”Ce que la violence politique fait aux carrières militantes (France, 1962-2012)”, compte rendu de la journée d’étude – Science Po Bordeaux, 7 février 2014

Soutenue par le Centre Émile Durkheim, Sciences-Po Bordeaux et le laboratoire Printemps, cette journée d’étude avait pour point de départ un constat commun à nos recherches respectives (nationalisme basque et violence révolutionnaire) : celui du faible nombre de travaux et surtout de la relative absence de mise en récit de la violence politique qu’a connue la France depuis la fin de la guerre d’Algérie. Pourtant, il nous semblait non seulement pertinent mais nécessaire de penser un phénomène qui interroge doublement la France, comme espace géographique – c’est-à-dire du point de vue de ses frontières – et comme espace politique – celui d’une démocratie pacifiée – dont la violence vient bousculer la routine démocratique. Cette double dimension nous paraissait justement intéressante pour cerner les conditions d’existence de la violence politique en France dans le paysage académique, et notamment les difficultés observées pour penser la violence politique comme phénomène endogène. Pour cela, il nous a semblé fécond de l’envisager à partir d’approches théoriques et disciplinaires croisées pour contribuer à un état des lieux critique permettant d’envisager, à terme, une cartographie du phénomène.Après avoir présenté la genèse de cette journée d’étude, le propos introductif s’est articulé autour de 3 pistes pour comprendre le relatif délaissement de la violence politique en France depuis 1962 : les obstacles méthodologiques, les mises en silence et dénis d’antériorité et la construction de l’altérité. Ces trois pistes conduisent à interroger la notion de carrière militante. Travailler la violence politique en France à partir des carrières militantes est apparu en effet particulièrement heuristique pour éclairer les différentes dimensions de cet objet. Refusant les approches essentialisantes ou pathologisantes, la notion de « carrière » militante invite à penser « la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contextes ». Comme le souligne Isabelle Sommier, « les engagements radicaux ont été soumis bien davantage que les engagements ordinaires au prisme de l’exceptionnalité, voire du pathologique, en vertu d’une coupure dommageable entre le domaine d’études des mouvements sociaux et de la violence ». En ce sens, la journée d’étude visait ainsi à considérer l’engagement dans la violence comme un engagement ordinaire.

Attentat du 11 septembre 1984 contre la gendarmerie de Lecumberry. ©Daniel Velez
Programme JE Bugnon-Lacroix

 Au programme de cette journée, sept interventions, dont quatre présentées par des chercheurs d’universités étrangères (Argentine, Grande-Bretagne, Italie, Canada), ce qui a confirmé ce délaissement par les chercheurs de l’Hexagone de la question de la violence politique sur le territoire national.

Trois temps de réflexion ont jalonné cette journée : le premier a rassemblé des interventions interrogeant la temporalité dans la violence, les cycles de mobilisation, le deuxième s’est intéressé à la mise en scène de la violence au prisme de la médiatisation, et le troisième et dernier temps a appréhendé la violence et son rapport au territoire national.

Affiches d'AF ©Humberto Cucchetti
Affiches d’AF ©Humberto Cucchetti

La première session « la violence politique au prisme des temporalités », a été ouverte par Humberto Cucchetti (chargé de recherche au CONICET en Argentine) avec une communication consacrée aux militants de l’Action française depuis la fin de la guerre d’Algérie. Il a montré que les trajectoires organisationnelles et les carrières militantes plongeant leurs racines dans l’Action française ont été moins explorées que la tradition putschiste dont est imprégné le terrorisme anti-gaullien de l’OAS ainsi que celle de la survivance d’une culture militante liée à la virilité, la violence physique et les combats de rue. À travers des entretiens auprès de militants et le recueil de documents, il a analysé la place de la violence politique et militante au cœur de la dynamique d’Action française et les changements opérés au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. L’analyse des nouvelles générations de monarchistes engagés lui a permis d’apprécier la permanence d’une culture de combat de rue en même temps qu’un déclin de la violence politique.

©Humberto Cucchetti
Service d’ordre AF ©Humberto Cucchetti

Puis, Manus McGrogan (Docteur en histoire, Université de Portsmouth) est revenu sur les combats de rue de l’après 68 à travers le cas de Richard Deshayes pour examiner l’impact de la violence (à la fois subie et exercée) sur une carrière politique. Articulant sources orales et presse radicale, il a retracé la carrière de Richard Deshayes, militant du groupe « mao libertaire » Vive la révolution (VLR) et figure de proue de l’éphémère Front de Libération de la jeunesse (FLJ), avant d’être défiguré par le tir à bout portant d’une grenade policière. Après avoir analysé la violence gauchiste post-68 en général, Manus McGrogan s’est concentré sur la logique de la violence « mao-spontex » de ces années, pour terminer par le bilan des effets de cette violence sur les carrières individuelles. Il a montré notamment que Roland Castro a annoncé la dissolution du groupuscule pour éviter de basculer dans le terrorisme, plongeant ainsi certains militants comme Richard Deshayes dans l’isolement quand d’autres, suffisamment dotés en capitaux, purent construire des trajectoires universitaires et professionnelles.

Enfin, Sébastien Schifres (Doctorant en science politique, Université Paris 8) a mis en lumière les trajectoires des militants autonomes entre 1977 et 1984. Pointant les mécanismes classiques des processus d’engagement militant (prédisposition familiale et immersion dans un réseau de sociabilité en contact avec le réseau militant), il a insisté sur les modalités de désengagement qui font la spécificité de la violence politique. Analysant le processus de marginalisation et de décomposition de la mouvance, lié notamment à l’enfermement des militants dans les squats, il a démontré que l’arrivée de la gauche au pouvoir voit se décomposer la mouvance autonome, entre logique de militarisation avec Action Directe, création de groupes politiques débouchant sur la création des Verts en 1984, reconversion des intellectuels dans des structures institutionnelles, et pratiques d’autodestruction des militants les plus marginaux (pauvreté, toxicomanie, souffrances psychiques).

Cette première session consacrée aux temporalités de la violence politique a ensuite été discutée par François Audigier (Maître de conférences en histoire, HDR, Université de Lorraine). Soulignant que la violence politique constitue un carrefour des sciences sociales, il a insisté sur la nécessité d’articuler différentes grilles d’analyse : l’histoire culturelle et sociale, l’anthropologie, ou encore la sociologie. Négligé par l’historien du politique en France (à l’exception d’Olivier Dard pour les nationalistes et Sylvain Boulouque pour le Parti communiste), le rapport entre la violence politique et les carrières s’avère pourtant déterminant dans la fabrique des identités politiques et leurs évolutions tout au long du XXe siècle.

La seconde session de cette journée intitulée, « Agir pour être visibles : les répertoires d’action de la violence politique », a débuté par une communication de Jan-Hendrik Schulz, (Doctorant en histoire à l’Institut universitaire européen de Florence) sur les campagnes de grève de la faim d’Action directe (AD) et de la Fraction armée rouge (RAF) dans les années 1980. S’appuyant sur un corpus de correspondances, d’entretiens auprès de témoins, d’autobiographies, de documents d’anciens prisonniers, d’articles de presse et de photographies, il a analysé le contraste entre le succès des mobilisations des prisonniers de la RAF dans le cadre de leur campagne de grève de la faim dans la société ouest-allemande des années 1980, et celle, plus confidentielle, des prisonniers d’AD en France. Mobilisations couronnées de succès, les grèves de la faim de la RAF résultent d’un processus d’ouverture et d’une interaction complexe avec d’autres espaces politiques et sociaux que les militants d’Action Directe en France n’ont pas été en mesure de capitaliser autant, notamment la compétence de communication de l’environnement social et politique des militants de la RAF (avocats, parents et partisans politiques) auprès des médias.

Matthjis Gardenier (Doctorant en science politique, Université Montpellier 3), à travers une enquête de terrain et l’analyse d’un corpus de presse à partir duquel il a effectué une recherche lexicométrique, s’est intéressé aux représentations sociales et au traitement médiatique de la figure du « casseur », lors du contre-sommet de l’OTAN de Strasbourg en 2009. Il a étudié d’une part, les manifestants faisant le choix d’attaquer des cibles symboliques et d’affronter les forces de l’ordre, et de l’autre un discours médiatique qui qualifie les auteurs de ces actes violents à des « casseurs ». Il a observé le processus de dépolitisation de cette violence à caractère politique en mettant à jour une écrasante disproportion entre l’usage des termes qualifiant les actions des manifestants et ceux désignant leur orientation politique. Alors que le terme anticapitaliste n’est pas mentionné, les références aux motivations politiques des participants au contre-sommet ne sont pas évoquées, quelle que soit la couleur politique des personnalités citées. La représentation médiatique de la violence politique subit ainsi deux types de déformation et d’invisibilisation : la distorsion et la défalcation.

©Fréderic Labarbe
Contre-sommet de l’Otan Strasbourg 2009 ©Fréderic Labarbe

Ouvrant la discussion, Jacques Faget (Directeur de recherche CNRS, Centre Émile Durkheim) a rappelé que la grève de la faim, stratégie classique dans le répertoire d’action des prisonniers, se réalise dans les pays d’État de droit. Selon lui, les différences de fond historiques entre la RAF et Action Directe et la faible mobilisation en faveur d’AD, expliquent que le recours à la grève de la faim n’ait pas eu les mêmes effets en France et en Allemagne. Dans cette perspective, il convient donc de veiller à ne pas trop rationaliser les stratégies des acteurs qui ne maîtrisent pas les effets de leurs actions. Concernant, le sommet de l’OTAN, il a proposé d’aller vers une analyse des stratégies internes de la manifestation, plus horizontale, qui pourrait enrichir l’analyse verticale du rapport à l’État afin de saisir la façon dont les manifestants violents se situent par rapport aux autres manifestants dans une concurrence pour avoir le monopole dans l’espace militant.Enfin, la troisième session a envisagé la violence politique sur le territoire national comme un impensé ou objet d’exotisation.

conférence de presse Borgo 1994 ©Thierry Dominici
Conférence de presse Borgo 1994 ©Thierry Dominici

Thierry Dominici (Docteur en science politique, Université Bordeaux 4) est ainsi intervenu sur la violence indépendantiste corse en s’appuyant sur le cas de Jean-Michel Rossi. À partir d’une longue recherche de terrain (1996-2010), il dessine autour du cofondateur du FLN-C et ancien dirigeant du bloc Cuncolta/FLNC Canal historique (assassiné en août 2000), et d’autres militants en rupture de ban avec le FLN-C suite à l’assassinat du Préfet Erignac (1998), trois réalités sociopolitiques inhérentes à une carrière politique fondée sur la clandestinité et sur les actions violentes. Cette triple déclinaison s’articule autour de la formation politique et intellectuelle, de la vie carcérale (et des menaces physiques qui pesaient sur lui), et le regard réflexif d’un militant sur la structure du FLN-C et ses périphéries.

Analysant les trajectoires de militants djihadistes en France depuis 2001, Benjamin Ducol (Doctorant en science politique, Université Laval, Québec) a montré que la violence djihadiste demeure en France une réalité sociohistorique trop rarement interrogée dans le champ académique. Interrogeant les processus de radicalisation et les déclinaisons concrètes de cet engagement, il a dressé un état des lieux du djihadisme en France et montré le double processus d’exotisation et d’invisibilité de cette violence politique sur ce territoire. Il s’est ensuite attaché à discuter des modalités d’appréhension du terrorisme au prisme de la sociologie du militantisme et de l’analyse processuelle. Illustrant les limites de l’approche biographique, Benjamin Ducol a proposé l’analyse des réseaux afin de compléter la reconstitution des trajectoires d’entrée, du maintien et de la sortie de l’activisme islamiste violent. Il a ainsi invité à adopter une perspective méthodologique de « triangulation processuelle » entre archives judiciaires, entretiens biographiques et analyse des réseaux.

©Fréderic Labarbe
Contre-sommet de l’Otan Strasbourg 2009 ©Fréderic Labarbe

La discussion a ensuite été ouverte par Xabier Itçaina (Chargé de recherche CNRS, Centre Émile Durkheim), questionnant la méthode et la représentativité des cas présentés, notamment sur ce qu’un itinéraire peut nous dire ou pas d’une génération historique. Il a également invité les chercheurs à s’intéresser également à l’idéologie et aux croyances (en quoi le marxisme structure la pensée nationaliste, quelle est la pensée politico-religieuse des djihadistes) pour comprendre l’analyse du processus d’engagement, la fabrique des idées étant aussi importante que les effets de réseau sur le plan organisationnel.

Parmi les multiples enseignements de cette journée d’étude, le nécessaire décloisonnement des travaux sur la violence et de la sociologie du militantisme a été martelé, soulignant l’intérêt d’une approche processuelle de la radicalisation politique et la nécessaire interrogation d’une pacification de la conflictualité politique française depuis 1962. La question des cycles de mobilisation a ainsi été mobilisée par les historiens Manus McGrogan et Jan Schulz, et par les politistes Humberto Cucchetti et Sébastien Schifres. Les processus d’invisibilisation et d’exotisation de la violence politique mis en lumière pour les djihadistes, les manifestants contre le sommet de l’Otan, et pour la Corse, soit par le discours médiatique, soit par le discours politique ou par les chercheurs, se révèlent ainsi particulièrement pertinents. La multiplicité des méthodes utilisées permet ainsi de dessiner des carrières militantes dans l’engagement radical et violent, recueil de documents et d’articles de journaux, de témoignages, entretiens biographiques, observation ethnographique. Fruit de multiples tâtonnements construits en situation d’enquête, en raison notamment des difficultés d’accès à ce type de terrain, le croisement des méthodologies, le dialogue entre disciplines et la diversification des matériaux d’enquête constituent également un gage de solidité de l’analyse, afin de ne pas généraliser ou modéliser à partir de quelques entretiens ou documents.

Conditions spécifiques de l’engagement violent, de l’entrée jusqu’à la sortie en passant par d’éventuelles reconversions, telles sont les étapes évoquées par toutes les communications, soulignant la tension bénéfices/coûts de la violence politique dans les carrières militantes.

Pensée comme une étape de défrichement, cette journée d’étude appelle la poursuite de la réflexion sur cet objet foisonnant que constitue la violence politique contemporaine sur l’ensemble du territoire national, de Paris à Nouméa.

Fanny Bugnon et Isabelle Lacroix

Références :
Isabelle Sommier, «Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture», Lien social et politiques, n° 68, 2012, p. 15.

Dard Olivier, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005.

Sylvain Boulouque, « Les cadres communistes et la violence : expériences de formation et pratique politique (1920-1939) », François Audigier et Pascal Girard dir., Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Riveneuve, Paris, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *