Mirandol (4/5) : de l’intérêt du satellite pour la cueillette des champignons

Zoom arrière, et pas des moindres. On quitte le niveau microscopique des connexions neuronales du Human Brain Project pour se placer à celui d’un cerveau entier, puis à l’ensemble des cerveaux en ébullition dans le salon de Mirandol, avant de continuer de monter au-dessus du château, au-dessus de la région entière, de la France bientôt qui ne devient qu’un caillou parmi les autres avant de voir la Terre dans son ensemble. A 800 km d’altitude, orbitent les satellites utilisés pour le Programme d’observation de la Terre Copernicus, autrefois connu sous le nom du GMES (Global Monitoring for Environment and Security).

Copernicus, dès l’introduction de son site Internet, se présente comme une combinaison de moyens d’observation, satellites mais aussi au sol, qui permettront de construire une connaissance très précise des évolutions de notre environnement. Ce service entre en phase opérationnelle avec un budget global de 3,8 milliards d’euros jusqu’en 2020, ce qui fait passer le Human Brain Project pour une élégante broutille.

« Mirandol était déjà un poste d’observation. Prendre de la hauteur, c’est une idée vieille comme l’humanité » remarque Philippe Escudier, ingénieur au Centre national d’études spatiales, qui a bien voulu présenter Copernicus, auquel le CNES participe, à l’implacable jury de Mirandol et en profiter pour prendre le temps de discuter le projet et le mettre en perspective. Il revient sur l’histoire de l’observation en altitude, depuis la montgolfière à l’invention de la photo, vue d’avion, vue de satellites… dont il fallait aller récupérer les pellicules ! « L’originalité du satellite, ce n’est pas la photo, c’est le changement de point de vue. » On capte les rayonnements, la gravité, les signaux magnétiques… Et surtout la fragilité de notre petite planète.

Si l’image ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Mais il n’y a rien de bien neuf à cela, pas depuis Spoutnik en 1957. L’innovation majeure de Copernicus n’est pas de réinventer un nouveau satellite ultraperformant, mais de combiner toutes les informations issues de satellites existants avec de nombreuses mesures in situ. Comme le Human Brain Project, on ne crée pas tant de nouveaux éléments de connaissances qu’on les assemble et les intègre afin d’obtenir des informations les plus complètes possibles : sur les sols, la nature des forêts… « Ca peut nous dire où aller cueillir des champignons ? » s’interroge un sociologue qui a déjà faim. Pourquoi pas, répond un ingénieur surpris, avant de poursuivre sur la structuration des systèmes météorologiques qui vont gagner en stabilité, en précision et en durabilité.

Big, big data. Tout cela fait un sacré paquet de données. 50 téraoctets par jour, pour être précis, soit cinq fois la quantité de données chargées sur Facebook. L’autre grande innovation de ce projet est l’accès libre et gratuit des utilisateurs à ces données. Copernicus a donc deux grands volets : des services de base d’intérêt public, financés par des fonds européens, seront à la disposition de tous. Ensuite, aux sociétés d’investir si elles le souhaitent pour créer des services dérivés finalisés… Un système d’observation spécifique des champignons du Périgord, si la clientèle existe, suggère Philippe avec un regard en coin.

Mais Google est arrivé et a proposé à l’Agence spatiale européenne de stocker ces quantités de données et de les gérer gratuitement. Des coûts réduits, une mise à disposition facilitée pour les utilisateurs, c’est tentant n’est-ce pas ? Oui, mais. Mais pourquoi l’Europe vient-elle de dépenser près de quatre milliards d’euros si c’est pour que les données se retrouvent sur des serveurs privés américains ? Mais la mise à disposition par Google revient-elle réellement à du libre accès, ou à une précieuse manne offerte à une entreprise ? « Cette offre a bouleversé tout l’écosystème et nous a obligés à changer de paradigme », poursuit Michel Delanoue, ingénieur au CNES, à la grande joie des sociologues qui adorent le mot paradigme.

IMG_0440

En effet, ces données ne sont pas un fardeau : elles sont une mine d’or et surtout, un outil de pouvoir au potentiel immense. Si les données d’observation, conçues pour améliorer les politiques environnementales, étaient utilisées à d’autres fins politiques, et pourquoi pas militaires ? On retrouve ici tout le débat de la libre information. Les données risquent-elles d’aider un pays à en envahir un autre ? Ou plutôt, suggère Philippe, de donner des informations objectives pour résoudre un conflit sur l’eau, par exemple, et ainsi mettre tout le monde d’accord ? Depuis le balcon, clope à la main, un observateur grommelle : « je ne sais pas ce que c’est, moi, des données objectives ».

La grande question est de définir l’utilisateur final de ces données. Quels sont les objectifs de Copernicus ? La gestion de l’eau ? Dans ce cas, partez des besoins pour construire votre offre, suggère Yannick Magnien, le génial (co-)inventeur de Gallica et Isidore. Sinon, Google s’occupera très bien de l’utilisateur final. » Il y a un utilisateur final très bien défini, répond Philippe, c’est le scientifique. C’est pour ça que vous n’avez pas fait un film super branché, demande Gérard Escher ? (dans une allusion souriante à notre épisode 3) Non, nous avons essayé de trouver l’équilibre entre les autres utilisateurs. Si on parle trop de l’utilité agricole de notre service, les marins risquent de se trouver mis à l’écart. Nos systèmes d’observations permettent des économies d’échelle qui rendent le service utile à tous.

Morgan Jouvenet, lui, voit dans Copernicus un objet d’étude passionnant pour le sociologue des sciences qu’il est : présenté par ses promoteurs comme un outil à la fois utile aux pouvoirs publics et à l’avancée des connaissances, Copernicus est l’incarnation massive du contrat « science-société » tel qu’il se peut s’élaborer aujourd’hui. Et surtout, poursuit Ivan Sainsaulieu, c’est un acteur de repositionnement institutionnel qui place l’Europe dans un rôle nouveau, à l’interface entre les connaissances, le service public et les entreprises. Elle est peut-être là, la très grande innovation de Copernicus.

Et vous savez le plus beau ? Il existe, le film super branché… Avec des levers de soleil, des fleurs et des poissons. Mais pas de champignons.

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquer ici pour la regarder sur Youtube.

Clara Tomasini

scribe non-officielle

Pour consulter le programme officiel et la liste des participants au colloque de Mirandol, c’est ici.

Pour protester contre un raccourci scandaleux, c’est ici.

Pour militer pour la publication d’un livre beaucoup plus rigoureux et approfondi que ces chroniques, c’est là.

Prochain épisode : Qu’entendez-vous au juste par colbertisme high-tech ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *