Rendez-vous en terrains connus. Effets de présentation de soi dans la recherche ethnographique

Prolongeant la dynamique de confrontation des expériences de recherche des doctorants impulsée au sein du séminaire qu’ils animent, l’idée de ce billet est née du rapprochement de deux enquêtes similaires à certains égards mais aussi et surtout de la convergence de deux parcours[1]. En effet, tous deux doctorants au laboratoire PRINTEMPS, nous avons pour point commun d’avoir suivi, préalablement à notre entrée en doctorat, des études au sein d’écoles de travail social dont nous sommes sortis titulaires d’un Diplôme d’Etat d’Assistant de Service Social. Après cette formation, et en même temps que quelques expériences professionnelles (pour Rémi), nous avons intégré l’université pour poursuivre un cursus de sociologie jusqu’à entrer en double master recherche et professionnel, ce dernier dans la spécialité Développement Social Urbain. Outre cette trajectoire de formation analogue, notre expérience de recherche est aussi marquée par l’emploi commun de la méthode ethnographique comme mode principal de recueil de données et par le fait que nous enquêtons tous deux sur des terrains qui mobilisent des professionnels engagés sur des postes sur lesquels nous aurions pu être recrutés : dans l’accompagnement des personnes sans abri et plus précisément au sein des maraudes (Caroline) et dans la mise en œuvre d’un projet de rénovation urbaine entraînant des opérations de suivi pré et post-relogement (Rémi). Nous avons chacun fait de l’immersion de longue durée une condition de réussite de nos enquêtes respectives souhaitant observer (en participant pour Caroline, et à découvert pour nous deux) des espaces, des situations dans lesquelles des acteurs sociaux (sans-abri/maraudeurs, habitants/professionnels) sont amenés à interagir quotidiennement. L’ethnographie, en provoquant une rencontre prolongée entre un-e chercheur-e et des personnes enquêtées, impose d’interroger les façons qu’a l’ethnographe de se présenter et d’en apprécier les effets sur les données produites. Partant de ces points communs, nous proposons dans ce billet de mener conjointement un retour réflexif sur les conséquences de la divulgation de nos éléments de parcours sur nos expériences de recherche et plus particulièrement sur la relation d’enquête. En quoi la mobilisation de ces éléments biographiques pour la réalisation d’une enquête ethnographique se révèle-t-elle une stratégie à double tranchant ? Par cette interrogation, nous nous inscrivons dans la lignée des travaux questionnant les facteurs de distance et plus encore de proximité du chercheur avec le milieu étudié (Brocqua, 2009 ; Havard-Duclos, 2007 ; Bizeul, 1998).

Des jeux de rôles au service de l’accès au terrain

Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)
Maraudes avec la DL7515 (crédits : Mathilde Fuzeau, Croix-Rouge de Paris, via Flickr, 2011)

L’enquête ethnographique est une mise en jeu de soi. Si certains éléments comme l’âge, le sexe ou – bien que dans une moindre mesure – l’appartenance sociale se donnent à voir directement, d’autres relèvent d’un choix (plus ou moins contraint) de dévoilement. C’est le cas notamment de la possession d’un diplôme, des expériences professionnelles antérieures ainsi que des engagements politiques ou militants. Si nous abordons certains aspects d’homologie générationnelle et sociale dans d’autres productions[2], notre partage d’une trajectoire de formation commune nous a fait orienter notre analyse sur les effets spécifiques de la révélation de cet élément dans la rencontre avec ceux, maraudeurs et professionnels de la rénovation urbaine, lesquels agissent au quotidien dans des mondes sociaux qui nous étaient relativement familiers. En effet, si par nos formations ou la réalisation de travaux antérieurs (pour Rémi), nous avions accumulé des connaissances sur les univers désormais « enquêtés », les terrains choisis gardaient néanmoins une part d’étrangeté et d’inconnu qui justifiait le fait même d’y enquêter. Il convient d’analyser dès lors comment, dans la relation d’enquête, notre connaissance partielle de l’univers investi s’est révélée être un levier facilitant aussi bien notre accès au terrain que notre légitimité auprès des acteurs.

Dans la recherche en sociologie, a fortiori par l’emploi de la méthode ethnographique, dès lors que le chercheur négocie son accès au terrain, la condition de réussite de sa démarche réside dans les liens qu’il parvient à tisser avec les acteurs du milieu étudié (Harvard-Duclos 2007, Broqua 2009). Dans notre cas, et selon nos problématiques de thèses respectives, nos premiers contacts pour négocier notre entrée sur le terrain ont été des acteurs institutionnels. Caroline, dans son travail d’enquête sur les maraudes, est entrée sur ce terrain après s’être engagée comme bénévole dans trois associations parisiennes recrutant des salariés (parmi lesquels des travailleurs sociaux) et/ou des bénévoles. Rémi a eu connaissance du programme de rénovation urbaine dans un quartier de Seine St-Denis par le biais de son ancienne formatrice de stage dont une amie travaillait dans la mairie de cette commune. Par ces contacts, nos premiers interlocuteurs ont donc été les intervenants sociaux et non les sans domicile fixe ou les habitants. C’est donc auprès de ces acteurs qu’il nous a fallu affirmer que nous avions une certaine connaissance du milieu étudié. Dans cette conjoncture, nous avons tous deux joué de la pluralité de notre identité en acceptant de dévoiler consciemment certains éléments de nos parcours de formation.

En premier lieu, étant inscrits en thèse de sociologie, ce sont nos identifications en tant qu’étudiant-e et sociologue que nous avons d’abord activées auprès de nos enquêtés et ce d’autant plus que nous n’avons jamais caché vouloir les solliciter dans ce cadre. Alors que dans d’autres contextes la démarche sociologique peut constituer un repoussoir (Bory, 2008) ou, pour des enquêtés profanes, être confondue avec un travail journalistique, pour nous, elle a au contraire contribué à affirmer notre proximité et notre légitimité. En effet, alors que le temps long de la thèse et l’adoption de la posture ethnographique nous conduisent à une présence régulière sur le terrain, nous enquêtons aussi auprès de professionnels ou de bénévoles ayant parfois eux-mêmes été familiarisés à la sociologie dans leurs parcours (formations universitaires, en travail social…). Dans ce contexte, la connaissance de la sociologie de la part de nos enquêtés lors de nos premiers contacts sur le terrain a été l’occasion d’expliciter plus simplement les tenants et aboutissants de nos enquêtes et méthodes. A titre d’exemple, c’est par ce moyen que nous avons, dans une certaine mesure, pu conduire un travail d’observation régulier ou proposer des entretiens sans que l’enregistrement ne pose vraiment de problème. Souvent, en situation d’entretien, dès lors qu’il a été question de proposer l’enregistrement, nos enquêtés ont régulièrement fait référence à leur familiarité avec la discipline en affirmant être eux aussi passés par là dans leurs études.

Rénovation in situ, à Clichy-sous-Bois (crédits : Rémi Habouzit, 2014)
Rénovation in situ, à Clichy-sous-Bois (crédits : Rémi Habouzit, 2014)

Ensuite, en plus de notre reconnaissance en tant qu’étudiant et sociologue, nous avons chacun, au cours de notre enquête, dévoilé que nous possédions aussi un diplôme d’Etat d’Assistant de Service Social et/ou un master en Développement Social Urbain. Etant donné que nous étudions tous deux sur des terrains mobilisant des bénévoles et des professionnels de l’intervention sociale, la mise en valeur de cette information s’est bien souvent présentée comme un moyen d’affirmer une nouvelle forme de proximité vis-à-vis de nos enquêtés. En effet, et en supposant que les formations en travail social s’associent à des qualités d’empathie et de devoir de secret professionnel, la révélation de notre passage dans cet univers socialisateur a été l’occasion d’attester d’un savoir et un savoir-faire communs aux intervenants facilitant ensuite notre immersion sur le terrain. Dans ce cas, bien que ces facteurs de proximité ne soient pas une condition d’accès au terrain, pour nous, elle nous a malgré tout facilité l’accès à des données qui, habituellement sous le couvert du secret professionnel sont plus difficilement dévoilées comme des entretiens de suivi réalisés par les travailleurs sociaux après les maraudes pour Caroline ou la révélation d’informations privées sur la situation familiale des habitants pour Rémi. Cette familiarité, plus rapidement acquise du fait d’une communauté d’expériences, nous a en outre permis de passer par-dessus certaines procédures qui auraient pu freiner le déroulement de l’enquête. Caroline, dans l’une des associations investies, a ainsi pu être dispensée du passage normalement exigé par trois mois de distribution alimentaire fixe avant d’être recrutée dans les tournées mobiles et donc les maraudes proprement dites. Aussi, le dévoilement de cet élément de notre trajectoire a été l’occasion, en complément de notre démarche d’enquête, de prouver que nous connaissions aussi les codes et comportements à adopter en présence des publics. Caroline, dans sa rencontre avec les sans domicile fixe, s’est, par exemple, rapidement saisie des normes encadrant les façons de s’adresser au public (utiliser le vouvoiement, un ton empathique) ou les postures des corps (agenouillement pour limiter la dissymétrie). Rémi, pour rencontrer les habitants a, quant à lui, pu rassurer les professionnels, intermédiaires indispensables, sur sa volonté de ne pas être dans l’adoption d’une démarche qui, comme celle des journalistes, pourrait être jugée trop intrusive. Pour se faire, il s’est donc servi de son passage par cette formation universitaire pour faire du discours normé de la relation d’aide basé sur le respect de la personne et la recherche de sa libre adhésion un argument de légitimation de sa démarche et d’accès au terrain. Enfin, la révélation de ce parcours antérieur nous a permis de montrer qu’avec les professionnels, nous partagions également une certaine connaissance des politiques en cours, des publics, des circuits de l’assistance et du langage institutionnel (les sigles liés aux dispositifs par exemple). Ce dévoilement nous a donc doté a priori en partie d’un langage commun et a facilité notre immersion.

Mais des jeux de rôle producteurs de « déconvenues »

Au-delà des leviers qu’actionnent les facteurs de proximité que nous venons de décrire notamment pour l’entrée sur le terrain, la situation de relative familiarité dans laquelle nous nous sommes retrouvés n’est évidemment pas sans écueil. Ainsi, nous nous sommes tous deux heurtés à un certain nombre de « déconvenues » déconstruisant « l’idéal de connaissance » (Bizeul, 1999) qu’il s’agit à présent de relater et d’objectiver.

Le Printemps en arrière-plan (crédits : Rémi Vincent 2008, via Flickr)
Le Printemps en arrière-plan (crédits : Rémi Vincent 2008, via Flickr)

En premier lieu, le fait de jouer, y compris au cours de l’enquête, entre nos différentes assignations identitaires (sociologue, étudiant-e, assistant-e social-e…) s’est parfois révélé un jeu périlleux. En effet, l’assimilation à un « professionnel » (de la rénovation urbaine ou du travail social) a notamment constitué – ou aurait pu constituer – une perturbation non négligeable dans les contextes de nos enquêtes respectives. Pour Caroline, la qualification de « professionnelle » valant dans l’univers des maraudes comme une identification aux équipes salariées composées de travailleurs sociaux a eu un impact dans la situation d’enquête. En effet, la recherche s’est déroulée dans un contexte d’injonction à la professionnalisation de l’activité, impulsée notamment par les pouvoirs publics, et ayant attisé des rapports de concurrence entre les équipes « professionnelles » et « bénévoles ». Dès lors, le fait, pour celles des associations investies fonctionnant exclusivement avec le bénévolat, de compter une assistante sociale parmi leurs membres a pu être utilisé comme un argument de légitimation. En effet, cette situation peut être interprétée comme un gage de conformité à l’égard des attentes institutionnelles. Cette attribution identitaire fut par exemple mobilisée lors d’une tournée conjointe entre une équipe de bénévoles à laquelle Caroline appartenait et deux travailleurs sociaux d’une autre organisation. Au cours de celle-ci le responsable bénévole argua du fait que Caroline détenait un diplôme de travail social. « C’était bien pour nous, elle savait dans quoi elle s’engageait, elle connait les problématiques sociales, tout ça. On a fait un bon recrutement ! ». Un des moyens utilisés par Caroline pour modérer cette perturbation a donc été d’appuyer son manque d’expérience dans le travail social relativisant son assimilation à une professionnelle. Pour Rémi, considérant certains professionnels comme intermédiaires pour accéder au terrain, cette identification portait en elle le risque de susciter, de la part des habitants qu’il souhaitait interroger dans une deuxième phase de son enquête, des discours inhibés ou en attente d’une contrepartie dans un contexte de fragilisation sociale dû aux incertitudes du relogement. De même, cette situation a régulièrement entrainé des demandes d’éclaircissement quant aux commanditaires supposés de l’enquête : « Pourquoi est- ce que vous demandez tout ça? », « A qui allez-vous donner ces informations ? ». Face aux habitants et compte-tenu de cette difficulté, Rémi a donc cherché régulièrement à rappeler son indépendance vis-à-vis des professionnels en (sur)jouant cette fois-ci de son rôle d’étudiant pour se présenter en situation d’entretien ou en choisissant délibérément de s’asseoir du côté des habitants lors des réunions publiques.

Terrain (crédits : Rémi Habouzit)
Terrain (crédits : Rémi Habouzit)

De plus, les postes occupés par certains intervenants sociaux représentant un univers des possibles en termes d’insertion professionnelle au regard des diplômes que nous détenions, ce contexte a pu provoquer des sentiments d’incompréhension de la part de nos enquêtés interprétant leur situation d’emploi comme un destin social auquel nous voulions échapper. En témoignent les discours tournant en dérision nos parcours (longs) de formation ou notre frilosité – supposée ou que nous avions nous-mêmes évoquée comme un moteur de reprise d’études – à entrer dans la vie active : « En fait tu voulais être étudiante le plus longtemps possible ! » « Bah si tous les travailleurs sociaux faisaient un doctorat, on s’en sortirait pas ». Ainsi « tout se passe comme si l’expression de cette incompréhension leur permettait d’exprimer la validité de leurs choix et l’invalidité des incertitudes liées au statut d’apprenti sociologue » (Bordiec, Munoz, 2012, p. 159-160). Plus concrètement, cette situation d’incompréhension s’est déclinée, dans le cas de Caroline, lorsque bénévole dans les équipes « professionnelles », elle a côtoyé des maraudeurs non-diplômés en travail social, souhaitant pour certains accéder à une formation qualifiante et valorisée (notamment en termes salariaux) dans les organisations associatives. Pour parer à ces situations de malaise, elle a mobilisé un registre d’ignorance à l’égard du travail concret des maraudeurs dont l’apprentissage sur le tas reste une dimension qu’ils valorisent. On le voit bien ici, la relation d’enquête est évolutive aussi bien dans le temps qu’en fonction des contextes organisationnels. Chaque rôle joué au cours du travail de terrain s’inscrit dans un système d’interactions sociales qui engage « l’expression de soi » de l’observateur pour qui il est nécessaire de trouver une interprétation la plus juste possible (Gold, 2003). Ainsi, si certains éléments de nos parcours comme ici la détention d’un diplôme ont pu représenter un argument mobilisé pour entrer sur le terrain, ils ont parfois dû être davantage invisibilisés ou tus pour permettre l’accès à certaines dimensions des activités étudiées qui auraient pu nous être fermées sur le motif de nos connaissances préalables.

Conclusion

Ces contingences ordinaires des activités que nous étudions nous incitent donc à réfléchir aux limites de nos entreprises de recherches et à tenter parfois de les contourner. Finalement, même si l’activation de ressources contribue à notre immersion sur le terrain, ce détour réflexif nous rappelle que la place du chercheur n’est jamais acquise et que la relation d’enquête doit toujours être questionnée, adaptée et objectivée. Mais ce « récit des conditions d’enquête » dont Daniel Bizeul montre qu’il est une pièce essentielle de la communication d’une étude en tant qu’il permet au lecteur de se faire une idée précise des conditions d’élaboration des données (Bizeul, 1998), est aussi à envisager comme un levier d’analyse sociologique. En effet, il nous a été ainsi possible de tirer profit de ces « épreuves ethnographiques » (Fassin & Bensa, 2008) pour questionner ou développer des pistes d’analyse peu ou pas explorées. Pour Caroline, il s’agit par exemple la prise en compte des contextes organisationnels et plus encore des statuts sociaux d’emploi (être diplômé ou non) des maraudeurs est apparue comme une variable essentielle des positionnements différenciés à l’égard des injonctions étatiques appelant notamment au partenariat. Pour Rémi, cette analyse réflexive l’a conforté dans la nécessité de ne pas appréhender les programmes de rénovation urbaine uniquement sous l’angle du logement, mais plus largement comme la mise en interaction entre des habitants et des professionnels aux attentes différenciées.

 Caroline Arnal & Rémi Habouzit

Bibliographie

Bizeul Daniel, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue Française de Sociologie, 1998, n° 39, p. 751-787.
Bizeul Daniel, « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés Contemporaines, 1999, n° 33-34, p. 111-137.
Bory Anne, De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat des salariés dans les grandes entreprise en France et aux Etats-Unis, thèse de doctorat soutenue à Nanterre, 2008.
Bordiec Sylvain et Muñoz Joan Cortinas, « La sociologie critique du travail social par les apprentis sociologues. Rompre avec les homologues de classe puis revenir vers eux », Pensée plurielle, 2012/2, n° 30-31, p. 153-164.
Broqua Christophe, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, 2009/2 n° 75, p. 109-124.
Fassin Didier & Bensa Alban, Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques. Paris, La Découverte, 2008.
Havard-Duclos Bénédicte, « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007.
Gold Raymond, « Jeux de rôles sur le terrain. Observation et participation dans l’enquête sociologique », in Cefai Daniel (dir.), L’enquête de terrain, Paris : La découverte, 2003, p. 341-349


[1] Nous remercions Romain Juston pour nous avoir suggéré ce titre.
[2] Voir Caroline Arnal, « Les implications d’une posture de participation multisituée sur le terrain des maraudes parisiennes », Recherches Qualitatives, vol. 33, n° 1, 2014, p. 109-131.


2 réflexions au sujet de « Rendez-vous en terrains connus. Effets de présentation de soi dans la recherche ethnographique »

  1. Merci pour ce commentaire qui renvoie à une question de fond que nous traitons dans ce billet. De quel « professionnalisme » s’agissait-il de faire la preuve pour accéder au terrain? Travailleur social, sociologue, professionnel du développement social urbain?

    Notre recherche de proximité professionnelle est bien celle que nous avons voulu affirmer en montrant que nous connaissions les codes de socialisation du travail social comme le discours et les manières d’être face au public. Mais cette proximité professionnelle était effectivement aussi l’occasion de nous légitimer comme sociologue en nous distanciant de représentations qui auraient pu « jouer contre nous » dans ce milieu (image du journaliste, ou du chercheur déconnecté des réalités de terrain). Il s’agissait de montrer que nous n’étions pas complètement étranger au milieu enquêté.

  2. Je découvre cet autre billet, très bien aussi ! Une question : dévoiler votre diplôme n’était-il pas, aussi, une manière de vous légitimer par rapport aux acteurs ? Cette recherche de proximité que vous évoquez ne visait-elle pas une proximité professionnelle, plutôt que sociale ou politique par exemple, et par là une recherche de légitimité justifiant votre « professionnalisme » de sociologue, en quelque sorte ?
    Merci en tout cas pour vos billets, toujours intéressants, et qui montrent combien le séminaire des doctorants est clairement un lieu stimulant pour tous ! Bravo !
    JP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *