L’atelier « Institutions et professionnels du “social” » : premiers bilans, réflexions épistémologiques et programmatiques

À la suite de l’atelier « Acteurs et professionnels du social », organisé entre autres par Sandrine Nicourd et Laurent Willemez pendant l’année 2011-2012, et suite à plusieurs discussions autour de nos objets de recherche et nos terrains, nous avons décidé d’organiser pendant l’année 2012-2013 un atelier qui interroge les champs professionnels du « social » dans ses multiples formes, en particulier les terrains italien et français. La comparaison internationale est ici appréhendée comme objet et outil de réflexion sociologique : réfléchir sur la France et l’Italie permet de donner un objet concret à la comparaison en contextualisant cette réflexion dans le champ de l’intervention sociale (travail social, secteur médico-social…) et ainsi éviter des considérations trop généralisantes et vagues sur ce vaste sujet qu’est la « comparaison internationale ». Tout au long de séminaires de l’année 2012-2013, nous avons cherché à rendre compte des différentes sources de contraintes qui s’exercent sur les pratiques ainsi que des marges de manœuvre dont disposent les professionnels dans chacun des deux pays. Nous nous sommes penchés en particulier sur trois aspects qui ont été alimentés par un regard comparé : les caractéristiques de l’organisation institutionnelle, les référentiels idéologiques dominants dans l’action sociale, les capacités d’encadrement de ces professionnels.

Notre première séance en février 2013 a été l’occasion d’une réflexion sur l’ouvrage dirigé par Jacques Lagroye et Michel Offerlé, Sociologie de l’institution (Paris, Belin, 2011), notamment les chapitres dédiés à la redécouverte de l’institution par les sociologues (par Nicolas Freymond) et à l’intériorisation institutionnelle dans la conformation à un rôle (par Rémi Lefèbvre). Nous avons réinterrogé cette approche sociologique dans la comparaison internationale (notamment en Italie où les courants néo-institutionnalistes en sciences sociales sont largement développés). Mener des enquêtes sur les « professionnels » du social invite également à se pencher aussi sur le rapport qu’ils entretiennent aux institutions qui les portent tout au long de leurs parcours de socialisation professionnelle. Enquêter au croisement de deux pays invite à resituer les institutions au sein de leur histoire particulière ainsi qu’à interroger comment se fabrique un tissu institutionnel aux niveaux national et international.

Les séances suivantes ont permis de travailler plus avant ce dernier point. Tout d’abord Fabio Marcodoppido (PRINTEMPS/La Sapienza) a présenté la genèse de la notion de secteur dans le champ de la santé mentale. Son intervention nous a montré comment, au cours des années 1960-1970, les politiques publiques, d’un côté et de l’autre des Alpes, entreprennent un long travail de catégorisation afin de renouveler la prise en charge des troubles mentaux. Cette notion de secteur est le « point d’intersection » (Werner et Zimmermann, 2003 : 15) des cas italien et français. Conçue en France, présentée et discutée également par les professionnels de la psychiatrie en Italie, cette notion permet de comprendre comment la critique adressée à une institution telle que l’hôpital psychiatrique a contribué au partage d’un même univers cognitif et à la délimitation de nouveaux espaces de l’action publique. De même la notion de secteur ne conduit pas seulement à l’étude des croisements entre les cas étudiés, mais elle suggère aussi de se tourner vers les points de divergences. Le suivi de la trajectoire de cette notion permet alors de mieux comprendre pourquoi le secteur désigne, en France, un dispositif thérapeutique à mettre en place et, en Italie, une idéologie à combattre (celle de la médicalisation des troubles mentaux).

La séance suivante a permis de nous interroger autour du rapport entre Église et politiques sociales dans les deux pays. Cette question est particulièrement légitime dans les pays où des « institutions catholiques » occupent une place centrale tant au niveau des référentiels idéologiques qu’au niveau de délégation des politiques sociales (biens immobiliers, bénévoles, financement) d’autant plus dans un contexte sociopolitique où le rôle des institutions religieuses est interpellé par le désengagement de l’État de ses missions, tant au niveau local que national. Lors de cette séance, l’intervention d’Étienne Pellet-Recht (IRIS/EHESS, CMH/ENS), travaillant sur l’héritage laïque des patronages catholiques en France (sous la direction de Gérard Noiriel) a enrichi le débat. Son intervention a permis de revenir sur la professionnalisation de l’action bénévole en France et sur le déclin du modèle paternaliste catholique régissant la prise en charge et le contrôle du temps libéré des « masses laborieuses » ainsi que sur l’action caritative dans les années 1960. Il a plus particulièrement mis l’accent sur une approche sociohistorique du déclin du patronage, en s’attachant plus à une histoire des pratiques et des sociabilités des individus, qu’à une histoire des idées ou des « idéologies »… Cette séance a donc permis de revenir plus centralement sur la distinction laïc/catholique en lien avec divers aspects : les racines de l’éducation populaire, la socialisation des jeunes au sein des structures du clergé et la rupture avec les classes populaires.

S’interroger sur l’histoire et la genèse des institutions et au développement des champs professionnels a été également au centre de la séance suivante. L’intervention de Ruggero Iori (PRINTEMPS) a souligné la pertinence de cette approche sociohistorique croisée. Travaillant sur la formation professionnelle au travail social dans les deux pays, il a retracé la diffusion de cet espace et la structuration des premières formations en France et en Italie (dans les années 1930 dans le premier cas, dans les années 1950 dans le second). L’accent a été mis sur les matrices socioculturelles qui caractérisent le service social et l’éducation spécialisée, sur le rôle des États-Unis dans l’espace social italien de l’après-guerre et leur rapport avec les élites politiques dans la naissance des premières écoles, sur les similarités dans la structuration des populations qui accèdent à ce type des formations (trajectoires et reclassements scolaires). Le passage par les années 1960-1970 a permis également de retracer des similitudes dans les bouleversements du secteur social de ces années (entre contrôle social et volonté d’émancipation de l’individu). L’étude des années plus récentes a également permis de montrer les changements de la formation professionnelle des travailleurs sociaux induits par les réformes européennes de l’enseignement supérieur (et notamment l’intégration de ces cursus dans l’espace universitaire italien). Le rapport entre savoirs universitaires et pratiques professionnelles, ainsi que l’objectivation des liens entre les deux pays dans une histoire comparée du travail social ont été également abordés en conclusion de séance.

En 2014, nous poursuivons nos questionnements dans le cadre de ce séminaire, en cherchant à approfondir la fertilité épistémologique de la dimension comparative, ses fondements et les débats qu’elle suscite. Le vendredi 31 janvier, nous avons invité Didier Demazière qui a présenté son approche sur la comparaison internationale dans le cas de la construction du chômage dans trois métropoles (2013).

La séance du 28 mars 2014 a abordé les travaux de Ruggero Iori, Fabio Marcodoppido, qui a soutenu sa thèse à l’Université de Rome La Sapienza en novembre 2013, et de Riccardo Marcato, qui travaille sur les politiques sociales d’insertion des jeunes en France et en Italie dans une thèse en cotutelle entre l’UVSQ/Printemps et l’Université de Milan Bicocca (sous la direction d’Enzo Mingione). Cette séance a été également l’occasion de revenir sur les choix méthodologiques retenus pour élaborer une comparaison entre deux pays. L’article d’Émilie Courtin, Bleuwenn Lechaux, Élise Roullaud et Marianne Woolven, « Démêler les fils du récit comparatif », (Revue Internationale de Politique Comparée, 2012, p. 7-17) a notamment été mis en discussion.

La troisième séance preuve le 16 mai 2014 sera plus particulièrement consacrée aux travaux de Tommaso Vitale, chercheur à Sciences Po Paris et Milan Bicocca, et au débat autour de son dernier ouvrage Programmare i territori del welfare. Attori, meccanismi ed effetti (Programmer les territoires du Welfare. Acteurs, mécanismes et effets), avec A. Polizzi et C. Tajani paru en novembre 2013. Cette dernière séance est organisée en lien avec l’atelier CTIS (Construction des territoires de l’intervention sociale) du laboratoire Printemps au cours de cette année 2013-2014.

L’atelier « Institutions et professionnels du “social” » s’attache donc aux conditions épistémologiques d’une comparaison internationale en prenant le cas précis des professionnels de l’intervention sociale. De façon contextualisée, nous nous attachons à dessiner une perspective sociohistorique et à porter un regard croisé sur les régulations institutionnelles dans les deux pays. Une attention spécifique est portée également sur le rapport au langage,, rapport qui pourrait être un point de départ de séances ultérieures (faut-il comprendre les langues des deux pays pour faire une comparaison ? Quelle place occupe la traduction ? etc.).

Cet atelier est enfin l’occasion de produire des connaissances sur les dynamiques professionnelles dans le champ de l’intervention sociale. L’approche comparée nous est là aussi utile car elle permet d’objectiver à partir de chaque cas singulier. Mener des enquêtes comparatives sur le monde du social, dans deux pays européens, nous aide ainsi à resituer les acteurs, les institutions, et les dynamiques dans chaque contexte spécifique, ainsi qu’à rendre compte du rôle du national (ou du local) dans la genèse d’un champ spécifique.

Ruggero Iori, Riccardo Marcato, Sandrine Nicourd, Fabio Marcodoppido, Laurent Willemez

Atelier  ouvert à tous
Pour information écrire à
comparaisonfranceitalie@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *