Mirandol (5/5) Saclay, l’innovation sur un plateau

Saclay, c'est ça... ©Synchrotron Soleil
Saclay, c’est ça… ©Synchrotron Soleil

 

Il faut être allé un jour à Saclay pour comprendre le problème. Saclay, c’est un vaste plateau au sud-ouest de Paris. Quelques petites routes départementales, des champs, un arrêt de bus par-ci par-là, des airs de fin fond de nulle part. C’est pourtant là que se déroule 15 % de la recherche scientifique française, au Commissariat à l’énergie atomique, autour du gigantesque Synchrotron, dans des laboratoires de pointe rassemblant des chercheurs du CNRS, de l’Inra, de l’université Paris-Sud et de celle de Versailles Saint-Quentin, toutes proches. Il y a aussi les campus de HEC, de Polytechnique, Bouygues et Renault à Guyancourt tout près, Thalès, Danone, EDF et j’oublie bien du monde.

On est à 19 kilomètres de Paris. Pourtant, se rendre là-bas en voiture aux heures de pointe ou en transports en commun est un parcours du combattant qui pourrait faire préférer d’aller à Mirandol en trottinette : RER B et une demi-heure de quelques vagues autobus qui passent d’une heure sur l’autre, de la varape sur des bas-côtés routiers frôlés par les poids lourds… Le bout du monde, on vous dit.

... mais c'est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.
… mais c’est aussi ça. ©CT-aux-pieds-mouillés.

Tout ce dynamisme économique et scientifique a donc un sacré besoin d’organisation et d’infrastructures. La bonne nouvelle, c’est que c’est en route. La mauvaise, c’est que ça va être compliqué. Deux grandes structures se mettent en place pour rassembler tout ça : la Fondation de coopération scientifique, destinée à devenir la future université Paris-Saclay et l’Etablissement public Paris-Saclay, chargé de superviser la construction des infrastructures, des logements, des routes, de la future ligne 18 du métro, un projet pharaonique à trois milliards d’euros, que Pierre Veltz a eu la grande obligeance de venir jusqu’à Mirandol pour nous présenter.

Pierre Veltz, c’est un sacré personnage. On commence par côtoyer un monsieur charmant à la table commune, qui vous ressert de la salade de foie gras en vous questionnant sur vos recherches. On se rend compte après coup, entre deux boutades, que ce monsieur est le patron actuel du plus colossal projet d’aménagement de l’Ile-de-France depuis trente ans. Polytechnicien, docteur en sociologie, directeur (dans le désordre) du laboratoire Latts, de l’école des Ponts, de Paris-Tech et j’en passe beaucoup. Il a tout fait, tout publié. Aujourd’hui, il se présente comme un sociologue, pour mieux s’adapter à l’assemblée.

Saclay carte

Les cartes sont projetées sur un drap tendu sur les vieux murs de la salle des gardes. Pierre Veltz remonte aux croisades des villes nouvelles françaises dans les années 70, aux ambitions Delouvrier qui devaient faire de Saclay la plus grande des villes nouvelles. N’en émergea que Saint-Quentin-en-Yvelines, et c’est déjà pas mal. L’installation des grands centres de recherche, des entreprises de pointe dont les salariés doivent encore attendre le bus sous la bise comme s’ils allaient dans une mine lointaine. Les querelles municipales, les seigneuries universitaires, les petites grenouilles en voie de disparition qu’il est hors de question de déloger, les militants écologistes, les agriculteurs, les associations de riverains… Il faut concilier tout ce monde-là et construire, construire comme au bon vieux temps des immenses projets d’aménagement.

« J’ai une question naïve », interrompt un historien de service qui avait déjà fait le coup (voir épisode 2). Pierre Veltz serre les dents : les questions naïves, c’est les pires. « Pour quelle raison morale on pense que c’est un bon projet ? » D’autres renchérissent : « Cette dynamique de rapprochement pourrait-elle coûter plus qu’elle ne le rapproche ? » « Ne sommes-nous pas dans une folie des grandeurs à la française, une forme de colbertisme hign-tech ? Ne ferions-nous pas de commencer par remplacer les fenêtres cassées à Nanterre avant de se lancer dans des travaux pharaoniques ? » Ces objections, Pierre Veltz les a déjà entendues, celles-là et bien d’autres. Rassurer les professeurs inquiets, rappeler que le fait d’utiliser Saclay pour placer la France plus haut dans le classement de Shanghaï n’empêche pas d’entretenir des amphis délabrés, parlementer avec les militants écologistes, c’est aussi cela son travail.

D’autant que l’innovation que veut promouvoir le plateau de Saclay est à double détente : des recherches de pointe, et d’une manière toute à fait nouvelle. En effet, l’endroit se veut un lieu où les recherches et les formations de pointe pourront collaborer dans le cadre de la très ambitieuse université de Paris-Saclay, qui a déjà annoncé la délivrance de doctorats communs aux 23 établissements qui la composent. « Vous avez l’opportunité exorbitante en France de mettre en place une université sélective, ouverte à tous mais d’un haut niveau, qui comble le fossé entre les grandes écoles et l’université ! » remarque un sociologue. Maintenir à la fois la précieuse diversité du lieu et faire monter en puissance la qualité des travaux et des formations, voilà tout le défi.

Au fond de la salle, Hervé Raynaud sourit. Lui qui a passé dix ans de sa vie dans la Silicon Valley se souvient d’un « cluster élastique » où on se rencontrait beaucoup, entre universitaires de Berkeley et de Stanford et grandes entreprises high-tech, bien desservies par deux autoroutes et un train. « A Saclay, je ne vois que des rigoles, des poireaux et du maïs. Il faut mettre des bottes pour y aller ? » raille-t-il. « En fait, il y manque encore de la chaleur et des lieux de rassemblement. Les clusters d’innovation, ça passe aussi par des bistrots où on a envie de rester. Saclay, ça doit aussi être un endroit amusant. » Il reste du boulot.

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques approximatives et pour toute réclamation concernant le jeu de mots de ce titre, merci de s’adresser à Arnaud Saint-Martin, auteur d’un brillant texte d’introduction qu’il publiera peut-être si on le lui demande gentiment. C’est là.

NB :  Ce jour-là à Mirandol, j’ai assisté à un phénomène rare dans le milieu universitaire : chercheurs, responsables de formation, responsables de politique publique ont donné leur avis sur un projet aux enjeux majeurs, sans langue de bois et sans postures. Pour rendre compte de ces échanges passionnants sans mettre en difficulté les intervenants, j’ai paraphrasé les échanges et n’ai pas cité tout le monde. La transparence passe parfois par une certaine confidentialité…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *