thèse de l’éclatement du « temps » en des temporalités multiples pourrait constituer un débat interdisciplinaire intéressant entre physiciens, psychologues, sociologues (et démographes), anthropologues et historiens.

Étienne Klein a ensuite pris la parole. Son exposé a notamment mis l’accent sur le danger des abus de langage, qui nous font définir comme « temps » les temporalités vécues et ressenties au quotidien, ce qui n’a rien à voir avec la variable « t » de la science physique. Selon lui, « toutes les disciplines scientifiques ont accès à des temporalités propres aux objets qu’elles se donnent à étudier : vous êtes sociologues, vous étudiez les temporalités sociales incontestables, qui ne peuvent pas être comprises par d’autres personnes que des sociologues.»
(vous trouverez une présentation des intervenants dans cet article du carnet du laboratoire Printemps. Cliquez ici)

Écouter l’intervention d’Étienne Klein :

Jean-Marc Ramos a confirmé l’importance de mettre au clair ce que les sociologues entendent par « temps ». Il a rappelé qu’en sciences humaines et sociales, le temps physique est le temps de référence pour les pionniers de la sociologie, voire le temps total (Durkheim). Le temps physique est donc à la fois un instrument et un outil. Il propose de mettre en place une « échelle des temps », dont chaque niveau correspondrait à une expérience spécifique du temps.

Le débat

Mais comment dépasser de tels abus de langage… par le langage, demande Jean-Michel Baudouin ?

En sociologie, il n’y a pas de loi « de tout temps », ce qui fait des sciences humaines et de la science physique deux univers disjoints. On ne parle pas de la même chose, craint Frédéric de Coninck :

Le sociolinguiste François Leimdorfer confirme qu’on ne peut pas sortir du langage pour résoudre le dilemme… Et s’interroge sur la bonne définition du temps en physique.

Réponse d’Étienne Klein : si on veut pouvoir discuter, il faut se garder d’essentialiser les temporalités. C’est le paradoxe de l’ancestralité, selon lequel l’existence du temps a précédé celle des consciences… Cela n’empêche pas la physique de connaître des conditions initiales. « L’Univers a une histoire, tout comme la société a une histoire. Les lois physiques n’évoluent pas, les conditions physiques évoluent.[…] Je ne suis pas sûr qu’on soit épistémologiquement si distincts les uns des autres…»

La discussion peut être difficile quand on n’emploie pas la même acception du mot « temps »… la preuve par ce dialogue entre Frédéric de Coninck et Étienne Klein :

Claude Dubar tire de ces divergence deux hypothèses : une simple différence épistémologique, ou même deux catégories de sciences complètement séparées ? Mais les deux disciplines font la même « guerre à l’essentialisme ».

Carmen Leccardi, quant à elle, propose de tirer de ces différences une plus grande richesse de compréhension. Pour elle, les représentations du temps sont un enjeu de pouvoir trop important pour que les chercheurs avancent divisés.


Et si la linguistique trouvait un point commun : le temps comme repère, propose François Leimdorfer.

Conclusion de Claude Dubar : il y a bien un dialogue possible entre deux façons différentes, confrontables, de faire de la science. Ce dialogue demande peut-être un détour par la philosophie du concept, et non pas par la philosophie de la conscience. Un dossier de Temporalités qui confronte les possibilités de… Rencontrer le temps ? Joli titre.

Le débat est reproduit dans sa quasi-intégralité, à l’exception des passages dont la qualité d’enregistrement était insuffisante. Malheureusement, ces soucis de son affectent particulièrement Étienne Klein, enroué ce jour-là, ainsi que les questions d’Olivia Samuel et Gabrielle Varro. Nous n’avons donc pas pu rendre compte de toutes ses réponses et nous en excusons.
Nous remercions Etienne Klein pour sa présence, tous les membres de la revue Temporalités pour leur fidélité, le laboratoire Printemps et son directeur Jérôme Pélisse pour le déjeuner. Nous remercions également Jean-François Dars (CNRS) pour son aimable autorisation de reproduction des photographies. Tous droits réservés. Les personnes ne souhaitant pas voir figurer leur photo et/ou enregistrement audio peuvent me contacter à cette adresse.
Nous attendons vos commentaires, remarques, réflexions, par le biais du formulaire ci-dessous.


Une réflexion sur « Rencontrer le temps? Temporalités affronte la physique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *