S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Introduction

La scène se déroule lors d’un cours de « Théorie et Méthode » dispensé par un professeur d’Université à des étudiants en Master 2 « Recherche » en sociologie. La dernière séance de ce cours porte sur l’analyse, et notamment sur la phase d’interprétation consistant à passer du matériau brut à ce que l’on veut en dire. Le professeur enseigne donc des recettes concrètes pour mener à bien cette analyse, pour séparer, interpréter et connecter les données à des formes plus conceptualisées. Nous reconstituons ici l’échange selon les souvenirs qui nous restent de cette interaction :

« – Imprimez et centralisez sur une grande table vide l’ensemble de vos notes. Puis prenez des ciseaux et découpez tous les bouts de textes qui se rapportent à une même idée. Regroupez ensuite ces bouts de papiers selon la catégorie à laquelle ils se réfèrent et collez-les entre eux.
Un élève lève la main. Le professeur lui donne la parole. – Il existe des logiciels permettant d’automatiser ces opérations concrètes, et qui fonctionne exactement comme la trousse que vous décrivez : ils découpent les éléments textuels d’un même document qui sont suffisamment différents, puis les collent au sein d’autres documents regroupant tous les extraits décrétés similaires par le chercheur.
– Je ne connais pas ces logiciels, mais je vous les déconseille, parce que les logiciels font des choses sans que le chercheur puisse les contrôler. Une paire de ciseaux et un tube de colle font amplement l’affaire. »

Cet extrait témoigne de deux choses : 1) De la même façon que les sociologues quantitatifs disposent de bases de données et de logiciels d’analyse, la sociologie qualitative a aussi ses outils informatiques permettant de regrouper des matériaux et d’épauler le chercheur dans son analyse 2) De même que pour les logiciels d’analyse quantitative, les logiciels d’analyse qualitative sont critiqués par ceux qui ne les utilisent pas (le professeur ici) et par ceux qui les mobilisent (nous, deux doctorants, dans la dernière partie de ce billet). Ce sont ces deux éléments – le potentiel que l’on peut tirer de ces logiciels et les résistances qu’ils produisent, soit a priori par leur méconnaissance soit a posteriori, par leur usage – qui ont incité les doctorants du Printemps et du CESDIP à consacrer une séance de leur séminaire commun à l’enquête qualitative et à une présentation à deux voix des logiciels Atlas.ti (logiciel payant, http://www.atlasti.com/index.html) et Sonal (logiciel gratuit, téléchargeable ici : http://www.sonal-info.com/fr).

Si ces logiciels sont potentiellement méconnus et critiqués, c’est qu’il y a effectivement un paradoxe à outiller par l’informatique l’analyse de données qualitatives, que l’on renvoie spontanément à l’écriture littéraire, au regard de l’anthropologue et à son sens de l’observation concrétisé par et dans son journal de terrain. Néanmoins, sur le plan analytique, ces logiciels ne font que très peu de choses par eux-mêmes ce qui les rapproche davantage d’outils pour organiser son travail de façon efficace. Leur usage ne se laisse toutefois pas rabattre sur ce seul plan instrumental puisqu’il implique des prises de positions théoriques sur ce que faire du terrain veut dire et sur le sens à donner aux différentes opérations de recherche, qui vont de la réalisation d’entretiens, du stockage et de l’analyse du matériau, à l’écriture finale d’une recherche (article, rapport, thèse).

De la trousse à la souris
De la trousse à la souris : le chercheur équipé pour l’analyse (http://m.koreus.com/image/ctrl-v-ctrl-x-ctrl-z.html)

Nous proposons ici de décrire brièvement certaines de leurs fonctionnalités respectives[1]en distinguant ce que l’on met dans ces logiciels (1) et ce que l’on y fait (2).Nous réduisons sensiblement les apports d’Atlas.ti et de Sonal puisque nous nous intéressons ici uniquement à ce qu’ils apportent en termes d’opérations ordinaires de recherche, c’est-à-dire d’opérations qui ne nécessitent aucune capacité de calcul ou de traçage de réseaux. Enfin, ce billet propose une réflexion sur ce que ces logiciels font aux pratiques de recherche, ce qui permet d’ouvrir sur quelques limites qui nous apparaissent importantes à signaler (3).

Ce que l’on y met

Atlas.ti et Sonal permettent de traiter, selon des modalités expliquées plus loin, du texte, des images et du son. Ces outils interviennent donc entre deux moments clés de l’enquête − le terrain et l’analyse – phase au cours de laquelle se niche une multitude d’ingrédients hétérogènes récoltés sur le terrain (les matériaux) ou produits par le chercheur dans son laboratoire (comptes-rendus divers, notes de séminaire, notes de lectures, etc.).

Atlas.ti : Pas de chiffres mais des lettres

Atlas.ti permet de centraliser et de traiter toutes sortes de documents tapuscrits : des notes de terrains, des retranscriptions d’entretiens, des notes de lectures ou de séminaires, des éléments bibliographiques, des récits intermédiaires, des textes de communication, etc. Ces textes hétérogènes sont unifiés dans les « unités herméneutiques » (UH) d’Atlas.ti. Une manière de construire ces UH est de les considérer comme des projets de recherche, comme un article, une thèse, ou un projet de recherche (éventuellement collectif). Il est aussi possible de traiter des images, du son et des vidéos, mais seul le matériau textuel, qui est celui que nous utilisons exclusivement dans le cadre de notre recherche doctorale, est présenté ici.

À l’orée de la phase d’analyse, Atlas.ti centralise et permet d’organiser l’ensemble du matériau textuel glané (sur le terrain ou non). En découle une base de données qualitatives qui permettra de maximiser l’analyse en ne perdant aucune miette de ce qui a mis du temps à être récolté par le chercheur.

Sonal : du son et/ou des lettres

Sonal est très orienté vers le travail des entretiens enregistrés. Un projet dans Sonal est un « corpus » qui réunit tous les enregistrements (audio ou vidéo) d’une enquête. Chaque fichier ajouté au corpus peut alors être décrit par un système de variables, définies par le chercheur, qui permet de mémoriser toutes les informations pertinentes sur l’enregistrement, sur la ou les personnes interrogées, voire sur les conditions d’interrogation. Le corpus s’apparente donc d’abord à une base de données auditive – sorte de bibliothèque sonore où l’on stocke toutes ses bandes et dont on peut facilement connaître la composition (combien d’entretiens avec tel ou tel type de répondant, durée des entretiens, etc.).

Le corpus peut ensuite s’enrichir de contenus textuels, soit par retranscription totale ou partielle des bandes stockées – et c’est là, parmi d’autres, un immense service rendu par Sonal – soit par importation de fichiers textuels externes, qui seront soumis au même codage que les bandes audio/vidéo (voir ci-dessous).

Dans son utilisation « normale », un corpus Sonal contient donc des enregistrements sur lesquels s’ajoutent leurs retranscriptions. Les deux supports sont synchronisés, ce qui permet de conserver jusqu’au bout de la recherche l’accès instantané au son en partant du texte et réciproquement. On peut également construire un corpus strictement sonore avec seulement quelques annotations sur les bandes ou un corpus uniquement textuel. Entre les deux, toutes les combinaisons sont possibles.

Ce que l’on y fait

Atlas.ti : découper, coller, assembler, relier et naviguer pour monter en généralité

Le premier usage que permet Atlas.ti s’effectue au niveau des documents. Une fois ces derniers centralisés dans une UH d’Atlas.ti, ils peuvent être codés. Il s’agit ici d’une pratique ordinaire de la recherche consistant à attribuer une ou plusieurs catégories à des extraits de documents, devenant alors des cas d’espèce d’une catégorie analytique (concepts, thématiques). Les codes sont alors des rubriques permettant de regrouper des extraits issus de l’ensemble des documents du corpus. Coder consiste alors à conceptualiser le matériau en contrôlant chacune des montées en généralité au fil de la lecture des documents. Ces codes ou rubriques peuvent ensuite être affinés tout au long du processus assisté par le logiciel. Pour comprendre concrètement comment on peut travailler sur ces codes, il est utile de présenter une seconde pratique de recherche, qui prend sens non plus au niveau des documents mais au niveau du corpus.

Une fois l’ensemble des documents « codés » (ou, autrement dit, une fois que l’on a attribué une rubrique aux différents extraits des documents), Atlas.ti est un formidable outil de navigation. Plutôt que de passer d’un document à l’autre selon leur contexte de production (telle retranscription d’entretien, telle fiche de lecture, telle note de séminaires…), Atlas.ti permet de naviguer à vitesse grand V entre tous ces documents hétérogènes par l’entrée nouvellement offerte des codes. On choisit un code, une fenêtre s’ouvre, et on peut alors passer en revue l’ensemble des récurrences associées au code sélectionné. Quel chercheur ou étudiant n’a jamais été confronté, lors de l’étape de l’écriture, à l’énervement consécutif à la multitude des documents ouverts sur son ordinateur ? Atlas.ti, en centralisant ces documents, permet donc de naviguer facilement entre les extraits de chaque code dans une interface unique. De plus, il est possible de produire, pour chacune des rubriques, des documents (Word) regroupant chacune des récurrences rassemblées sous le code.

La conjonction des pratiques au niveau des documents (le codage) et au niveau du corpus (la navigation) produit un troisième type de pratique effectué au niveau des codes eux-mêmes. On peut dénommer cette pratique la conceptualisation, puisqu’il s’agit de reformater chacune des rubriques pour leur faire épouser précisément les contours des cas d’espèce considérés comme suffisamment homogènes par le chercheur pour être subsumés sous la même rubrique. Pour prendre un exemple concret de cette réversibilité, imaginons un code qui s’avère peu pertinent, soit parce qu’il regroupe trop peu d’éléments, soit parce que ces derniers ne présentent pas entre eux un air de famille assez fort. Il est alors possible de passer en revue l’ensemble de ces récurrences et de les regrouper sous de nouvelles catégories. Au terme de cette étape, le chercheur dispose donc de rubriques à la fois plus fines et plus pertinentes pour penser son matériau. Mieux, le logiciel permet de définir des relations entre les différents codes (des causalités, des appartenances, etc.) et de représenter ces relations sous forme de réseaux.

S’ajoutent à cela d’autres fonctionnalités censées épauler le processus d’analyse, comme un système de mémo que l’on peut utiliser pour centraliser ses réflexions au cours du processus d’analyse, ou bien pour raconter la genèse d’un code et la raison de sa pertinence à un moment donné, ou encore les hypothèses que l’on peut émettre à la lecture de son corpus. Les mémos permettent d’opérationnaliser la réflexivité en gardant sous la main le récit d’enquête, conçu ici non pas comme un récit de terrain, mais comme un véritable récit d’analyse.

Pour résumer, Atlas.ti permet de découper, d’assembler, de lier, et d’annoter. Il s’agit de monter en généralité mais sans jamais décoller de son matériau. L’aller-retour permanent entre le terrain et les codes, ainsi que l’idée de maintenir toujours une adhérence entre les deux, est tout à fait dans l’esprit de la grounded theory, ce que l’on détaillera plus loin.

Intermède : Rien de nouveau sous le soleil de l’analyse qualitative ?

On l’a dit, ces opérations sont des opérations ordinaires de tout travail de recherche. On trouve ainsi dans la première annexe méthodologique de l’ouvrage The Common Place of Law de Patricia Ewick et Susan S. Silbey une section intitulée « Qualititative Analysis » (p. 253-256). Les auteures y livrent une description très fine des opérations d’analyses effectuées à partir du conséquent matériau ethnographique accumulé sous forme d’histoires devant permettre de rendre compte de la place de la légalité dans la vie quotidienne.

Leur corpus est constitué de 141 entretiens retranscrits. Pour les analyser, Ewick et Silbey ont d’abord cherché à identifier un certain nombre de codes décrivant des thèmes qu’il s’agit d’accoler à des bouts de textes de tailles variables. Au terme d’une première lecture, 40 codes ont été produits, lesquels ont été dans une seconde lecture, conservés, supprimés ou intégrés à d’autres thèmes. Des documents thématiques sont ensuite été créés, reprenant chacune des récurrences par thème et offrant une nouvelle navigation thématique dans le matériau ethnographique. Ces documents se sont vus associer un petit texte permettant de contextualiser la référence, ce qui correspond à l’usage que Romain fait de la fonction « Mémo » d’Atlas.ti.

“Thus, the models of legality and legal consciousness that we developed were produced both deductively and inductively, working with existing theoretical and empirical literature and the data we collected (p. 255). Mission accomplie, donc, mais certainement que la tâche eut été plus rapide avec Atlas.ti.

Sonal : Stocker, coder, retranscrire et décompter,

Sur le plan du codage et de la navigation dans les résultats, Sonal s’apparente largement à ce que propose Atlas.ti, à ceci près que le travail de codage repose sur des « thématiques » et des « mots clés » et non sur des « codes » et que la segmentation des matériaux est d’abord pensée pour s’opérer sur la bande sonore plutôt que sur le texte (même s’il est également possible de le faire sur le texte seul). On « découpe » la bande (ou le texte) en « extraits » qui, si on leur associe une thématique, sont représentés par des marqueurs colorés « collés » sur la bande. C’est un peu comme si l’on utilisait des feutres stabilo® directement sur la bande (dans l’illustration ci-dessous, les différents codes couleur se situent dans la colonne de gauche et la colonne centrale représente les entretiens les uns en dessous des autres).

Sonal
Spectacle son et lumière : les entretiens codés sous Sonal

L’inconvénient de cette approche étant que les « extraits » que l’on découpe dans la bande ne sont pas censés se superposer (même si l’on peut associer plusieurs thèmes à un même extrait), ce qui est moins souple que du codage sur du texte seul. Et l’avantage est que ce codage– appelé thématisation – est d’ordre« graphique ». Il offre en effet une vue d’ensemble très précieuse de la composition de chaque entretien et permet une représentation du corpus sous forme de « mur » où chaque extrait est une brique colorée. On « voit » donc l’ensemble de ses matériaux d’un seul coup d’œil.

À l’intérieur des « extraits » que l’on a découpés, on peut ensuite ajouter la version textuelle du passage en retranscrivant son contenu. Cela induit que le texte ajouté dans l’extrait est logiquement « synchronisé » avec la bande, d’autant que le système de retranscription laisse automatiquement des timecodes tout au long de la saisie du texte. Cette synchronisation permet ensuite des redécoupages infinis du texte et du son en les scindant là où ils se rencontrent (les extraits peuvent être fusionnés ou redécoupés à volonté, il n’y a rien de définitif, ni dans le codage ni dans la retranscription). L’intérêt de ce fonctionnement est que l’on peut procéder de diverses manières pour enrichir progressivement son corpus. On peut par exemple se contenter d’une collection de bandes simplement annotées et/ou retranscrites par endroits (pour des entretiens exploratoires qu’on ne pense pas retranscrire intégralement par exemple) ou pousser le travail pour aboutir à un corpus intégralement retranscrit et thématisé (ce qui est recommandé pour utiliser les fonctionnalités d’analyse). Pour atteindre l’objectif qu’il s’assigne, le chercheur est donc libre de s’organiser à peu près comme il l’entend : soit en commençant par découper et coder la bande avant de retranscrire (ou pas) son contenu, soit en commençant par retranscrire intégralement les entretiens avant de les découper thématiquement, soit en encodant la bande directement en cours de retranscription – ce qui peut s’avérer être un gain de temps non négligeable. Cette dernière possibilité fait d’ailleurs tout l’intérêt de Sonal, qui permet donc de découper les extraits et de les coder thématiquement au fur à mesure de la retranscription. On réalise donc simultanément deux tâches habituellement séparées et généralement prises en charge par des logiciels distincts. On n’est plus obligé d’avoir fini de retranscrire pour commencer à réaliser le travail de codage et d’analyse. Précisons également qu’il est possible d’intégrer du texte dans Sonal et de le synchroniser au son, dans le cas par exemple où la retranscription serait faite par une autre personne que le chercheur.

La simultanéité des tâches est d’autant plus intéressante que les fonctionnalités d’assistance à la retranscription (le mode dictée) sont un vrai plus de Sonal. Le principe est simple : le logiciel contrôle la progression de la lecture à votre place, en vous proposant des portions de quelques secondes. Chaque portion est lue une fois, puis la bande s’arrête jusqu’à ce que l’on relance la lecture (alt + espace) ou qu’on passe à la suite (entrée). Cela évite d’avoir à démarrer/arrêter la bande sans arrêt, et permet de progresser à son rythme (et de se donner un rythme de travail !). À l’expérience, le gain de temps est réel. Un compteur de vitesse permet d’ailleurs de savoir combien d’heures il faut pour retranscrire une heure de bande. Selon le débit des locuteurs, ce ratio oscille entre 3 et 5.

Un système de raccourcis au clavier permet de changer de locuteur (question/réponse) en sautant une ligne et de laisser des timecodes un peu partout. En gagnant du temps, on enrichit donc automatiquement le texte d’informations qui permettent de savoir où, quand, et pendant combien de temps les différentes personnes parlent. Pour savoir également de quoi elles parlent, on peut aussi faire un premier codage thématique dès la retranscription.

Enfin, un système de « pondération qualitative » permet de signaler des passages intéressants lors de la retranscription et de les faire ressortir (suivant cinq niveaux de grossissement). Cet enrichissement progressif du corpus débouche ensuite sur différents inventaires et dénombrements qui peuvent apporter une réelle assistance à l’analyse.

Synthétiser et analyser les matériaux

Comme Atlas.ti, Sonal propose, grâce à la fonction « synthèse », un inventaire des « extraits » qui répondent à des critères définis. Il est possible de réécouter et/ou relire tous les passages filtrés en fonction de leur(s) thème(s), et/ou de leur(s) mots-clés, et/ou des mot(s) qu’ils contiennent, des caractéristique(s) du répondant etc. Par exemple, que disent les femmes, de plus de tel âge, sur tel sujet ? Le résultat de ce filtrage (la fameuse « synthèse ») peut ensuite être enregistré et exporté vers Word ou n’importe quel traitement de texte. On peut ensuite ne voir et n’exporter qu’eux.

Au-delà de cette logique d’analyse, Sonal se démarque d’Atlas.ti en cela qu’il propose quelques fonctionnalités de dénombrements qui visent à suggérer certaines pistes d’analyse au chercheur (approche lexicométrique, qui fait ressortir les régularités et/ou les spécificités langagières ; approche chronométrique, qui comptabilise le temps cumulé des différents extraits pour savoir par exemple combien de temps on a passé dans les différents entretiens à parler des différents sujets ; analyse des échanges, qui permet d’étudier la dynamique des interactions et de savoir par exemple avec qui et sur quels sujets l’on trouve le plus de questions posées, les réponses les plus prolixes, etc.). Toutes les informations relatives à ces fonctionnalités analytiques sont présentées précisément sur le site du logiciel. Précisons seulement ici qu’elles permettent à Sonal de pointer de son doigt informatique des régularités, des originalités ou des improbabilités que le chercheur n’aurait pas de lui-même forcément envisagées : à lui ensuite de faire le choix ou non de les mobiliser pour son analyse, en sachant qu’un retour au matériau d’origine – la bande – est constamment et instantanément possible. On peut donc naviguer continuellement d’une analyse descriptive (que disent les répondants ?) à une analyse statistique plus inductive basée sur le vocabulaire (avec quels mots ?), les temps de parole (en combien de temps ?), et la dynamique des conversations (avec quelle spontanéité ?). Ces différents outils propres à Sonal ne servent pas tant à administrer la preuve dans une démarche hypothético-déductive qu’à assister l’analyse compréhensive en faisant ressortir des singularités statistiques. Voyons d’ailleurs à présent ce qu’implique l’utilisation de Sonal comme d’Atlas.ti dans le processus de recherche.

Ce que ce type de logiciels fait aux processus de recherche : apports et limites de l’équipement technique du sociologue qualitatif

Ces logiciels ne sont pas que de simples outils habilitant le chercheur en accroissant l’efficacité des opérations de recherche qu’il accomplit ordinairement. Ils ne font pas seulement mieux qu’une paire de ciseaux et un tube de colle, mais plus. Cette nuance nous semble importante à signaler afin de préciser, en sus des apports, les risques potentiels attachés à ces logiciels.

D’abord ils font plus, car leur fonctionnement repose sur un cadre théorique spécifique, la grounded theory, ou « théorie enracinée », élaborée par Barney Glaser et Anselm Strauss en 1967. Par opposition aux approches hypothético déductives, il s’agit d’une « approche inductive, par laquelle l’immersion dans les données empiriques sert de point de départ au développement d’une théorie sur un phénomène et par laquelle le chercheur conserve toujours le lien d’évidence avec les données de terrain » (Guillemette, 2006). Cette méthode de recherche promeut ainsi un aller-retour permanent entre le terrain et les catégories par lesquelles on le saisit. On cherche à produire des concepts qui adhèrent au matériau récolté. De ces concepts, on réoriente nos façons de récolter et d’organiser le matériau (par exemple, en créant une nouvelle rubrique dans ses grilles d’observation ou de nouvelles questions dans son guide d’entretien). Le matériau nouvellement accumulé permet alors de redéfinir les concepts préalablement mis au jour. Cette méthode permet in fine de produire des catégories d’analyses « ancrées » dans le terrain, au risque toutefois d’un hyper-empirisme. Les nombreuses récurrences auxquelles ces logiciels permettent d’accéder en quelques clics peuvent rendre le choix des illustrations difficiles, qui ne repose alors plus seulement sur la mémoire du chercheur, qui d’ordinaire suffit à sélectionner un exemple de terrain.

De façon générale, le danger de manipuler des catégories est de progressivement naturaliser les codes attribués et de perdre de vue la nature inévitablement subjective du travail de qualification des matériaux opéré par le chercheur. Il ne faut pas perdre de vue que les logiciels ne font que traiter ce que les chercheurs leur « donnent à manger », ce qui relativise la portée probante des analyses qu’on en tire.

Plus précisément, si la volonté de proposer des analyses qui reposent de manière stricte sur du matériau préalablement codé au moment de l’analyse est optimale du point de vue de la rigueur scientifique, peut-être que le prix à payer est alors une frilosité à proposer des hypothèses imparfaitement étayées. Ce problème peut se conceptualiser dans l’alternative entre dépendance au sentier et sérendipité. On l’a dit, dans Atlas.ti comme dans Sonal, les codes, une fois qu’ils existent, peuvent toujours être révisés. Il n’empêche que, par le fait d’exister dans une base de données et de subsumer un ensemble d’extraits de documents péniblement codés, ces codes offrent au chercheur un confort qui pourra le conduire à emprunter un sentier de dépendance aux dépens de la rigueur que permet de logiciel : face à un extrait d’entretien qui cadre à peu près avec un code existant, l’analyste pourra choisir de lui attribuer ce code plutôt que de recréer une catégorie plus pertinente, mais qui se surajouterait et demanderait un travail rétroactif sur les précédents documents déjà codés (puisque ce nouveau code peut s’avérer pertinent pour l’ensemble du corpus, y compris sur les documents déjà codés). Et ce sentier de dépendance jalonné par les codes existants ne favorise pas nécessairement l’inventivité du sociologue. Pire, la sérendipité, définie comme découverte fortuite, est fortement mise à mal par un travail cadré trop vite par des codes tout juste satisfaisants, à défaut d’être optimaux. Avec ces logiciels, on n’oublie rien, mais peut-être explore-t-on moins, du fait du confort des codes existants.

Si l’on met de côté ces limites, que l’on peut contourner par un travail de rigueur constante tout au long du processus d’analyse, il n’en demeure pas moins que ces logiciels transforment considérablement les pratiques de recherche (Demazière et al., 2006). Ainsi, certaines limites de ces logiciels sont relatives aux effets-retours de ces logiciels d’analyse sur les moments de la recherche qui ne sont pas des moments d’analyse. Pour ne prendre qu’un exemple, le fait que le matériau soit codé peut inciter à anticiper ces codes dans les notes que le chercheur prend (sur le terrain, en séminaire, ou face à un ouvrage). Le chercheur habitué à ces logiciels se surprend ainsi à préformater ses documents pour faciliter le travail à venir sur le logiciel, ou à mener ses entretiens en anticipant la manière dont seront thématisés les différents passages de l’entretien. Les paragraphes, peuvent également tendre à épouser la forme de la citation à laquelle on attribuera un code. Peut-être a-t-on aussi moins tendance à coucher sur le papier de nos notes de terrain les éléments qui ne cadrent pas avec les codes tels qu’on les a déjà pensés.

Nous ne prétendons pas que les limites pointées sont exhaustives, et encore moins qu’elles rendent ces logiciels inefficaces. Nos expériences respectives de ces deux outils nous permettent plutôt d’affirmer que, si les opérations assistées par ordinateurs sont faites rigoureusement, elles sont un réel atout dans le travail de recherche. Enfin, nous ne prétendons pas non plus rendre compte de la totalité des fonctionnalités de ces logiciels mais juste de nos usages, pour lesquels notre approche a été largement autodidacte[2].

Kathia Barbier (CESDIP) et Romain Juston (Printemps)

Bibliographie

Rodrigo Bandeira de Mello et Lionel Garreau, « L’utilisation d’Atlas.ti pour améliorer les recherches dans le cadre de la Méthode de la Théorisation Enracinée (MTE) : panacée ou mirage ? », Recherches qualitatives, Vol. 30(2), 2011, p. 175-202

Barney G. Glaser et Anselm L.Strauss, La découverte de la théorie ancrée : stratégies pour la recherche qualitative, Paris, Armand Colin, 2010

Didier Demazière, Claire Brossaud, Patrick Trabal et Karl Van Meter (dir.), Analyses textuelles en sociologie. Logiciels, méthodes, usages, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006

François Guillemette, « L’approche de la Grounded Theory pour innover ? », Recherches Qualitatives, 26(1), 2006, p. 32-50

Patricia Ewick et Susan S. Silbey, The Common Place of Law, stories of everyday life, Chicago  : University of Chicago Press, Etats-Unis, Royaume-Uni, 1998


[1]Il existe des présentations détaillées de ces deux logiciels. Pour une présentation détaillée et une discussion serrée d’Atlas.ti, voir http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/85/08/PDF/RQ_30_2_Bandeira-Garreau.pdf Pour un tutoriel de Sonal, http://www.sonal-info.com/sites/all/exec/Mode%20d’emploi%20Sonal.pdf

[2] Romain tient cependant à remercier Vincent-Arnaud Chappe pour l’avoir socialisé à ce type de pratiques de recherche et pour lui avoir appris à prendre en main ces deux logiciels.


2 réflexions au sujet de « S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche »

  1. Merci pour cet article très clair.
    Je suis toujours étonné par un certain « traditionnalisme » dans le choix des outils et la méfiance dans les logiciels et tout ce qui ressemble de près ou de loin à du « quanti ».
    Toute solution crée de nouveaux problèmes, évidemment, mais certaines solutions méritent tout de même d’être essayées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *