L’UVSQ : les paradoxes des injonctions à l’« excellence » dans une université dite « autonome »

Dans le contexte d’ébranlement du service public de l’enseignement supérieur, notre carnet relaie deux tribunes récemment publiées dans la presse nationale par des membres du laboratoire Printemps. La première, rédigée par un collectif de chercheurs et d’enseignants-chercheurs de l’UVSQ (dont des membres du Printemps), a été publiée dans Libération le 17 décembre 2013 sous le titre « Faillite silencieuse de la fac de Saint-Quentin ». Elle propose une analyse serrée et à vif de la crise traversée par l’UVSQ, en la replaçant dans la problématique nationale des effets désormais tangibles de la LRU. Nous reproduisons ici la version initiale non coupée. La seconde, parue le même jour dans les colonnes de L’Humanité, propose un aperçu succinct de L’université n’est pas en crise, de Romuald Bodin 
(en séjour au Printemps cette année) et Sophie Orange, livre indispensable pour prendre du recul par rapport à nombre de poncifs et d’idées reçues. Nous reproduisons également la version originale.

L’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines : les paradoxes de « l’excellence » dans une université « autonome »

En quasi cessation de paiement, l’UVSQ connait aujourd’hui de grandes difficultés pour assurer sa mission d’enseignement et de recherche. Pourtant, il y a quelques mois, tous les voyants étaient au vert dans cette université louée pour la qualité de son service et ses choix d’avenir. Parmi les premières universités à accéder aux compétences élargies et à « l’autonomie financière », dès 2010 ; signant les premiers « Partenariats Public-Privé » (les fameux PPP) de l’enseignement supérieur et de la recherche ; développant des coopérations avec des entreprises et des fondations, s’engageant dans les projets d’investissements d’avenir mis en avant par le Ministère, l’UVSQ, qui entrait dans le classement de Shanghai des 500 premières universités mondiales en 2010, était saluée comme la « bonne élève » de la LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilité des Universités, votée en 2007). En janvier 2012, sa présidente déclarait lors de ses vœux : « nous sommes parmi les rares universités françaises à ne pas avoir eu de difficultés à boucler notre budget 2012 et à ne pas geler de postes, nous en ouvrirons même plus de 60 cette année ». Un an plus tard, l’UVSQ était distinguée pour son excellence en matière d’insertion des étudiants et le niveau élevé de son taux de réussite en licence, classée première en France avec la plus forte « valeur ajoutée » de ses équipes pédagogiques dans une note du Ministère de la recherche.

Campus de l'UVSQ, université d'"excellence" classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)
Campus de l’UVSQ, université classée dans le hit-parade de Shanghai (Copyright : BruceWestPhoto, via Flickr)

Aujourd’hui, la situation est tout autre : début novembre, il manque plus de 4 millions d’euros à l’université pour assurer ses dépenses courantes (salaires, loyers des PPP, fonctionnement) d’ici fin décembre 2013. Après avoir déjà découvert l’existence d’un « trou » de plusieurs millions d’euros au printemps, et malgré l’adoption d’un plan d’économies drastiques (gel des deux tiers des recrutements prévus, économies de fonctionnement de 1,8 million d’euros…), l’UVSQ est contrainte d’appeler l’Etat au secours. Le ministère accepte de lui octroyer une « avance » (et non une « subvention », est-il sèchement précisé) et bloque en contrepartie toutes les dépenses courantes. Ce qui signifie par exemple, la fermeture du service de reprographie, l’impossibilité  d’acheter du matériel de base (stylos, livres,…) ou le non paiement des factures en cours. Comment en est-on arrivé là ? La réponse à cette question est d’autant moins anodine que le cas particulier de l’UVSQ constitue l’illustration d’une situation qui tend à se banaliser aujourd’hui en France : celle d’une « faillite silencieuse » de l’université française évoquée récemment par T. Piketty.

Les conséquences dramatiques des politiques menées dans l’enseignement supérieur et la recherche depuis plusieurs années, que la politique de la ministre G. Fioraso n’a pas contribué à atténuer, bien au contraire, apparaissent aujourd’hui.  Certes, les deux présidences successives de l’UVSQ ont manifestement commis des erreurs de gestion, comme l’a prestement rappelé la Ministre, et celles-ci seront, nous l’espérons, bientôt précisées. Suffisent-elles cependant à expliquer un déficit estimé aujourd’hui à 7,2 millions ? Peut-on régulièrement féliciter une université pour son développement, son dynamisme, son enthousiasme à s’approprier tous les dispositifs proposés par le Ministère et expliquer quelques mois plus tard que l’activité de cette université s’appuyait sur des dérives financières considérables et tardivement reconnues ? Répondre par l’affirmative et imaginer qu’une formation des présidents d’université en gestion permettrait de résoudre le problème n’est pas sérieux. Car c’est en bonne part parce que l’UVSQ, en bonne élève, s’est saisie de tous ces dispositifs et a appliqué avec zèle la loi de 2007, qui continue à être la colonne vertébrale de la politique actuelle, qu’elle se retrouve aujourd’hui dans une situation financière catastrophique.

Depuis le passage à « l’autonomie financière », le service public d’enseignement supérieur et de recherche se réalise dans des conditions d’urgence permanente : le temps passé sur des tâches administratives augmente, des « plans de réussite en licence » sont demandés par le ministère puis supprimés localement, les moyens diminuent, la rotation du personnel administratif s’accélère… Les difficultés rencontrées par les universitaires à l’UVSQ et ailleurs montrent que le passage « aux compétences élargies » est inadapté à un fonctionnement correct du service public d’enseignement et de recherche. Et pourtant, au quotidien, les enseignants chercheurs et les personnels administratifs restent fortement mobilisés pour réaliser le travail pédagogique, assurer la coordination entre les enseignements et répondre aux demandes des étudiants. C’est parce que nous nous efforçons pour le moment de ne pas faire peser les conséquences de ces politiques sur les étudiants et leurs études que nos conditions de travail se dégradent fortement.

Il faut le rappeler, c’est une grande partie de la jeunesse française, celle qui fréquente en masse les universités, qui pâtit de cette politique « d’autonomie » des universités. Étrange sous un gouvernement nommé par un président de la République qui a fait des questions relatives à la jeunesse le cœur de son projet politique, non ? Il est temps de redonner de nouveaux moyens aux universités françaises, de renoncer à cette fiction de l’autonomie financière d’un service public (par exemple en ré-étatisant la masse salariale et en fléchant les moyens des universités) et de reconnaître les enjeux de formation d’une jeunesse qui souhaite apprendre, étudier et préparer son insertion professionnelle. Il est temps également de tourner le dos à ce mythe de l’excellence qui lance les universités et les laboratoires de recherche dans une concurrence effrénée, en menaçant les exigences du travail scientifique et les conditions qui lui sont nécessaires.

Un collectif de chercheurs et enseignants-chercheurs de l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines


L’université à rebours des déclinologues

Alors que l’austérité et les restrictions budgétaires s’insinuent dans la gestion d’établissements aujourd’hui déclarés « en faillite », telle l’Université de Versailles Saint-Quentin, le titre de l’ouvrage risque de troubler. Et pourtant, il sonne juste ! Sur la base d’enquêtes de terrain et de colonnes de chiffres, les sociologues Romuald Bodin et Sophie Orange démontrent que les diagnostics de crise sont souvent biaisés et révèlent bien plus de l’inconscient social des experts « déclinologues ».

L’université n’est pas en crise,  de Romuald Bodin 
et Sophie Orange. Éditions du Croquant, 2013, 216 pages, 19 euros
L’université n’est pas en crise, de Romuald Bodin 
et Sophie Orange. Éditions du Croquant, 2013, 216 pages, 19 euros

Un à un, les poncifs sont déconstruits et la réalité de la vie universitaire rétablie. Le tableau est bien plus complexe que ne le laissent penser les caricatures de l’« usine à chômeurs ». La démarcation entre filières ouvertes et filières sélectives, à l’avantage des secondes, voile par exemple une grande hétérogénéité et des disparités. Les CPGE comme les IUT choisissent sur dossier, mais l’échec et l’abandon y persévèrent. L’« excellence » n’est pas l’apanage des grandes écoles, et il n’est qu’à étudier de près les formations des business schools pour détecter l’esbroufe. De même, bien que ses effectifs décroissent par moments (tout comme dans les filières dites sélectives…), l’Université continue d’attirer de bons étudiants et offre des formations de qualité. Pour une part significative des vœux d’orientation faits après le bac, elle est choisie et désirée.

La parole est donnée aux étudiants. Contre la vision « tubulaire » de parcours balisés, on découvre les vertiges mais aussi les vertus d’une formation universitaire qui a la cote, la possibilité qu’elle offre de trajectoires non linéaires, de bifurcations heureuses, de tâtonnements pour des « êtres en construction ». Et la critique est par endroits féroce du mépris drapé d’objectivité des discours à charge des élites et de leurs intermédiaires contre la présence jugée indue en amphis d’étudiants issus des filières technologiques et professionnelles. L’Université leur appartient aussi, et nombreux sont ceux qui y trouvent goût et s’émancipent par le savoir.

Au terme de l’analyse, le constat est dressé d’une université évoluant tant bien que mal comme « espace intermédiaire, diversifié et hiérarchisé, de circulation et de régulation, d’ajustement et d’expérimentation, tout à fait singulier et particulièrement central dans et pour le fonctionnement de l’espace de l’enseignement supérieur ». Les grandes écoles promues en têtes de gondole du système sont replacées à leur juste place : à côté, voire à la marge. Car il n’y a pas à rougir de ce que l’Université parvient à réaliser malgré les attaques qu’elle essuie. « L’Université est un lieu privilégié non seulement de construction de l’esprit critique et civique, mais aussi de production des miracles ordinaires ». Nul « corporatisme » ni esprit de corps dans ce constat, juste la conviction que les valeurs portées par cette culture académique sont autant de conquêtes à défendre. Et l’exorde de retentir pour les luttes présentes : cesser l’auto-dévaluation, la complainte et l’auto-défense, pour enfin amorcer la contre-attaque. Ici et maintenant.

Arnaud Saint-Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *